[+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage
K'Kruhk
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 26/03/2017
Rang : Grand Maître Jedi
Revenir en haut Aller en bas
[+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Sam 26 Aoû - 15:23
Le retour sur Hapes s’était fait sans encombre ni problème particulier. Maître Potyme et son apprenti s’étaient tenus à l’écart de Katria, conformément à son souhait. La jeune Acolyte ne le savait sans doute pas encore -probablement sous le poids de l’émotion- mais elle allait devoir subir, comme la plupart des membres du Crimson Elite, un interrogatoire avancé. Les Jedi avaient beau avoir été neutres, la guerre n’avait jamais été aussi proche.

En tant que Grand Maître Jedi, j’avais été contacté en priorité par Arlan Potyme qui voulait absolument que je prennes les choses en main. Une chance pour lui que je n’ai pas été en mission et que je reviennes désormais de cette étrange visite dans les mondes Hutts. L’instabilité politique ambiante et les combats incessants sur les lignes de front laissaient entrevoir une radicalisation du conflit, ce que nous autres Jedi ne pouvions cautionner. J’avais donc décidé de réunir une session extraordinaire du Conseil en nombre réduit, pas la peine de déranger les absents, nous ne serions que quelques uns. Si les membres du Crimson Elite avaient été directement conduits face à des Chevaliers et des Maîtres aux responsabilités moins élevées dans l’Ordre, l’Acolyte de Koyne DuCade devait absolument être interrogée par le Conseil. Le temps pressait et je ne voulais pas que l’administration d’Hapes ne s’en mêle : nous étions finalement les hôtes de la Reine et interroger des prisonniers Siths ferait mauvais genre. D’après les dires de Potyme, cette jeune Acolyte était une ancienne Jedi, une Padawan qui avait été sous le mentorat de Maître Sei’Vys, désormais chez les Siths et les déductions s’étaient enchaînées dans ma tête : Sei’Vys, Dashiell, Auria. Un triptyque qui ne manquait pas de faire naître d’autres interrogations. Ainsi cette Acolyte avait été ensuite prise en charge par Shadowsun, elle avait donc été au centre du pouvoir Impérial Sith. Les choses devraient être gérées avec tact car le moindre faux-pas pouvait déclencher des problèmes diplomatiques, d’autant plus que dans son bref message, Maître Potyme avait confié qu’elle était désormais recherchée par la Triade. Les événements de Bonadan, je ne les avais pas suivi mais j’en savais suffisamment pour comprendre que Potyme avait ses raisons d’être préoccupé.

J’avais rapidement repris mes esprits, je ne voulais pas céder à l’empressement ou pire encore, à l’affolement. Je ne savais pas réellement à quoi faisait référence Maître Potyme et il était inutile de dramatiser une situation sans en connaître les tenants. Avant de rechercher des réponses et des solutions, je devais poser le problème et identifier la problématique. J’étais intimement convaincu que nous avions là un coup à jouer en interrogeant cette ancienne Padawan. Je me dirigeais donc dans la salle du Conseil ou quelques Maîtres attendais, je saluais respectueusement Potyme qui portait des bandages et avait été soigné directement à son arrivée. Il n’y avait pas eu de temps à perdre et à peine les membres du Crimson Elite et l’Acolyte arrivés, ils avaient été pris en charge par les autorités du Temple, les gardes du Temple les avaient tous séparés, menottés et vêtus d’une tunique neutre tirant vers le gris. On leur avait indiqué que cela ne durerait pas longtemps mais qu’ils devaient tous être interrogés. Je savais pertinemment que cela ne leur plairait pas mais je devais me prémunir de remontrances venant de la hiérarchie d’Hapes, j’avais donc tout fait pour qu’une certaine procédure soit respectée. L’audition de Dashiell devait avoir lieu le soir, mais elle avait été avancée au début d’après-midi, nous ne voulions pas perdre de temps. J’avais donc rejoint la Salle du Conseil puis nous avions tous pris place, même si plusieurs sièges étaient vides. D’un mouvement de la tête, je fis signe aux sentinelles devant la porte qu’elles pouvaient faire entrer Katria Dashiell. L’Acolyte fut conduite au sein de la salle. C’est lorsque je vis la jeune femme rousse, menottes aux poignets, dans cette tunique grise de prisonnier que je réalisais l’horreur du système des Siths. Sans doute enrôlée et peut-être fanatisée, la jeune Acolyte se retrouvait dans cette salle qu’elle avait probablement fantasmée lors de son court passage chez nous. Pour l’instant, tout portait à la prudence et je ne voulais pas tirer de conclusion hâtive, je devais savoir quel était l’état d’esprit de Dashiell et surtout vérifier si Potyme disait vrai. J’avais en outre bien conscience que ce n’était pas en l’enchaînant que nous pourrions obtenir ce que nous voulions.

Je fis signe à une des sentinelles qui l’encadraient et le Jedi lui enleva les menottes alors que la luminosité baissait dans la salle, ne laissant qu’une lumière tamisée pendant que les gardes disparaissaient. La jeune femme fut invitée à s’asseoir sur un petit tabouret qui se trouvait au centre de la salle du Conseil. Je remarquais que Potyme lui fit un petit signe très discret, comme pour lui signifier que tout se passerait bien. J’ignorais s’il était allé lui parler durant sa courte détention mais je le soupçonnais d’être allé la rassurer, je ne lui en tiendrai pas rigueur de l’avoir fait. Assis sur mon siège, je fixais intensément la jeune femme, comme si je cherchais à lire en elle puis je pris la parole.


-Je suis le Grand Maître K’Kruhk et vous avez été convoquée ici en tant que témoin capital concernant plusieurs affaires en cours qui suscitent les investigations du Conseil des Jedi. Veuillez vous lever et décliner votre identité : nom, date de naissance, position au sein de l’Empire Sith et énoncer brièvement votre parcours.

L’audition commençait de manière solennelle, je savais que la situation de Dashiell n’était pas confortable mais Potyme l’avait certainement informée qu’elle ne serait pas directement accueillie à bras ouvert au sein de l’Ordre. Elle devait d’abord répondre de ses actes et être auditionnée. Katria pourrait voir qu’il s’agissait de quelque chose d’officiel puisqu’un petit droïde sphérique en lévitation enregistrait toute l’audition. Désormais Katria Dashiell était seule face à son Destin et elle devait assumer ses actes...Mais aussi grandir et s’affirmer, elle avait enfin une occasion de montrer au Conseil qui elle était et de changer de vie.
Voir le profil de l'utilisateur
Katria Dashiell
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 12/04/2017
Rang : Padawan
Localisation : Hapès
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Sam 26 Aoû - 16:21

Au sein de l'espace, personne ne l'avait entendu pleurer …
Mais lorsqu'ils avaient atteint les anciens territoires Hutt, les larmes de Katria avaient déjà disparues – ne laissant derrière elles qu'un visage marqué par la fatigue et la peine – mais c'était néanmoins avec courage et solennité qu'elle avait échangé quelques mots avec le père de Koyne, venu à leur rencontre afin de récupérer le corps de sa fille. Quelques mots, quelques explications, quelques excuses … auxquels l'ancien officier impérial Sith n'avait finalement répondu que par une tape sur l'épaule, un salut militaire et un cadeau un peu particulier : le sabre de Shadowsun. De cette poignée courbée pour le Makashi et qui renfermait un cristal noir extrêmement rare. De ce cadeau que la jeune femme aurait voulu refuser, mais qu'elle accepta pourtant d'un signe de tête tandis que ces deux-là n'avaient finalement échangé que bien peu de phrases. Parce qu'il n'y avait finalement pas grand chose à dire face à cette exécution cruelle.

Où allaient se rendre les parents et les proches de DuCade, son Acolyte n'avait pas été mise au courant, mais elle n'avait posé aucune question non plus. De même qu'elle n'avait demandé aucune justification aux membres du Crimson Elite qui avait souhaité resté ici et ne pas les suivre sur Hapès. Katria avait déjà du mal à opérer ses propres choix, alors il était absolument évident qu'elle n'irait pas se mêler de celui des autres.

Et puis …
Et puis s'en était donc suivies de longues heures de voyage vers Hapès justement, planète où l'arrivée avait été lourde de tensions larvées et de suspicions à peine dissimulées. Si personne n'avait bronché, il était toutefois évident que certains gardes comme certains Jedi n'avaient attendu qu'un dérapage – volontaire ou involontaire – pour dégainer leurs armes, mais dérapage il n'y avait pas eu. La jeune femme comme les membres du Crimson Elite s'étaient laissés menotter et enfermer sans commentaire, et c'était finalement au fond d'une cellule Hapienne que Dashiell avait échouée dans sa tenue de prisonnier. Dépourvue de tous ses biens – y compris le sabre de Koyne qu'elle avait confié à Potyme lui-même en lui faisant promettre d'en prendre soin en attendant de pouvoir le récupérer – et offerte à de longues heures de réflexion. Sur ce qui s'était passé. Sur cet avenir si incertain qu'elle n'arrivait même pas à en deviner les contours. Aujourd'hui prisonnière … mais demain ? Difficile à dire mais si une chose était bel et bien sûre, c'était que les heures à venir ne seraient pas les plus joyeuses de son existence. Mais pas les pires non plus dans la mesure où – aux dernières nouvelles – les Jedi ne pratiquaient toujours pas la torture si chère aux Sith.

Restait donc plus qu'à attendre …
À attendre que deux Sentinelles vinssent la prévenir qu'elle allait être auditionnée par le Conseil, et ce fut de nouveau menottes aux poignets qu'elle traversa de longs couloirs avant d'atteindre la vaste salle circulaire qui avait tant signifiée pour elle par le passé. Cette salle où elle serait devenue Chevalier Jedi si tout s'était bien passé. Cette salle où se trouvaient actuellement Maître Potyme ainsi que plusieurs autres Maîtres, connus ou pas. Certains affichant un visage neutre tandis que d'autres lui avaient l'air nettement plus hostiles.

Et son visage à elle ?
Blessée sur Bonadan, Katria arborait toujours cicatrices et bandages, mais même si la fatigue se lisait sur ses traits tirés, son visage demeurait pourtant assez neutre. Fermé. Trahissant ouvertement qu'elle était sur la réserve et qu'elle attendait donc le début des événements pour se faire une réelle idée sur la place qu'occuperait désormais l'Ordre Jedi tout entier dans son esprit. Bonne ou mauvaise …

Si tous ces Maîtres allaient la juger, elle les jugerait aussi.

Et tandis qu'elle fut invitée à s'asseoir, ce fut avec des gestes mesurés qu'elle vint effectivement prendre place sur le tabouret, échangeant alors un regard avec Potyme qui n'avait pas manqué de la rassurer plusieurs fois depuis leur départ de Bonadan. De ce comportement si altruiste et si désintéressé qu'il suscitait en la jeune femme autant de soulagement que de malaise. Comme elle avait été mal à l'aise avec Koyne et … et mieux valait ne pas y penser justement. Ne pas penser et simplement répondre à cette interrogatoire qui commençait déjà tandis qu'elle se releva.

« Katria Dashiell, née en 137 sur Ciutric IV. J'étais l'Acolyte de Darth Shadowsun. »

Inutile de l'appeler par son vrai nom de toutes façons, les Jedi ne connaissaient de Koyne que la Sith qu'elle était – ou qu'ils voulaient qu'elle fût – et le reste ne les concernait pas. Quant à cette qualification de ''témoin capital'', Katria se demandait s'il convenait de la trouver hypocrite tandis que l'endroit et l'instant lui laissaient une sensation douce-amère au fond du cœur : dans d'autres circonstances, Koyne aurait pu être une Jedi. Elle aurait pu être sa Maîtresse. Et Katria aurait pu passer fièrement devant le Conseil afin de devenir Chevalier Jedi à son tour.

Mais non …

« J'ai été la Padawan de Draeks Sei'Vys de 152 à 156, date à laquelle j'ai fuit pendant une mission. J'ai ensuite été capturée par les Sith et je suis devenue l'Acolyte de Darth Alarak avant d'être celle de Darth Shadowsun. »

Respectivement apprentie de la Main Invisible de Akni et des deux Poings de l'Empire successifs … pas besoin d'être un génie pour savoir à quoi ça ressemblait, et ce même si – au milieu de sa peine et de ses doutes – Katria voulait quand même y croire. Voulait quand même essayer d'y croire. Ne serait-ce que pour Koyne.

_________________




Voir le profil de l'utilisateur
K'Kruhk
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 26/03/2017
Rang : Grand Maître Jedi
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Sam 26 Aoû - 23:52
Je considérais celle qui nous faisait face avec attention. Dashiell se prêta au jeu avec une certaine résignation, comme si elle ne voyait pas d’autre possibilité que de se plier à ce simulacre d’interrogatoire. Elle n’était probablement pas dupe et savait que la forme n’était là que pour servir un fond beaucoup plus pragmatique : elle était clairement interrogée pour ses accointances avec le pouvoir Sith. Sans pour autant modifier mon comportement, j’écoutais ses réponses qui étaient sincères pendant que les autres Maîtres semblaient tout aussi attentifs que moi. Nous avions désormais face à nous une personne qui avait quitté l’Ordre pour rejoindre les Siths et qui avait été dans les hautes sphères. Cette occasion ne se représenterait plus et même si cela pouvait être discutable, nous devions auditionner Dashiell pour qu’elle parle, cela nous donnerait suffisamment de cartouches dans une négociation avec d’éventuels partenaires.

Pourtant je ne pouvais ignorer le comportement de Katria Dashiell, l’Acolyte semblait au bout du rouleau. Ses cicatrices, ses blessures et cette expression fatiguée qui peuple le visage de ceux qui ont combattu et vu des choses qui n’auraient pas dû voir. Je comprenais désormais le Maître Potyme lorsqu’il m’avait dit que cette jeune femme revenait de l’enfer. Je devais donc moduler mon discours et tenter de m’en tenir aux faits. Qui savait ce que cette jeune femme avait pu endurer chez les Siths ? Notamment en venant de chez les Jedi, d’autant plus que les archives et le dossier de Dashiell ne dépeignait pas le profil du Jedi Noir classique. Dashiell à son entrée dans l’Ordre était une novice placide et qui n’avait rien d’un monstre d’agressivité qu’on attendrait pour une Acolyte du numéro 2 du régime Sith. Encore une nouvelle énigme qu’il allait falloir résoudre, surtout à l’annonce qu’elle avait été Acolyte d’Alarak. Ce fut d’ailleurs ce qui devait motiver mes questions suivantes. Sei’Vys avait déserté au moment de la désertion de Dashiell et nous aurions pu légitimement croire qu’elle l’avait assassiné, or Sei’Vys était désormais un Seigneur Sith selon les dires de Potyme, il y avait donc une réalité bien plus complexe qui devait être élucidée. Acquiesçant lentement, je marquais une pause.

