[+158] De concepts et d'Humanité [PV K'Krukh]
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage
Katria Dashiell
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 12/04/2017
Rang : Padawan
Localisation : Hapès
Revenir en haut Aller en bas
[+158] De concepts et d'Humanité [PV K'Krukh]
Jeu 14 Sep - 0:38

Il n'y a pas d'émotion, il y a la paix.
Il n'y a pas d'ignorance, il y a la connaissance.
Il n'y a pas de passion, il y a la sérénité.
Il n'y a pas de chaos, il y a l'harmonie.
Il n'y a pas de mort, il y a la Force.


Ces mots, elle les avait appris par cœur lorsqu'elle était encore une Initiée. Elle les avait appris et répétés. Elle les avait médités et analysés. Elle avait essayé en tout cas … parce que maintenant qu'elle devait à nouveau y croire, Katria se rendait compte qu'elle n'y avait finalement jamais cru qu'à moitié. Et qu'y croire davantage aujourd'hui était une bien belle gageure dont elle aurait sûrement des difficultés à se sortir si elle ne voulait pas que son nouveau Mentor ne la considérât comme perdue au profit du Côté Obscur. Elle était impardonnable après tout. Elle avait été jugée par le Conseil. Et elle ne le digérait toujours pas … Parce que cette assemblée de sages ne l'avait pas considérée comme un être Humain disposant de qualités et de défauts intrinsèques à chacun, mais comme une espèce d'entité seulement constituée de concept. Un charmant objet sans sentiment et sans âme. Tout sages qu'ils étaient, ils avaient totalement occulté la souffrance et la peur qui avaient été siennes – les personnes qui en étaient responsables également – et ils avaient choisi de ne prendre en compte qu'une partie de son histoire : son passage dans le One Sith.

Et elle trouvait ça cruel …
Et elle souffrait autant de ce jugement que du fait qu'elle était désormais seule.

Maintenant que Koyne n'était plus, il n'y avait en effet plus personne pour prendre sa défense et la protéger, et avec les restrictions qui avaient été apposées sur ses pouvoirs, la jeune femme se sentait presque totalement démunie. Fragile. Comme une pauvre proie, mais en pire.

Mais avait-elle seulement le droit de se plaindre ?
Qu'elle l'ait ou pas, Katria s'était en tout cas abstenue de tous commentaires, et elle avait également éludé les questions de Potyme en prétendant qu'elle était fatiguée lorsque ce dernier avait voulu lui parler. Après tout, le Maître Jedi avait répété au Conseil tout ce qu'elle avait pu lui dire lors du voyage jusqu'à Hapès, et même si elle ne lui en voulait pas – qu'elle s'y attendait à vrai dire – il demeurait toutefois une réalité bien peu enviable au final : elle était seule. Elle n'avait plus personne. Plus personne à qui parler, à qui se confier. Plus personne pour calmer ses pleurs et ses angoisses. Plus personne … Et même si ses fauves étaient finalement arrivés tard le soir-même et qu'elle s'était occupée de tous les installer, Dashiell avait toutefois bien conscience que ces animaux ne resteraient pas là indéfiniment. Qu'ils seraient bientôt rendus à la vie sauvage. Loin d'elle. Si loin d'elle. Et sans qu'elle ne pût le contester.

Et ça, ça c'était injuste. Cruel. Douloureux.

Aussi après plusieurs heures à s'occuper de tous les extraire du vaisseau pour ensuite les mener à leurs enclos – le tout sous très haute surveillance dans la mesure où chaque Jedi ici semblait se méfier d'elle, surtout lorsqu'elle était près du Rancor ou des Tuk'Ata – elle avait aussi choisi de leur parler. Parce que ces fauves n'étaient pas de simples bestioles stupides. Parce qu'elles comprenaient, parce qu'elles étaient troublées par tous ces changements, et parce que Katria avait aussi besoin de vider son sac après tout ce qui s'était passé.

Alors elle leur avait parlé.
Elle leur avait parlé et elle avait finalement pleuré à chaudes larmes lorsqu'elle avait pris conscience qu'elle allait aussi devoir abandonner Vixen. Fauves parmi les fauves. Tuk'Ata qui avait été son compagnon de survie sur Roon puis sous la férule d'Alarak, présence amicale qui l'avait toujours soutenue et qui lui avait aussi sauvé la vie plusieurs fois.

Koyne DuCade …
La Magie Sith …
Ses fauves …
Le Juyo …

Au final, l'Ordre Jedi serait finalement celui qui allait la déposséder du plus de choses – son innocence incluse vu la violence qu'elle avait subie sous le joug de Sei'Vys – et la jeune femme ne savait toujours pas si elle avait fait le bon choix. Ou si elle ne devrait pas plutôt quitter cette planète pour rejoindre l'Espace Hutt et lutter auprès de ceux qui avaient refusé de rejoindre Hapès. De cette bataille perdue d'avance et bien stérile. De cette bataille pour ses idéaux qui valait bien plus que ses sentiments et sa propre personne … n'est-ce pas ?

Mais quoi qu'il en fût, cette première courte nuit au sein du Temple ne fit qu'alterner les cauchemars et les phases de sommeil trop profond pour être vraiment réparateurs, et le lendemain l'accueillit donc dans un état de fatigue et de lassitude assez comparable à la veille. Sauf que … sauf que K'Krukh lui avait confié sa première mission, aussi s'était-elle portée au devant de tous les membres du Crimson Elite présents avant de parler ensuite aux autres personnes ici, partageant ainsi les propositions du Conseil tout en s'évertuant de convaincre le plus de monde possible. Une tâche qui aurait pu paraître assez simple dans la mesure où tous ces gens n'avaient pas ralliés Hapès sans savoir ce qu'ils voulaient, et ce même si tout ne s'était pas fait sans heurt. Sans souffrance aussi lorsqu'un des Lieutenants de la SMP l'avait accusée d'être responsable de la mort de DuCade. Accusation qu'elle n'avait d'ailleurs pas niée …

Et finalement, ce fut une bonne quarantaine d'heures après son entretien avec les Maîtres du Conseil qu'elle acheva sa mission, et elle ne prit guère le temps de se reposer davantage qu'elle se mit aussitôt à la recherche du Whiphid qui se trouvait déjà en réunion dans une petite salle qu'on lui indiqua. La demoiselle attendant alors sagement à la porte la fin de cette rencontre ainsi que le départ des Jedi pour passer timidement la tête par la porte et aviser que son nouveau Mentor était le dernier présent dans la pièce.

