[Critique] Star Wars Rogue One
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage
Holocron
avatar
Messages : 228
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
[Critique] Star Wars Rogue One
Lun 19 Déc - 17:44
Star Wars Rogue One :

Il est enfin arrivé ! Depuis bientôt une semaine, nous pouvons profiter du premier spin off cinématographique de la saga Star Wars dans toutes les salles. Le projet Rogue One visait a, une bonne fois pour toute, offrir une version officielle de la récupération des plans de l'Etoile de la Mort, dont l'univers étendu Legends avait multiplié les versions, ce qui était une bonne initiative de la part de Disney pour fixer son nouveau canon. Toutefois, l'enthousiasme initial que j'avais pour ce projet ambitieux s'est refroidit radicalement après la sortie de Star Wars Episode VII, qui, non content d'être un mauvais film en plus d'un mauvais Star Wars, a fait un tabac au box office mondial et enregistrer le nouveau record de fréquentation en salle au États-Unis, ce qui risquait fort d'encourager Disney sur la voix du fan-service décérébré amorcé par JJ.Abrams.

Toutefois, j'ai manqué cruellement de foi. Le successeur d'Abrams a su insuffler une âme a son film et bien qu'une partie de l'intention initiale du film, celle d'offrir a Star Wars son premier véritable « film de guerre », ai perdu de sa puissance dans le produit fini, la faute a un reshooting de trois mois qui se sent dans la comparaison entre les bandes annonces et le film final, il reste que ce film a une identité que l'épisode VII ne pouvait revendiquer, aussi bien par rapport a la saga qu'en tant qu'objet cinématographique lui-même. S'il souffre de quelques défauts pouvant irriter quelques peu, cela n'enlève rien a la claque que prend le spectateur tout au long du film et gardant captivé jusqu'à la fin, Rogue One prenant même le luxe d'un démarrage plutôt lent afin de poser son contexte, son univers et les esquisses de ses personnages, ce que le Réveil de la Force n'a jamais fait en 2 heures de film !

Cette critique sera parcourue de Spoilers, je recommande donc a ceux qui voudraient réellement ne rien savoir de ne pas la lire. Toutefois, Disney c'est montré bien plus bavard sur le contenu du film que l'épisode VII, les bandes annonces ayant révélé beaucoup de chose, et il reste un Prequel dont nous connaissons tous déjà la conclusion. Je vais donc aborder les points essentiels du film et faire ma propre conclusion, a vous de vous faire votre avis !

A / Film de guerre :

Volonté clairement affiché du réalisateur et soutenu par Disney lors de sa communication, Star Wars Rogue One s'est présenté comme un film de guerre, une première du genre dans la saga, avec la volonté de présenter la guerre sous son vrai visage, et donc sans Jedi dans le groupe de héros principal. C'était la plus grande ambition du film et son bilan reste assez mitigé au final, bien qu'il convient de remettre les choses dans leurs contextes. Il était certain que Rogue One ne visait pas a entrer dans le panthéon des films de guerre engagé et profondément dérangeant comme l'est Apocalype Now (en version Redux s'il vous plaît!), Star Wars reste une saga familiale et il était impossible d'aller trop loin sous peine de perdre le sacro-saint PG 13 aux USA et donc limiter grandement les entrées en salle. Toutefois, il existe nombre de film de guerre plus « propre sur eux » dont Rogue One pouvait aisément s'inspirer. Si Disney a couper une partie en post prod afin de pouvoir atténué un maximum la gravité du film, il n'a pas eu trop la main lourde non plus, peut-être l'échec critique de Suicide Squad (qui a tout de même rapporter presque 800 millions au box office) a-t-il fait réfléchir la firme aux grandes oreilles.

Il reste que l'une des tâches du film de guerre est d'offrir une représentation la plus fidèle possible du conflit sur lequel il se penche. Si cela peut sembler évident, c'est en pratique rarement le cas : même les fresques épiques et très connu comme le Jour le Plus Long ont de nombreuses liberté avec leurs contexte. Plus proche de nous, Fury est une véritable insulte a la seconde guerre mondiale, avec Brad Pitt affichant une coiffure improbable, un scénario aussi creux et crédible que celui de Star Wars VII et des tirs de mitrailleuse digne d'E-Web dans Star Wars… Rogue One est particulier dans ce cadre, car il doit reproduire un univers fictifs, mais il s'en sort parfaitement bien, peut-être même parfois trop : là ou l'épisode VII était resté enfermé dans le cadre de la trilogie originale alors qu'il aurait du en sortir (je rappelle qu'il se déroule 30 ans plus tard), Rogue One arrive naturellement a être très fidèle, mais même un cran au-dessus : la reconstitution de l'étoile de la mort, Yavin IV, des destroyers impériaux, est simplement parfaite. Le soucis du détail est poussé jusqu'à présenter des personnages avec des moustaches et coupes de cheveux dignes des années 70 ! Pourtant, Rogue One, alors qu'il aurait très bien put se contenter de rester enfermer dans le fan service, propose des nouveaux vaisseaux, des nouvelles armes, des nouvelles planètes, nous changeant de nos habitudes et s'intégrant parfaitement dans cet univers. Une direction artistique parfaitement maîtrisé et une reconstitution parfaite, un point très important dans un film de guerre. Il est salutaire qu'Abrams n'est pas réalisé ce film, ses Star Trek, ou il appose des logo de marque et parle d'argent dans un univers ou ses deux notions ne sont plus censé exister, prouvant a quel point il est mauvais pour retranscrire une ambiance et faire une reconstitution digne de ce nom.

Là ou le film rate un peu le coche, c'est au niveau du message. Il expose plusieurs situation facilement connectable a la réalité, surtout dans la première moitié du film (la seconde est une progression aussi épique que tragique, correspondant parfaitement a un film de guerre, sur laquelle il n'y a pas grand-chose a redire sur cet angle). L'introduction est peut-être le point le plus clair de ce sentiment : lorsque Krennic rejoint Galen Erso, l'on ne peut que ressentir le parallèle avec la recherche et l'arrestation des juifs ou des résistants pour la déportation pendant la seconde guerre mondiale, ce qui est loin d'être déconnant dans le contexte de la trilogie originale. Toutefois, cette scène manque quelque peu de portée, car l'on n'est pas encore attaché a la famille Erso d'un côté, et que Krennic manque de Charisme. L'on sent trop qu'il est ironique et trop sûr de lui et se moque de Galen Erso. Cette scène est tragique, mais trop factuelle, il lui manque quelque chose, peut-être a cause de son cadre ou de ses personnages, mais l'on a du mal a y croire. De la même façon, Jeddah, qui avec son mouvement de résistance évoquant clairement des Djihadistes et ses femmes en Burka rate également le coche : montrer que l'Alliance Rebelle n'est pas toute blanche elle-même, pourquoi pas, mais le film n'exploite pas assez cette corde, et finalement, cela sert plus a faire une référence a moitiés assumé, rendant le personnage de l'asiatique aveugle encore plus improbable dans ce décors et c'est dommage !