A partir de maintenant, je n’avais plus le choix, j’allais devoir entrer dans le vif du sujet, aussi douloureux cela soit-il et aussi délétère cela soit-il pour Katria Dashiell. Maître Potyme m’avait parlé d’une possible réintégration dans l’Ordre, mais cela n’était politiquement pas possible, pas immédiatement en tout cas. On nous reprochait d’être trop laxistes et nos détracteurs nous reprochaient parfois d’être trop neutres, parfois trop partisans, je devais donc régler cette affaire avec délicatesse. Je devais orienter les questions de manière à prouver que Dashiell collaborait et y mettait du sien, essayer de lui donner la possibilité de se racheter ou au moins de prouver qu’elle n’était pas un monstre ou une Sith par volonté de gagner du pouvoir et de devenir celle qui allait conquérir la galaxie. Je savais aussi que poser une question trop directe laisserait une possibilité de penser qu’elle tentait de nous manipuler.


-Pouvez-vous nous décrire dans quelles circonstances vous avez été recrutée chez les Siths ? Comment avez-vous été sous le mentorat d’Alarak ? Comment décririez-vous vos relations vis-à-vis de Darth Alarak ?

Je savais pertinemment qu’Alarak avait été tué par DuCade et la connexion avait été faite avec Dashiell, je me doutais bien que c’était à la suite de la chute d’Alarak que Dashiell avait rejoint DuCade. Le fait qu’un Acolyte d’un Sith déchu rejoigne celui qui l’avait assassiné était peu commun, j’étais donc persuadé que je devais continuer dans cette direction. En évoquant ce sujet, je comptais réussir à percer la carapace de Dashiell, la forcer à réagir et à s’exprimer sur son sentiment concernant ses précédents Maîtres. Une longue stratégie qui permettrait de l’amener à s’ouvrir et à communiquer ses réelles aspirations…Là et seulement là, nous pourrions juger si elle était une Sith par choix ou si elle avait été entraînée par le tourbillon de l’Histoire.
Voir le profil de l'utilisateur
Katria Dashiell
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 12/04/2017
Rang : Padawan
Localisation : Hapès
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Dim 27 Aoû - 0:50

Si les premières questions avaient été assez générales, les suivants ne manquèrent pas d'être beaucoup plus directes et indiscrètes, mais cette stratégie n'étonnait finalement pas Katria qui se doutait bien de la raison de sa présence ici. Gamine paumée au milieu des Sith et qui – dans les fantasmes de tous ces Jedi rassemblés ici – devait sans doute détenir bien des secrets dont ils pourraient ensuite user pour gagner la guerre. Par la Force, qu'ils étaient naïfs. Et qu'ils allaient être déçus lorsqu'ils sauraient …

Mais si ces nouvelles interrogations n'étaient pas étonnantes, il n'en demeurait pas moins que la jeune femme s'était légèrement crispée en les entendant, de ce réflexe très rapidement acquis chez les Sith mais qui entrait malheureusement en contradiction avec les Jedi : ne jamais montrer ses faiblesses. Jamais. En aucun cas. D'aucune façon. Sous peine d'en payer le prix au centuple ! Une leçon que Alarak s'était fait fort de lui apprendre dès les toutes premières heures de son apprentissage sous son joug, et si Koyne ne partageait pas ces manières de brute, elle n'avait toutefois jamais été réellement curieuse de son passé chez son rival. Par pudeur et par respect pour elle. De cette pudeur, de ce respect, et de cette fierté propre à tout être humain que Katria allait devoir mettre de côté si elle ne voulait pas être condamnée avant même d'avoir eu sa chance.

Elle devait répondre.
Sans doute avec plus de détails qu'elle n'en avait jamais fourni à personne …

« Lors d'une mission sur Roon, j'ai fuit Sei'Vys et je me suis cachée sur la planète où j'ai passé plusieurs semaines. C'est là que Darth Alarak m'a traquée et capturée, et il a ensuite décidé de faire de moi son Acolyte. »

Des faits, simplement des faits.
Même s'ils étaient édulcorés.
Même s'ils finiraient bien par aboutir sur un sujet qu'elle ne voulait pas aborder justement.

« Il ne m'a pas laissé le choix d'accepter ou de refuser, et j'ai été contrainte de me soumettre à lui pour survivre. Et concernant nos ''relations'', je dirais quelles étaient plutôt … particulières. Il arrivait à Alarak d'être patient et pédagogue par moment. Et d'être violent et sadique à d'autres. »

Violent et sadique … douce manière de décrire de longs mois de tortures et de terreur, mais il fallait croire que l'ego même piétiné de Dashiell existait encore assez pour lui permettre de conserver certains détails pour elle. Et puis des Jedi devaient être trop nobles et trop droit moralement pour avoir réellement besoin – envie – d'entendre le récit de ses souffrances par le menu … n'est-ce pas ?

« Mais si la question était de savoir s'il avait confiance en moi au point de me faire des confidences, alors la réponse est non. Mon statut a toujours été plus proche du chien que de l'Acolyte. »

S'ils espéraient vraiment, alors ils étaient naïfs.
Et s'ils étaient naïfs, cette déclaration devrait sans doute être assez claire pour qu'ils pussent comprendre. Claire mais peut-être un peu trop sèche pour eux, preuve s'il en était besoin que la jeune femme était irrémédiablement trop lasse pour encore jouer l'hypocrite ou la gentille gamine.

_________________




Voir le profil de l'utilisateur
K'Kruhk
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 26/03/2017
Rang : Grand Maître Jedi
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Dim 27 Aoû - 15:09
L’interrogatoire se poursuivait. Je n’étais pas dupe, je savais que Dashiell donnait le moins de détail possible, elle répondait aux questions de manière concise et l’exercice ne lui plaisait pas. Chez les Siths, cela lui aurait valu une correction mémorable, elle devait le savoir aussi. Toute cette audition pouvait paraître hypocrite, mais il n’en était rien : les Maîtres du Conseil savaient pertinemment si elle mentait ou pas et vu qu’elle n’avait eu aucune remarque pour l’instant, cela voulait dire que les réponses convenaient. Il était évident que nous avions déjà une partie des informations qu’elle avait données et pourtant, nous avions posé les questions. Je sentais parmi mes collègues une certaine volonté de poser des questions aussi, sans doute pour entrer dans le vif du sujet. En fait, je savais ce qu’ils attendaient tous, ils voulaient des informations qui cibleraient les véritables objectifs de cette audition. Parce que oui, Dashiell était bel et bien un témoin capital et pas une accusée. Le système Sith était suffisamment complexe dans sa  violence et dans le formatage de ses recrues pour avoir torturé Dashiell jusqu’à ce qu’elle devienne ce qu’ils voulaient qu’elle devienne. Qui savait réellement ce qu’elle avait pu endurer ? Pourtant elle faisait preuve d’un calme peu commun, je savais que les membres du Conseil ici présents s’attendaient à plus de violence et de résistance, c’était pour cela que nous l’avions faite menotter. Vaine mesure puisque Katria Dashiell était apparue comme fatiguée et presque résignée. Ce n’était de toute manière pas le comportement qui était attendu d’une personne qui avait côtoyé et servi les hautes sphères des Siths.

Contrairement à tout ce qu’on aurait pu penser, j’étais très heureux de la tournure que prenaient les évènements. Dashiell ne semblait pas avoir été formatée par les Siths, ainsi Alarak et les autres et cela en dépit du bain de violence qu’elle avait subie. Shadowsun n’était pas réputée pour être une Sith très rigoriste, en fait sa mentalité la rapprochait plus des Jedi et l’Ordre avait vu d’un très bon œil son ascension. En ce sens, cela jouait en faveur de Dashiell qui ne perdait pas son sang-froid. Bien sûr, tout cela devait être confirmé par des investigations plus poussées. Pour l’instant il fallait terminer l’audition. Je savais cependant que j’aurais une conversation avec Katria Dashiell en présence d’Arlan Potyme après l’audition.

J’acquiesçais lentement à la demande tacite d’un des Maîtres de prendre la parole. Il s’agissait d’une femme d’âge mûr, au visage pourtant encore frais qui avait de longs cheveux noirs et raides et les yeux bridés. La Maîtresse Jedi avait une gestuelle qui se voulait rassurante et qui n’avait rien d’inquisiteur. En fait, elle voulait même tenter de rassurer Dashiell.


-J’aimerais revenir sur votre instruction auprès du Maître Jedi Draeks Sei’Vys. Diriez-vous que Maître Sei’Vys avait un comportement étrange de la part d’un Jedi lorsque vous étiez sa Padawan ? L’avez-vous vu avoir des comportements suspects ? Auriez-vous eu des raisons de penser qu’il était déjà intéressé par des disciplines du Côté Obscur ou qu’il soit secrètement plutôt un Sith ou un Jedi Noir ?

La Maîtresse marqua une pause. Sa voix était douce et rassurante et dévoilait les véritables objectifs de l’audition : faire la lumière sur Sei’Vys et les autres Siths. En fait, l’ancien Maître Jedi était désormais la cible du Conseil, ce qui n’avait rien d’étonnant en y réfléchissant, Sei’Vys était censé être mort depuis longtemps. La Maîtresse Jedi ne s’arrêta pas là, elle continua sur le même ton.

-Lorsque vous avez revu Draeks Sei’Vys chez les Siths, quel était votre sentiment quant à ses aspirations et ses objectifs ?
Voir le profil de l'utilisateur
Katria Dashiell
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 12/04/2017
Rang : Padawan
Localisation : Hapès
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Lun 28 Aoû - 0:20

Le bal des questions était donc réellement lancé …
Sur elle, sur les événements, sur ce qu'elle pouvait savoir des Sith. Mais bientôt, ce fut une Maîtresse Jedi qu'elle ne connaissait pas qui prit la parole pour enchaîner sur les interrogations de K'Krukh, et son comportement était finalement aussi rassurant que ses questions. Sans doute parce que ces dernières ne concernaient pas directement Katria mais Sei'Vys, lui permettant ainsi de repousser l’inéluctable épreuve des accusations qui ne manqueraient pas d'apparaître lorsqu'il lui faudrait avouer certaines de ses erreurs. Ou les dissimuler par un mensonge. Pratique qu'elle n'avait jamais appréciée et n'appréciait pas davantage aujourd'hui, mais face à ce Conseil même restreint, la jeune femme ne savait toujours pas si certains de ses aveux ne seraient pas susceptibles de la condamner.

« Quand il a commencé à s'occuper de moi, il était froid et sévère, assez mutique également, et il n'a pas tardé à passer sa frustration sur moi lorsque les missions ne se passaient pas comme il l'espérait ou qu'il apprenait des nouvelles qui ne lui plaisaient pas. Ça a commencé par des commentaires acerbes puis des engueulades et des humiliations, puis ça a basculé sur de la violence physique. Il a aussi commencé à avoir de véritables crises de colère. Mais … à ce moment-là, ça faisait déjà quelques temps qu'il trouvait toujours une bonne raison pour ne pas rentrer sur Ossus, alors je n'ai jamais pu en parler à qui que ce soit. »

Alors, son comportement était-il suspect ?
Pouvait-il déjà être qualifié de Jedi Noir ou de Sith ?
À vrai dire, Katria ne s'était jamais réellement posé la question en ces termes – trop occupée qu'elle avait été à encaisser du mieux possible et à éviter ces brimades – et elle se garda bien de poser un avis tranché. Dans sa situation, elle savait pertinemment bien qu'être factuelle était la meilleure des solutions, libre ensuite au Conseil Jedi de tirer les conclusions qui s'imposaient.

Mais pour le reste …
Savoir quel était son sentiment par rapport à la résurrection presque miraculeuse du Bothan était en revanche beaucoup plus délicat, surtout dans la mesure où elle ne pouvait pas se targuer de vraiment connaître ses aspirations et ses objectifs. Parce qu'il ne les avait bien entendu pas partagé avec elle. Parce qu'elle ne pouvait que supputer. Et que toutes ces suppositions étaient susceptibles d'être marquée par la terreur sans nom qu'elle avait ressenti à ce moment-là.

« J'ignore quels sont ses objectifs et ses aspirations, mais je sais qu'il siège au Magistère sous le nom de Darth Lustrum, qu'il est très proche de Akni, et qu'il est également son exécuteur personnel. Mais pour le reste, ce ne sont que des suppositions et vu que la mise en scène entre eux avait l'air d'être soigneusement préparée, il est assez difficile de savoir quels objectifs ils poursuivaient réellement. »

S'emparer de Bonadan ? Tuer Koyne ? Les deux en même temps ?
Autant dire que rien n'était vraiment sûr, et même si Akni avait confié à Katria qu'elle avait ordonné à Sei'Vys de la ramener en vie et en bon état, il y avait tout de même de fortes probabilités pour qu'il ne s'agît là encore que de manœuvres de leur part.

« Mais par contre … je l'ai trouvé beaucoup plus calme et plus posé que du temps où il était Jedi, il n'a eu aucune crise de colère ni aucun mouvement d'humeur, et même ses menaces ont été émises avec le plus grand des calmes. Il a beaucoup changé et je l'ai trouvé … »

De cette phrase interrompue, de cette nouvelle plongée dans ses réflexions tandis que la jeune femme cherchait manifestement ses mots afin de qualifier le Bothan le plus justement possible.

« Son aura était plus sombre que celle de pas mal de Sith que j'ai pu croiser … mauvaise et vicieuse … et il a savouré pleinement tout ce qu'il a pu déclencher autour de lui. »

Son choc, sa peur, la mort de Koyne, sa douleur sans borne … tel un prédateur vicieux et sadique, cette enflure de Sei'Vys avait profité du spectacle et s'en était nourri, et ce simple souvenir mit de nouveau Dashiell mal à l'aise.

_________________




Voir le profil de l'utilisateur
K'Kruhk
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 26/03/2017
Rang : Grand Maître Jedi
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Mar 29 Aoû - 20:45
Les membres du Conseil écoutaient très attentivement ce que disait Katria Dashiell, je pouvais le ressentir en eux. En fait, la partie réelle de l’audition commençait désormais. Dashiell semblait avoir réussi à rester neutre par rapport aux événements qu’elle décrivait et qui pourtant étaient dramatiques. Je savais de par les antécédents du dossier que c’était probablement à cause de Sei’Vys qu’elle avait déserté l’Ordre. En fait, nous commencions à nous poser des questions à son sujet au moment où le Maître Jedi avait disparu. Les connexions n’étaient pas évidentes et nous n’avions pas tout vu, pourtant, dès lors que l’existence de Darth Akni a été avérée et que nous l’avons identifiée comme une ancienne des nôtres, nous avions a posteriori compris que Sei’Vys était au mieux un Jedi Noir, au pire un Sith, nous l’avions cependant déclaré mort. Quelle pouvait-être ma surprise de le revoir vivant. Les monstres se tapissent dans l’Obscurité pendant des années avant de sortir brusquement pour happer une proie suffisamment naïve ou inconsciente pour s’approcher de leur tanière.

Je n’avais pour l’instant pas d’élément suffisant pour juger franchement Dashiell. Je n’étais en fait pas habilité à la juger, je cherchais plutôt à la comprendre, à savoir quel était son moteur. Jusqu’à présent, elle s’était cantonnée à une description factuelle des événements de sa vie de Sith. Je me devais de tenter de briser ce plafond de verre afin de voir réellement quelles étaient ses émotions. Bien évidemment, cela ne pourrait se faire sans terminer le sujet en cours, puisque si ce Lustrum nous intéressait, c’était bel et bien Akni qui nous intéressait davantage. Malgré de très nombreuses investigations et sessions extraordinaires du Conseil, nous n’avions jamais réussi à comprendre Darth Akni. C’était d’ailleurs ce qui ressortait de la bouche de Dashiell qui avouait ne pas connaître les objectifs véritables d’Akni et de Lustrum. Sei’Vys avait beau être un être diabolique, il était sous la coupe d’Akni et avait donc pu bénéficier d’une formation accélérée à ses côtés. Si ce dernier était un exécuteur, il était sans doute autre chose et je comptais bien mettre Dashiell sur la voie. Je pris donc la décision de reprendre la parole.


