[+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage
Holocron
avatar
Messages : 280
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Dim 17 Déc - 21:22
Si Moreau ressentait la colère et le tourbillons émotionnel qui malmenaient Syrielle Shakhovite intérieurement, il fit le choix de ne toujours rien laisser paraître. Professionnel en toute situation, le vieil homme demeurait de marbre. Là où d’autres auraient pu tenter de profiter de la situation afin d’obtenir des informations de la part d’un officier Spectre qui avait été un ancien agent des SpecOps, Ferdinand Moreau jouait le jeu jusqu’au bout et s’en tenait à sa parole. L’homme était en réalité tout simplement honnête. Malgré le ton glacial, presque cassant de la jeune femme, à aucun moment le Commandant REPo ne manifesta un quelconque agacement ou une quelconque marque de colère ou de protestation face à cela, il se contenta de plonger ses yeux bleus droit dans ceux de Syrielle avant de répondre avec le sérieux qui le caractérisait.

-Cela semble difficile à croire. Nous avons enquêté sur les communications de Solaris des mois durant, il communique exclusivement avec le Ministère. Il est très difficile pour un officier de la REPo, même de rang modeste, d’échapper à la surveillance du Ministère. Donc en bref, même si nous ne pouvons rien exclure formellement étant donné le caractère ubuesque de cette affaire, je ne pense pas que Solaris soit un agent dormant...À moins qu’il ne soit capable de communiquer dans la Force...Ce qui est bien évidemment exclu puisque les agents de la REPo font des bilans sanguins tous les deux mois.


Moreau sourit légèrement à l’évocation de la Force, et Syrielle pourrait comprendre qu’il avait évoqué cette possibilité simplement pour montrer que son équipe et lui avaient envisagé toutes les possibilités. Même si l’évocation de Solaris sensible à la Force le faisait sourire, il souhaitait montrer par cela le professionnalisme de la REPo, un moyen de faire bonne impression face à d’autres forces spéciales.

-Vous pourrez contacter votre supérieur. Prenez le temps qui vous sera nécessaire. Je serais très heureux de mettre à votre disposition tous les moyens qui vous seront nécessaires pour tirer cette affaire au clair.


Moreau laissa s’écouler quelques secondes, montrant encore une fois une franche coopération. Le vieil homme sourit à Syrielle avant de reprendre un visage plus grave. L’évocation de la dernière mission de Jorian était visiblement un sujet qui invoquait cette attitude. Le Commandant se contenta de croiser les bras à nouveau avant de se reculer un peu plus dans sa chaise.


-Je ne sais pas beaucoup sur le Unity. Je sais juste que Solaris y était, que vous y étiez aussi, cette partie du dossier est complètement vide. Nous savons juste que plusieurs Agents Alliés y ont trouvé la mort et qu’ils y sont décris comme des « éléments hostiles » dans le dossier. À part cette liste et la description du Unity, je n’en sais pas plus. Seuls Jorian Solaris et Alice Kollan étaient affiliés à cette mission.

Moreau n’en savait pas plus, il avait dit tout ce qu’il avait à dire concernant le Unity. Un fantôme du passé dont Moreau n’avait qu’une liste de noms de personnes tombées au combats, deux agents de l’Entente qui y participaient et le nom d’un vaisseau. Syrielle n’en saurait pas plus sur ce point.
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 838
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Mar 19 Déc - 20:19

À l'évocation du fait que Solaris ne pouvait être un Sensitif parce que les agents de la REPo étaient astreints à des tests sanguins réguliers, le Commandant Moreau avait sourit comme pour détendre l'atmosphère … et Syrielle avait vaguement souri également. De ce sourire neutre en apparence mais qui cachait toutefois toute l'ironie de cette situation qui se complexifiait de secondes en secondes. Si Moreau avait su … si Moreau avait su … Mais tant qu'aucune preuve formelle ne viendrait étayer sa parole, la jeune femme savait combien il était préférable de se taire, aussi se contenta-t-elle d'un geste de tête afin de remercier le vieil homme lorsque celui-ci lui offrit l’autorisation de contacter son supérieur afin de lui tirer quelques informations. Informations potentiellement dangereuses, tout comme celles concernant le Unity d'ailleurs.

« Je vous remercie, Commandant, et je pense qu'il détiendra des informations intéressantes. Ceci dit, ces informations peuvent aussi représenter un certain danger, alors avant de vous les communiquer – concernant le passé de Solaris ou alors ce qui s'est passé sur le Unity – je vous demanderais de bien y réfléchir. Cette affaire est manifestement très trouble et vous a valu de vous retrouver bazardé en première ligne ici, alors réfléchissez aux conséquences afin de ne pas le regretter. »

Après tout, il semblait assez évident que Moreau avait été envoyé au front pour ne plus fouiller dans la merde de Jorian, et en apprendre davantage pourrait donc être potentiellement létal pour lui. Mieux valait donc l'en prévenir, d'autant plus que le temps que durerait sa communication avec Whell, le vieil homme disposerait de plusieurs minutes pour peser le pour et le contre. Et pour mettre son honnêteté à l'épreuve, et ce même si Shakhovite savait combien toutes les vérités n'étaient pas bonnes à entendre.

Et sans doute conscient de la nature très sensible de la conversation qu'allait avoir la Spectre avec son supérieur, Moreau lui précisa qu'il lui laissait son bureau et sa communication holographique privée et sécurisée, et Syrielle le remercia tandis qu'il quittait la pièce pour lui laisser toute l'intimité nécessaire. Quelques secondes pour respirer calmement avant d'entrer à nouveau tous ses codes d'accréditations , et Mindian n'eut cette fois-ci même pas le temps d'en caser une que la voix de Shakh' se faisait déjà entendre pour réclamer de parler aussitôt à Whell. Glaciale et autoritaire au point que la Chagrienne – pourtant Capitaine – n'osa rien répliquer et la mit aussitôt en communication avec le Colonel. Colonel qui n'eut pas davantage le temps de parler d'ailleurs …

« Elliott, j'ai besoin d'un complément d'informations et immédiatement. Qui est  le Major Philippe Creek ? Qu'est-ce qui lui est arrivé ? Pourquoi Solaris a été incorporé dans les SpecOps avant de monter en grade alors qu'il n'avait absolument pas le profil nécessaire ? Et n'essaye pas de te défiler, je sais que tu connaissais Creek et que tu as suivi le dossier de Jorian pendant près de cinq mois, alors je veux savoir comment un gratte papier comme lui a pu se retrouver dans une équipe des Combats Urbains avec toute latitude pour choisir ses missions. »

