Consortium d'Hapès
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage
Holocron
avatar
Messages : 264
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Consortium d'Hapès
Dim 4 Déc - 15:07
Consortium d'Hapès


Position diplomatique :

- Empire Galactique : Neutre
- Empire Sith : Neutre
- One Sith : Neutre
- Ordre Jedi : Protecteurs
- Jedi Covenant : Ignore son existence
- La Triade : Neutre
- Indépendants : Variable selon la nature des indépendants.

Contexte :

À l'origine, l'amas d'Hapès était un repère de pirates esclavagistes, une organisation criminelle composée uniquement d'hommes qui mena des raids dans de nombreux systèmes afin de kidnapper des femmes de toutes les origines et de s'en servir comme esclaves à domicile. Cette situation cessa lorsque les pirates firent l'erreur, il y a maintenant plus de quatre milles ans, de s'attaquer à des systèmes de l'Ancienne République. Cette dernière demanda contre les raiders l'aide de l'Ordre Jedi, qui envoya une équipe, sous la direction du Maître Jedi Arkanien Arca Jeth, mettre un terme à l'organisation des pirates. Libérées à l'issue de la mission, les femmes refusèrent pourtant de rentrer chez elle. Elles avaient fini par construire leur vie au sein de l'amas d'Hapès et décidèrent de fonder une nouvelle société, inversant les codes habituels des sociétés galactiques du Noyau : l'une des lois les plus universelles du Consortium d'Hapès indique clairement qu'il est interdit aux hommes d'y occuper une fonction de pouvoir.

Isolés presque complètement durant près de quatre mille ans, les Hapiens, qui défendaient des pratiques eugénistes, finirent par muter sensiblement en comparaison des humains, devenant une race de proche-humain à la vue médiocre dans l'obscurité mais à la beauté exceptionnelle. Aucun Hapien né de deux Hapiens ne sera laid aux yeux d'un humain. Politiquement, l'amas s'organisa en un Consortium, monarchie absolue où la Reine Mère, véritable divinité pour son peuple, disposait de tous les pouvoirs. Le modèle de pouvoir hapien, caractérisé par sa noblesse toute puissante, vient probablement des canons politiques importés par des femmes du Noyau, et se rigidifia avec les progrès technologiques et la pratique eugénique permettant la pureté du lignage. Les maisons les plus importantes prirent la tête des 63 mondes de l'Amas d'Hapès, la Reine Mère conservant naturellement la Capitale, Hapès elle-même, pour y trôner.

Si Hapès se contenta d'échanges commerciaux limités avec la Galaxie durant des millénaires, la situation changea progressivement à partir de la Guerre des Clones. Ta'a Chume craignait que le feu de la guerre ne ravageât Hapès et faisait également partie des rares personnes voyant clair dans le double jeu de Palpatine. Probablement aussi manipulatrice et maniaque que ne pouvait l'être le Seigneur Sith, elle mit en place une politique militariste afin de décourager toute velléité étrangère de conquête. Elle encouragea vivement les grandes familles à former leurs hommes, jusqu'ici considérés comme des esclaves dont la valeur dépendait de leur beauté, aux métiers des armes, et motiva l'industrie d'armement à produire massivement et à innover. L'une des inventions les plus terribles de cette époque, le redoutable Gun of Command, est toujours en service aujourd'hui, particulièrement prisé des officiers Hapiens. Hapès utilisa sans scrupules l'espionnage industriel pour pouvoir dérober les secrets des plus grands chantiers navals galactiques, ce qui lui permit de bâtir une flotte de guerre colossale qui la hissa au rang de puissance militaire majeure à l'échelle galactique.