-Merci pour ces précisions, Mademoiselle Dashiell. Darth Lustrum, ou Draeks Sei’Vys fut le Padawan d’Hélène Auria qui devint ultérieurement Darth Akni. Si Maîtresse Auria initia le jeune Sei’Vys au Code, ce dernier était très porté sur les arts martiaux et permit à sa Maîtresse de gagner en adresse au sabre, point sur lequel il l’avait dépassé très rapidement. Les enseignements d’Auria étaient extrêmement durs et il est possible qu’ils aient été mal interprétés par le jeune Draeks...En fait, il est très possible qu’Auria ait elle-même travesti l’essence de certains de nos fondamentaux. Le lien entre Sei’Vys et Auria était très fort, certains ont d’ailleurs voulu les séparer à cause de cela, c’était un danger...Aujourd’hui Sei’Vys a rejoint sa seule source d’influence réelle qui a dû terminer sa formation. Il est d’ailleurs très probable que Lustrum lui permette toujours de s’entraîner et de gagner en agressivité au sabrolaser.

Il serait très difficile pour Katria Dashiell de savoir si je m’adressais à elle ou à l’assemblée. En réalité, je m’adressais aux deux composantes, c’était plutôt une piste de réflexion qu’une affirmation. J’émettais l’hypothèse que l’influence de Lustrum sur le pouvoir Impérial Sith soit bien plus importante que celle d’un simple exécuteur. C’était en fait très logique, quel intérêt aurait eu Akni à accepter un ancien Padawan, reliquat de son passé de bibliothécaire au temple Jedi, si ce dernier n’avait pas eu un certain intérêt à ses yeux. Pouvait-on parler d’influence ? Il était trop tôt pour le dire et je ne souhaitais pas m’engager dans de telles supputations. La suite des investigations nous le diraient bien assez tôt. Il fallait désormais en savoir plus sur Akni et c’était ce que je comptais faire. Je me tournais à nouveau vers Katria, la fixant de mon regard calme, presque apaisant en dépit de mon apparence que les humains jugeaient en général comme monstrueuse.

-Mademoiselle Dashiell, j’aimerais en profiter pour évoquer Darth Akni. A ce que vous venez de sous-entendre et de ce que je sais, vous l’avez rencontrée personnellement, n’est-ce pas ? Pourriez-vous nous en dire plus à son sujet ? Vos Maîtres successifs parlaient-ils d’elles ? La rencontraient-elle fréquemment ? Que disaient les Siths à son sujet ?

Je marquais un pause, comme pour réfléchir à la façon de mieux poser ma problématique et mes questions qui s’enchaînaient. En fait, je dessinais là un profil d’une batterie de question visant à forcer Dashiell a réfléchir à décrire Akni. Je repris après ma pause avec une diction parfaite et cette même voix posée et gutturale qui me caractérisait tant.

-Ce que je veux savoir, c’est réellement comment les autres Siths percevaient Akni, ce qu’ils en pensaient réellement. J’aimerais également que vous nous parliez de ce que VOUS vous avez ressenti en la voyant. Pour terminer, j’aimerais que vous commentiez la relation entre Akni et Lustrum, pas seulement ce que vous avez vu, non, mais vraiment votre sentiment vos impressions à ce sujet.


Je laissais désormais toute latitude à Katria Dashiell pour répondre à ces questions qui faisaient désormais appel à son propre jugement et pas simplement à des réponses standardisées ou simplement détachées.

Voir le profil de l'utilisateur
Katria Dashiell
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 12/04/2017
Rang : Padawan
Localisation : Hapès
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Mer 30 Aoû - 0:07

Suite à ses réponses concernant Sei'Vys, ce fut cette fois-ci K'Krukh qui reprit la parole pour la remercier et commenter ses informations … mais d'une manière si étrange que la jeune femme ne put s'empêcher de froncer les sourcils. Sans doute parce que le Whiphid – de cette race si particulière qu'elle inquiétait beaucoup de monde là où Katria n'était absolument pas troublée par son allure presque bestiale – était en train de dépeindre le Bothan avec une humanité qui sonnait bien faux à ses oreilles. Sans doute parce qu'à ses yeux, il n'était pas ''le jeune Draeks'' très doué dans la pratique du sabre et ayant subi l'enseignement très dur de sa maîtresse, mais juste un connard sans nom qui avait ruiné sa vie non pas une fois, mais bien deux fois. Un monstre qui avait tué la seule personne qui comptait pour elle. Le monstre de sous le lit, celui qu'on redoutait sans voir, mais qui malheureusement n'avait pas hésité à se montrer.

Mais pour autant, Katria s'abstint de tout commentaire sur la question, se contentant d'attendre sagement que la suite voulût bien venir. Venir quelques instants plus tard, tandis que le Grand Maître s'intéressa cette fois-ci à Akni elle-même. Aux rumeurs de couloir comme à son propre ressenti là où la jeune femme préférait justement ne pas le partager …

« Alarak était très proche d'elle et ils se rencontraient assez fréquemment. Il avait énormément de respect pour elle, voire même de fanatisme tant il suivait scrupuleusement le moindre de ses ordres. Mais pour le reste, il ne m'a encore une fois jamais fait de confidences, donc j'ignore jusqu'où pouvait aller sa dévotion. »

Difficile d'ailleurs de ne pas se souvenir de l’exhalation de son ancien Mentor chaque fois qu'il répandait le sang de ceux qui osaient se dresser contre la One Sith, mais la jeune femme ne crut pas forcément utile de rappeler combien l'ancien Poing de l'Empire avait pu se montrer zélé dans sa cruauté. Quant à Koyne, son état d'esprit était par contre bien différent …

« Shadowsun était beaucoup moins proche d'elle par contre, et elles ne se rencontraient que le minimum utile. Si elle lui avait fait confiance au début, elle n'appréciait par contre pas sa manière de diriger le One Sith … et le fait que Akni maîtrise le Transfert d'Essence la répugnait profondément. DuCade estimait qu'il s'agissait là d'une technique absolument contre-nature et que l'utiliser en disait long sur celui ou celle qui la pratiquait. »

Mais devant ces Maîtres Jedi sans doute rebutés par la moindre parcelle de Magie Sith, est-ce que cet argument trouverait vraiment un écho ? Difficile d'en être sûre, mais dans la mesure où ces questions ne la mettaient pas en danger et quelles concernaient principalement Akni, la jeune femme ne voyait pas de raison de se taire.

« Pour les autres Sith par contre, c'est plus délicat. Les Sith ne discutent pas forcément beaucoup entre eux, ou en tout cas pas avec de simples Acolytes, et pas de ce genre de sujet sensible. Je pense qu'elle a une majorité de fidèles malgré ses détracteurs, et que ces derniers sont de toutes façons trop terrifiés par son pouvoir pour oser se lever contre elle. Après le massacre de Korriban en tout cas, ils se sont fait beaucoup plus discrets. »

Non, les Sith ne papotaient pas simplement entre eux, et le statut très particulier de Katria l'avait clairement mise encore davantage à l'écart qu'elle ne l'était déjà. Parce qu'elle était l'apprentie du Poing de l'Empire, et parce que cette place-là était aussi prisée que dangereuse chez les Sith. Et pour le reste … ce n'était franchement pas sur Erinar qu'elle avait eut l'occasion de discuter !

Mais malheureusement, le reste des questions de K'Krukh étaient soudainement plus personnelles, et Katria allait donc devoir ruser pour encore pouvoir louvoyer un peu. Juste encore un tout petit peu …

« Concernant Sei'Vys et Akni, ils sont très proches, c'est évident. Il s'est permis de prendre la parole sans son autorisation alors qu'elle est très très à cheval sur le protocole au point d'avoir tué des officiers ou des Sith qui ont parlé sans qu'elle ne les y autorise. Elle m'a aussi affirmé qu'elle lui avait donné des ordres très précis pour qu'il ne s'en prenne pas à moi sur Bonadan et qu'il me ramène en bon état, mais j'ai beaucoup de doutes sur ça. Leur jeu était parfaitement rodé, alors je pense qu'il ne s'agissait que de manipulation. Mais par contre … je ne suis pas sûre qu'elle s’entraîne encore au sabre, surtout vu les ''particularités'' qui découlent du Transfert d'Essence. »

Supposition, simple supposition.
Mais dans la mesure où elle était très probablement la seule pratiquante de Magie Sith ici présente, peut-être n'était-il pas si inutile de le préciser. Là où, au contraire, elle n'avait pas vraiment envie de partager son ressenti comme elle l'avait fait – en plein moment de détresse – avec Potyme. Mais après tout, si elle l'avait dit à lui, sans doute avait-il déjà tout répété au Conseil, non ?

« Me concernant … j'ai trouvé son aura vraiment très étrange, comme si elle se fondait directement dans le Côté Obscur présent sur Korriban. Elle n'a pas grand chose d'humain et sa puissance est monstrueuse. »

Et qu'elle éludait, et qu'elle éludait …
Mais dans le fond, tous ces Jedi avaient-ils réellement besoin qu'elle leur confessât avoir été terrifiée là où ils pourraient très certainement le deviner par eux-mêmes ? Ne serait-ce que parce que toute personne saine d'esprit aurait ressentit de la peur voire du dégoût face à un montre comme Akni.

_________________




Voir le profil de l'utilisateur
K'Kruhk
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 26/03/2017
Rang : Grand Maître Jedi
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Mer 30 Aoû - 20:31
J’écoutais Katria Dashiell...Plus à la lumière de la Force qu’avec mes sens. Je voulais comprendre ses émotions et ses réactions. Je savais que Maître Potyme avait les yeux braqués sur moi, il cherchait à comprendre ce que je pensais, très soucieux de savoir si j’allais donner du crédit ou pas à sa démarche. Mais avant de lui donner un quelconque aval, Dashiell devait être examinée. Ses informations concernant le revers qui s’était opéré entre le comportement d’Alarak et celui de DuCade, dans un monde d’apparences tel que celui constitué par une société de Siths, il n’était pas étonnant que tout cela nous soit passé inaperçu. Nous suspections comme automatique les conflits de pouvoir entre Siths et nous avions de très nombreuses fois considéré que le Poing de l’Empire aspirait forcément à combattre l’Impératrice en duel ou à chercher à l’abattre, de la même manière, les Siths du Magistère n’étaient que des candidats au poste de Poing de l’Empire. L’Impératrice avait à nos yeux été suffisamment habile pour maintenir un climat de rivalité et réussir à mener Alarak et Shadowsun à s’entre-tuer. La réalité était bien plus nuancée et nous étions obligés de constater que la société Sith proposée par Akni -aussi jeune soit-elle- avait réussi à renverser tous les stéréotypes Siths. Ainsi nous avions une fois de plus sous-estimé la puissance et l’influence d’Akni qui avait de réels appuis et pas simplement des adversaires qu’elle réussissait à monter les uns contre les autres afin qu’aucun ne réussisse à supplanter les autres. Le décès de DuCade n’était donc pas simplement imputable à une querelle d’influence mais était réellement un assassinat politique par un agent de Darth Akni qui avait vu en elle une menace, sans doute à cause de son influence auprès des militaires. Diriger un Empire aussi vaste se heurtait à une difficulté majeure : réussir à imposer ses idées et pourtant gérer une armée qui se répandait au sein de la galaxie et devait pourtant maintenir ses lignes de communication. Les possibilités de coup d’état militaire devaient être très importantes et comme Akni n’était pas une soldate, elle avait des lacunes évidentes en stratégie. De nouveaux éléments qui éclairaient les récits de Dashiell qui semblait revivre une certaine frayeur lorsqu’elle évoquait le sujet de Sei’Vys.

J’avais écouté l’histoire de Dashiell et il était désormais évident que j’étais le seul à pouvoir continuer cette discussion. Les autres Maîtres étaient sur la réserve, sachant que le sujet de la Magie Sith était sensible et extrêmement difficile à traiter. Hélène Auria s’était noyée dans l’Obscurité et s’était perdue sur le chemin des ténèbres en tentant de la comprendre et de l’étudier. Pour ma part, j’étais armé grâce à mes années d’expérience, je connaissais les mécanismes qui tentaient les Jedi pour venir vers le Côté Obscur. Je savais également que j’avais failli y succomber, mais étrangement, je ne me reconnaissais pas dans le profil de Dashiell...Je ne reconnaissais pas non plus tous ceux que j’avais vu y succomber. La plupart finissaient agressifs, mauvais et incontrôlables, certains encore y succombaient par ignorance ou après avoir été manipulés. Dashiell ne semblait pas appartenir à un de ces profils...Elle ne semblait même pas s’être faite une religion du Côté Obscur.


-Que savez-vous du Transfert d’Essence ? Vous semblez connaître le sujet, ou tout du moins savoir de quoi il s’agit, je ne ressens en vous pourtant aucune convoitise. C’est un grand pouvoir et je connais pourtant beaucoup d’illustres Maîtres Jedi qui seraient tentés au point de succomber s’ils étaient face à un tel pouvoir...Je ne saurais moi-même pas comment réagir face à la promesse d’une telle puissance qui pourrait nous envahir. Vous pratiquez la Magie Sith après tout, n’avez-vous jamais voulu acquérir plus de pouvoir ? Cela aurait été facile en vous rapprochant d’Akni non ? Pourquoi avoir finalement fait le choix de Koyne DuCade alors que vous étiez sur Bonadan ? Vous auriez pu trahir Maître Potyme et son Padawan et ainsi piéger votre Maîtresse et rentrer sur Korriban pour apprendre auprès d’Akni. N’est-ce pas Koyne DuCade qui vous avais envoyée au front d’Erinar qui fut une des batailles les plus sanglantes de l’année dernière, il aurait été plus qu’acceptable, voire même stratégique et logique de la trahir.Pourquoi ne l’avez-vous pas fait ?


La question était loin d’être anodine et loin d’être évidente. Mes affirmations et mes suppositions étaient réelles : après tout DuCade était suffisamment puissante pour pouvoir combattre Akni, ce qui aurait déstabilisé l’Empire politiquement, en dépit de la peur qu’exerçait Akni sur Dashiell, je voulais réellement comprendre quelles étaient les motivations de Dashiell, sans le lui demander directement. Cela me permettait aussi de faire une rapide transition avec son expérience au front, dernier point qui confirmait que j’avais parlé avec Potyme...Cela n’était pas quelque chose que je souhaitais cacher après tout.
Voir le profil de l'utilisateur
Katria Dashiell
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 12/04/2017
Rang : Padawan
Localisation : Hapès
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Jeu 31 Aoû - 0:56

« Je vous demande pardon ?! »

Si la question n'était que rhétorique, Katria venait surtout de la laisser tomber d'un ton un peu trop sec pour être réellement anodin, et il lui fallut quelques secondes pour se calmer. Pour apaiser cette blessure que K'Krukh venait de lui infliger en lui demandant pourquoi elle n'avait pas trahi Koyne au profit de Akni, ce qui lui aurait paru beaucoup plus stratégique voire même logique. De cette sale logique de Sith que la jeune femme avait pu constater de ses yeux et qui n'amenait jamais rien de bon. Jamais …

Mais après une expiration et un effort pour retrouver sa neutralité, Dashiell préféra surtout commencer par le commencement, et ainsi aborder le Transfert d'Essence qui – aux yeux du Grand Maître – paraissait être le pouvoir le plus ultime possible. Panacée fantasmée et cruelle qui ne devait guère faire rêver que les idiots qui n'en connaissaient pas les secrets ni les conséquences.