Clair, net et précis.
Si Syrielle avait sentit une certaine rage l'envahir un peu plus tôt, elle n'était désormais plus que détermination et froideur, et son ton était clairement sans concession. Les questions qu'elle venait de poser, elle entendait bien y obtenir une réponse, et Elliott la connaissait suffisamment bien pour savoir que dans ce genre de cas, elle ne reculerait pas. Et que – d'une manière ou d'une autre – elle finirait par obtenir ces informations.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 280
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Sam 23 Déc - 18:51
Le Commandant REPo Ferdinand Moreau ressentait désormais clairement la frustration du Lieutenant Shakhovite, il ressentait aussi à quel point la jeune femme était impliquée personnellement dans cette affaire. Cela fit naître en lui une certaine tristesse, naissant de l’empathie qu’il ressentait pour Syrielle Shakhovite, quelqu’un qui n’avait finalement connu qu’une galaxie en guerre et qui n’avait pas su tourner la page face à un passé trouble. L’officier de la REPo sortit son dispositif de communication personnel, qu’il posa sur le bureau avant de s’adresser une dernière fois à Syrielle.

-Prenez le temps qu’il vous faudra, mon bureau est à votre disposition et cet appareil de communication est sécurisé, vous n’aurez pas à craindre d’être dérangée. Je resterai à l’extérieur et m’arrangerai pour que vous ne soyez pas dérangée.

Sans autre forme de procès, Moreau se dirigea vers la porte de bois. Il avait ignoré volontairement les propos de Shakhovite concernant les informations que pourrait lui fournir son collègue. Il traversa la pièce d’un pas énergique, saisissant la poignée de la porte avant de stopper net sa course. Le vieil homme se retourna vers le Lieutenant Spectre avant de la dévisager avec une étrange lueur dans le regard.

-Vous n’avez pas à vous poser de question de ce type me concernant vous savez, j’ai eu 87 ans cette année, je suis un vieil homme au crépuscule de sa vie maintenant. Je n’ai pas grand-chose à perdre et la seule chose qui pour l’instant me retient de faire éclater cette histoire au grand jour, c’est que mes collaborateurs sont plus jeunes et ont tous des familles qui pourraient être compromises par les conséquences de telles révélations...Et cela, je ne saurais le supporter. Si je puis vous donner à mon tour une petite recommandation, c’est plutôt vous qui devriez faire attention avec tout cela, vous êtes émotionnellement impliquée dans cette affaire et au-delà de votre propre vie, cela peut vous coûter votre intégrité. Cela n’est qu’un conseil, je sais ce que c’est que de tout perdre, j’ai perdu deux de mes fils sur les fronts Alliés et un troisième est mort d’une lente agonie dans une tranchée boueuse sur Erinar…


Cette lueur dans le regard de Moreau, c’était une terrible détermination. Peut-être également un peu de tristesse à l’évocation de sa famille, mais sans attendre de réponse -y avait-il quelque chose à répondre ?- Moreau disparut en fermant la porte, laissant place au claquement de ses bottes dans le couloir dont le bruit s’éloignait lentement. Désormais Syrielle Shakhovite était seule dans le bureau du Commandant REPo. Le vieil homme avait respecté ses paroles et une fois de plus la laissait communiquer sans réticence avec les officiers Alliés. Aussi ce fut avec une certaine surprise que la Chagrienne Mindian prit l’appel de Shakhovite, mais le ton était si directif que la Capitaine n’eut pas le temps de poser une quelconque question, elle comprenait qu’il s’agissait d’un cas de force majeure. Il en fut de même pour Whell dont le sourire s’effaça immédiatement devant la teneur et le sérieux des propos de Syrielle Shakhovite. Whell se frotta le menton, comme pour se remémorer des souvenirs anciens.

-Creek...Alors tu es tombée sur cette information aussi ? Philippe Creek était un membre du Régiment d’Infiltration, en fait, il faisait partie des affaires internes. Creek a effectivement recruté Solaris en 149, c’était une période trouble puisque les dissensions au sein de l’Alliance commençaient à se faire sentir. Creek a enquêté sur le cas de Solaris qui était soupçonné d’intelligence avec l’ennemi puisque sa famille avait travaillé avec Rana pour un trafic d’épice et qu’il était Lieutenant de réserve dans l’armée Alliée. L’enquête n’a rien donné et Creek a incorporé Solaris aux SpecOps car il était très motivé, mais pour être honnête, il y avait deux autres raisons. La première est facile à comprendre, à cette époque qui commençait à être trouble, nous manquions de personnel et les SpecOps manquaient également de bons techniciens capables d’alimenter le socle administratifs dont nous disposions. La deuxième est plus contextuelle, comme l’Alliance Galactique était en perte de vitesse, les pouvoirs commençaient à craindre des trahisons ou des transfuges, Solaris était un scientifique et à cette époque le bureau de Creek craignait que des attaques biologiques ou chimiques ne soient lancées, c’était donc un moyen de garder Solaris dans le giron de l’Alliance. Creek s’appuyait sur le fait que la famille Solaris possédait initialement un titre de noblesse impérial mineur et qu’il craignait de voir Solaris se retourner vers l’Empire.

Whell marqua une certaine pause, tout cela semblait loin pour lui et aussi des détails. Il n’aurait en réalité jamais pensé que ça intéresserait Syrielle Shakhovite. Après tout, tout cela n’était qu’un détail du dossier Solaris. Il reprit alors tout en ne cachant pas qu’il réfléchissait.

