[+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 834
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Jeu 5 Oct - 17:32

Si Moreau et Weiss n'avaient aucune expérience de la guerre, ils étaient toutefois en train de prouver qu'ils n'étaient pas là en touristes, et Syrielle écoutait donc avec attention les stratégies qu'ils étaient en train de lui dévoiler. Stratégies qui étaient certes un peu scolaires pour certaines – déjà testées en situation réelle pour d'autres puisqu'il s'agissait effectivement de la configuration de Trigalis – mais le tout bénéficiait aussi de beaucoup de bon sens. D'une certaine réflexion. Et aussi d'une adaptabilité que la Spectre savait pouvoir obtenir de ces deux officiers qui semblaient désormais tout prêts à l'écouter et à lui accorder leur confiance pour l'opération à venir !

« Vous n'êtes pas superstitieux au moins, c'est plutôt une bonne chose. Mais les tactiques de Trigalis étaient effectivement bonnes, et là les renforts arriveront sans que les Sith ne puissent bénéficier d'un abandon des troupes. D'ailleurs Commandant Moreau, il y a fort à parier qu'ils reconnaissent cette configuration eux aussi, alors vous devriez justement en profiter pour leur faire croire que l'opération Ishtar est toujours en cours et que l'évacuation est imminente. Après tout, si ça peut les pousser à se montrer imprudents en espérant avoir une victoire facile, je pense qu'il faut le tenter. Est-ce que les civils ont déjà été évacués des zones les plus exposées ? »

Connaissant les Sith, il y avait effectivement fort à parier qu'ils n'épargneraient pas les civils et se serviraient au contraire d'eux – comme boucliers humains ou comme sacrifices afin de traumatiser les populations – alors autant les évacuer sans plus tarder. D'autant plus qu'avec l'Opération Ishtar, ils s'attendraient certainement à des armées capables de partir en débandade à la moindre alerte, et si jamais celles-ci pouvaient être déclenchées en pleine ville, les tactiques de guérillas urbaines associées à la puissance des agents du GIS pourraient faire des merveilles ! De même que les blindés de la Triade saurait soumettre les ennemis dans les rases campagnes vu la puissance dont ils disposaient.

« Je pense qu'à ce moment-là, il va falloir prévoir plusieurs tactiques : une concernant les blindés pour attaquer en campagnes, et l'autre axée sur la guérilla urbaine pour les villes. Dans un cas comme dans l'autre, il y a des chances que les Sith débarquent en masse en pensant créer un mouvement de panique, et se faire harceler de toutes parts devrait les décontenancer suffisamment pour prendre l'avantage. Durant mes années de service au sein des SpecOps, j'étais affectée à la division des Combats Urbains donc si nécessaire, je peux également vous aider de ce côté-là. J'aurais juste besoin des plans des principales métropoles, mais des plans complets : bâtiments, gaz, électricité, canalisation, souterrain … »

Et sans perdre de temps, la jeune femme avait déjà plongé la main dans l'une de ses poches, y récupérant ainsi son datapad dans lequel elle fouilla quelques instants avant de le brancher sur la table d'holoprojection. Affichant ainsi quelques secondes plus tard un plan modélisé d'une ville et de son spatioport attenant.

« Par exemple, ce plan est celui de la zone Bonadan Nord-Est III, où le spatioport touche directement la ville. Comme vous pouvez le voir en rouge, cette ligne met en évidence toutes les conduites de gaz et d'électricité qui approvisionnent toute la zone en énergie. Et si vous piégez quelques endroits – comme ceux qui apparaissent en bleu – vous pouvez déclencher une gigantesque réaction en chaîne. Capable de faire exploser les quatorze centres énergétiques de la zone, de la priver intégralement de courant, et de provoquer des incendies un peu partout, que ce soit en surface ou dans les conduits souterrains. Peu de moyens mis en œuvre mais un résultat garantit si jamais vous pouvez évacuer les civils auparavant. »

Pour s'être déjà rendue sur Bonadan à plusieurs reprises, Syrielle possédait effectivement certaines données assez précises sur la planète et pendant le voyage qui l'y avait mené, elle avait donc mis ce temps à profit pour potasser un peu. Histoire d'arriver prête au maximum, et surtout avec quelque chose de très concret à proposer.

« Mais pour le moment, je pense que contacter ma hiérarchie nous permettra surtout d'avoir des informations plus précises, histoire de pouvoir mettre en place tout le reste. Si vous me permettez d'utiliser l'une de vos lignes de communication sécurisées, ce serait sans doute plus simple d'ailleurs. »

Plus simple et plus rapide.
Et ensuite … ensuite ils pourraient vraiment mettre leurs plans d'attaque sur pied, et ce afin de défendre Bonadan et son Secteur du mieux possible.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 280
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Ven 6 Oct - 11:18
Moreau et Weiss écoutaient les plans de Shakhovite, désormais la phase de méfiance était largement dépassée. Weiss avait aussi surmonté ses réticence à recevoir de l’aide de la part de personnel Allié qu’il voyait comme des gens attachés à des idéaux morts et enterrés depuis bien longtemps. En fait, c’était bien là le point central des tensions qui régnaient entre les deux hommes, Weiss voyait Moreau comme un résidu de l’Alliance Galactique. En fait, la Spectre se montrait bien plus compétente qu’ils n’auraient pu l’imaginer. Cela n’était pas une surprise pour Moreau qui savait mieux que quiconque l’entraînement qu’avait les membres du Spectre et surtout qu’il s’agissait d’un escadron qui existait depuis bien longtemps et qui avait pu, au travers de ses membres, accumuler une expérience très conséquente. Alors qu’elle posait ses questions, Moreau sortit son datapad et ses documents qu’il déposa sur la table. Weiss nota quelques informations sur son propre datapad.

-Nous avons évacué les civils dans toutes les zones qui sont concernées par l’opération Ishtar, tous les secteurs ne sont pas touchés mais nous avons mis-au-point un plan d’évacuation avec la CORPo pour évacuer les civils résidant dans les zones menacées par les Siths si ces derniers débarquent.

Alors que le Colonel Weiss venait de terminer sa phrase, cette fois très sérieux, montrant finalement la formation rigoureuse qu’avaient les officiers de la Triade, Moreau déroula une immense carte qui montrait les différents plans des canalisations de gaz, d’eau mais aussi des lignes d’électricité et des bâtiments. Il lui désigna aussi un petit pictogramme en coin de la carte qui pouvait être scanné et transférer les cartes sur son datapad. Le plan du Lieutenant Shakhovite ne tarda pas à prendre forme, les techniques des Spectres étaient très différentes de celles qui étaient enseignées au sein de l’Académie qui formait les cadres des Carabiniers et de la REPo mais il était enrichissant de les connaître.


-Nous disposons d’explosifs commandés à distance. Le détonateur utilise du plasma à fusion froide, il n’est donc pas détectable par les système de déminage standard. Nos sapeurs peuvent piéger cette zone d’ici deux heures, je peux signer l’ordre dès maintenant et le Colonel Weiss ira transmettre les ordres de déploiement aux hommes. Vous pouvez utiliser nos lignes de communication sécurisées autant que vous le souhaitez.

Le Commandant REPo fit appeler un soldat qui se mit au garde-à-vous et lui demanda de conduire Syrielle au centre de communication. Le soldat était un jeune homme qui portait la même vareuse de laine verdâtre que les autres soldats qui l’avaient accompagné et son visage allongé était couvert d’un calot. Il invita Syrielle à le suivre et ils parcoururent les couloirs pour finalement retourner au rez-de-chaussée. Elle rejoignit l’immense pièce où étaient installées des tables avec du matériel de communication portatif. Plusieurs militaires de la Triade de grades divers étaient en train de communiquer des ordres. Le soldat lui désigna un petit tabouret de bois et lui montra comment régler les fréquences et contacter sa hiérarchie. Ce matériel d’apparence archaïque utilisait pourtant une technologie de pointe. Le soldat indiqua qu’il se tenait à l’écart, prêt à l’aider si elle n’arrivait pas à s’en servir.

Le soldat raccompagnerait Syrielle dans le bureau de Moreau une fois que cette dernière aurait terminé son entretien. Le Commandant était cette fois seul, ayant laissé Weiss transmettre les ordres, concentré dans l’examen de cartes stratégiques.
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 834
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Dim 8 Oct - 23:14

« Si vous pouvez me procurer les plans complets de toutes les zones importantes concernées par l'Opération Ishtar et donc déjà évacuées, je peux vous dresser ce genre de plan de sabotage pour toutes. Et pour les autres, je peux aussi vous préciser comment piéger les voies de repli pour que les Sith ne puissent pas suivre les civils évacués. »

En spécialiste des explosifs, Syrielle savait en effet comment piéger une zone afin d'être le plus efficace possible, ce qui pouvait autant aboutir sur une destruction massive que sur des dégâts bien plus ciblés. Un savoir-faire qu'elle allait donc pouvoir mettre au service de la défense de Bonadan et qui – avec peu de moyens et de temps – pourrait déboucher sur d'excellents résultats capables d'envoyer bien des ennemis dans la tombe ! Mais pour l'heure, la jeune femme voulait surtout contacter sa hiérarchie afin d'obtenir des renseignements supplémentaires sur cette opération en cours, et elle remercia donc les deux officiers tandis qu'elle quittait la pièce avec le soldat. Un coup d’œil en arrière lui apprenant bientôt que Weiss lui avait emboîté le pas dans les couloirs, laissant ainsi Moreau seul dans son bureau. Et avec un peu de chance, quand la Spectre quitterait la salle des communication, le Commandant serait toujours seul, et elle pourrait donc avoir une petite discussion des plus enrichissante avec lui …

Et sitôt arrivée dans la pièce dévolue aux communications, elle rejoignit la console qu'elle allait pouvoir utiliser, attendant la fin des explications du soldat pour entrer enfin les données nécessaires : la référence codée de son interlocuteur, son matricule et le numéro de son accréditation prioritaire. De quoi lui offrir rapidement un interlocuteur en théorie et – effectivement – la silhouette d'une Chagrienne ne tarda pas à apparaître.

« Salut Mindian, c'est Shakhovite. J'ai besoin de parler au Colonel Whell de toutes urgences, j'ai une accréditation prioritaire pour cette mission, il est au courant. »

Si la-dite Mindian était Capitaine – et donc hiérarchiquement supérieure à Syrielle – les deux femmes se connaissaient depuis bien trop longtemps pour user encore du protocole militaire, en tout cas quand il n'y avait pas d'obligation. Mais dans le cas présent, la Chagrienne devait certainement se trouver seule et pas très loin du Colonel Whell dont elle était l'aide de camp et l'analyste personnelle, aussi n'y avait-il aucun soucis à se montrer plus familière. Mais lorsque Whell apparut à son tour dans le champ holographique de communication, la Spectre se montra cette fois-ci beaucoup plus sérieuse.

« Lieutenant Syrielle Shakhovite au rapport, Colonel. Je suis actuellement sur Bonadan en compagnie du Colonel Valery Weiss et du Commandant REPo Ferdinand Moreau. Comme convenu, nous sommes en train d'organiser la défense de la planète du mieux possible, et j'aurais besoin d'avoir un point sur la situation. »

Quand bien même Whell était en poste sur Mon Calamari pour un soucis de praticité, il était toutefois en lien direct avec les hauts officiers de l’État-major allié, aussi devrait-il normalement être au courant de tout ce qui avait pu se dire et se décider du côté du Commandeur Suprême Plo Tan'ith. En terme de décisions pures, de tactiques mais aussi d'effectifs d'ailleurs.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 280
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Mar 7 Nov - 20:54
Mindian était apparue, blouson avec son grade pendant mollement sur la poitrine. La Chagrienne était heureuse de voir des nouvelles de Shakhovite, sa détermination avait finalement payé et cette mission d’information et de conseil sur Bonadan avait l’air d’avoir porté ses fruits. Pourtant, aucun sourire n’apparut sur le visage de la Chagrienne qui se contenta d’acquiescer. Derrière le Capitaine Mindian, des gens s’agitaient sans cesse, comme si une mission prioritaire était en cours. La Chagrienne reprit la parole, l’air soucieux.

-Salut Shakh’, c’est le foutoir ici, tu ne vas pas du tout aimer ce que tu vas apprendre alors prépare toi. Je vais chercher Whell, il sera content car il essaie de te joindre depuis une heure.


Le ton était donné, la Chagrienne était complètement dépassée par les événements, ça se voyait. Tout comme le fait que quelque chose d’important était en train de se produire se voyait aussi. Le personnel Allié était agité et un nouveau groupe de militaires passèrent derrière Mindian qui laissa place à l’hologramme du Colonel Arnaud Whell qui lui était un peu plus au calme dans son bureau. Whall était un homme d’une cinquantaine d’années et pourtant toujours élégant, ses cheveux poivre et sel étaient soigneusement peignés sur ses tempes dégarnies et il portait un blouson de cuir de pilote au col orné d’un légère fourrure. Si l’Alliance n’aimait pas les signes ostentatoires, il y avait cependant sur le blouson de Whell quelques épingles qui rappelaient qu’il avait participé à des batailles importantes. Whell ne laissa pas transparaître de souci particulier, il semblait bien plus maître de ses émotions que Mindian, il sourit cependant lorsqu’il vit le visage holographique de Syrielle Shakhovite.


-Lieutenant Shakhovite, je suis heureux de pouvoir enfin vous parler. Comme vous l’a certainement dit le Capitaine Mindian, je cherche à vous joindre depuis une heure. C’est un peu la panique ici, le Commandeur Tan’ith a rencontré avec une délégation Alliée les responsables de l’Empire Galactique, de l’Entente et du Conseil Jedi. Nous avons reçu de nouveaux ordres directement du bureau du Commandeur : nous avons ordre de nous retirer. L’opération sur Bonadan est terminée et l’Alliance Rebelle ne participera pas à une quelconque coalition contre les Siths, vous avez donc l’ordre de rentrer à la base. J’en suis désolé, mais ces ordres sont formels et pour anticiper votre réaction, je ne pourrai rien faire pour y déroger.