« Excusez-moi, mais vous m'avez dit de venir vous voir lorsque j'aurais parlé avec tout le monde, et je viens tout juste de finir. »

Si elle était apparue fatiguée et fragilisée devant le Conseil, elle était cette fois-ci un peu plus reposée et un peu plus vaillante, disposant ainsi d'un contrôle plus affirmé sur elle-même et lui permettant de dissimuler bien mieux ses émotions. Après tout, elle avait appris à ne rien laisser filtrer avec Sei'Vys et Alarak, alors l'habitude existait déjà.

« Je me suis permise de copier la liste de tous les réfugiés de Rothana et de l’annoter pour que ce soit plus simple de s'y retrouver. »

Pratique et pragmatique, Katria avait très rapidement pris l'habitude de travailler seule afin de se perfectionner, aussi était-elle parfaitement capable de s'organiser au mieux tandis qu'elle tendait déjà un datapad à K'Krukh, affichant directement cette longue liste où chaque nom disposait désormais d'un commentaire.

« La plupart des membres du Crimson Elite ont choisi de rester sur Hapès, et ceux qui sont venus avec leurs familles voudraient savoir si leurs proches peuvent rester ici également. Par ailleurs, la mère d'Amanda aurait voulu vous parler – à vous ou à un autre Maître – pour savoir s'il serait possible que sa fille intègre l'Ordre. Elle devait normalement commencer sa formation auprès d'un Seigneur Sith que Koyne avait choisi elle-même, mais maintenant elle refuse de laisser Amanda retourner en territoire Sith. De même qu'elle ne veut pas qu'elle soit laissée sans formation. »

Tel un oiseau voyageur, Katria se faisait ainsi le relais précis des propositions et des requêtes, mais cette tâche ne la rebutait absolument pas. Sans doute parce qu'elle n'avait plus assez de fierté pour s'offusquer de grand chose, surtout au vu des conditions qui lui avaient été imposées …

Mais loin de cette idée, la jeune femme devait bien s'avouer qu'elle appréhendait quelque peu cette rencontre en tête-à-tête avec le Whiphid, et ce même si son apparence bestiale n'entrait absolument pas en ligne de compte. Comment aurait-il pu en être différemment d'ailleurs dans la mesure où même un monstre comme un Rancor ne la rebutait pas ? Mais loin de toute considération d'espèce ou d'apparence, c'était surtout K'Krukh lui-même qu'elle craignait en quelque sorte : parce qu'il était sans doute le plus vieux, le plus conservateur, et le plus dur des Maîtres de l'Ordre Jedi. Le plus opposé à elle sans doute. Et le moins apte à la comprendre, ou en tout cas à vouloir la comprendre. Et ça, au même titre que son avenir bien flou, c'était source d'une certaine angoisse pour Katria, et ce même si pendant son attente dans le couloir, elle avait tâché de faire le vide dans son esprit. Aussi total que possible.

Pour ne pas penser.
Pour ne pas angoisser.
D'autant plus qu'au court de cette entrevue, elle comptait aussi demander au Jedi si elle pouvait récupérer le sabre-laser de Koyne que Potyme détenait toujours, et qu'elle craignait quelque peu de se voir opposer un refus face à ce qui pourrait être considéré comme un artefact du Côté Obscur.

_________________




Voir le profil de l'utilisateur
K'Kruhk
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 26/03/2017
Rang : Grand Maître Jedi
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] De concepts et d'Humanité [PV K'Krukh]
Sam 16 Sep - 13:33
J’avais suivi le flot de mon emploi du temps sans réellement me soucier de ce qu’allait faire Katria Dashiell, ma nouvelle Padawan. Les réunions s’étaient enchaînées et c’était sans réelle surprise que j’avais eu à traiter plusieurs informations très importantes sur des mouvements des Siths qui semblaient sortir du bois une deuxième fois. La galaxie semblait entrer en mouvement, comme si toutes les particules d’Obscurité qui s’étaient trouvées en dormance avaient fini par s’activer, profitant de l’éveil nouveau de Darth Akni. Je terminais donc ma liste de choses à faire, notamment cette réunion au détour d’un couloir avec un des officiers d’intelligence de l’Alliance Rebelle qui m’informa de funestes nouvelles. Nos relations avec l’Alliance Rebelle s’étaient renforcées et je pouvais facilement dire que celles avec l’Empire Galactique s’étaient améliorées, sans toutefois être parfaites. J’avais beau soutenir Loes de Walleron dans son effort de transformer profondément la politique diplomatique et interventionniste des Jedi, ma présence comme Grand Maître et mon influence restaient très connotés en faveur d’un Ordre Jedi partisan de l’Alliance. J’aurais été malhonnête de dire que je n’avais pas cru en cette gigantesque Alliance Galactique, garante de la paix et de la souveraineté des peuples sans aucune discrimination d’espèce ou d’origine. Force était de constater que je m’étais trompé, l’Alliance Galactique et ce Triumvirat salvateur s’étaient lamentablement effondrés et aujourd’hui, il ne restait que les vestiges de ce rêves. Le Commandant Suprême Tan’ith bataillait pour garder une certaine autonomie et administrer ses mondes dans un état d’urgence permanent, l’Empire Galactique avait vu naître le règne de Jaana Fel, une jeune femme que tout le monde aurait cru timorée mais qui avait assis son pouvoir d’une main de fer et durci le discours Impérial plus que jamais. Je ne pouvais pas non plus passer à côté de la Triade, régime dictatorial et militariste antisensitif qui était le monstre enfanté par le corps agonisant d’une Alliance Galactique aux abois. Tous ces faits politiques, je les avais en tête et je ne pouvais que me réjouir que notre position ait pu se consolider sur Hapès, même si beaucoup de Jedi de la jeune génération n’arrivaient pas à approuver le statut de notre temple sur Hapès. Pour ma part, j’avais vu les désastres d’Ossus et aussi de notre destruction quasi-totale à la fin de la Guerre des Clones, je nous savais pour une fois en sécurité. Les négociations avec le Crimson Elite n’avaient d’ailleurs rien d’anodin, je savais qu’il y avait là une possibilité de pouvoir ainsi disposer de troupes régulières pour garder le temple et nous prêter main-forte. Les membres du Crimson Elite seraient ainsi payés et entretenus au sein de notre institution.

