[+158, Bonadan] Si vis pacem para bellum [PV Kàs Kelborn]
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage
Jorian Solaris
avatar
Messages : 236
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
[+158, Bonadan] Si vis pacem para bellum [PV Kàs Kelborn]
Mer 6 Déc - 17:50
Bonadan, Jorian Solaris et ses hommes y avaient débarqué le matin même. Quelques vaisseaux de transports qui avaient pu pénétrer dans l’atmosphère de la planète pour se poser dans un paysage morne et désolé de friches. Si la planète était fortement urbanisée, les troupes de l’Entente avaient choisi de se déployer dans les zones rurales de Bonadan pour pouvoir mener au mieux des tactiques de guérilla sans trop impacter les civils. Solaris avait rejoint un QG dans la partie orientale de la zone prévue pour accueillir les champs de bataille, un des QG qui servaient pour les troupes de la REPo et des renseignements. Les coordonnées furent transmises de manière laconique et synthétique à Kàd Kelborn pour que ce dernier le rejoigne avec ses hommes : des coordonnées et des codes d’accès, cela suffirait. L’officier voulait impliquer les Mandaloriens le plus tôt possible, mais cela lui avait pris un certain temps de pouvoir remplir les formalités administratives et de recevoir l’accord écrit de l’État-Major. Il avait d’ailleurs transmis ces autorisations aux hommes du Commandant Moreau et du Colonel Weiss qui étaient pour l’instant en charge des groupes d’armée de l’Entente qui étaient stationnés sur Bonadan. Ils attendaient désormais que la Générale Impériale Northwar ne prenne ses positions. Les troupes de Solaris avaient d’ailleurs immédiatement été réquisitionnées et réaffectées à des unités combattantes dès qu’elles avaient posé le pied sur le sol de Bonadan, comme cela avait été convenu dès le départ. Jorian Solaris se retrouvait donc cantonné à des missions de renseignement et de police, comme cela avait été le cas au début de la campagne d’Erinar et durant toute sa vie auparavant.

Kelborn et ses hommes ne tardèrent d’ailleurs pas à être annoncés. Ils avaient été de toute manière prévenus bien avant l’arrivée des troupes de Solaris sur Bonadan et le chef Mandalorien était de toute évidence très ponctuel...Ou tout simplement très impatient de croiser le fer avec les Siths. Les opérateurs du petit QG lui indiquèrent un terrain vague à côté d’un bâtiment vétuste où il pourrait poser ses vaisseaux. Ils ne découvriraient qu’une friche couverte d’herbes folles encadrée par des bosquets sombres en descendant de leurs vaisseaux. Il y avait là un bâtiment délabré sur lequel flottait mollement un drapeau à l’effigie de l’Entente. Des imposants canons à plasma entourés de sacs de sable avaient été disposés en quinconces autour du bâtiment, avec un en son sommet. Quelques soldats vaquaient à leurs occupations autour des canons, certains fumant, d’autres mangeant ou d’autres encore échangeant des banalités. Il y avait là tous les signes précurseurs d’une bataille, une des caractéristiques les plus marquantes de la guerre : un calme édifiant avant l’orage, l’attente des soldats face à l’inéluctable échéance. Un sous-officier apparut devant Kelborn et le salua avec un salut militaire parfait avant de l’inviter à le suivre tout en lui indiquant que ses hommes pouvaient rester à l’extérieur pour l’instant.

Le militaire de la Triade fit signe à Kelborn de le suivre. Ils traversèrent les dispositifs de défense mais la présence de Kelborn n’arracha au mieux que quelques regards distraits. Les soldats de la Triade étaient en tenue de combat, ils portaient tous leurs armures légères par-dessus leurs uniformes et tenaient leurs casques à portée de main. Le Mandalorien fut invité à pénétrer dans le bâtiment délabré qui était en réalité une véritable fourmilière. À l’intérieur, des tables avaient été disposées en rangs parallèles et du matériel de communication s’y trouvait tandis qu’une foule de militaires des communications s’affairaient à transmettre des informations, celles des sondes ou tout simplement les ordres de l’État-Major. Le guide de Kelborn, l’invita à emprunter un petit escalier de service jusqu’à un couloir qu’il emprunta avant de taper à une porte de bois et de l’ouvrir pour inviter Kelborn à y entrer. La porte donnait sur une petite pièce à la décoration spartiate qui comportait un lit de camp et une table qui faisait office de bureau. Jorian Solaris se leva pour saluer Kelborn. L’uniforme de Solaris était bien moins ostentatoire que lors de leur première rencontre : une vareuse de laine d’un vert sombre avec des pattes de col et d’épaule indiquant son rang et un calot qu’il avait disposé sur son bureau. Tout le monde était en ordre de bataille et Kelborn avait désormais la confirmation que c’était du sérieux. Solaris tendit une main à Kelborn en se levant alors que ce dernier entrait.


-Entrez, je vous en prie. Ravi de vous voir sur Bonadan. Installez-vous, nous avons beaucoup de choses à nous dire.


Solaris lui désigna un siège avant de lui-même s’asseoir. Il rangea rapidement les documents qui se trouvaient sur son bureau avant de croiser les bras et de s’adosser à sa chaise.

-Bon, c’est un peu la pagaille ici, personne ne sait qui commande dans les groupes de combat qui viennent d’arriver...L’armée, la REPo, les ordres arrivent au fur-et-à-mesure et cela dépend des groupes de combat. Pour ma part, j’ai été relevé du commandement de mes hommes qui ont été envoyés en renfort au QG occidental et moi, j’ai été affecté ici, au QG oriental de la REPo. Enfin bref, cela ne vous intéresse sans doute pas...Ce que vous devez savoir en revanche, c’est que même si les Siths n’ont pas encore attaqué, ça bouge sur Ziost, l’information est tombée à midi, ça ne devrait donc pas tarder. Mais avant toute chose, j’aimerais connaître vos effectifs exacts et également savoir du matériel dont vous disposez.
Voir le profil de l'utilisateur
Kàd Kelborn
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 12/10/2017
Rang : Mandalorien | Chef du Clan Kelborn
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Bonadan] Si vis pacem para bellum [PV Kàs Kelborn]
Dim 10 Déc - 16:57
La flotte de vaisseaux transportant la petite armée de guerriers rassembler par Kàd en vue de l’assaut de Bonadan se dirigeait en direction de la planète. Kàd avait décollé du pont de l’un de ceux-ci en chevauchant son Basilisk, ce dernier n’étant pas équipé du moindre moteur d’Hyperdrive. Alors qu’il quittait le vide spatial pour s’engager dans l’atmosphère, protéger par les boucliers de sa monture, Kàd avait une pensée sur ce qui l’attendait. Cette bataille promettait d’être de celle qui lui permettait de réellement se sentir vivre, de celle où il avait réellement la sensation de pouvoir exercer ses talents innés, mais elle pourrait aussi être la dernière s’il ne prenait pas garde, les Sith étant des adversaires aussi puissants que fourbes. Il était à la tête d’un groupe de guerriers mando’ade issus de plus d’une petite dizaine de clans, une force tel que, en-dehors des missions menées par Mand’alor lui-même, il en avait rarement été vus pour une simple mission de mercenaires.

Certaines de ces pensées vagabondèrent un peu à propos de sa femme. Trace était restée sur Ordo, bien que Kàd savait qu’elle aurait préféré l’accompagner. Le fait était que Kàd s’était rendu compte que sa compagne était enceinte, et qu’il refusait de risquer la mort de son futur fils (ou de sa futur fille) dans l’opération. Ses pensées retournèrent vite à l’instant présent, il pouvait enfin voir la planète autrement que par holo… et le terrain correspondait sensiblement à l’idée qu’il s’en était fait. Dans les jours qui suivraient, il était probable que les étendues séparant les centres de productions de la planète seraient rapidement rouges de sang.

Atterrissant sur le terrain vague qui leur avait été désignés, toutes flottilles de vaisseaux de transports ainsi que de combats se suivait dans son sillage. En descendant de sa monture, Kàd observa les environs. Il fut assez surpris par le manque d’activité dans le camp. Les soldats semblaient ne pas se préoccuper de la bataille qui arrivait. Pour les mandaloriens, la veille d’une bataille était souvent marquée soit par une intense préparation des combats à venir, ou alors par des festivités pour mettre les guerriers en condition pour la bataille, mais jamais les mandos ne passait le temps à ne rien faire.

Rapidement, un officier (ou sous-officier, Kàd n’était pas vraiment intéresser par l’identification du grade de celui-ci) vint à la rencontre du chef de clan. Il lui signifia qu’il fallait qu’il le suive, ce que Kàd ne fit pas immédiatement, veillant à s’assurer que ses hommes s’installent et se déploient sans soucis. Après avoir donné ses ordres à ses lieutenants, Kàd accepta enfin de suivre le sous-officier qui l’amena dans un bâtiment qui semblait avoir connu des jours meilleurs, Kàd se demandant même si un simple coup de pied bien placé ne suffirait pas à le faire tomber en morceaux, si le QG de l’entente était établi là, Kàd espérait pour eux qu’ils avaient fait renforcer la structure au préalable.

À l’intérieur, l’activité était grouillante, presque frénétiques, contrastant avec le calme qu’il avait constater à l’extérieur parmi les soldats de la triade, par contre, le mandalorien pouvait y sentir la même inquiétude. Cela suffit à convaincre le guerrier que ses employeurs appréhendaient bien la gravité de la situation, qu’il n’avait pas à faire à de simples amateurs. Finalement, le chef des Kelborn fut mené à une pièce qui disposait encore d’une porte en bois, pas ce qui était le plus pratique pour arrêté des assaillant (n’importe quel professionnel serait capable de la défoncer sans rencontrer de difficultés particulières), mais cela donnait un certains charme à la pièce que n’avait pas les portes coulissantes modernes. À l’intérieur, le mobilier de la pièce était assez spartiate, se contentant du strict nécessaire), une sobriété que Kàd pouvait apprécier.