« Le Transfert d'Essence n'est pas un grand pouvoir, ce n'est ni plus ni moins qu'une condamnation qui ne fait fantasmer que les gens trop crédules pour y croire. Même les Sith n'osent majoritairement pas y toucher, et beaucoup d'ouvrage de Magie Sith déconseillent plus que fortement de ne serait-ce qu'essayer. C'est une technique qui consiste à transférer  son esprit dans un autre corps, mais elle a beaucoup d'inconvénients. Déjà, la maîtriser est extrêmement compliquée et débouche quasiment toujours sur la mort de la personne qui essaye, ou au moins lui inflige des stigmates irréversibles et qui amènent ensuite à une longue agonie. Le corps se dégrade, l'âme est mutilée … ça n'a rien de salutaire, bien au contraire. Et en cas de réussite, l'âme est là aussi comme abîmée, comme si elle perdait une partie d'elle-même qui se serait perdue en chemin. Et les corps d'emprunts – qu'ils soient de véritables hôtes ou alors des clones comme pour Akni – vieillissent ensuite et se dégradent plus vite que la normale. Obligeant ainsi à un nouveau transfert qui mutile encore une fois l'âme et dégrade plus vite encore le nouveau corps. Et ainsi de suite jusqu'à devenir un cadavre en sursis qui n'a plus grand chose d'humain. »

Un exposé bien sombre que Katria venait d'expliquer avec autant de tact et de détachement que possible, et ce même s'il était assez évident que ce procédé la révulsait profondément. Comme les sous-entendus de K'Kruk la révulsaient également tant ils étaient insultants !

« Et non, il n'aurait été ni stratégique ni logique de trahir Koyne : elle m'a sauvée la vie, elle m'a protégée et elle a fait de moi son Acolyte. Elle n'a pas seulement été une Maîtresse à harceler comme un chien, mais une femme bien plus droite et bien plus morale que beaucoup de gens que j'ai pu croiser jusqu'à aujourd'hui. Elle ne rêvait pas d'un monde de rats qui s’entre-dévorent, elle voulait un régime stable où chacun aurait trouvé sa place, raison pour laquelle elle était très appréciée des militaires placées sous son commandement. »

Koyne n'était ni un enjeu ni une proie potentielle, Koyne avait tout été pour elle. Et sa mort encore trop récente laissait toujours une plaie béante dans le cœur de celle qui se retrouvait désormais bien seule sans elle.

« Et elle ne m'a pas forcer à aller sur le front d'Erinar, j'ai accepté d'y aller parce qu'elle avait besoin de quelqu'un pour surveiller Darth Venena qui était une proche de Darth Maladi, parce qu'elle craignait le piège mais aussi le bain de sang gratuit que Venena aurait pu perpétrer par simple fanatisme. »

Non, Koyne ne l'avait pas forcée, elle ne l'avait jamais forcée à rien. Au contraire, elle avait toujours été là pour la soutenir et la guider, et sans cette figure rassurante à ses côtés, Katria aurait bien dû avouer qu'elle se sentait perdue. À fleur de peau et l'âme en peine même si elle demeurait toujours droite et aussi calme que possible. Pour au moins suivre son exemple et ne pas lui faire honte.

_________________




Voir le profil de l'utilisateur
K'Kruhk
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 26/03/2017
Rang : Grand Maître Jedi
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Jeu 31 Aoû - 17:13
Je voyais cette lueur dans le regard de la jeune Dashiell : un regard de colère et de révolte à l’évocation d’une potentielle trahison de sa Maîtresse. Elle y était donc attachée, attachée au point de la défendre devant le Conseil des Jedi et de défendre sa mémoire publiquement. Pourtant, que restait-il de sa Maîtresse aujourd’hui ? Le souvenir d’une mission chaotique sur Bonadan et finalement un rêve qui se mourait. Aujourd’hui Katria Dashiell s’était retrouvée menottée et enfermée dans une des geôles du Temps Jedi sur Hapès. Un bien triste parcours auraient dis certains. Pour ma part, je ne réagissais pas à ses réponses qui pourtant s’efforçaient d’être plus calmes que sa première réaction.

Une plaidoirie...Que dis-je, une tribune contre le Transfert d’Essence, voilà ce que faisait Katria Dashiell. Je ne pouvais pas lui en vouloir, elle semblait connaître le sujet, au moins dans les tenants plus techniques de cette méthode. Ainsi, c’était une technique interdite qu’avait utilisée Akni pour acquérir un corps plus jeune et plus vigoureux mais aussi asseoir son pouvoir. Je connaissais ses motivations en l’utilisant mais je ne connaissais pas vraiment les inconvénients de cette technique qu’il était même interdit d’évoquer chez nous. Les Jedi vivait très mal le fait que quelqu’un veuille briser le cycle et faire en sorte de contourner l’aspect éphémère des choses, nous devions retourner à la Force quoi qu’il arrive. Même au sujet du front d’Erinar, Katria Dashiell défendait sa Maîtresse qui apparemment voulait qu’elle enquête sur des Siths présents sur place. Toutes ces manigances et toute cette méfiance me subjuguaient, je n’arrivais pas à concevoir un tel climat dans des sphères dirigeantes, c’était à se demander comment les Siths pouvaient maintenir un Empire pérenne. C’était là tout leur paradoxe, aussi violents soient-ils, ils arrivaient à maintenir leur société avec ses propres codes et ses propres règles. Je tentais de ne pas trop y penser pour revenir à Dashiell, si elle avait réussi à se contenir, j’avais entrevu par quelle porte il fallait passer pour la faire sortir de ses gonds et je devais aller au bout du processus.


-Mais pourtant Darth Akni a réussi à maîtriser le Transfert d’Essence et c’est en transférant son âme qu’elle est devenue ce qu’elle est devenue aujourd’hui. Elle a pu grâce à cela gagner une puissance supplémentaire en Magie Sith, pour devenir une Sorcière accomplie, qui sait quels pouvoirs supplémentaires elle a pu acquérir sur le chemin de cette connaissance. N’est-il pas malhonnête de la part d’un Sith de refuser une telle source de puissance ? Après tout pour vous il n’y a aucune possibilité de rédemption, vous ne retournez pas dans la Force mais lorsque tout est fini, c’est le Néant qui vous attend. Je peux comprendre qu’un Sith vive très mal le fait de devoir laisser son pouvoir alors que l’âge avance et que son corps décline, lentement, jusqu’à finalement être happé par le Néant, laissant derrière lui une vie de lutte pour...Rien.

Ma voix était toujours posée, grave, impitoyable. J’étais désormais dans le vif du sujet. Je montrais à Katria Dashiell ce qu’était un véritable Sith et ce qui l’attendait. Ses objectifs semblaient très différents de cela, quel était son intérêt à suivre la doctrine de l’Ordre Sith si elle n’en épousait pas les principes ni les codes ? C’était cela que je voulais comprendre, je voulais savoir pourquoi était-elle si réservée sur ses propres objectifs. Mon intervention était parfaitement calibrée et je savais que d’une certaine manière, je défendais le point d’Akni, pourtant, aucun Maître ne réagit à cela, ils avaient compris ce que je faisais et certains hochèrent même légèrement la tête comme pour marquer une approbation. J’étais en train d’acculer Katria Dashiell face à ses propres contradictions, de lui montrer encore une fois ce qu’elle aurait dû penser en embrassant cette cause.

-Pardonnez-moi, mais c’est absurde, je peine à comprendre les objectifs et les idéaux de Koyne DuCade. Qu’espérait-elle de la part d’un Ordre au sein duquel on s’assassine pour monter en grade ? Vous semblez oublier un détail...Ce que vous décrivez pour le Transfert d’Essence n’est que le cas extrême de tous les pouvoirs du Côté Obscur. Ainsi, lorsque vous utilisez la Magie Sith ou tout autre pouvoir purement Obscur, vous corrompez votre âme, certes dans une bien moindre mesure, mais de manière équivalente au Transfert d’Essence. C’est bel et bien là le non-sens des Siths, une vie à poursuivre égoïstement un pouvoir pour finalement laisser son âme s’abîmer dans le Néant. Qu’espériez-vous donc en rejoignant les Siths si ce n’est d’être entourée de gens tels qu’Alarak, Lustrum et Akni ?

Cette fois, le ton était presque sévère, péremptoire, j’assénais les faits et les arguments de manière dure, tranchante. Après tout, que pourrait répondre Dashiell à cela ? Les faits le prouvaient, cette mascarade au sein des Siths avait amené la victoire des gens qu’elle honnissait et au final, elle avait perdu sa Maîtresse. Quant aux pouvoirs du Côté Obscur, si elle connaissait un peu l’histoire des Siths, elle savait ce qui en découlait. Je la poussais dans ses derniers retranchements et désormais, je m’apprêtais à asséner le coup de grâce.

-Pardonnez-moi, mais il y a autre chose que je peine à comprendre, Mademoiselle Dashiell. La description que vous faites de Koyne DuCade n’a rien à voir avec celle d’un Sith, c’est vrai, à vous entendre on dirait en tout point celle d’un de ces Jedi qui ont renoncé à l’Ordre pour prendre les armes avec l’Alliance afin d’agir directement sur le processus de Paix. Le projet d’Akni est ouvertement un projet de domination, de soumission et même de répression. Pourtant en partant chez les Siths, sous le mentorat d’Alarak, vous ignoriez l’existence et la mentalité de Koyne...Et si je ne me trompe pas, lorsque Koyne a éliminé Alarak, vous auriez pu aisément vous enfuir à plusieurs reprises...Pourtant, vous êtes restée. J’en viens donc à une question centrale Mademoiselle Dashiell...En considérant ce qui semble être vos motivations intrinsèques et votre parcours de vie, qu’espériez-vous trouver chez les Siths que vous ne trouveriez pas chez les Jedi ?


La question tombait comme un couperet et j’avais volontairement attendu pour la poser. Désormais j’étais persuadé de l’incohérence dans le parcours de Dashiell. Si elle était parti, c’était à cause de Sei’Vys, donc d’une personne, mais elle n’avait jamais embrassé par choix l’idéologie Sith. Il était bien naïf de vouloir changer les choses dans un système comme l’Empire Sith qui était contrôlé par Akni...Sans doute Koyne DuCade le savait-elle de par son expérience, c’était aussi pour cela qu’elle avait probablement créé le Crimson Elite, dont certains officiers avaient commencé à parler sur les objectifs. Nous progressions bien et désormais, c’était le moment fatidique, celui qui pourrait tout faire basculer et orienter mon choix et mon jugement dans un sens ou dans l’autre concernant l’affaire Dashiell.
Voir le profil de l'utilisateur
Katria Dashiell
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 12/04/2017
Rang : Padawan
Localisation : Hapès
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Ven 1 Sep - 1:02

N'était-il pas malhonnête de refuser une source de puissance telle que celle offerte par le Transfert d'Essence ? Face à cette question approuvée manifestement pas plusieurs Maîtres Jedi présents ici, Katria ne put s'empêcher de froncer les sourcils de réprobation tandis que sa tête s'était doucement agitée d'un mouvement de dénégation. Signe s'il en était besoin qu'elle ne cautionnait absolument pas ce genre de pouvoir, sans doute parce qu'elle n'avait pas non plus envie de se transformer en zombie se décrépissant toujours un peu plus vite. Nécrose ignoble d'autant de corps que de fragments d'âme perdus – sacrifiés – en cours de route, le tout à la gloire d'un fantasme aux conséquences bien plus horribles que les avantages. S'ils savaient, ils n'auraient pas acquiescé. Mais sans doute ne savaient-ils pas justement. Comme bien peu de gens savaient de toutes façons.

Et puis …

Et puis le Whiphid enchaîna bientôt sur des questions qui cette fois-ci frôlaient ouvertement les accusations, et la jeune femme sentit ses mâchoires et ses poings se serrer au fur et à mesure de ce discours qui visait à la juger. À la juger sans savoir ! Et à juger Koyne alors que ces Jedi ne la connaissaient pas et qu'ils n'avaient aucune idée de qui elle pouvait être !

« Je n'espérais rien, j'ai simplement été capturée par Alarak et je me suis soumise à lui parce que j'ai eu la faiblesse de ne pas vouloir crever dans une cage d'un mètre carré ! Et si j'en suis arrivée à ça, c'est exclusivement parce qu'au sein de tout l'Ordre Jedi, personne n'a trouvé ça intelligent de ne pas confier un Padawan à l'ancien apprenti d'une Jedi décadente qui était en train d'allumer des révoltes aux quatre coins de la Galaxie en plus de souffrir de sautes d'humeur ! »

De ces aveux crachés avec acrimonie tandis que ses lèvres en tremblaient de rage, mais après tout à quoi bon ? À quoi bon vouloir protéger l’ego de ces gens-là ? Sous les coups de Sei'Vys et sous les tortures d'Alarak, personne n'était venu la sauver. Aucun Jedi ne s'était inquiété d'elle. Nul ne s'était bravement porté à son secours pour faire cesser ces longs mois – ces années – de souffrances aussi gratuites qu'inutiles. Personne … sauf Koyne …

« Si Koyne n'était pas née au sein du One Sith, elle aurait fait une Jedi bien plus honorable que Sei'Vys, mais le fait est que son patriotisme et sa droiture morale l'ont poussés à vouloir sauver l'Empire de Akni et de sa cours de rats à la place de fuir. Et elle y croyait ! Elle était persuadée que sans le soutien des militaires et des civils, les Sith ne pourraient pas demeurer en place très longtemps, et elle était prête à tout pour accomplir ça ! »

Presque naïve, sa Maîtresse avait en tout cas été extrêmement idéaliste, et jamais Katria ne laisserait jamais qui que ce fût cracher sur sa mémoire. Et surtout pas des Jedi attentistes et passifs !

« J'avais des doutes quant à cette réussite, j'étais beaucoup moins optimiste qu'elle, mais je voulais y croire et je voulais l'aider. Parce qu'elle m'avait sauvée et qu'elle m'avait offert autre chose que cette vie de tortures que Sei'Vys et Alarak se sont amusés à me faire subir, parce que je lui étais reconnaissante de tout ce qu'elle avait fait pour moi ! Vous voulez savoir ce que j'ai trouvé chez elle et que je n'ai pas trouvé chez les Jedi ? J'ai trouvé de l'aide, tout simplement. J'ai trouvé quelqu'un qui n'a pas détourné les yeux et qui ne s'est pas dit que j'étais purement sacrifiable. »

Et que le ton se calmait au fur et à mesure que la jeune femme balançait ce qu'elle avait sur le cœur. De ce projet auquel elle n'avait cru qu'à moitié. De cette fidélité et de cette admiration sans borne qu'elle avait éprouvés pour Koyne.