Je devais me rendre à l’évidence et être honnête avec moi-même, je percevais dans l’Empire Sith d’Akni une menace bien plus importante que celle représentée par celui de Krayt. Maladi et d’autres s’étaient rapidement associé à l’Impératrice sans réelle objection et beaucoup avaient parié sur sa destitution mais il n’en était rien. Aujourd’hui Akni était devenu très puissante au point que ses armées étaient prêtes à envahir systématiquement chaque parcelle d’une galaxie déjà morcelée. L’Alliance, l’Empire et les régimes mineurs étaient des ennemis et il n’était pas possible de vaincre les Siths efficacement sans une coalition militaire qui les repousserait vers l’Est de la galaxie. Une sorte de fantasme que beaucoup nourrissaient ici, mais les négociations s’annonçaient âpres et difficiles, l’Impératrice Jaana et le Commandant Tan’ith seraient bientôt réunis pour tenter de s’entendre sur le cas de Bonadan, c’était la conclusion d’une réunion exceptionnelle du Conseil qui statuait sur cette petite planète et le secteur Corporatiste. Il n’y avait plus d’autre possibilité que d’envisager une guerre dans ce secteur pour éliminer le groupe de combat Sith sur Ziost qui tenterait sans doute de profiter de cette tête-de-pont et des ravages économiques qui en découleraient pour se lancer dans un assaut au sein de l’espace Impérial.


Tandis que ceux qui participaient à la réunion venaient de se retirer, je vis Katria Dashiell apparaître , introduite par un des Chevaliers qui venaient de sortir. Je la saluais avec le respect qui lui revenait désormais et l’invitais à parler. Elle avait accompli sa mission puis venait de me rendre une liste très détaillée des décisions individuelles des soldats du Crimson Elite. Je ne pouvais que me réjouir de cela, nous avions désormais à notre disposition des gens qui nous permettraient d’avoir des avis et une réelle expertise stratégique. Au-delà de cela, j’avais médité deux heures durant pour tenter d’avoir une intuition dans la Force concernant les soldats du Crimson Elite. Malgré mon impitoyable logique habituelle, je ne pouvais m’empêcher de penser qu’il y avait du vrai dans ce que disait Dashiell sur son ancienne Maîtresse : cette dernière avait peut-être des objectifs plus nobles qu’on aurait pu le penser.

-Très bien, tu as fait un bon travail, Katria. Fais savoir à ceux qui désirent partir que nous mettrons à dispositions des vivres et du matériel de survie. Fais leur savoir aussi que s’ils changent d’avis, ils seront toujours les bienvenus ici. Je compte sur toi aussi pour dire à ceux qui restent parmi nous que leur famille sera aussi logée, ils devront juste se contenter au début de modestes appartements mais nous ferons tout pour que cela change assez rapidement.


Je marquais une pause, un signe supplémentaire que Katria avait été acceptée, je la tutoyais désormais comme n’importe quel Padawan et je lui parlais comme si elle avait toujours été au sein de l’Ordre. Je percevais ses doutes et ses questionnements intérieurs, elle était toujours très méfiante nous concernant. J’avais cependant fait mon possible pour accéder à ses requêtes et tenter de la mettre dans de bonnes conditions pour changer son opinion erronée nous concernant.


-La jeune Amanda sera mise entre les mains d’un Maître compétent qui s’occupera de sa formation. Je vais demander à Maître Potyme de se charger de cela.


La réhabilitation des DuCade serait très compliquée et elle demanderait une volonté d’intégration de leur part et d’accueil de notre côté. La meilleure manière pour parvenir à cela je le savais très bien était de les intégrer au maximum dans la société du Temple et de ne leur interdire aucune ambition. Le reste suivrait sans doute, nous avions réussi à sauver un grand nombre d’âmes des griffes des Siths et cela était en soi une satisfaction. Alors que tout aurait pu être fini je fixais à nouveau Katria d’un regard énigmatique.


-Les choses ont bougé, le monde est en total mouvement et on dirait que l’attaque imminente des Siths sur Bonadan déchaîne les passions. Nous allons d’ailleurs devoir intervenir dans le milieu du crime, c’est une mission qui demande de l’expérience et les enjeux sont importants, j’ai pensé à toi mais je dois savoir si tu t’en sens capable.


Je n’avais pas pris beaucoup de gant pour lui annoncer qu’elle aurait peut-être une mission mais je souhaitais que cela soit clair. Sans doute apprécierait-elle également le choix que je lui laissais. Je n’avais pas menti dans ce que je disais, tout cela n’était pas prévu mais l’agent Allié semblait suffisamment affolé pour donner du crédit à ses paroles.
Voir le profil de l'utilisateur
Katria Dashiell
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 12/04/2017
Rang : Padawan
Localisation : Hapès
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] De concepts et d'Humanité [PV K'Krukh]
Sam 16 Sep - 16:06

Tandis que K'Krukh lui répondit en lui confiant la tâche de transmettre à nouveau ses paroles aux réfugiés de Rothana, Katria hocha la tête afin de lui faire savoir que tout cela serait fait, trahissant ainsi un retour à son mutisme habituel. Mais après tout, même DuCade avait mis longtemps avant de réussir à la rendre plus loquace – par moments en tout cas – aussi n'y avait-il finalement rien de très étonnant à la voire revenir à de tels instincts de survie. Avec Sei'Vys et Alarak, la jeune femme avait clairement appris à se taire pour ne jamais provoquer de réactions potentiellement violentes à son égard, et ce genre d'habitude avait forcément la peau dure … Mais quoi qu'il en fût, elle était en tout cas sincèrement soulagée de savoir que les soldats du Crimson Elite comme tous les autres réfugiés allaient pouvoir trouver une place en sécurité sur Hapès, y compris la petite Amanda qui ne constituait manifestement pas un soucis. D'autant plus que la gamine était déjà douée dans le maniement de la Force, aussi était-il assez évident qu'elle pourrait devenir une grande Jedi si elle réussissait à bien s'intégrer et s'épanouir au sein de l'Ordre. De cet Ordre Jedi qu'elle ne diabolisait d'ailleurs pas même si elle restait tout de même très méfiante.

Mais lorsque le Whiphid changea de sujet pour aborder la possibilité d'une mission ayant rapport avec Bonadan, Katria sentit ses lèvres se crisper un instant même si elle s'efforça de retrouver son calme, et pour cause … si les choses avaient dégénérées à ce point dans le Secteur Corporatiste, c'était en partie sa faute. Parce qu'elle avait été trop faible, trop manipulable, et trop bête pour réellement anticiper les dangers. Tous les dangers. Et parce qu'elle s'en voulait sincèrement même si elle tâcha de ne rien laisser filtrer.