-Creek avait des ordres de plus haut concernant l’affectation de Solaris et je n’ai pas plus posé de questions, cela n’était pas de mon ressort...J’étais d’un grade inférieur à lui à l’époque. Il n’empêche que Solaris nous a bien aidé à restructurer les équipes en vue de combattre les Hutts, car c’était ça la mission que Creek lui avait assigné...Creek se bornait à dire que les problèmes au sein de l’Alliance viendraient de la corruption des gouvernements locaux par les Hutts. Je n’y ai jamais cru, mais c’était les ordres. Pour le reste, Solaris est monté en grade car il s’est justement avéré très efficace et que sa contribution a permis d’arrêter un Agent Sith lors d’une opération montée par les hommes de Creek, il a donc pris petit à petit du galon, à la fois pour ses contributions dans la réorganisation des Combats Urbain mais aussi dans l’arrestation de cet agent qui aurait pu nous causer du tort. Une fois que Solaris est monté Capitaine, Creek s’est éloigné de lui, en tout cas il m’a confié qu’il était désormais sûr de la fiabilité de Solaris et qu’il était transféré ailleurs. Je n’ai plus jamais eu de nouvelle de lui, il est sans doute mort et comme nous avons perdu une grande partie des dossiers et des rapports de cette période, ça sera difficile. Pourquoi t’intéresser autant au Major Creek Syrielle ?

Whell semblait sincère, il était en tout cas tout à fait probable qu’il n’ait jamais su que Creek était mort. Si le Colonel connaissait bien Creek, il n’avait pas non plus été son intime et vu de l’extérieur et de son point de vue, il n’avait aucune raison de le soupçonner de quoi que ce soit, d’autant plus si ce dernier faisait partie des affaires internes : en général ces gens là étaient triés sur le volet et surtout, ils ne rendaient pas de compte aux autres services de SpecOps.
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 838
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Dim 24 Déc - 18:45

« Au début de sa carrière, Creek avait monté son équipe d'intervention avec Alice Kollan, cette même Alice Kollan qui est un membre fondateur de la REPo mais qui a été écartée du Ministère à cause de son extrémisme et qui s'est donc retrouvée à la tête de la Brigade Anti-criminelle et des Opérations Spéciales, dirigées par Solaris. Cette même Alice Kollan qui a débauché Solaris et qui l'a récupéré directement sur le Unity à la fin de la mission, afin de lui confier des postes importants au sein de la REPo. »

Si c'était avec rage qu'elle avait contacté Whell, Syrielle s'était peu à peu calmée pendant les explications de l'officier, et ce fut donc d'un ton détaché qu'elle partagea avec lui ses informations. Un ton presque plat tandis qu'un vague rictus blasé vint un instant ourler ses lèvres tandis qu'elle comprenait plus que jamais que tout ce qui entourait Jorian n'était rien de plus qu'un énorme amas de merde. De cette merde dont elle n'aurait sans doute pas dû ressortir vivante afin que nul témoin ne subsistât, mais les Corelliens avaient la fâcheuse tendance de survivre comme de foutues mauvaises herbes. Dommage pour les cachottiers donc …

« Écoute Elliott, après les événements sur le Unity, on m'a demandé de fermer ma gueule et le dossier a été classé confidentiel avant d'être profondément enterré, mais là j'ai de plus en plus l'impression qu'on se fout de ma gueule. Et que tu fais un peu partie de ce ''on'' d'ailleurs … »

Une accusation qui frôlait de très près l'insubordination, mais Shakhovite l'avait pourtant prononcé sans ciller, plongeant son regard aussi froid que déterminé dans celui de son supérieur.

« Kollan est entrée en contact avec Solaris durant l'année 154 et même au sein de l'Entente, leurs échanges sont classifiés ou alors ont été détruits, mais ils ne sont pas consultables. La seule chose que j'ai pu apprendre, c'est qu'il lui aurait transmis des échantillons scientifiques qui eut aussi ont apparemment disparus, et sachant que Jorian était un scientifique très doué et que la mission sur le Unity concernait un certain ''virus'', je suppose que tu vois parfaitement où je veux en venir. »

Jorian avait-il participé d'une quelconque manière à la mise au point de cette saloperie de virus qui avait transformé ses amis en zombies qui s'étaient ensuite entre-dévorés ?! Une question ô combien vicieuse et que la jeune femme n'avait même pas réussi à oraliser réellement, préférant passer par des sous-entendus. Comme s'ils étaient moins difficiles à supporter.

« Ajouté à tout cela, je te précise également que Kollan fait actuellement des pieds et des mains pour prendre la main sur le front de Bonadan et en laisser le commandement à Solaris, alors maintenant je veux des réponses et je les veux maintenant, parce qu'il est absolument hors de question que je mène des hommes au combat si c'est pour que tout ça finisse comme sur le Unity ! Qu'est-ce qui s'est passé avec Solaris, Elliott ?! Soit tu me réponds, soit je pourrais malencontreusement laisser filtrer des informations sur cette saloperie de mission que tout le monde s'acharne à dissimuler depuis des années ! »

Et ça, ça ne souffrait d'aucun refus ! D'aucune contestation !
Syrielle voulait savoir et elle voulait savoir maintenant, parce que si elle était fidèle à l'Alliance Galactique et qu'elle était toute prête à donner sa vie sur ce front, il était en revanche hors de question qu'elle laissât certaines merdes se répandre à nouveau. Surtout si elle pouvait l'en empêcher.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 280
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Mar 2 Jan - 16:10
Elliott Whell écoutait la jeune femme avec attention, son regard se faisant plus perçant. Il avait toujours été à l’écoute de Shakhovite mais elle se faisait plus virulente et cette histoire avec Jorian Solaris se faisait plus pressante et avait désormais proféré des menaces à l’encontre de Whell, sous-entendant directement qu’il était mêlé à tout cela. Le Colonel ne montra aucun signe laissant penser qu’il était touché, en fait, il se contenta d’écouter toutes les informations et de laisser terminer Syrielle qui n’avait visiblement plus aucune intention de se plier au politiquement correct. Elle n’avait d’ailleurs jamais pu s’y plier, du temps où elle était dans l’équipe de Solaris, elle avait toujours été couverte par le bon Capitaine qui passait sous silence son respect approximatif des chaînes de commandement et du protocole...Puis ça avait été Whell. Le Colonel aurait pu prendre cela comme une ingratitude supplémentaire de la part de la jeune Spectre, lui qui avait bien plus d’expérience qu’elle et qui connaissait certaines ficelles qu’elle ignorait. Il laissa plusieurs secondes avant de répondre à ses invectives.