Si Whell était un homme plutôt rigide et strict, il connaissait bien Shakhovite, suffisamment pour pouvoir anticiper un minimum ses réactions. Il savait par conséquent qu’elle ne réagirait probablement pas très bien à de telles instructions. Les ordres étaient les ordres et même un Colonel influent comme Whell n’y pouvait rien, il ne pourrait pas défendre Shakhovite et ne pourrait pas non plus lui donner de dérogation. L’officier Allié était en général très arrangeant avec Shakhovite dont il connaissait les limites de patience et il savait qu’elle allait protester, mais les ordres venaient de Tan’ith en personne et ils étaient catégoriques.
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 834
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Mer 8 Nov - 14:03

Entre la tronche déconfite de Mindian et le bordel monstrueux qui régnait en arrière-plan, il n'en fallut pas davantage à Syrielle pour froncer les sourcils et s'inquiéter vaguement devant la situation, et les informations qui tombèrent bientôt de la bouche même du Colonel achevèrent aussitôt de la convaincre qu'un beau merdier était en train de se préparer …

« Je vous demande pardon ?! »

Grâce à un certain professionnalisme, la Spectre avait réussi à retenir le juron qui avait pointé sur le bout de sa langue, mais le ton de sa question était toutefois très loin d'être agréable. Mais à son corps défendant, on ne l'avait quand même pas envoyée sur Bonadan pour des prunes, et elle n'appréciait franchement pas cette impression d'être trimbalée !

« La réunion sur Hapès ne devait être qu'une formalité, alors qu'est-ce qui s'est passé pour qu'on se retire finalement ? J'sais pas comment ça se présente depuis Mon Calamari mais ici, les Sith sont clairement à nos portes, et ça m'étonnerait pas non plus qu'ils aient des infiltrés parmi la population. »

Sûr que depuis les bureaux sécurisés de Hapès ou d'autres planètes situées dans le trou du cul de la Galaxie, la situation devait être plutôt paisible, mais ici dans le Secteur Corporatif, les choses n'allaient sans doute pas tarder à chauffer … alors quoi ? Pourquoi Tan'ith reculait-il finalement devant les Sith alors que l'Alliance Rebelle avait déjà affirmé qu'elle saurait anéantir ces ennemis ? Surtout dans le cadre d'une coalition qui pourrait leur apporter beaucoup ?!

« C'est politique, n'est-ce pas ? Comme sur Trigalis … »

De cette question posée cette fois-ci d'un ton beaucoup plus calme. Beaucoup plus froid également … Mais dans la bouche de Syrielle, une comparaison avec Trigalis était très loin d'être anodine, et Whell la connaissait suffisamment bien pour le savoir.

Sur Trigalis, l’État-Major les avait lâché sans se soucier de leurs sorts à tous, et si Shakhovite avait été décorée pour ses actions lors de l'évacuation, elle n'avait en revanche jamais – jamais – porté cette barrette qui lui revenait pourtant de droit. Sans doute parce qu'à ses yeux, cette décoration ne représentait ni plus ni moins qu'une trahison de la part de ceux qui avaient détourné le regard avant de se foutre de sa gueule avec une jolie petite cérémonie. Comme leurs dignes héritiers semblaient sur le point de détourner le regard pour laisser tous ces soldats baigner dans le sang de Bonadan … mais après tout, ce ne serait pas du sang de rebelles hein, alors on s'en foutait allègrement !

« Peu importe de toutes manières, le fait est que les soldats ici ne sont pas prêts et qu'ils vont se faire massacrer si les Sith attaquent avant l'arrivée des renforts. Partant de là, je suis sûre que les transmissions pourraient être coupées entre ici et Mon Calamari, n'est-ce pas ? »

Elle n'était au courant de rien, elle avait donc continué sa mission comme si de rien n'était …
C'était en tout cas ce que venait de proposer Syrielle sans même sourciller, parce qu'elle savait que ces ordres étaient stupides. Parce que Whell le savait aussi. Et parce qu'un bon SpecOps – Spectre de surcroît – savait aussi qu'il fallait parfois désobéir.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 280
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Mer 8 Nov - 23:23
Whell laissa Shakhovite s’exprimer, totalement inflexible. L’homme connaissait sa subordonnée, il travaillait avec elle depuis longtemps. En fait, il faisait même partie de ceux qui la connaissaient le mieux et de ceux aussi qui la défendaient face aux commissions disciplinaires qui l’avaient maintes et maintes fois réprimandées pour son comportement tumultueux. Le comportement du Lieutenant Shakhovite était compréhensible et Whell partageait en partie son opinion, il était cependant un officier supérieur et il ne pouvait pas se permettre de cracher sur la hiérarchie. Lui qui avait été officier au sein de l’Alliance Galactique pendant des années et désormais au sein de l’Alliance Rebelle n’avait jamais abandonné son professionnalisme. Il avait d’ailleurs été un des premiers à condamner les agissements de Siana Solaris lorsque cette dernière avait rejoint l’Alliance avec des idéaux beaucoup plus brumeux et qui avait voulu verser dans des pratiques peu légales et qui s’éloignaient de celles d’une armée régulière. Malgré le délitement des forces Alliées à la fin de la guerre, Whell faisait partie de ceux qui s’étaient battus pour conserver des méthodes régulières et éviter à tout prix que l’Alliance Rebelle ne tombe dans la guérilla, devenant ainsi juste une rébellion et donc au final un groupuscule armée comme il y en avait tant qui finissaient par devenir des criminels un peu mieux organisés. Les informations qui étaient revenues d’Hapès n’étaient pas toutes très claires mais en tant que coordinateur des forces spéciales, Whell avait eu de nombreuses informations complémentaires que ce soit sur la réunion ou sur la situation sur Bonadan, il connaissait les plans de l’Empire et avait quelques idées sur ce qui allait se produire. Les forces spéciales et les services de renseignements avaient en général ces privilèges.

Whell soupira, sans pour autant perdre son sérieux. Il était difficile de savoir s’il soupirait à cause des informations qu’il avait sur la réunion entre les chefs d’état ou s’il soupirait à cause du comportement de Shakhovite. En fait, la réponse vint rapidement et fut des plus violentes et énergiques alors que le Colonel fixait la jeune femme avec un regard sévère.


-Lieutenant Shakhovite, je vous ORDONNE de vous calmer !

Whell ne plaisantait pas et il venait de rappeler Syrielle à l’ordre comme il ne le faisait presque jamais. La situation était sérieuse et il était à cran lui-aussi. Il ne voulait pas risquer de perdre Shakhovite dans une opération d’insubordination qui pouvait lui coûter la vie et qui pouvait aussi la pousser dans une spirale de la vengeance. Il avait d’ailleurs été un de ceux qui avaient soutenu sa démarche pour quitter les SpecOps suite à l’opération désastreuse du Unity et à rejoindre l’escadron Spectre. Il comprenait mieux que quiconque les allégations sur Trigalis, il avait d’ailleurs de nombreuses fois parlé avec Syrielle Shakhovite et comprenait cette accusation de « coup de poignard » dans le dos des politiciens qui n’avaient pas su prendre les bonnes décisions qui avaient coulé l’armée Alliée, mais il ne pouvait pas l’inciter dans un tel délire.

-Le Commandeur Suprême Tan’ith a refusé de passer un accord avec l’Impératrice Jaana Fel et le Commandant Suprême Stregwel car ces derniers n’ont pas voulu accepter ses conditions. Nous avons donc ordre de nous retirer de Bonadan. Je comprends votre frustration et votre déception, mais c’est comme ça et il s’agit d’ordres directs du Commandeur Tan’ith, je ne peux pas y déroger et vous ne pouvez pas non plus. C’est malheureux, mais c’est comme ça.


Le ton se voulait ferme et Whell n’avait aucune intention d’être souple avec Shakhovite, il lui rendait service à sa manière, il savait mieux que quiconque que les démons qui la hantaient étaient le produit d’un passé très difficile. C’était d’ailleurs à ce propos qu’il devait parler à Syrielle Shakhovite de manière officielle une information qui risquait de ne pas lui faire plaisir mais dont elle devait prendre compte.


-Et pour dépasser le cadre militaire, c’est à titre personnel que je te demande de rentrer. Je me dois aussi d’être sincère avec toi. L’Empire Galactique a passé un accord avec l’Entente et ils ont formé une coalition, ça va bientôt grouiller d’Impériaux et de renforts de la Triade sur Bonadan, une très grosse bataille se prépare et ça risque de devenir dangereux pour toi. En fait, j’ai eu l’information que l’Empire était déjà en pourparler avec la Triade depuis plusieurs semaines...A ce qu’il paraît le Commandant Jorian Solaris s’est entretenu plusieurs fois avec l’Impératrice Jaana et il a aurait envoyé aussi des rapports élogieux au Collège qui a reconnu la souveraineté de l’Empire. Solaris aurait réussi à faire valoir cela pour se faire transférer sur Bonadan alors que tout le monde cherche à s’en enfuir...Crois-moi Syrielle, tu ne trouveras rien de bon sur Bonadan, c’est pourquoi je t’ordonne de rentrer.


Si Whell n’était pas au courant des dernières informations sur la rencontre entre Syrielle et Siana, il connaissais les informations du Unity et il connaissait aussi l’histoire de Syrielle, aussi il avait outrepassé le cadre militaire, prenant le ton et le tutoiement qui convenaient aux moments où ils prenaient des verres ensemble à la base. L’ordre était maintenant personnel et Syrielle pouvait comprendre l’ampleur de la situation. Whell jouait d’ailleurs franc-jeu et dévoilait à sa subordonnée toutes les informations dont il disposait sur Solaris, comme elle le lui avait demandé, il comptait ainsi faire preuve de bonne foi et l’inciter à rentrer sans encombre.

Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 834
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Jeu 9 Nov - 18:38

« Elliott, je sais. »

Après de très longs instants de silence à digérer ces informations – celles qui venaient d'être données explicitement comme celles qui résultaient des non-dits – Syrielle venait enfin de reprendre la parole. Décrochant ainsi ces trois mots d'une voix soudainement plus calme tandis que l'utilisation du prénom du Colonel tendait à prouver qu'elle venait elle aussi de passer sur un aspect plus personnel des événements. Mais si Whell était un supérieur hiérarchique, il était surtout un ami dont elle était très proche, et son avis n'était donc pas à négliger.

« Je sais pour Solaris, on m'a appris qu'il essaye actuellement de faire jouer ses relations pour prendre la tête des opérations sur Bonadan. Sa division de blindés devrait d'ailleurs bientôt arriver, mais l'actuel responsable des opérations a un conflit d'intérêt avec lui et va donc certainement tout faire pour le tenir à l'écart du commandement le plus possible. Pour le reste, Jorian n'a jamais été un soldat et encore moins un leader, alors je ne sais pas du tout pourquoi il agit ainsi. »

Quand bien même il était gradé et qu'il avait dirigé sa propre équipe de SpecOps, Solaris n'avait effectivement jamais eu l'étoffe d'un meneur d'hommes, et Syrielle avait plus d'une fois fait le lien entre lui et les membres de l'équipe, surtout dans les situations les plus tendues. Et même s'il avait pu changer depuis son incorporation au sein de la Triade, la jeune femme doutait toutefois très fortement que son supérieur fût soudainement devenu quelqu'un de socialement capable de s'intégrer à un groupe. Y compris le sien.

« Écoute … quand je te dis que c'est la merde ici, je ne parle pas simplement de soldats qui ont peur ou de trucs du genre, mais les hommes présents ne sont vraiment pas prêts. Du tout. Le commandement est actuellement partagé par le Colonel Valery Weiss et le Commandant REPo Ferdinand Moreau : le premier est un petit con à peine sortit de l'école militaire, et le second est un comptable qui n'a aucune expérience militaire même s'il m'a l'air de quelqu'un de réfléchi. Alors si je les laisse … putain si je les laisse, je sais pas du tout ce que ça va donner. Weiss n'a pas l'air de se rendre compte de ce qu'est la guerre, il veut simplement briller pour choper des médailles, mais il n'a aucune idée de comment on déploie des soldats. Et en plus, il a fallu que je leur explique moi-même pourquoi ils avaient besoin d'un leader clair et qu'ils arrêtent leur concours de grosse bites. En fait, il a fallu que je leur explique pas mal de choses déjà, ce sont clairement des amateurs. »

Des amateurs paumés là et qui – s'ils étaient laissés seuls – se feraient certainement tuer avec tous leurs soldats. Triste destinée tout de même, surtout dans la mesure où Shakhovite pouvait leur apporter beaucoup avec ses compétences et son expérience.

« Je vais pas te mentir : je sais pas du tout ce que fout Solaris mais pour le moment, c'est franchement pas mon problème. Les Sith sont massés sur Ziost et ils ont certainement des agents infiltrés, alors s'ils attaquent avant que les renforts de l'Entente ou de l'Empire arrivent, je pense que la planète pourrait tomber en quelques heures. Un jour ou deux au grand maximum. Et si c'est le cas, on sera tous dans la merde, coalition ou pas. »

Si les Sith faisaient main basse sur le Secteur Corporatif, c'était en effet toute la Galaxie qui s'en mordrait les doigts, mais il y aurait aussi des milliers – voire davantage – de morts à déplorer. De cette situation que Syrielle ne voulait pas accepter si facilement …

« Concernant Solaris, j'ai des informations que j'ai pas encore pris le temps de te communiquer … Tu sais quand je suis rentrée de mission dans l'Espace Hutt et que j'ai été hospitalisée quelques jours ? Ben j'ai réussi à infiltrer le groupe de Siana pour remonter jusqu'à Jorian, mais tout s'est pas passé comme prévu. Elle s'est faite tuer et lui … putain tu vas pas le croire … »

Elle-même peinait encore à le croire après tout, et ce même si elle avait désormais des preuves.