Il salua Jorian d’une simple poignée de mains, mais resta debout malgré l’invitation de son hôte à s’asseoir, d’une part parce qu’il n’en ressentait pas le besoin (il l’était resté bien assez longtemps durant le voyage) mais aussi parce que tout l’arsenal qu’il avait sur lui rendrait cette position inconfortable. Il écouta silencieusement ce que lui expliqua le commandant du REPo.

- Juste pour que je sois sûr, c’est toujours à vous que je dois en référer. Où cela aussi a changé ?

Kàd était assez sceptique par rapport à ce qu’il venait d’entendre. Jorian venait de lui avouer indirectement que les plus hautes autorités semblaient se disputer les effectifs disponibles pour leurs fronts respectifs. Cela risquait de se révéler une faiblesse, mais Kàd se concentrerait sur la tâche qu’il avait à accomplir.

- J’ai avec moi à peu près 2500 guerriers prêt au combat. La plupart d’entre eux sont soit des Ori’ramnikàd, des supercommandos si vous préférez, et les autres sont des combattants parfaitement aguerris. Ils sont déjà dispatchés en escouades d’une dizaine de guerriers, soit 250 escouades. Parmi eux, nous avons 600 shocktroopers, ce sont les guerriers avec les armures et les armes lourdes.
À cela, ajouté trois escadrilles de Bes’ulik, soit 18, 35 Basilisks et une grosse soixantaine de chasseurs de combats de modèle divers, Pursuer, Gladiator… ainsi que les véhicules de transports.
Nous avons des munitions et du carburant pour une semaine de combat continu, 3 jours si les combats se révèlent particulièrement intense. Deux semaines d’approvisionnement pour le reste. Au-delà, on aura besoin de puiser dans vos réserves.
Quant à nos besoins, nous sommes déjà prêts en l’état, mais si comme vous me l’avez dit votre arsenal nous est ouvert, de quoi équiper 500 de mes hommes, 2 par escouades, de vos équipements anti-sensitifs ou autres seraient un plus.


Kàd réfléchit encore un instant avant d’ajouter.
- Sinon, qu'elle est l'état des préparatif? Les renforts des membres de votre coalition sont-ils déjà arrivés?
Voir le profil de l'utilisateur
Jorian Solaris
avatar
Messages : 236
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Bonadan] Si vis pacem para bellum [PV Kàs Kelborn]
Mar 12 Déc - 18:30
Kàd Kelborn était égal à lui-même, un géant placide. Il y avait en cet homme quelque chose de glaçant, un homme qui ne semblait être dévoué qu’à la cause militaire, dans la tradition martiale Mandalorienne. Un fossé séparait les deux hommes, d’un côté un officier politique qui n’était qu’un policier et de l’autre le géant Mandalorien, guerrier par tradition comme par talent. Solaris n’avait cependant aucun problème avec cela, il était plutôt satisfait de cette alliance de fortune et même si elle était monnayée, ces gens seraient d’une très grande aide. Le clan Kelborn allait de plus pouvoir prendre part à une très grande coalition contre les Siths. Même si la guerre approchait et qu’elle s’annonçait féroce, le Commandant ne pouvait s’empêcher d’imaginer une issue favorable pour cette coalition qui pourrait infliger une très grande défaite à un Empire Sith qui ne semblait pas connaître de revers depuis que ses populeuses armées se déversaient sur les mondes des autres factions. Le Commandant Suprême Stregwel comptait d’ailleurs sur cette occasion pour faire une démonstration aux officiers Siths : les circulaires de l’État-Major circulaient, elles étaient accessibles à tous, du soldat dans les rangs aux officiers supérieurs qui menaient le front. Ludov Stregwel était fidèle à ses principes.

-Effectivement, vous devez toujours en référer à moi. Vous serez de toute façon considéré comme une unité indépendante et vous aurez toute latitude concernant la manière de gérer vos groupes de combat. En réalité, je ne serai là que pour vous communiquer les cibles prioritaires et leurs positions mais aussi pour assurer l’intendance avec l’État-Major et pour vous fournir des renforts et des soutiens si cela et possible et que vous le souhaitez.


Des renforts, un bien grand mot vu que tous les groupes de combat seraient sans doute occupés. Par contre, Solaris pourrait sans doute leur accorder des appuis aériens ou des tirs d’artillerie ou de mortiers si la position le permettait. Pour le reste, il ne pouvait le garantir tant qu’il ne serait pas dans la situation, mais il s’efforcerait de faire au mieux. De toute manière, à mesure que les renforts arriveraient, la situation deviendrait plus confortable car cela serait fait graduellement. L’officier n’était étrangement pas inquiet quant à l’issue de ces combats, il comptait sur cet affrontement pour prendre que l’Entente venge les morts d’Erinar.


-Nous sommes tous prêts, nos troupes ont été réparties en quatre QG, quatre Armées qui sont prêtes à combattre les Siths. L’Empire Galactique a envoyé la Générale Chiss Northwar et ses blindés qui devraient être en position aujourd’hui, nous avons aussi un appui aérien des Impériaux et plusieurs divisions Impériales supplémentaires sur le terrain. Cela s’annonce bien. D’après nos dernières données, les Siths vont tenter de nous noyer sous le nombre, ce qui est loin d’être stupide, Akni voit Bonadan comme un bastion de la Triade et elle sait que nous ne pourrons jamais déployer le même nombre de troupes qu’eux mais que nos soldats sont bien mieux équipés et individuellement plus entraînés que le soldat de l’armée Sith conscrit dans la terreur. Ils ne s’imaginent pas que nous allons leur opposer un front massif. Vous devrez donc éviter au maximum les batailles rangées et les fronts, votre mission sera principalement d’éliminer les Sensitifs et les officiers Impériaux sur le terrain. Il paraît d’ailleurs que c’est Akni en personne qui dirigera les troupes…


Le fait que l’Impératrice Sith en personne soit aux commandes avait quelque chose de grisant, mais Solaris ne voulait pas trop s’étendre là-dessus, puisque de toute manière les informations n’étaient pas toutes fiables mais aussi car il savait qu’elle serait sans doute inaccessible à des commandos, aussi doués soient-ils. Le Commandant se saisit de son calot qu’il enfila sur son crâne avant de se lever et d’afficher un sourire poli à Kelborn.

-À ce propos, vous pourrez utiliser tout ce que vous souhaitez dans notre équipement, j’ai reçu carte blanche là-dessus. Si vous le souhaitez, nous pouvons nous rendre à l’arsenal et vous pourrez m’indiquer ce que vous souhaitez et en quelle quantité, ce n’est pas très loin d’ici.

Voir le profil de l'utilisateur
Kàd Kelborn
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 12/10/2017
Rang : Mandalorien | Chef du Clan Kelborn
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Bonadan] Si vis pacem para bellum [PV Kàs Kelborn]
Mar 19 Déc - 9:07
Solaris restait donc bien le contact avec les Mandaloriens, il en prenait bonne note. D’une certaine manière, cela rassurait Kàd. Si le commandant de la REPo n’avait pas laissé l’impression d’un grand soldat au chef de clan, il lui avait néanmoins semblé que Solaris ne serait pas du genre à oublier où était sa place, qu’il ne serait pas du genre à ne voir dans les guerriers de Kàd comme étant SES soldats. Par contre, même s’il ne doutait pas que Solaris ferait ce qu’il pourrait pour fournir du soutien à ses mandos, il ne comptait pas vraiment dessus, au vus des forces en présences, les alliés des Kelborn seraient déjà bien assez mit sous pression par l’armée Sith, de plus la fierté guerrière de Kàd lui faisait répugner à faire appel à l’aide d’Arue’tii sans nécessité absolue.

Kàd écouta avec attention le briefing que lui fit le membre de la REPo, tout en observant que le tranchant de sa Beskad était bien affuté, il risquait d’en avoir besoin assez vite. Kàd avait vraiment hâte de commencer la bataille, il trépignait même intérieurement. Sous son casque, le chef du clan Kelborn haussa un sourcil à l’évocation de la possible présence de l’Impératrice des Sith, si elle était là en personne, il faudrait s’attendre à ce que sa cour au grand complet fasse le déplacement : des Sith puissants, des cohortes de Sith Troopers et d’unités d’élite de l’armée, ne serait-ce que pour assurer sa sécurité… la bataille de Bonadan venait de prendre une toute autre ampleur, ce n’était plus seulement l’invincibilité de l’armée Sith qui était mise en jeu, mais celle de leur dirigeante. Kàd ignorait, et d’ailleurs n’en avait rien à faire, ce qui différenciait le One Sith des Seigneur Sith d’antan, mais si leur soif de pouvoir était la même, une défaite sur Bonadan pourrait sonner leglas du règne de Akni, tant tout ses opposants au sein de son propre empire tenteraient de profiter de cet instant de faiblesse pour la renverser.

- Si Akni désir mettre sa légende à l’épreuve, je m’en voudrais de la décevoir.