-En as-tu terminé ? Je crois que ce ton et ces menaces ne sont pas nécessaires, Syrielle. Puisque tu veux que nous jouions franc-jeu, alors allons-y. J’ai d’autres chats à fouetter que les petites querelles internes de la Triade et que ce qui se passe sur Bonadan, ça, ça va devenir TA mission. Tan’ith a été désavoué par l’État-Major et il est contraint de démissionner...Cela n’est pas encore officiel mais ça devrait être fait d’ici ce soir...Il se dit même qu’il n’est pas sûr qu’il puisse conserver sa place au sein de la Flotte Alliée. Les choses vont sans doute bouger très vite et on parle d’un nouveau Commandant Suprême qui devrait assurer l’intérim de Tan’ith.


Whell ne voulait initialement pas parler de ces informations confidentielles qu’il avait eu après son premier échange avec Syrielle Shakhovite, mais cela aurait de quoi la surprendre. Plo Tan’ith était allé trop loin et même si l’Alliance Rebelle était connue pour user de diplomatie et faire le dos rond, l’État-Major n’avait pas voulu réitérer les erreurs commises par l’Alliance Galactique qui n’avait jamais su trancher. Ils avaient fait tomber la tête de Tan’ith pour son incapacité à gérer la diplomatie avec l’Entente et avec l’Empire Galactique. Les choses changeaient et désormais l’Alliance Rebelle allait devoir faire face à ses responsabilités. Whell croisa les bras puis il se rapprocha un peu plus de l’HoloCommunicateur, comme pour créer un peu plus de proximité avec Syrielle. Après lui avoir laissé un peu de temps pour digérer les informations, il reprit, toujours d’un ton laconique et professionnel.


-Je ne peux pas te donner le nom du nouveau patron, il n’a pas été communiqué, mais ce que je peux te dire c’est que l’État-Major nous a demandé de nous tenir prêt car l’Alliance Rebelle prévoit de renégocier les termes d’une intervention sur Bonadan avec l’Empire Galactique et l’Entente. Cela change toute la donne, tu auras donc les renforts que tu demandais et ton action sera parfaitement encadrée sur Bonadan. Bien évidemment, tout cela doit rester confidentiel et tu ne dois pas le divulguer pour l’instant, si on apprend que cela a fuité avant les annonces officielles, nous serons sans doute exécutés tous deux pour haute-trahison...L’État-Major est bien décidé à faire tomber les têtes de tous ceux qui chercheront à semer le trouble.


Whell venait de donner une fois de plus des informations avec sincérité à sa subordonnée. Il était sincère en apparence, tout du moins il n’y avait aucune raison de penser qu’il mentait à Syrielle, il n’aurait jamais donné ces informations à quelqu’un qui n’en avait pas l’accréditation sans une totale confiance. Cette conversation aurait pu en effet être enregistrée par Syrielle qui aurait pu en faire ce qu’elle voulait par la suite et l’utiliser contre le Colonel qui n’avait pas bougé d’un iota et qui avait revêtu son habituelle expression neutre et détachée.


-Quant à ton histoire sur Creek, Solaris et Kollan, je persiste et je signe, je n’en savais rien ! Encore une fois, Creek était mon supérieur, il faisait partie des affaires internes et je n’avais pas l’accréditation suffisante pour connaître les tenants et les aboutissants de ses missions, il m’a demandé d’intégrer Solaris et c’est ce que j’ai fait, ça c’est une chose. Pour la proximité entre Kollan, Solaris et Creek, ce que tu insinues ici est très grave et un esprit un peu plus imaginatif que le mien pourrait imaginer que tu accuses des éléments hauts-placés de l’Alliance Galactique de trahison. Ce sont des accusations très graves, qui, si je suivais la procédure, devraient être signalées à la hiérarchie compte-tenu de ton uniforme et de ton grade, tu serais alors immédiatement mise aux arrêts et démise de tes fonctions en attente de la cours martiale. Je ne peux donc que te conseiller de garder tout cela pour toi pour l’instant, Creek était un officier supérieur des Renseignements, aux affaires internes qui plus est, il ne rendait compte qu’au Sénat et aux hautes-sphères de l’Armée, ce qui veut dire que s’il était mouillé dans quoi que ce soit, il n’aurait pas pu agir seul...Comprends-tu où je veux en venir ? Il est très probable que le nouveau Commandant Suprême de l’Alliance nous demande d’ailleurs de rouvrir les dossiers du Unity...Et là, il va pleuvoir des sots de merde Syrielle, il faut s’y préparer.


Whell avait raison, si de vieux dossiers tels que celui du Unity étaient rouverts, lui comme Syrielle seraient sans doute interrogés pendant des heures par les affaires internes. L’État-Major voulait faire le ménage et c’était l’idée sous-jacente du discours de Whell, Tan’ith avait été trop dogmatique, trop idéaliste et il était désormais temps pour l’Alliance d’effectuer une transition. Whell croisa à nouveau les bras puis fixa intensément Syrielle.

-Si tu es sûre de toi, il faudra apporter des preuves et pas simplement des insinuations. De mon côté, je peux essayer de mettre quelqu’un des archives sur Creek, d’essayer de voir si on peut trouver quelque chose à son sujet...Sinon je crains que la seule option qui te reste soit d’interroger Kollan ou Solaris directement…

Petite conclusion qui aurait pu être prise pour une petite plaisanterie mais qui en fait n’en était pas une. Whell avait une fois de plus raison, il ramenait Syrielle à une réalité froide et dure, loin de son coup de sang...
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 838
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Jeu 4 Jan - 17:03

Ainsi donc, Plo Tan'ith avait été poussé à la démission suite à ses mauvais choix en matière de diplomatie ? Une nouvelle qui ne surprenait finalement guère Shakhovite – trop habituée qu'elle était des tractations qui se tenaient quelque fois en haut de l'échelle – et même si elle conserva un air totalement neutre, elle se sentit toutefois profondément désolée. Désolée pour cet homme qui avait beaucoup donné à l'Alliance avant de finalement échouer à la guider plus avant, sans doute parce qu'il avait déjà trop vu et trop vécu pour pouvoir conserver son poste. Après tout, un chef d’État devait forcément être quelqu'un de suffisamment souple pour savoir s'adapter à tout ou presque, et il n'était clairement pas dans le caractère du Kel'Dor de se taire pour faire plaisir à qui que ce fût. Dommage pour lui … ou heureusement pour lui ? À son âge et avec les combats qu'il avait traversé, il avait en effet plus que droit à sa retraite, et la Spectre ne pouvait donc espérer qu'une chose : qu'on lui foutrait la paix et que Tan'ith pourrait donc couler des années paisibles au sein de sa famille. De cette pause certes forcée mais qui était aussi grandement méritée après toutes ces années de bons et loyaux services.