C'est probablement la partie la plus frustrante du film : il y a le potentiel d'aller plus loin, d'utiliser ce conflit intergalactique pour nous parler de nous mêmes, mais la démarche ne va pas jusqu'au bout. Ce n'est pas si étonnant pour un premier essai, mais cela reste frustrant au final car on en voudrait plus. Pas de quoi gâcher l'expérience cinématographique, mais assez pour nourrir quelques regrets a la réflexion.

B / Scénario / Personnages :

Il s'agissait du point qui m'inquiétait le plus : après un VII calamiteux, enchaînant les scènes d'actions sans queue ni tête afin de dissimuler son absence de scénario et de contexte, Rogue One bénéficiait lui du contexte établit par Georges Lucas pour pouvoir construire son histoire et l'à magnifiquement fait ! Bien que l'intrigue est quelques moments faiblesses, comme le retournement trop rapide de l'agent secret rebelle dans ses convictions ou encore la fin ou la connexion directe avec l'épisode IV est assez mal géré, l'ensemble reste très correct et le film seul tien parfaitement la route, étant certes prévisible, mais disposant d'un scénario, d'un contexte et faisant avancer son histoire correctement. Il a même les couilles de tuer tous ses personnages principaux, illustrant ainsi parfaitement l'idée du sacrifice nécessaire afin de pouvoir prolonger l'espoir, une idée qui n'est jamais mieux incarner que dans la scène finale. Si elle est clairement du fanservice, Vader déchaînant les pouvoirs de la Force et massacrant les soldats rebelles, ses derniers ne vont pas a l'abattoir sans se battre, et ne perdent pas l'usage de leurs cerveaux : ceux de l'autre côté, qui auraient put fuir en abandonnant leurs camarades a leurs sorts, tente d'ouvrir la porte pour ouvrir une voie de repli a leurs camarades, et lorsque le dernier comprend qu'il ne survivra pas, transmet les plans a ses camarades qui peuvent s'enfuir avec. Un moment fort de sacrifice et montrant les liens de solidarité et de fraternité dans la cause unissant ses soldats, digne d'un film de guerre.

Au niveau des personnages en revanche, nous n'avons pas grand-chose a nous mettre sous la dent pour les nouveaux : Krennic est l'archétype du méchant un peu stupide, arrogant et manquant d'assurance, prompt a s'énerver et manquant de classe, il est éclipsé par Tarkin CGI et Vader pendant tout le film. Les héros eux-mêmes manquent quelque peu d'épaisseur : Jyn remplace le classique héros de film de guerre propre sur lui. Elle fait le métier en apportant un poil de nuance au cliché de base sans pour autant se démarquer. L'agent du renseignement se laisse trop vite guider par ses ressentiments pour les beaux yeux de Jyn, même si l'on évite de peu le mauvais cliché de la romance inutile. Pour le reste, l'asiatique me semble toujours de trop, d'autant plus que si ce n'est pas un ancien Jedi, avec son bâton canon laser capable de détruire un TIE, je rend mon tablier. Son pote correspond a l'archétype du gros dur et est assez amusant, son duo avec l'asiatique fonctionne bien, lui l'athé contre le religieux, même si le fait qu'il choisisse de faire son baroud d'honneur final en embrassant la religion fait bien morale chrétienne américaine, dommage… Le pilote est inutile, et le droïde, comic relief humour noir, mais utile, est le meilleur personnage de cette petite équipe et celui auquel je me serais le plus attaché.

C / Réalisation et Fanservice :

A l'instar du scénario, Rogue One est également parvenu a faire une réalisation bien plus réussie que celle de l'épisode VII, notamment en permettant a Star Wars de retrouver de la noblesse : l'on retrouve certain plan fixe cher a Georges Lucas, venant du cinéma de Kurosawa et même lorsque la caméra bouge, elle le fait de manière plus calme et nette, laissant le spectateur profiter de l'action. La dernière bataille, si ont la compare a celle de l'épisode VII, est particulièrement criante : Rogue One jongle intelligemment entre les échelles, nous faisant basculer du ciel ou TIE et X, Y et U Wing s'affrontent pour arriver vers le sol ou les troupes rebelles font face aux Storm, Deathtroopers et AT-AT en restant clair et lisible, permettant de réaliser l'ampleur du conflit et prendre conscience de son caractère désespéré, sans pour autant aller vite pour « avoir l'air cool ». Abrams a oublier qu'une scène de guerre est puissante par sa nature, et surcompense son absence totale de talent avec une caméra épileptique qui n'est clairement pas le cas ici et dieu que c'est BON ! Les dialogues sont efficace, bien que l'on ne retiendra pas vraiment de réplique culte, certaines blagues font peut-être trop « Film Marvel », mais très peu et on les oublient vite pour retourner dans le film, donc quelques rares fausse note dans un très bon résultat. En revanche, un point noir : la musique : une fois encore, en dehors des reprises des thèmes originaux de la saga, elle n'est fait que pour accompagner l'action et être efficace, mais ne rentre pas dans la tête comme le faisait les thèmes de la trilogie originale où ceux de la prélogie.

Au niveau du Fanservice, celui-ci était inévitable dans le concept même de ce film, préquel de l'épisode IV. Star Wars VII répondait au vieux cliché voulant que la saga n'était la saga que dans IV, V et VI, oblitérant totalement le passé de la prélogie. Curieusement, une fois encore, Rogue One, qui aurait put incarner bien plus facilement cet aspect, n'oublie pas la prélogie : retour de Bail Organa, Mon Mothma est incarnée par l'actrice de l'épisode III, et Vader réside sur Mustafar, dans une référence pour les fans de l'UE Legends au Château de Bast très bien maîtrisé. Les repères visuels a SW sont présent : garde royaux encadrant Vader, présence du criminel agressant Luke dans l'épisode IV, utilisation de plan non utilisé dans l'épisode IV afin d'ajouter des pilotes dans la bataille spatiale, reconstitution de Yavin IV tel qu'elle est dans la remasterisation de l'épisode IV… Pourtant, je n'arrive pas a le condamner : dans le VII, tout était grossier et illogique. Ici, les clins d’œils sont souvent destiné avant tout aux initiés et pour le reste, on est dans l'arc temporel, c'est logique et cela rentre dans la démarche de reconstitution. On parle même du sabre noir !

Maintenant, j'ai beaucoup plus de mal avec l'idée d'aller rechercher le visage de Tarkin et Leïa pour les remettre en CGI. Déjà parce que c'est très visible et l'effet n'est donc pas très joli, mais aussi pour des questions personnelles : c'est une porte ouverte a la création et la promotion de film qui se reposerait uniquement sur l'image de marque d'acteur mort recréer en CGI pour l'occasion et cela me dérange. Mais c'est purement personnel.

