Syrielle Shakhovite
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 810
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Syrielle Shakhovite
Lun 19 Déc - 14:54
Syrielle Shakhovite




Nom : Shakhovite
Prénom : Syrielle
Surnom : Shakh' – Spectre cinq
Sexe : Féminin
Espèce : Humaine
Date de naissance et âge : Née en 128 – 30 ans
Monde d'origine : Corellia

Groupe(s) : Alliance Rebelle – Escadron Spectre
Rang : II – Lieutenant de l'Escadron Spectre


COMPÉTENCES / FORCE / SABRE-LASER


• Explosifs/chimie : Spécialisée dans les explosifs, Syrielle possède d'excellentes connaissances en matières de chimie – que ce soit concernant les composants comme leurs réactions – et est donc tout à fait capable de provoquer des explosions colossales ou au contraire minuscules, suivant les besoins de la mission.

• Pilotage : Pilote et désormais Lieutenant au sein de l'Escadron Spectre, Syrielle possède un très bon niveau en pilotage et peut donc largement tenir la dragée haute à ses ennemis. Toutefois depuis sa montée en grade, elle s'efforce aussi d'être moins tête brûlée afin de protéger ses équipiers au mieux.

• Armes à distance : Sans être une tireuse d'élite, Syrielle sait tout de même très bien se servir d'un Blaster, et elle n'hésite d'ailleurs jamais à tirer lorsque sa vie, celle de ses équipiers ou sa mission est en danger.

• Armes lourdes : Un peu moins familiarisée avec les Armes Lourdes, Syrielle possède toutefois la formation de base et sait donc s'en servir lorsque la situation l'exige.

• Arts martiaux : Entre sa formation militaire basique et sa jeunesse remuante, Syrielle sait plutôt bien encaisser les coups et les donner, même si le résultat ressemble toujours beaucoup plus à de la baston de rue qu'à un art martial au sens propre du terme.

• Furtivité : Bien que son apparence ou son caractère explosif puissent faire douter de ses capacités en la matière, Syrielle sait toutefois très bien être discrète lorsque cela sert sa mission, et ce même s'il faut quand même nuancer ce propos. Si elle sait très bien se glisser dans une structure sans se faire voir, elle attire toutefois l'attention au sein de la foule, et ce même si elle a aussi appris à en jouer pour détourner l'attention et permettre à ses collègues d'agir dans l'ombre.

• Mécanique : En bonne pilote qu'elle est, Syrielle dispose d'une formation basique en matière de mécanique, ce qui lui permet donc d'effectuer l'entretien de base de son vaisseau, mais également d'opérer quelques dépannages de secours si besoin.

• Informatique : Si Syrielle n'est pas capable de hacker un système information très protégé, elle sait en revanche se servir d'un ordinateur voire en craquer les codes les plus simples.


PROJECTION HOLOGRAPHIQUE


Du haut de son mètre soixante-douze, Syrielle est une femme située dans la moyenne haute pour une humaine, mais ce n'est pas vraiment sa taille qui attire généralement l’œil. Pas davantage que sa silhouette musclée trahissant facilement les heures et les heures d'entraînement physique qu'elle inflige à son corps afin d'être toujours au top de ses possibilités. Non ce qui attire le plus les regards, c'est son look situé à des milliers de parsecs des standards militaires !

