[+158-Korriban] Le Roi est Mat [PV PNJ Carnifex et Maladi]
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage
Darth Akni
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 18/04/2017
Rang : One Sith
Revenir en haut Aller en bas
[+158-Korriban] Le Roi est Mat [PV PNJ Carnifex et Maladi]
Mar 9 Jan - 0:38
La douce symphonie galactique continuait son exploration de l’Histoire. Trônant au milieu de mon orchestre, je battais la mesure, c’était moi qui imposait mon propre tempo. Comment me voyaient les autres forces en présence ? Comme un tyran mégalomane ou comme une enfant capricieuse qui recherchait l’immortalité ? Le contrôle absolu ? Comme une héritière de Palpatine, de Bane ou de je ne sais quel autre Sith illustre ? La vérité était qu’ils se trompaient...Tous, et la façon dont avançaient les choses sur Bonadan prouvait bien que tous s’étaient trompés. Certains de mes officiers commençaient d’ailleurs à douter du bien-fondé de mes plans et de ma capacité militaire à gérer le conflit galactique. Et pour cause, jusqu’à présent, je m’étais reposé sur les talents de Koyne DuCade, Darth Shadowsund, véritable stratège de génie, que j’avais faite assassiner sur Bonadan sans réellement expliciter cette mort. Cet assassinat par ma Main Invisible avait fait trembler le Magistère, les Seigneurs les plus ambitieux avaient dû ravaler leur fierté puisque beaucoup avaient parié sur ma destitution par DuCade et pourtant...Et pourtant une fois de plus je changeais le rythme, j’imposais un nouveau tempo, je rabattais les cartes : j’étais à la fois le joueur, la banque et les cartes et personne ne savait quel jeu j’allais jouer...Je me permettais même de changer les règles et de modifier le jeu à ma guise. Aussi, à l’annonce officielle que je prendrais personnellement le commandement des troupes sur Ziost, beaucoup d’officiers avaient craint cela, et pour cause, j’avais exécuté des officiers supérieurs parfois pour de bonnes raisons, parfois par simple caprice, simplement pour asseoir mon pouvoir au début de mon règne. Faillir n’était pas permis pour moi et lorsque je donnais des responsabilités à quelqu’un, ce dernier devait s’assurer d’être capable de les honorer, aucune promotion n’était gratuite. Cela s’illustrait d’ailleurs très bien dans mon armée où les soldats étaient parfois sacrifiés pour une simple position, nous jouions sur les effectifs, sur notre armée populeuse, c’était cela qui avait permis à mon Empire de redessiner ses frontière sur la moitié de la Galaxie. J’étais allée où personne ne m’attendais. Si les officiers et le Magistère craignaient particulièrement que je prenne le commandement d’une opération militaire, et à raison car je n’avais aucun talent pour mener les hommes, aucun n’avait osé se rebeller, je testais ainsi la fidélité de mes hommes.

Je valais cependant mieux qu’un petit dictateur de seconde zone et je connaissais aussi mes limites, je n’allais donc pas exiger de prendre le commandement d’une opération dont je connaissais l’importance. J’avais donc laissé filtrer l’information, qu’elle soit sue même au sein des hommes du rang...Mes ennemis l’auraient donc aussi. Que s’agite donc la mijaurée de Bastion, que s’énerve le vieux moustachu d’Eriadu et le quasi-retraité de Bothawui...Tout ce que vous pourriez faire ne sera finalement qu’une danse au rythme de mon joli petit orchestre. Je n’avais que faire de possessions territoriales et Bonadan était plus qu’un caprice, c’était une position stratégique que je désirais plus que tout, car elle me permettrait de jouir d’un angle d’attaque qui permettrait à mes groupes d’armée nord de déferler sur l’Empire Galactique, cassant les reins de son économie et par la même occasion lui tordant le cou. C’était encagée comme une bête que Jaana Fel me serait présentée sur Korriban. Fidèle à mon imprévisibilité, j’avais convoqué séparément deux proches de mon régime, le Général-droïde Carnifex, monstruosité synthétique faite d’un officier idéaliste après la bataille d’Hypori et Darth Maladi, qui supervisait le Sith Intelligence and Assassination. Bien évidemment, j’avais pris le soin de leur faire croire qu’ils seraient convoqués séparément pour mieux les duper...À l’instar du Côté Obscur, tantôt je séduisais, tantôt je frustrais, mais à chaque fois je corrompais. Maladi avait plusieurs fois fustigé ouvertement ce Général-Droïde qui s’était cantonné à des opérations mineures -pourtant faisant preuve d’un véritable sens stratégique- qui désirait plus que tout se prendre pour un Sith avec sa haine des Jedi et son entraînement au sabrolaser et Carnifex avait plusieurs fois été en conflit avec les services secrets de Maladi. Encore une fois, j’avais patiemment construit cette rivalité de toute pièce puisque Lustrum avait entraîné en secret Carnifex au sabrolaser, lui faisant miroiter qu’il deviendrait un jour un Seigneur Sith, et j’avais donné plusieurs fois des instructions contradictoire à son armée et aux agents de Maladi. Désormais, cette rivalité était mûre et c’était l’option que j’avais retenu pour Bonadan, Carnifex et Maladi se haïssaient viscéralement et je savais qu’ils auraient été capable de se battre à mort, ainsi la Haine avait une fois de plus fait son chemin, d’autant plus que je savais Carnifex proche de Koyne, qu’on disait sa protectrice et que Maladi la haïssait également. Maladi s’attendait probablement à ce que je balaye cette monstruosité de Carnifex une fois Koyne déchu, puisque comme l’usage le voulait, j’aurais dû trancher les têtes de ceux qui avaient suivi DuCade. Il n’en était rien, Carnifex était une pièce sur l’échiquier que je comptais utiliser, même si j’aurais pu facilement le détruire, cette machine était aveuglée par la haine et ainsi facilement manipulable, d’autant plus que des Jedi avaient été impliqués dans la mort de DuCade sur laquelle je ne m’étais pas encore prononcée.