Une page allait donc se tourner, et même si les pensées de Syrielle s'était un moment tournées vers cet homme qu'elle respectait beaucoup, et ne tarda toutefois pas non plus à se re-concentrer sur la situation actuelle. Son air toujours aussi détaché et calme tandis qu'elle écoutait les explications d'Elliott. Ses mises en garde également, et ce même si elle n'avait pas sourcillé face à une menace de se retrouver mise aux arrêts puis envoyée devant une cours martiale. Sans doute parce qu'à ses yeux, son engagement au sein de l'Alliance tenait plus de la mission morale que de la carrière militaire avec avancement. Sans doute aussi parce que les agents des Services de Renseignements ne passaient que très rarement devant un tribunal, histoire d'éviter toutes fuites possibles …

« Si tu estimes que c'est ton devoir de me signaler et de me mettre aux arrêts, alors fais le. Depuis que je me suis engagée au sein de l'Alliance, je sais parfaitement ce que je risque – de tous les côtés d'ailleurs – et j'assume parfaitement. Par contre, je préfère te mettre en garde dès maintenant : le politiquement correct c'est une chose, mais si Solaris rejoue le scénario du Unity sur Bonadan, ce ne seront pas des officiers excités qu'il faudra gérer, mais des armées complètes de morts-vivants. Qui attaqueront les gens toujours sains pour propager le virus … et un virus qui pourra se propager très vite si jamais un infecté réussi à quitter la planète. Moi je suis tout à fait capable d'assumer mes actes et mes paroles devant une cours martiale mais toi, tu te sens d'assumer la propagation d'un virus comme celui-là ? »

Syrielle était de nouveau calme, et son ton détaché suffisait à le prouver : elle ne menaçait absolument pas Elliott, elle se contentait de lui expliquer – simplement et directement – les tenants et les aboutissants véritables de toute cette histoire. Parce qu'elle était peut-être paranoïaque, parce qu'elle se montait peut-être la tête … mais que si ce n'était pas le cas, le Colonel serait au moins au courant des risques encourus par des millions de personnes !

« Alors non, je n'ai pas de preuves et tu le sais très bien, sinon j'aurais déjà mis les pieds dans le plat pour foutre tout ça en l'air, mais je sais ce que j'ai vu sur le Unity, et je sais que je n'ai pas envie de le revoir. Surtout à grande échelle. Le parcours de Solaris au sein de l'Alliance a toujours été extrêmement particulier, et il est clair que c'est pour ses connaissances scientifiques qu'il a été recruté … et comme par hasard, il est intervenu puis a trahi pendant une mission concernant un virus inconnu. Je suis peut-être parano, mais tout ça me semble trop gros, surtout quand il s'avère que le trio Solaris/Creek/Kollan se connaissait, et que Kollan – qui occupe des fonctions policières et non pas militaires – fait tout ce qu'elle peut pour que Solaris soit en charge des opérations ici. Sans oublier d'ailleurs que si Bonadan est ''ma'' mission comme tu dis, je ne pourrais pas surveiller à la fois les Sith et les magouilles de Jorian. »

De toute la Galaxie, Jorian était sans doute la plus belle pute qui existait, et il était déjà assez compliqué de le suivre sans devoir en plus conserver un œil sur les Sith ! D'autant plus que comme elle l'avait appris à Elliott lors de leur première communication, son ancien mentor était manifestement un Sensitif n'ayant pas grand chose à voir avec les Jedi, et même si Shakhovite peinait encore à assembler tous les morceaux du puzzle, elle craignait tout de même ce qui pourrait se dissimuler derrière tout ça.

« Tu as réussi à joindre K'Krukh ou un autre Jedi ? Les Sith ne vont sans doute pas tarder à bouger, et je vais vraiment avoir besoin de savoir sur qui je peux compter à ce moment-là. J'ai besoin d'informations sur Solaris, sur Creek et sur Kollan, alors mets quelqu'un de confiance sur l'affaire. Peu importe la merde qui pourra en sortir, je m'en fous et je ne reculerais pas. »

Ce n'était même pas un simple point de vue moral, mais c'était bel et bien une nécessite : si Syrielle était douée dans son domaine, elle ne pourrait toutefois pas avoir des yeux partout, alors mieux valait limiter les risques.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 280
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Ven 5 Jan - 18:24
Shakhovite continuait, même si elle était toujours remontée –comme pouvait le ressentir Whell- elle tentait de se maîtriser et désormais ses propos semblaient un peu plus constructifs. Le Colonel pouvait-il réellement lui en vouloir ? S’il ne tombait pas des nues car les complots pouvaient être monnaie courante dans des institutions mourantes comme l’Alliance Galactique, il était dérangé de voir que le virus qui se trouvait sur le Unity refaisait surface. Y avait-il eu négligence ? Peut-être et si Whell s’était voulu apaisant, il ne pouvait s’empêcher de penser que Shakhovite avait raison, lui-même avait obéi à la hiérarchie, dissimulant et gardant secrets les rapports et les documents qui étaient relatifs à l’opération sur le Unity. Une opération bien mystérieuse au final, même pour Whell qui n’avait été qu’un exécutant et qui ne savait de la mission que ce qu’on avait bien voulu lui en dire, c’est-à-dire une mission secrète dont il aurait dû garder les informations. Bien évidemment, Syrielle lui avait raconté ce qui s’était passé, une histoire abracadabrante dont la version officielle n’avait été qu’un « problème moteur » qui avait mené à une avarie sur le Unity et à sa destruction, qu’en était-il de l’équipage ? De ceux qui avaient trouvé la mort à bord ? Tant de questions que lui-même à l’époque ne s’était pas posé, obnubilé et monopolisé par les tâches multiples qu’il avait dû assurer. Les propos de Syrielle ne lui décrochèrent finalement aucune réaction à part un calme olympien.

-J’ai pu contacter le Conseil des Jedi, mais je n’ai pu avoir qu’un intendant, un certain Maître Potyme. Il a été très prudent et accepte d’analyser nos échantillons sans poser de question, car je n’ai pas pris la responsabilité de l’informer quant à tes propres soupçons. Potyme m’a affirmé qu’il le ferait dès qu’il aurait du temps, le Temple Jedi est apparemment débordé par les sollicitations, mais la procédure est en cours…J’ai contacté Wenwhall et je vais faire livrer les échantillons au Temple Jedi. Potyme n’a pas pu garantir l’implication du Grand Maître K’Kruhk mais il m’a assuré que l’échantillon serait analysé.