Ne portant son uniforme que lorsque c'est nécessaire, Shakh' est généralement habillée en jean ou en pantalon informe parcouru de multiples poches – le tout enfoncé dans ses rangers noires – et ses tee-shirts courts dévoilent bien souvent ses abdominaux bien dessinés qui font envie à bien des hommes. De même que le peu de tissu qu'elle porte sur le haut de son corps trahit également les nombreuses cicatrices qui parcourent sa peau comme autant de marques de son passé : les quartiers chauds de Corellia, les bagarres dans les cantinas craignos, les altercations avec la CorSec puis les missions pour le compte de l'Alliance Rebelle, jusqu'à la prothèse remplaçant son bras. Résultat de cette mission qu'elle n'est pas prête d'oublier … Malgré son jeune âge, le corps de Syrielle prouve donc bien que la demoiselle est une femme d'action reculant rarement afin de sortir vainqueur des défis qui lui sont lancés, et ses mains renforcent encore cette impression. Une clope quasiment toujours fichée entre ses doigts, ses ongles sont souvent noircis de cambouis bien qu'elles soient propres malgré tout, mais elle s'inquiète assez peu de considérations esthétiques.

Marqué lui aussi par plusieurs cicatrices – dont une qui s'étend de bas en haut de son œil gauche – son visage affiche souvent un air déterminé et presque arrogant, et ce n'est pas son caractère brut et moqueur qui vient contredire cette première impression. Ses cheveux rouge et coiffés en side-cut – écart aux règles militaires dont Syrielle se fout comme de son premier jouet – passent également difficilement inaperçus, et ce même si elle les attache toujours en mission ou lorsqu'elle travaille, histoire de ne pas être dérangée par une mèche folle qui pourrait barrer son regard au plus mauvais moment. De ces orbes marrons – d'aucuns diront parfois rouge suivant l'éclairage – qui semblent perpétuellement se foutre de tout tandis que ses lèvres fines recrachent inlassablement la fumée de sa clope.


ÉQUIPEMENT


• Prothèse : Suite à la perte de tout son bras gauche, Syrielle porte désormais une prothèse remplaçant l'intégralité de son membre en partant de l'épaule. Dissimulée sous une mince couche de peau synthétique, cette dernière laisse toutefois assez souvent le Duracier à nu, la faute à une demoiselle qui n'accorde pas forcément toute l'attention possible à sa prothèse – esthétiquement parlant en tout cas – et qui préfère largement entretenir la mécanique au détriment de l'apparence. À noter également qu'avec ce bras mécanique, elle dispose d'une force beaucoup plus importante, et que sa prothèse a été personnalisée afin d'accueillir une petite cache qui se situe sur la face interne de son bras.

• Blaster : ''Jamais sans mon arme'' pourrait être la devise de Syrielle parce que même au sein de son cockpit, elle est toujours armée de son fidèle Blaster ! Si elle n'est pas une tireuse d'élite, elle sait toutefois très bien s'en servir et n'hésite pas à en faire la démonstration dès lors qu'on la titille d'un peu trop près.

• Détonateurs/grenades/matériels explosifs : Spécialisée dans les explosions à portée minuscule ou beaucoup plus impressionnante, Syrielle est donc très souvent équipée de détonateurs et de grenades classiques ou plus personnalisées afin d'être prête à faire sauter tout et n'importe quoi ! Et si la situation exige davantage de subtilité, elle est également tout à faire capable de mettre au point ses propres explosifs grâce à une très bonne connaissance des composants chimiques et de leurs réactions, surtout lorsque certains d'entre eux peuvent se dissimuler ou se dégoter facilement.


DOSSIER PSYCHOLOGIQUE


S'il faut parler du caractère de Syrielle, alors il faut diviser les explications en deux parties. Avant les événements qui ont conduit à la perte de son bras, c'était une jeune femme énergique et continuellement en mouvement, ne tenant pas en place et considérant la patience comme une vertu qu'elle ne possédait qu'en toutes petites doses rapidement épuisées. Sûre d'elle-même voire même moqueuse par moment, elle n'hésitait jamais à se mettre en avant afin que le plus de missions possibles lui fussent confiées, de même qu'elle éprouvait beaucoup de respect et d'admiration pour son mentor, Jorian Solaris. Après tout lorsqu'il lui avait proposé d'intégrer les Renseignements de l'Alliance, il lui avait littéralement vendu du rêve en lui proposant de s'extraire de son petit train-train quotidien franchement pas folichon, et même si tout ne fut pas rose pendant ces quelques années, Syrielle y trouva tout de même très largement son compte. Entre missions, formations et apprentissages divers et variés, elle eut la possibilité d'affiner ses compétences tout en apprenant bien d'autres choses encore, et  Jorian fut également un mentor cultivé et qui contribua à ouvrir son esprit sur bien des éléments. À attiser sa curiosité pour lui permettre de s'améliorer encore.

