[+158 - Roon] Pour le meilleur et pour le pire [PV Jorian Solaris et MJ Siana Solaris]
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 - Roon] Pour le meilleur et pour le pire [PV Jorian Solaris et MJ Siana Solaris]
Mar 9 Mai - 23:19
Si l'on avait confié une image de la pièce aux bookmaker de Coruscant et demander a ses derniers de parier sur les chances de survie de Solaris en cet instant, il était probable qu'aucun d'entre eux n'auraient miser un crédit sur l'officier REPo. Pourtant, a l'insu des deux femmes, la situation était en train de tourner en leurs défaveurs sans même qu'elles soient capable de s'en rendre compte, du moins pour l'instant. Siana tenait toujours fermement son arme, elle avait appris durant ses années de souffrance a tenir un blaster, puis un Disrupteur, une arme encore plus dangereuse faite pour tuer ou mutiler gravement, faite pour être capable d'éliminer des sensitifs. Siana n'avait choisit cette arme que pour être capable d'éliminer le plus de Sith possible, comme une revanche sur sa vie : elle fut la victime de bourreau qui s'était servit d'elle et de son corps sans aucun respect durant des années, désormais, c'était elle qui allait se venger et éliminer ceux qui incarnaient a ses yeux les tortionnaires ultimes. Elle avait pris la décision de soutenir l'Alliance, y compris contre elle-même alors qu'elle refusait son aide et comptait bien s'y tenir, elle faisait appel a sa résolution pour tenter de chasser des pensées étranges qui s'imposaient a son esprit sans qu'elle ne puisse comprendre pourquoi.

Ses mains tremblaient, le pointeur laser vacillait… Mais pourquoi ? Il y avait cette douleur a la tête également qui commençait a se faire plus forte sans qu'elle ne puisse comprendre pourquoi, elle ne cessait de se répéter que c'était tout, sauf le moment d'être malade : elle tenait enfin son ex-mari entre ses griffes et elle allait enfin lui faire payer pour toutes les souffrances qu'elle avait subie a cause de Rana et de ses sbires, ainsi que tous les clients qui s'étaient servit d'elle pour assouvir leurs fantasmes pervers tous plus horribles les uns que les autres. Le Sénateur de Ryloth fut peut-être l'un des pires d'entre eux, elle se souvenait très bien de lui et de tous ses vices derrières ses airs affables. Pourtant, il avait fini par trahir Rana également : Lenalia T'Kami offrait des perspectives bien plus intéressante pour obtenir de la chair fraîche, selon sa propre expression. Lui aussi, Siana avait bel et bien l'intention de lui mettre un tir de disrupteur entre les deux yeux afin de lui faire payer son arrogance et tout ce qu'elle avait subie. Ses images ne pouvaient que faire surgir la violence et la souffrance, ce qui signifiait qu'elles entretenaient également la haine et la colère. Un cercle vicieux sans fin que seul un entraînement de Jedi pouvait contenir, où l'un des entraînements dur et impitoyable que s'infligeaient les Mando'ade afin d'être capable de résister aux techniques mentales Jedi.

Lorsqu'il pris la parole, Siana laissa s'échapper un cri de rage et de colère. Comment cet avorton osait-il les insulter alors qu'il était a leurs merci ? Pour tenter de chasser ses mauvaises pensées, Siana avait braquée son regard vers son seul compagnon, son flingue. N'avait-elle pas promis a Syrielle qu'elle comptait montrer a Jorian qu'il était meilleur amant que lui ? Elle observant le bout du canon de l'arme portant une livrée étonnamment blanche, la sensation de puissance que la simple contemplation d'un engin de mort comme celui-ci offrait, d'autant plus en comptant le lance-grenade installé en-dessous du canon. En cet instant a ses yeux, peu importe que son propre corps était en train de la trahir, tant qu'elle tenait l'arme, le plus grand symbole du pouvoir dans cette pièce, elle gardait la main. Elle se trompait pourtant lourdement, mais Siana n'avait aucune connaissance des arcanes de la Force. Les Sith, elle essayait de les transformer en tas de cendre en faisant exploser des bombes sous leurs pieds, elle ne s'imaginait pas un seul instant être en train de faire face a l'un des leurs. Alors que Solaris se permettait même de faire des sous-entendus qu'Ahriman aurait sûrement compris, mais que la pauvre Togruta était incapable de comprendre, cette dernière repris la parole, s'exprimant désormais avec une rage non contenue.