Jusqu'à river fermement son regard dans celui de K'Krukh. Une ombre sans nom au fond de ses yeux.

« Juste après une mission sur Taanab fin de l'année 155, vous avez rencontré Sei'Vys sur une petite station neutre qui orbitait autour de la planète. J'étais là moi aussi ce jour-là … avec un bras presque entièrement bandé et un pansement ensanglanté sur la gueule, parce qu'il m'avait ouvert la joue en me frappant. Alors, le verdict ? Vous avez sincèrement cru que j'avais pu cogner le tableau de bord, ou alors vous avez corrompu votre âme en détournant les yeux ? »

Il l'avait vu, mais il n'avait rien fait.
Et même si dans les tréfonds de son regard, il n'y avait ni accusation ni rancœur, il y avait pourtant quelque chose de bien plus horrible : elle ne lui en voulait pas – elle ne lui en voulait plus – mais elle n'oublierait pas non plus.

_________________




Voir le profil de l'utilisateur
K'Kruhk
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 26/03/2017
Rang : Grand Maître Jedi
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Dim 3 Sep - 21:54
Je n’avais pas détourné le regard, fixant mes pupilles dans le fond de celles de Katria Dashiell, je demeurais complètement stoïque face à cette démonstration. Elle avoua enfin quelles étaient ses motivations : avoir été capturée par Alarak et être devenue son Apprentie puisque ce dernier la torturait puis avoir rejoint la cause de DuCade. C’était donc cela qui l’avait motivé, cela devenait plus clair et aussi ne manqua-t-elle pas de rajouter une petite anecdote personnelle. Si j’avais été un Sith, cette anecdote n’aurait pas manqué de me froisser, voire de me pousser à décharger ma colère sur Dashiell. Pourtant, je n’éprouvais rien d’autre qu’une certaine tristesse face à cette jeune femme qui semblait en vouloir à la terre entière. Je comprenais ses raisons sans pourtant les excuser, de la même manière, je comprenais ce qui l’avait poussé à rejoindre le Côté Obscur ou tout du moins les Siths. Sei’Vys avait été un monstre et cela corroborait nos propres informations, le Bothan était depuis bien longtemps un adepte du Côté Obscur désormais.

Le silence s’était instauré dans la salle du Conseil et personne ne parlait. Katria Dashiell avait asséné ses propres reproches, venant ainsi de donner ses propres raisons et de montrer aux yeux de tous ses propres faiblesses. De toute façon, cela n’importait que peu désormais, nous avions les réponses que nous voulions avoir depuis qu’elle avait parlé sur les dissensions entre Koyne et Akni et surtout sur la connivence entre Akni et Sei’Vys. Notre ennemi avait pris la forme d’une sorte d’hydre polymorphe qui cachait certaines de ses têtes et je savais depuis longtemps que l’Empire Sith d’Akni serait de très loin beaucoup plus complexe à combattre que celui de son prédécesseur, Darth Krayt. Si beaucoup avaient au départ pensé que les Siths seraient défaits très rapidement car leur entreprise était trop récente et trop vaste, je ne partageais aucunement cette opinion très optimiste et je préférais garder un rationaliste froid...En fait, aucun de nous ne pensait encore aujourd’hui que l’Empire Sith s’effondrerait aussi rapidement. Je demeurais là, la fixant de mon regard inflexible, comme si rien ne m’avait touché et que je demeurais de marbre.


-Il est en effet regrettable et navrant que nous n’ayons pas pu agir lorsque Sei’Vys vous a violenté. J’ignorais cependant qui était Akni en 155 et encore une fois, je n’avais aucune raison de douter de Draeks Sei’Vys à ce moment-là. Quoiqu’il en soit, j’accepte votre remarque et vos reproches, car ils sont justifiés, nous avons fait preuve de négligence et nous aurions dû mieux surveiller les agissements des nombreux Maîtres qui s’éloignaient du Temple pour partir en mission avec leurs Padawan.

Je demeurais toujours aussi stoïque, contrairement à toute attente, je prenais cette part de responsabilité. Sur le fond, j’étais d’accord avec Dashiell, malheureusement à cet instant-là, elle avait jugé bon de ne pas parler au Conseil ou à d’autres Maîtres. C’était malheureux et c’était désormais ainsi, rien ne pourrait rattraper cela et je ne voulais pas en rajouter. L’important était désormais le présent, elle n’était plus aux griffes de Sei’Vys ni d’Akni. Aucun autre Maître ne parla, il n’y avait pas un mot plus haut que l’autre, la salle était totalement silencieuse et je scrutais les réactions de Dashiell, après tout, cela devait la changer de pouvoir parler librement et surtout hors du sceau de la violence. De toute façon, mon jugement était rendu désormais.


-Il est regrettable que vous n’ayez pas parlé lorsque nous nous sommes rencontrés...Cela aurait simplifié bien des choses, nous aurions pu arrêter Sei’Vys et sans doute éviter qu’il rejoigne Darth Akni. Quoi qu’il en soit, la Force nous envoie un nouveau signe en faisant en sorte que nous nous trouvions tous ici réunis et quoi que vous pensiez de ce Conseil, Mademoiselle Dashiell, il n’aurait jamais renoncé à aider qui que ce soit, quel qu’il fût, sous réserve bien sûr que ses idéaux soient nobles et qu’il le désire. Malgré toute la bonne volonté des vénérables Maîtres ici présents, nous ne pourrons jamais vous aider si vous n’en manifestez pas le désir ou la nécessité. Nous avons tous ici passé toute notre vie à guider la galaxie à travers la Lumière et à combattre le Côté Obscur, mais comme tout être vivant, nous sommes faillibles. Alors, je vais vous poser une dernière question avant de continuer : que voulez-vous réellement et quels sont vos objectifs ?


Pour la première fois, je montrais à Dashiell qu’on pouvait lui tendre la main. Je lui montrais que le Conseil n’était pas les vieux sages obtus -férus de politique de l’autruche- qu’elle semblait décrire. Nous étions là face à elle et il restait à savoir ce qu’elle voulait vraiment, elle allait devoir jouer franc-jeu et parler sincèrement. Restait bien sûr à savoir si elle était prête à saisir cette main tendue.
Voir le profil de l'utilisateur
Katria Dashiell
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 12/04/2017
Rang : Padawan
Localisation : Hapès
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Mar 5 Sep - 14:25

Pas un bruit …
Après qu'elle ait vidé ce qu'elle avait sur le cœur, Katria put constater que ses paroles venaient de faire régner un silence profond sur le Conseil, agité d'aucune réaction ni d'aucune protestation. Installés confortablement sur leurs fauteuils, ces Maîtres Jedi semblaient comme digérer ce qu'elle venait de dire – K'Krukh en tête d'ailleurs – et la jeune femme ne remua pas davantage. Se contentant d'être vaguement déstabilisée par cette absence totale de retour, contraste ô combien singulier avec une assemblée de Sith qui n'aurait pas manqué de lui faire payer cet affront. Mais ici … ici elle pouvait manifestement s'exprimer comme elle le voulait – au risque toutefois d'en subir des conséquences ultérieures, parce qu'elle n'était franchement pas dupe de tout ce calme – et c'était étrange à ses yeux. Comme si elle faisait désormais face à une assemblée de cadavres. Ou d'hypocrites noyant leurs pensées dans le silence. Elle dérivait, elle commençait à avoir mal au crâne …

Mais si le Grand Maître ne tarda toutefois pas à endosser la responsabilité du manque de vigilances des Jedi, la remarque qu'il ne manqua pas de faire ensuite tira toutefois une légère crispation à Katria : il était regrettable qu'elle n'ait pas parlé parce que si elle l'avait fait, le Conseil aurait pu arrêter Sei'Vys et l'empêcher de rejoindre Akni … oui, c'était effectivement très regrettable … mais certainement pas comme il l'entendait. Parce que dénoncer le Bothan n'était pas une tâche facile pour l'enfant qu'elle avait été. Et parce qu'elle trouvait ça assez cruel de s'entendre indirectement reprocher que son silence avait envoyé Lustrum dans les bras d'Akni.

Longue inspiration. Longue expiration. Aux allures de soupir blessé même si elle n'en trahissait rien, son contrôle revenu sur elle-même lui permettant ainsi de dissimuler à nouveau son ressenti.

« J'étais jeune à l'époque, et j'étais persuadée qu'il avait raison au début, que je n'étais pas digne d'être Padawan. Et ensuite … ensuite j'avais tout simplement peur que ma parole d'apprentie ratée ne vaille pas grand chose face à celle d'un Maître confirmé, et qu'il me fasse payer une éventuelle dénonciation. Sans compter que chaque fois que nous croisions un autre Jedi, c'était que la situation venait encore d'empirer, et je me voyais assez mal me plaindre alors que nous finissions tout juste d'entasser des cadavres. »

Elle n'avait rien dit et en était responsable elle aussi, mais une gamine de quinze ans – battue, apeurée et rabaissée – n'avait-elle pas des circonstances atténuantes à côté de tous ces Maîtres qui n'avaient strictement rien vu ? À ses yeux en tout cas, elle en avait sans aucun doute, mais pourtant ses explications avaient été données d'un ton détaché. Comme si elle-même n'y croyait plus vraiment. Comme si tout ça n'avait finalement plus aucune espèce d'importance vu tout ce qui s'était enchaîné ensuite.

Vraiment mais vraiment, la migraine commençait à gagner son crâne …

Que voulait-elle réellement et quels étaient ses objectifs ?



De cette question qui provoqua aussitôt un détachement en elle, comme si son esprit décida soudainement de s'évader l'espace de quelques instants pour mieux fuir. Fuir loin de cette réalité. Fuir loin de cet avenir qui se profilait sans qu'elle ne pût le voir, et sans qu'elle ne le voulût vraiment.

Elle voulait que Koyne fût encore en vie. Et elle ne voulait rien d'autre.
Mais malheureusement, elle n'avait plus l'âge de fermer les yeux en espérant que les monstres disparaîtraient à l'instant même où elle les ré-ouvriraient, aussi allait-elle devoir se montrer beaucoup plus rationnelle. Factuelle presque. Ce qui était quelque peu compliqué dans la mesure où elle devait bien avouer qu'elle-même ne savait pas précisément ce qu'elle voulait.

Elle était fatiguée …
Elle avait mal au crâne …
Elle n'avait même pas eu le temps de se poser pour épancher son chagrin …
En fait, elle aurait juste voulu qu'on lui fichât la plus royale des paix !

« Je veux poursuivre ce que Koyne à commencer. »

C'était assez étrange d'entendre sa voix alors que l'on n'avait pas encore vraiment pensé à ses paroles, mais la jeune femme ne s'en formalisa même pas. Après tout et même si elle avait perdu la seule personne qui comptait réellement à ses yeux, il n'en demeurait pas moins qu'elle savait très bien ce qu'elle avait à faire. Malgré les peines et les difficultés. Sans doute parce qu'au fond, elle l'avait toujours su.

« Je veux voir Akni, Sei'Vys mais aussi ces autres Sith puissants morts, pas par vengeance même si ça y ressemble certainement, mais parce que le simple fait qu'ils soient en vie est un danger absolu. Je veux contribuer à libérer tous ces gens de l'emprise des Sith, parce que Koyne y croyait sincèrement et que les civils et les militaires ne sont effectivement pas des fanatiques, mais plutôt des victimes. Et d'un point de vue plus personnel, je veux m'assurer que les soldats du Crimson Elite qui sont venus avec moi sur Hapès ne restent pas prisonniers, parce qu'ils ne méritent pas ça. Et je veux aussi pouvoir m'assurer que ceux qui sont restés sur Rothana aient pu s'enfuir. »

''Je veux'' … des mots bien étonnants dans la bouche de Katria, mais c'était Koyne qui lui avait redonné confiance en elle au point de la pousser à vouloir à nouveau. À vouloir et à se battre pour obtenir.

Mais même si les deux derniers objectifs étaient effectivement plus privés, il n'en demeurait pas moins que la jeune femme s'était bien abstenue d'énoncer toute volonté réellement personnelle. Sans doute parce qu'elle avait désormais bien conscience qu'elle ne verrait plus jamais Koyne, mais aussi parce qu'il serait clairement hérétique que de réclamer à ce que ses fauves – Tuk'Ata en tête – pussent un jour fouler le sol de cette planète.

_________________




Voir le profil de l'utilisateur
K'Kruhk
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 26/03/2017
Rang : Grand Maître Jedi
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Sam 9 Sep - 20:55
Les langues se déliaient enfin. Dashiell se décidait enfin à répondre sérieusement. Les masques tombaient et la jeune femme était acculée au point de délivrer son message. Je venais enfin de voir une issue au dilemme mental auquel elle faisait face. La jeune femme n’avait pas réussi à se libérer de l’emprise qu’avait sa Maîtresse, cela était certain, elle n’avait cependant pas non plus réussi à se libérer de la terreur que faisaient naître en elle ses anciens Maîtres. Réalisait-elle à quel point elle s’était fourvoyée en suivant la voie des Siths. Nombre de Jedi Noirs ou encore de Siths qui avaient basculé du Côté Obscur étaient irrécupérables mais j’étais désormais totalement convaincu que Maître Potyme avait raison concernant cette jeune femme, elle n’était pas un Sith assoiffé de sang, simplement un Jedi qui n’avait pas su s’insérer dans notre Ordre.

Les imperfections de notre Ordre étaient nombreuses, je les connaissais mieux que quiconque, mais elles pouvaient être corrigées. C’était d’ailleurs le but d’un moratoire sur les pratiques du Conseil et d’un changement de politique au sein de l’Ordre. Je ne voulais pas laisser les frileux gouverner, c’était la politique audacieuse de l’action directe qui nous avait permis de travailler sur Bonadan et même si le résultat n’était pas parfait, nous avions réussi à mener des négociations et à éviter que beaucoup de personnes ne soient tuées : le Crimson Elite, Dashiell et même les Jedi qui se trouvaient sur place. Je regrettais sincèrement que DuCade n’ait pas pu être sauvée, elle était après tout le symbole du renouveau chez les Siths. Bien évidemment, cette dernière remarque n’était absolument pas là à des fins politiques mais plutôt parce que je pensais sincèrement que l’Empire Sith qui nous était contemporain était une aberration qui ne pourrait pas s’autodétruire et qui nécessiterait un combat sans merci contre l’Obscurité. Après tout, Akni avait déjà des fidèles même parmi les populations qui n’étaient pas sensibles à la Force. Les guerres et les conflits incessants qui avaient marqué la galaxie d’un sceau indélébile avaient fini par jouer sur le moral des populations et je ne pouvais que les comprendre et nous avions échoué à maintenir la paix, je comprenais donc aussi que les Jedi soient devenu l’objet de doutes et même parfois de moqueries et d’invectives publiques mais il convenait -dans ce genre de moments plus que jamais- d’être forts et totalement détachés de nos émotions personnelles. Nous devions rester unis, c’était ce que la jeune Dashiell n’avait pas compris chez nous et que je comptais bien lui rappeler.


