Jax Rennig [En Construction]
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Jax Rennig [En Construction]
Jeu 22 Déc - 4:29
Jax Rennig




Nom : Rennig
Prénom : Jax
Surnom : "Excellence" pour les Impériaux.
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Date de naissance et âge : 106 A.B.Y, 52 ans
Monde d'origine : Bastion

Groupe(s) : Empire Galactique
Rang : Rang VI - Grand Moff / Rang IV - Amiral (toujours en service)


COMPÉTENCES / FORCE / SABRE-LASER


Don inné : Néant
Pouvoirs : Néant
- Rang I :
- Rang II :
- Rang III :
- Rang IV :
- Rang V :
- Rang VI :


PROJECTION HOLOGRAPHIQUE


Que dire sur mon apparence ? Les considérations physiques m'ont toujours semblé un peu faciles pour définir un individu, néanmoins je me prêterai au jeu pour éclaircir sous un angle différend ma personne, et pour que ce journal paraisse plus clair à moi-même d'abord et puis aussi à un tiers lecteur, mais je doute que cet ouvrage tombe un jour en d'autres mains que les miennes.
Je me suis toujours considéré comme un homme assez grand, au vue de mes 1m80. Si cela peut paraître moyen pour d'autres yeux que les miens, il ne faut pas oublier que les Humains vivant sur Bastion n'ont pas tendance à être très grands. Et je remercie le destin de ne pas m'avoir fait trop petit. Si moi-même je ne considère pas beaucoup l'apparence physique comme bon juge, d'autres dans l'Empire n'y manquent pas, et particulièrement les hommes qui vous obéissent. Une petite taille reste un handicap souvent majeur pour un homme des Forces Armées de l'Empire. Cette grande taille est assortie d'une silhouette plutôt svelte, bien que je ne sois pas totalement dépourvu de masse musculaire. Même pour un homme plus tourné vers les choses de l'esprit, le bon entretien du corps et primordial pour un officier de la Flotte Impériale. Le Commandement ne fait pas tout, il faut aussi montrer à ses hommes que l'on est capable de se débrouiller dans le feu de l'action. Quant à ma chevelure, j'ai tendance à la laisser pousser quelque peu, ce qu n'est pas précisément dans la mode militaire, mais un Officier de haut-rang tel que moi peut se permettre certains privilèges. Plus les années ont passé, et plus j'ai vu ces cheveux autrefois d'un brun presque noir devenir gris et tirer sur le blanc. Mais je ne suis pas homme à me préoccuper de l'impact qu'a mon âge sur mon apparence. Cet impact s'est d'ailleurs montré minime puisque mon visage est presque exempt de rides. En revanche je l'ai toujours trouvé assez étiré et avec un aspect me paraissant dur. Pourtant il m'arrive de sourire, cela ne fait aucun doute, mais dans les bonnes occasions. J'ai eu la chance d'hériter des yeux bleus de mon père, qui m'ont beaucoup aider à construire une image de moi qui plaise au public. Cette apparence générale, j'ai su l'utiliser non pas pour séduire les foules mais pour les convaincre de ma probité. Le peuple, quoi que l'on en dise, fonde énormément d'importance sur le physique pour choisir ses dirigeants. Mon apparence pour convaincre le citoyen, mon esprit pour convancre le Moff Sectoriel.