« Arrête de parler comme eux sale enfoiré ! »

Elle tenta de se rapprocher de lui afin de lui mettre un bon coup de crosse, étant revenu a la vulgarité sous le coup de la souffrance, mais une violente douleur a la tête la figea nette. Ses images, elles défilaient de plus en plus fort sans qu'il semble possible d'en sortir. Elle plia ses genoux en portant sa main gauche a sa tête et en grognant presque sous la douleur, voulant trouver la force de se relever. Cette fois, elle avait compris qu'elle était entrain de perdre les pédales, mais elle n'était pourtant pas capable de redresser la situation. Siana lui avait répondu violemment de manière mécanique, elle avait parfois parler a certain Sith qui avaient survécu en étant très amoché a ses pièges explosifs, et c'était exactement la façon dont ils s'exprimaient face a elle lorsqu'elle pointait son arme pour leurs donner le coup de grâce. Pourtant, il ne fallait pas compter sur elle pour connecter et être capable de comprendre la véritable nature de l'homme qui lui faisait face. Abandonnée a toutes les souffrances face a Rana et ses sbires, Siana n'était tout simplement pas capable de dépasser l'image d'un Jorian lâche et inutile qu'elle avait forgée au fur et a mesure que son esprit de vengeance s'était construit afin de pouvoir tenir et survivre. La Togruta s'était nourris de la colère et de la haine, mais maintenant que toutes ses souffrances faisaient surface, elle n'était plus capable que d'y faire face en se repliant sur elle-même comme autrefois et en espérant que cela cesse. Elle serrait fort l'arme contre elle, seul moyen de défense en qui elle avait réellement confiance face a ses vieux démons. L'on pourrait presque croire qu'elle avait oubliée la présence de la rebelle, mais elle n'était tout simplement plus capable d'en tenir compte.
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 627
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 - Roon] Pour le meilleur et pour le pire [PV Jorian Solaris et MJ Siana Solaris]
Mer 10 Mai - 0:34

Le Unity

Tandis que Syrielle venait de jeter Jorian au sol tout en dardant toujours sur lui un regard haineux, elle pouvait sentir la douleur de son ventre s'accroître légèrement tandis que certains souvenirs lui revenaient en mémoire, mais elle n'y prêta pourtant pas garde. Depuis des années, son ancienne blessure lui provoquait assez régulièrement des souffrances psychosomatiques – qui avaient d'ailleurs tendance à revenir chez elle en boucle – et les cauchemars ne l'avaient jamais vraiment quittée. Dans ses rêves, elle revivait la mort horrible de ses compagnons, et même si elle n'avait jamais parlé des détails, certaines n'avaient été ni propres ni rapides, et elle avait au contraire été le témoin de lente agonie qu'elle avait même dû achever elle-même concernant l'un de ses amis les plus proches. Dans ses rêves, elle entendait également la voix de Jorian, tout comme elle sentait le parfum de son eau de Cologne bon marché. Et le pire, c'était qu'à l'ouverture de ses yeux, tandis qu'elle distinguait parfaitement les contours de sa chambre grâce à un holo qu'elle laissait en permanence allumé, elle pouvait toujours sentir cet odieux parfum comme s'il était accroché à elle.

Autant dire qu'avec ce genre d'habitudes, la Spectre ne s'inquiéta pas de songer de nouveau à Drew ou Mhanoli, et ce même si c'était surtout le premier qui avait une très large tendance à la réveiller en sursaut lors de ses pires nuits. Le cœur battant à tout rompre tandis qu'il lui arrivait souvent de constater que son visage était trempé de larmes. Drew, ce hacker dont elle avait été si proche – l'un de ses meilleurs amis au sein des SpecOps – mais aussi celui qui avait connu la mort la plus atroce de tous …

Mais si elle se sentait indisposée par ce mal de crâne lancinant et cette satanée douleur fantôme, il était évident que la jeune femme était également rompue à supporter la douleur plus que le commun des mortels – le commun des soldats aussi d'ailleurs – aussi s'efforça-t-elle de la chasser purement et simplement de son esprit tandis que ses paupières s’étrécirent face aux réponses de son ancien mentor qui ne la satisfaisaient pas. Mais alors pas du tout !

« Jorian … »

Son ton était froid et menaçant, et comme pour calmer Siana qui venait tout juste de s'emporter, Shakhovite posa doucement sa main sur son épaule afin de la rassurer. Afin de lui assurer qu'elle était là et qu'elle ne l'abandonnerait ni face à ses souvenirs ni face à ses doutes.