-La parole d’une Padawan a le même poids que celle d’un Maître lorsqu’il s’agit de la description de faits graves. Quels qu’aient été vos doutes de l’époque, nous aurions considéré vos versions respectives et nous aurions ouvert une enquête. Quelle que soit l’issue de l’enquête, nous aurions pris la décision de vous séparer de Maître Sei’Vys et même de vous en éloigner. Les conflits non solutionnés sont vecteurs de rancœur et sont un aller simple pour le Côté Obscur.

Je venais de m’exprimer toujours avec cette même voix et cette même diction. Je voulais concrètement que Dashiell comprenne quelles étaient les positions du Conseil concernant son affaire et même en général. Après tout, ses objectifs n’avaient pas manqué de m’interpeller intérieurement.


-Je crois que tout le monde ici comprends ces objectifs puisque ce sont précisément les nôtres. Vous avez été aveuglée par le Côté Obscur qui vous a asservi par la crainte de vos Maîtres respectifs. J’espère que vous comprenez désormais que Koyne DuCade n’était en aucun cas une Sith conventionnelle et que les Siths classiques sont plutôt du type de Sei’Vys ou d’Akni, c’est précisément pour cela que nous les combattons. La lutte de votre Maîtresse était en réalité quasi-identique à la nôtre. C’est précisément pour cela qu’une fois les interrogatoires du personnel du Crimson Elite terminé, nous leur proposerons de rejoindre les gardes du Temple ou de s’en aller. C’est également pour ça que les proches et proches soutiens de DuCade sur Rothana ont été évacués par nos soins et sont en route pour Hapès. En fait, vous aurez aussi certains choix à faire avant lorsque vous serez libérée de vos obligations ici.


Je laissais à nouveau le silence s’emparer de la salle. C’était désormais à Dashiell de s’exprimer et je souhaitais une fois de plus évaluer sa réaction.
Voir le profil de l'utilisateur
Katria Dashiell
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 12/04/2017
Rang : Padawan
Localisation : Hapès
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Dim 10 Sep - 0:56

Elle avait été aveuglée par le Côté Obscur. Et elle n'avait pas compris que Koyne n'était pas une Sith classique, parce que les Sith classiques étaient clairement incarnés par Sei'Vys ou Akni … c'était donc cela les conclusions du Conseil Jedi et pendant un instant, Katria sentit une question lui brûler les lèvres : est-ce que cette vaste assemblée de sages se foutait de sa gueule ? Mais est-ce qu'elle se foutait vraiment de sa gueule ?! Une interrogation qui aurait été des plus insolentes mais pourtant, la jeune femme dut consentir à un certain effort pour ne pas la poser. Inspirant puis expirant profondément tandis que ses poings s'étaient crispés pendant un moment. Le temps pour elle d'évacuer un peu de cette irritation qui n'aurait franchement pas sied à cette situation. Situation de merde …

Mais ce qui lui permit également de se contenir, ce fut les informations concernant le Crimson Elite et Rothana, et Dashiell choisit donc d'axer toute son attention là-dessus. Son soulagement plus que palpable au sein de la Force tandis qu'il contribua également à apaiser quelque peu son agacement profond. Parce qu'ils allaient bien. Parce que sa petite rébellion n'avait apparemment pas causée de morts, et ce même si Akni lui avait très largement forcé la main dans cette histoire.

« Me sera-t-il possible de les voir lorsqu'ils arriveront ici ? Et est-ce que vous avez les identités de ceux qui ont pu être évacués ? Koyne avait une petite cousine ou un truc comme ça, une petite gamine d'une dizaine d'année appelée Amanda et qui était Sensitive mais qui n'était normalement pas sur Korriban … est-ce que vous savez si elle a pu être récupérée ? »

Amanda DuCade, une gamine que Koyne appréciait beaucoup et dont elle avait personnellement choisi le Maître afin qu'elle n'eut pas à essuyer de longues années de souffrance à Korriban, de ces petites lueurs d'espoir que son ancienne Mentor semait infatigablement partout où elle passait. Comme pour redresser l'Ordre tout en douceur, sans heurt ni douleur. Elle aurait voulu en tout cas.

Mais si Katria savait que les parents de Shadowsun ainsi qu'Aurélia Malis avaient réussis à fuir Rothana, il restait encore un nombre assez important de gens qui avaient décidé de suivre le Poing de l'Empire et qui se retrouvaient de facto en danger. Des membres du Crimson Elite jusqu’à Kreey, un ancien soldat reformé pour cause de blessures et qui avait été affecté aux enclos afin d'aider la jeune femme avec ses fauves. Et en parlant de ses fauves …

« Il y avait également un certain nombre de fauves en tout genre au Palais, est-ce que vous savez s'ils ont pu au moins être remis en liberté ? »

Après tout, Sei'Vys connaissait parfaitement bien cette capacité très spéciale dont disposait Katria avec les animaux, et il se ferait certainement une joie de les massacrer dans un bain de sang si jamais il pouvait mettre la main dessus. Par pure vengeance et pur sadisme. Un sort qu'elle souhaitait bien évidemment éviter à toutes ces bêtes qui lui avaient été si fidèles.

Mais malgré tout …
Malgré tout et s'il lui restait bien un enseignement de Koyne, c'était celui d'apprendre à vivre la tête haute et à l'issu d'un silence de quelques minutes – lourd de réflexion afin de savoir exactement que dire et comment le dire – la jeune femme brisa à nouveau le silence. Parce qu'elle se le devait et qu'elle le lui devait aussi.

« Par contre, je tiens à éclairer un petit point de détail qui me paraît important : je n'ai pas été aveuglée par le Côté Obscur, je n'ai pas cédé à mes bas instincts, et je n'ai pas non plus choisi la facilité comme le font certains Sith. Et par ailleurs, je pense être assez au courant du fait que Koyne ait été une Sith à part et que les Sith plus ''classiques'' comme vous dites sont plutôt du genre de Sei'Vys ou de Akni. Et je pense même être au courant de ce détail là d'une manière assez intime. Si vous souhaitez me percevoir comme une Sith, c'est votre choix, mais ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit : je n'ai jamais choisi ni l'Ordre Sith ni le Côté Obscur, j'ai simplement été capturée par la mauvaise personne et vu que me soumettre était la seule manière de sauver ma vie, alors je me suis effectivement soumise à lui. À moins que l'un d'entre vous ait été détenu et torturé pendant un an, sinon je pense que vous devriez vous abstenir de jugement facile.

Une déclaration qui allait sans doute – ô combien – déplaire, mais que la jeune femme venait toutefois d'énoncer avec un calme de façade assez absolu. La Force ne trahissant en elle ni haine ni colère, mais simplement une souffrance face à cette condamnation qu'ils semblaient bien décidé à lui coller sur le front. Qu'ils pensassent et qu'ils jugeassent donc, elle n'en attendait pas moins d'eux de toutes façons … ou peut-être que si … peut-être qu'elle avait réellement espéré … mais espéré quoi au juste ? Ces gens-là étaient des Jedi sans doute très conservateurs de leurs dogmes – ce qu'elle ne rejetait pas d'ailleurs – aussi était-il bien stupide que de vouloir briser leur immuable logique.

Elle faisait partie du One Sith, elle était donc une Sith.
Et tout le reste … tout le reste, ils pensaient le comprendre bien mieux qu'elle alors qu'ils ne l'avaient même pas vécu. Ces très longues heures de tortures que Alarak avait pu lui faire endurer pour ''l'endurcir'' d'après ces mots-mêmes, à coup de plaies profondes lacérant son corps tandis que sa peau était assaillie par les Éclairs de Force. Elle avait souffert. Vraiment souffert. Mais pourtant, elle n'avait jamais cédé ni à la colère ni à la folie. Elle avait résisté et elle était restée elle-même, même si elle s'était soumise comme un chien blessé. Un état de faiblesse que Koyne ne lui avait d'ailleurs jamais reproché, mais que les Jedi jugeaient ici comme négligeable vu leurs conclusions.

Potyme s'était trompé.
Tant pis. Tant pis pour elle. Que tout s'arrêtât donc de tourner autour d'elle.

_________________




Voir le profil de l'utilisateur
K'Kruhk
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 26/03/2017
Rang : Grand Maître Jedi
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Dim 10 Sep - 20:33
J’écoutais avec attention ce que Dashiell avait à dire. Elle nous exposa ses questions, dévoilant une grande empathie pour ceux qui souffraient sur Rothana et qui auraient sans doute été pris pour cible par Akni à partir du moment où ces derniers se seraient rendus compte que Koyne était réellement décédée et que Rothana était leur territoire. J’avais de nombreuses fois pu voir les Siths à l’œuvre pour connaître leurs méthodes et savoir qu’ils auraient mis immédiatement un Gouverneur fantoche qui aurait engagé de nouvelles purges. Bien évidemment, je n’avais rien laissé au hasard et les questions de Katria Dashiell montraient une fois de plus qu’elle était particulièrement préoccupée par le sort des autres, je ne pouvais donc que comprendre une fois de plus que Maître Potyme avait eu une excellente analyse la concernant.

-Je n’ai pas les détails exacts concernant ceux qui ont été évacués mais Maître Potyme et moi-même avions donné l’ordre de faire évacuer toute la famille DuCade, leurs employés et leurs proches collaborateurs ainsi que tous ceux qui se sentaient suffisamment proches de Koyne DuCade dans son administration au Palais du Gouverneur. Ce que je sais en revanche c’est qu’un nombre conséquent de personnes a été évacué, plusieurs centaines, mais je n’ai pas les chiffres exacts. Dans tous les cas, ils sont en cours de rapatriement et nous allons rapidement les interroger une fois qu’ils seront arrivés ici. Vous pourrez tout à fait aller les voir si vous le souhaitez, mais vous devrez attendre la fin des interrogatoires, ce qui devrait se terminer d’ici deux ou trois jours. Pour ce qui est des fauves, les dispositions ont normalement été prises : s’ils étaient natifs de la planète, ils ont été relâchés, sinon ils ont été emportés pour être relâchés dans leur habitat naturel. Nos équipes d’évacuation ne laissent aucune forme de vie en souffrance, nous faisons même attention à emporter les plantes afin qu’elles ne meurent pas.


J’avais insisté sur ces notions de vie et de mort, nos notions qui étaient très très différentes de celles des Siths. Pour le reste, j’avais entendu les reproches à peine masqués de Dashiell qui réfutait mes analyses. Encore une preuve que j’avais raison et que nous ne nous comprenions pas, Katria Dashiell venait finalement d’arriver là où je voulais l’emmener et j’allais devoir lui donner un nouvel enseignement. Les Siths étaient peut-être très forts dans certains aspects de l’enseignement mais ils avaient en général un vide dogmatique et spirituel assez frappant : après tout, pourquoi s’encombrer de spiritualité lorsqu’on sait que notre vie finira dans le néant le plus total ? C’était précisément ce point qui était toujours aussi incompréhensible malgré ma grande expérience, un Sith qui le devient par ignorance finit toujours tôt ou tard par comprendre que sa vie ne sera au final que néant, pourtant certains s’entêtaient à poursuivre cette voie pour finalement être à leur tour terrasser par un de leurs condisciples ou tout simplement disciples. Cette vie n’avait rien de facile ni d’enviable. Pour moi, il fallait un certain degré de nihilisme pour s’y aventurer, l’ignorance seule ne suffisait pas puisqu’une fois à l’intérieur on finissait tôt ou tard par se rendre compte que finalement la vie se terminerait par une plongé de son âme dans le néant et que pourtant ce processus était réversible puisque revenir à la Lumière permettait de contrebalancer cela.


-Merci pour votre franchise, Mademoiselle Dashiell, cela permet d’illustrer auprès de mes vénérables Condisciples que le fait de ne pas avoir fini votre formation vous a porté préjudice chez les Siths, puisque vous n’avez finalement pas compris certains concepts théoriques que je vais tenter de vous expliquer. Nous n’avons jamais pensé que vous étiez allé là-bas par choix, vous avez cependant mordu à un hameçon qui vous a fait basculer du Côté Obscur, celui de la Peur, en ce sens c’est un instinct que nous essayons d’éviter. Ce qui discerne un Sith en devenir d’un véritable Sith et que ce dernier s’est affranchi de la Peur, c’est pourtant souvent la Peur qui fait basculer vers le Côté Obscur. C’est finalement ainsi que vous êtes devenue Acolyte, tout en vous rapprochant de Koyne, ce qui a certainement été salvateur au point de vous préserver encore un peu plus de devenir comme ces véritables Siths que vous décriez. Mais ne vous méprenez pas, c’était bel et bien dans leurs intentions de casser votre volonté et de vous amener à renoncer à qui vous étiez auparavant, Alarak vous aurez certainement tué si ce dernier n’avait pas réussi à vous faire rentrer dans le rang, c’est une méthode couramment usitée des Siths. J’espère que cette fois nous nous sommes compris et que vous verrez le point de cet enseignement capital. De la même manière, il n’y avait aucun jugement, simplement des interrogations.

Je laissais volontairement une petite pause puis je repris.


-Je vais vous raconter une brève histoire pour appuyer mon propos et vous montrer que je sais de quoi je parle. Lorsque j’étais plus jeune, du temps de la guerre des Clones, l’un de mes plus proches amis, Maître Vos, avait basculé du Côté Obscur. Il m’a attaqué alors que nous étions en mission et ce dernier a utilisé les sentiments amicaux que j’avais pour lui pour prendre l’avantage, il m’a vaincu et torturé jusqu’à me laisser pour mort. Je peux donc raisonnablement dire que je sais de quoi vous parlez, je sais également qu’une telle situation appelle à un éclaircissement et qu’elle s’abstient de jugement.

Voir le profil de l'utilisateur
Katria Dashiell
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 12/04/2017
Rang : Padawan
Localisation : Hapès
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Lun 11 Sep - 0:29

Ils étaient vivants, ils allaient bien, et elles pourraient bientôt leur parler …
Autant d'informations que Katria écouta presque religieusement, ne prononçant pas un mot pendant les explications de K'Krukh tandis que sa tête s'agitait toutefois régulièrement afin d'acquiescer silencieusement. Tandis qu'elle enregistrait que les proches de DuCade avaient pour la plupart été évacués et que ses fauves avaient également quitté le Palais afin d'être relâchés, sur Rothana ou ailleurs. Mais malheureusement et même s'il était évident que les Jedi avaient voulu bien faire, la jeune femme allait tout de même devoir intervenir, parce qu'elle connaissait parfaitement ces animaux et qu'elle savait donc que tous ne pourrait pas retourner à l'état sauvage aussi aisément.