D / Conclusion :

Un travail de bien meilleur qualité que son prédécesseur a voir et revoir sans délai, Star Wars Rogue One mérite de lui offrir sa chance, même si vous avez vomi le torchon d'Abrams !
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [Critique] Star Wars Rogue One
Mar 20 Déc - 14:51
Holofilm: Star Wars Rogue One





Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine... C'est sur ces mots que comme tant d'entre vous sur ce forum, j'ai découvert ce film que j'attendais avec une certaine impatience depuis son annonce il y a de cela deux ans me semble-t-il. Contrairement à mon compère ci-dessus, mon enthousiasme concernant ce film n'a pas été refroidi par l’Épisode VII que j'ai su apprécié non pas pour ce qu'il y avait à l'écran (car somme toute je suis d'accord pour dire que c'est un mauvais film SW, même si je crois qu'à coté je le préfère à l’Épisode II) mais plutôt à cause de la lecture que j'avais faite de ce film (Pour faire simple, ce film m'a évoqué quantité de thème que j'avais eu le plaisir de traiter dans ma critique sur un autre forum que certains d'entre vous ont connu). A vrai dire, je crois que mon  enthousiasme et mon impatience n'en ont été que décuplé lorsque j'ai su que Gareth Edwards était aux commandes de ce tout premier Spin Off. Pour ceux qui ne connaissaient pas cet homme avant d'avoir vu ce SW, je ne saurais vous conseiller de voir ces précédents films à savoir Godzilla et Monsters qui sont tout deux des films fort sympathique qu'il m'arrive souvent de regarder et que j'apprécie tout particulièrement (notamment le Godzilla !). Bref, du fait que je connaissais ce réalisateur je me doutais de la structure qu'allait prendre ce film mais j'en reparlerais plus tard.

Ce film, une fois vu au cinéma, m'a laissé une impression bizarre qu'aucun SW ne m'avait laissé jusqu'alors. J'en suis sorti à la fois conquis mais aussi terriblement frustré et ce pour plusieurs raisons que je tâcherais d'expliciter tout au long de cette modeste critique. Pour ceux qui n'ont pas vu le film, je ne saurais vous conseiller de ne pas lire ce qui va suivre auquel cas vous risqueriez d'être confrontés à de nombreux spoilers qui pourraient gâcher votre plaisir !

A) Film de Guerre

Ayant suivi avec une certaine avidité, toutes les annonces et autres nouvelles du film sur le site Star Wars Universe, j'ai pu apprendre que Disney avait pour but, au travers notamment de cette oeuvre, de faire des spin off dont le genre risquait fortement de s'éloigner de SW. En soi, cette annonce avait titillé ma curiosité et m'avait même rendu enthousiaste et ce pour plusieurs raisons que je résumerais en une seule: Imaginez Quentin Tarantino réaliser un film de gangster avec le personnage de Han Solo ou imaginez un Western spaghetti dont le personnage principal ne serait ni plus ni moins que Boba Fett  ! Cette possibilité laisserait rêveur quantité de fan ! Savoir, par conséquent, qu'un film de guerre allait voir le jour et que celui-ci allait se dérouler durant l'une des périodes que j'affectionne le plus dans SW à savoir la Première Guerre Civile Galactique, me laissait rêveur ! Qui plus est le fait de connaitre que Lucasfilm allait produire un film de guerre réaliste dont l'intrigue concernerait le vol des plans de la première étoile de la mort me fit immédiatement penser au fait que nous aurions droit à une sorte de 12 salopards version SW mais qu'en plus...enfin...oui...je dis bien enfin...nous verrions la guerre telle qu'elle existe, telle qu'on aurait pu nous la dépeindre vis à vis des Clones (car oui à mon humble avis TCW en plus de ne jamais exister en tant qu'anime pour enfant, aurait mérité d'avoir une série avec de vrais acteurs dont les différentes intrigues et le traitement aurait pu s'approcher des séries de Spielberg et Hanks sur la WW2. Il y aurait eu moyen en effet de faire quelque chose de très "adulte" et de très dur au travers de cette période qu'était la guerre des Clones mais tel n'est pas le sujet). Bref, j'espérais, bien naïvement, que comme l'annonçait les différentes interviews, nous allions effectivement un film de guerre réaliste et sombre !

Hélas, en visionnant le film, je n'ai pu que constaté à quel point au produit que l'on m'avait vendu et qu'en soit j'espérais. Ce film, bien que PG-13 aux USA me semble-t-il (il faudrait vérifier), demeure un film tout public. Ce facteur s'explique sans doute par le fait que tout comme les films de super héros (bien que Deadpool ait démontré le contraire) l'on essaie de faire en sorte que le film soit tout public afin d'en tirer un maximum de bénéfice...ce que je trouve dommageable ! En effet, en tant que film de guerre, je m'attendais à ce qu'il soit dérangeant. Je ne désirais pas d'un remake de Full Metal Jacket mais j'espérais malgré tout que nous verrions un film de guerre où des soldats rebelles chient dans leurs frocs, où ils mènent clairement un combat désespéré contre un Empire qui oppresse la galaxie ! J'espérais  en quelque sorte voir du sang de la sueur et des larmes ! Malheureusement pour moi, il ne s'agit pas d'un film de guerre dérangeant et profondément engagé dans une cause comme ont pu l'être la plupart des films de guerre culte sur la Guerre du Vietnam.... Il s'agit même en fait, d'un film plutôt propre sur lui qui m'a évoqué ces vieux films de Guerre US des années 1950 et 1960 que l'on connait tous à savoir Le jour le Plus Long, Quand les Aigles attaquent, La Grande Évasion, etc...

Bien que j'apprécie grandement ces films de guerre, je trouve qu'ils n'ont rien de particulièrement sombre ni même parfois de réaliste. Ils sont bien trop convenus et trop propres sur eux. Il s'agit de film qui mettent en avant l’héroïsme des soldats alliés (qui sont bien souvent Ricains). Or, en aucun cas il s'agit de film réaliste et sombre !  En cela, je reprocherais Lucasfilm et Disney d'avoir fait une publicité mensongère sur le sujet (après tout pour un film de guerre réaliste, je n'ai pas vu beaucoup de soldats rebelles saignés...comme je n'ai pas vu beaucoup de membres volées et ce malgré l'emploi de grenades ou plutôt de détonateurs thermiques en l’occurrence ! Même la mort des principaux personnages est trop propre ! Ce film n'a pas eu assez de couilles pour montrer la guerre telle qu'elle est...à savoir brutale, violente et ô combien sauvage ! Même dans ce film....même dans une autre galaxie, au moment ou Jedha subit une attaque de la part des rebelles, l’héroïne se sent obligé de sauver une petite fille qui se retrouve en plein milieu d'une fusillade entre impériaux et rebelles ! Cette gamine parvient d'ailleurs à survivre grâce à notre héroïne et ce quand bien même elle se trouvait à découvert !  Pour ma part, j'aurais trouvé assez fort le fait de voir cette gamine mourir à cause des rebelles ou des impériaux et ce afin de démontrer d'une manière certes brutale voire même déroutante au téléspectateur que la guerre c'est ça et pas autre chose ! Il y avait un certain potentiel à traiter de ce sujet d'une manière dérangeante et je trouve cela fort dommage car cela laissait d'avance supposer que l'on allait avoir droit à un film de guerre très convenu qui ne chercherait pas à développer des thèmes qui pourraient être actuels !