Mais pour le moment, elle allait déjà remettre son ancien mentor dans le droit chemin, et Syrielle vint donc s'accroupir face à lui pour être à sa hauteur. Le toisant avec mépris tandis qu'elle répéta une seconde fois son prénom.

« Sincèrement Jorian … »

Et sans que rien ne l’annonçât, son genoux se posa soudainement sur la main droite de Solaris qui se trouvait au sol, et elle l'écrasa aussitôt consciencieusement et lentement ! Lui broyant plusieurs os dans un bruit écœurant même si la manœuvre ne semblait absolument pas l'émouvoir tandis qu'elle lui décocha en plus une gifle puissante.

« Ne te moque pas de moi ou sinon tu vas vraiment le regretter ! »

Entre la douleur de sa main cassée et l'humiliation d'une gifle, Syrielle ne comptait manifestement pas se retenir, et il était évident pour elle que Solaris finirait par parler.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Jorian Solaris
avatar
Messages : 179
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 - Roon] Pour le meilleur et pour le pire [PV Jorian Solaris et MJ Siana Solaris]
Mer 10 Mai - 22:59
Siana était en proie à la technique qui terrassait sa volonté par le biais de ses émotions. Désormais Solaris l’employait à pleine puissance sur elle, lui remémorant ses mauvais amants, ses mauvais clients et tous ceux qui l’avaient maltraité. La Togruta était au centre de son attention, le Seigneur Ahriman avait demandé sa tête, une étape obligatoire dans la progression d’un Sith était d’assassiner un de ses proches. Montrer sa dévotion à l’Ordre, mais aussi libérer ses chaînes, dans le cas du Commandant, la sélection n’avait pas été difficile -déjà car il n’avait que très peu de proches en vie- et s’était portée sur Siana. Ahriman avait-il saisi que Solaris n’avait jamais pu se détacher des sentiments qu’il avait eu pour elle ? Sans doute, il avait sans doute su qu’une telle confrontation ne serait pas facile pour lui. Le fait que Syrielle Shakhovite soit là aussi n’avait fait que retarder l’échéance, elle-aussi représentait une certaine forme d’intimité pour l’officier : peut-être les seules personnes avec qui il était resté lié après le décès de ses parents. Même si Siana avait disparu, il y avait quelque chose d’éthéré dans la relation telle que la voyait le Commandant. Il était plongé dans la Force, se concentrant à tourmenter la Togruta qui se trouvait à terre, complètement subjuguée par ce qui se produisait dans sa tête. Comme toutes les techniques, celle-ci demandait une grande concentration pour un Acolyte et il laissa de côté Syrielle, ne pouvant pas garantir la technique dans sa forme la plus violente sur elle.

La Corellienne se manifesta à lui de manière brutale. Approchant lentement, elle se laissa aller à un comportement froid et empli de ressentiments. Posant la main sur l’épaule de Siana et elle s’avança vers Jorian. Sans qu’il ne le sache, l’officier venait de déclencher chez elle une vive réaction qui allait la mener à lancer les hostilités. Posant son genou sur sa main, elle appuya de tout son poids alors que les os craquaient dangereusement, terminant cela par une gifle des plus humiliantes. Solaris ne réagit pas, pas un cri de douleur, il était plongé dans la Force et cette fois, elle ne récolta qu’un regard profond et froid qui semblait contempler son âme. Cette fois, Solaris ne jouait plus, la douleur qu’il avait tout de même ressenti l’avait mis en colère, une colère sourde et violente qu’il canalisait désormais comme son Maître le lui avait appris.


-Regretter ? Je ne regrette absolument rien, Syrielle, ni ce que je ferai aujourd'hui, ni ce que j'ai fait hier. Tant de colère et de haine en toi, mais pourtant, tu ne sais pas t’en servir, tu es comme un bébé qui aurait trouvé un couteau. Comme jadis, tu n’es que le pantin d’une force supérieure que tu ne comprends pas. Tes sentiments te trahissent ! Tu viens à moi avec haine et désir de vengeance, mais pourtant, tu es incapable de discerner ma véritable nature. Tu as décidé de voir en moi un être à abattre, un traître et un ennemi...Très bien, c’est ce que je serai désormais. Maintenant c’est à moi de te donner une leçon.