J'ai appris à adopter une démarche assurée, ne traînant jamais les pieds comme le font beaucoup de jeunes officiers (je le fis moi-même pendant longtemps, ce qui me valut beaucoup de remontrances..) et gardant toujours un allure fière voire hautaine avec les Impériaux trop ambitieux. Je connais mon autorité au sein de l'Empire, et je sais la traduire physiquement pour imposer le respect à des Moffs ou des officiers trop sûrs d'eux-même. Je connu moi-même ma part d'échecs pour savoir enseigner l'humilité à mes interlocuteurs. Mais si cette allure peut paraître peu engageante, je reste un homme, et je ne suis pas insensible à l'humour ou la répartie bien placée. Ma place aux côtés du jeune Empereur m'ont appris la patience et surtout m'ont appris à enseigner à d'autres que des militaires ou des politiciens. Une attitude apte à la légèreté me semble principale dans l'élévation d'un jeune Prince. J'ai donc appris cette légèreté. Concernant mes capacités à combattre, je suis plutôt satisfait de mes capacités. Mes longues années de service et qui sont loin de se finir m'ont appris à me battre comme le ferait un Stormcommando débutant peut-être... A vrai dire je ne me suis pas confronté à un être vivant depuis bien longtemps, mais je peux faire cette estimation sans paraître orgueilleux. Je manie donc bien le blaster mais j'ai aussi quelques notions dans le maniement de la vibro-lame, même si je n'en porte jamais sur moi. Mais des ressources cachées sont toujours bonnes à prendre pour surprendre un ennemi. En revanche mon agilité reste à désirer malgré ma bonne condition physique. Je ne suis certes pas un adepte de la roulade et du saut périlleux.

Pour conclure, parlons de ma manière de me vêtir. Si le physique en propre d'un homme ne m'intéresse pas, sa manière de s'habiller peut être révélateur de nombreuses choses. C'est donc quelque chose qu'il m'intéresse d'analyser lors de mes rencontres. Je porte moi-même en permanence mon ancien uniforme de Grand-Amiral, épuré de ses épaulettes et autre cordons de grade. Je n'ai gardé que la couleur blanche ainsi que les insignes de grade tout en rajoutant un cape à l'ensemble. En fait, c'est un uniforme qui existait déjà sous le vieil Empire de Sheev Palpatine que j'ai récupéré. Mais je ne compte pas le définir comme uniforme officiel des Grands Moffs, il m'est tout à fait personnel, et je pense que chaque homme ou femme qui occupera mon siège dans le futur devrait avoir le choix de porter une tenue qui lui corresponde pleinement. Pour préciser avec une note de fierté, je me trouve assez belle allure dans cet ensemble blanc. Je porte aussi parfois un blaster au côté lorsque mes devoirs m'imposent de sortir du Palais Impérial. Il m'arrive aussi parfois de me rendre dans des assemblées mondaines, assez rébarbatives mais toutefois essentielles pour comprendre l'inclination que prend l'Empire et pouvoir trouver des solutions efficaces. Dans ce genre de rassemblement, je me contente d'un habit sombre parfois brodé d'or ou d'argent aux épaules, sans trop de fioritures. J'essaye au mieux de me restreindre à une certaine simplicité qu'apprécie la bourgeoisie impériale.


ÉQUIPEMENT


Je ne possède en général sur moi qu'un blaster et un holocommunicateur. Je suis peu habitué aux mauvaises surprises.


DOSSIER PSYCHOLOGIQUE


Difficile de faire un effort d'objectivité pour parler de soi-même sur le plan psychologique. Mais je m'y efforcerai, même si il ne sera peut-être parfois pas difficile de déceler une pointe de partialité.
Tout au long de ma vie, je me suis construit un caractère d'Officier de la Flotte Impériale. Je suis donc marqué par un certain sang-froid devant le feu de l'action et du danger. L'officier doit garder son calme en toute situation, afin de gagner la confiance aveugle de ses hommes. Même lorsque l'entreprise est risquée, le calme de l'officier donne tout de même au soldat l'impression que son supérieur ne peut être surpris. Si l'officier peut évidemment être surpris par les événements, il ne doit jamais rien en laisser paraître. Et c'est ce sang-froid qui nous permet d'acquérir cela. Je me caractérise aussi, je le pense, par un certain courage. Si ce n'est pas le courage des champs de bataille que peut avoir le lieutenant en montant à l'assaut avec ses troupes, c'est toutefois un courage qui a de la valeur : celui de prendre des décisions risquées pour son vaisseau ou pour sa flotte à plus grande échelle. C'est la prise de risque stratégique qui définit le courage de l'officier de la Flotte. La rivalité entre hommes de la Flotte et hommes de l'Armée est bien connue, et souvent le mépris affiché. Je pense que cela provient tout simplement du fait que les deux armées n'ont pas une même définition ni une même acception des différentes notions comme courage ou prise de risque. Enfin, la dernière caractéristique de l'officier que j'ai su gagner est celle de l'autorité. Si mes débuts dans la Flotte n'ont certes pas été marqués par un charisme à toute épreuve, aujourd'hui je peut inspirer à mon équipage ou mes officiers subalternes une loyauté à toute épreuve, soit par la confiance soit par la peur. C'est le caractère de son interlocuteur qui fait que l'on lui inspirera la loyauté par amour ou par peur. Ces deux choses doivent être équilibrées parfaitement, pour éviter de passer pour un faible ou à l'inverse un tyran.