Palpatine renonça à mettre Hapès à l'épreuve en grande partie à cause de cette armée redoutable, mais aussi à cause de ses défenses naturelles : les très nombreuses singularités autour de l'amas laissent très peu de voies d'accès à ses mondes peuplés, et ceux-ci sont férocement gardés et minés. Ce n'est qu'après la chute de Palpatine que le Consortium entra pour de bon dans les affaires galactiques. La Reine Mère de l'époque n'avait pas de fille et elle envoya son fils aîné, Isolder, parcourir la galaxie afin de se trouver une épouse digne d'hériter, sachant la noblesse Hapienne indigne de confiance. Par un caprice du destin, Isolder jeta finalement son dévolu sur une sorcière de Dathomir du nom de Teneniel Djo, qui devint ainsi Reine du Consortium d'Hapès et fonda la première lignée de Reines-Mères utilisatrices de la Force. Si le règne de Teneniel elle-même ne marqua guère l'histoire du Consortium, elle conforta tout de même le régime dans sa position de grande puissance capable d'équilibrer le jeu galactique. Ses actions et celle de sa fille, Tenel Ka, amenèrent le Consortium à jouer un rôle crucial dans la Guerre contre les Yuuzhan Vong, durant laquelle il défendit Corellia au prix de nombreuses forces, puis pendant la Seconde Guerre Civile Galactique, qui vit l'alliance des Hapiens à la Coalition Jedi contre Darth Caedus.

La montée sur le trône impérial de Jagged Fel et la montée en puissance de cette nouvelle dynastie amena en premier lieu un rapprochement entre les deux « Dynastie Jedi » galactique, amenant même Roan Fel, le troisième Empereur de la lignée, à épouser une Hapienne. Toutefois, l'Impératrice fut assassinée par l'un des Chevaliers Impériaux qui était censé la protéger et si celui-ci fut banni et traqué par son Ordre, le Consortium ne pardonna pas à l'Empire un acte aussi odieux et rompit ses relations diplomatiques avec lui, maintenant une neutralité stricte lors de la guerre Impérialo-Sith, puis le conflit entre les deux Empires, qui fut respectée par les deux camps, personne ne souhaitant avoir pour ennemi la puissance de la flotte d'Hapès. Après la fin de la guerre, Hapès profita toutefois largement de la période de reconstruction afin de pouvoir accroître ses échanges commerciaux qui permirent aux différentes lignées de la noblesse de prospérer.

Le brusque retour des Sith cette dernière année surpris toutefois les nobles du Consortium qui n'avaient jamais cru que l'Alliance Galactique s'effondrerait face à la révolte. La Dynastie Djo accéda à la requête de l'Ordre Jedi de l'accueillir au sein du Consortium en tant que réfugié, mais pas sans concession : la Reine Mère accéda ainsi à un siège du Conseil des Jedi. Jusqu'à présent, les Sith n'ont toutefois pas recherché à tourner leur puissance militaire contre Hapès, cette dernière disposant encore de frontières communes avec l'Empire Galactique pourrait dans ce cas trop facilement obtenir son soutien, et sa puissance reste un élément dissuasif, mais pour combien de temps encore ? Comme les Jedi, la noblesse Hapienne devra choisir son destin dans une galaxie entrée dans la guerre totale.

Organisation Politique :


Monarque absolue, la Reine Mère, nommée dans la langue hapienne Ta'a Chume, concentre tous les pouvoirs du Consortium. Véritable divinité aux yeux de son peuple, celui-ci doit obéir à ses ordres et satisfaire ses désirs le plus diligemment possible. Si Hapès est une terre d'intrigues, chaque maison noble tentant de prendre de l'influence sur les autres sans hésiter à recourir jusqu'à l'assassinat, qui s'il est assez subtil peut même être objet d'admiration, l'aura divine de la Reine Mère lui épargne d'être la cible des conjurations. En revanche, si l'une de ses filles vient à être désignée comme son héritière, Chume Da, elle devra vite apprendre à éviter les nombreuses tentatives que les différentes familles feront pour l'écarter définitivement afin de placer leurs propres filles dans la succession. À la Reine revient donc le devoir de protéger son héritière et de la former à déjouer elle-même les complots de cour.

Outre son pouvoir absolu, la reine dispose pour assurer sa défense d'une garde personnelle lui servant également de police politique et de service de contre-espionnage : le Chume'doro. Composée uniquement de femmes, ses membres sont les yeux, les oreilles et la voix de la Reine Mère. Il est donc hautement interdit de lui faire obstacle sur le territoire du Consortium d'Hapès. Sa première tâche est bien entendu d'assurer la sécurité de la Reine Mère et de son héritière, s'il y a lieu, mais aussi de surveiller la Cour royale, composée avant tout des Matriarches des maisons nobles, chacune dirigeant l'un des soixante-trois mondes du Consortium.