« Je vous remercie pour tout. Sincèrement. Mais même si ça vous paraîtra sans doute trivial, me serait-il possible d'entrer en contact avec les personnes chargées de s'occuper des fauves ? Certains ne pourront pas être rendus à leur habitat naturel aussi facilement, parce qu'ils sont blessés ou parce qu'ils ont toujours connu la captivité et qu'ils ne pourront donc pas survivre seuls. Le bébé Rancor de Koyne par exemple, il a à peine quelques mois et c'est moi qui l'ait sauvé sur Nar Shaddaa, alors je sais qu'il ne pourra pas retourner sur Dathomir aussi facilement. »

Un fauve dont la simple prononciation du nom allait sans doute provoquer bien des sueurs froides mais néanmoins, Katria ne comptait pas abandonner ces animaux juste parce qu'ils n'étaient que des animaux. Elle s'était toujours sentie responsable d'eux, et cette responsabilité ne s'éteignait pas parce que la situation avait basculé …

Mais si ces remerciements étaient sincères, ses reproches envers les jugements du Conseil l'étaient tout autant … mais ils ne déclenchèrent pourtant aucune vague. Simplement de nouvelles explications de la part du Grand Maître K'Krukh. Explications que Dashiell écouta avec attention malgré la migraine et la fatigue qui lui enserraient de plus en plus les tempes. Explications qu'elle ne pouvait que comprendre et ce même si – aujourd'hui en tout cas – elle n'était plus forcément d'accord avec tous ces concepts. Sans doute parce qu'elle avait malgré elle absorbé certaines manières de voir les choses comme les Sith, et que toute cette partie très dogmatique lui apparaissait désormais comme dépassée voire même désuète. Comme cette peur que les Jedi continuaient à diaboliser là où Katria n'y voyait qu'un instinct purement Humain. Et un instinct purement salvateur dans la mesure où il s'agissait d'une réaction naturelle et atavique consistant à avertir d'un danger immédiat. Mais malgré tout, elle comprenait.

« Je comprends ce que vous voulez dire et j'ai bien conscience de ce que Alarak voulait faire de moi mais malgré tout … je ne pense pas être devenu quelqu'un d'autre. Oui, ces expériences auprès de lui comme de Sei'Vys m'ont effectivement changée et si j'avais eu un Maître normal, je ne serais sans doute pas celle que je suis aujourd'hui. Mais … mais je n'en suis finalement pas si loin. Pas fondamentalement en tout cas. »

Elle aurait été une gentille Jedi calme et posée, dotée d'une certaine empathie et désireuse de venir en aide à toute personne le nécessitant. Mais elle était devenue elle ne savait pas trop quoi – ni Sith ni Jedi – mais ça ne l'empêchait pas d'être toujours calme et posée, et d'être toujours dotée d'une certaine empathie et d'une volonté d'aider les autres. Elle était juste … juste plus amère. Moins idéaliste. Moins rêveuse. Sans doute plus adaptée à la Galaxie et à la Guerre.

« Mais néanmoins, j'ai bien conscience de ne plus être une Jedi même si je ne suis pas une Sith non plus, et c'était un état que Koyne acceptait pleinement sans désirer me changer. Et c'est également un état que j'ai finalement accepté grâce à elle. »

Elle aurait voulu devenir quelqu'un mais au final … elle était quelqu'un. Mais juste quelqu'un ne rentrant dans aucune case prédéfinie. De cette particularité qu'elle avait longtemps considérée comme une tare avant de finalement accepter ce qu'elle était : l'Acolyte de Koyne, mais une Acolyte différente.

« Et comme je l'ai précisé à Maître Potyme, je ne compte pas changer à nouveau. Je suis aujourd'hui ce que je suis, et je refuse de devenir quelqu'un d'autre pour rentrer dans un rang qui n'est plus le mien. Mais malgré tout, je comprendrais parfaitement que ça puisse être un problème pour vous. »

Elle maîtrisait la Magie Sith, elle avait un lien puissant avec les fauves, et elle pratiquait le Juyo … indéniablement, elle n'avait plus grand chose d'une Jedi, mais elle n'était pas une Sith pour autant. Si les Maîtres du Conseil choisissaient de rester sur leur position en considérant qu'elle avait basculé du Côté Obscur, Katria demeurait quant à elle persuadée du contraire, mais elle ne comptait toutefois pas batailler contre eux. Parce qu'elle était trop fatiguée pour ça. Et que les conflits dogmatiques étaient sans doute les plus stériles des oppositions qui pussent exister.

_________________




Voir le profil de l'utilisateur
K'Kruhk
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 26/03/2017
Rang : Grand Maître Jedi
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Lun 11 Sep - 19:44
J’acquiesçais régulièrement durant le discours de Dashiell. Je la laissais parler tout en écoutant tout ce qu’elle avait à dire, pas simplement le discours en lui-même mais aussi la forme et la substance. Il y avait quelque chose de très bien concernant les fauves, elle révéla son empathie tout en se souciant du soucis de ces animaux au même titre que de celui des humains. Cela ne manquerait pas de toucher les Maîtres du Conseil qui désormais étaient parfaitement conscients du statut de Katria Dashiell. Je fis le choix de répondre immédiatement tout en adoptant une attitude constructive.

-Hmm, il est vrai que dans l’empressement, je n’avais pas pensé à ce détail. Si vous souhaitez nous aider à nous en occuper ce n’est que mieux. Après tout, personne ici ne dispose de vos...Capacités et je doute que nous trouvions beaucoup de volontaires pour manœuvrer un rancors, même si ce dernier est juvénile. Je peux également vous affirmer que nous n’aurons aucune réticence à garder ces animaux dans un parc ici, il faudra juste en guider son installation et nous assurer que vous vous en occuperez si tel est votre choix.

Même si ma remarque avait provoqué des regards discrets de mes condisciples qui étaient sans doute en train de se demander ce que je faisais, ils cessèrent immédiatement. Ils avaient compris, compris que je faisais un pas vers Dashiell, de la même manière que cette dernière avait fait un pas vers nous. J’étais un des plus durs et des plus rigoureux de cette assemblée en matière de Côté Obscur et je m’évertuais à le traquer dans toutes les actions du quotidien, pourtant Dashiell était tout sauf rongée par le Côté Obscur, il s’agissait simplement de quelqu’un qui avait fait fausse-route et qui avait embrassé le mauvais côté du miroir.

La suite des paroles de l’Acolyte finirent par me donner raison et j’avais senti soudain l’aura des autres Maîtres s’apaiser. J’étais pour ma part calme depuis le début, mon expérience et mon incroyable longévité m’avaient permis de faire face à toutes les situations sans m’affoler. J’avais commis moi-aussi de nombreuses erreurs durant ma jeunesses, certaines auraient d’ailleurs pu me faire basculer du Côté Obscur et je savais donc mieux me prémunir des tentations et des dangers, je savais d’un autre côté pertinemment que Katria Dashiell n’était pas suffisamment armée pour fonctionner toute seule, elle ne finirai que par devenir un avatar de ce qu’elle aurait pu être auparavant. Je me contentais de hocher la tête.

-Personne ne désire ni ne peux changer. Les événements qui façonnent notre vie nous construisent et nous font évoluer. Quoi qu’il en soit, j’espère que vous avez conscience que ressortir d’ici pour quelque motif que ce soit sera un danger, vous allez être recherchée par les Siths et par la Triade. Si un Sith ou un membre de la REPo met la main sur vous, vous n’aurez pas beaucoup d’alternative.


Cela aurait pu sonner comme une mise-en-garde, mais il n’en était rien, c’était simplement une information. Je comptais montrer à Katria Dashiell toutes les possibilités qui s’offraient à elle. Je savais à peu près ce que dirait le Conseil la concernant et je savais également ce que que je devais lui dire. Gardant tout mon sérieux, je pointais mes yeux dans les siens.

-Comme vous l’avez dit vous n’êtes plus un Jedi et vous vous êtes détournée de la Lumière, cela est impardonnable et le Conseil n’acceptera pas votre réintégration immédiate. D’un autre côté, vous n’êtes pas non plus réellement une Sith et je crois que tout le monde ici en a bien conscience. Je crois donc qu’il serait possible que vous vous joignez à notre lutte mais cela ne se fera pas sans condition. La première sera d’accepter notre code et de ne jamais user de pouvoir du Côté Obscur durant les période où vous résiderez dans l’enceinte de ce temple, vos bêtes resterons donc à l’extérieur dans un endroit qui leur sera dédié et qui sera confiné par vos soin. La seconde condition est que vous serez sous mon mentorat et vous accepterez donc de terminer votre formation et d’accepter de compléter ce qu’il vous reste de formation comme un Jedi et cela jusqu’au grade de Chevalier. Vous aurez donc un statut proche de celui des Ombres Jedi par le passé. Bien évidemment, le retour de ce que nous pourrions assimiler à des « Jedi Gris » parmi nous ne plaira pas à tout le monde, je me porterai donc garant de vous devant cette assemblée et si vous succombez au Côté Obscur je vous éliminerai moi-même. Vous êtes libre de prendre du temps pour réfléchir à cette proposition, mais elle me paraît honnête et c’est hélas la seule que nous sommes en mesure de vous faire.


Voir le profil de l'utilisateur
Katria Dashiell
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 12/04/2017
Rang : Padawan
Localisation : Hapès
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Mar 12 Sep - 0:08

Tandis que K'Krukh venait de lui proposer de se joindre elle-même à toute cette opération concernant ses fauves, Katria avait aussitôt acquiescé de la tête afin de signifier qu'elle souhaitait effectivement participer, et ce même si la dernière phrase du Grand Maître l'empêcha de répondre verbalement. Silence qui succéda à sa proposition tandis que la jeune femme avait vaguement froncé les sourcils en attendant la suite de ce qu'il venait de laisser planer comme sous-entendus dans l'air.

Une affirmation concernant ce qu'elle était, et le rappel que quitter Hapès serait certainement extrêmement dangereux pour elle. De la part des Sith comme de celle de la Triade …

« Oui, je sais. »

Elle savait. Elle ne le savait même que trop bien, et il n'y avait d'ailleurs pas grand chose à ajouter à cette courte phrase. Si jamais la REPo la capturait, elle subirait les tortures réservées à tous les Sensitifs qui avaient le malheur de se faire avoir, et si jamais c'étaient les Sith qui lui mettaient la main dessus … il n'y avait aucun doute sur le fait que ce serait pire encore. Et que Akni comme Sei'Vys ne se gêneraient pas pour la balader indéfiniment le long de la frontière avec la mort mais sans jamais lui accorder cette délivrance.

Elle savait …

Mais en revanche, la suite des allégations du Whiphid fut plus étonnante, et une légère surprise fut palpable dans son aura tandis qu'elle écoutait attentivement. Le silence retombant bientôt sur la salle du Conseil tandis que Dashiell préféra prendre le temps de décortiquer tout ce qu'elle venait d'entendre afin de pouvoir faire le meilleur – le ''moins pire'' en tout cas – des choix. Dans sa réflexion, son regard s'était d'ailleurs fait plus vague tandis qu'il s'était également abîmé dans le vide, preuve s'il en était besoin qu'elle tâchait de se concentrer pleinement afin de peser chacune de ces options et chacun de ces mots.

Ni Jedi ni Sith, elle était toutefois autorisée à rester sur Hapès tout en optant pour un statut un peu bâtard proche de celui des Jedi que l'on nommait parfois ''Gris'', mais cette proposition s'ornait toutefois de deux conditions qui étaient tombées sur ses épaules tel un poids. Un fardeau presque …

La première était ainsi de renoncer au Côté Obscur et à tout ce qui s'y rattachait lorsqu'elle serait dans l'enceinte du Temple, et malheureusement la formulation était suffisamment large pour englober beaucoup de choses. Sa maîtrise de la Magie Sith, l'apprivoisement et le dressage de ses fauves, son Juyo … autant d'atouts qui étaient les siens – qu'elle avait travaillé auprès de Koyne avec acharnement pour devenir meilleure – mais qu'elle allait tout de même devoir abandonner. Abandonner et se cantonner à ce qu'elle était avant finalement, à ce qu'elle avait toujours été et ce qu'elle serait donc de nouveau : une Padawan très moyenne, voire même très médiocre. De cette condamnation que le Bothan lui avait tant susurré à l'oreille et qui allait finalement redevenir réalité, parce qu'il fallait bien être réaliste : changer de forme de combat au sabre-laser n'allait pas être une mince affaire, et elle n'avait jamais été miraculeusement douée dans le maniement de la Force non plus. Médiocre, elle allait donc redevenir médiocre.

Mais la seconde condition était également assez lourde de conséquences, parce qu'accepter de compléter sa formation de Jedi allait aussi impliquer qu'elle recommençât à penser comme une Jedi, et elle ne savait honnêtement pas si elle en était capable. Sans doute parce qu'à ses yeux, l'Ordre et ses dogmes représentaient une espèce de période enfantine et innocente, loin de la souffrance du quotidien, loin des désillusions qu'elle avait essuyé. Loin de tout. Loin d'elle-même. Au risque d'être exécutée par le Grand Maître lui-même si jamais ce dernier estimait qu'elle avait finalement basculée sans plus être récupérable.

Et puis …

Et puis surtout, il y avait eu ce mot : ''impardonnable''.
Malgré ses arguments, le Conseil s'obstinait donc à penser qu'elle avait basculé du Côté Obscur, et ce terme d'impardonnable lui était extrêmement douloureux à supporter tant il portait en lui de sous-entendus. Comme si cette assemblée de sages acceptait de faire un pas en direction de la pestiférée qu'elle était devenue. Comme si elle était elle-même responsable et coupable de tout ce qu'elle avait eu à endurer, de la peur jusqu'à la soumission en passant par la torture. Condamnation ô combien cruelle à laquelle Koyne ne s'était jamais abaissée puisqu'elle avait accepté son Acolyte sans jamais la juger. Avec une bienveillance et une gentillesse dont le souvenir serra un instant le cœur de la jeune femme.

Koyne lui manquait tellement …
Et elle aurait tellement voulu qu'on la rassurât. Mais du haut de ses vingt-et-un ans, il aurait été stupide d'attendre ce genre d'attention de qui que ce fût – surtout de Jedi dénigrant les relations humaines et la considérant à moitié comme une Sith – et Katria savait donc qu'elle allait donc devoir enterrer ses espoirs enfantins. Puérils. Idiots …

Du point de vue des Jedi, cette proposition était effectivement des plus honnêtes voire même très généreuse, mais de son point de vue … oh et puis après tout, qui se souciait réellement de son point de vue, hein ? Quelle valeur avait l'existence d'une gamine ratée ? Et puis surtout, si elle refusait, quelle solution lui restait-il ? Se terrer sur Nar Shaddaa avec les vestiges du Crimson Elite pour tenter de blesser les Sith au plus près ? Une bien belle aventure sur le papier, mais Katria n'était pas assez stupide pour ne pas se douter que tout ceci serait aussi stérile que dangereux.

Elle était tout bonnement dans une impasse, et elle n'avait aucune autre issue que cette main que les Jedi lui tendaient, et ce même si cette aide était bardée de conditions bien compliquées à accepter. Parce que … parce que … parce que si, elle allait devoir changer. Elle allait devoir devenir quelqu'un d'autre.

« J'accepte. Et je vous remercie. »

Parce qu'elle allait s'enterrer auprès de Koyne.
Et parce que même si elle le dissimulait du mieux possible, elle avait peur. Peur de cette tartine de merde qu'elle allait à nouveau devoir avaler complaisamment pour pouvoir survivre. Peur de cette coquille vide qu'elle finirait bien par devenir un jour à force d'être quelqu'un d'autre.

Triste ironie que de constater que la seule personne à l'avoir pleinement acceptée – avec ses qualités et ses défauts – était une Sith.