Mais certains traits de caractère ne m'ont pas été donnés par ma carrière mais me sont échus par ma vie. Je crois être particulièrement exigeant avec mes hommes, peut-être trop. J'exige qu'ils fournissent toujours le meilleur d'eux-mêmes, et cela même pour les tâches qui paraissent les plus futiles. Cette rigueur nous donna de nombreuses victoires et c'est pour son efficacité que j'ai conclu qu'elle ne peut être que bénéfique. La discipline est la seule chose qui assure la supériorité de l'Empire sur toutes les autres Flottes de la Galaxie. Nos avancements technologiques sont très vite rattrapés, et c'est notre professionnalisme qui a toujours fondé nos victoires. Et cette discipline salvatrice, c'est la rigueur des officiers qui la produise. Cependant malgré cette vision très militaire que je peux faire paraître de moi dans ces lignes, je reste un homme ouvert en dehors du service. Je suis largement capable de sympathiser avec quiconque, et je ne suis pas homme à se refuser le sourire. J'ai appris à convaincre les gens, et depuis que j'occupe le siège de Grand Moff, je sais désormais parfaitement comment prendre les gens afin de les faire servir les intérêts de l'Empire au mieux. Et surtout, ce qui me différencie de beaucoup de mes pairs Moffs et Amiraux, c'est cette importance que j'accorde à la prospérité du peuple. Ma relativement basse extraction sociale m'as permis de comprendre comment le peuple de l'Empire vivait et a formé dans mon esprit l'idée d'un Etat protecteur.
Politiquement, je me considère comme un serviteur loyal de l'Empire, comme se doit de l'être tout Grand Moff. Je ne cache pas que je me suis élevé jusque là par volonté et non par un coup surprenant du destin. J'ai toujours souhaité diriger, mais toujours pour tirer notre patrie vers le haut. Depuis mon accession au pouvoir, je m'efforce de faire du fils de l'Impératrice défunte Fel un homme apte à diriger. Les années lui ont peu à peu apporter des connaissances et des bases solides, mais il est à mes yeux encore hésitant pour assumer totalement son rôle. Sans compter que depuis la mort de l'Impératrice, le Conseil des Moffs a pris encore plus de libertés par rapport au pouvoir. J'ai moi-même été élu par ce Conseil, par la confiance qu'il accordait au militaire que j'étais. J'ai toujours été un serviteur loyal de l'Empereur, mais je ne peux brider le Conseil, ou il me remplacera très vite. Il faut donc se montrer patient. Quant à notre guerre contre les Sith, je la crois justifiée. La désastreuse période Krayt nous as montré à quel point ils étaient dangereux pour la Galaxie. Je ne montrerai de repos que lorsque tout leur Ordre sera sous notre botte. Les Jedi eux ne m'inspirent pas grande confiance non plus, et j'estime que leur impartialité dans la Guerre Civile en cours est primordiale. Les ordres de religieux utilisateurs de la Force n'ont pas à se mêler de politique, au vue des périodes de tensions qu'ils ont entraînés lorsqu'ils étaient au pouvoir. La nouvelle puissance impérialo-sith ne manque pas de m'inquiéter. En revanche, j'ai beaucoup plus de respect pour l'Alliance Rebelle. Si ils restent mes ennemis, ils ne déméritent pas de s'opposer ainsi à une force qui les surpasse, et leur courage m'impressionne. En outre, je pense que leur désir de liberté et de démocratie n'est pas incompatible avec une cohabitation pacifique entre nos deux régimes. Je m'évertuerai, avec l'aide de l'Empereur et en cachant mes projets au Conseil des Moffs, à négocier avec les officiers Alliés.