Encore une fois, j'ai eu le plaisir d'avoir tort car ce film nous présente, au travers de certaines scènes situées dans la première partie du film, des situations qui nous rappellent notre passé voire même notre présent !  En effet, nous retrouvons au tout début du film Jyn Erso dans un camp de travail impérial. Cette scène qui ne dure que quelques minutes et au cours de laquelle nous pouvons voir un Juggernaut évoluer, pendant quelques secondes, à l'extérieur m'a immédiatement fait penser aux camps de travail mais aussi aux camps de concentration de la Seconde Guerre Mondiale ! J'ai même pensé à l'esclavagisme des noirs aux USA et aux camps de travail soviétique !  Cette scène, qui ne montre pourtant rien, m'aurait semblé justement bien plus forte si elle nous avait montrer les affres de la machine impériale... J'aurais trouvé couillu de nous montrer des personnes qui avaient la peau sur les os en train de travailler sous la surveillance de superviseur impérial intransigeants ! J'aurais même trouvé intéressant de travailler encore plus sur le coté déshumanisant de l'Empire et des stormtroopers en nous montrant ce qu'ils faisaient des cadavres... Hélas, je n'ai malheureusement pas eu droit à ce coté dérangeant que j'espérais !

De même ce film, au cours d'une bonne partie de son action, nous présente une planète...Jedha dont la géographie urbaine rappelle furieusement Jérusalem (une ville entourée de remparts, avec des habitants en forme de dômes et dont le temple appartenant à une religion vieille de plusieurs siècles a été détruit par des envahisseurs représentant un Empire). J'ai trouvé ce plan particulièrement intéressant pour des raisons évidentes: Comme j'avais déjà eu le plaisir d'en discuter avec Lenalia, j'espérais que ce film au travers de cette planète de croyant chercherait à traiter des problèmes que le Moyen Orient actuellement ! Et il le fait, en un certain sens ! Il nous y fait tous penser mais ne cherche pas à creuser ce thème qui aurait pu refléter pas mal de choses ! Après tout nous avons droit à une embuscade tendue à des impériaux et menée par des rebelles qui sont des extrémistes comme on l'apprendra plus tard (difficile de ne pas penser aux djihadistes avec ça et avec la présence de burka) ! Nous avons même eu droit à la présence de nos héros, qui sont d'ailleurs des rebelles modérés/ des représentants de l'Alliance Rebelle qui sont pris entre deux feux ce qui ne manque pas d'évoquer la situation dans laquelle se retrouve les rebelles d'Alep (ils ont à subir les djihadistes mais aussi les syriens pro-régime et les Russes). Hélas, bien qu'il était intéressant de voir que la Rébellion n'était pas toute propre sur elle et n'hésitait pas à se salir, cela n'était pas assez développé !

De même, j'aurais trouvé ça assez sympatique, de voir les scientifiques responsables du projet Etoile de la Mort, avec Galen Erso avoir les mêmes réactions qu'un certain Oppenheimer après le premier essai de son arme !

En conclusion, comme mon compère l'a dit ci-dessus, j'ai trouvé ce film particulièrement frustrant car il avait le potentiel, comme vous pouvez le constater au travers des scènes que j'ai mentionné notamment, de développer quantité de thèmes plus ou moins actuels. Il y aurait même eu totalement moyen de faire une critique de l'homme...de notre propension à nous faire la guerre et à inventer de nouveaux moyens pour nous tuer voire même d'aller plus loin ! Malheureusement ce n'est pas le cas, car il y a dans ce film tout ce qu'il faut pour cela ce qui fait que je ne peux m'empêcher de trouver tout ceci frustrant ! Il est clair que pour ma part, au vu de tout ceci, j'en voulais plus, beaucoup plus ! J'aurais apprécié que ce film me fasse réfléchir, me fasse prendre conscience de quelque chose que je n'avais peut être pas à l'esprit !

Peut être Gareth Edwards voulait-il développer son propos ? Nous ne le saurons jamais même si nous savons de par certains articles parus récemment que ce film était plus violent dans son déroulement (Selon certaines sources, nous aurions pu voir encore une fois Vador nettoyer un temple de l'Ordre Jedi...tout comme nous aurions vu notre seigneur noir des sith préférés malmené ce cher Saw Gerrera expliquant ainsi la raison de ses prothèses cybernétiques et de son armure de survie... J'ose espérer que le livre catalyst ou la novélisation du film mentionneront ces passages plus noirs...auquel cas il faudra attendre que disney veuille bien mettre dans le dvd de rogue one ces scènes coupées au montage). En effet, je pense que ce film était sans doute plus noir à l'origine car certaines scènes montrés dans les différentes bandes annonces (notamment la première et la seconde) ont été coupées et remplacées par d'autres. Certes c'est monnaie courante de faire cela mais pour le coup il y en a beaucoup trop pour que ce soit anodin (souvenez vous de la coupe crâne rasée et du pitch de Saw Gerrera dans la première bande annonce... Ce personnage avait carrément quelque chose de malsain...il était empli de fanatisme... Or là...nous avons droit à un vieux papy un peu zinzin et parano qui fait baba cool !). Bref, je suis restée malgré tout sur ma faim concernant cette partie du film ! Passons désormais au reste !

B) Scénario/Personnages

Au niveau du scénario, je vous avouerais n'avoir aucune surprise. Comme j'avais déjà eu le plaisir d'en discuter avec Lenalia, je lui avais parié que tous les personnages de ce film finiraient par mourir en accomplissant leur mission ce qui était plutôt couillu, je dois le reconnaitre ! Le scénario, dans son ensemble est plutôt correct (ce n'est pas grandiloquent mais ça a le mérite de faire le taf) même si parfois ( notamment à la fin du film) je n'ai pas pu m'empêcher de facepalm littéralement tellement c'était mauvais ! En effet, certains éléments de ce film m'ont quelque peu déçu et ce pour de multiples raisons même si je peux comprendre que ce soit assez difficile de faire un film dont la fin est déjà connue par tout le monde !

Déjà, j'ai trouvé un peu fumeux que Jyn Erso oublie l'holodisc de son père sur la console de de Jedha. Certes, il fallait chercher les plans de l'étoile noire mais de là à oublier bêtement cette saloperie de clé USB qui détenait des infos mine de rien importantes...j'ai trouvé ça assez...stupide ! Mais bon, j'ai laissé passé cette petite erreur que j'ai mis sur le compte de l'émotion ressentie par le personnage vis à vis de son père qu'elle n'avait pas vu depuis qu'elle était petite !