« Je connais un peu les milieux du crime : Koyne n'appréciait pas outre mesure Lenalia T'Kami, et elle pensait également que fragiliser le Soleil Noir permettrait de fragiliser Akni en lui faisant perdre certains de ses soutiens. Elle s'était donc efforcée de tisser des liens avec certains criminels influents de la pègre pour saper la puissance du Soleil Noir en toute discrétion, et elle m'a plusieurs fois envoyée pour transmettre ses propositions. Dans l'Espace Hutt ou ailleurs. »

Derrière ses attitudes volages, sa Maîtresse avait en effet œuvré lentement mais sûrement afin de dégrader le One Sith pour pouvoir ensuite rebâtir un Ordre Sith beaucoup plus sain, et Katria avait cet avantage d'avoir été assez proche de DuCade pour connaître certains de ces atouts. Des atouts qu'elle allait désormais pouvoir utiliser contre eux qui avait assassiné sa Maîtresse, et elle en avait encore quelques uns dans sa manche …

« D'ailleurs en parlant de Bonadan, j'ai eu l'occasion de réfléchir à la situation là-bas, et je pense qu'il y a peut-être quelque chose à faire pour diminuer la puissance des forces Sith qui attendent sur Ziost. Koyne était censée diriger l'attaque et je sais que la 394e Légion est stationnée là-bas en attente, alors peut-être qu'en les contactant, il y aurait moyen des les persuader de ne pas suivre Akni ? »

Après tout, Koyne n'avait jamais été une Général cruelle ou amatrice de sang, et les soldats servant sous son commandement l'avait toujours appréciée. De même que Katria savait pouvoir disposer de l'oreille – à défaut d'autre chose – des membres du Bataillon qu'elle avait dirigé sur Erinar, alors peut-être pourrait-elle les contacter pour leur expliquer les événements et dénouer le tissus de mensonges que la propagande Sith avait sans doute déjà mis en place ? En tout cas, c'était une idée trop importante pour que la jeune femme ne la fît pas connaître à celui qui était désormais son nouveau Maître et qui s'était comporté tout à fait correctement avec elle pour le moment. Et ce même si deux jours, c'était tout de même assez court pour vraiment pouvoir se faire un avis.

« Ah et … j'aurais aussi besoin de savoir quels moyens je pourrais mettre en œuvre lors de cette mission ? Je sais très bien quel est l'avis du Conseil là-dessus et j'en comprends tout à fait les raisons mais … mais le fait est que mon Ataru est rouillé et que ce n'est pas non plus la Croissance Végétale qui sera d'une grande utilité si jamais quoi que ce soit arrive. »

Autant être honnête après tout, parce que Katria n'avait pas encore eu l'occasion de s'entraîner avec le Whiphid vu qu'elle n'était sur Hapès que depuis très peu de temps, et la jeune femme préférait donc prévenir d'emblée que si toutes les capacités découlant plus ou moins du Côté Obscur lui étaient interdites, alors il n'allait rien lui rester de bien folichon. Mais même si cette question était posée avec une totale bonne foi de sa part, cela ne l'empêchait pas d'être également source d'une certaine angoisse pour elle : après tout, K'Krukh s'était montré plutôt fermé à ce sujet, et vu la rigueur du Conseil face à sa qualification de ''peut-être pas Sith mais quand même un peu'', elle préférait marcher sur des œufs afin que personne ne pût l'accuser de quoi que ce fût.

_________________




Voir le profil de l'utilisateur
K'Kruhk
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 26/03/2017
Rang : Grand Maître Jedi
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] De concepts et d'Humanité [PV K'Krukh]
Lun 18 Sep - 18:10
Katria Dashiell se comporta normalement, on la sentait plus apaisée. Peut-être grâce à ses discussions avec le Crimson Elite, elle confirma avoir des contacts au sein du crime organisé et pouvoir s’y introduire grâce à l’historique de ses missions avec Koyne DuCade. Je n’avais de toute façon aucune hésitation concernant le fait qu’elle était la personne la mieux placée pour réaliser cette mission qui semblait faire partie d’une énorme conspiration. Je ne voulais pas avancer d’argument avant de connaître le fin mot de l’histoire. Je me contentais d’écouter tous les arguments de Katria, spécialement concernant Bonadan et Ziost qui étaient mes principales préoccupations du moment. Son idée était intéressante et elle ne manqua pas de m’intriguer. En fait, c’était peut-être même la solution à notre problème. Si Katria Dashiell ne serait pas envoyée sur Bonadan -je jugeais cela plus sûr et plus sage vu la charge émotionnelle de cet endroit dans son système de valeur- elle pourrait participer à la victoire, un moyen de résoudre le problème affectif et le sentiment de culpabilité qu’elle devait ressentir et éprouver après le décès de sa Maîtresse. Elle continuerait son œuvre et pourrait poursuivre l’idéal de DuCade sur Bonadan, un moyen de pouvoir se dire que Koyne DuCade n’était pas morte assassinée pour rien. Si je pouvais aisément autoriser cela car ça ne relevait pas d’un attachement quelconque au Côté Obscur mais bel et bien d’un sentiment noble, il y avait peu de chance que le Conseil le valide, je prenais donc la décision de lui répondre par moi-même.

-C’est une excellente idée Katria. Il va cependant falloir me donner des noms d’officiers de confiance à contacter. Je crains que si nous contactons n’importe qui, la pression hiérarchique ou le peu d’engagement idéologique de ce contact potentiel ne nuise à notre entreprise. Il nous faudrait des noms d’officiers très influents qui pourraient répondre positivement à nos requêtes et paralyser la chaîne de commandement d’Akni. Après tout, Akni n’aura pas le temps de châtier tous ceux qui auront du mal à réorganiser leurs groupes de combat. Nous devrons réfléchir à un scénario parfaitement huilé et coordonné qui permettra aux troupes de la Légion de Koyne de ralentir la chaîne de commandement et éventuellement même les lignes de communication d’Akni sur Bonadan. Pour qu’Akni puisse rentabiliser son attaque sur Bonadan elle devra remporter une victoire rapide et décisive et le seul moyen pour cela sera qu’elle attaque le plus rapidement possible, au moment où l’Entente et les Corporations s’y attendent le moins.

Voici ma réponse à la jeune Katria Dashiell, une fois de plus je lui témoignais de ma confiance tout en lui proposant de compléter son information. Je voulais qu’elle se sente bien et surtout qu’elle puisse laisser cet épisode de l’assassinat de Koyne -aussi tragique et injuste soit-il- derrière elle. Chasser la tristesse et la rancœur n’étaient pas des choses faciles et j’en savais quelque chose, mais la Force et le Côté Lumineux pouvaient aider à y parvenir. C’était un des exercices que pourrait réaliser Katria Dashiell une fois qu’elle serait prête. J’avais d’ailleurs pour projet d’en faire le plus rapidement possible un Chevalier Jedi afin qu’elle puisse réfléchir par elle-même : elle avait en effet suffisamment été sous le mentorat de Maîtres tyranniques et il n’était pas dans mes objectifs de la garder contrainte. Aussi ma réponse à sa question fut expéditive.