_________________




Voir le profil de l'utilisateur
K'Kruhk
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 26/03/2017
Rang : Grand Maître Jedi
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Mar 12 Sep - 20:50
Je fixais intensément Dashiell durant son hésitation. Une hésitation que j’avais parfaitement perçu et qui était tout à fait logique. Elle avait finalement hérité d’un pouvoir dont elle ne comprenait pas vraiment la philosophie : que ce soit du côté des Jedi ou des Siths d’ailleurs. J’avais appris à mes dépends que maîtriser un pouvoir sans cadre et sans limitation rendait son utilisation purement égoïste. Il était temps pour Katria Dashiell de retrouver un peu de discipline dans l’éclosion de ses pouvoirs naissant et dans la pratique de la Force. Où ce voyage initiatique l’avait-il mené ? Force était de constater qu’elle avait fini dans les geôles dépossédée de tout ce qui lui appartenait et vêtue d’une tunique de prisonnier. Il en allait de même du Crimson Elite qui était un coup porté à l’Empire Sith. En effet, DuCade utilisait ces hommes d’élite afin de préparer ses invasions et même à des fins stratégiques. Il y avait là des instructeurs, des officiers, des ingénieurs et tout cortège de forces spéciales, de quoi monter une force pérenne qui pourrait transmettre son savoir-faire à toute une génération. Tout du moins c’était le cas avant l’opération désastreuse sur Bonadan qui avait amputé le Crimson Elite de plus de la moitié de ses effectifs, de sa dirigeante et surtout de ses bases principale. L’organisation était donc aujourd’hui un petit groupe en fuite qui dans la débâcle n’avait plus aucune chance de trouver un endroit où s’établir. Une telle force ne pourrait jamais retrouver un endroit où s’établir : leur équipement était trop coûteux et leurs frais de fonctionnement trop énormes pour être pris-en-charge par des groupes mafieux. De la même manière, il n’y avait plus aucune possibilité de les intégrer aux groupes majeurs qui les avaient vus comme des individus associés à DuCade. Il fallait ouvrir les yeux, dans l’état actuel le Crimson Elite était voué à se disloquer en petits groupes qui péricliteraient tous petit-à-petit dans des opérations de mercenariat, seule façon d’exister pour eux. Après Hapès, il ne resterait plus rien d’eux dans le format actuel, mais je gardais ce questionnement pour plus tard.

Je me contentais de hocher de la tête face à la réaction de Dashiell qui acceptait notre proposition. Avait-elle réellement le choix ? Oui, je le lui aurais laissé de toute manière, même si elle était un peu comme le Crimson Elite, sans aucun endroit où aller. La lutte et les idéaux de cette jeune femme auraient été vains si elle n’avait pas choisi de nous rejoindre, peut-être le savait-elle d’ailleurs. Je ressentais en elle une grande frustration d’avoir perdu sa Maîtresse, sans doute le fait de ne jamais l’avoir mise face à ses propres responsabilités avait fait naître ce sentiment d’amitié envers Koyne DuCade, mais le Poing de l’Empire ne lui avait pas rendu service en faisant cela, aussi je me sentais obligé de rajouter quelque chose.


-Très bien, c’est avec plaisir que nous vous acceptons de nouveau parmi nous. Je me permets donc de vous donner un enseignement en guise de bienvenue, sans doute le plus important que j’ai reçu moi-même au cours de ma vie. N’oubliez jamais que le pouvoir que nous avons ne nous appartient pas, il nous a été confié par la Force, c’est-à-dire une entité qui connecte l’ensemble des êtres vivants de cette galaxie. Il convient donc d’utiliser ce pouvoir avec raison et il ne serait ni équilibré, ni harmonieux d’utiliser ce pouvoir sans aucune discipline et simplement à des fins guerrières et/ou personnelles. Souvenez-vous toujours que la nature aime l’équilibre et qu’en son tout, elle constitue un système unique et isolée, ce que vous puisez d’un côté sera retiré de l’autre...Si vous prenez quelque chose, autre chose vous sera retiré. En utilisant la Force comme un outil, c’est finalement la Vie toute entière qu’on réifie. C’est donc en ayant parfaite conscience de l’étendu de ses actions et de ses possibilités que nous pouvons agir avec justesse et justice. Comprenez ces pensées et vous comprendrez l’Ordre Jedi et à peu près toutes les décisions qui ont été prises. Méditez sur cet enseignement à mesure que vous progressez parmi nous Katria Dashiell, et revenez converser à ce sujet lorsque vous vous en sentirez prête pour me dire si vous avez compris ou non cet enseignement.


Je venais donc de donner très sérieusement un enseignement à Dashiell avec mes mots. De ces paroles qui auraient pu paraître énigmatiques je l’invitais à réfléchir pour grandir et mieux appréhender ses pouvoirs et les restrictions que nous y appliquions pour le moment. De la même façon, elle pourrait relier mon propos à celui sur les Siths un peu plus tôt, celui concernant la corruption inéluctable de leur âme par leurs pouvoirs qui n’étaient en général usités que pour des fins guerrières et/ou personnelles. Désormais Katria Dashiell avait toutes les cartes en main pour mieux comprendre l’Ordre qui l’entourait et qu’elle venait de rejoindre...Mais aussi pour pouvoir continuer dans les idéaux que sa Maîtresse avait maladroitement tenté d’instaurer dans un environnement qui ne s’y prêtait pas. On aurait pu croire que la séance était terminée -c’était presque le cas- mais j’avais une dernière chose à ajouter.

-Puisque l’enseignement pratique est indissociable de l’enseignement théorique, je vais vous confier votre première mission. Le Crimson Elite est un groupe entraîné qui ne pourra pas perdurer dans l’état actuel des choses, il serait malhonnête et sectaire de les renvoyer alors que vous vous restez. Je vais donc faire de vous l’émissaire de ce Conseil pour aller vous entretenir avec eux et leur faire une proposition. Nous leur proposons un toit et une base en ce temple, nous les financerons à la hauteur de nos moyens et ils pourront ainsi demeurer en tant que Crimson Elite. Nous ne leur imposerons que quelques conditions pour qu’ils puissent demeurer parmi nous : ils ne devront accepter que des missions qui vont dans le sens des idéaux de cet Ordre, en ce sens ils ne rendront compte qu’au Conseil ; ils devront participer aux tâches communes et enfin ils devront participer à la défense et au rayonnement de ce lieu. Le Crimson Elite pourra donc rester parmi nous et perdurer dans le temps de manière à pouvoir continuer leur lutte sans disparaître. Bien évidemment, nous accepterons leur décision quelle qu’elle soit et nous tiendrons compte de leur pouvoir décisionnel dans l’avenir de ce Temple s’ils restent parmi nous, cela bien sûr tant qu’ils s’engagent à respecter nos préceptes fondamentaux. Bien évidemment, cela est aussi valable pour tous les gens de Rothana.


Je venais de faire un deuxième pas vers Katria Dashiell. Je venais de proposer au Crimson Elite de rester au temple et de demeurer parmi nous avec tous les gens de Rothana qui se trouvaient ici. Nous doterions ainsi l’Ordre d’une force militaire conséquente qui lui permettrait au moins de pouvoir se défendre en cas de coup dur. L’Ordre n’était plus habilité à commander des troupes, en ce sens le Crimson Elite se prêtait parfaitement à cela puisqu’il comportait ses propres officiers. Je savais également que cela rassurerait Katria d’avoir ces hommes autour d’elle puisqu’ils permettraient ainsi de perpétuer un certain idéal de Koyne DuCade. Ces troupes n’étaient pas empreintes du Côté Obscur et il n’y avait là que des militaires désorientés, j’avais pu voir rapidement avec la Reine du Consortium pour la faisabilité de cela, je m’étais porté garant de la décision du Crimson Elite. Cette dernière décision ne manquerait pas de plaire à Loes de Walleron qui avait toujours prôné des décisions politiques, celle-ci nous ferait gagner en influence en incorporant de facto dans nos rangs des profils avec diverses compétences qui nous manquaient cruellement pour avoir un poids et une analyse dans cette guerre dont la composante militaire était désormais indubitable.
Voir le profil de l'utilisateur
Katria Dashiell
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 12/04/2017
Rang : Padawan
Localisation : Hapès
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Mer 13 Sep - 0:19

Un enseignement en guide de bienvenue …
Dans son état de fatigue et de migraine latente, Katria n'avait franchement pas la tête à méditer sur de grands principes abstraits, mais elle se contenta toutefois d'écouter respectueusement tout en hochant la tête. S'abstenant de comprendre, s'abstenant de vouloir comprendre. Parce qu'elle pensait justement savoir où voulait en venir le Grand Maître mais qu'elle n'avait pas très envie de creuser le sujet : la Force, l'équilibre, l'harmonie, le désintéressement et l'abnégation … autant de concepts rejetés des Sith, aussi n'était-il pas réellement compliqué de percevoir le message sous-entendu derrière tout ça. Surtout lorsque K'Krukh avait clos cette courte leçon en précisant que le jour où elle la comprendrait, elle comprendrait aussi toutes les décisions qui venaient d'être prises par le Conseil. Où comment souligner qu'ils avaient raison et qu'une opinion contraire ne serait pas acceptée, et même si la jeune femme n'avait rien dit, elle se doutait bien que son aura fluctuant au sein de la Force avait tout dit à sa place.

Ses hésitations, sa peine, sa peur et ce sentiment de tomber encore et toujours dans un puits sans fond … autant d'émotions que ces Maîtres puissants avaient sans doute perçu chez elle. Perçu mais pas apprécié. Raison pour laquelle ils enfonçaient sans tarder le clou afin de lui rappeler combien elle était impardonnable à leurs yeux et combien elle allait donc devoir ramer pour mériter cette seconde chance qu'ils venaient de lui offrir. Sans oublier ce Code Jedi qu'elle allait devoir à nouveau considérer comme vrai de bout en bout, et ce sans plus se poser de questions. Difficile dans la mesure où elle n'y croyait plus …

''Il n'y a pas de mort, il n'y a que la Force''

Sauf qu'à ses yeux, à la mort ne succédait rien. Ni Force ni fantôme guidant les vivants avec bienveillance. Simplement la mort dans tout ce qu'elle pouvait avoir de cruel et de terre à terre pour ceux qui devaient ensuite vivre avec le poids du manque et de la souffrance. Et si ce sentiment était encore renforcé par la disparition de Koyne, il n'en demeurait pas moins qu'elle n'y avait jamais vraiment cru, à ce précepte, lorsqu'elle était gamine. Se demandant parfois avec les autres Initiés si ces fameux fantômes des anciens Maîtres existaient réellement ou alors s'il ne s'agissait que de légendes parce que, dans le fond, très rares étaient ceux qui en avaient vu. Ou qui pensaient en avoir vu. Et quand on savait que Akni était devenue la One Sith parce qu'elle n'avait justement vu personne, c'était ironique ou cynique comme manière de penser !

Alors oui, oui elle voulait être égoïste.
Parce qu'elle n'était pas qu'une abeille ouvrière œuvrant pour la ruche, mais qu'elle était aussi une personne vivante et intellectuellement libre. Une Humaine avec ses qualités et ses défauts, avec ses croyances et ses espoirs, et qu'elle estimait ne pas être un monstre juste pour ça. Et qu'elle estimait avoir le droit de pleurer la mort de la seule personne qui ait vraiment compter pour elle. Qu'elle estimait … mais qu'elle ne dirait rien. Comme d'habitude. Parce que cette année à vivre auprès de Koyne n'avait manifestement été qu'une parenthèse qu'il lui fallait désormais refermer.

Alors qu'elle se refermât …

Mais si le bonheur semblait désormais lui être interdit, les Jedi semblaient sincèrement prêts à offrir une opportunité ô combien généreuse aux anciens membres du Crimson Elite ainsi qu'à toutes les personnes qui avaient quitté Rothana, et la jeune femme se sentit réellement soulagée pour eux. Soulagée et heureuse de constater qu'ici, chacun pourrait retrouver stabilité et sécurité, et ce même si elle-même ne bénéficierait pas d'autant de liberté. Mais peu importait, elle n'importait pas vraiment. Surtout dans la mesure où elle était coupable de la mort de Koyne et qu'elle était donc désormais responsable également de l'avenir de tous ces gens. Y compris de la petite Amanda qui allait bien devoir être formée, et qui saurait peut-être s'insérer dans l'Ordre Jedi avec réussite. Elle le lui souhaitait en tout cas.

« Je leur parlerai dès qu'il me sera possible de le faire et je leur transmettrai votre proposition et vos conditions. »

Certains accepteraient, certains refuseraient, mais tous pourraient décider en leurs âmes et consciences. Et si Katria pouvait réellement leur offrir tout ça, alors peu importait ce qu'elle-même pouvait devenir et à quoi elle devrait renoncer, parce qu'elle poursuivrait indirectement l’œuvre de DuCade en offrant ainsi le meilleur aux siens. Et c'était tout ce qui comptait à ses yeux.

_________________




Voir le profil de l'utilisateur
K'Kruhk
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 26/03/2017
Rang : Grand Maître Jedi
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Mer 13 Sep - 18:01
Je me contentais d’acquiescer à mon tour. Les choses étaient claires et désormais définies, Katria Dashiell avait son cadre et elle savait exactement quoi faire pour la suite de ses opérations. Sa mission était simple et elle était incluse au sein de l’Ordre Jedi, nous avions aussi réussi à négocier le sort du Crimson Elite qui pourrait faire le choix de continuer d’exister au nom d’une pratique de la Force différente, n’était-ce finalement pas ce qu’ils souhaitaient obtenir en suivant DuCade ? Je ne pouvais pas répondre à leur place mais j’espérais intimement que Dashiell trouverait les mots et qu’ils accepteraient tous -au nom de leur cohésion- de rester parmi nous. Cela éviterait de voir fleurir de nouveaux groupes de mercenaires désœuvrés qui finissaient en général à la botte de grands groupes criminels avant de terminer dans l’annihilation la plus totale. Seul l’avenir le dirait et nous nous apprêtions à prendre des décisions historiques.

-Très bien, pour l’heure, la séance et levée. Ça sera tout, vous pouvez disposer. Venez me trouver une fois que vous aurez terminé cela, je discuterai avec vous de vos prochaines affectations.

C’était la guerre après tout et Katria Dashiell devrait servir à nouveau dans nos rangs. Maître Potyme avait lui-aussi été envoyé en mission et elle devrait partir aussi tôt ou tard. Bien évidemment, elle pourrait se reposer le temps qu’elle voulait mais je voulais discuter avec elle de ses motivations et de ses projets afin de cerner quel type de mission lui conviendrait totalement. C’était bel et bien là que les choses pourraient se décider. Sans autre forme de procès, je me levais comme les autres Maîtres qui m’imitaient, l’audition de Katria Dashiell était terminée.
Voir le profil de l'utilisateur
[+158 ABY-Hapès] Seule face à son Destin [PV K. Dashiell]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Seul... face à une mer de cadavres [PV Noah]
» Face à son destin. Chut, j'ai pas trouver mieux comme titre [ Pv Stephen]
» Je serai la seule architecte de mon Destin .:FINIE:.
» Pourquoi es-tu partie, pourquoi m'avoir laissée seule face a monde? | Sagesse Elfique. ♥
» Quand les démons font face à leur destin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Imperial Wars :: Galaxie :: Hapès-