Ensuite là où j'ai clairement facepalm...c'est concernant la bataille spatiale ! J'avais anticipé son existence de cette bataille avec la flotte rebelle mais je ne m'attendais pas à quelque chose d'aussi mauvais qui pourrait pardonner toutes les erreurs de la bataille spatiale d'Endor ! En effet, comme certains d'entre vous ont pu le voir, nous assistons clairement à une bataille entre deux Star Destroyers Impériaux et une station spatiale contre toute une flotte rebelle ! Jusque là tout va bien....jusqu'à ce que l'on constate la bêtise des impériaux qui redeviennent égaux à eux mêmes (je vous avouerais que parfois, j'ai eu l'impression de voir du rebels pour les impériaux). Pour commencer, j'ai trouvé stupide que l'officier en charge de la porte stellaire ne la ferme pas tout de suite après l'arrivée inopinée de la flotte rebelle alors que quelques instants auparavant on a vu les membres de l'escouade Rogue One faire face à un système d'identification assez pointu avant même de passer la porte ! Mais passons, peut être que c'était un stagiaire qui avait été prendre du café !

La bataille se poursuit, nous voyons des chasseurs TIE décoller et combattre les vaisseaux rebelles ainsi que les X-Wings... Nous assistons donc là à du SW classique donc il n'y a pas grand chose à redire jusqu' à ce que l'on voit les différents plans où sont présents à l'écran les Star Destroyers Impériaux...qui ne tirent absolument pas ! Nous avons deux Star Destroyers de 1km6 en train de protéger un centre d'archives et de projets secrets, et qu'est ce qu'ils font ? Rien du tout , ils regardent ce qui se passe comme des gros crétins alors qu'ils ont plus que les moyens nécessaires pour endommager une bonne partie de la flotte rebelle qui au final ne compte qu'un seul vaisseau capital !

Hélas, la stupidité de cette bataille ne s'arrête pas là...Suite à un bombardement intelligent de bombes à ions sur le Y-Wing au cours duquel l'amiral calamarien, tel un personnage des années 1980 d'un anime, nous délivre une réplique digne de captain Obvious ("regardez ce star destroyer est mal en point/désactivé, il faut faire quelque chose !" Non tu crois ?!), nous assistons à l'apparition (que j'ai néanmoins apprécié) d'une corvette de classe hammerhead qui décide d'aller plein gaz sur le Star Destroyer Impérial désactivé pour qu'il aille se fracasser sur l'autre... J'ai trouvé cette scène terriblement stupide car déjà je trouve douteux qu'un appareil de 300 mètres maximum parvienne à repousser un vaisseau capital de 1km6 surblindé sans exploser en fonçant dans sa superstructure...comme j'ai trouvé tout autant stupide que le capitaine impérial mette 300 piges pour réagir et pour donner l'ordre de bouger son Star Destroyer avant que son compère ne s'encastre dans sa tronche !

Certes, je sais qu'il fallait que les rebelles gagnent mais pas de cette manière...pas dans un film de guerre soi disant "réaliste". Je sais que le combat spatial n'a pas été théorisé encore mais de là à faire des âneries...

Cette bataille qui ne manquait pas de me désespérer me réjouit quelque instants quand je vis le Devastator (le Star Destroyer de Vador, présent dans l'Episode IV et VI) sortir de l'hyperespace et....commencer à détruire à lui tout seul une bonne partie de la flotte rebelle qui essaie de s'échapper (je sais qu'il fallait montrer que Vador n'était pas un rigolo mais de là à voir sortir un vaisseau impérial de l'hyperespace et tiré avec les armes qu'il a à son bord alors que quelques instants auparavant on a vu des Destroyers se toucher la nouille c'est terriblement frustrant vous en conviendrez).

Je ne reviendrais bien évidemment pas sur la scène de fin avec le Tantive IV qui est pour le moins illogique avec ce que l'on connait déjà (à moins que Leia prenne Vador pour un con, son histoire d'immunité diplomatique....j'y crois plus tellement en fait !).

Concernant la bataille terrestre, j'avoue ne pas avoir eu ce genre de réactions épidermiques pour la simple et bonne raison qu'elle m'a paru bien plus cohérente que la bataille spatiale ou la plupart des batailles terrestres de la trilogie originale bien que je me sois demandé pourquoi Krennic ou un pilote ne tente pas tout simplement de faire sauter l'Antenne empêchant ainsi tout rebelle de transmettre l'information à la flotte...) et que je me sois demandé également comment Cassian avait pu survivre au tir de Krennic à ses multiples chutes et avait pu rejoindre si vite Krennic et Jyn en haut de la tour malgré son état...

Ces erreurs m'ont clairement énervés et je pense que vous êtes en mesure, désormais, de comprendre pourquoi. Toutefois si l'on excepte ces erreurs, ce film possède un scénario assez classique qui ne possède pas vraiment de surprise si ce n'est une que je traiterais sans doute plus tard dans mon exposé ! En somme, ce scénario pose problème sur certains points, même si après réflexion, je me demande si ce n’est pas inhérent à SW qui est une saga qui emprunte beaucoup au genre de la fantasy sur quantité de choses.

Parlons maintenant des personnages: Il s’agit, à mon avis, (du moins si l’on excepte le manque de profondeur de cette oeuvre du plus grand point faible du film. Je ne m’attendais certes pas à une révolution de ce coté là. Après tout ce n’est qu’un SW ! Mais, je ne pensais clairement pas que les personnages allaient être aussi creux pour certains d’entre eux (bien que là j’exagère un tantinet). En effet, je trouve que les personnages ne sont pas assez développés ce qui est dommage car ils ont tous l’air d’avoir vécu quelque chose  (du moins pour la plupart d’entre eux) qui les a marqué...qui les a forgé. J’ose espérer que le Roman Catalyst qui se déroule juste avant les évènements de Rogue One m’en apprendra un petit peu plus à leur sujet car pour le coup ce film ne fait que survoler, du moins à mon avis, ces personnages en leur offrant qu’une identité limité. Certes, il s’agit de quelque chose de plutôt classique dans un film de guerre/de commando. Après tout dans les vieux films on se donnait pas vraiment la peine de développer plus que cela les personnages car on arrivait facilement à les identifier. Néanmoins ces vieux films nous permettaient de connaitre un petit peu mieux ces personnages car pour beaucoup d’entre eux, ils duraient 3 heures voire plus !

Or, à mon sens, Rogue One aurait, très certainement, du durer une heure et demi de plus afin non seulement de développer les thèmes que j’ai évoqué dans la première partie de mon exposé mais aussi afin de développer ces personnages...afin que nous puissions nous attacher à eux à tel point que leur mort puisse nous attrister ! Je ne demande pas à pleurer devant un tel film mais au moins à avoir le cœur serré en voyant un personnage mourir ou encore à trouver que la mort du personnage était magnifique. Hélas, de ce coté là cela a un peu été raté à mon sens du moins à mes yeux car je n’ai pu m’attacher au final qu’à assez peu de personnages... personnages dont je vais d’ailleurs parler plus en détails maintenant.