-Tu pourras utiliser tes propres pouvoirs pour le moment. Concernant ton Juyo, je ferai en sorte de t’enseigner ce qu’il faut pour que tu puisses le convertir en Vapaad. Nous trouverons également des substitutions pour tes pouvoirs Obscurs. Mes instructions n’étaient pas aussi précises et conditionnelles par hasard, tu ne peux pas utiliser de pouvoir Obscur dans l’enceinte du Temple mais là, tu seras à l’extérieur. Je te demanderai seulement de ne pas agir comme une Sith, ne tue pas par envie de vaincre, tu dois éviter de prendre une vie autant que cela est possible. N’aie aucune crainte, cette mission n’est pas adaptée pour un Jedi conventionnel et je suis certain que tu es la seule qui pourra la mener correctement.


Mon expression se fit plus sérieuse. J''en venais désormais aux instructions concernant la mission.


-J’en viens donc à l’objet de cette mission. Notre Temple a récemment mis la main sur des archives qui concernent les travaux de divisions de recherche de l’Alliance Galactique. Nous n’avons pas pu éplucher tous les dossiers mais ce que nous savons est que l’Alliance avait mis la main sur un virus provenant des régions inconnues : le virus K-109. Nous ne connaissons pas le fin mot de l’histoire mais ce virus provoque de fortes fièvres hémorragiques et serait lié à un incident sur un bâtiment Allié appelé le Unity. Le nom du virus K-109 est revenu très récemment dans les milieux du crime organisé, il semblerait qu’un individu ou qu’un groupe d’individus tente de retrouver tous ceux qui ont en leur possession des informations sur les échantillons de K-109 disponibles dans la nature. Un des Chevaliers qui enquête sur place a suivi la piste et n’a retrouvé que des cadavres. Il y a deux jours, c’est un certain Johannes van Buynes qui a été retrouvé mort et étrangement, il s’agissait d’un ancien chercheur qui était basé sur Bothawi et dont la spécialité était apparemment la virologie. J’aimerais que tu remontes la piste de ce meurtrier qui s’intéresse tant au virus K-109 et que tu tentes de résoudre ce mystère. Les données dont nous disposons sur les recherches de l’Alliance Galactique sont conséquentes et très techniques, nous n’avons pas les moyens de nous y plonger pour l’instant, tu dois résoudre cette affaire et tenter d’en savoir plus sur le virus K-109, peut-être que cela nous aidera à mieux comprendre les données dont nous disposons.

Je stoppai là mon énoncé du problème, attendant la réaction de Katria. Il restait à savoir si elle-même disposait d’information sur ces événements, ce qui semblait peu probable à mes yeux puisque le Unity était resté un événement mineur et que peu de gens en avaient entendu parler, le vaisseau s’était autodétruit sans qu’on ne puisse connaître le fin mot de l’histoire. Je réalisais l’aspect spéculatif de mes paroles puisque les Siths avaient peut-être des informations là-dessus, mais elles devaient être maigres, peut-être que Koyne en avait parlé à son apprentie.
Voir le profil de l'utilisateur
Katria Dashiell
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 12/04/2017
Rang : Padawan
Localisation : Hapès
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] De concepts et d'Humanité [PV K'Krukh]
Lun 18 Sep - 23:43

« Le Commandant Sköörrh est le chef de la 394e Légion en l'absence de Koyne, et je doute que l’État-major ait déjà pris le temps de réaffecter un autre Général pour la remplacer, ce qui devrait lui laisser pas mal de liberté. C'est un soldat originaire de Rothana et qui a toujours servi avec Koyne, ils ont gravis les échelons hiérarchiques ensemble et je sais qu'ils étaient proches. Et par ailleurs, il y a encore d'autres officiers qui pourraient être contactés de manière sûre, au sein de la 394e comme ailleurs. Le Lieutenant qui me secondait sur Erinar a un frère qui est Capitaine dans la 236e, alors avec ce genre de liens, il peut aussi être possible de contacter indirectement plus de monde. De même que je peux demander au Capitaine Vokele du Crimson Elite s'il pense à d'autres officiers. »

Si elle avait été une Sith, il allait sans dire que DuCade avait aussi été une militaire – stratège brillante tenant beaucoup à ses hommes de surcroît – aussi y avait-il une carte à jouer sur ce point-là. Mais si elle était très proche de ce monde de soldats, il y avait aussi d'autres milieux où elle détenait bon nombre de contacts importants.

« Après, Koyne était aussi issue de la noblesse de Rothana, alors peut-être que certains nobles pourraient eux aussi profiter de leur influence. Par contre au niveau des Sith, c'est beaucoup plus dangereux dans la mesure où elle n'a jamais été très appréciée … quoi qu'il y aurait bien eu son maître, mais je ne suis même pas sûre qu'il soit encore en vie. Son père aussi a énormément d'influence et de contact, mais j'avoue ne pas avoir pensé à lui demander quoi que ce soit quand il est venu récupérer son … corps … »

Katria avait d'ailleurs buté sur le mot ''corps'', mais la mort de sa Maîtresse était encore beaucoup trop fraîche pour qu'elle s'y habituât, s'il était en tout cas possible de s'habituer. De digérer. De souffrir un peu moins …

Mais malgré tout, il était évident que DuCade Senior aurait pu être un très bon atout si elle avait eu davantage de jugeote à ce moment-là, de même que Alistair McRae était aussi un Sith disposant d'une puissance non négligeable. Mais si le premier s'était sans doute dissimulé au sein de la Galaxie, il était encore à prouver que le second fût encore en vie, et il n'y avait rien de moins sûr dans un monde aussi violent que celui des Sith ! Mais de toutes façons, le Conseil allait sûrement disposer là de pas mal de pistes à explorer avant d'en avoir besoin de nouvelles, et la jeune femme devait bien avouer qu'elle se sentait soulagée que K'Krukh n'ait pas rejeté d'emblée ses idées. Après tout en servant Alarak puis Shadowsun, elle-même disposait désormais d'informations que les Jedi ne détenaient sans doute pas, et elle était toute prête à les offrir si cela pouvait œuvrer dans le même but que celui de celle qui avait tant compter pour elle.

Mais d'un point de vue plus pratique, le Whiphid ne tarda pas à aborder le sujet des pouvoirs qu'elle allait pouvoir utiliser, et Dashiell se sentit plus sereine à l'idée de pouvoir se battre selon ses habitudes. Avec ses pouvoirs, sa Magie et ses méthodes … des méthodes qui n'étaient d'ailleurs ni barbares ni cruelles, aussi acquiesça-t-elle aussitôt que son nouveau Maître lui prescrivit d'éviter de tuer autant que possible. Un impératif qui suivait de toutes façons sa propre manière de voir les choses dans la mesure où elle n'avait jamais été une meurtrière en puissance. De même qu'elle n'était ni médecin ni biologiste non plus, et ce même si son cerveau c'était aussitôt mis à tourner afin de chercher une solution à ce problème.