Kàd garda cette réflexion pour lui, se contentant d’un simple hochement de tête pour signifier qu’il avait compris son rôle dans la bataille à venir : décapiter les têtes de l’hydre une par une. Rangeant sa beskad dans son fourreau d’un geste fluide, l’esprit de Kàd tentait d’imaginer les implications de cette bataille. Arrêter les Sith ? Sûrement. Sauver le Secteur Corporatiste ? Cet objectif lui paraissait que secondaire, il misait plutôt sur une instrumentalisation de la bataille de la part Stregwel, voir de l’Impératrice Fel, pour tenter de faire mains basses sur le secteur à son propre profit, ou celui de son régime, restait à voir qui se montrerait le plus rapide et le plus convaincant. En fait, il lui semblait qu’en cas de victoire, l’Entente serait probablement le régime qui avait plus à gagner dans l’histoire. Bonadan étant vu comme un bastion de la Triade, en cas de victoire ce serait eux qui seraient vus comme ceux qui avaient arrêté l’avancée des Sith, voire comme ceux qui avaient réussis, au moins en partie, à unir les forces de la « galaxie libre » contre l’oppresseur… En cas de victoire, la Triade aurait probablement un gain d’influence important. Mais par contre, sans le soutien des impériaux, ils risquaient de subir les représailles des Sith par après.

Vint ensuite la question que Kàd attendait, celle des fournitures d’équipements de l’Entente à ses troupes en vue d’améliorer lerus chances faces aux Sith. Kàd avait longuement réfléchis à la question et en était arrivé à la conclusion que si ses hommes étaient déjà parfaitement équipé pour faires faces aux sensitifs de tout poils, l’arsenal de la Triade pourrait s’avérer un plus non négligeable, ne serait-ce que pour cette occasion de recueillir des infos à ce sujet.

- Disons que je suis curieux de voir vos équipements en action avant de me décider sur ce dont j’aurai besoin pour mes guerriers. Pourriez-vous organiser une petite démonstration devant moi et mes seconds ? Une fois que nous aurons une meilleurs idée de son efficacité, nous pourrons probablement choisir les équipements proposés au mieux de notre mission.
Voir le profil de l'utilisateur
Jorian Solaris
avatar
Messages : 236
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Bonadan] Si vis pacem para bellum [PV Kàs Kelborn]
Sam 23 Déc - 18:48
Jorian acquiesça, une fois de plus, il ne pouvait qu’être admiratif devant l’efficacité et le pragmatisme de son interlocuteur. C’est non sans ironie qu’il se dit que les petites querelles administratives de la Triade dont il avait parlé plus tôt devait sembler ô combien ridicules aux yeux du chef de clan. Cette structure clanique des Mandalorien, souvent intrigante pour ceux qui n’y étaient pas familiers, était en réalité redoutable puisque Solaris comprenait désormais tout le sens guerrier qu’il y avait derrière ce terme. Même l’évocation d’Akni ne semblait pas lui faire peur, le guerrier Mandalorien ne semblait désormais focalisé que sur une considération : celle du combat à venir et des forces en présence. Cela allait au Commandant, après tout Kelborn était rétribué pour cela et les groupes de combats Mandaloriens seraient suffisamment puissants pour imposer aux Siths un rythme effréné qu’ils ne pourraient pas suivre. C’était bien là de toute manière les objectifs de l’État-Major de la Triade et même de l’alliance avec l’Empire Fel.

-C’est entendu, nous pouvons vous faire une démonstration de nos divers équipements. Il sera cependant impossible de faire cela devant tous vos hommes puisque nous devons nous déplacer pour rejoindre l’arsenal. Vous n’aurez qu’à choisir une dizaine de vos officiers et nous pourrons faire la démonstration devant eux.


Solaris se voulait toujours aussi cordial, se comportant même amicalement avec ce colosse en armure. Colosse qui ne semblait pas disposé à perdre de temps, le Commandant saisit donc son calot qu’il enfila sur le haut de son crâne avant d’inviter Kelborn à le suivre. Une fois au rez-de-chaussée, ils passèrent à nouveau devant la fourmilière qu’était cette zone de communication. Les militaires de la Triade étaient encore dans une sorte de cacophonie organisée, distribuant les ordres aux diverses unités qui préparaient la guerre à venir. Solaris rejoignit un soldat et lui ordonna de préparer trois Speeders en direction de l’arsenal, il indiqua également à Kelborn qu’il pouvait choisir ceux devant qui la démonstration allait avoir lieu. Les Speeders furent prêts en quelques minutes, tous aux couleurs de l’Entente et Solaris indiqua à Kelborn et à ses hommes qu’ils pouvaient s’installer à l’intérieur. Chacun avait un chauffeur et celui dans lequel se trouvait le chef Mandalorien et le Commandant REPo prit la tête.

Le voyage s’initia donc dans une campagne morne et grisâtre, une des zones de Bonadan qui n’avait pas été industrialisée, les combats auraient lieu en rase-campagne. Alors qu’ils traversaient ces petites pistes bordant des champs en jachère et de petits bosquets, ils croisèrent plusieurs groupes de soldats de la Triade, marchant au pas, officier ou sous-officier ouvrant la marche, qui les saluèrent respectueusement lorsque les Speeders passèrent.


-C’est une véritable course contre la montre vous savez ? Darth Akni et son État-Major ont déjà une stratégie et d’après ce que nous savons, ils vont tenter de nous noyer sous les assauts de leur armée populeuse. C’est une bonne stratégie, en tout cas contre l’Entente, puisque nous n’aurons jamais le nombre pour leur faire face. Les troupes Impériales et nos renforts à venir nous permettrons d’établir un front stable, mais il faudra s’attendre à un ennemi supérieur en nombre.


Solaris dévoilait ses informations à Kelborn, du moins celles qu’il avait sur les Siths et leurs stratégie. Pour lui, il faudrait à tout prix éviter de confronter l’armée régulière et viser principalement les officiers et surtout les Siths véritables, ceux utilisant la Force, qui constituaient les pièces sur l’échiquier d’Akni, tout le reste ne constituait qu’un ensemble de pions qu’elle n’hésiterait pas à sacrifier au profit d’une victoire assurée. Il y avait quelque chose de politique dans ce combat. Le trajet ne dura pas plus longtemps, ils arrivèrent devant un petit bâtiment allongé qui était lui-aussi entouré par des batteries orbitales. Les soldats présents semblaient beaucoup plus impliqués que ceux qui gardaient le QG Oriental, ils patrouillaient et étaient tous en tenue de combats. Solaris descendit et se présenta à un sous-officier qui assurait l’intendance tout en présentant les Mandaloriens. L’homme -visiblement au courant- acquiesça et distribua quelques ordres à des hommes qui entrèrent à l’intérieur de cet arsenal pour finalement en sortir des caisses massives. Les hommes désignèrent un champ qui servait de champ de tir derrière l’arsenal. Quelques cibles en bois s’y trouvaient, montrant que l’Entente avait testé son matériel. Alors qu’un soldat se mettait en place, Solaris lui fit un signe de la tête pour procéder à la démonstration. L’homme sortit une carabine à plasma, montrant comment il la chargeait.


-C’est l’arme standard de notre armée : la carabine à plasma CP-256. Maniable, elle peut tirer à répétitions et a été améliorée pour être plus légère, elle est aussi relativement précise. Son principal avantage est qu’un ennemi sensible à la Force ne pourra pas dévier les tirs grâce à son sabrolaser. Elle est aussi extrêmement polyvalente, ajoutez-lui une lunette, elle sera un fusil de précision honorable, tirez à répétition, et ça devient une arme redoutable au front.


Jorian fit signe au soldat qui épaula l’arme en visant une des cibles de bois. L’homme tira à répétition, faisant exploser la cible. Il fixa ensuite une lunette sur l’arme et effectua un tir parfait sur une cible un peu plus loin. Le soldat rangea la carabine pour sortir ensuite une arme beaucoup plus massive, celle-ci assimilable à un canon, qu’il posa sur son épaule avant d’effectuer des réglages.

-Ceci est un canon à concussion. Nous l’utilisons principalement contre les cibles lourdes. Utilisant la technologie de plasma à fusion froide, il ne surchauffe pas. Les tirs de nos canons à concussion peuvent percer le blindage de tous les chars de dernière génération. Nous avons aussi des versions fixes de ce type d’arme mais ici c’est la version portative. Il faudra cependant suffisamment vous approcher pour être précis avec ce type d’arme.


Le soldat qui effectuait la démonstration épaula l’arme et tira. Une masse colorée de plasma fut expulsée du canon. La décharge atteint rapidement le sol et explosa dans une volute colorée, laissant un cratère fumant à l’endroit de l’impact. Solaris fit un signe de procéder à la suite de la démonstration. Cette fois on amena une mitrailleuse sur trépied qui fut installée tandis qu’un autre soldat installait des batteries de recharge. Les tirs de la mitrailleuse ne tardèrent pas à crépiter, noyant le champ sous un déluge d’impact de plasma.

-Cette arme a été relativement connue après la campagne d’Erinar, c’est notre mitrailleuse à plasma type 3, nous l’utilisons principalement pour défendre les véhicules mais aussi dans des positions défensives. Légère, elle peut être facilement transportée et vous pouvez l’installer partout. Son rechargement est rapide mais elle consomme énormément de munitions, il est donc plus convenable de la manier à deux pour qu’un des deux hommes prépare le rechargement et contrôle les munitions restantes. Et enfin, nous avons aussi des grenades à plasma et un mortier qui tire des charges soniques. Pour des raisons évidentes, je ne peux pas vous faire de démonstration du mortier mais sachez que cette arme fera pleuvoir la désolation. Lorsque la charge atteint le sol, une onde de choc acoustique balaiera tout ce qui s’y trouve...Nous utilisons des charges de ce type avec nos bombardiers. Voici donc les armes que nous pouvons vous fournir.