HISTOIRE


Chapitre I : Les racines populaires (106 ABY - 122 ABY)

Je n'ai que peu de souvenirs de ma petite enfance, mais je me rappelle du moins de quelques éclairs émotionnels qui ont parcouru mon être. J'ai vécu une enfance heureuse dans les quartiers de la classe moyenne-basse des bas-fonds de Bastion. Le bonheur d'un enfant se trouve dans la possibilité qu'il a de courir dans les ruelles aux côtés d'autres enfants, de se rouler dans la boue et de rire à pleine voix. Quelle tristesse m'emparait lorsque je pensais, plus vieux, à ces enfants de bourgeois et de la noblesse impériale condamnés à être reclus chez eux et à ne faire qu'étudier et apprendre à bien se tenir dans la haute société. J'avais véritablement pitié de ces enfants-là. On m'as raconté plus tard que j'avais été un enfant assez turbulent mais toujours chaleureux avec les personnes qui m'entouraient. Mais je me rappelle aussi la profonde affection que j'éprouvais pour mes parents. Ils n'étaient pas riches (mon père n'était qu'un employé de bureau à Sartinaynian BlasTech et ma mère une modeste institutrice) mais nous arrivions à vivre. Je n'ai pas eu de frères ni de sœurs, mais je n'en éprouvait jamais le besoin. Cette enfance naïve et loin de tous les événements qui frappaient la Galaxie et l'Empire me permit de m'épanouir pleinement et de ne pas devenir l'homme froid et impitoyable que je reconnais aujourd'hui dans nombre de dirigeants impériaux que je côtoie aujourd'hui.

Notre maison était donc située dans les quartiers occupés par les citoyens pauvres de la planète mais pas encore assez pauvres pour entrer dans les classes populaires. Nous ne vivions donc pas dans un taudis, même si notre espace de vie était plutôt restreint. Nous avions de l'eau courante, l'électricité et même un relai Holonet (mon père y avait laissé presque trois mois de salaire, je me souviens encore des imprécations de ma mère à son attention). Bien sûr, nous étions les seuls de la rue à posséder un tel luxe et cela a donc paru tout naturel à nos voisins ainsi qu'à mes parents que tous se rassemblèrent certains jours à certaines heures pour suivre la chaîne galactique. Ainsi, nous étions souvent nombreux dans cette petite maison, et la convivialité régnait. J'allais tout simplement jouer avec les autres enfants pendant que les adultes s'informaient de la situation galactique tout en commentant avec ferveur.


Les quartiers moyens de Bastion où je grandis...