« Je n'en avais jamais entendu parler, ni du virus ni de ce chercheur. Par contre, Koyne a pendant un temps été en contact avec un trafiquant spécialisé dans les armes chimiques et les poisons, alors peut-être qu'il sera au courant de quelque chose. Bon les rapports entre eux n'ont jamais été bien loin dans la mesure où elle n'appréciait pas ses méthodes, mais il lui avait à l'époque offert une somme colossale pour un de mes Tuk'Ata, alors s'il me voit arriver, il devrait au moins accepter de me parler, des fois que. »

D'autant plus que le fait que DuCade possédait désormais un Rancor n'était franchement pas un secret, alors il y avait fort à parier que si Katria le contactait, cet homme accepterait la discussion dans l'espoir de pouvoir mettre une petite négociation concernant ses fauves sur le tapis … Et en l'absence d'autres pistes, celle-ci n'était en tout cas pas à exclure sans en avoir au moins parler à K'Krukh, et ce même si elle espérait tout de même que le Chevalier sur place aurait au moins quelques pistes. Sans quoi, la jeune femme irait contacter ce trafiquant, de même qu'elle mettrait en branle le réseau dont s'était déjà servi DuCade par le passé.

_________________




Voir le profil de l'utilisateur
K'Kruhk
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 26/03/2017
Rang : Grand Maître Jedi
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] De concepts et d'Humanité [PV K'Krukh]
Mer 20 Sep - 19:01
Je laissais Katria développer ses idées, dans ma pure tradition de pédagogie participative. Elle donna des noms qui semblaient suffisamment importants pour qu’ils soient intéressants et donna également une idée pour les contacter. Je n’avais aucune envie de contacter des Siths, les membres de l’armée régulière seraient donc suffisants. Nous avions désormais un plan d’action pour paralyser l’armée Sith de l’intérieur...Voire pour tenter de débaucher et/ou de recruter des hommes fidèles au Siths. Cette dernière action permettrait sans doute de contrebalancer les problèmes de Bonadan ou au moins de ralentir la progression des Siths vers un état de guerre. Darth Akni avait été très astucieuse et ses méthodes en avaient surpris plus d’un, c’était sans doute grâce à cela qu’elle avait pu gravir aussi vite les échelons et surtout arracher de nombreuses victoires qui semblaient perdues d’avance. J’avais compris cela depuis bien longtemps et je comptais bien retourner cette force contre elle : quelqu’un qui gravissait aussi violemment et aussi rapidement les échelons ne devait pas avoir que des amis. Quand bien même elle gouvernait par la terreur, une nouvelle défaite permettrait de la faire descendre de son piédestal et de montrer à ceux qui subissaient l’occupation Sith que leur machine de guerre bien huilée n’était pas invincible. Le même phénomène avait pu se produire brièvement après la bataille d’Erinar l’année qui précédait, la galaxie avait pu voir que les Siths pouvaient connaître la défaite et que le régime d’Akni ne pouvait pas broyer toutes les résistances. Malgré tout, Erinar avait eu un coût humain important et nous ne voulions pas que cela se reproduise sur Bonadan, c’était pour cela que je prenais mes dispositions et que Katria pourrait m’aider à tout mettre en place.

-Je crois que nous devrions nous focaliser sur l’armée, les Siths sont régis par des codes obscurs et je préfère faire appel à des hommes du civil pour éviter toute pression dogmatique. Ces noms me semblent correspondre à des postes qui nous permettraient d’atteindre nos buts. Consulter le Capitaine Vokele est également une bonne idée, je pense que tu peux le faire dès à présent et même discuter avec lui afin de savoir comment vous pourriez contacter ces gens.


Je laissais Katria gérer cela, une preuve supplémentaire de ma confiance mais je n’eus pas le temps d’approfondir cela avec elle, elle avait déjà des réponses au sujet de ce virus dont j’avais parlé. Des réponses au plutôt une absence de réponse...Elle n’en avait pas entendu parler et cela n’était franchement pas étonnant, il s’agissait là de recherches qui étaient restées secrète pour des raisons que nous ignorions mais qui s’étaient manifestées sporadiquement avec l’incident du Unity. Je ne pouvais pas moi-même en dire plus mais Katria semblait avoir une bon point de départ de par ses contacts dans le milieu du crime. Peut-être que cela lui permettrait d’initier la mission et de remplir les objectifs avec brio. Je hochais de la tête.


-C’est en effet une piste qui me semble prometteuse. Si cet homme est dans ce milieu, il a forcément entendu parler de cet individu qui cherche des informations sur le virus...Voire il a été en contact avec l’individu. La véritable question est de savoir si cet homme parlera mais s’il craint pour sa vie et surtout qu’il ne t’identifie pas comme étant de son côté, il y a fort à parier qu’il refuse de t’informer. Tu devras faire preuve de patience et surtout arriver à le convaincre. Si tu es prête à affronter toutes ces difficultés, alors tu pourras partir d’ici quelques heures. Comme je te l’ai dit, nous avons quelqu’un là-bas, un Maître répondant au nom de Koola Vallak, il est très prudent mais il pourra peut-être t’informer sur ce qu’il a vu et surtout sur ce qui l’a amené à s’inquiéter à ce point concernant ces événements. Comme nous sommes très mal vu dans le milieu du crime, nous ne disposons pas de base ou de local dans ces lieux, la navette de Maître Vallak fait donc office de base avancée, tu devras donc aller le rencontrer à l’endroit où il te donnera rendez-vous.


Je n’avais plus rien à rajouter, je donnais à Katria toutes les informations dont elle devait disposer et c’était désormais à elle de poser des questions si cela était nécessaire.
Voir le profil de l'utilisateur
Katria Dashiell
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 12/04/2017
Rang : Padawan
Localisation : Hapès
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] De concepts et d'Humanité [PV K'Krukh]
Jeu 21 Sep - 0:16

« Avec une guerre qui s'annonce, je pense que tenter une communication basique serait la meilleure manière pour qu'elle soit interceptée, alors opter pour quelque chose de plus détourné me semble être plus indiqué … mais malheureusement, nous ne savons quand est-ce que Akni compte attaquer. Je proposerais bien d'y aller moi-même mais je pense que cette idée sera refusée, n'est-ce pas ? »

Par acquis de conscience, Katria avait préféré poser la question, et ce même si elle était tout de même assez sûre de la réponse qui l'attendait. Et pourtant, se déplacer en personne ne serait guère plus dangereux que de quitter l'Amas d'Hapès pour n'importe quelle autre destination, alors peut-être que ça valait quand même le coup d'expliciter le fond de sa pensée jusqu’au bout.