Le soldat avait montré un mortier, un canon de diamètre respectable mais qui semblait léger, il montra aussi une capsule allongée qui affichait de petites diodes rouges et violettes, la charge sonique. Solaris sourit à Kelborn et à ses hommes, il était prêt à recueillir leurs doléances.
Voir le profil de l'utilisateur
Kàd Kelborn
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 12/10/2017
Rang : Mandalorien | Chef du Clan Kelborn
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Bonadan] Si vis pacem para bellum [PV Kàs Kelborn]
Lun 25 Déc - 16:54
Kàd réfléchissait déjà à la meilleure tactique que ses hommes auraient à employé pour la bataille à venir. Il était déterminé à remplir les objectifs qu’on lui avait fixé, traquer les Sith et les officiers de leurs armées, par contre pour le reste, peu lui importait l’importance des pertes subit par l’entente ou l’empire. Il ne craignait pas Akni, bien qu’il ne se risquerait pas à chercher la confrontation directe avec elle. Pour lui, la bataille était son élément naturel, dire que les mandos ne craignait pas de mourir serait faux, mais ces derniers étaient éduqués de manière à l’accepter comme une possibilité, une fois ce cap franchis un guerrier acceptait cette dernière avec beaucoup plus de calme. Pour Kàd, Akni n’était qu’un détail dans la bataille à venir, un détail important mais pas au point de changer sa stratégie pour ce simple paramètre. Il se leva pour suivre Solaris en direction de l’arsenal pour pouvoir observer de ses propres yeux l’équipement de l’Entente. Une fois sorti du QG, Kàd fit signe à ses hommes

- Alore striile !!!!

Deux mots et un geste suffirent à faires sortir des rangs une dizaine des ses hommes du rang, plusieurs des chefs d’escouades vinrent le rejoindre ainsi qu’Aokra. Le Zabrak était un ami d’enfance de Kàd et s’il n’était pas à proprement parlé un Ori’ramnikàd ni un Alor, il était l’un des meilleurs techniciens du clan, Kàd estimait que sa présence aux tests pourrait se révéler des plus utiles.

En chemin, Solaris entretint un peu plus le chef du clan Kelborn de la situation de Bonadan dans la bataille qui s’annonçait ainsi que la stratégie supposée de la part des Sith. Une stratégie simple et efficace, noyer l’ennemi sous le nombre.

- Cette stratégie est peut-être efficace, mais elle révèle surtout un manque de compétence où d’imagination de la part des Sith. De plus, le nombre ne garantit pas la victoire et suppose principalement que leur supériorité sera assez écrasante pour empêcher toute initiative de votre part.  Par contre, s’ils perdent l’initiatives, ils auront toutes les peines du monde à coordonnés leurs efforts pour redéfinir leur dispositif, plus une armée est grande, plus ses réactions sont lentes. Mon peuple connait bien ce genre de défauts, nous sommes presque toujours en infériorité numérique, et nous savons comment les exploiter.

Une fois sur place Kàd et ses hommes purent voir à l’œuvre les différentes armes qui leurs étaient proposé. Pendant toute la durée des démonstrations, Kàd avait retiré son casque, une manière de montrer qu’il ne comptait pas filmer quoique ce soit avec les senseurs de son casque. La première arme était modulable, mais à part la nature des projectiles, Kàd ne voyait pas vraiment quels avantages les carabines au plasma apportait par rapport aux armes à projectiles solides des Verpines. La seule différence était que les mandos n’auraient pas besoin de dépendre de la Triade pour s’approvisionner. L’arme suivante était d’une grande puissance, mais le Mandalorien estimait qu’une poignée d’exemplaire pourrait peut-être se révéler utile, mais la courte portée de l’arme était un défaut. La mitrailleuse pourrait se révéler utile dans quelques embuscades, mais nécessitait que ses hommes restent immobiles lors du combat, et leur mission nécessitait qu’ils soient mobiles, ce qui excluaient aussi les mortiers. Enfin, concernant les explosifs, les grenades au plasma et soniques étaient déjà utilisé par les siens depuis les guerres mandalorienne, si les caractéristiques changeaient peut-être un peu, le principe devait être le même.

- Pas mal, mais nos ennemis ne sont pas des planches de bois immobiles. Qu’est-ce que ça donne contre un adversaire mobile ? La puissance de vos armes peut-elle être réglée ?

Qu’importait la réponse, si c’était le cas, tant mieux, le test serait moins dangereux, dans le cas contraire, il serait plus réaliste. Prenant la carabine, il la tendit à l’un de ses hommes.

- Tu me viseras avec, mon but sera d’atteindre ce point sans me faire toucher. Si cette arme est suffisamment efficace pour me mettre en difficulté, on pourra espérer qu’elle se révèle utile contre un sensitif.

Le Mandos acquiesça de la tête pour signifier qu’il avait compris. Kàd remit son casque et se dirigea vers l’extérieur, il aurait besoin d’un parcours avec son lot d’abris et surtout sans risquer de faire exploser tout l’arsenal par un tir perdu. Il devrait traverser une distance de 150 m pour tester l’efficacité de l’arme en action. L’un des mandos indiqua aux hommes de l’entente de se baisser.

- Il est probable que Kàd réplique lui aussi. C’est plus proche d’une situation de combat réel.
Voir le profil de l'utilisateur
Jorian Solaris
avatar
Messages : 236
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Bonadan] Si vis pacem para bellum [PV Kàs Kelborn]
Mar 2 Jan - 16:08
Kelborn s’illustra encore par sa concision. Comme cela pouvait être anticipé de la part d’un chef de guerre tel que lui, il comptait lui-même tester la puissance de ces armes pour voir à quel point elles seraient efficaces. Il tendit donc la carabine à un de ses hommes pour que ce dernier la teste et afin de pouvoir lui tirer dessus. Le visage de Solaris se fendit d’un sourire en coin, il avait en fait une autre idée qui revint une fois que le Mandalorien tentait de s’éloigner pour son parcours.

-Malheureusement, la puissance de ces armes ne peut pas être réglée. J’ai néanmoins une idée pour que vous puissiez tester ces armes et qui pourrait mettre d’accord tout le monde.


Solaris chuchota quelques instructions à un des hommes qui l’accompagnait et qui acquiesça tout en disparaissant rapidement. L’homme qui avait été mandaté revint quelques minutes plus tard accompagné d’un colosse en armure, il s’agissait d’un Devastator du GIS, qui dépassait bien tous les hommes de la Triade en taille. La créature semblait à peine humaine et le heaume de son armure ne laissait apercevoir rien d’humain, elle portait un canon en concussion en bandoulière et se mit au garde-à-vous devant Solaris une fois qu’elle fut là. Le Commandant se tourna vers Kelborn et son homme avec un sourire tout en désignant l’homme en armure.

-Voici l’unité 45-B, du GIS. Vous et votre homme, prenez chacun une carabine à plasma et mettez-vous à l’autre bout du parcours. Vous n’aurez qu’à tenter de vous approcher et de l’atteindre avec nos armes… Quitte à les comparer avec les vôtres. Ne vous en faites pas pour lui, son armure est dotée de déflecteurs portatifs, un tir ou deux ne lui feront pas de mal. Bien évidemment, cela sera loin de représenter une situation de combat réelle...Aussi je vous propose de corser cela un peu.

Solaris tapa des mains et trois soldats de la Triade en arme installèrent sur un muret à l’arrière du soldat du GIS une mitrailleuse fixe à plasma dans laquelle ils fixèrent une des barrettes de munitions. Le Commandant sourit de nouveau en laissant Kàd et son collègue s’installer s’ils le désiraient au bout du parcours s’ils le désiraient. L’officier se rapprocha du Mandalorien pendant que ses hommes se mettaient à distance et à couvert et que le monstre du GIS se mettait lui-aussi à sa position, saisissant son canon à concussion et alors qu’une petite tourelle à plasma venait de se déployer sur son épaule.


-Très bien, si vous acceptez ce petit jeu, les règles sont les suivantes : vous devrez traverser ce parcours. Mes hommes tireront avec la mitrailleuses à plasma et l’unité 45-B aura pour but de venir vous déloger. Le premier qui touche l’autre a gagné, vous pourrez donc vous faire une idée à la fois de nos méthodes de combats, de nos hommes et de nos armes. Qu’en pensez-vous ? Bien évidemment, vous pouvez choisir les armes que vous voulez et comme j’aime l’équité, vous pouvez aussi prendre un homme supplémentaire avec vous si cela est nécessaire. Bien évidemment, vous ne pourrez pas tirer sur le nid à mitrailleuse à balle réelle puisque cela serait dangereux pour mes hommes, mais si vous le touchez avec ça, nous considérerons que vous l’avez neutralisé.


Jorian Solaris tendit aux Mandaloriens quelques grenades à plasma d’entraînement, il s’agissait de grenades à peinture. Il désigna le parcours qui faisait en réalité 200 mètres de long et comportait plusieurs murs et tas de sacs de sables, mais aussi des cratères d’obus et des barbelés. Kàd avait la possibilité d’accepter une réelle occasion en situation réelle et Solaris affichait un sourire amusé, visiblement très impatient d’avoir la réponse de Kàd.