Jyn Erso : Ce personnage qui m’inspirait confiance au cours de la première bande annonce (j’espérais y voir là grosso modo une version revêche de la sarah connor de T2 couplé à du Mara Jade voire même du Winter pour ceux qui connaissent l’UEL) m’a paru assez...inutile en fait.  Elle incarne le héros classique du film de guerre propre sur lui et un peu rebelle sur les bords mais cela s’arrête là... En soi ce n’est pas très intéressant, du moins à l’heure actuelle, et le personnage au final ne fait rien de bien extraordinaire... Toute l’intrigue tourne autour d’elle, cela ne fait aucun doute...mais c’est un peu comme si ce personnage était cousu de fil blanc... Il y aurait eu moyen de nous montrer une femme forte qui a été forgé par les épreuves (c’est quand même une rebelle entrainée par Saw Gerrera à savoir un extrémiste mine de rien ! Merde à la fin !). J’ai trouvé le perso bien trop propre sur lui et trop passif vis à vis des évènements qui lui arrivent pour véritablement l’apprécier. Certes, elle joue le rôle de chef d’escadron avec Cassian mais...je n’arrive pas à la trouver convaincante. J’ai comme le sentiment, en voyant ce personnage, qu’il a été massacré à la tronçonneuse par Disney qui a du cut certains passages la concernant et en réécrire d’autres mais il est clair que dans le film, elle ne se démarque pas ! Peut être mon avis changera-t-il quand je me serais procuré Catalyst et Rogue One en roman mais pour l’instant je reste plutôt mitigé.

Cassian Andor : Alors ce personnage m’a exaspéré au plus haut point pour une raison simple ! Il tombe bien trop vite dans le pathos ! On a affaire clairement à l’agent des renseignements qui se laisse guider par ses ressentiments ce qui m’a vraiment gonflé ! Au début, je trouvais sympathique que ce personnage soit un vrai salaud : le voir tuer, de sang froid, un camarade rebelle blessé pour que les informations qu’il a en sa possession ne tombe pas aux mains des Impériaux m’a paru couillu comme choix ! Après tout c’est pas tout les jours qu’on voit cela au sein de la Rébellion ! Au vu d’une telle donnée, je me suis dit qu’enfin, après toutes ces années, je verrais enfin le visage sombre de l’Alliance Rebelle...celui des services des renseignements...celui qui n’hésite pas à se salir les mains ! Cette perspective m’a rendu enthousiaste....jusqu’à ce que je constate que ce personnage ne finisse par démontrer que sa mission qui consiste à tuer Galen Erso ne lui plait pas du tout (j’ignore si c’est la faute à l’acteur ou non mais on le voit clairement tirer la tronche). A partir de ce moment, j’ai su qu’il allait suivre le schéma classique de l’agent guidé par ses ressentiments et hanté par son passé et qu’il n’allait pas accomplir sa mission (même je sentais venir la romance à la con entre lui et Jyn vu les coups d’oeils qu’ils se jettent parfois... Fort heureusement, on nous a épargné ce cliché !).  M’est avis que son passé était néanmoins plutôt intéréssant bien que le développement de ce personnage soit trop prévisible et raté.

Saw Gerrera : Concernant ce personnage, je n’ai rien à redire pour la simple et bonne raison que j’ai déjà tout dit. Dans la première bande annonce, il m’avait fait penser au colonel Kurtz de Apocalypse Now avec son crâne rasé et son air de fanatique alors que là....sa coupe de cheveux le rend un peu ridicule même si cela accentue le fait qu’il soit vieux et fatigué par ce conflit sans espoir. Je n’ai rien à objecter à son développement ou à dire à son sujet pour la simple et bonne raison qu’il s’agit d’un personnage que je connaissais déjà (il apparait dans TCW dans l’ARC qui concerne Ondéron !) et il apparaitra de nouveau prochainement dans rebels. A vrai dire, je suis juste triste que l’on ne voit pas la raison de son état.... peut être pourrons nous le voir dans rebels ou dans les scènes coupées de Rogue One ! A vrai dire, ce personnage est l’un des rares à m’avoir vraiment intéressée car je pense qu’il y avait beaucoup à dire à son sujet au vu de son passé  et de son coté extrémiste ! J’espère bien le revoir dans rebels et dans les romans précédents Rogue One pour le coup ! (Mine de rien il m’a fait forte impression avec son masque car je n’ai pas pu m’empêcher de faire penser à Vador qui a lui aussi besoin d’une armure pour survivre... Je me suis donc bien évidemment demandé ce que ce Vétéran avait bien pu connaitre comme traumatisme pour finir dans cet état et pour devenir aussi...radical !)

Bodhi Rook : Personnage qui ne sert quasiment à rien. Il s’agit tout simplement du pilote qui justifie tout le bordel de Rogue One ! L’acteur ne m’a pas du tout fait forte impression et le personnage a l’air d’une tâche immonde... Quitte à nous foutre un pilote, autant nous foutre le cliché de Poe Dameron ! Certes, cela aurait été un cliché mais au moins on aurait pu apprécier le personnage ! Ce personnage me semble vraiment bien trop perdu pendant une bonne partie du film.

Chirrut Îmwe et Baze Malbus : Pour le coup, ces deux personnages m’ont beaucoup plu et leur mort m’a quelque peu attristé mine de rien ! Bien que l’un d’eux (à savoir Chirrut) est un cliché pour beaucoup de gens, j’ai trouvé ce duo particulièrement réussi ! L’on est même triste que ces deux là n’apparaissent pas à l’écran ! J’espère que l’UE traitera de leurs origines car je pense qu’il y a quelque chose de sympathique à faire à leur sujet !  J’ai beaucoup aimé ces deux personnages pour une raison tout à fait simple : il s’agit d’un athée qui débat avec un religieux ! Or, voir ce spectacle à l’écran a pu m’évoquer des choses qui pour moi sont très familières : étant athée, il m’arrive souvent de débattre soit avec mon oncle qui est croyant soit encore avec un moine docteur en théologie ! Par conséquent, voire ce duo à l’écran m’a beaucoup parlé car ce sont des situations que j’ai pu moi même vivre (non je ne dis pas que j’ai vécu la bataille de Scarif *pan*). Leurs réactions et leurs réplique m’a évoqué tout une réalité que j’apprécie beaucoup et que je trouve intéressante pour des raisons qui me sont propres (bien que je ne sois pas croyant, débattre de philosophie et de religion est une chose qui me passionne comme certaines personnes le savent). Le seul bémol de ce duo est en fait la conversion de Baze à la Force après la mort de Chirrut...mais bon je n’en attendais pas moins de la part d’un film américain même si j’aurais trouvé plus sympathique de faire en sort que Baze, tout comme Sartre, en train d’agoniser ne se demande si au final.. il n’y a pas quelque chose après la mort ! Bref, ce duo qui reçoit le titre de Gardiens des Whills  (titre ô combien évocateur pour les fans de l’UE) m’a bien plu et il s’agit de mon second coup de cœur pour les nouveaux personnages présentés dans ce film !