« Tu te souviens de mon coéquipier au sein des Spectres ? Il s'appelle Arthus Wenwhal et avant de partir pour Bonadan, je lui ai remis certaines affaires que j'aimerais que tu récupères. Dedans, tu trouveras la localisation précise de caches d'armes de Siana Solaris – je les ai aussi transmises au Haut Commandement mais je ne pense pas que l'information ait déjà été traitée – et tu trouveras surtout un échantillon de sang que j'ai réussi à récupérer sur Roon. C'est celui de Jorian, et je veux que tu le transmettes à K'Krukh – le Grand Maître Jedi – pour qu'il fasse un test de Midi-chloriens, histoire de pouvoir prouver que Jorian est un Sith. »

Une manière sans doute un peu abrupte de l'apprendre à Whell mais malheureusement, elle n'avait pas le temps de raffiner pour mieux faire passer la pilule. Si Solaris n'était clairement pas son but sur Bonadan – et ce même si elle espérait bien soutirer des informations à Moreau – il n'en demeurait pas moins qu'elle voulait toujours le faire tomber quand même. Et ce test pourrait bien y contribuer.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 280
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Jeu 9 Nov - 19:27
Whell écouta tout ce que Syrielle avait à dire. Pour une fois, celle qui était plutôt taciturne avait des choses à dire...Beaucoup de choses. Si au début ses déclarations arrachèrent simplement une mine grave au Colonel, la seconde partie lui fit écarquiller les yeux. En fait, elle était complètement délirante à ses yeux, si bien qu’il dut se concentrer quelques instants pour pouvoir répondre correctement. En fait, Syrielle avançait même la possibilité d’avoir des preuves concernant ses accusations. Si cela était venu de n’importe qui d’autre, il était évident que l’officier aurait ignoré ou tout simplement pas cru mais Shakhovite était un officier de terrain extrêmement talentueux qui en général ne se permettait pas de simples déclarations. Même si l’animosité qui existait en Syrielle contre son ancien supérieur pouvait parfois être palpable, elle paraissait apaisée et très loin des divagations haineuses qu’elle aurait pu dire sous l’emprise d’un verre de trop...Des informations qui semblaient solides.

-Cela fait beaucoup d’informations Syrielle...Et ce que tu dis là est très grave. Siana Solaris disposait d’un groupe de soldats professionnels, de ce qu’on sait, se confronter à des Siths ou à des troupes spéciales de la Triade ne lui faisait pas peur. Je transmettrai les informations que tu m’as demandé…


Whell semblait troublé, il avait parlé de manière haché, comme si lui-même ne savait pas trop quoi dire face à ces révélations. Il devait prendre une décision, il le savait et pourtant cela le rebutait. Cela signifiait renier et ignorer un certain nombre d’ordres qui faisaient partie des choses de la stratégie de Tan’ith. Whell réfléchit pendant bien deux minutes avant de reprendre la parole, il savait qu’il n’aurait pas le droit à l’erreur. Il savait aussi que Syrielle était quelqu’un de confiance et que son statut de Spectre était suffisamment flexible.


-Bon écoute, je ne saisis pas la logique des informations que tu me donnes. Si Solaris était un Sith, nous l’aurions vu, les bilans sanguins sont obligatoires dans les forces spéciales et son dossier n’avait rien de particulier, si ce n’est qu’il n’avait absolument pas la condition physique pour rentrer dans les SpecOps et qu’il peut remercier ses états de service et ses soutiens pour y être entré. Je doute également que la REPo omette de faire passer des bilans réguliers à ses membres… Il est donc peu probable que s’il est un Sith cela passe inaperçu. Il y a donc deux possibilités, soit il est dispensé de tests médicaux, soit quelqu’un est au courant et le couvre. Je ne comprends pas quel serait l’objectif de gens à l’intérieur de la Triade de couvrir un Sith puisque c’est justement ce qu’ils combattent. Si on part du postulat que tu dis vrai, la présence de Jorian Solaris sur Bonadan pourrait avoir des conséquences désastreuses, il pourrait même être un agent des Siths, même si cela ne concorde pas avec ses états de service sur Erinar. En ce sens, je pourrais te rédiger un ordre de mission spécial afin que tu restes pour démasquer d’éventuels agents Siths. Je devrai par contre avoir ton serment sur deux choses : premièrement, je veux que tu restes à l’écart de Solaris et deuxièmement, tout cela doit rester entre nous pour l’instant. Je ne veux pas avoir de retour de la hiérarchie te concernant.

Whell demeura immobile, la fixant avec ce regard presque froid et autoritaire, trahissant son malaise suite aux déclarations de Shakhovite.


-Je vais de mon côté faire analyser l’échantillon dont tu m’as parlé. Rappelle-toi bien de ce que je t’ai dit, pour l’instant, tu évites tout contact avec Solaris, tu te contentes de préparer ces gens à l’attaque des Siths, de manière à ce qu’ils réagissent le mieux possible. Je te recontacterai une fois que j’aurai pu faire les tests que tu as demandé.
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 834
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Ven 10 Nov - 18:42

Lorsque Elliott pointa la gravité des allégations de Syrielle, cette dernière ne put qu'acquiescer d'un air grave, pleinement consciente qu'elle était de l'énormité de ces informations. Mais malgré tout, il n'y avait ni mensonge ni duplicité dans ses paroles, et ce fut bientôt sans l'interrompre qu'elle écouta le Colonel déverser ses propres réflexions sur le sujet. De ce sujet ô combien dangereux, épineux et presque incompréhensible … et qui déboucha bientôt sur une décision surprenante même si l’entraînement de la jeune femme lui permit de rester impassible en apparence. Mais intérieurement, elle comprenait très bien que Whell allait se mettre en danger pour elle et quelque part, elle en ressentait une certaine forme de malaise également …

« J'arrive pas à comprendre comment il a fait et comment il fait aujourd'hui encore, ça reste incompréhensible pour le moment. J'avais envoyé un message à K'Krukh pour le rencontrer en personne, histoire de pouvoir lui donner l'échantillon et de lui parler directement, mais malheureusement je n'ai pas eu de retour de sa part. J'imagine que les Jedi doivent être pas mal occupés de leur côté … Mais si tu peux le rencontrer, explique lui la situation et avise avec lui, peut-être qu'il saura s'il est possible de tricher aux tests sanguins avec la Force ou un truc comme ça. Ou alors peut-être de développer sa Sensibilité à la Force sur le tard ? »

Sinon il restait encore la possibilité d'avoir substitué les échantillons de son sang pour les remplacer par ceux de quelqu'un d'autre, ou alors de saboter les résultats … mais dans un cas comme dans l'autre, celui signifiait surtout que Jorian aurait reçu de l'aide au sein de l'Alliance comme de la Triade, et elle n'aimait pas ce que ça laisser planer comme sous-entendus. Comme menaces presque.

« Ah et tant que tu y seras, demande lui aussi s'il a pas un Jedi sous la main qui pourrait venir m'aider un peu sur le coup-là, parce qu'il m'a quand même mis la misère sur Roon. Il est toujours aussi pourri au corps-à-corps mais là il m'a fait valdinguer dans les airs et il sait aussi balancer des Éclairs, donc un petit coup de main ne serait franchement pas de refus. »

Si Syrielle avait déjà attaqué des Sensitifs dans sa carrière, elle l'avait toujours fait en employant la ruse ou au moins la surprise, mais Solaris … malgré toute sa haine, Shakhovite devait bien admettre sur son ancien supérieur était quelqu'un d'extrêmement intelligent, donc lui coller un coup dans le dos pour le neutraliser n'allait pas forcément être très évident. À moins que Moreau pût lui fournir des informations vraiment intéressantes ceci-dit. Et en parlant de Moreau …

« Par contre, je ne te demande pas de te mettre dans la merde avec moi, alors lâche l'affaire, Elliott. Si ça se sait que tu as modifié mes ordres, il risque de t'arriver quelques bricoles, et toi t'as une famille à assumer. Alors te fous pas en danger pour moi, contente-toi de dire que les communications ne passent pas avec Bonadan et que tu n'as donc pas réussi à me joindre, moi ça m'ira déjà très bien. »

Du Syrielle tout craché …
Parce que si Whell l'avait plus d'une fois aidée face aux commissions disciplinaires, chaque fois la Spectre l'avait engueulé en lui disant qu'il avait été profondément con de mettre sa carrière en péril pour elle … mais chaque fois, il recommençait quand même. Comme une vieille habitude un peu trop rodée et qui venait d'arracher un sourire à Shakhovite. Comme d'habitude.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 280
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Dim 12 Nov - 22:03
Eliott Whell était toujours pensifs après les déclarations très graves que venait de faire Syrielle. Elle avait là quelque chose de très important qu’il devrait de toute manière discuter avec les hautes-instances Jedi car il n’était pas lui-même un spécialiste des Sensitifs, il ne savait pas si devenir sensible à la Force sur le tard était possible. Il ne savait pas non plus dans quelle mesure Solaris aurait pu tromper son monde pour devenir un Sith. Les choses devenaient brumeuses pour le Colonel qui craignait que Syrielle ne soit tombé sur quelque chose de trop gros pour elle. La seule chose qu’elle pouvait faire pour le moment était de réfléchir à la meilleure stratégie.

-Le Grand Maître K’Kruhk a effectivement eu la lourde responsabilité d’arbitrer les débats entre la Triade, l’Alliance et les Impériaux et je peux te dire que cela n’a pas été de tout repos. Je ne sais pas ce qui s’est passé, mais Jaana s’est montrée beaucoup plus raide qu’il l’avait anticipé je pense. Dans tous les cas, je ferai les demandes que tu m’as transmis et je te tiendrai au courant mais je ne pense pas que les Jedi n’accepteront quoi que ce soit sans preuve solide, d’autant plus que si Solaris est bel et bien Sensitif, cela ne prouve pas qu’il est un Sith et encore moins qu’il nous est hostile. D’autant plus que cela ferait naître une très grande suspicion dans les rangs de ceux qui s’opposent aux Siths. Pour réellement faire tomber Solaris ou avoir des éléments indubitables contre lui, ce qu’il faudrait faire, c’est identifier son Maître. Je ne suis pas expert dans le domaine mais quelle que soit les méthodes par lesquelles Solaris soit devenu sensible à la Force, s’il a bien le niveau de maîtrise que tu dis, cela nécessité des heures et des heures d’entraînement et le concours d’un Maître. Il faut donc identifier celui qui lui a tout appris. Tu dois éviter toute confrontation avec lui mais si tu es sur Bonadan et qu’il est là, profites-en pour en savoir un peu plus, tu dois le battre à son propre jeu, c’est le seul moyen que nous aurons d’en savoir plus et d’exiger quoi que ce soit des autorités de la Triade.


Les paroles de Whell étaient raisonnables et elles ne pouvaient finalement qu’attester d’une bonne volonté et de bienveillance à l’égard de Syrielle. Syrielle qui s’était d’ailleurs exprimée afin d’éviter à Eliott Whell d’avoir des problèmes. Il se contenta de hocher la tête.

-Pour le moment je ne ferai rien mais si ça chauffe pour toi, tu ne m’empêchera pas de signer un ordre de mission antidaté. Les événements sont trop graves et trop exceptionnels pour que nous restions sans rien faire, tu as raison sur ce point. Retourne auprès des officiers qui gèrent les forces de l’Entente et aide-les du mieux que tu peux. Si tout tourne au vinaigre, tu n’auras qu’à me contacter et je m’arrangerai pour te faire évacuer. Pour tout le reste, je ne peux que te souhaiter bonne chance.


L’entretien venait de se terminer. Whell avait soutenu Syrielle, signe qu’il lui faisait réellement confiance et qu’elle avait su le faire changer d’avis. Il resterait désormais à Syrielle la tâche la plus difficile, celle de transmettre à Moreau et à Weiss l’information que l’Alliance n’enverrai pas de troupes et qu’ils ne pourraient compter que sur l’aide des Impériaux, contrairement à ce qu’ils espéraient de leur côté.

Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 834
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Mar 14 Nov - 0:29

« Identifier son maître ?! T'en as de bonnes toi des fois, et t’envisage que je fasse ça comment ? J'ai pas vraiment prévu d'aller me faire des Sith au corps-à-corps tu sais, j'ai même plutôt prévu de les éviter du mieux que je peux, alors j'vois pas trop comment je vais pouvoir apprendre qui est son maître. S'il vient sur Bonadan en plus, et vu que Solaris va y débarquer à la tête de ses blindés, il ne risque pas d'afficher ouvertement ses accointances. Sinon, il reste l'option de chopper un de ces connards et de le faire parler … »

Un sous-entendu plus que clair su le fait de capturer un Sith pour ensuite le torturer, mais s'il le fallait vraiment, ça n'empêcherait pas Syrielle de dormir …

« Pour le reste, il a coupé les mains de son ex-femme avant de la décapiter sous mes yeux, puis il s'est amusé à me torturer avant de me laisser par terre dans un sale état. Je suis pas spécialiste des Sensitifs mais en théorie, c'est un comportement de Sith ça. Et si tu as besoin de preuves, Arthus pourra te communiquer mon dossier médical qui t'indiquera que j'ai reçu de nombreux chocs électriques dont certains ont causé des brûlures graves, et que la plaie au niveau du ventre – qui correspond exactement à la blessure qu'il m'a fait sur le Unity – a été causé par une lame type sabre-laser. Ah et si t'en as besoin, Arthus a aussi mon ancienne prothèse qui n'est pas trop aimé les Éclairs elle non plus. Avec ça, tu pourras au moins prouver les chocs électriques et le sabre … et peut-être qu'un Jedi pourra ''sentir'' le Côté Obscur dans les restes de ma prothèse, ou une connerie du genre. »

Alors certes, elle n'avait pas ds pistes extrêmement tangibles, mais elle disposait toutefois de tout un faisceau d'indices qui tendaient très fortement du côté d'un Sensitif. Et d'un Sensitif qui l'avait torturé, donc franchement pas un Jedi. Additionné au fait que Solaris avait été reconnu coupable de haute trahison et d'assassinats, normalement il devrait être possible d'en tirer les conclusions qui s'imposaient. En tout cas, Shakhovite l’espérait.

« Et pour l'Entente, quelle ligne de conduite tu veux que je suives ? Je ne vais pas pouvoir leur cacher que l'Alliance se retire, alors qu'est-ce que je dis me concernant ? Que je reste à titre personnel ? »

Si jamais Elliott devait finalement intervenir en antidatant des ordres, autant se mettre d'accord sur les modalités de base. Sans compter que le Colonel étant son supérieur hiérarchique, Syrielle préférait également prendre son avis sur la question, et ce même si elle se doutait de la réponse !