À l'exception unique de l'armée, tous les postes à responsabilité du Consortium d'Hapès sont occupés par des femmes. Les hommes n'ont pas le statut de citoyen et ne peuvent espérer une vie correcte qu'en entreprenant une carrière militaire. Considérés par la noblesse féminine comme des objets, les Hapiens mâles sont toutefois des produits très prisés dans la haute société du Consortium, si bien que les dames de qualité entretiennent toutes leur propre harem. Les hommes les plus beaux peuvent se revendre à prix d'or, même si les grandes Hapiennes s'ingénient à maquiller cet esclavage pur et simple en pratique culturelle respectable. C'est la Reine qui dispose bien entendu du plus grand cheptel mâle, ses concubins les plus appréciés recevant le titre de Prince Consort. Une reine avisée prendra dans son harem des concubins issus de familles diverses afin de brouiller l'ascendance paternelle de sa fille, empêchant ainsi une maison noble de revendiquer des droits sur la couronne ou de comploter contre l'enfant.

Matriarche : (Rang III)
Les Matriarches hapiennes constituent la plus haute noblesse hapienne. Elles sont en tout soixante-trois, chacune gouvernant l'un des mondes de l'amas. Les Matriarches vivent dans une lutte constante pour les faveurs de la Reine et l'influence dans les décisions du Consortium. Il n'est pas rare d'en voir une mourir, assassinée par une rivale convoitant sa place ou souhaitant se débarrasser d'un obstacle à son ascension. Elles forment également un grand conseil soutenant la Reine dans les décisions à prendre pour l'avenir du Consortium. Cependant, la Reine Mère peut très bien décider d'ignorer leurs doléances et agir selon sa seule volonté.
Ta'a Chume : (Rang VI)
La Reine Mère du Consortium d'Hapès, Ta'a Chume, est la souveraine absolue des soixante-trois mondes composant l'Amas d'Hapès. Considérée par son peuple comme une véritable divinité, ses désirs sont des ordres, toujours suivis avec zèle par un peuple en vénération devant sa dirigeante et par une noblesse recherchant par tous les moyens à s'attirer ses faveurs. Le pouvoir réel de la Reine Mère dépend en réalité beaucoup de sa personnalité : si certaines s'investissent dans tous les aspects de la société, d'autres délèguent plus facilement l'autorité sur certains sujets à leurs subordonnées. Toutefois, aucun projet d'envergure n'est possible sans l'accord de Ta'a Chume.

Chume'doro :


Le Chume'doro est une organisation particulière à plus d'un titre occupant de nombreuses fonctions. Sa première, la plus importante, est la protection de la Reine Mère : Ta'a Chume ne se déplace jamais sans être accompagnée par plusieurs membres de son Chume'doro qui assurent en permanence sa sécurité. Toutefois, le Chume'doro incarne également l'autorité de la Reine Mère et porte sa parole dans le Consortium. Nul ne peut lui faire obstacle, ce qui en fait également pour la reine un service de contre-espionnage et une police politique chargée d'éventer et de punir les complots ourdis coutre son pouvoir, ou le cas échéant, contre la princesse héritière. Mais le Chume'doro constitue également une élite guerrière de femmes magnifiques dotées des meilleures technologies qu'Hapès puisse offrir. Leur équipement très caractéristique comprend une armure portant des armes aux épaules pour une puissance de feu redoutable. La Major du Chume'doro, le membre le plus haut gradé de cette organisation et militaire accomplie, peut relever un officier Hapien de son commandement afin de prendre le contrôle d'une bataille. En réalité, seule la Reine Mère elle-même peut s'opposer au pouvoir de ses protectrices, qui ont toute fait serment de défendre leur divinité au péril de leurs vies.