Et c’était vrai, Elliott Whell avait fait transmettre la demande et avait demandé ce que Syrielle lui avait demandé. Une fois de plus, le Colonel s’était révélé être un soutien efficace, chose qu’il avait toujours été en dépit d’un certain flegme : Whell était en effet constamment celui qui rappelait à l’apaisement et qui demandait de prendre des décisions avec la tête froide. Il était en effet persuadé que c’était avec empressement et passion qu’on finissait consommé par les mauvais choix, c’était ce qu’il craignait constamment de la part de Shakhovite qui, bien que très compétente, avait parfois tendance à trop se laisser emporter, comme pour sa mission sur Bonadan. Si Whell ne soutenait pas tous les choix de Syrielle, il préférait les encadrer plutôt que la laisser faire les choses sans aucune limite, ce qui aurait pu se révéler très difficile pour elle et aurait même pu lui coûter sa place.

-Je veux bien te faire confiance pour Solaris et tes intuitions concernant Kollan et Creek, mais je voulais juste mettre le doigt sur le fait qu’il y a une procédure. Je t’ai toujours couverte, Syrielle, et tu le sais, je ne suis pas ton ennemi, mais là les choses sont graves. Je ne pourrai pas te couvrir si un scandale impliquant Creek éclate et qu’il émane d’un officier Spectre, c’est-à-dire toi. Tu dois bétonner ton argumentaire et surtout nous devons mener une enquête propre, de manière à disposer de faisceaux d’évidence irrévocables. Je veux bien concevoir que Creek, Kollan et Solaris aient magouillés, voire même que Solaris ait été un agent double et que certaines personnes aient été au courant de tout cela…Mais je ne prendrai pas la responsabilité de lancer des accusations ou de risquer nos carrières et nos vies sur de simples suppositions. Il va falloir jouer finement et surtout ne jamais dévoiler tes hypothèses à quiconque au sein de l’Alliance Rebelle, pour le moment tout du moins. Tu vas donc devoir m’écouter et je vais te demander de me faire confiance…Jusqu’à présent j’ai fait ce que tu m’as dit sans poser de question, désormais, c’est à toi de faire ce que je te dis et surtout de ne pas prendre d’initiative mal venue.

Whell était sérieux, presque formel. Il montrait qu’il avait bien compris la gravité de la situation. L’officier réfléchissait, il réfléchissait à la meilleure procédure et à la meilleure façon de l’énoncer, lui qui avait été un des derniers fidèles de l’Alliance Galactique, n’abandonnant jamais son poste et refusant finalement de se rendre était constant avec son comportement. Rien ne semblait pouvoir ébranler cet homme qui avait vu la déliquescence d’un système et qui avait pourtant assuré sa fonction jusqu’au bout, sans jamais faiblir ni tenté de le trahir. L’homme n’avait pas faibli dans sa contenance quand Syrielle l’avait quasiment menacé, il se contentait de peser le pour et le contre et de tenter de prendre les meilleures décisions.
-Tu vas oublier la mission sur les Siths, les troupes que nous enverrons s’en chargeront, l’annonce d’un nouveau Commandant Suprême change complètement la donne. Tu devras t’occuper de garder à l’œil chaque mouvement des gens du Ministère qui auraient un rapport avec Kollan sur Bonadan…Tu devras retrouver Solaris et ne pas le lâcher d’une semelle, court-circuiter toute action suspecte qu’il chercherait à mettre-en-place. Après tout, tu aurais toute autorité à collaborer avec le personnel de la REPo pour faire en sorte que les opérations sur Bonadan se passent bien. Ne le lâche pas, harcèle-le de question, cherche à comprendre tout ce qu’il fera et accompagne-le partout. C’est la seule garantie que nous aurons de pouvoir éviter qu’une nouvelle propagation du virus ait lieu et surtout, cela te permettra peut-être d’y voir plus clair sur le Unity et les événements associés. Penses-tu pouvoir en être capable oui ou non ? Voilà comment moi je vois les choses, nous n’arriverons à nous en sortir que si nous prenons le contrepied de ceux que nous avons en face, il faut les attaquer là où ils ne nous attendent pas ! Tu auras un ordre de mission, un statut et tout sera parfaitement encadré, au moindre problème, tu n’auras qu’à m’appeler. De mon côté, je vais enquêter sur les événements du Unity, je ferai ça personnellement.

Whell demandait beaucoup à Syrielle mais désormais, il proposait une opération encadrée sous son commandement, chose qui montrait clairement qu’il soutenait Shakhovite pour enquêter sérieusement sur ses allégations.
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 838
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Mer 10 Jan - 23:37

Elle allait devoir bétonner son argumentaire …
Même si Whell n'avait franchement pas tort sur la question, Syrielle ne put toutefois s'empêcher d'esquisser une moue contrariée, et de fait : si des hauts officiers de l'Alliance étaient effectivement impliqué dans toute cette merde, elle aurait beau bétonner tout ce qu'elle voudrait, l'affaire serait quand même étouffée. Et elle avec ! Pas qu'elle eut peur d'ailleurs – pas pour de simples menaces ou risques potentiels, sinon elle aurait été un bien piètre agent de Renseignements – mais plutôt craignait-elle que cette saleté de virus pût un jour se retrouver à nouveau dans la nature. Contaminant ainsi des dizaines voire des centaines de personnes – pour ne pas dire plus – dans une atmosphère de cauchemar que nul n'avait envie de connaître. Si elle avait eu le choix, elle-même ne serait d'ailleurs jamais monté sur le Unity, et c'était sans doute cette crainte viscérale nichée au fond de ses tripes qui la poussait à tant vouloir apporter une fin définitive à toute cette merde. Définitive. Absolument définitive.

Mais partie comme elle l'était, la jeune femme comprenait également que les choses n'allaient pas être simples, et la possibilité de passer par des voies très détournées était déjà en train de germer dans son esprit, lorsque Elliott lui fit une proposition qui la sidéra proprement !