Ainsi une fois qu'elle serait fixée, elle pourrait quitter le poste de communication afin de rejoindre le bureau de Moreau. En espérant que ce dernier fût toujours seul et qu'elle pût donc lui parler tranquillement de ces fameuses informations sur Jorian qu'il semblait détenir.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 280
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Mar 14 Nov - 22:45
Whell était toujours droit dans son fauteuil, malgré son habituel flegme, il était préoccupé et cela se voyait. Il n’avait pas voulu inquiéter Syrielle mais il était évident que les décisions du Commandeur Suprême Tan’ith ne plaisaient pas à tout le monde et qu’une certaine contestation montait au sein des rangs de l’Alliance. Certains soldats avaient abandonné leur propriété et leur foyer pour rentrer au sein de la Rébellion, une Rébellion dont la libération de la Galaxie du joug des Siths était une motivation principale pour certains. Rien n’était d’ailleurs réellement rassurant dans ce qui se passait au sein de l’Alliance Rebelle et Whell avait bien l’impression de se retrouver quelques années auparavant lors du déclin de l’Alliance Galactique qui finit par exploser. C’était concrètement pour cette raison d’ailleurs qu’il avait accepté que Syrielle reste sur Bonadan. De par son passé, le Lieutenant Shakhovite avait essuyé trop de frustrations en ne pouvant pas prendre part aux combats de l’Alliance Galactique : les fronts s’étaient au final effondrés -à l’instar de celui de Trigalis- par manque de réactivité des politiciens. La désobéissance militaire était inacceptable, l’insubordination était une chose monstrueuse qui pouvait coûter la victoire dans la plupart des cas mais là les choses étaient différentes. Dans son for intérieur, Eliott Whell ne pouvait s’empêcher de penser que le Commandeur Suprême faisait un choix qui n’était pas le bon. Ce dernier avait probablement ses raisons d’agir ainsi, certes, mais cela n’empêchait pas le Colonel -qui commençait à avoir une certaine expérience- d’avoir sa propre opinion. Les SpecOps avaient de toute façon toujours été indépendants et pour lui, la sécurité intérieure de Bonadan était suffisamment importante pour nécessiter un appui des Alliés.

-Oublie cela, écoute, tu feras comme tu peux mais c’était simplement pour te dire que tu peux peut-être tirer partie d’une rencontre avec Solaris si elle se produit. Justement car il sera dans son environnement, tu pourras envisager de le prendre de court et même essayer de le mettre mal-à-l’aise afin qu’il produise une erreur.


L’idée était lancée, Whell savait qu’une fois de plus, Syrielle allait devoir affronter un certain nombre de démons sur Bonadan. Elle devait cependant oublier l’idée des Siths qu’il ne releva même pas puisque dans son esprit, rencontrer un Sith et l’interroger ne mènerait à rien de bon. Il y avait d’ailleurs fort à parier qu’un Sith choisi au hasard ne saurait rien de cette affaire. Il valait mieux qu’elle se concentre sur des objectifs atteignables et surtout sur des objectifs qui lui permettraient de tirer son épingle du jeu et de combattre ses anciens démons. Bonadan ne serait donc pas simplement le théâtre d’opérations militaire pour elle mais aussi une nouvelle épreuve de la vie. Il n’y avait pourtant aucun doute du côté du Colonel sur le fait qu’elle réussirait son opération et que les choses se termineraient bien pour elle.

-Tout ça pour te dire d’oublier Solaris pour l’instant, si tu tombes nez-à-nez avec lui tu pourras improviser...Je m’occuperai de mon côté de faire parvenir les objets dont tu m’as parlé aux instances concernées. Tu n’auras qu’à dire aux chefs de la Triade que même si l’Alliance se retire, tu restes comme conseiller militaire du Spectre sur la base du volontariat. Tu leur adjoindras un ordre de mission signé de ma main, et j’insiste pour cela, pas la peine de protester, cela te donnera une certaine assise. Pour le reste, rompez Lieutenant, j’attends vos rapports réguliers sur la situation.

Whell expédiait l’entrevue, tout simplement car il ne voulait pas que Syrielle ne perde du temps inutilement. C’était sa façon à lui de montrer qu’il ne reculait pas et que, même si elle se sentait une fois de plus abandonnée par l’État-Major Allié, lui ne l’abandonnait pas. Whell signa manuellement un ordre de mission holographique qu’il envoya à l’aide de son datapad et qu’elle reçut. Prenant tout à coup un air bien plus formel, Eliott Whell la salua militairement, comme pour lui intimer une fois de plus d’accomplir sa mission.
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 834
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Mer 15 Nov - 11:25

Si cette situation ne plaisait pas à Syrielle, il était assez évident qu'elle ne plaisait pas non plus à Whell, et ce même si le Colonel tâchait de ne pas trop afficher son mécontentement face à tout cela. Mais malgré tout, la jeune femme le connaissait depuis bien assez longtemps pour voir clair dans son jeu, aussi n'y avait-il aucun doute pour elle : Elliott était préoccupé. Très préoccupé. De part son grade important, il se retrouvait en effet à devoir servir de chaînon entre les soldats déployés sur le terrain et les hautes instances – celles-là même qui venaient de décider de se retirer de Bonadan là où les hommes n'attendaient pourtant que d'en découdre contre les Sith – et Shakhovite n'enviait franchement pas cette position. Cet écartèlement entre des valeurs d'obéissance d'un côté et de respect de l'autre. Ce choix que Whell allait faire puis assumer, et ce qu'importe les conséquences qui pourraient ensuite en découler …

« J'avais dans l'idée de ventouser quelqu'un de la Triade en permanence comme ça si je dois croiser Solaris, je ne serais jamais seule avec lui et il ne pourra donc pas agir comme il veut. D'une certaine façon, ça va un peu me bloquer mais ça va également le bloquer lui aussi … et puis j'espère vraiment que tu pourras rapidement voir K'Krukh ou un autre Jedi pour pouvoir avoir des informations. »

Finalement, c'était bel et bien une guerre de positions qui allait se dérouler entre Syrielle et son ancien mentor, et vu les capacités dans la Force de celui-ci, c'était certainement le meilleur des choix. Surtout tant qu'elle n'en saurait pas davantage.

Et pour le reste, ce fut finalement avec un air sérieux et un hochement de tête qu'elle accueillit les instructions suivantes du Colonel, se fendant bientôt d'un salut impeccable afin de répondre au sien …

« A vos ordres, mon Colonel. »

… Avant de finalement laisser ses ourlées dessiner un sourire sincère.

« Merci et fais vraiment gaffe à toi. »

Il irait jusqu'au bout, elle irait jusqu'au bout … et advînt que pourra après tout.

Et sans attendre davantage devant la console de communications qui venait de s'éteindre, Shakhovite se leva afin de rejoindre le soldat qui l'attendait toujours à la porte de la salle, et elle lui indiqua aussitôt qu'elle souhaitait rejoindre le bureau du Commandant Moreau où il la conduisit sans attendre. Frappant quelques coups à la porte avant de pousser le panneau de bois lorsqu'il en reçut l'autorisation, puis s'effaçant pour laisser la jeune femme entrer avant de refermer dans son dos.

La laissant désormais seule – mais pour combien de temps ? – avec cet homme qui semblait détenir des informations importantes pour elle. Mais de ce sujet qu'elle n'allait malheureusement pas pouvoir aborder tout de suite parce que Syrielle demeurait quelqu'un de très professionnelle, et sa mission passait donc avant tout.

« Commandant, je ne sais pas si vous avez également reçu des nouvelles, mais j'ai réussi à joindre ma hiérarchie et elles ne sont malheureusement pas bonnes. Le Commandeur Suprême Plo Tan'ith a décidé de retirer l'Alliance Rebelle de Bonadan et de ne pas participer à cette coalition. »

C'était peut-être un peu brutal comme manière d'annoncer les choses, mais le temps leur manquait et Shakhovite ne pouvait clairement pas en perdre davantage.

« Néanmoins, je vais rester ici en tant que conseiller militaire rattaché à l'Escadron Specte comme c'était prévu initialement, et ce à titre de volontaire. Si vous le souhaitez, je peux vous transmettre immédiatement l'ordre de mission signé par le Colonel Elliott Whell. »

Comment allait réagir son interlocuteur, c'était un peu aléatoire, et ce même si ce serait sans doute la réaction de Weiss qui risquait d'être potentiellement plus problématique. Mais pour l'heure, Weiss n'était pas là justement, et Syrielle comptait bien en profiter pour pouvoir parler avec Moreau.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 280
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Ven 17 Nov - 22:12
Weiss était enfin parti, le jeune chien fou à peine sorti de l’Académie avait trouvé un os à ronger. Le Commandant Ferdinand Moreau avait en effet sauté sur la première occasion pour l’envoyer préparer les troupes en vue de les envoyer se positionner selon les plans donnés par le Lieutenant Shakhovite. Aussi insolent qu’indolent, le jeune homme n’avait pas voulu manquer une opportunité d’aller distribuer des ordres et jouer au petit soldat en prenant ainsi un commandement qui revenait à Moreau de droit. Cela importait peu, en fait, ce qui importait pour le vieil homme c’était que les ordres soient donnés et que les forces de l’Entente soient prêtes à combattre pour contrer cet envahisseur Sith qui était aux portes de Bonadan. Si le Commandant avait attendu, non sans une certaine tension, le retour du Lieutenant Shakhovite, son visage s’illumina d’un sourire pourtant discret lorsqu’elle entra. Il s’était concentré pour maintenir une certaine prestance, car pour lui cela était important, prêt à entendre les modalités de la nouvelle coalition.

Shakhovite finit par se positionner dans la pièce pour prendre la parole. À mesure qu’elle parlait, le visage de Moreau se déconfit littéralement, cela commença par une disparition de son sourire pour finalement se terminer par un haussement de sourcil spectaculaire. Comment cela pouvait-il être possible ? Pourquoi un tel bond en arrière ? Que pouvait-il bien s’être passé.


-Je vous demande pardon ?


Le visage parcouru d’un tic nerveux qui fit onduler ses rides, Moreau venait pour la première fois -avec une voix chevrotante- de montrer des signes de perte de patience et de sang-froid. Ses cernes semblaient tout à coup accentuées l’espace d’un instant. Cela ne fut pourtant que très bref puisque le vieil homme se reprit immédiatement en se raclant la gorge, écoutant le complément d’informations donné par Syrielle Shakhovite. Le Commandant REPo croisa les bras et laissa écouler quelques instants, comme s’il attendait d’être sûr d’être calmé avant de prendre la parole.


-À titre volontaire, cela vous honore. Au moins, vous n’êtes pas de ces couards qui ont abandonné l’Alliance Galactique à la fin de la guerre. Je vous remercie donc à titre personnel pour cela. Sachez cependant que vous n’y êtes pas obligée et que si quelque chose tourne mal, je pourrai vous faire affréter une navette, si les Siths débarquent, nous risquons d’avoir du mal à les retenir, surtout si nous avons moins de renforts prévus. J’imagine également qu’il faudra revoir nos plans afin de nous adapter à ces...Nouvelles données opérationnelles.

La voix de Moreau était toujours aussi calme, c’était comme s’il n’avait eu aucun état d’âme. N’importe qui aurait sans doute hurlé de colère face à une telle information qui pouvait signifier la signature de l’arrêt de mort de tous les soldats qui se trouvaient sur Bonadan. Il n’en fut rien de la part de Moreau qui prit même la peine d’employer un vocabulaire des plus politiquement corrects, cela confirmerait à Syrielle qu’il s’agissait d’un homme qui maîtrisait parfaitement ses émotions et son image, et donc pas d’un soldat de métier et de terrain. Alors qu’il inspirait profondément, comme pour se concentrer et rester calme, Fernidant Moreau sortit un mouchoir de soie et épongea son front qui semblait humide sous l’effet de l’anxiété et de la tension que la situation faisait naître en lui.

-Savez-vous ce qui est navrant dans cette histoire, Lieutenant Shakhovite ? C’est que la décision du Commandant Suprême Tan’ith et de ses collaborateurs -quelles qu’en aient été les modifications- est en train de donner raison à la branche la plus radicale et la plus extrême des soutiens du Commandant Suprême Stregwel...Il a agit exactement comme le décrit la propagande dans les caserne de la REPo sur Sluis Van…


On ressentait en Moreau quelque chose de sincère dans son intervention. Il n’y avait aucune animosité ni aucun ressentiment, simplement une observation d’un homme plongé dans ses pensées.
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 834
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Mar 21 Nov - 16:06

Si Moreau sembla content de voir Syrielle revenir dans son bureau, ce fut pour mieux se décomposer la seconde suivante, et ce même si la jeune femme retînt toute réaction en face de lui. Affichant une neutralité parfaite tandis qu'elle conserva le silence quelques instants afin de lui laisser un peu de temps. Pour aviser, pour digérer, pour reprendre son calme également. Et même s'il n'était pas un soldat entraîné pour gérer ce genre de tensions, il était évident que le Commandant disposait toutefois d'une très bonne maîtrise de lui-même, et il ne tarda donc pas à reprendre la parole d'une voix aussi calme que ses mots étaient choisis avec soin. La remerciant pour son engagement à leurs côtés tout en lui proposant déjà une navette afin de pouvoir l'évacuer en cas d'invasion Sith.