Mais depuis la mission sur l'Unity, il est indéniable que Syrielle a changé …

Trahie par son mentor sans aucune explication ni aucun signe avant-coureur, elle a eu beaucoup de difficultés à avaler cet événement et à l'accepter, et il est évident aujourd'hui que sa confiance est devenue une denrée extrêmement rare et qu'elle n'hésite pas à retirer à tout instant. Comme un animal blessé craignant de devenir la proie de son erreur une seconde fois. Autant dire qu'aujourd'hui, Shakh' est devenue une jeune femme beaucoup plus rugueuse que dans sa jeunesse, et même si elle tâche de ne pas dresser un mur entre elle et ses coéquipiers de tout grade, il n'empêche que ce mur existe bel et bien mais sans qu'elle n'ait de réelle volonté de le détruire. ''L'enfer, c'est les autres'' aussi préfère-t-elle désormais se préserver pour ne pas se voir asséner un second coup de couteau en traître. D'apparence froide et facilement sarcastique, Syrielle n'hésite pas à reprendre les hommes placés sous ses ordres afin de les préserver – de leurs ennemis comme de leurs propres bourdes – mais ce côté protecteur transparaît assez difficilement dans la mesure où sa rudesse et son manque d'amabilité peuvent heurter les gens.

Mais si elle est beaucoup plus méfiante, elle est également plus calme désormais – en apparence tout du moins – et elle ne saute donc plus sur les missions pour les accumuler. Elle a appris la retenu et la patience, mais il ne faut pas nier également que la situation actuelle n'est pas sans l'agacer. Ces trahisons, ces machinations, ces jeux de dupes et ces petites alliances de fortune … pour quelqu'un de naturellement franc et direct comme Syrielle, rien ne vaut un bon coup de poing dans la tronche pour mettre certaines choses à plat, et si son visage demeure fermé voire hautain, les rares personnes qui la connaissent bien savent pertinemment bien combien elle brûle parfois de gueuler. De frapper. De remettre toute cette Galaxie d'aplomb à grands coups de pied dans le cul s'il le faut ! Mais non … la demoiselle est désormais Lieutenant dans l'Escadron Spectre, et même si son respect des règles militaires n'est pas toujours parfait, elle sait toutefois où se situent les limites à ne pas dépasser, celles qui séparent difficilement la bravade de l'insubordination. Son dossier n'est pourtant pas sans tache, mais si elle peut éviter de faire trop de vagues inutiles, elle n'est pas contre non plus.

Mais derrière ce portrait pas franchement vendeur de la demoiselle, Syrielle reste quelqu'un d'indépendante et d'active, qui regrette parfois de ne pas avoir accompli de meilleurs choix dans sa vie et qui prend donc garde à ceux qui se présentent maintenant à elle. Corellienne de cœur, elle sert aussi l'Alliance Rebelle avec fidélité, et elle ne recule pas devant grand chose pour aller au bout de ses missions. Au bout de son engagement ! Ancienne naïve persuadée que la guerre aura une fin heureuse, l'âge a mis à mal cette candeur inutile, mais elle demeure toutefois motivée à exterminer les Sith ainsi que les extrémistes de tout poils.