« Sérieusement ?! »

Sous le coup de la surprise, son ton était légèrement monté, et le côté gauche de la commissure de ses lèvres venait d'être agité d'un tic nerveux. Crispations qui contaminèrent un instant sa joue avant qu'elle n'en prît conscience et se calmât pour faire cesser tout ça. Pour reprendre un visage qu'elle voulait aussi neutre que possible même si … même si ses traits s'étaient aussitôt durcis tandis que ses mâchoires trop crispées étaient presque saillantes. Un regard noir se plongeant profondément dans celui de son supérieur. De cet immobilisme qui dura de très longues secondes avant que Syrielle ne farfouillât nerveusement dans sa poche pour extraire une nouvelle clope qu'elle alluma aussitôt. Encore une. Foutue mission de merde !

« Si je peux sans trop de problème faire patienter Moreau et Weiss le temps que les choses deviennent officielles et que quelqu'un vienne me remplacer ici pour les seconder dans le commandement des opérations … mais t'es sérieux putain ?! Tu me vois vraiment coller gentiment au cul de Solaris pendant des plombes ?! Ordonne-moi de lui ouvrir la gueule et ce sera fait dans la journée, mais tu ne peux pas me demander un truc comme ça ! »

Qu'importât les conséquences, tuer Jorian ne serait jamais un soucis pour elle – bien au contraire même – mais lui coller au train pour le surveiller et l'emmerder, c'était clairement une autre histoire. Après tout même si la Spectre était connue pour ses coups de gueule et ses coups de sang, elle était aussi quelqu'un de responsable, et c'était justement son professionnalisme qui la poussait à douter énormément. Parce qu'après tout … était-elle seulement capable de rester dans le sillage de son ancien mentor pendant des jours et des jours, le tout sans lui planter sa lame dans le bide ? Elle-même n'était sûre de rien sur le sujet, et c'était donc avec une nervosité visible qu'elle était en train de griller sa clope avec sa rage. Ses doigts s'emmêlant et s'entremêlant ou passant dans sa crinière tandis qu'il était manifeste qu'elle était en train de réfléchir. Presque frénétiquement.

« Je sais pas si j'en suis capable ou pas … »

Une sentence des plus honnêtes, et qui tomba en même temps qu'elle écrasa sa cigarette dans le cendrier. Se brûlant légèrement le bout des doigts dans l'opération, sans même le remarquer, trop accaparée qu'elle était.

« Solaris n'a pas d'angle mort, c'est un paranoïaque qui envisage en tout temps tout ce qui pourrait lui tomber sur la gueule, et il est tellement passé maître dans les coups de pute qu'il ne loupe que très peu de faiblesse. J'ai déjà eu une chance énorme de l'approcher avec Siana, alors je doute de pouvoir vraiment le surprendre ici. La seule chose qu'il va faire, c'est s'adapter et jouer avec moi. »

Une analyse qui était extrêmement posée et pertinente malgré la foultitude de sentiments qui agitaient présentement la jeune femme, mais tant qu'à se foutre dans la merde, autant que Whell eut toutes les cartes en main.

« T'es vraiment sûr de vouloir prendre un tel risque ? Il me connaît et il sait comment m'atteindre, sauf que s'il a vraiment une occasion de le faire, tu peux être sûr qu'il verra beaucoup plus grand que juste me flinguer moi. Alors, t'es sûr de toi ? »

Elle-même n'était plus sûre de rien. Sur ce coup-là, elle était juste paumée, et incapable également d'avoir une vision cohérente de ce qui pourrait se dérouler. Mais néanmoins, elle avait toujours fait confiance au Colonel alors … alors ça valait sans doute le coup d'avoir le fond de sa réflexion sur la question avant de se décider.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 280
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Jeu 11 Jan - 22:05
Elliott Whell ne sourcilla pas, la mine toujours aussi grave. Les propos de sa subordonnée ne le faisaient pas ciller. Il avait suffisamment vu de problèmes et de gens mourir pour ne plus être ému par de telles déclaration. Il avait effectivement été le plus sérieux du monde lorsqu’il lui avait donné cet ordre, de la même manière, il avait été très sérieux lorsqu’il lui avait demandé si elle en était capable. Il ne voulait pas la forcer non plus, cela n’était pas dans ses méthodes et il savait qu’il devait d’abord se concerter avec elle afin de prendre une décision. Syrielle était sûre d’elle lorsqu’elle avait donné les informations à son supérieur et ce dernier était sûr de lui lorsqu’il lui avait répondu. Après tout, la Triade avait peut-être ses mauvais côtés, mais jusqu’à présent, elle semblait avoir réussi à coopérer honnêtement avec la Lieutenant du Spectre, une chose inespérée. Stregwel avait sans doute compris l’intérêt d’une coalition contre les Siths qui s’apprêtaient à se déverser sur la galaxie et à massacrer quiconque leur résisteraient. En fait, les informations supplémentaires que donna Shakhovite sur le virus ne firent que confirmer les certitudes de Whell sur cette affaire.

-Je me doute bien que cela ne te plaît pas beaucoup, Syrielle, mais c’est le mieux que je puisse te proposer. Essaie de réfléchir, et réfléchi bien. Comme tu le sais, nous n’avons plus les effectifs ni le matériel rutilant que nous avions sous l’Alliance Galactique, nous ne pouvons pas nous permettre d’aligner un grand nombre d’hommes et je pense que la priorité sur Bonadan est de faciliter l’action de la coalition toute entière. Ça tu le sais autant que moi, même si nous participons à ces opérations, nous ne pouvons pas nous permettre d’envoyer trop de monde au casse-pipe…


Introduction d’un propos que Whell rappelait souvent à Syrielle. Il fallait qu’elle soit moins tête brûlée et elle s’était déjà montrée suffisamment téméraire lors de nombreux engagements, il était inutile de vouloir faire preuve d’héroïsme inutile sur Bonadan. Bien que cela n’était pas la question directe de Syrielle, le Colonel préférait évacuer le sujet et éviter de nouveaux doutes de sa part, signe de lui montrer que sa mission envers la REPo et Solaris serait réellement prioritaire.