Lorsque j'eu dix ans, les relations qu'avait forgé ma mère me permirent d'entrer à l'école du quartier à moindre frais. Je me retrouvais donc sur les bancs des salles de classe, aux côtés de ceux avec qui je jouait autrefois dans la rue. Mes souvenirs se précisent à partir de ce moment, et je me souviens n'avoir pas du tout apprécié la transition. Alors que mes premières années m'avaient permis une liberté totale de mouvement, désormais je passais mes journées à apprendre l'Histoire de l'Empire Galactique et les caractéristiques physiques de Bastion. Je comprenais rapidement ce que l'on m'expliquait, mais mes résultats n'étaient pas aussi satisfaisants. Je ne témoignais aucun affection pour ces choses que l'on voulait m'inculquer et que je n'avais pas choisi. Mes parents en cela n'avaient pas été différents de tous les autres : ils voulaient voir leur fils réussir, même si celui-ci ne comprenait pas pourquoi on le forçait. Je n'étais soi-disant pas assez mature pour savoir ce qui était bon pour moi. Peu à peu, je commençais à perdre ces velléités. Je finis par adhérer à la pensée de mes parents et à me laisser porter par le système éducatif. Je ne comprenais pas, mais j'apprenais. Les connaissances s'accumulaient, sans que ne sache à quoi elles me serviraient, et mes résultats furent meilleurs. Mes parents étaient satisfaits, moi je n'avais plus de volonté. Je voulais simplement leur rendre la pareille après les efforts qu'ils avaient fait pour moi.

La petite école du quartier comprenait une vaste datathèque, aussi étrange que cela puisse paraître. J'appris bien plus tard que le directeur de l'établissement, un homme dont la préoccupation pour l'éducation des enfants n'avait d'égal que son manque de scrupules à voler les riches, avait signé de petits contrats avec des filous locaux pour qu'ils subtilisent les hololivres et les datapads des librairies situées dans les quartiers plus aisés. Comment payait-il ces filous, en revanche, je ne le sus jamais. Mais je pense que cet homme était profondément bon. Quoi qu'il en soit, c'est dans cette importante datathèque que je me retrouvais un jour au détour d'une étude sur l'Histoire de l'Empire Galactique sous Palpatine. Je n'avait alors que quinze ans, et j'avais donc un jugement un peu rapide sur cette période, suivant la critique qu'en faisaient mes professeurs ainsi que mes parents. Tout en consultant les ouvrages, je tombais sur un datapad intitulé Une fin plus grande, dont l'auteur était anonyme. Ce datapad narrait l'histoire d'un certain Osvald Teshik, figure importante de l'Imperium de Palpatine. Je découvrais cet étrange personnage avec fascination, et je me souviens que je passais plusieurs heures assis dans cette datathèque à découvrir le Grand Amiral Teshik. J'éprouvais tout en lisant un sentiment que je n'avais jamais connu : j'avais envie de devenir exactement comme cet homme, les valeurs qu'il avait porté durant toute sa vie me parlaient. Ma vision sur les choses changèrent, et je quittai alors le manichéisme enfantin qui nous tient tous lorsque nos idées ne sont pas complètement formées. Je comprenais que l'Histoire de la Galaxie, dans ses moments sombres, avait connue des figures héroïques. Les jours, les semaines et les mois qui suivirent ma découverte virent grandir en moi un certain attachement pour l'Empire qui m'avait vu naître. J'avais envie de servir, et de servir dans la Flotte Impériale.

L'année 122 Après la Bataille de Yavin, celle de mes seize ans, m'offrit cette chance.


Chapitre II : Le chemin du destin s'ouvre (122 ABY - 127 ABY)