HISTOIRE



I - Le Bon Repos  (128 – 144)

Dans l'atmosphère rendue brumeuse par deux fumeurs enchaînant les cigarettes malgré le système d'aération quelque peu défaillant de la Corvette Corellienne Bon Repos, le repas s'était déroulé sans encombre mais, brusquement, entre le fromage et le dessert, les choses avaient dégénérées ! Aaron Shakhovite et son frère Michael s'étaient pourtant toujours bien entendus mais pour la petite Syrielle, il n'était pas vraiment étonnant de voir son père s'engueuler avec Tonton CorSec à propos de concepts un peu abstraits répondant au doux noms de ''avenir'', ''magouilles'', ''contrebande'' et ''illégalité'' … de ces trucs un peu lointains pour une enfant de désormais huit ans, choyée et gâtée par son père qui avait eu à cœur depuis sa naissance de traîner partout sa fille avec lui pour lui expliquer toutes les ficelles de son métier. Une intention plutôt intéressante s'il avait été boulanger ou comptable mais lorsque papa était contrebandier, c'était déjà plus compliqué. Plus compliqué et franchement pas du goût de Tonton CorSec, et ce même si son père répétait souvent à qui voulait l'entendre que les Forces de l'Ordre sur Corellia, c'était quand même mignon ! Une allégation qui suffisait à faire hurler Michael qui se défendait toujours d'être ''laxiste'' ou ''coulant'' même si … même si allez, il ne fallait pas se leurrer mais certaines activités pas bien légales étaient quand même bien rentrées dans les mœurs corellienne depuis tous ces siècles !

Et sans surprise aucune, la petite Syrielle ne tarda donc pas à accompagner son père dans tous ses missions de contrebande, et son père se fit fort de lui apprendre tout ce que lui-même connaissait : pilotage, mécanique, mensonges et magouilles … le pack du parfait contrebandier en somme, et la gamine n'était même pas encore majeure qu'elle bossait déjà comme une grande. Connaissant les coins discrets et les cantinas sympas qu'elle fréquentait par contre contre l'avis d'un papa protecteur qui n'appréciait tout de même pas que sa fille prît trop de risque.


II – Pash le Cracken  (144 – 151)

Mais si tout se passa bien durant ces seize premières années – exception faite de quelques soucis avec la CorSec sans réellement d'incidence toutefois, surtout grâce à Tonton – ce fut en 144 ABY que les choses se dégradèrent pour la famille Shakhovite. Aaron ayant refusé de livrer du matériel un peu trop louche provenant vraisemblablement d'un Hutt vu le peu d'informations qu'il détenait, il fut lui-même la cible de ce petit cartel de voyous le jour où des mercenaires piégèrent le Bon Repos qui explosa dans son hangar tout en blessant le père. Bien que non létales, les blessures furent toutefois suffisamment sérieuses pour laisser Aaron en fauteuil anti-grav, et Syrielle se retrouva alors au pied du mur. Plus de coéquipier, plus de vaisseaux … elle allait devoir bosser pour le compte d'autres contrebandiers si elle voulait assurer temporairement leur subsistance, mais son père s'opposa toutefois à ce qu'elle s'intégrât encore davantage au milieu du crime Corellien. Un choix qui ne manqua pas d'énerver sa fille encore trop jeune et immature pour comprendre que son paternel souhaitait simplement la protéger des individus les moins respectables de leur ''milieu professionnel''. Et un choix qui l'excéda carrément le jour où elle trouva son oncle Michael à la maison qui ne venait pas simplement manger, mais qui venait aussi lui proposer de bosser pour la CorSec ! Une carrière qu'elle n'avait franchement pas envisagée et qu'elle envoya balader – tonton, proposition et dîner – avant de fuguer chez un ami pour quelques jours.