-Alors, acceptez-vous de vous livrer à ce petit jeu ? J’ai vraiment hâte de voir les Mandaloriens à l’œuvre.
Voir le profil de l'utilisateur
Kàd Kelborn
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 12/10/2017
Rang : Mandalorien | Chef du Clan Kelborn
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Bonadan] Si vis pacem para bellum [PV Kàs Kelborn]
Sam 13 Jan - 16:38
Kàd observa l’arrivé de l’agent du GIS d’un œil… désapprobateur. Il avait entendu de nombreuses histoires sur eux, des soldats sur-cybernétisé d’une terrible puissance. Il était vrai que l’individu auquel il faisait face était impressionnant et le chef de clan ne doutait nullement de l’efficacité dudit agent. Cependant, il concevait un certain mépris pour ces cyborgs qui n’étaient, à ses yeux, que des aberrations. Dans la culture mandalorienne, les cyborgs étaient vus de deux manières différentes, bien qu’en général, la simple greffe d’un ou l’autre implant pour améliorer son efficacité n’était pas considéré comme une mauvaise chose. Le premier cas était celui qui se faisaient greffer des prothèses ou d’autres appareillages pour compenser une blessure ou pour compenser un handicape reçut et ainsi continuer à servir son clan, il s’agissait d’un comportement parfaitement accepté. Par contre, ceux qui sacrifiaient une part d’eux-mêmes volontairement pour la remplacée par des composantes cybernétiques étaient méprisés, pour les mandos, l’excellence devait être atteinte par le mérité personnel, et non pas en utilisant une voie considérée comme « facile » car nécessitant moins d’effort. Même si ce genre d’amélioration se montraient généralement plus efficaces, ce n’était pas la manière de faire des mandos dont certains estimaient même que cette mutilation volontaire constituait un manque de respect envers ses ancêtres, mais aussi comme un aveux de faiblesse de la part d’un guerrier qui ne faisait guère confiance à ses talents naturels. D’ailleurs, dans l’assistance, Kàd ne fut pas le seul mandos à se raidir, généralement les traditionalistes avaient une certaine réticence avec les cyborgs, qu’ils ne considéraient guère mieux que des droïdes.

Il accepta néanmoins les règles proposées par Jorian Solaris d’un simple hochement de tête. D’une part, cela donnerait un aperçut encore plus réalistes de l’efficience de cet armement, mais aussi cela pourrait permettre à Kàd de démontrer que ce genre d’aberration ne rendait pas meilleur qu’un guerrier authentique.

- Ahr, tu viens avec moi.

L’un de ses hommes sortis des rangs, il était revêtu d’une Beskar’gam complètement noir, sans la moindre décoration. Il s’agissait du chef d’une des unités d’élites du clan Kelborn, surnommé les « Dha Werda Verda », les guerriers de l’ombre, de redoutables Ori’ramnikad spécialisé dans les opérations furtives. Tous deux prirent avec eux l’une des carabines au plasma et commencèrent à en étudier un peu le fonctionnement, tirant quelques coups pour s’habituer. Puis, ils se dirigèrent vers leur côté du champ de test.

Immédiatement, les deux mandos commencèrent à marquer leurs cibles, le Devastator ainsi que le nid de mitrailleuse, en plus des différentes positions de tirs et de couverts jugé comme avantageux. Le terrain était parcouru par un réseau de tranché ainsi que plusieurs structures de béton ou en sac de sable fournissait un couvert à la plupart des projectiles, mais Kàd doutait que cela arrête le tir du canon à concussion du GIS. Il y avait aussi des barbelées qui étaient déployé un peu partout, mais pas de quoi ralentir la marche de leur ennemi, par contre, le gigantisme de celui-ci impliquerait qu’il serait handicapé par la plupart des obstacles qui gêneraient ses déplacements.

Dès le début de l’affrontement, Kàd et Ahr se dispersèrent, prenant chacun l’un des flancs, comme il était évident qu’à longue distance les mandos n’avaient aucunes chances d’égaler la puissance de feu de la Triade. Dès le début, Kàd ouvrit le feu sur ses adversaires, aucun des projectiles de plasma ne touchèrent la cible mais cela permettait d’attirer leur attention. Plongeant en avant pour éviter un tir du Devastator, Kàd atterrit dans un cratère d’obus. Prélevant une de ses propres grenades, le mandalorien la jeta alors qu’il était sous le feu de la mitrailleuse. Le fumigène créa un écran de fumée qui permit à Kàd de sortir de son trou et de se réfugier derrière l’une des barricades, toujours sous le feu adverse. Il devait reconnaitre que la cadence de tir de la mitrailleuse était convaincante, mais il doutait encore de la précision des armes aux plasma… en tout cas, entre ses mains, il avait encore du mal à apprécier la balistique propre à ces projectiles. Profitant de la diversion créée par Ahr, qui avait à son tour ouvert le feu depuis sa propre position, Kàd arracha du muret l’un des projectiles, avant d’aller se réfugier dans une tranchée. Là il put voir à quoi ressemblait vraiment un projectile de plasma, ni complètement solide, ni gazeux, il s’agissait plutôt d’un semi-liquide. Cette chose était assez perturbante pour le Kelborn, il connaissait les armes au plasma des Gungans, mais cela n’avait pas grand-chose à voir.

Le mando poursuivit son avancée, au travers de la tranchée, n’en sortant que pour rejoindre un autre couvert et arrosé le Devastator de plusieurs tirs, intervertissant avec Ahr pour permettre d’avancer. Ce jeu ne pouvait durer longtemps, mais assez pour le plan de Kàd. Finalement, le mandos se vit obliger de prendre de plus en plus de risque, sous un feu de plus en plus nourri, alors qu’il dépassait le milieu du champ de test. Se retranchant dans une nouvelle artère du réseau de tranché, évitant une attaque de l’agent du GIS qui fit voler un des murs de protections en éclat, Kàd couru au travers de la tranchée. Laissant la carabine derrière lui, Kàd activa son Jet-pack pour sortir de son couvert à toute vitesse et au vertical, espérant de cette manière surprendre ses opposants. Son bon lui fit parcourir une bonne partie de la distance.

Dans la foulée, Kàd dégaina l’un de ses blasters de la main droite et canarda la position des mitrailleurs de l’Entente, aucun de ses tirs ne visait les soldats directement et ils allèrent se perdre sur les sacs de sable couvrant leur position, ou même un peu avant, mais cela contribua à les surprendre pour leur faire cesser de tirer l’espace d’un instant où ils se mirent à l’abris (Kàd était conscient que cela pourrait être considéré comme une tricherie, mais en vrais combat on ne laissait pas une mitrailleuse faire ce qu’elle voulait). Dans le même geste, du bras gauche, il pointa le Cyborg et tira une la roquette à son avant-bras. Il n’avait pas besoin de viser car il avait déjà acquis la cible et le tir fila vers l’agent 45-B pour exploser à ses pieds. La roquette n’aurait de toute façon pas été assez puissante pour abattre le colosse mais elle produisit une explosion assez impressionnante, créant un petit cratère devant le soldat cybernétique, aveuglant ses capteurs juste le temps qu’il fallait à Kàd pour atterir.

Quand la mitrailleuse arrosa à nouveau la zone, Kàd se releva d’un coup pour courir vers le couvert le plus proche. Mais il ne fut pas assez rapide et sentit une douleur le traverser au niveau de la jambe. S’écroulant derrière un muret à moitié en ruine, Kàd s’aperçut qu’un tir au plasma l’avait atteint au niveau de la jambe, et même si son armure avait absorbé l’essentiel du tir, cela faisait quand même mal.

Mais le mandos sourit en entendant un bruit caractéristique. Celui d’un tir de neutralisation. Ahr disposant d’un générateur de camouflage, Kàd avait dés lors attiré sur lui l’essentiel de l’attention pour lui permettre de se rapprocher du nid de mitrailleuse. Une fois à portés, Ahr avait effectué un seul tir pour signaler sa présence, un tir avec une arme réglé en mode non-léthal (le soldat toucher était simplement évanouis), pour ensuite lancer la « grenade de peinture ». Maintenant, il ne restait plus qu’à s’occuper du plus gros morceau.
Voir le profil de l'utilisateur
Jorian Solaris
avatar
Messages : 236
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Bonadan] Si vis pacem para bellum [PV Kàs Kelborn]
Mar 16 Jan - 18:24
Jorian Solaris était confortablement installé, il avait hâte de voir ce que valaient ces Mandaloriens dont il avait longuement entendu parler. De nombreuses légendes et mêmes expressions quotidiennes faisaient référence à ces féroces guerriers qu’il n’avait pourtant jamais vu. Le deuxième Mandalorien qui accompagnait Kelborn portait simplement une armure noire sans aucun signe distinctif. Cela devait certainement avoir une signification mais Solaris ignorait laquelle, l’avantage avec les soldats de la Triade était qu’un simple coup d’œil à leur uniforme permettait de voir -grâce aux décorations et à divers détails pour celui qui les connaissait- un véritable CV du combattant qui se trouvait face à vous. C’était le cas de l’unité 45-B dont plusieurs barrettes peintes et soudées sur l’armure indiquaient qu’il s’agissait d’un vétéran qui avait vaincu au moins quatre sensitifs de haut niveau. L’agent du GIS s’était positionné, sans réellement prendre de couverture, pendant que les soldats sur le nid à mitrailleuse s’étaient aussi positionnés, un servant, un autre qui faisait passer les munitions et un sous-officier qui marquait les deux Mandaloriens à l’aide de jumelles interactives.

Une fois que tout le monde fut en place, Solaris acquiesça pour donner l’instruction de commencer. Tout commença d’ailleurs très rapidement, la mitrailleuse à plasma fit feu sur les Mandaloriens, canardant le parcours du combattant d’un feu nourri de plasma qui répandait ses longues volutes colorées dans tout le paysage. Les Mandaloriens évoluaient avec une étonnante vélocité en dépit de leur imposante armure. À peine séparés, le colosse du GIS prit en chasse Kàd, s’avançant lourdement, il le verrouilla sur son écran tête haute et c’est une voix métallique et synthétique qui s’éleva.


-Élimination cible !