Le Seigneur Sith qui assurait l’intendance du trône vint m’informer que Maladi et Carnifex attendaient dans l’antichambre de la salle du trône. Je lui ordonnais de les conduire à moi, lui indiquant de les faire patienter cinq minutes, cela serait suffisant à faire monter le malaise et la haine entre eux. On me les amena donc, et c’était dans ma toge noire, diadème orné de nombreux joyeux sombres que je les recevais sur mon trône de porphyre. Je les toisais, observant Maladi et ses tatouages rituels et l’immense Général-Droïde, en cape, quatre sabrolaser de Jedi ornant son bassin. Les ingénieurs avaient poussé la ressemblance avec Grievous, anonyme sans intérêt de la Guerre des Clones, mais cela me plaisait et était un autre de mes caprices, ce Général secondaire devait être effrayant, je ne voulais qu’il ait la confiance de personne. En un sens la bêtise romantique de Koyne et son attachement amical à ce tas de ferraille m’arrangeait, cela me permettait de mettre en place un plan beaucoup plus vicieux.


-Général Carnifex, Darth Maladi, relevez-vous je vous en prie. Nous n’avons pas besoin de perdre plus de temps. Comme vous le savez probablement, nous préparons une très grande offensive sur Bonadan avec nos groupes d’armée se trouvant stationnés sur Ziost. Nous ne pouvons plus laisser Bonadan sans y intervenir, Koyne DuCade y a trouvé la mort, et je sais aujourd’hui de source sûre qu’il y a eu intervention de Jedi, secondés par Katria Dashiell, l’Acolyte de Darth Shadowsun, qui l’a trahie.


Mes paroles étaient calmes, prononcées de ma voix quasi-cristalline. Je savais que cela ne ferait qu’attiser la haine et la colère de Carnifex, Maladi aurait probablement des doutes, peut-être douterait-elle sur le fait que j’avais d’autres sources de renseignements. Cela n’était pour l’instant pas la priorité. Maladi fulminerait suffisamment de voir que Carnifex était convié et comme pour la conforter dans cette idée, je descendais lentement de mon trône pour me planter devant le droïde, le regard vide et froid. D’un mouvement solennel, je levais lentement la main.


-Général Carnifex, vos actions proche de la bordure extérieure ont été remarquées. Vous êtes désormais fait Généralissime, vous commanderez l’ensemble des troupes stationnées sur Ziost et vous aurez également la lourde charge de mener l’assaut sur Bonadan. C’est la première raison pour laquelle je vous ai convoqué.


Attendant que le désormais Généralissime s’incline devant mes directives, j’attendis de pouvoir sentir Maladi fulminer. Jusqu'à présent, Carnifex était contraint à des opérations mineures proche de la bordure extérieure et désormais il se retrouvait avec une fonction qui outrepassait toutes les espérances des favoris du Magistère. Contrairement à tout pronostic qui aurait pu être fait, je n’avais pas dans l’idée d’éliminer Carnifex qui n’avait rien de gênant, bien au contraire à mes yeux. J’avais même d’autres idées en tête. Une fois incliné, je dégainais mon sabrolaser et, prenant un air et une allure des plus solennels, je commençais à l’adouber.


-La deuxième chose est que désormais, vous êtes fait Seigneur Sith, vous serez connu sous le nom de Darth Pluto lorsqu’on s’adressera à vous en tant que Sith. Cela vous donnera toute autorité sur le personnel Sith dans les armées de Bonadan.


Ainsi j’allais un peu plus loin dans ma directive : pour ne pas que Maladi pense que Carnifex ne serait qu’une marionnette, je faisais de lui un véritable Sith, un sacrilège ultime aux yeux d’une Sith telle que Maladi. Je faisais et je défaisais, je donnais et je prenais, ainsi j’avais donné une leçon à celle qui se pensait la maîtresse de tous les complots. Ce n’était pas la première fois que je prenais Maladi de court mais je me délectais par avance de ses réactions. Rangeant mon sabrolaser je me reculais légèrement et je les fixais désormais tous les deux.


-Darth Maladi, vous aurez quant à vous la tâche de faire en sorte que chaque opération menée par les troupes du Généralissime fasse mouche. J’attends de vous que vous débusquiez toutes les forces spéciales ennemies et que vous les détruisiez. Vous serez tous deux les yeux et les mains du Magistère et de l’Empire sur Bonadan, j’attends de vous deux une collaboration totale. J’aimerais d’ailleurs que vous commenciez par nous faire un rapport détaillé de ce que nous savons des forces ennemies, Darth Maladi, cela permettra au Généralissime de se faire une idée.


La stratégie et les pions étaient en place. Maladi et Carnifex -désormais adoubé Pluto- se détestaient au point de s’étriper, mais les faire collaborer les obligerait à bien se comporter, suffisamment pour être constructif. Leur rivalité me permettrait cependant de garder la main sur une telle quantité de troupe et de me prémunir d’un éventuel complot, diviser pour mieux régner, telle avait toujours été ma devise, encore une fois d’ailleurs, elle prouverait son efficacité.
Voir le profil de l'utilisateur
[+158-Korriban] Le Roi est Mat [PV PNJ Carnifex et Maladi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Une enfant sur Korriban
» Cantina de l'Echange (libre)
» Sur la route d'Ondéron
» Endurcissement collectif [Libre à tous, apprentis recommandés]
» Mission Sith : l’Âme d'un Reptile [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Imperial Wars :: Galaxie :: Korriban-