Quatre jours en fait.
Et à l'issu du quatrième jour, elle revint à la maison pour récupérer quelques affaires et annoncer à son père qu'elle quittait ce ''trou paumé de Corellia'' parce qu'elle ''en avait ras-le-cul de toutes ces conneries'' et qu'il était ''hors de question qu'elle bosse chez les flics en plus !'' Autant de grandes déclarations qui furent aussitôt accompagnées de sa nouvelle grande décision de vie : elle allait s'enrôler dans l'armée de l'Alliance Galactique pour devenir une pilote aussi célèbre que certains as comme Wedge Antilles ! Et pour redresser la situation et dégager l'Empire Galactique au passage ! Une décision de gamine bercée par les holos et qui n'avait pas franchement beaucoup réfléchi non plus, aussi ne fut-il pas réellement étonnant qu'elle se fît recaler à l'entretien préalable sans même pouvoir aller plus loin …

Mais du haut de ses seize ans, ce refus fut aussitôt analysé comme une décision stupide et injuste et malgré toute la rébellion contenue dans son petit corps d'adolescente, la demoiselle rentra finalement à la maison et se dégota un petit boulot chez un garagiste que connaissait son oncle. Tripotant ainsi du vaisseau tout en enregistrant soigneusement tous les ragots et les informations qui pouvaient lui tomber inopinément dans l'oreille afin de les monnayer ensuite dans les cantinas miteuses où elle se mit rapidement à traîner afin de se trouver des boulots un peu plus passionnants. Un peu plus aventureux aussi.

Et malgré l'opposition de son père, Syrielle réussit à se faire embaucher par Castin Pash – dit ''le Cracken'' – en 146, d'abord comme ''p'tite gonzesse à rendre des services'' puis rapidement comme pilote. Homme d'affaire véreux trempant dans tous les trafics lucratifs, Pash avait alors comme objectif de monter son petit empire personnel sur Corellia, et Shakh' travailla ainsi pour lui pendant plusieurs années. Accumulant les missions réussies même si elle se fit également serrer quelques fois par la CorSec mais sans que ça n'eut trop d'incidence pour elle … le tonton n'y étant toutefois pour rien cette fois-ci puisque le Cracken était du genre à faire fonctionner ses combines et ses contacts afin de sauver la mise à ses gars. Pas par bonté d'âme d'ailleurs, mais clairement par intérêt ! Et en 151 ABY, Pash décida de voir plus gros et s'associa avec un groupe de pirates sévissant aux alentours de Lorta qu'ils utilisaient comme base avancée et entrepôt pour leurs marchandises. Si le Cracken ne trempait pas dans la piraterie, son empire s'était en revanche réellement développé ces dernières années, et ce fut pas moins de cinquante vaisseaux qu'il proposa afin de monnayer un contrat très juteux d'alliance entre les deux groupes.

Mais malheureusement pour eux, leur petite alliance ne fit pas long feu lorsque les SpecOps leur tombèrent sur le coin de la tronche, et Syrielle fût arrêtée et interrogée à l'issu d'un vaste coup de filet que personne n'avait vu venir. Avaient-ils été vendu par l'un des leurs ou alors un rival ? Difficile de le savoir mais clairement, l'entourage du Cracken était bien plus nocif que les contrebandiers que la demoiselle avait pu connaître dans sa jeunesse à bourlinguer avec son père, aussi n'hésita-t-elle pas à balancer des noms lors de son interrogatoire. Les noms des connards trafiquants d'êtres vivants qu'elle avait croisé durant ces années, les noms des pires dealers d'épices sévissant dans leur groupe, le noms des enflures jouant de viols et de meurtres … le noms de tous ceux qu'elle estimait être des pourris méritant de pourrir en tôle quelques années ! Perdue pour perdue, Syrielle était de toutes façons prête à assumer ses propres conneries, mais il fallait croire que l'heure du payement n'était pas encore venue …


III – Le Jeu de la Mort  (151 – 155)