Gardienne du Chume'doro : (Rang II)
Les femmes entrant dans le Chume'doro doivent répondre à trois critères précis : une beauté digne de faire honneur à leur souveraine, des talents martiaux exceptionnels et enfin une loyauté indiscutable. Elles forment l'épine dorsale de l'organisation et œuvrent en cellule de quatre agentes formées à opérer dans un milieu précis.
Capitaine du Chume'doro : (Rang III)
Chaque capitaine commande une cellule de quatre agentes parmi la quarantaine que compte le Chume'doro. Répondant directement aux ordres de la Major, elles ont toute latitude pour mener leurs tâches à bien. Elles ne rencontrent généralement aucune résistance sur le territoire hapien. Considérées comme la voix de la divine Reine Mère, même les Matriarches n'osent s'opposer frontalement à elle. Les pirates étant monnaie courante sur les routes commerciales empruntées par les Hapiens, les capitaines sont également entraînées à lutter contre ces bandits de l'espace.
Major du Chume'doro : (Rang IV)
La femme à la tête du Chume'doro cumule et associe de nombreux talents : combattante aguerrie, elle dispose également d'une formation d'officier solide et maîtrise tous les usages de la noblesse Hapienne. Accompagnant généralement la Reine dans tous ses déplacement et supervisant le déploiement de toutes les cellules du Chume'doro, elle prend également la tête des opérations les plus difficile. Néanmoins, les principales qualités d'une Major du Chume'doro restent des traits particulièrement rares dans les plus hautes sphères d'Hapès : son incorruptibilité et sa loyauté indéfectible envers sa Reine.

Structure Militaire :


Bien que disposant d'une protection naturelle des plus efficaces, le Consortium d'Hapès a toujours été sous la pression des pirates ou la menace de certain régime galactique, comme l'Empire Galactique de Palpatine, qui le poussa à se doter d'une armée puissante capable de répondre à toutes ces menaces, force militaire qui lui ont permis de devenir une sorte de juge de paix galactique. Illustrant parfaitement l'adage « qui veut la paix prépare la guerre », la puissance militaire d'Hapès est une force formidable pratiquement impossible à vaincre lorsqu'elle se trouve en posture défensive, ses doctrines comme ses designs de vaisseaux l'encourageant à employer des stratégies défensives, ce qui n'a rien d'étonnant pour la force armée d'un peuple naturellement isolationniste. Contrairement aux autres organisations Hapienne, l'on y trouve de nombreux hommes, y compris dans les plus hautes responsabilités dans la chaîne de commandement, une sécurité permettant de s'assurer que l'armée ne se retournera jamais contre la Reine Mère, puisque les hommes n'ont aucun pouvoir au sein du régime et ne sont même pas considérés comme des citoyens ordinaires.

Pilote de chasse Hapien : (Rang I)
Généralement issus des académies de pilotage ou des rangs de la douane hapienne, les pilotes de chasse hapiens suivent les formations imposées par leurs officiers et assurent la sécurité de l'espace aérien du Consortium.
Lieutenant d'Escadrille Hapien : (Rang II)
Les Lieutenants d'Escadrille ont fait leurs preuves aux commandes d'un chasseur et disposent des connaissances nécessaires pour commander un escadron complet au combat.
Capitaine de la Chasse Hapien : (Rang III)
Dirigeant un escadron complet de chasseurs, les Capitaine hapiens sont, comme leurs homologues des grands vaisseaux de la Flotte, des adeptes des tactiques défensives, ce qui ne signifie pas pour autant qu'ils soient moins bons que les autres. Particulièrement redoutables sur des champs de bataille encombrés d'obstacles, peu de pilotes leur arrivent à la cheville dans les champs d'astéroïdes ou les terrains minés dans lesquels ils entraînent leurs formations à se déployer, forçant leurs adversaires à les poursuivre dans un piège mortel.