« J'étais sur Trigalis lorsque l’État-Major a reculé en abandonnant tous les soldats sur place, et c'est une attitude que je ne peux pas cautionner. En étant envoyée ici, je savais à quoi m'attendre concernant les Sith, et même si pas mal de choses vont finalement changer, je ne compte pas reculer, ce n'est pas mon genre. Par contre, je n'ai pas d'informations supplémentaires mais si jamais mon supérieur a des contacts avec l'Empire Galactique, il me tiendra au courant des décisions et des déploiements. »

Après tout, Whell avait le bras long – très long même – aussi ne serait-il pas très étonnant qu'il pût apprendre certaines informations sur les Impériaux afin que tous ici pussent se préparer au mieux pour les combats à venir. De même que la Spectre espérait qu'il aurait rapidement des retours des Jedi concernant Solaris, mais tant qu'elle ne serait sûre de rien, elle préférait ne pas aborder cette épineuse question. Surtout qu'avoir un Sensitif caché au sein même de la REPo – un officier qui plus était – ne serait pas anodin pour la Triade …

Mais face à cette tension et à cette dangerosité de la situation qui venait encore de monter d'un cran, Moreau paraissait stressé mais néanmoins apte à gérer ses troupes, et ça c'était une nouvelle des plus rassurantes. D'autant plus que la colère ou le ressentiment semblaient absents de lui, laissant plutôt place à une réflexion presque douce-amère concernant certains soutiens manifestement extrêmes du Commandeur Suprême Stregwel. De cette ouverture dans laquelle Syrielle décida de se faufiler, mais tout en douceur. Sans juger ni braquer son interlocuteur.

« J'imagine que certaines personnes au sein de l'Entente doivent avoir une opinion très négative de l'Alliance, et qu'elles souhaiteraient sans doute la fin de tous contacts entre nos deux régimes. »

Même s'il n'y avait pas grand chose qui liait la Triade et l'Alliance, il existait toutefois des accords commerciaux – entre autres – que les plus extrémistes des deux camps n'hésitaient pas à remettre régulièrement en cause, et il était évident que la décision de Tan'ith risquait de raviver encore une fois les tensions. Après tout avec Erinar, cela faisait déjà la deuxième fois que les alliés se refusaient à aider Stregwel face aux Sith, de ces Sith qui étaient pourtant unanimement reconnus comme les ennemis communs de tous.

« Mais je dois bien avouer que la politique interne de l'Entente est un sujet que je n'ai pas vraiment l'occasion de suivre, alors n'hésitez pas à m'éclairer si vous pensez que ça pourrait être utile pour le conflit à venir. Après tout, vous venez de parler de propagande au sein des casernes, alors pensez-vous que cela pourrait jouer significativement sur le moral des soldats ? »

De ce demi-mensonge parce que même si Shakhovite n'avait pas eu le temps de s'ennuyer dernièrement, elle connaissait toutefois certains membres des branches les plus extrémistes de la Triade, aussi n'était-elle pas totalement ignorante du sujet. Mais néanmoins, connaître l'état d'esprit des soldats déployés était effectivement une donnée très importante parce que s'ils n'y croyaient pas, alors les Sith auraient beau jeu d'arriver en force pour massacrer tous ces hommes.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 280
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Mar 28 Nov - 17:23
La pression était soudainement tombée, Moreau s’était repris et il ne put que constater que Shakhovite ne négligeait aucune donnée stratégique afin de mieux comprendre les déterminismes qui régissaient les comportements des soldats de la Triade. Était-elle aussi ignorante sur le sujet qu’elle le prétendait ? Voulait-elle simplement en savoir plus et consolider ses connaissances ? Cela n’avait au fond pas vraiment d’importance, c’était un agent d’une puissance étrangère qui se portait volontaire pour rester combattre aux côtés de la Triade dans une bataille qui s’annonçait extrêmement difficile. Beaucoup auraient sans doute reculé ou n’auraient pas eu ce courage. L’évocation de Trigalis à nouveau était un signe que cette bataille était importante pour Shakhovite, beaucoup d’officiers de l’Alliance Galactique avaient d’ailleurs vécu cette bataille comme une trahison de la part des politiciens qui avaient tout fait pour étouffer la potentielle participation des Siths et minimiser une défaite qui avait finalement porté un grand coup à l’Alliance Galactique dont l’armée était déjà en débâcle. Cela, le Commandant Moreau le savait, mais il aurait la délicatesse de ne pas l’évoquer, c’était après tout peut-être une des raisons du Commandeur Tan’ith qui craignait peut-être une nouvelle bataille de Trigalis. Il y avait donc une asymétrie totale dans la réaction des Impériaux et dans celle des Alliés. Aussi Moreau ne pouvait-il pas blâmer Shakhovite pour ses questions.

-J’ai pour ma part reçu une communication très succincte provenant d’un officier de notre Flotte qui confirme la présence de troupes Impériales au sol. D’après ce qu’il m’aurait dit, l’Impératrice Jaana envoie la Première Division Blindée sous les ordres du Général Northwar mais aussi des unités de la Marine Impériale pour un appuie orbital...C’est du sérieux, Jaana veut visiblement en terminer avec les Siths.

L’évocation du nom de Northwar et donc d’une personnalité du paysage militaire galactique indiquait bien que Jaana n’envoyait pas simplement des troupes auxiliaires mais bel et bien des troupes régulières et des groupes d’armée principaux qui allaient mener ce combat comme s’il était en territoire Impérial. Les affrontements seraient sans doute d’une rare violence et contrasteraient avec les escarmouches qui avaient petit à petit donné vainqueurs les Siths qui avaient envoyé leur populeuse armée dans chaque zone de conflit. Une armée Sith qui n’avait pas hésité à écraser toute résistance de la part des autres factions. La jeune Jaana que tout le monde avait pris pour une jeune femme inexpérimentée parachutée par simple lien du sang avec le trône -Moreau le premier d’ailleurs- se révélait intraitable et envoyait là un message très dur à ses adversaires politiques, elle voulait donc lancer une guerre totale contre les Siths. Aussi Moreau s’assit s’adossa plus profondément dans son siège sans pour autant perdre sa prestance, comme s’il s’apprêtait à évoquer un sujet un peu plus sérieux, voire gênant.

-Il n’est pas une mince affaire que de résumer la politique interne de l’Entente en quelques minutes, mais je vais faire de mon mieux pour que vous compreniez. Comme vous le savez très bien, la signature de l’Entente ne remonte qu’à quelques années et a été réalisée par des autorités locales de nos trois mondes principaux et d’anciens officiels de l’Alliance Galactique dont fait partie Ludov Stregwel, mais la plupart des citoyens de l’Entente sont des ouvriers de l’industrie ou de l’agriculture des mondes principaux comme des mondes mineurs, une population qui n’était pas d’une classe sociale élevée et qui a été exploitée durant des siècles, voire des millénaires par une classe industrielle dirigeante...Rien d’étonnant à ce que ces gens aient très bien réagi aux arguments du Triadisme : un état fort, égalitaire et aucune tolérance envers toute sorte d’inégalité. Beaucoup de ces ouvriers se sont engagés dans l’armée, certains ont même rejoint les écoles spéciales de la REPo et ont reçu une véritable éducation politique. Parmi eux, nous comptons des hommes très déterminés, des jusqu’au-boutistes qui ont adhéré à des doctrines qui dépassent le propos du Commandeur Stregwel, des propos introduits par des éléments déçus de l’Alliance Galactique et qui voulaient absolument éviter de réitérer les mêmes erreurs. Si cela ne représente qu’une petite fraction de nos hommes, ce type de profil existe et il n’est pas cantonné qu’à des hommes du rang. Imaginez bien que si une personne ayant ces idées venait à prendre la tête du front de Bonadan, cela aurait des conséquences catastrophiques puisque déjà, ces gens-là prônent un démantèlement pur et simple des Corporations et que les relations avec eux s’en trouveraient dégradées. Pour le moment le Commandant Stregwel n’a pas décidé d’octroyer des postes clefs sur Bonadan à ce type d’individus, mais cela pourrait arriver puisqu’au ministère, la Commissaire Alice Kollan exerce des pressions de plus en plus importantes sur le Collège afin de récupérer Bonadan à des fins politiques, et nous nous efforçons depuis le début d’éviter cela.

Moreau, bien que préoccupé, gardait toujours son sang-froid. Il venait de donner de nouveaux éléments à Syrielle, au point que cette dernière pourrait mieux comprendre qu’il n’y avait pas simplement des enjeux militaires sur Bonadan, mais aussi des enjeux internes de toute une frange de la Triade qui -bien que minoritaire- tentait d’utiliser les combats à venir pour des objectifs qui lui étaient propre.

-Quoi qu’il en soit, je veillerai à éviter que vous ayez à interagir avec des groupes de combat qui pourraient avoir ce type de mentalité, car vous ne pourriez pas vous faire respecter, ils vous associeraient immédiatement à l’Alliance Galactique ou Rebelle. Je ne peux d’ailleurs que vous conseiller d’accepter de prendre un grade équivalent au sein des Auxiliaires de la Triade, cela vous donnerait une autorité qui ne pourrait être contestée et cela légitimerait votre présence, puisque nous ne sommes pas censés accueillir de troupes Alliées.
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 834
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Mer 29 Nov - 11:51

« L'Impératrice Jaana envoie un signal fort en s'impliquant à ce point dans ce conflit, ce qui est très rassurant au vu de la puissance militaire dont dispose l'Empire Galactique. Finalement, elle semble vouloir tenir son engagement de rayer les Sith de la carte, et c'est tout à son honneur. »

Si Syrielle éprouvait une certaine méfiance vis-à-vis de l'Empire et de sa politique, elle devait toutefois bien admettre que la gamine Fel savait faire preuve d'une certaine poigne mais aussi d'un courage qui avait manqué à beaucoup durant l'invasion Sith, et c'était là un choix que respectait la Spectre. Qu'elle approuvait également. Parce que face à certains ennemis, parlementer n'était qu'une perte de temps, et il était évident que seule l'extermination pourrait stopper ces connards de tatoués afin de placer de nouveau la Galaxie en sécurité.

Mais si la position impériale semblait assez claire pour le moment, Moreau ne tarda pas à lui expliquer plus avant les petites magouilles qui paraissaient se dessiner joyeusement dans l'ombre de la Triade, et Shakhovite laissa échapper un soupir agacé face à ces explications. Face à cette frange fanatique qui souhaitait manifestement instrumentaliser une bataille qui ne s'était pas encore déroulée mais qui promettait déjà d'être sanglante … à croire que les tas de cadavres avaient toujours le don d'exciter les plus ravagés des jusqu’au-boutistes, et savoir que la Commissaire Alice Kollan se trouvait dans la meute ne l'étonnait qu'à moitié. Après tout pour avoir un subordonné comme Solaris, il fallait nécessairement avoir une case en moins, et son cher Jorian paraissait d'ailleurs bien avide de s'inviter à la tuerie alors qu'il n'avait clairement pas l'étoffe d'un soldat. Plutôt d'un charognard. D'un traître. D'un petit Sith qu'elle avait découvert et sur lequel elle comptait bien enquêter autant que possible …

« Politiser cette bataille serait pourtant une erreur monstrueuse – peu importe le régime qui s'y risquerait d'ailleurs – parce que les Sith ne sont pas des ennemis comme les autres. Chez eux, il n'y a pas de prisonniers politiques ou d'autres arrangements du même genre, il n'y a que des morts, des tortures et des peuples entiers soumis à leur caprice. Espérons donc que personne ne commettra d'écart qu'ils pourraient utiliser. »

Que les politicards récupérassent donc les images afin de leur faire dire n'importe quoi … mais lorsque le conflit serait fini ! Et pas en faveur des Sith si possible ! Mais malheureusement, Syrielle savait depuis longtemps que le bon sens pouvait être une denrée rare, mais elle était pourtant bien présente chez son interlocuteur qui ne tarda pas à lui soumettre une proposition effectivement intelligente.

« Je vous remercie, et je pense effectivement que prendre temporairement un grade au sein de la Triade ne pourrait que faciliter les choses. Si vous fonctionnez comme dans l'Alliance, je vais toutefois avoir besoin d'une autorisation écrite de la part d'un officier en charge, est-ce que vous pourriez vous en charger ? »

Autant éviter tous les problèmes après tout, il y en aurait bien d'autres qui débarqueraient en même temps que les Sith ! D'autant plus que ce passage de grade n'était pas un soucis pour une Shakhovite qui avait déjà accompli plusieurs fois cet exercice durant sa carrière. Sous sa véritable identité ou pas d'ailleurs …

« Par ailleurs et si je puis me permettre une petite digression, vous avez parlé tout à l'heure d'une enquête que vous aviez mené concernant le Commandant Solaris. Pensez-vous qu'il vous serait possible de m'en parler lorsque la situation le permettra ? »

Revenir à Solaris …
Maintenant qu'elle disposait d'un peu plus d'informations sur lui, la jeune femme comptait bien gratter encore davantage, et ce même si elle avait posé sa question d'un ton tout à fait respectueux. Ne laissant ainsi pas à son interlocuteur l'impression d'être piégé ni obligé, ni même pressé par le temps. Mais préférant plutôt présenter cela comme une simple proposition, une éventualité qu'elle aurait voulu amener sur le tapis sans tarder même si elle laissait à Moreau le choix d'accepter ou de refuser, mais aussi le choix de l'endroit comme du moment.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 280
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Jeu 30 Nov - 22:56
Moreau ne quittait plus cette attitude calme qui lui donnait un air sage, accentué par son âge mûr. Le vieil homme ne bougeait pas, semblable à une de ces statues qu’on pouvait voir dans les anciens temples. Il se contenta de sourire à Syrielle Shakhovite lorsque cette dernière s’exprima, il était satisfait de voir qu’elle acceptait tout cela sans trop de problème. Lui plus que quiconque savait à quel point mener une bataille alors qu’on était abandonné de tous pouvait être difficile. Plus difficile encore que d’abandonner son affiliation temporairement, puisqu’une fois encore, Shakhovite devait se sentir abandonnée par sa hiérarchie. Bien évidemment, le vieil homme ne voulait pas aborder ces sujets, tout simplement car cela s’inscrivait dans une certaine pudeur qui le caractérisait. Il ne dit mot, se contentant de piocher une feuille sur le bureau sur laquelle il entreprit de griffonner.