Si les arrestations massives de Lorta auraient pu envoyer Syrielle tout droit en prison pour plusieurs années, l'homme qui s'occupa de son interrogatoire – un certain Jorian Solaris – sembla au contraire juger qu'elle serait plus utile au sein de l'Armée qu'au fond d'une geôle, et la jeune femme se vit alors offrir une proposition des plus étonnantes : payer sa dette envers la société en s'engageant dans l'Armée. Et plus précisément dans les Renseignements ! Une offre des plus étonnantes que la demoiselle ne pouvait décemment pas refuser, aussi accepta-t-elle sur le champ avant de démarrer très rapidement sa formation, théorique puis pratique. Directement placée sous la responsabilité de Jorian, Syrielle put ainsi bénéficier de ses connaissances et de son expérience afin de s'intégrer au mieux, et à l'issu d'une formation d'un peu moins d'un an, elle put rejoindre la section spécialisée dans le Combat Urbain.

Autre vie, autres habitudes …
À peine déclarée apte au service, la demoiselle intégra ainsi l'équipe du Capitaine Solaris, de même qu'elle apprit également à connaître son supérieur : un homme droit, intègre, poli voire même un peu trop policé par moment. Maniaque de l'ordre, il ne tarda d'ailleurs pas à lancer ses hommes dans de vastes enquêtes visant à débusquer pirates et corrompus de tous poils, et tout particulièrement sur Ylesia où ils travaillèrent de longs mois en immersion. À traquer, à arrêter, à s'acharner même ! Manifestement, cette planète avait un attrait très spécial aux yeux de Jorian et lorsque Syrielle réussit à infiltrer un petit groupe proche du Cartel de Rana le Xénope, elle découvrit ainsi que son supérieur avait un compte personnel à régler avec le Hutt qui avait apparemment enlevé sa femme et massacré sa famille … le genre de contentieux susceptible de dégénérer, et il dégénéra effectivement en 153 lorsque Solaris abattit froidement un prisonnier rattaché au Xénope. Une exécution sommaire que la jeune femme eut bien des difficultés à avaler mais pourtant, elle fit le choix de couvrir son supérieur en notant dans son rapport que le Hors-la-Loi avait fait preuve d'agressivité à leur égard et que son supérieur avait dû tirer pour les protéger. De ce mensonge – pratique courante au sein des Renseignements – qui lui resta en travers de la gorge même si sa fidélité et son respect pour Jorian la poussèrent à lui faire confiance.

Et en 154, l'équipe fut finalement affectée à la surveillance de la Triade sur laquelle ils rendirent un rapport alarmiste en constatant l'étendue des dégâts, et puis … et puis le chaos politique ambiant ne tarda pas à contaminer totalement leur section ! Entre inactivité et désertion, il était évident que les choses allaient mal au sein des Renseignements comme au sein de l'Alliance en général, mais Syrielle demeura toutefois motivée et volontaire. Multipliant les missions, avec ou sans son supérieur, afin de faire de son mieux. Et lorsque des rapports leur parvinrent concernant le Croiseur Unity qui semblait être en détresse, elle se porta aussitôt volontaire tandis que toute l'équipe y fut envoyée en mission.


IV – Unity (155)

Il y avait un traître parmi eux …
Le soupçon s'était transformé en évidence au fur et à mesure que l'équipe était décimée par des assassinats vicieux frappant aussi cruellement que l'équipage du vaisseau transformé en cannibales décérébrés, mais Syrielle avait pourtant été incapable de trouver cette taupe sévissant au sein des siens. Elle avait été incapable de le détecter, incapable de l'arrêter à temps … et elle gisait désormais dans une marre de sang – de son sang – tandis que seul l'instinct de survie avait guidé ses gestes pour la pousser à serrer fortement un garrot au niveau du moignon de son bras gauche. Aussi étonnant que cela pût paraître, elle ne souffrait d'ailleurs pas réellement, mais son esprit choqué semblait plutôt s'être focalisé sur quelques détails qui confinaient à l’insupportable : la chaleur de l'amarante maculant son visage, la morsure sur son bras valide, le bourdonnement ravageant son ouïe depuis qu'une grenade avait explosé tout près d'elle au point de lui arracher un membre … Dépassée, perdue et confuse, la demoiselle sentait son diaphragme se contracter anarchiquement pour lui permettre de respirer, et son regard s'était bel et bien perdu sur le blaster qui reposait à quelques mètres d'elle. Sur ce sol froid et métallique où elle-même était vautrée depuis de très longues minutes déjà.