Enseigne : (Rang I)
Rouage indispensable dans un vaisseau spatial, les enseignes s'assurent du bon état des systèmes de combat d'un vaisseau spatial. Au sein du Consortium d'Hapès, cette fonction considérée comme dégradante n'est occupée que par des hommes.
Capitaine de Croiseur : (Rang II)
Contrairement à la majorité des nations galactiques actuelles, les Hapiens ne classent pas leurs navires de guerre selon le schéma classique du système Anaxes. Ainsi, les Croiseurs sont des navires bien plus petits convenant parfaitement à un officier de flotte novice, mais cela ne signifie pas qu'ils ne sont pas redoutables pour autant : les Hapiens ne lésinent pas sur la puissance de feu et permettent à leurs formations de croiseurs de pouvoir affronter toute sorte de menace avec efficacité.
Capitaine de Dragon : (Rang III)
Formant l'ossature de la flotte d'Hapès, la station spatiale de combat Dragon délivre un véritable mur de feu à ses adversaires avec une puissance qui n'a pas à faire  rougir face aux plus puissants navires de guerre composant les flottes de guerre galactique. Les Capitaines de Dragons sont des officiers expérimentés qui ont juré de défendre Hapès jusqu'à la mort et des experts des stratégies défensives.
Amiral Hapien : (Rang IV)
Les Amiraux Hapiens sont soit des hommes brillants de bon lignage étant parvenus à gravir les échelons militaires, soit des femmes ne craignant pas le danger susceptible de ternir leur beauté et n'aspirant pas au Matriarcat. Ils sont en charge de l'effectif entier d'une flotte de combat du Consortium.

Soldat Hapien : (Rang I)
Soldat est peut-être le seul métier du Consortium d'Hapès où les hommes comme les femmes sont traités de manière à peu près égale. Bien entendu, ce seront toujours les hommes qui subiront les brimades des instructeurs, feront les corvées et seront même chargés de faire les tâches normalement dévolues de manière individuelle à leurs camarades féminines. Mais sous le feu, ils sont exposés de la même façon et doivent se soutenir pour triompher. L'on ne trouve bien entendu aucun membre de la noblesse ici, mais des gens du peuple, bien que même à cet échelon, la femme reste supérieure, libre, tandis que l'homme est de condition servile.
Officier Hapien : (Rang II)
Le cadre constitué par les officiers hapiens est aussi diversifié que celui des autres nations. Si les lieutenants et capitaines sont généralement issus des rangs de la population par promotion ou de jeunes nobles fraîchement sortis de l'académie, les officiers supérieurs, commandants et colonels, ne sont en revanche pratiquement que des nobles mâles. Ils ont en charge l’exécution tactique des missions confiées par leurs généraux.
Général Hapien : (Rang III)
Comme les Amiraux, les Généraux sont majoritairement des hommes talentueux en stratégie mis en avant par leurs familles, mais l'on trouve également quelques femmes nobles considérant que le service militaire au nom de la Reine Mère Divine passe avant toute autre considération personnelle, voire des femmes issues des rangs du peuple ayant été capable de s'élever à cette fonction, gagnant ainsi un titre de noblesse. Ils ont en charge le commandement d'une division lors d'une campagne militaire à l'échelle stratégique, et l'un d'entre eux sera généralement choisi pour assumer le commandement central d'une campagne.

Haut Commandeur Royal : (Rang V)
Seul homme disposant d'un pouvoir d'importance au sein du Consortium d'Hapès, le Haut Commandeur Royal est l'officier militaire le plus haut gradé du régime. Il s'agit toujours d'un « Prince Consort », appellation élégante désignant les concubins favoris de la Reine Mère. En réalité, la raison pour laquelle le Haut Commandeur Royal est un homme est très simple : elle permet, en plus de dispenser une faveur à une famille noble fidèle à la Reine Mère, de s'assurer que le dirigeant de l'armée ne sera jamais tenté de renverser le pouvoir, puisqu'un homme n'est même pas considéré comme un citoyen. Toutefois, la Reine Mère prendra toujours soin de choisir son Haut Commandeur Royal pour ses capacités et de lui donner la meilleure formation, afin que l'Armée Royale ne se couvre pas de ridicule à cause de son incompétence. Son influence est toutefois clairement la plus faible de tous les Commandeurs Suprême Galactique : les décisions en terme de productions militaires reviennent à la Reine, et elle peut même lui imposer des décisions stratégiques et tactiques, éventuellement via la Major du Chume'doro.
Voir le profil de l'utilisateur
Consortium d'Hapès
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le consortium Western-Union/Soge-Express surpris en flagrant délit.
» Jason Lister
» [Endaur] Le Consortium Ramba
» Rising Moonz Consortium, des Bad Moonz aux dents longues.
» La faction invisible : Le Consortium

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Imperial Wars :: Introduction :: Forces en présence :: Ordre Jedi-