-D’autre part, abattre sévèrement Solaris ne résoudra rien ! Si tu fais cela, je te traînerai moi-même devant une cours martiale, car tu ne vaudrais pas plus que lui ! N’étais-tu pas la première à dire qu’il devait être jugé ? Ne veux-tu pas en savoir plus sur ce qui s’est passé ? Cela passe par cette mission et tu le sais très bien Syrielle, si Solaris est bien un Sith comme tu le dis et qu’il officie dans l’ombre en poursuivant des objectifs troubles concernant le virus qui était présent sur le Unity, il est de notre devoir de le garder à l’œil. Il serait suicidaire de le laisser les mains libres sur Bonadan, c’est aussi un criminel aux yeux de l’Alliance, donc tu as même le droit de demander à l’interroger...Qu’importe ce qu’il te dira, mais cela serait un prétexte. C’est en interrogeant Solaris que tu pourras confirmer tes hypothèses et le vaincre une bonne fois pour toute, donc à toi de me dire. Nous n’aurons pas de meilleure occasion de l’approcher de faire lumière sur cette histoire et tu es la plus qualifiée pour cette mission, celle qu’il connaît le mieux et qui le connaît le mieux. D’autant plus qu’il ne sera pas seul, cela diminuera sa marge de manœuvre. J’attends donc ta réponse, Syrielle, si tu ne le fais pas, j’enverrai de toute façon un autre agent car les choses sont trop graves et que je tiens autant que toi à coincer Solaris pour qu’il tombe dans les mains de la justice. Tu es la mieux placée pour le faire parler sur le Unity.

Whell était sincère et profondément engagé dans ses paroles. Il n’avait pas parlé pour convaincre, mais parlé pour que Syrielle se reprenne, elle était un très bon élément et cette affaire personnelle la rongeait depuis trop longtemps. Il ne s’agissait pas là d’un règlement de compte avec des pirates rivaux, elle n’était plus la pirate Corellienne qu’elle fut jadis, désormais Syrielle Shakhovite était un des meilleurs agents du Spectre et Whell espérait lui avoir fait comprendre que son talent et son professionnalisme pouvaient lui permettre d’accomplir cette mission haut la main.
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 838
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Hier à 11:38

« Rha putain c'est bon, lâche-moi ! »

Entre son introduction moralisatrice et cette promesse de la traîner devant une cours martiale si jamais elle exécutait Solaris, Syrielle venait soudainement d'envoyer balader son supérieur dans un geste qui n'avait rien d'élégant, mais cette situation la foutait proprement sur les nerfs. Et le fait que Elliott lui tînt de tels propos n'aidait pas non plus ! Après tout, l'Escadron Spectre faisait partie intégrante des Renseignements Alliés, et que ce soit en son sein ou dans la Section des Combats Urbains, la jeune femme avait toujours multiplié les missions se situant en marge de tout. De la loi comme de la morale. Supportant ainsi des guérillas ou assassinant des gens potentiellement trop dangereux pour être laissés en vie. Sans laisser de trace et sans poser de question. Indubitablement, bosser pour ce genre de services poussait à avoir constamment les mains dans la merde, et Whell le savait trop bien, aussi était-il très mal placé pour lui faire la leçon. Si Jorian était finalement capturé, il serait torturé avant d'être exécuté discrètement pour ne pas faire de vague – destin classique de ceux qui en savent trop et qui trahissent – et Shakhovite ne goûtait donc guère à cette hypocrisie dégoulinant de bons sentiments qui n'avaient clairement aucune place dans leur métier.

Sans compter qu'au final, abattre son ancien mentor le ferait juste totalement disparaître de la carte, ce qui l'empêcherait donc de nuire et ne pourrait que déstabiliser ceux qui travaillaient éventuellement pour lui.

Mais bon, c'était lui le Colonel hein, alors il devait forcément avoir raison …

« Outre mon histoire personnelle avec lui, j'estime que Solaris est un danger trop important pour être laissé en vie, et s'il n'était pas un ancien des SpecOps, tu m'aurais déjà ordonné de l'exécuter. Je le sais, tu le sais, alors on va tâcher de ne pas jouer les effarouchés. »

Et le message dissimulé derrière ces paroles était d'ailleurs extrêmement clair : il décidait, donc il assumerait ! Quelles que puissent être les conséquences d'ailleurs, parce que si la Spectre voulait bien y mettre de la bonne volonté, elle refusait toutefois d'avoir à subir les pots cassés si jamais tout cela tournait aussi mal que ce qu'elle craignait !

« J'attends donc de toi un ordre officiel, qui prendra en compte mes réticences que je suis en train de te signaler. Parce que si tout ça tourne aussi mal que je le suppose, il est hors de question que j'en sois tenue pour responsable. Et si Jorian décide de me mettre aux arrêts puis de me passer en cours martiale parce qu'il estime que j'aide l'ennemi en traînant trop dans ses pattes et en l'empêchant de faire son boulot, je veux aussi être couverte. »

Syrielle en avait pourtant effectuées des missions difficiles, mais c'était la première fois qu'elle demandait ainsi à ce que ses ordres fussent à ce point précisés afin de ne pas pouvoir être tenue pour responsable. Parce qu'elle était peut-être trop négative et trop impliquée émotionnellement – sûrement même – mais Elliott quant à lui ne semblait clairement pas se rendre compte de la gravité de la situation.

« Pour le reste, pas la peine d'impliquer un autre agent, je ne suis pas du genre à refiler ma merde aux autres. Surtout que tous ceux qui ont eu le malheur de traîner autour du Unity en eut à en subir les conséquences … et peut-être que cette guerre éliminera les derniers impliqués, ce serait bien pratique. Enfin bref, j'attends juste ton ordre de mission et je m'y mets. »

Whell voulait qu'elle fût professionnelle, alors elle allait être professionnelle. Et elle allait gentiment tourner autour du cul de Jorian pour lui poser gentiment ses petites questions. Et comme tout le monde était toujours bien gentil, il était à peu près certain qu'elle obtiendrait facilement des réponses qui lui permettraient de faire en sorte que tout rentrât dans l'ordre. Par la Force, que la vie pouvait être simple et agréable quelque fois.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
[+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Sujets similaires
-
» [Environs de St-Jean-d'Angély] Dans la gueule du loup (Amy/Gabie)
» Dans la gueule du Loup
» Dans la Gueule du Loup.
» Event 2 : Dans la gueule du loup (Part 2)
» Comme dans la gueule du loup . . . [PV Shirley, Annabelle, Ayame, Erreur]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Imperial Wars :: Galaxie :: Autres Planètes :: Bonadan-