Bouger, elle devait bouger.

Contaminé par le Virus K-109 qui avait transformé l'équipage en monstre mangeur de chair humaine sans âme, le Croiseur Unity n'était désormais plus un endroit sûr, et Syrielle savait pertinemment bien combien son immobilisme était un danger pour elle. Bouger, elle devait bouger. Se relever en serrant les dents pour retenir ses gémissements de douleur, se relever en fermant les yeux pour calmer la nausée violente qui menaça de lui retourner l'estomac tant la Galaxie tourbillonnait follement tout autour d'elle. Situées quelque part entre le haut de son corps et le sol, ses jambes lui paraissaient terriblement lourdes, et ce fut donc en boitant qu'elle traîna sa carcasse jusque sur le pont du vaisseau. Jusqu’au traître qu'elle se ferait un devoir d'éliminer pour venger tous ses camarades tombés injustement au cours de cette mission suicide et … et …

« Jorian … ? »

Sa voix était faible, mais son étonnement était total tandis que ses yeux s’écarquillèrent de stupeur. Tandis que sa tête engagea bientôt un léger mouvement de gauche à droite, signe de son incompréhension totale et de son refus de cette situation aussi improbable qu'inacceptable.

« Mais pourquoi ?! »

Pourquoi ? Comment ?!
Derrière les mots cruels de son coéquipier, il n'y avait malheureusement aucune réponse à ses questions, et la jeune femme sentit bientôt un haut-le-cœur la saisir tandis que son esprit embrumé se refusait toujours à accepter la trahison de son mentor. De cet homme qui avait tant fait pour elle. De cet homme qui lui avait tant appris. Il ne pouvait s'agir que d'une erreur, que d'un cauchemar ! Il y avait forcément une explication sensée se cachant derrière tout ce foutoir, et Syrielle la cherchait désespérément lorsque le cri de Jorian – mordu par un contaminé – résonna dans l'espace froid et silencieux du pont. Rapidement suivi d'un second cri lorsque le doigt de la demoiselle se crispa sur la détente afin de tirer sur son Capitaine.

Elle ne savait pas. Elle ne savait plus … Mais face au doute et face à son esprit menaçant de lâcher et de la précipiter dans l'inconscience, Syrielle avait tiré sur le traître afin de l'arrêter, et ses yeux se fermèrent à nouveau comme pour ne plus avoir à contempler cette réalité aux allures de rêves horribles. Se rouvrant bientôt lorsque des bruits de pas lui arrivèrent aux oreilles, attestant que Jorian se dirigeait vers elle tandis que son état de faiblesse l'avait précipitée à terre. Ses doigts crispés sur la crosse de son blaster et que son supérieur écrasa bientôt de sa botte pour la forcer à lâcher prise avant de la relever pour la plaquer contre une table.

Quelques mots amers, un baiser sur la joue, et Syrielle céda finalement à l'inconscience lorsqu'il la poignarda dans l'estomac …


V -  Bantha en peluche (155 – 156)

Elle avait été sauvée par le seul autre survivant de son équipe qui l'avait traînée hors du Unity afin de la ramener sur une base alliée où elle avait été mise en quarantaine et soignée … Voilà en quelques mots comment s'était terminée cette mission aux allures de cauchemar, et Syrielle dut se contenter de ces explications sans pouvoir s'assurer du sort de Jorian. Avait-il réussi à s'en sortir ? Était-il mort là-bas ? L'homme qui l'avait sauvée ne l'avait pas croisé et n'en avait donc pas la moindre idée mais officiellement, le Capitaine Jorian Solaris fut considéré comme mort sans que les circonstances de ce désastre ne pussent être élucidées, et les médecins conseillèrent à la demoiselle de tourner la page et de passer à autre chose. Mais passer à quoi ?