Le ton était froid, surprenant et à mesure qu’il parlait, Jorian relâchait son aura maléfique. L’officier releva sa main libre, il se concentra et projeta Syrielle qui décolla littéralement du sol pour aller s’encastrer dans un bruit mat contre une caisse, son crâne tapa directement dans l’objet. Jorian Solaris venait d’user de la Force, canalisant sa colère, il en profita pour attirer à lui l’arme de Siana pour ne pas qu’elle s’en serve. Lentement, Solaris se releva en se massant la nuque et en remettant en place ses cheveux désormais ébouriffés. Il en profita pour se masser légèrement la main, tout en grimaçant de douleur. Il attendit que Syrielle reprenne ses esprit après le choc, il fixa tour à tour Syrielle.

-Eh bien alors, où sont donc passés vos sourires, vos moqueries ? N’est-ce pas pour m’humilier avant de me tuer que vous êtes venues ? Votre haine et votre colère vous consument et depuis le début de cette mascarade, chaque instant fait de vous un peu plus mes esclaves. De toute évidence, vous avez sous-estimé le pouvoir du Côté Obscur. Maintenant vous allez apprendre dans la douleur !

Jorian souleva ses deux bras et se concentra. Il était en colère, très en colère. Des éclairs crépitèrent dans l’air pour s’étendre comme un filet sinistre et aller frapper les deux femmes. Solaris fit durer la salve puis la stoppa quelques instants. Elles l’avaient forcé à se dévoiler, ce qu’il avait voulu éviter jusqu’à maintenant. D’un mouvement expert et rapide, Jorian mania son sabrolaser qui s’activa dans un vrombissement, tranchant le disrupteur qui se trouvait au sol avant de se désactiver. Syrielle comme Siana n’entendraient sans doute que le vrombissement. Jorian serra les dents avec un air mauvais puis il envoya plusieurs petites salves d’éclairs, par saccade, laissant les corps des jeunes femmes fumantes, avec une douleur lancinante.

-Votre manque de foi est édifiant et il n’a d’égal que votre obscurantisme à l’égard de la véritable source de connaissance. Vous allez payer pour cela !

Jorian se concentra avec profondeur, avant de leur lancer à nouveau des éclairs, cette fois c’était plus long, plus intense. Les éclairs leurs mordraient les membres et engourdiraient leur corps. La salve dura plusieurs longues secondes avant de se terminer. La torture venait d’être achevée, laissant les jeunes femmes au sol, haletantes. S’attendaient-elles à cela ? Avaient-elles la moindre idée de ce qui allait se produire. Dans un mouvement distingué, Jorian Solaris déboutonna sa vareuse, prenant bien le temps de passer les boutons dans les boutonnières avec un soin qui le caractérisait. Une fois le vêtement ôté, il le plia tout aussi délicatement avant de le déposer avec soin sur une caisse derrière lui, dévoilant sa chemise blanche et les bretelles qui soutenaient son pantalon. D’un mouvement tout aussi soigneux, il déboutonna ses manches -grimaçant à nouveau à cause de la douleur de sa main blessée- et acheva le mouvement en retroussant ses manches. L’homme saisit ensuite son sabrolaser à poignée courbe, l’activant avec grâce, il positionna la lame parallèle à son corps, face à son visage, totalement absorbé par l’arme rituelle.

-Vous êtes venues pour me combattre, je vous en prix Mesdames, commençons sans plus attendre, finissons-en rapidement, je suis un homme occupé. Je vais devoir, je le crains, vous abandonner en fin de journée pour rejoindre mes supérieurs au Ministère, nous devons parler de ma contribution récente à la répression anti-Sensitifs, je crois qu’ils sont contents de moi. Il fau dire que le Protocole Fantôme a de très bons résultats ! De véritables professionnels.

Jorian fit tournoyer lentement sa lame avant d’adopter une garde de Makashi, désormais les hostilités démarraient. Le point de non-retour était atteint.

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 - Roon] Pour le meilleur et pour le pire [PV Jorian Solaris et MJ Siana Solaris]
Mer 10 Mai - 23:38
L'arme quitta les main de Siana qui tenta désespérément de la rattraper. Elle était tout ce qui lui restait, son joyau, le symbole de sa lutte contre l'oppression de la galaxie. L'ex-femme trahie tenta de tendre les mains et tomba sur le sol dans cette manœuvre désespéré alors qu'elle n'arrivait pas a repousser ses images, là ou l'esprit professionnel de Syrielle avait lui tenu bon en se braquant sur ses motivations profonde. Pourtant, la Togruta ne songea pas a la Force, elle était encore trop dans l'étreinte de la torture de l'officier pour pouvoir l'envisager. La jeune femme ne compris réellement que lorsque l'étreinte mentale se desserra enfin et que Jorian envoya Syrielle voler a l'autre bout de la pièce d'une poussée de force emplie de haine. Il n'avait pas seulement appris d'Ahriman : cette capacité a pouvoir canaliser la douleur et en faire une force, une caractéristique du Côté Obscur de la Force, elle venait de Sinistra qui lui en avait fait la plus éclatante des démonstrations. Les yeux de la terroriste s'écarquillèrent face a ce spectacle et cette surprise totalement innatendue : elle n'était pas prête a faire face a un sensitif d'aussi prêt sans avoir préparer un piège. En cet instant, elle regretta d'avoir suivit la rebelle : sur Tatooïne, elle aurait été sur son terrain et aurait disposer de plus d'arme pour s'en sortir.