Le cyborg tira à l’aide de son canon à concussion avec une précision impressionnante. Kàd plongea, se mettant à l’abri dans un cratère tandis que le tir de l’arme allait exploser plus loin, faisant fondre un mur de briques. Les membres de la REPo qui observaient la scène applaudirent sobrement le Mandalorien. Un autre cri, bien humain, celui du sous-officier qui était dans le nid à mitrailleuse retentit « Fiò ! En fàci ! » dans une langue représentative des minorités présentes au sein de la Triade, immédiatement les tirs de la mitrailleuse retentirent de nouveau exactement à l’endroit où se trouvait Kàd, montrant à quel point la coordination entre l’agent du GIS et les soldats était parfaite. Malgré son manque d’engagement dans les conflits majeurs, l’Entente avait très bien préparé ses soldats dont la qualité n’était pas surfaite. Les Mandaloriens répondirent d’ailleurs avec un tir parfait d’une grenade fumigène dont l’écran de fumée voila le champ de vision des mitrailleurs qui continuaient cependant de tirer avant de voir l’autre Mandalorien faire feu à son tour, forçant les soldats à se mettre à l’abri.

Solaris observait cette confrontation avec délectation, il voyait que ses hommes étaient prêts, mais aussi que la réputation des Mandaloriens était à la hauteur de ce qu’on prétendait. L’Agent du GIS se positionnait lourdement, afin de pouvoir faire feu de la meilleure façon qui soit. Les tirs des deux Mandaloriens tentaient d’occuper l’homme du GIS qui se mit à son tour à tirer, explosant un nouveau mur et frôlant à peine un des deux Mandaloriens. L’unité 45-B reculait lentement, tentant de ne pas briser la distance avec les deux Mandaloriens, Kàd activa d’ailleurs son jetpack pour prendre de la hauteur, abandonnant la carabine à plasma. Le Mandalorien tira une petite roquette aux pieds du colosse du GIS qui recula d’un pas, se protégeant du revers du bras tandis qu’il émit une sorte de bip synthétique qui indiquait que ses capteurs ne fonctionnaient plus. Dans une coordination parfaite, Kàd venait d’atterrir, ripostant aux nouveaux tirs nourris de la mitrailleuse.

Personne n’avait fait attention au fait que l’autre Mandalorien avait disparu, pourtant un tir neutralisa le servant de la mitrailleuse et les deux autres soldats n’eurent que le temps de voir la grenade de peinture tomber à leurs pieds. Les cris du sous-officiers furent les dernières choses qu’ils purent entendre.


-Atencioun ! GRANADO !


La peinture explosa, arrosant au moins deux des soldats pendant que celui qui passait les munitions eut le temps de sauter à l’avant du muret, dégainant sa propre carabine à plasma il se rua sur la position d’Ahr et entreprit de lui asséner un violent coup de crosse. Une fois de plus, les Mandaloriens verraient que les troupes de la Triade étaient fanatisées au point de ne pas craindre le corps-à-corps avec des guerriers qui les surpassaient en tout point. Pourtant les soldats de la Triade ne semblaient pas connaître la peur et semblaient même particulièrement préparés à la guerre à venir.

Quant à Kàd qui se trouvait déjà derrière le muret, il pourrait sentir une immense force s’abattre sur ce qui le couvrait. Il s’agissait en fait de l’agent du GIS qui venait de traverser le mur, tout en projetant en arrière le Mandalorien. La force de l’Agent n’était pas humaine et il se comportait comme une machine, une fois que Kàd eut reprit ses esprit, il dégaina une vibrolame avec son imposante main et chargea le chef de clan, comme pour le tester au corps-à-corps. En théorie, il ne l’aurait pas blessé, mais cela était la théorie, désormais les deux Mandaloriens étaient face à un défi au corps-à-corps, chose que Solaris observait avec très grande attention pour voir finalement quelle était la puissance Mandalorienne.  
Voir le profil de l'utilisateur
Kàd Kelborn
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 12/10/2017
Rang : Mandalorien | Chef du Clan Kelborn
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Bonadan] Si vis pacem para bellum [PV Kàs Kelborn]
Jeu 1 Fév - 8:40
L’attaque inconsidéré du soldat de la Triade eut pour effet de surprendre, l’espace d’un instant, Ahr. Cela permit donc au soldat de l’Entende de porter un coup de crosse au mandalorien, mais les réflexes de ce dernier reprirent rapidement le dessus. En l’espace d’un instant, le mandos avait retourné la situation, tenant son adversaire à sa merci, épaule démise, lèvre en sang et lame sous la gorge. Le soldat s’était peut-être montré courageux de son point de vue, mais de celui des Mandos, il s’était juste révélé stupide en attaquant au corps-à-corps avec une arme non adapté alors qu’il aurait pu tenter d’abattre Ahr à bout portant. À la réflexion, il n’était pas sûr que le côté fanatique des soldats de l’Entente soit spécialement bien perçu par les fils de mandalore, si ça leur assurait que ces combattants feraient tout pour remplir leur mission, cela remettait aussi sérieusement en doutes leurs capacités tactiques. Le temps passé à endoctriner ces combattant était du temps en moins à les former et surtout, un esprit endoctriné ne réagissait pas toujours de la manière la plus appropriée en combat.

De son côté, Kàd fut confronter à la puissance physique surhumaine de l’agent du GIS. Ejecté par la puissance de ce dernier, Kàd percuta violemment une barricade. La puissance du choc le sonna passablement car il était important, même pour un individu aussi rompu aux combats et donc aux chocs de toutes sortes, que lui. Après quelques instants à recouvrer son équilibre, ses instincts de guerrier le ramenèrent à l’affrontement qu’il était en train de faire. L’agent 45-B l’attaquait au corps-à-corps avec un vibrolame que Kàd doutait pouvoir manier lui-même, il esquiva le premier coup pour frapper son ennemi de flanc dans la foulée. Bien que la vibrolame intégrée de Kàd rebondit sur l’armure de son opposant, Kàd avait à présent la confirmation que le bouclier de son ennemi ne repoussait pas les coups au corps-à-corps, et donc pas les attaques cinétiques ce qui signifiait que les armes Verpines manié par les mandos seraient parfaitement efficaces face à ce type d’adversaire.

- Pas de chance Dik’tu, à présent tu es sur mon terrain.

Le corps-à-corps avait toujours été le style de préférence de Kàd, celui dans lequel son talent inné pour le combat s’exprimait le mieu. Là, pas de gadget, pas d’angle de tirs calculé par ordinateurs, juste le talent d’un guerrier contre celui d’un autre. Dégainant sa Beskad et sortant les lames de son deuxième brassard, Kàd commença à assaillir son ennemi d’attaques, le forçant à se soumettre à son rythme de combat. Bien que l’agent du GIS était un adversaire redoutable, maniant son arme avec dextérité, il n’en restait pas moins la plupart du temps prévisible aux yeux de Kàd, qui lui-même n’hésitait pas à changer les repères de combat en changeant la main avec laquelle il maniait sa Beskad, en changeant l’angle d’attaque… Il esquivait la plupart des coups de son ennemi, la force de ce dernier étant bien trop grande pour qu’il puisse se permettre de parer trop souvent ou d’encaisser le moindre coup.

Mais dans ce combat, Kàd n’en avait plus rien à faire des règles imposées, il se battait pour l’emporter, pour prouver la supériorité martiale des siens, et que lui importait si l’aberration lui servant d’adversaire y laissait la vie. Au bout de plusieurs échanges vigoureux, Kàd para des deux avants-bras (ou plutôt des lames qui y étaient intégrées) une puissante attaque verticale de son ennemi. Mais au lieu de la bloquer, il l’a dévia sur la gauche, pour laisser l’inertie faire son travail et faire perdre l’équilibre à son ennemi. Ce dernier parvint à retenir sa lame avant qu’elle ne touche le sol, mais il se retrouva vulnérable face au mando qui utilisa son lance-flamme gauche pour carboniser la tête de son adversaire. Il était conscient que le casque de ce dernier le protégerait, mais cela affolerait ses capteurs l’espace d’un instant, le temps pour Kàd d’enfoncer sa Beskad dans l’une des articulations du bras droit, celui que Kàd avait déterminé comme le bras principal de son adversaire. Laissant la lame plantée dedans, Kàd fit décoller son Jet-pack pour administrer un puissant coup de genoux dans le visage de son ennemi. Le mando jura quand il sentit la résistance de son adversaire, cela n’avait probablement pas été la meilleure idée qu’il avait eue. Profitant néanmoins que son adversaire était légèrement hébété, Kàd se porta derrière lui et frappa son adversaire à l’intersection entre l’armure et le casque de son adversaire, tranchant les fils permettant le contrôle des fonctions de l’armure, où du moins certains d’entres eux, ce qui priverait son adversaire de certaines capacités.

Mais son ennemi restait plus vif que Kàd ne l’aurait cru, même avec un bras immobilisé et une partie des fonctions de son armures neutralisée, il réagit vite en frappant Kàd de son autre bras, l’envoyant mordre la poussière. Le Kelborn commençait déjà à se relever lorsque son ennemi se porta au-dessus de lui, prêt à l’écraser une bonne fois pour toute. Ce fut à ce moment qu’une série de tirs se firent entendre, plusieurs projectiles au plasma vinrent frapper l’armure du Devastator, Ahr se tenant à quelques mètres et le mettant en joue avec l’une des carabines de la triade. Le bouclier du Devastator n’était visiblement plus opérant, probablement endommagé durant le corps-à-corps, Kàd roula sur lui-même pour se relever et pointer le membre du GIS à son tour.

- On arrête-là ? Où vous désirez voir si les armures de vos agents peuvent résister aux armes de mes guerriers ?