À cette prothèse remplaçant désormais son bras gauche ?
À cette trahison absolument inconcevable et inacceptable ?

Déclarée inapte au service tant que son état de santé ne se serait pas amélioré, Syrielle commença dès lors une convalescence qui dura de nombreux mois – d'ennui, de rage et de souffrances – et ce fut avec bien des difficultés qu'elle réussit à apprivoiser son membre artificiel petit à petit. Qu'elle réussit à repousser Jorian dans un coin de son esprit. Qu'elle réussit à se remotiver également … Après tout si cette mission sur le Unity avait été un vaste jeu de massacre, il lui avait également permis de se rendre compte que ses capacités étaient largement perfectibles, et la demoiselle profita donc de cette période de convalescence pour demander à suivre des études de chimie afin de s'améliorer dans le domaine des explosifs. Après tout, détonateurs, grenades et petites bombes artisanales avaient leurs limites, et Syrielle ne voulait justement plus se retrouver entraver par ses propres failles.

En raison de son dossier, sa demande fut d'ailleurs rapidement acceptée et pendant les quinze mois qui suivirent, elle put suivre une formation avancée en chimie jusqu'à être capable de mettre au point ses propres explosifs et d'en contrôler les réactions autant que possible. De ces connaissances susceptibles d'intéresser bien des groupes de commandos et, lorsqu'elle fut de nouveau déclarer apte à rejoindre le service actif, elle fut également informée qu'elle serait transférée dans l'Escadron Spectre si elle l'acceptait.


VI – L'Escadron Spectre  (156 – 158)

Couteau-suisse corellien … voilà en gros les raisons pour lesquelles l'Escadron Spectre s'intéressait à Syrielle – pilote spécialisée dans les explosifs et ancienne de la section Combats Urbains – et la jeune femme vit dans cette proposition une bonne opportunité de tourner la page après la disparition de Jorian. Après tout, elle devait bien être franche : elle n'avait pas envie d'intégrer une autre équipe, et elle n'avait plus follement envie non plus de fouiller dans la merde des autres comme ils l'avaient fait sur Ylésia. Surtout dans les conditions actuelles …

Tout début 157, Syrielle et plusieurs Spectres furent détachés au service de Plo Tan'ith – alors Amiral chargé de parlementer avec les représentants de planètes menaçant de faire sécession – afin d'assurer sa sécurité. Et si les premières rencontres se passèrent relativement bien, il ne fallut toutefois que quelques semaines pour que la situation déclinât totalement, et la demoiselle tira l'officier d'une prise d'otage tournant vers le massacre de justesse, ce qui lui valut sa promotion au grade de Lieutenant.

Et depuis …
Depuis, Syrielle multiplie les missions au sein de l'Escadron, espérant toujours que les choses finiront par s'arranger.


DERRIÈRE L’ÉCRAN


Prénom/Surnom : Mélanie
Age : Moins vieille que Lenalia !
Sexe : Féminin
Avatar : ''Took u long enough'' par Callergi (deviantart)
S'agit-il d'un double compte ? De qui ? Non
Comment avez-vous connu ce forum ? Fonda


_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 275
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: Syrielle Shakhovite
Jeu 22 Déc - 21:31
Fiche validée !

Je serais donc le dernier fonda a finir sa fiche... Mais j'ai 200 ans, donc c'est normal ! Prend garde a ta peau, elle est déjà assez abîmée comme cela !
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» (syrielle+jasper) the greatest mistake i ever made is loving you
» When you tought you lost everything, family stands by your side | Ft. Syrielle, Lux, Freya & Caleb

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Imperial Wars :: Administration :: Présentations :: Fiches Validées-