Même ainsi choquée, Siana fut toutefois guidée par son instinct de survie : elle tenta de se relever afin de pouvoir s'emparer de nouveau de son Disrupteur, qui serait venu a bout de Solaris, mais elle fut frappée par une volée d'éclair qui l'envoya a l'autre bout de la pièce. La jeune femme hurla alors que son masque se dissipait, les patchs brûlant sous l'intensité du courant traversant son corps. Son dernier espoir s’évanouit lorsque Jorian sortir un sabre-laser pour découper le Disrupteur. Siana avait appris a se servir d'arme a feu, mais elle n'était pas de taille au contact, même Zero n'aurait probablement pas put affronter de face un sensitif. Du groupe entier, Bonnie était probablement la seule capable de faire face a la menace que représentait Jorian désormais : elle avait déjà traquée des Jedi et des Sith plus coriace que lui, mais la jeune femme gardait l'une des sorties et ne se doutait absolument pas de ce qui se passait, la pluie ayant viré a l'orage couvrant les cris de douleur des deux femmes alors que les éclairs semblaient faire échos aux éclairs de Force dans une démonstration effrayante du pouvoir du côté obscur.

Lorsque la foudre cessa, Siana s'était recroquevillée en position foetale, un vain geste dans l'espoir de pouvoir faire cesser la douleur. Désormais, l'idée qu'elle allait mourir sur ce caillou pourris sans avoir obtenu sa vengeance avait fait son chemin. Qu'importe les rencontres qu'il avait fait depuis qu'ils étaient séparés, Jorian n'était définitivement plus le même homme : il parlait comme les Sith et utilisaient les mêmes pouvoirs qu'eux. Pour Syrielle, tout serait sans doute clair lorsqu'elle prendrait un peu de recul, mais pour Siana, qui manquait de nombreuses informations, tout ceci n'était rien d'autre qu'un épais brouillard incompréhensible. Elle se releva péniblement, supplantant tous les douleurs et gémissant, pourtant, son esprit semblait soudainement devenu plus clair : elle avait pris sa décision et allait jouer sa dernière carte. Jorian effectua de manière méprisante le salut du Makashi, une forme de combat que Siana avait déjà rencontrer chez certains Sith particulièrement arrogant, mais lorsqu'il évoqua le fait de recevoir une récompense pour ses actions de la part de son ministère, il n'obtint qu'un rire étouffé de la Togruta, qui cracha du sang malgré tout, souffrant, mais semblant n'avoir jamais été aussi résolue et déterminée qu'en cet instant. La souffrance, et la conscience de n'avoir aucun échappatoire, la poussa soudainement a prendre une décision extrême, mais qui lui semblait nécessaire.


« Lorsque tes supérieurs réaliserons qui tu est vraiment, il te transformerons en l'une de leurs machines infernales... Ou ils te passerons pas le sas... Je ne sais pas dans quelle folie tu t'est lancée Jorian… Mais elle ne te mènera qu'à la destruction... »

Siana avait plongée les mains dans ses poches et pris les deux dernières armes qui lui restait : des détonateurs thermiques. Elle était en train de s'occuper des derniers réglages afin de pouvoir s'assurer de les faire exploser lorsqu'elle serait a portée, en espérant que les nouveaux pouvoirs de son ex-mari ne soit pas capable d'arrêter cela aussi. Si elle était repoussée… Elle mourrait seule, inutilement, mais il lui semblait que rien ne pourrait désormais leurs permettre de remporter la victoire. Elle sous-estimait peut-être la Spectre, mais cette dernière devait sans doute être salement amochée également et Siana en avait de toute façon assez de courir. Elle avait décidée qu'elle terminerait aujourd'hui et c'était ce qu'elle ferait. Elle s'était rapprochée de Jorian en claudiquant, afin de faire croire qu'elle ne serait pas capable de courir. En réalité, chaque pas lui demandait un effort surhumain et elle haletait très fort, mais la Togruta savait qu'il s'agissait de son heure. Elle tourna son regard vers Syrielle et lui transmis ses derniers mots, avec un air grave, mais le regard brillant d'une détermination qu'il serait impossible a stopper.