« J'ai bien conscience qu'on ne me laissera pas aller sur Bonadan ni sur Ziost, mais tous les soldats qui seraient susceptibles d'intervenir ne se trouvent pas forcément là-bas non plus. Le Lieutenant Zakarias est actuellement hospitalisé sur Rothana par exemple, et je peux me renseigner pour savoir qui se trouve où. Le Capitaine Vokele dispose normalement de certains codes de sécurité en plus, alors il devrait être possible de récupérer les fiches d'affectation et les manifestes de présences pour savoir exactement où se trouvent les officiers proches de Koyne. Et pour le reste … vu que Akni me recherche de toutes façons, je pense qu'il faut voir la réalité en face : dans le fin fond de Tatooïne ou alors directement sur Korriban, je suis en danger quoi qu'il arrive, alors autant bouger là où ne m'attend pas. »

En théorie, la jeune femme aurait d'ailleurs dû en ressentir une certaine angoisse voire même une peur réelle … mais ce n'était pourtant pas le cas. Que ce fût un effet secondaire dû au choc des derniers jours ou à une réelle poussée d'inconscience, Katria ne se sentait pas plus inquiète que ça, mais peut-être justement parce que les choses ne pouvaient pas dégénérer davantage ? Après tout, Koyne venait de mourir là où Sei'Vys était revenu à la vie, aussi n'y avait-il pas pire scénario qui pourrait se présenter à elle. Sans compter que son ancienne Maîtresse lui aurait sûrement recommandé d'aller au devant du problème sans attendre qu'il ne fût trop tard, un peu comme elle l'avait fait avec l'ancienne Acolyte d'Alarak. Plus qu'à espérer cependant qu'elle ne déraperait plus à l'avenir …

Mais en attendant, le Whiphid n'avait malheureusement pas grand chose d'utile à lui offrir sur cette mission qui s'annonçait, et ce même si la jeune femme écouta soigneusement le nom du Jedi qu'elle allait devoir joindre sur place. Un nom qui ne lui disait rien d'ailleurs, mais fallait-il vraiment s'en étonner ?

« Dans le milieu du crime, il n'y a pas vraiment de côté à vrai dire, plutôt des alliances de circonstances et des avantages à jouer. Le concernant, il était très intéressé par mes fauves et je pense qu'il l'est toujours, alors il va sans doute accepter de m'écouter ne serait-ce que pour pouvoir me proposer à nouveau d'en récupérer un. Après, comment préférez-vous que j'agisse ? Je vais le voir en premier ou alors plutôt Maître Vallak pour commencer ? »

Elle aurait certes le temps de cogiter pendant le trajet mais avant tout, mieux valait s'assurer que son Maître n'ait pas une idée très arrêtée sur la façon de procéder. Et puisqu'elle semblait disposer de toutes les informations, c'était sans doute à son tour de poser les questions …

« D'ailleurs, est-ce que je peux emmener quelques Tuk'Ata avec moi ? Je sais que vous n'approuvez pas leur simple présence parce qu'ils ont été engendrés par le Côté Obscur, mais pour moi c'est une erreur. Ce ne sont pas des monstres, simplement des fauves qui chassent quand ils ont faim ou quand la Meute est menacée … et surtout ils sont mes alliés depuis près de deux ans maintenant. De même qu'ils n'ont attaqué personne sur Bonadan, je sais qu'ils n'attaqueront personne là non plus … »

Assez ironiquement, elle avait joué sur la terreur inspirée par ces fauves à bien des occasions – désamorçant ainsi plusieurs fois des situations tendues – mais cet aspect-là était désormais en train de se retourner contre elle. Mais malgré tout, il n'était pas dit qu'elle n'allait pas essayer, surtout lorsque quitter Hapès revenait quand même à se jeter dans la gueule du Rancor !

« Et sinon, est-ce que vous avez des instructions particulières ? Quand suis-je censée partir ? Je pensais modifier mon apparence physique pour être moins reconnaissable – ou en tout cas moins facilement – mais je pense qu'en une heure ça devrait être largement plié. Si je peux embarquer plusieurs fauves avec moi, je vais devoir préparer le vaisseau pour eux, mais je pense que je peux décoller dans deux heures si ça vous convient ? »

Un départ qui pouvait sembler bien hâtif dans la mesure où elle n'était pas encore remise pleinement des derniers événements, mais Katria ne souhaitait toutefois pas s'enliser davantage dans son deuil et sa culpabilité. Présentement, elle avait surtout besoin de bouger … d'agir … et de se fatiguer dans l'espoir que ses prochains sommeils ne fussent plus agités par ces éternels cauchemars concernant Alarak. Ou par ces plus récents rêves la ramenant au meurtre de Koyne.

_________________




Voir le profil de l'utilisateur
K'Kruhk
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 26/03/2017
Rang : Grand Maître Jedi
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] De concepts et d'Humanité [PV K'Krukh]
Jeu 21 Sep - 23:09
J’écoutais Katria avec attention et cette fois enfin sa réelle motivation sortit. Elle entretenait le désir de se rendre sur Ziost elle-même. J’étais satisfait du fait qu’elle me parle de cela, c’était une évolution dans le bon sens et je savais que même si cela était un signe très modeste, nous nous dirigions vers la route de la confiance. Ne pas brûler d’étape et tout faire séquentiellement, c’était désormais la marche à suivre avec quelqu’un qui avait ainsi souffert. Je savais que désormais j’avais les cartes entre les mains et que je devrais user de patience. La patience...Elle ne me faisait plus défaut depuis longtemps, ma perception du temps était bien différente de celle d’un humain ou d’une autre espèce qui aurait une longévité bien plus courte que la mienne. Je la laissais donc terminer au sujet de ses propres idées et développer ce qu’elle pourrait demander au Capitaine Vokele. Là-encore, je ne pouvais qu’être heureux que le Crimson Elite soit parmi nous, nous allions désormais pouvoir tous nous entraider afin de poursuivre des buts plus grands et plus beaux.

-Le Capitaine Vokele a toute notre confiance et bénéficiera de tous les moyens à notre disposition pour accomplir sa mission. Pour ce qui est de ton cas, il est en effet préférable que tu ne te rendes pas sur Ziost, cette planète et les Siths en général représentent encore des émotions trop fortes pour toi. Patience, tu auras l’occasion de continuer la lutte bientôt mais pour l’instant, tu dois te reposer et faire ton deuil. J’ai déjà vécu ce que tu traverses actuellement, je sais à quel point cela est difficile.