-Vous avez tout à fait raison, et je suis heureux de voir que vous partagez ma vision des choses. Nous devons absolument éviter que ce conflit se politise, cela a coûté très cher à l’Alliance Galactique par le passé. L’avantage que nous avons, c’est que nous sommes forts de cette expérience passée et que nous pouvons désormais prévenir que de nouvelles catastrophes ne surviennent. Je vous fait un ordre de mission, ce document confirme que j’ai pris connaissance des ordres du Colonel Whell et que, dans le cadre de la collaboration entre nos services, j’ai fait appel à votre collaboration en tant qu’experte...Cela devrait vous prémunir de problèmes auprès de votre hiérarchie, et probablement couvrir le Colonel Whell aussi puisque j’indique que c’est moi qui lui ai fait la demande. Il vous faudra une petite signature en bas et d’envoyer cela au Colonel puis vous serez en règle. Il vous suffira ensuite d’aller présenter ce document à la réserve et ils vous trouveront un uniforme, vous serez donc Lieutenant au sein des auxiliaires de la REPo et vous pourrez avoir autorité sur les hommes de la Triade avec qui vous travaillerez. Je pense qu’avec cela, vous n’aurez pas de problème.


Moreau faisait preuve d’une étonnante coopération, montrant une fois de plus qu’il se démarquait de l’idée qu’on pouvait avoir du soldat de l’Entente tel qu’il était représenté dans l’imagerie populaire : une brute fanatique et endoctrinée qu’on avait vue défiler en cadence dans les rue d’Eriadu City ou sur le front d’Erinar faire preuve d’une brutalité et d’une violence qui avait effrayé les autres régimes. Moreau se révélait être un homme modéré, cultivé et raisonnable et même Weiss n’avait absolument rien du fou de guerre qu’on aurait pu attendre voir à cette place...Il en allait finalement de même pour les soldats que Syrielle avait croisé qui étaient en fait comme la plupart de ceux qui avaient été arrachés à leur foyer pour venir combattre dans un conflit galactique qui les dépassait. Les nécessités de la guerre avaient poussé les gens à adopter d’autres postures moins idéalistes et moins caricaturales. C’était le cas de Moreau qui était bien évidemment un homme habitué à gérer des situations de crise, même si les affaires militaires dépassaient sa compétence.

Alors qu’il s’apprêtait à aborder le second sujet évoqué par le Lieutenant Spectre Shakhovite, l’homme durcit ses traits. Moreau semblait beaucoup plus sérieux. Le politiquement correct semblait l’avoir totalement quitté et il se massa les tempes avant de soupirer pour continuer.


-Le Commandant Solaris...Oui, il était logique que vous veniez à cela. Je peux vous en parler maintenant en fait, il est normal que vous sachiez. Avant d’être ici, j’étais un expert au Ministère dans la division contre-espionnage de la REPo. Un titre bien pompeux pour vous signifier qu’en réalité j’inspectais les budgets et je contrôlais les agents. C’est à la fin de l’année dernière qu’un de mes subordonnés, l’Agent Attilio Cavalletto s’est intéressé à Solaris. Un petit Commandant sans importance qui a beaucoup fait parler de lui dans notre service après Erinar, il n’a pas eu de promotion mais il a été muté aux opérations spéciales. Nous l’avons inspecté plusieurs fois et s’il y a une chose qu’on peut affirmer sans hésitation, c’est qu’il est extrêmement doué pour remplir les papiers : tout était en ordre, propre...Trop propre comme vous dirait l’Agent Cavalletto. En dépit de mes réprimandes, Cavalletto a continuer d’enquêter sur Solaris...Il nous a fallu des mois à éplucher tous ses rapports interminables, toutes ses notes de frais et tous ses justificatifs pour comprendre ce qui se tramait. Comme nous en discutions précédemment, il y a des agents et des militaires zélés voire fanatiques au sein de la Triade, c’est ce qu’on aurait attendu de la part d’un des subordonnés de Kollan. Pour Solaris les choses étaient bien plus basiques, bien plus basses si j’ose dire, il détournait de l’argent. Nous nous en sommes rendus compte en croisant les documents saisis chez certains réseaux qu’il a démantelé et que nous avions eu par d’autres services de la REPo avant que le groupe de Solaris ne passe à l’action...Ces groupes affichaient des richesses bien supérieures aux rapports originaux fournis au Ministère. Cela implique d’ailleurs qu’il a falsifié les documents originaux saisis chez les réseaux criminels qu’il a fait neutraliser.

Moreau laissa à nouveau quelques instants, comme pour méditer sur ce qu’il disait. Sa véritable fonction venait d’être révélée, il s’agissait donc d’un inspecteur financier du Ministère, en tout cas cela faisait partie de ses prérogatives. Cela pouvait donner un sens à sa présence sur Bonadan -si on considérait aussi ses capacités en politique et en diplomatie- il parlait le même langage que les Corporations et pouvait donc tenter de régler les conflits entre les ouvriers et le patronat à la lumière de connaissances économiques et des bilans. Il semblait cependant toujours aussi contrarié d’avoir à évoquer un sujet qui semblait particulièrement complexe.


-Malheureusement, Solaris ne semble magouiller que sur des groupes de trafiquants mineurs, sur lesquels nous n’avons que rarement des antécédents et nous n’avons pu prouver des malversations que sur trois opérations qu’il a mené, pour les autres nous n’avions pas de document relatant l’état financier des gangs datant d’avant ses opérations. Nous ne pouvons pas l’accuser pour le moment puisqu’il pourra toujours dire que ces groupes de criminels ont perdu de l’argent juste avant son opération. L’Agent Cavalletto pourrait vous expliquer tout cela avec les chiffres, mais nous sommes convaincus que Solaris a mis au point un montage financier complexe pour détourner de l’argent, et nous parlons de sommes importantes, pourtant nous n’avons rien remarqué ni sur ses comptes personnels, ni dans ses habitudes qui pourrait laisser penser qu’il a fait cela pour s’enrichir personnellement. Nos dernières investigations sur cette affaires ont été d’essayer de le piéger avec certains de nos Agents infiltrés dans les mondes indépendants, mais nous n’avons rien pu en tirer, il n’est ni corruptible par l’argent, ni par les femmes...Ni par tout autre forme de biens que nous avons tenté de lui proposer. Nous avons interrogés les anciens membres de son équipe, des collègues du Ministère et toute une pléthore de personnes qui ont travaillé avec lui et cela n’a rien donné, il s’est toujours montré cordial et honnête, il est le premier à rendre ses rapports, il respecte toutes les procédures administratives, a accepté de prendre un logement de fonction des plus spartiates et mène une vie parfaitement réglée et sur laquelle nous avons toute transparence. En fait, nous étions en train d’éplucher son passé au sein de l’Alliance Galactique lorsque mon équipe et moi-même, incluant l’Agent Cavalletto, avons été envoyés ici.


Moreau termina cette phrase sans en dire plus, probablement car il voulait voir si le Lieutenant Shakhovite allait avoir des réactions avec ces révélations. Bien évidemment, tout cela semblait des plus évasifs, mais Moreau avait de solides raisons de penser que Jorian Solaris détournait de l’argent. Il n’en dit pas plus sur le passé pour le moment mais cela pouvait expliquer aussi pourquoi Moreau connaissait l’existence et le parcours de Shakhovite lorsqu’elle était arrivé : l’homme était bien plus informé qu’il ne l’avait pourtant laissé paraître.
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 834
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Ven 1 Déc - 18:08

« Je vous remercie. »

Comme depuis le début de cette réunion, Moreau se montrait extrêmement calme et compréhensif – intelligent également – et Syrielle eut à peine à demander un document officiel qu'elle l'obtenait déjà. Ce dernier allant même plus loin que sa propre requête puisqu'en endossant la demande de collaboration, son interlocuteur se positionnait automatiquement en instigateur de son affectation présente, mettant ainsi Whell à l'abri de certains soucis.

Et dans la lignée de cette coopération qui fonctionnait vraiment bien jusqu'à maintenant, le Commandant ne tarda pas à affirmer que la discussion concernant Solaris pouvait bien avoir lieu sur le champ. Débutant ainsi ses explications qui – si elles commencèrent par dévoiler à Shakhovite que son vis-à-vis était en fait un inspecteur financier de la REPo – s'axèrent très rapidement sur Jorian. Mais sur un Jorian qui … détournait de l'argent ?! Autant dire que cette nouvelle était si étonnante que la jeune femme en avait froncé les sourcils, sa réaction trahissant autant sa surprise que son incompréhension. Mais sincèrement … son ancien mentor … en train de détourner du fric ? Mais pourquoi ?! Pour l'avoir côtoyé pendant quelques années, Syrielle savait très bien que Solaris était plutôt du genre honnête, droit et se cantonnant très bien à son train de vie assez simple pour ne pas dire modeste, alors clairement, ce détournement de sommes importantes ne collait pas avec ce qu'elle savait de lui. Ou ce qu'elle pensait savoir en tout cas … mais dans le fond, que savait-elle vraiment … ?

« Il détourne de l'argent ? Vous en êtes absolument sûr ? Désolée de vous demander ça comme ça mais effectivement, c'est assez étrange de sa part : il est du genre à respecter les règlements à la lettre, à être rigide pour ne pas dire totalement coincé, et la paperasse administrative n'a aucun secret pour lui. Et puis … et puis je ne l'ai jamais vu accepter le moindre pot de vin de quelle que nature que ce soit, au contraire ça a tendance à l'insupporter au plus haut point. »

Chaque fois qu'il s'en était vu proposer un, Jorian avait d'ailleurs eu tendance à réagir avec la plus extrême des sévérités et pour le coup, Syrielle pouvait presque affirmer que son passage dans la Triade n'avait pas modifié ce trait de caractère vu qu'il avait condamnée une femme à la pendaison sur Bothawui pour lui avoir proposé du fric. Mais alors pourquoi ?! Et comment ?!

« Vous avez plusieurs fois mentionné que le Commissaire Kollan semble être quelqu'un d'assez ''spécial'', alors pensez-vous qu'il aurait pu mettre ce montage au point non pas pour s'enrichir lui-même, mais plutôt pour constituer une sorte de caisse noire au profit des Opérations Spéciales ? »

Après tout s'il était réellement coupable de détournement et qu'il n'avait pas chopé de soudains goûts de luxe, alors il fallait bien que tout ce fric passât quelque part, et sa section de la REPo pouvait bien être la grande gagnante de l'opération. À moins qu'il ne s'agît des Sith ? À moins que tout ce fric ne soit passé dans une obscure magouille permettant de faire de lui un Sensitif ? Malheureusement sans preuve absolue de ce fait, il s'agissait là d'une théorie que la Spectre ne pouvait même pas évoquer, aussi ne pouvait-elle en dire davantage sur le sujet.

« Quand vous avez commencé à vérifier son passé au sein de l'Alliance, jusqu'à quand êtes-vous remontés ? Est-ce que vous aviez trouvé quelque chose ? »

La mission de Moreau et de son adjoint sur Bonadan pouvait aussi bien découler du plus pur des hasards que d'une belle manigance si jamais ils étaient en train de trop s'approcher d'informations compromettantes après tout, alors autant demander. D'autant plus que le comportement de Solaris n'avait pas toujours été parfait au sein de l'Alliance, et que la REPo avait peut-être découvert des éléments potentiellement intéressants sur lui. Des éléments qui permettraient peut-être à Syrielle d'enfin comprendre les raisons de la trahison de son ancien mentor.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 280
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Ven 1 Déc - 21:32
Moreau s’adossa un peu plus sur sa chaise, croisant les bras. Toujours aussi sérieux, le Commandant de la REPo il était toujours aussi sérieux et grave dans son expression. Il semblait écouter et digérer chaque parole de la jeune femme, encore un trait analytique qui pourrait se montrer cohérent avec son statut d’inspecteur financier, dans les détails de bureau il était totalement à l’aise. D’autant plus que le Lieutenant Shakhovite se montra immédiatement d’une rare sagacité, elle pointait immédiatement les incohérences et les problèmes qui pouvaient naître de telles affirmations, si bien que cela arracha un petit sourire à Moreau qui hochait la tête, tel un enseignant qui encourage un élève qui est sur la bonne voie. Mais le Commandant n’était pas un enseignant et Shakhovite n’était pas son élève, et les faits étaient graves.

-Vous soulevez des points très importants et votre analyse est juste, Lieutenant. À vrai dire, et comme j’ai commencé à vous l’expliquer, nous ne croyons pas à un enrichissement personnel, Solaris respecte les règles et son train de vie ascétique n’a pas été modifié depuis ses débuts au sein de la Triade et comme vous le dites, il vivait déjà ainsi au sein de l’Alliance Galactique...L’argent et l’enrichissement personnel ne sont pas ses motivations principales et ça nous l’avons rapidement compris. En ce qui concerne le Commissaire Alice Kollan, c’est plus difficile, déjà car il ne s’agit pas d’un officier subalterne de rang mineur comme Solaris, c’est un acteur de premier plan du régime et nous ne pouvons pas enquêter sur elle sans risquer très gros. Kollan était un des membres fondateurs de la REPo et elle est dans les personnes qui aurait pu prendre sa direction au Ministère, mais elle s’est vite avérée être bien trop radicale et Stregwel l’en a écarté, lui donnant un poste de choix de Ministère pour ne pas qu’elle devienne un adversaire politique gênant. C’est là qu’elle a pris la tête de la Brigade Anticriminelle et fondé les Opérations Spéciales à la tête desquelles elle a parachuté Solaris. Solaris a aussi occupé la fonction de Commandant d’un camp de prisonnier, sur Mustafar, et là-encore ses fonctions ne sont pas claires, nous ne savons même pas s’il occupe toujours cette fonction. Les Opérations Spéciales sont très mal vues chez nous, c’est un organe opaque de la REPo dont les membres sont souvent des prisonniers ou des réformés...Des têtes brûlées qui sont bien souvent des criminels et qui pour beaucoup de militaires plus traditionnels déshonorent l’Entente.


Syrielle Shakhovite pouvait désormais comprendre à quel point ces Opérations Spéciales constituaient un groupe à part au sein de la REPo. Il y avait là des idées qu’ils pouvaient creuser mais qui ne pouvaient pas mener à des conclusions puisque Moreau dévoilait désormais un autre problème, celui de Kollan. Il plongea à nouveau son regard perçant dans celui de la Spectre, un regard vif et acéré qui expliquait bien pourquoi un homme de cet âge était resté en service.