Malgré la politique de la "Victoire sans la Guerre" instaurée par Jagged Fel lors de la reformation de l'Empire, des tensions émergeaient entre l'Empire et l'Alliance Galactique. Si personne ne parlait encore de "guerre froide" en 122, les autorités se tenaient tout de même prêtes. Et cette préparation avait menée naturellement à la volonté de renforcer l'armée de métier déjà existante au sein de l'Empire. Cette même année où je devais quitter le cycle primaire d'éducation et intégrer un établissement minable de la banlieue de Sartinaynian, un nouveau projet fut mis en place par l'Ecole Supérieure de la Flotte Impériale. Par une volonté de montrer une illusoire égalité dans le système de recrutement, l'ESFI avait décidé d'offrir une place à dix des meilleures élèves de la banlieue. Le niveau n'était pas très élevé dans ces quartiers, d'autant plus que mes parents avaient tout fait pour que je reçoive une éducation digne de ce nom. Ainsi, on m'avait offert cette place. J'aurai pu refuser, et je l'aurai sûrement fait un an plus tôt. Mais après ma découverte à la holothèque, toutes mes pensées étaient tournées vers l'institution militaire. J'acceptais donc cette place, tout en ne sachant pas quelle chance incroyable avait été la mienne : ce projet n'avait été destiné qu'à être une façade. Non seulement il n'y avait eu que dix choisis, mais je me rendrai compte dès mon arrivée dans cet établissement que tous les autres élèves venaient des classes supérieures de la société.
Mes parents furent bouleversés par mon éloignement. Certes ils avaient tenté de s'y préparer, mais personne n'est jamais prêt à voir son unique fils partir. En outre, si ils affichaient d'approuver mon choix, je voyais bien la déception dans leurs yeux. Ils n'avaient jamais témoigné de grande adoration pour l'Empire, mais ma joie m'aveuglait. Je suis donc parti, sans savoir que je ne les verrais plus jamais.
Je regrette aujourd'hui ce jour. Certes je me suis élevé au plus haut de l'échelle impériale, mais aujourd'hui je ressens ce vide qu'a produit mon éloignement d'avec mes parents. Peut-être n'aurais-je jamais dû quitter mon foyer, peut-être aurais-je dû continuer une vie simple et heureuse dans les bas-quartiers. Mais le passé est derrière moi, et je n'effacerai jamais ces regrets. Aujourd'hui, je vis avec mes responsabilités et les conséquences de mes choix.

Je me rappelle encore de ce jour, il y a trente-six ans, où je pénétrais pour la première dans l'enceinte de la plus prestigieuse Ecole de formation de la Flotte Impériale. Je me souviens de ses murs d'un blanc flamboyant, de ses hautes tours, de son architecture qui rappelait clairement les anciens palais d'Alderaan, aujourd'hui disparus avec la planète. L'inspiration était évidente, l'architecte un homme d'un grand talent. Cependant, son œuvre était entrée dans l'Histoire, mais son nom, aucun élève ne le connaissait. Nous écrivons l'Histoire par nos actes et non par notre être. L'homme qui veut marquer son temps, il doit le changer. Et à partir de ce jour, c'est ce à quoi j'aspirais pour mon avenir.




DERRIÈRE L’ÉCRAN


Prénom/Surnom : Appellez-moi la Main de Sarkin.
Age : 18 ans
Sexe : J'aurais bien aimé faire un blague là mais tout a déjà été fait. Donc masculin.
Avatar : Directeur Krennic - Rogue One
S'agit-il d'un double compte ? De qui ? Non
Comment avez-vous connu ce forum ? Ancien de Equilibrium.

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Jax Rennig [En Construction]
Mar 3 Jan - 19:37
Salut, serait-il possible de me donner un petit délai d'une ou deux semaines le temps de gérer ma rentrée ? Merci à vous !
Jorian Solaris
avatar
Messages : 206
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: Jax Rennig [En Construction]
Mar 3 Jan - 20:16
Salut à toi,

pas de problème, c'est noté. Bon courage pour ta rentrée, à bientôt !
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Jax Rennig [En Construction]
Jeu 19 Jan - 17:28
De retour sur la scène ! Smile
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 784
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: Jax Rennig [En Construction]
Mer 1 Mar - 15:56
Hello,

où en est cette fiche ?

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 784
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: Jax Rennig [En Construction]
Ven 7 Avr - 11:30
Fiche refusée pour cause de suppression de compte

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Re: Jax Rennig [En Construction]
Jax Rennig [En Construction]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Flou de Preval irrite le Bresil pour la construction d'une centrale éléctrique
» Project d'un construction d'un chemin de fer reliant Haïti à la Dominicanie
» Le droit de construction et de réparation interdit !
» Petition pour la construction de minas tirith
» Construction du Parc Quisqueya, version caribéenne de World Disney en Haïti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Imperial Wars :: Administration :: Présentations :: Fiches Refusées-