K-2SO : Joué par  Alan Tudyk, ce tas de boulons est indéniablement mon premier coup de cœur ! J’ai littéralement adoré ce personnage, sa franchise et son humour parfois macabre qui m’ont rappelé une autre machine plus connu sous le nom de HK-47 !  Il s’agit, ironiquement, du personnage le plus réussi de cette petite équipe alors qu’à l’écran, il s’agit du moins humain du groupe ! J’ai trouvé tout simplement génial, d’ailleurs, que ce droide ait un bug qui lui oblige de dire toute la vérité et tout ce qui lui passe par les circuits (c’est lui que nous devons le « j’ai un mauvais pressentiment » à ce propos qui m’a bien fait rire vu que je m’attendais pas à ce que ce soit lui qui nous délivre cette réplique ô combien culte dans SW !). Ce personnage qui possède une apparence des plus impersonnels m’a paru avoir un développement assez intéressant à tel point qu’au moment de sa mort, je n’ai pas pu m’empêcher d’être triste ! Pour le coup, j’avais véritablement eu le sentiment qu’un être vivant doué de conscience et non une machine venait de mourir ! Bref, il s’agit du meilleur personnage du film incontestablement (du moins si l’on excepte un certain Seigneur Noir).

Directeur Krennic : Il s’agit, à ne pas en douter, de ma plus grande déception. En visionnant les premières bandes annonces, je n’avais pas pu m’empêcher d’être fasciné par ce personnage...par cet acteur qui avait la tronche qui fallait pour jouer un impérial charismatique mais qui avait aussi le talent nécessaire pour jouer un connard. En effet, je tiens à rappeler que Ben Mendelsohn a joué le personnage de John Dagett dans the Dark Knight Rises et qu’en quelques minutes il parvient à nous faire détester le personnage de Dagett qui passe vraiment pour le dernier des salauds ! Par conséquent, j’espérais avoir un personnage impérial à la hauteur qui me ferait envie et qui pourrait peut être même de par son grade de directeur (des renseignements sans doute) éclipser certains personnages de l’ancien UE ! Malheureusement ce ne fut pas le cas...bien au contraire ! En effet, même si j’ai trouvé particulièrement intéressant de voir un personnage ambitieux (on voit clairement qu’il en veut...ça se lit dans ses yeux)  qui se salit les mains et qui espère rejoindre la cour de Grands (à savoir celle de Tarkin et des autres, qui d’ailleurs le méprise du fait de ses origines), j’ai très vite eu l’impression d’avoir affaire à un crétin qui se prenait parfois avec ses gestes et son excitation pour Nicolas Sarkozy ! Il s’agit clairement de l’archétype du méchant stupide, arrogant et prompt à s’énerver ! Bref il manque clairement de classe ce qui pose mine de rien problème dans un film dans lequel il est l’antagoniste qu’on voit le plus ! Il parvient à se faire éclipser par Tarkin que l’on aperçoit que très peu et par Vador à tel point que l’on en vient à se demander s’il n’aurait pas été mieux d’avoir Tarkin ou même Vador en antagoniste principaux (après tout, bien qu’ils n’apparaissent que quelques minutes à l’écran, ils sont égaux à eux mêmes et  imposent leur présence ce que Krennic ne fait pas en deux heures de films)... Il n’a aucune pensée stratégique et passe pour le dernier des crétins notamment au moment où l’on apprend que Tarkin qui n’est que Grand Moff et non Directeur (donc des renseignements dans l’univers de SW) est au courant des magouilles de Galen Erso alors que Krennic ne sait absolument rien...(Pourtant Krennic se déplace souvent alors que Tarkin garde son cul sur son jouet technologique). Bref, il s’agissait d’une grosse déception pour ma part !

C) Réalisation et Fan service :

Du coté de la réalisation, je n’ai absolument rien eu à redire car je savais à quoi m’attendre de la part de Edwards (j’ai toujours bien aimé sa réalisation. Il prend toujours soin de réaliser ces films en deux/ trois actes au cours desquels ils développent d'abord ses personnages avant tout puis il lâche la sauce !) bien que pour le coup il a su me surprendre et ce au cours de quelques scènes ! En effet, pour commencer j’ai trouvé ça assez sympathique qu’il reprenne de manière intelligente, cette impression de gigantisme que parvenait à nous faire ressentir les SW de Lucas et ce en nous démontrent une nouvelle fois que les Star Destroyers sont énorme mais qu’à coté...le simple Superlaser de l’Etoile de la Mort est trois fois plus grand qu’eux ! Je ne parlerais pas non plus de cette base sidérale (car ce n’est pas une lune !) qui parvient à éclipser totalement le soleil ! De ce coté là, j’en ai eu pour mon argent et je n’ai pas pu m’empêcher de demeurer époustouflé par cela ! Mon seul regret est qu’il n’ait pas conclu son film par l’impression de gigantisme la plus culte de la saga...à savoir celle du tantive IV poursuivi par un Star Destroyer au dessus de Tatooine...

Autre moment que j’ai trouvé bien intégré à l’action, ce sont les scènes de combat spatial : J’ai trouvé sympathique de nous faire suivre ce combat en posant la caméra à sur les chasseurs voire même à l’intérieur des cockpits ! Cela donnait un coté encore plus immersif qui m’a rappelé certains jeux bien connus des fan de SW comportant des X-Wings et des TIE !
En ce qui concerne la bataille terrestre sur Scarif, j’ai trouvé qu’il avait su parfaitement retranscrire dans sa réalisation une ambiance de film de guerre ! A vrai dire par moment, j’ai eu l’impression de me retrouver dans ces vieux jeux de la WW2 (notamment le moment ou le U-Wing s’écrase qui m’a rappelé les stuka allemands qui s’écrasent dans la plupart des vieux Medal of Honor et Call of Duty) ! Bref, on sent que de ce coté là il avait bien bossé son sujet !

Mon coup de cœur ou plutôt mes coups de cœurs concernent la réalisation de deux scènes qui sont assez rapprochés vu qu’elles ont lieu durant la seconde partie du film.
La première concerne l’apparition de l’étoile de la mort sur Scarif que j’ai trouvé particulièrement intelligente !  En effet la réalisation/ la mise en scène est tout simplement parfaite : Alors que Krennic est au sol suite au tir de blaster de Cassian, l’on voit, depuis sa position, l’étoile de la mort s’élever lentement vers les cieux au point d’éclipser le soleil avant de tirer. Cette scène m’a évoquer plusieurs thèmes : Déjà, j’ai trouvé qu’elle renvoyait aux origines de krennic mais aussi à celles de Tarkin... Nous avons là la confrontation entre une noblesse dont la position sociale est élevée et un homme du peuple qui de par ses origines sera toujours considéré comme une sorte de bouseux ! De même, voir cette étoile de la mort s’élever dans le ciel m’a fait pensé à Icare pour des raisons évidentes mais aussi au fait que Tarkin a acquis avec cette arme une puissance divine capable de raser des civilisations entières !  Enfin...l’Eclipse...annonciatrice de malheur dans les  civilisations antiques, colle à ce qu’est cette superarme...