-Pour répondre à votre dernière question, nous avons effectivement recherché dans son passé et nous avons trouvé des choses, au moins comment il a été recruté au sein de la Triade. Et tenez-vous bien, qui était en correspondance avec Solaris depuis des mois jusqu’à son entrée dans la REPo ? Alice Kollan en personne. Nous n’avons pas su ce qu’ils se sont dit ni même ce qui a été convenu, mais il est noté dans le dossier de Solaris qu’il a été un informateur de Kollan pendant plusieurs mois et que c’est pour cela qu’elle lui a attribué le grade de Commandant au sein de la REPo et qu’il a pris la tête des Opérations Spéciales...Alors que pourtant, ce n’était qu’un petit Capitaine SpecOps qui n’a jamais eu aucune notion de terrain. Kollan n’a jamais émis aucun rapport concernant des informations capitales que lui aurait transmis Solaris… Il y avait donc là à ce point de l’enquête un nouveau mystère et nous avons tenté de remonter plus tôt. Cela a été très difficile puisque la plupart des documents de l’Alliance Galactique ont été détruits à la fin de la guerre. Nous avons donc relu et épluché des rapports concernant votre ancien groupe de SpecOps, et le moins que l’on puisse dire c’est que le Capitaine Solaris n’était pas à sa place...En 43 opérations de terrain que nous avons pu examiner, 40 ont été menées par vous, trois autres par des sous-officiers divers car vous étiez déjà en mission. Solaris menait ses propres enquêtes et passait le plus clair de son temps à faire l’officier d’ordonnance de l’État-Major...Ce n’était pas les attributions d’un officier référent d’un groupe de SpecOps ayant pour spécialité les Combats Urbains, vous en conviendrez je pense. Alors avant que nous ne continuions, j’aimerais que nous abordions ce point avec vous...Quel comportement avait Solaris lorsqu’il dirigeait votre groupe ? Avez-vous eu à déplorer des incidents ? Avait-il des comportements que vous qualifieriez d’inhabituels ? Comment gérait-il au quotidien le fait que c’était vous qui dirigiez dans les faits son propre groupe ? Et enfin, je terminerai sur cette question, comment se fait-il que même en tant de guerre, alors que l’Alliance Galactique était en train de décliner, le Capitaine Jorian Solaris se soit borné à vouloir positionner son groupe de combat contre des organisations criminelles mafieuses ?


Moreau pointait un élément très important. En réalité il semblait en savoir encore plus sur cette période mais cela montrait également la très grande efficacité de la REPo qui avait pu récupérer pas loin d’une cinquantaine de rapports de l’Alliance Galactique.
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 834
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Sam 9 Déc - 13:23

Décidément, cette Alice Kollan qui avait débauché Solaris ne semblait pas être n'importe qui, et plus Syrielle en apprenait sur son sujet et moins elle l'appréciait. Membre fondateur de la REPo – police politique s'il en était bien une – la Commissaire avait apparemment réussi l'exploit d'être même trop extrémiste pour son propre régime, ce qui n'augurait franchement rien de bon. Ni pour ce qu'elle avait pu fourrer dans la tête de son ancien mentor, ni pour tous les pouvoirs qu'elle devait rassembler dans sa main au point de devenir intouchable ou presque. Elle comme ses poulains, sans doute … Mais pour autant, Jorian bénéficiait-il de ses largesses ? Vu le transfert surprise de Moreau et de son adjoint, l'idée n'était en tout cas pas déconnante, ce qui plaçait donc ce connard plus ou moins à l'abri. Pour l'instant en tout cas.

Mais si la jeune femme enregistrait très soigneusement toutes ces informations afin de ne rien perdre – et surtout pas le fait que Solaris avait commandé un camp de prisonnier sur Mustafar où il faisait transférer des Sensitifs grâce à quelques Sociétés Militaires Privées – l'annonce qu'il avait entretenu des liens avec Kollan plusieurs mois avant sa trahison fut suffisante pour que Shakhovite se crispât tout à coup. Ses traits soudainement plus durs tandis que son regard laissait présentement refléter tous les affres et toutes les tortures qu'elle aimerait lui faire endurer. De cette haine et de cette colère qu'elle ravala quelques secondes plus tard, de cette haine et de cette colère qu'elle savait désormais devoir canaliser parfaitement si elle ne voulait plus avoir à en payer les pots cassés. Mais bordel, que c'était difficile de rester stoïque lorsque la conversation concernait Jorian !

« Effectivement, Solaris n'a jamais dirigé le groupe d'un point de vue technique, il s'occupait plutôt de tout le pan administratif des choses, même s'il participait aussi aux réunions tactiques et que son esprit d'analyse était très utile. Mais sinon, j'ai pratiquement toujours commandé sur le terrain, et ça valait mieux parce que ses rapports avec les soldats n'étaient pas toujours constructifs. Il n'avait pas beaucoup de tact, pratiquement aucune compétence au combat, et en plus il distribuait les rapports et les blâmes à la moindre parole de travers. Lors de la chute de l'Alliance, ça a été un véritable carnage du côté des sanctions disciplinaires, il les distribuait littéralement. »

Même si la jeune femme avait fait le dos rond à cette époque troublée, elle avait toutefois écopé de plusieurs sanctions à cause de Jorian pendant toutes ces années à travailler ensemble, mais pourtant elle ne lui en avait jamais voulu. Préférant le considérer comme un supérieur maladroit mais pourtant honnête. Si elle avait su …

« Après, il n'a jamais cherché non plus à se lier avec les hommes, au contraire il était très solitaire et renfermé. Entre ça et ses sanctions faciles, ça a quelque fois causé des situations tendues au sein du groupe, mais rien que je ne puisse désamorcer. Pour le reste, nous n'avons jamais vraiment parlé du fait que je dirigeais à sa place dans les faits, et je n'ai jamais abordé la question non plus. Disons que ce mécanisme s'est instauré assez naturellement entre nous. »

Un mécanisme qui n'était d'ailleurs pas normal mais à l'époque, Syrielle ne l'avait jamais contesté ni remis en cause. Se contentant de vouer une confiance aveugle en son mentor là où elle aurait bien mieux fait de se méfier de lui comme de la pire des maladies.

« Sinon concernant ses vraies motivations et le fait qu'il se soit acharné comme ça contre les mafias et les cartels, c'est en grande partie dû à la vengeance. Je ne sais pas si vous avez beaucoup d'informations sur son passé mais sa famille a été tuée par Rana le Xénope qui a aussi esclavagé sa femme, et il avait toujours un comportement très radical à leur encontre. Sur Ylésia, il a froidement abattu un lieutenant des Hutt au motif que le système était trop corrompu pour assurer la justice correctement. Et pour l'avoir croisé il y a quelques mois sur Bothawui, je sais que son nouveau trip c'est la pendaison … »

Vraiment mais vraiment, Jorian était un homme charmant !
Mais maintenant que Shakhovite avait apporté des réponses à son interlocuteur, il était temps que les rôles s’inversassent parce que elle aussi avait bon nombre de questions.

« Mais si je puis me permettre, j'aurais moi aussi quelques questions : vous avez dit qu'il avait été un informateur de Kollan pendant plusieurs mois, mais est-ce que vous auriez une date même approximative de sa prise de contact ? S'il avait été un agent dormant de la Triade depuis le début, est-ce que ce serait mentionné dans son dossier ? Et est-ce que vous n'avez vraiment aucun moyen de savoir ce qui était convenu entre eux, ou au moins s'il exécutait des missions pour elle ? »

Autant de questions qui étaient toujours aussi importantes à ses yeux parce que même si Syrielle ne prendrait plus de risque désormais, il fallait tout de même se rendre à l'évidence : elle crevait d'envie de savoir ! De savoir pourquoi ce fils de putain les avait tous trahis et tués un par un sur le Unity ! Et dans le flot des informations que Moreau avait pu trouver pendant son enquête, peut-être avait-il pu tomber sur quelques données apparemment anodines, mais qui pourraient aider la jeune femme à comprendre.

« De plus, vous avez mentionné qu'il avait dirigé un camp de prisonniers sur Mustafar, mais est-ce que vous savez dans quel but ? »

Grâce à cet homme qu'elle avait rencontré sur Tatooïne, Syrielle savait que Jorian payait de véritables fortunes pour la capture de Sensitifs toujours en vie puis transférés sur Mustafar, mais cette information là était indubitablement trop sensible pour qu'elle la balançât comme ça. Surtout que dans le fond, elle ne savait toujours pas ce que son ancien mentor pouvait bien traficoter avec tous ces Sith enfermés dans sa prison, et ce même si elle commençait toutefois à avoir de vagues idées sur la question.

[Hrp : oh bordel ça y est, j'ai enfin vaincu ma connexion en carton et j'ai pu poster o/]

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 280
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Dim 10 Déc - 20:11
Le Commandant Moreau n’avait pas changé d’attitude, pas bougé d’un iota. Pas plus qu’il ne fit de réflexion lorsqu’il vit que la jeune femme montrait des signes évidents de contrariété. Il aurait été inconvenant de se mêler de cela, son histoire avec Solaris était personnelle et cela, il l’avait compris dès les premières minutes de la conversation, lorsqu’elle avait évoqué pour la première fois le sujet. Il préférait de très loin partager les informations et laisser la conversation être constructive, après tout, l’instruction qu’il menait était importante et il savait qu’il aurait beaucoup de mal à s’en sortir en faisant simplement appel aux institutions de la Triade qui -comme Shakhovite l’avait probablement compris- seraient très réticentes à l’autoriser à pénétrer dans la sphère d’Alice Kollan. Le jeu des questions et des réponses allait ainsi un peu plus loin après les révélations de Shakhovite sur cette drôle d’organisation qui avait pris forme dans le groupe SpecOps dans lequel elle avait officié jusqu’à la fin de l’Alliance Galactique. Sortant son datapad, Moreau entreprit de consulter ses informations avant de se retourner vers le Lieutenant Shakhovite.

-Nous avons pu établir que Solaris a été contacté par Kollan en 154. Leurs correspondances ont commencé à cet instant, même si je ne peux pas vous dire avec exactitude ce qu’ils se sont dis. Donc je peux vous assurer qu’il n’était pas un informateur dormant de la Triade depuis le début. Ironiquement, nous avons pu trouver dans les traces datant de l’Alliance Galactique qu’il a été l’officier SpecOps qui a enquêté sur le Général Stregwel avant son envoi en mission sur Eriadu, d’après nos informations il aurait rendu un dossier de 458 pages concernant Stregwel, mais nous n’avons pas eu accès à ce document qui a probablement été détruit.

Moreau sembla réfléchir l’espace d’un instant. Il était évident que son interlocutrice comprendrait que Solaris avait été approché par la Triade alors que l’Alliance Galactique était sur la fin et que de nombreux mondes faisaient sécession. C’était aussi le moment où leur groupe SpecOps avait enquêté sur la Triade justement. Kollan avait tout simplement su que le personnel de l’Alliance enquêtait sur eux et avait contacté Solaris. Après quelques dizaines de secondes de réflexion, il reprit.

-En fait, nous avons eu une seule information d’après son dossier, c’est qu’il aurait fourni des échantillons de nature scientifique à Kollan. Il n’y a plus aucune trace de ces échantillons, mais Kollan ne fait pas partie des sections scientifiques de la REPo et nous n’en savons pas plus. Pour terminer sur les activités sur Mustafar, ce n’est pas clair, je sais simplement que des prisonniers Sensitifs y ont été transférés, principalement des Siths, et qu’ils y ont été exécutés. Depuis la réorganisation de la REPo en début d’année, beaucoup de choses on changé et Solaris a dirigé les opérations spéciales contre les Siths, il est clair qu’il utilise une partie conséquente de ses budgets à monter des opérations contre des Siths infiltrés dans le milieu du crime, qu’ils soient affiliés ou non à l’Empire Sith d’ailleurs. Je sais en outre de source sûre qu’il savait que des Jedi et des Chevaliers Impériaux étaient aussi infiltrés dans les mondes indépendants, il avait les noms et les lieux mais il n’a jamais donné l’ordre de s’en prendre à eux, ses opérations sont exclusivement dirigées contre les Siths. C’est toujours pareil, il les fait capturer, ils restent en général une semaine le temps d’y être jugés par les instances de la REPo, puis ils sont exécutés et les corps sont envoyés au Ministère. J’ai moi-même pu voir deux de ces corps, donc les rapports ne sont pas falsifiés.


Moreau n’avait pas donné plus de détail, il laissait la jeune femme réagir. Il avait encore une dernière information à lui communiquer, mais il voulait qu’elle aussi dévoile ses propres informations ou qu’elle puisse compléter si le besoin s’en faisait sentir. Le moins qu’on pouvait dire, c’était que Moreau avait été extrêmement coopératif et qu’il avait joué le jeu jusqu’à présent. L’aspect posé et sage de l’homme en disait long sur ses compétences.
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 834
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Mar 12 Déc - 15:34

« J'avais enquêté avec lui sur la Triade et le Général Stregwel à l'époque, et j'avais aussi rédigé une partie de ce rapport avec lui. Je pourrais peut-être essayer d'en dégoter une copie … »

En formulant ainsi sa phrase, Syrielle venait ni plus ni moins que de proposer d'offrir ce rapport à Moreau si jamais celui-ci estimait que cela pouvait être utile, mais avec des années d'expériences, la jeune femme avait naturellement tourné cette proposition avec soin. S'assurant ainsi de faire preuve de bonne volonté envers son interlocuteur tout en faisant mine de ne pas y toucher … Mais néanmoins, les informations du Commandant étaient inquiétantes dans ce qu'elles sous-entendaient, parce qu'il n'y avait désormais plus guère de doute : Solaris avait été approché par Kollan durant leur enquête en 154. En pleine mission de surveillance. Et sans que personne ne fût au courant … mais d'ailleurs, était-il le seul a avoir été contacté, ou alors d'autres membres de l'équipe avaient-ils aussi trempé dans cette affaire ? Difficile à déterminer pour le moment, et ce même si Shakhovite se ferait un devoir de vérifier, histoire de n'oublier aucune piste.