Kàd s’adressait directement à Jorian Solaris. Son doigt sur la gâchette de son Blasters lourd. La puissance des armes mandaloriennes était légendaire. Les armurier mandaloriens arrivant toujours à tirer le meilleur de leurs armes pour quelles surpassent en puissance leurs équivalent. La rumeur voulait que les mandos étaient capables de littéralement réduire en passoire un cuirassé stellaire juste avec leurs armes de poings, si cela était très fortement exagéré, elle témoignait de la forte impression qu’avaient laissé ces armes dans l’histoire galactique. Les deux mandos et l’agent du GIS se défiaient du regard en attendant le signal de mettre fin aux hostilités… ou de les reprendre. Kàd devait avouer qu’il avait grandement sous-estimé le cyborg, et qu’en vrais duel, il aurait probablement perdu suite au dernier coup de son ennemi, une leçon qu’il se devait de retenir.
Voir le profil de l'utilisateur
Jorian Solaris
avatar
Messages : 236
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Bonadan] Si vis pacem para bellum [PV Kàs Kelborn]
Dim 4 Fév - 6:34
Le combat s’était déroulé avec une ferveur qui avait attiré l’attention de Solaris. L’officier le regardait avec délectation, il admirait la puissance du Mandalorien, finalement Kelborn ne semblait pas avoir peur de l’agent du GIS. En réalité, il combattait même avec une parcimonie propre à celui qui connaît le combat au point d’anticiper les mouvements de son adversaire. Ils étaient désormais tous là, les Mandaloriens d’un côté et l’Agent de l’autre, prêts à en découdre et attendant le signal. En réalité, les soldats de l’Entente qui avaient applaudit sans distinction lorsque leur camp ou celui des Mandaloriens avait réalisé une prouesse se contentèrent d’applaudir de plus belle. L’applaudissement général dura environs vingt secondes avant de terminer aussi rapidement qu’il avait commencé. Solaris applaudit lui-aussi, frappant énergiquement dans ses mains, puis il se tourna vers les Mandaloriens.

-Je pense que nous pouvons cesser là. Vous avez pu tester nos armes et de mon côté, j’ai vu ce que je voulais voir.

Solaris ne se cachait en fait pas d’avoir lui-aussi profité de la démonstration. Le Commandant fit un signe à l’Agent du GIS qui se releva et tendit une poignée de main censée être chaleureuse aux deux Mandaloriens, la preuve qu’il n’avait pas de ressentiment par rapport à ce qui s’était produit et que le duel était resté sain dans son approche. Le terrain d’entraînement était désormais dans un état lamentable et Jorian Solaris rejoint Kelborn pour parler avec lui, déjà, des infirmiers de la Triade s’affairaient pour prendre en charge l’Agent du GIS et proposer leur aide aux Mandaloriens. Il n’avait pas fallu beaucoup de temps pour convaincre le personnel présent que les Mandaloriens étaient de formidables guerriers et le public de la Triade semblait avoir apprécié cela. En réalité, c’était là aussi le but de Solaris, il voulait convaincre les plus fiers combattants de la Triade que les Mandaloriens étaient dignes d’estime...Beaucoup d’entre eux venaient de campagnes reculées de mondes mineurs de l’Entente et n’avaient probablement jamais vu de Mandaloriens. C’était chose faite et désormais, ils ne rechigneraient pas à se battre avec les Mandaloriens.

En fait, beaucoup de choses étaient encore à faire et Jorian Solaris espérait que la démonstration avait plut à Kàd Kelborn. Ce dernier devait désormais comprendre que les hommes du GIS étaient des forces de la nature et surtout que la Triade avait des hommes à aligner face aux Siths sensibles à la Force. C’était aussi une sorte d’entente mutuelle entre les deux camps qui allait devoir s’établir et l’officier de la REPo s’était évertué à maintenir cela et à ce que les Mandaloriens ne se sentent pas mis à l’écart. Il avait encore plusieurs choses à voir avec Kelborn puisque ce dernier pourrait sans doute se révéler d’une aide tactique précieuse, comme ses remarques sur la situation du front l’avaient révélé.


-Très bien, désormais vous n’aurez qu’à vous servir dans l’arsenal si vous souhaitez utiliser nos armes. Je ne peux malheureusement pas vous confier de blindé, nous en avons trop besoin pour l’instant, mais soyez certains que si vous souhaitez ce type d’appui, ou même un appui aérien, je ferai mon possible pour vous les attribuer. Pour l’instant, nous ne savons pas trop à quoi nous attendre avec cette guerre, nos officiers supérieurs sont donc pour l’instant très précautionneux sur le matériel.


Une manière polie de dire qu’en réalité, la Triade n’avait pas eu tout son ravitaillement et que les officiers supérieurs de l’Entente étaient en réalité en train de travailler d’arrache-pied pour que tout soit prêt à la minute où l’assaut aurait lieu. Les blindés et les véhicules ne devaient pas manquer de carburant ni de munition et les lignes de ravitaillement devaient être parfaitement gérées. Les Siths avaient en effet une très grosse armée, mais ils feraient face aux mêmes problèmes. De toute manière, tout cela ne concernait pas vraiment Kelborn qui allait devoir se concentrer sur les officiers de l’armée Sith et particulièrement ceux qui étaient sensibles à la Force. Accompagnant ses paroles avec un mouvement cordial, Jorian Solaris reprit.

-Si vous le voulez bien, nous allons nous diriger à nouveau vers le Q.G.. J’aimerais que nous passions en revue les stratégies qui s’offrent à nous et pouvoir ainsi prendre votre avis sur la situation qui sera reporté fidèlement à notre état-major.
Voir le profil de l'utilisateur
Kàd Kelborn
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 12/10/2017
Rang : Mandalorien | Chef du Clan Kelborn
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Bonadan] Si vis pacem para bellum [PV Kàs Kelborn]
Lun 5 Fév - 15:00
Lorsque le combat prit fin, les mandos qui étaient resté silencieux, attentifs même, pendant toute la durée du combat joignirent leurs cris d’enthousiasme et de victoires aux applaudissements de la Triade. Kàd se tourna vers Ahr pour lui adresser un signe de tête et commencer à rengainer leurs armes.

- Bon boulot Ahr
- Toi aussi Kàd, mais tu devrais encore travailler ta défense, ton ennemi est parvenu à te toucher.
- Tout comme le tien, et lui n’avait pas la force d’un Banthas dans les bras.


Les deux guerriers éclatèrent de rire, l’humour mandos était loin de suivre la même logique que celui issu des mondes du noyau, privilégiant les bons jeux de mots et les traits d’esprits. Il s’agissait d’un comique de situation à mi-chemin entre l’observation de celle-ci et une ironie mordante, les mandos appréciaient aussi l’humour laconique, démonté un raisonnement en peu de mot. Aussi rapidement qu’il avait commencé, ce rire se tut, le temps pour celui-ci s’étant écoulé. Cependant, Kàd se demandait ce que Solaris avait signifier en disant « qu’il avait vu ce qu’il voulait ». Le chef du clan Kelborn avait suffisamment observer l’officier du REPo pour savoir qu’il s’agissait d’un individu doué d’une remarquable intelligence, ce combat lui en avait peut-être plus révélé que ce que le mandalorien ne l’aurait souhaité. Malgré sa réticence, il accepta de serrer la main de l’agent du GIS pour signifier aussi qu’il n’avait pas de rancune suite à ce combat, il en profita au passage pour récupérer sa Beskad, toujours coincé dans le bras du cyborg. Puis il se tourna vers Jorian.

- De toute façon, même si vous aviez eut des chars en suffisance, je n’en aurai pas demandé. Ce genre d’équipement nous aurait plus gêné qu’autre chose dans la mission que vous nous avez donné.

Il hocha simplement la tête pour signifier à Solaris qu’il acceptait de le suivre au QG, bien qu’il prît le temps avant de signaler à ses alore qu’ils pouvaient disposer. Ces derniers ayant également put constater de l’efficacité des armes de la Triade se chargeraient d’en déterminer le nombre qu’ils en emprunteraient à ceux-ci. Pour sa part, s’il reconnaissait que cet armement était redoutable, Kàd n’était pas convaincu que les armes au plasma de l’alliance puissent surpasser le matériel dont il disposait déjà, mais ajouter de la puissance de feu à l’arsenal de ses hommes ne pouvait pas faire de mal. En chemin, il interrogea l’officier de l’Entente.

- Je me doute que vos services auront déjà envisager cette possibilité mais est-ce que vous avez déjà eut à vous occuper des agents des Sith sur cette planète ? D’expérience, je sais qu’ils apprécient ce genre de tromperie. Et pour être sûr, n’y aura-t-il que des impériaux pour nous soutenir dans cette bataille ? Il me semblait avoir entendu dire que les Jetii étaient aussi des votre dans la lutte contre les Sith.

hrp:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Jorian Solaris
avatar
Messages : 236
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Bonadan] Si vis pacem para bellum [PV Kàs Kelborn]
Dim 11 Fév - 12:25
Solaris entraîna le Chef de Clan Mandalorien au niveau du Speeder où un soldat les salua respectueusement avant de leur ouvrir la porte de manière tout aussi formelle. Alors qu’ils étaient en route, le Mandalorien se dégivra un peu et commença à s’exprimer de manière un peu plus libre, même si chaque mot était pesé et particulièrement évalué, il se montrait un fin analyste. Cela montrait qu’il avait concrètement bien cerné la situation et même réussi à comprendre les stratégies des Siths. Une nouvelle chose vérifiée au sujet des Mandaloriens qui se trouvaient être des génies militaires et Solaris avait l’intime conviction qu’il n’était pas tombé sur le plus idiot en faisant appel à Kelborn, cela tombait bien il serait sans doute soutenu par sa hiérarchie qui serait obligée de reconnaître les résultats qu’il avait obtenu.