Je ne mentais pas, je savais ce qu’elle traversais et je l’avais déjà vécu, j’avais décidé de ne pas m’étendre plus sur ma vie passée, Katria ferait elle-même ses propres expériences et pourrait sans doute juger de la pertinence de mes propos plus tard. Je me focalisais sur cette mission puisque je devais lui donner des instructions. Je saisissais son empressement, son désir d’en découdre et de valider cette mission comme elle aurait validé une toute autre étape. Cela ne rimait à rien, si elle voulait évoluer ou au moins réussir, elle devait apprendre à agir avec parcimonie. Je savais aussi que je ne pouvais pas tout lui imposer et que je devais instaurer une relation de confiance. Avec les nombreux Padawan que j’avais eu, j’avais bien appris durant toutes ces années qu’il fallait admettre qu’aucun ne serait ma copie conforme, a fortiori quelqu’un comme Katria Dashiell qui avait un parcours atypique.


-Tu pourras prendre avec toi quelques Tuk’Ata, mais n’en prends pas beaucoup, la navette de Maître Vallak n’est pas très grande. Tu peux partir quand tu le souhaites, tu seras déposée près de l’endroit où t’attendras Maître Vallak, sur Nal Hutta, il te donnera toutes les informations nécessaires à l’accomplissement de ta mission.

Je laissais quelques instants de pause afin qu’elle digère les informations. Ce n’était effectivement que la première partie de mes instructions qui étaient bien différentes de celles que pouvaient donner les Siths et c’était précisément pour cela que je voulais absolument que Katria comprenne mon message dans le sens le plus strict.

-Comme je te l’ai dit, Maître Vallak est relativement âgé, il ne se déplacera pas avec toi sur le terrain mais il t’assistera autant que possible. Je ne peux que t’encourager à modifier ton apparence physique autant que possible et à travailler incognito. Ma deuxième recommandation est de bien te reposer une fois à la navette de Maître Vallak, tu devras être en forme et il ne te laissera pas partir si tu n’es pas totalement reposée et sereine, c’est l’instruction que je lui ai donné. Ma dernière recommandation est plus générale, tu n’es pas obligée de terminer cette mission, si tu te sens en danger ou que cela tourne mal, inutile de perdre la vie, dans ce cas-là tu pourras rentrer.


Telle était ma dernière instruction, elle devait comprendre que désormais notre système était différent de celui des Siths.
Voir le profil de l'utilisateur
Katria Dashiell
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 12/04/2017
Rang : Padawan
Localisation : Hapès
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] De concepts et d'Humanité [PV K'Krukh]
Sam 23 Sep - 18:06

Se reposer et faire son deuil …
Face à cette évocation de K'Krukh, Katria n'avait pu s'empêcher de laisser un léger soupir s'échapper d'entre ses lèvres, preuve s'il en était besoin qu'elle n'avait guère envie de s'arrêter. Qu'elle préférait au contraire poursuivre cette vaste fuite en avant pour ne plus penser. Pour ne plus souffrir. Ou tout du moins pour se fatiguer assez pour cesser de penser quelques minutes ou quelques heures, loin de ces souvenirs et loin de ces cauchemars qui ne la laisseraient sans doute pas en paix avant très longtemps. Ainsi donc, Maître Vallak avait reçu comme instruction de ne pas la laisser partir tant qu'il n'estimerait pas qu'elle était totalement reposée et sereine ? La bonne blague parce qu'à moins d'être friand de cohabitation dans un espace aussi restreint que l'intérieur d'une navette, sinon il allait être servi.

Parce que la jeune femme n'était pas sereine …
Parce que la jeune femme ne savait même pas comment procéder à vrai dire !

Depuis bien des années déjà, il existait toujours comme une ombre d'appréhension planant au fin fond de son esprit – sans doute déposée là par Sei'Vys et Alarak – et même Koyne n'avait pas réussi à la tranquilliser. Partant de là, il semblait donc assez utopique d'espérer qu'un homme qu'elle ne connaissait même pas y arrivât en quelques instants.

Mais ce genre de détails, son Maître actuel n'avait franchement pas besoin de les connaître pour le moment, et ce même si sa dernière phrase tira à la jeune femme une hésitation légèrement marquée. Peut-être parce que Koyne – même si elle avait toujours veillé sur elle – avait toujours fait mine de la laisser partir en mission sans vraiment s'en inquiéter, et ce alors qu'elle la surveillait ou alors qu'elle demandait à quelqu'un d'autre de le faire. De ce mélange adorable de pudeur à l'égard de sa fierté mais aussi d'attachement. Et quelque part … quelque part, c'était presque maladroit. Maladroit de voir que le Poing de l'Empire s'était inquiétée d'elle à ce point mais sans jamais l'avouer, sans doute pour ne pas créer de situation de gêne entre elles deux. Sans doute pour lui témoigner sa confiance tout en affirmant également sa défiance à l'égard des autres Sith mais aussi de tous les tordus traînant dans la Galaxie.

C'était adorable. Mais c'était fini.
Et un fin sourire presque blessé avait un instant orné les lèvres de Katria tandis qu'elle avisa que c'était justement cet attachement – si cher à ses yeux – qui avait tué Koyne sur Bonadan.

« C'est entendu. Je vais sûrement en prendre trois avec moi je pense, ça me semble assez optimum sur une planète comme Nal Hutta. Et je ferai attention. »

Une dernière affirmation qui aurait pu sonner assez creux – comme si elle avait simplement été balancée sans être pensée – mais la vérité était plutôt que la jeune femme ne savait pas trop quoi répondre, tout simplement. Ou plutôt avait-elle encore une question tandis qu'elle avait déjà tourné les talons, s'arrêtant soudainement avant de reporter son regard sur le Whiphid. D'hésiter quelques longues secondes sans trop savoir quoi dire. Puis finalement de se décider.

« En fait, j'aurais encore une question … »

Plus sensible, plus délicate.
Mais tandis que Katria cherchait déjà ses mots, sa tête se secoua finalement doucement en signe de dénégation.

« Non, rien de vraiment indispensable en fait, ou en tout cas pas maintenant. Je vais aller me préparer. »

Et après un salut de la tête, elle quitta finalement la pièce afin de pouvoir aller s'occuper des Tuk'Ata qu'elle allait sélectionner pour cette mission. De ce salut qui n'était certes pas très protocolaire mais à son corps défendant, Katria aurait sûrement besoin d'un peu de temps pour s'habituer à tout ça et prendre ses marques.

_________________




Voir le profil de l'utilisateur
[+158] De concepts et d'Humanité [PV K'Krukh]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» PRESCRIPTION NON APPLICABLE POURLES CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ SELON MICHEL FORST
» A la limite de l'humanité
» Un geste d'humanité {Léandre de Vallombreuse & Benoît de Courtenvaux}
» Monstruosité ou humanité ?
» "Qui maîtrise les odeurs, maîtrise le coeur de l'humanité..."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Imperial Wars :: Galaxie :: Hapès-