Dommage par contre que Moreau ne connût pas la nature même des échanges et des promesses qui avaient pu avoir lieu entre ces deux-là …

Mais lorsqu'il aborda la question d'échantillons scientifiques dont il ne restait aucune trace, Syrielle sentit sa respiration se bloquer l'espace d'une seconde dans ses poumons, et ses ongles se plantèrent profondément dans ses paumes tandis qu'elle mit tout en œuvre pour demeurer calme : des échantillons ? Pile avant les événements du Unity ? Putain mais si Jorian avait quoi que ce fût à voir avec ces zombies qui avaient attaqué son équipe et tué presque tous ses membres, elle allait vraiment lui faire bouffer ses propres intestins !! Et pourtant … même si elle savait être marquée par ce qui s'était passé là-bas, il fallait tout de même bien avouer que le timing était un peu trop parfait, et certaines questions se posaient donc le plus naturellement du monde : Solaris avait-il infecté les membres du vaisseaux pour tester cette maladie ? Sur ordres de Kollan ? Ou avait-il simplement porté le groupe volontaire afin de récupérer des échantillons ensuite ? Impossible à dire pour le moment, et ce même s'il était indéniable que Moreau venait de lui offrir un grand pas en avant. Peut-être même sans vraiment s'en rendre compte d'ailleurs.

Mais si le Unity demeurait toujours un sujet sensible, ces incarcérations massives de Sith l'étaient paradoxalement beaucoup moins, et il ne fallut pas bien longtemps à la jeune femme pour rassembler les informations dont elle disposait là-dessus.

« J'ai effectivement appris qu'il payait des sommes colossales à des Sociétés Militaires Privées pour qu'elles capturent pour lui des Sith encore en vie, et si possible avec leurs sabre-laser. Par contre et dans la mesure où ces Sith sont justement capturés pour être exécutés, est-ce que ce délai de ''jugement'' de une semaine vous paraît cohérent avec ce qui se pratique habituellement dans votre administration ? »

Une semaine … Jorian s'octroyait ainsi une semaine en tête-à-tête avec des Sith – ne touchant toutefois ni aux Jedi ni aux Chevaliers Impériaux, par idéologie ou par choix tactique – et la question du ''pourquoi'' se posait donc le plus naturellement du monde, surtout après la découverte de sa nature de Sensitif. Mais après tout, dans le secret de cette structure pénitentiaire extrêmement bien surveillée, que pouvait-il bien se passer ? Qu'est-ce qu'un scientifique sans moralité pouvait bien faire avec ces Sith sans doute aussi dérangés que lui ? Même sans savoir que Solaris était un Sensitif, la situation actuelle demeurait assez étrange pour interpeller qui que ce fût, et ce même si Shakhovite avait justement choisi de poser sa question avec une apparente neutralité.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 280
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Mar 12 Déc - 18:32
Moreau montra sa surprise à l’évocation des Sociétés Militaires Privées, même s’il s’en doutait déjà. Shakhovite était bien mieux informée qu’il aurait pu le penser de prime abord. La jeune femme avait des informations et elle avait bien documenté son dossier. Solaris n’était probablement pas une priorité pour l’Alliance Rebelle et Moreau comprenait qu’il s’agissait d’une affaire personnelle, chose que Syrielle Shakhovite avait d’ailleurs sous-entendu à trois reprises au moins. Le vieil homme ne voulait pas évoquer ce pan et il se contentait d’être compréhensif et à l’écoute tout en collaborant avec la jeune femme. Sur le fond, il ne pouvait que se réjouir qu’un officier compétent soit sur le dossier dans une autre faction, cela permettrait peut-être de coincer Solaris qui leur posait des problèmes depuis des mois.

-Je vous serais très reconnaissant si en effet vous pouviez me faire parvenir une copie de ce rapport. Pour répondre à votre question, Lieutenant, une semaine n’est pas aberrante pour la procédure administrative et judiciaire de l’Entente...Mais je n’ai aucune certitude quant aux actions de Solaris durant ce laps de temps. Les camps de prisonniers présents sur Mustafar dépendent du département de Kollan et sont administrés par des officiers qui ne répondent que devant le Ministère, il m’est impossible d’avoir accès à leurs rapports. Il faut ajouter à cela que la plupart des soldats qui gardent ces installations pénitentiaires sont des Mustafariens qui parlent à peine Basic, chaque prison a donc sa propre administration et cela est laissé au bon vouloir de la personne en charge. L’installation dont dépend Jorian est d’ailleurs dirigée officiellement par un Mustafarien, un certain Directeur Ronan Krong. Krong a aussi un grade de Commandant REPo et il dépend lui-aussi des Opérations Spéciales, donc je ne peux même pas l’interroger, et cela même si j’en avais envie.


La situation était bloquée et Moreau le reconnaissait volontiers. Il n’avait pas peur de reconnaître ses propres limites. D’autant plus que le moindre faux-pas pouvait mettre en danger son intégrité, Kollan avait les bras longs. Ce danger constant dans les arcanes de la Triade pouvait être palpable dans ses propos, derrière cette apparence d’un régime très organisé et très pyramidal, la REPo était un panier de crabes dans lequel s’affrontaient les différentes branches du ministère. Si Stregwel restait le chef de la Triade, il y avait de nombreux hauts-dignitaires qui se menaient une guerre d’influence, c’était le cas d’Alice Kollan qui avait les bras suffisamment longs pour protéger son service de toute intrusion extérieure. La même Alice Kollan qui avait voulu faire main-basse sur le front de Bonadan. Alors qu’il semblait s’avancer vers la conclusion, Moreau se tourna à nouveau vers la jeune femme.


-Oh et j’allais oublier...Il y a une dernière chose sur laquelle vous pourrez sans doute m’éclairer. C’est la dernière chose que nous avons découvert concernant ce dossier et elle est capitale. Peu après le meurtre de sa famille, Jorian Solaris a été interné et auditionné très longuement par un officier des SpecOps, le Major Philippe Creek. C’est étrange car là-encore, il n’y a plus aucune trace des enregistrements de ce qu’ils se sont dits, et c’est Creek qui a finalement recruté Solaris dans le Troisième Régiment des SpecOps...Il a d’ailleurs donné ses recommandations pour la promotion de Solaris au grade de Lieutenant six mois après son intégration comme Agent, puis au grade de Capitaine en 150, soit seulement un an après son intégration. Et savez-vous ce qui est amusant dans cette histoire ? Solaris n’a pas mené une seule opération en rapport avec les Combats Urbains durant ce laps de temps, il a fait du contre-espionnage avec notamment l’arrestation d’un agent Siths dont ni le nom ni le devenir ne sont spécifiés. En fait...En comparant ce dossier avec celui de tous les autres officiers SpecOps, nous en avons conclu que Solaris n’avait ni le profil, ni le dossier pour avoir de telles promotions en si peu de temps. Étrangement, personne ne s’est opposé ou n’a même daigné faire une évaluation pour les promotions de votre ancien supérieur, les papiers ont été immédiatement signés.

Moreau croisa à nouveau les bras, se contentant de fixer Syrielle avec un regard grave. Il marquait une pause, comme si le plus intéressant allait arriver. C’était le cas dans un sens, puisque la suite de l’histoire arrivait. Syrielle Shakhovite comprendrait que le vieil homme y était allé graduellement dans les informations, probablement pour voir ses réactions et être sûr de ses motivations.


-Mais le plus intéressant arrive maintenant, Lieutenant Shakhovite, et j’attends votre avis là-dessus. Ce Major Creek, il disparaît des registres à partir de 151. Il est d’ailleurs déclaré décédé en 155, dans une opération mineure sur les mondes de la bordure de l’Alliance Galactique, et ce qui est troublant, c’est précisément que dans son dossier il est dit que Creek avait le grade de soldat dans l’Armée Alliée au moment de sa mort. En regardant un peu plus son dossier, on y trouve des choses troublantes puisque Creek a, au début de sa carrière, formé une équipe avec une certaine Capitaine Élise Reinbeck. Reinbeck a d’ailleurs été mutée sur Eriadu, son monde d’origine où elle a reprit son nom de jeune fille après son divorce, Kollan, tout en utilisant son deuxième prénom, Alice. Curieux, ne trouvez-vous pas ?


Moreau avait amené Shakhovite où il voulait l’amener. L’homme avait désormais un visage extrêmement grave, cet homme était plus malin encore qu’on aurait pu l’anticiper en le voyant. L’officier de la REPo qui faisait face à Syrielle avait marqué une nouvelle pause, avant de conclure.

-J’aimerais votre avis sur tout cela, Lieutenant Shakhovite, car moi, si vous voulez le mien, j’ai l’impression qu’on nous balade. Le dossier de Solaris a été monté de toute pièce, que ce soit au sein de l’Alliance Galactique ou même au sein de la Triade et quant à ses prétendues activités au sein des SpecOps, il n’y a ni trace, ni nom...Superficiellement tout tient la route, mais si on va en profondeur, on se rend vite compte que ce dossier comporte de très nombreuses anomalies. J’aimerais donc réellement comprendre à quoi Solaris occupait son temps au sein de l’Alliance Galactique...Et surtout, à quoi occupe-t-il son temps aujourd’hui.
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 834
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Ven 15 Déc - 14:38

Syrielle avait pâli …

Quand bien même la jeune femme s'efforçait de conserver un masque de neutralité afin de conserver ses réactions et ses émotions pour elle-même, les révélations de Moreau étaient toutefois de plus en plus graves, et le masque était lentement mais sûrement en train de se fissurer. Révélant bientôt une lueur enragée qui hanta un instant son regard déjà dur, marquant profondément ses traits tandis que sa mâchoire s'était crispée. Son corps tout entier tendu, ses poings presque douloureux et son diaphragme bloqué. De cette souffrance psychologique intense qui était en train de se déverser jusque dans sa chair avant qu'une de ses mains ne se glissât finalement dans sa poche pour en extraire un paquet de cigarette, fichant bientôt cette clope au coin de ses lèvres et l'allumant sans même en demander la permission. Inspiration nicotinisée et longue expiration tandis que son regard sembla devenir flou pour se perdre un instant dans le vague. Dans ses souvenirs. Dans cette rancœur encore ravivée par les sous-entendus extrêmement lourds que recelaient les informations de Moreau.

Le temps venait de reprendre son vol, elle-même allait devoir reprendre son cours …

« Et malgré tout ça, vous êtes sûr qu'il ne peut pas être un agent dormant ? »

Elle souffrait. Par la Force, elle souffrait. Mais dans la fumée grisâtre de sa cigarette, Shakhovite paraissait toutefois être de nouveau plus calme, et ce même si son ton glacial – plus glacial qu'elle ne l'aurait voulu d'ailleurs – attestait toujours de l'état de ses nerfs. Que l'administration de l'Entente fût déjà pourrie par les guerres d'influence, le fric et tous les autres vices du pouvoir, elle s'en foutait profondément. Chacun sa merde après tout, et ce même si en d'autres circonstances, elle aurait certainement ironisé de voir que ce régime séparatiste n'avait pas mis bien longtemps à se retrouver gangrené par les mêmes maux que ceux qui avaient provoqué son départ de l'Alliance au point de lui asséner le plus vicieux des coups. Entre vicieux, tout le monde auraient pourtant si bien pu s'entendre … et ce même si Solaris demeurait la pire des putes à ses yeux !

Alors ainsi, le Major Philippe Creek – officier qui avait personnellement recruté Jorian au sein des SpecOps – avait mystérieusement disparu en 151 avant d'être déclaré mort en 155 ? Le tout en connaissant très bien Alice Kollan – qui avait recruté ce bon Jorian cette fois-ci dans la Triade – au point d'avoir formé une équipe avec elle en début de carrière ? Autant dire qu'il y avait là bien trop de coïncidences pour que cette situation fût innocente, et le cerveau de Syrielle tournait désormais à plein régime tandis qu'à peine sa clope terminée, elle en ralluma une deuxième dans un geste machinal.

Sans être un agent dormant au sens propre, Kollan et Creek avaient ainsi pu repérer Solaris et l'amener dans certaines situations pour l’appâter – avec ses montées en grade par exemple – mais … mais non, ça ne collait pas. Parce que son ancien mentor n'était pas avide de pouvoir ni d'argent. Mais peut-être que les choses s'étaient faites plus progressivement ? Ou qu'ils l'avaient forcé à coopérer ? Ou que Jorian avait découvert le pot aux roses puis infiltrer la Triade pour retourner tout ça contre le duo ? Ou … ou elle ne savait franchement pas, et ça l'énervait ! Ça l'énervait de ne pas comprendre ! Ça l'énervait au point que sa cigarette à moitié consumée fut bientôt écraser rageusement dans le cendrier.

Putain de Solaris …

« Je suis d'accord, tout ça ne colle pas, que ce soit au sein de l'Alliance comme au sein de la Triade. Je ne connais pas Creek et je ne peux donc pas juger, mais l'un de mes supérieurs l'a en revanche connu et a pendant un temps supervisé le dossier de Solaris donc avec votre autorisation, j'aimerais le contacter sans tarder. »

Et putain, si Whell était lié à ça d'une façon ou d'une autre – active ou passive – elle le lui ferait regretter ! Les circonstances étaient bien trop graves pour que Shkahovite pût encore excuser quoi que ce fût, surtout si quelqu'un jouait en plus à la rétention d'informations !

Et en parlant de ça, peut-être qu'elle-même savait encore quelque chose que Moreau ignorait. Après tout, le dossier sur le Unity était considéré comme ''sensible'' au sein de l'Alliance, alors peut-être en était-il de même dans la Triade …

« La dernière mission de Solaris, celle pendant laquelle il a quitté l'Alliance au profit de l'Entente, est-ce que vous possédez des informations dessus ? »

Une question qui n'avait rien d'innocent, et Moreau comprendrait donc sans difficulté que Syrielle en savait beaucoup, mais qu'elle ne faisait finalement que tâter le terrain avant de dire quoi que ce fût.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
[+158 ABY, Bonadan] Dans la gueule du loup
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» [Environs de St-Jean-d'Angély] Dans la gueule du loup (Amy/Gabie)
» Dans la gueule du Loup
» Dans la Gueule du Loup.
» Event 2 : Dans la gueule du loup (Part 2)
» Comme dans la gueule du loup . . . [PV Shirley, Annabelle, Ayame, Erreur]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Imperial Wars :: Galaxie :: Autres Planètes :: Bonadan-