-La situation sur Bonadan est très compliquée. Les Rebelles ont refusé de se joindre à nous, menaçant même les délégations diplomatiques de faire appel à des techniques de terrorisme pour arriver à leurs fins ou intervenir sur Bonadan dans le mépris le plus total des conventions galactiques. Nous avons refusé cela, tout simplement car cela rendrait caduque tout ce que nous reprochons aux Siths. Nous avons donc reçu un soutien militaire des Impériaux mais également un soutien diplomatiques des Jedi, même si une intervention directe est toujours en discussion dans leur Conseil. Nous avons aussi un soutien total des autorités Corporatistes dont les agents de la CORPo ont rejoint nos auxiliaires et se battront à nos côtés. Nous aurons donc suffisamment d’effectifs pour assurer les différents fronts et nous avons récupéré une grande quantité de véhicules prêtés par les Corporations qui nous permettront d’assurer nos lignes de ravitaillement et de transporter efficacement nos troupes.


Solaris entrait désormais dans les données tactiques, n’ayant pas hésité à évoquer le sujet épineux des Rebelles qui s’étaient totalement discrédités dans cette affaire et dont il voulait dénoncer le comportement. Désormais, le Chef du Clan Kelborn pourrait juger cela par lui-même, même si Solaris doutait qu’il le fasse en concernant le caractère taciturne et purement analytique de cet homme...Caractéristique qui n’était pas pour lui déplaire. Désormais ils venaient de quitter le terrain d’entraînement et se dirigeaient vers le QG. À la seconde question, Solaris continua avec son sérieux habituel.

-Nous avons capturé une dizaine d’Agents Siths qui avaient infiltré les Corporations, sans doute pour collecter des informations sur les capacités de défense de la planète, mais aussi sur ses ressources et sur sa résistance à un blocus. Ces Agents ont été interrogés par les hommes de la REPo et il nous avons réussi à en faire parler sept d’entre eux, les trois autres sont décédés en détention, il ne s’agissait pas d’Agents gradés et ils cherchaient à casser les codes des Corporations afin d’anticiper leurs mouvements. La REPo est présente ici pour assister nos Carabiniers et notre armée et justement éviter l’infiltration de nouveaux Agents. Nous avons changé tous nos codes et nos plans demeurent secrets dans leurs détails, donc nous nous prémunissons contre le sabotage.


Chose qui devait être anticipée à tout prix et qui devrait répondre aux interrogations de Kelborn. Bien évidemment, tout cela était sujet à une certaine prudence puisque -comme le savait probablement le Mandalorien- aucune opération de contre-espionnage n’était totalement infaillible. Ils finirent par arriver rapidement au QG où le chauffeur leur ouvrit à nouveau la porte. Solaris demanda à Kelborn de le suivre et ils furent à nouveau conduits à son bureau, au premier étage où Solaris posa soigneusement son calot et invita l’homme à s’asseoir avant de commencer à nouveau à parler.


-Bien, je voudrais connaître un peu mieux vos méthodes avant de commencer. J’ai longuement étudié les stratégies des Siths et je sais de notre précédente campagne sur Erinar que leurs officiers, sensibles ou non à la Force, seront protégés par des escouades de Sith Troopers, c’est ce qui les rend si difficiles à viser et c’est pour cela que nous faisons appel à vous. Comment comptez-vous les débusquer et surtout, comment comptez-vous faire face à ce problème ?
Voir le profil de l'utilisateur
Kàd Kelborn
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 12/10/2017
Rang : Mandalorien | Chef du Clan Kelborn
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Bonadan] Si vis pacem para bellum [PV Kàs Kelborn]
Mar 13 Fév - 11:38
Le chef du clan Kelborn écouta attentivement les explications que lui donnait Solaris sur la situation sur Bonadan, et plus particulièrement sur celle de cette fameuse coalition anti-Sith. Kàd ne put s’empêcher d’avoir un sourire un peu désabusé sous son casque, mais il n’était guère surpris de la position des Jedis. Pour lui, ce « soutien diplomatique » était une manière détournée de dire « pas de soutien du tout », mais ce genre d’attitude attentiste était une constante de l’histoire Jedi, que ce soit les guerres mandaloriennes, la guerre des clones, la montée au pouvoir de Dark Krayt ou celle d’Akni, il fallait littéralement que leurs ennemis viennent frapper aux portes de leur temple pour que les jedis se décident à s’impliquer directement dans un conflit. Il ne comptait donc pas sur un quelconque soutien des ennemis séculaires des Dar’Jetii pour cette bataille, cela aurait constituer un soutien appréciable mais pas forcément indispensable.

Kàd s’interrogea aussi sur ce qu’entendait l’officier de la REPo par l’usage « de méthodes terroristes » de la part de l’Alliance Rebelle. Les mandos ne s’étaient jamais (à sa connaissance) engager à respecter aucune des conventions galactiques, cela leur passant aberrant de limiter leurs options en période de guerre (bien que leur sens de l’honneur leurs interdisaient tacitement l’usage de certaines tactiques). Il trouvait d’ailleurs ironique que ce soit l’Alliance Rebelle qui soit accusé de violer ce genre d’accord alors qu’ils se prétendaient les héritiers spirituels des différents régimes à avoir le plus souvent créé ce genre de convention.

Kàd profita d’ailleurs du voyage pour observer les défenses misent en place par les soldats de l’Entente. Fortifications, positions d’artilleries, bases de support… tout un réseau défensif. Kàd devait avouer qu’en terme de préparation la Triade savait y faire… surtout dans la logistique en fait. Un domaine dans lequel les forces du Protectorat péchaient parfois. Kàd se tourna à nouveau vers Solaris quand celui-ci évoqua la lutte que son service menait contre les agents des Sith. Cela inquiétait légèrement Kàd car, bien qu’il ne soit pas du tout familier avec ce qui touchait à l’espionnage et à la lutte contre celui-ci, il lui semblait probable que les Sith ne se seraient pas contenté d’envoyer des agents « amateurs » pour préparer le terrain à une invasion de cette ampleur. Kàd n’était pas assez naïf pour croire que l’arrivée de son contingent serait passé inaperçue, mais il pouvait encore compter sur le fait que l’ennemis ignorerait l’étendue réel de ses forces… si leurs agents ne le révélait pas.

- Ce qui m’inquiète, ce sont les éventuels agents qui vous auraient échappé.

Kàd suivit ensuite Solaris jusqu’à son bureau où celui-ci interrogea le chef de clan sur les méthodes qu’il comptait utiliser pour remplir sa mission.

- Pour commencer, je ne crois pas que la totalité des officiers Sith seront aussi bien protéger. L’armée Sith est très nombreuse et plus une armée est nombreuse, plus elle à besoin d’être encadrée par des officiers… dans la plupart des cas. Les Sith Troopers sont par contre des unités d’élite prévus pour le choc, s’ils décident de protéger chacun de leurs officiers avec une tel escorte, l’efficacité sur le terrain de leurs unités d’élites s’en verra gâcher. Donc il n’y aura que les grands pontes et les officiers ayant l’habitudes de mener eux-mêmes la charge en première ligne qui seront escorter.
Pour la suite, ce ne sera qu’une grande partie de chasse. Mes guerriers vont se diviser en unités d’entre dix ou quinze combattants qui seront disperser sur le champ de bataille pour pouvoir traquer nos cibles de manière la plus efficace possible. Pour ce qui est de les repérer, il suffit de connaitre le style d’armée de l’ennemi, et surtout ses habitudes, le reste est une question de repérer les lignes de communications entres unités. Cependant, j’avoue que nous allons en bonne partie dépendre des informations que vos hommes et ceux des Fel pourrez nous donnez pour signaler la présence d’une cible potentiel.
Nous garderons aussi en certains endroits des troupes en réserves avec des véhicules volant leur permettant de se rendre rapidement aux endroits où ils seront nécessaires. Certaines de nos unités chevaucheront nos Basilisks, ils seront chargés d’annihiler les fortes résistances, d’autres possèdent des Speeders pour pouvoir rapidement décrocher dans la lande. Nos ennemis auront alors le choix entre nous poursuivre et risquer de tomber dans nos embuscades, ou de rester sur place et d’attendre notre prochain assaut.
Enfin, lorsqu’une cible prioritaire sera repérée, nous pourront réunir une force assez conséquente pour nous assurer de sa destruction.
Pour le reste, ce sera une question d’adaptation, plus un plan sera rigide et moins il aura de chance de survivre à son baptême du feux.


Kàd garda aussi pour lui le fait que ses guerriers étaient non seulement capables de se dissimuler et de se déplacer rapidement pendant une durée prolongée malgré le poids de leur équipement, mais ils étaient également capables de réduire la capacité des sensitifs à les repérer. Les travaux de certains scientifiques sur les forceux, principalement Démagol, avait permis aux mandos de non seulement résister aux tours de passe-passe des sensitifs mais aussi diminuer leur propre emprunte en érigeant un mur pour protéger leur esprit. Kàd avait put se rendre compte sur Kholtis que cette donnée était à prendre en compte.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Bonadan] Si vis pacem para bellum [PV Kàs Kelborn]
[+158, Bonadan] Si vis pacem para bellum [PV Kàs Kelborn]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Civi Pacem, para Bellum/ Lucius Hostilius
» si vis pacem, para bellum (hestia)
» Si vis pacem, para bellum. | Eärel&Aslan.
» Si Vis Pacem, Para Bellum
» Civit pacem para bellum [PV Lyra] TERMINE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Imperial Wars :: Galaxie :: Autres Planètes :: Bonadan-