La seconde scène que j’ai adoré...a été décrite juste au dessus et concerne ni plus ni moins que la scène où Vador apparait et fait ce qu’on attend de lui à savoir tuer du rebelle en masse ! Outre le fan service de cette scène (n’importe quel vrai fan s’est représenté Vador au combat et espérait bien voir un jour une telle chose que ce soit en jeu vidéo ou en film !), je la trouve magnifique pour des raisons que mon compère a déjà été évoqué ci dessus : cette scène est digne d’un film de guerre. Elle exalte à elle seule les liens de solidarité et de fraternité qui unissent les rebelles ! Il s’agit d’un moment de sacrifice fort dans un combat desespéré au cours duquel ils essaient de sauver ce qui pour eux représentent leur dernière chance...ce qui pour eux représentent leur Nouvel Espoir... De l’autre coté nous avons Vador qui malgré toutes ses années incarne toujours le plus grand méchant de l’histoire du cinéma (seul Hopkins avec Hannibal Lecter a su rivaliser avec Vador au cinéma à mes yeux ! ). Son ombre et sa respiration suffisent à créer un sentiment d’oppression... Et c’est avec angoisse mas aussi excitation que l’on voit allumer son sabre laser le tout sur une musique magnifique qui mêle des accents épique et tragique. Le voir déchainer ainsi ses pouvoirs de Force et utiliser son sabre-laser contre des soldats rebelles munis de leurs blasters et qui ne perdent pas leur moyen face à lui fait écho, du moins à mon avis, à la nature même de ce qu’est la Première Guerre Civile Galactique  à savoir un conflit durant lequel les rebelles doivent faire face à la machine de guerre impériale qui demeure implacable et durant lequel les rebelles mènent un combat désespéré qui les pousse à se sacrifier au nom d’une idée qui les dépasse...d’un espoir qui les guide tous : celui de retrouver la liberté...et ils savent tous que ce n’est qu’en se sacrifiant et en remportant de petites Victoires qu’ils pourront obtenir ce qu’ils désirent tant !  (d’ailleurs cette scène montre justement ce que doit être la rébellion contrairement à une autre scène du film, ou on les voit hésitant  suite à l’annonce de ce qu’est l’étoile de la mort. J’ai trouvé particulièrement fumeux qu’une bonne moitié des rebelles veuillent se rendre...). En tant que spectateur, je me suis même demandé au cours de cette scène si les rebelles allaient réussir à s’en sortir malgré tout (et pourtant dieu sait que je connais la fin !). Le sort des rebelles et de ces plans demeuraient tellement incertains que je n’ai pu m’empêcher de retenir mon souffle ce qui ne m’arrive que très peu !

Concernant la musique si l’on excepte la reprise de la marche impériale et la musique de cette fameuse scène avec Vador, elle est tout simplement ratée. Elle colle à l’ambiance du film de guerre mais ne décolle pas ce qui est particulièrement triste pour un SW (après tout les SW sont connus aussi pour leurs musiques !).

Pour terminer, je parlerais du fan service qui pour le coup a été fait de manière intelligente ! Je m’attendais tout comme mon compère à voir beaucoup de choses en liens avec la trilogie originale mais j’avoue avoir été agréablement surpris par le retour de Bail Organa  (Mon Mothma apparaissait déjà dans les bande annonces donc il ne s’agissait pas d’une surprise !) mais aussi par la présence de la planète Mustafar à l’écran (j’ai d’ailleurs trouvé assez juste au final que Vador ait sa forteresse là-bas...  Forteresse qui est, à ne pas en douter, un clin d’oeil au château de Bast de l’UEL. D’ailleurs à ce propos, j’ai trouvé que la forteresse de Krennic sur Scarif faisait beaucoup penser au Mont Tantiss sur le principe !). Bien évidemment, j’ai apprécié de retrouver certains personnages comme Jan Dodonna ou encore les gardes royaux de l’Empereur mais je dois bien avouer que je ne m’attendais pas à revoir les deux gusses qui agressent Luke à la cantina sous prétexte qu’il a une sale gueule (et aussi fugace que cela fut, cela m’a fait bien plaisir de les voir !). Je ne parlerais pas non plus de Yavin IV et de la reprise de certains plans (les plans où l’on voit décoller les vaisseaux qui collent parfaitement aux plans ou l’on voyait le faucon et les X-Wing décoller) qui fait que l’on sourit !

Toutefois, j’ai également apprécié que Gareth Edwards fasse des références à des choses moins connues de l’UE SW comme le sabre Noir qui était une superarme Hutt doté d’un superlaser ! De même j’ai trouvé particulièrement drôle une scène du film qui m’a rappelé furieusement ce que Disney nous a fait subir, nous autres fan de l’UEL : Souvenez vous sur Yavin IV, un gusse demande à Bodhi son identifiant...ce à quoi nous avons droit à :

- Rogue....Rogue One

- Rogue ? Mais cela n’existe pas !

- Et bien, maintenant si !

Pour tous les fans de l’UEL, je pense que cette scène a du avoir une saveur particulière car le terme de Rogue nous rappelle à tous l’Escadron le plus célèbre de la Galaxie menée par un certain Wedge Antilles ! S’agirait-il d’un petit troll de Gareth Edwards qui était un fan de SW ? Sans aucun doute !

Contrairement à mon collègue, je n’ai eu aucun problème avec la CGI de Tarkin ! A vrai dire, j’aurais même tirer la tronche si on avait cherché à remplacer Peter Cushing qui était un acteur incroyable !  J’espère d’ailleurs que cela permettra à d’autres œuvres autres que SW de nous montrer certains personnages joués par certains acteurs qui sont désormais morts, en caméo !

D/Conclusion :

Bien que ce film m’ait frustré et qu’il y ait pas mal de points négatifs à mon sens, je vous conseille néanmoins d’aller le voir ! Il s’agit d’un SW fort sympathique avec une identité propre. Toutefois, je ne saurais trop vous conseiller de débrancher votre cerveau afin de ne pas vivre la même expérience que moi (quand on s’attend à un film de guerre réaliste on allume son cerveau ! *pan*) et de profiter pleinement de ce film qui demeure bien plus StarWarsien que guerrier !
[Critique] Star Wars Rogue One
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Star Wars Pocket Models TGC
» [Partenariat] Star Wars: Clone Wars Rpg
» Les livres Star Wars
» Star Wars Starship Battle
» Vendredi des fans STAR WARS: The Old Republic

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Imperial Wars :: Hors RP :: Flood & Jeux-