« Vie, vie pour nous deux… Casse toi, je le retiens ! »

Siana sorti ses deux mains de ses poches en activant les deux détonateurs et se mis a courir en hurlant de rage et de douleur. Cette course avait quelque chose de pitoyable, la jeune femme ne marchait pas droit et souffrait le martyr, mais elle était déterminée a mourir en essayant d'emporter son mari avec elle. Il l'avait effectivement brisée… Elle avait perdu espoir, mais elle avait choisit de donner a Syrielle une chance de s'en sortir et de reprendre le combat. Seul l'avenir proche dirait si cela serait héroïque, ou si cette tentative de sacrifice serait totalement vaine.
Jorian Solaris
avatar
Messages : 179
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 - Roon] Pour le meilleur et pour le pire [PV Jorian Solaris et MJ Siana Solaris]
Jeu 11 Mai - 22:08
Jorian faisait face à Siana Solaris et à Syrielle Shakhovite dans une position d’escrimeur. Il était plongé dans le Côté Obscur et son regard était fixe et dur, il savait qu’il ne devait pas flancher. Lorsque sa main s’était emparée du sabrolaser, il n’avait tremblé et s’était contenté le tenir fermement, il n’avait plus le choix, désormais il irait jusqu’au bout. Le comportement de Siana avait complètement changé, elle se contentait désormais de proférer des menaces prophétiques concernant la Triade et de mettre en garde Solaris. Elle avait compris que le vent tournait et que leur position victorieuse n’était pas aussi sûre qu’elle ne le pensaient. Les deux femmes avaient essuyé des dégâts et avaient hurlé sous les éclairs, se recroquevillant. L’officier fit face à Siana et la fixa droit dans les yeux.

Son visage totalement inexpressif et dur tressauta d’abord. Il était comme pris d’un tic nerveux. Cela dura quelques secondes dans un silence total. Alors que sa femme lui faisait face, blessée et claudicante, ce fut d’abord un petit sourire qui fendit le visage de Jorian Solaris. Un sourire enfantin qui se transforma d’abord en une sorte de hoquet nerveux, puis Solaris porta sa main libre et blessée à sa bouche pour retenir le fou-rire qui s’emparait de lui, d’abord un rire étouffé, il pouffa ainsi avant de finalement abandonner l’idée de réprimer ce rire qui se transforma en un rire tonitruant. Jorian riait à gorge déployée, un rire qui ne collait pas à la situation et ne semblait pouvoir s’arrêter, des larmes roulèrent sur ses joues tellement il riait. Il ne semblait plus pouvoir s’arrêter. Le rire dura quelques dizaines de secondes avant de s’arrêter.


-Haha...Si tu pouvais te voir, il pouffa à nouveau en mettant sa main devant la bouche, tu es comique Siana. Tu es blessée et tu continues de me menacer. Mes supérieurs ne découvriront jamais ce que je suis et je compte bien utiliser cela pour servir au mieux l’Entente. Quant à toi, ta petite expédition minable est terminée. C’est toi qui a perdu !

Son visage se raidit, il était désormais extrêmement dur et sévère, fixant tour à tour Syrielle et Siana. Quelque chose avait changé en effet, il ne voulait absolument pas être faible. Ahriman lui avait demandé la tête de Siana et il allait la lui apporter, la Togruta était blessée et elle avait du mal à marcher. Solaris s’enfonçait désormais dans la cruauté, il ne se reconnaissait pas lui-même, pourtant le Côté Obscur avait quelque chose de grisant et pourtant, il ne pouvait réprimer la tristesse et le désespoir qui s’emparait de lui. Qu’était-il devenu ? Pourtant il n’arrivait pas à s’arrêter.

-Eh bien, je ne comprends pas. Où sont passées les menaces ? La détermination...Le mépris dans tes yeux Siana et la cruauté dans le tien Syrielle ? Pourquoi désormais semblez-vous si frileuses ? C’est vous qui êtes venues me chercher pour me torturer, moi, je n’ai rien à voir dans cette entreprise.


Il n’arrivait plus à s’arrêter...Là où il aurait voulu dire à quel point il regrettait, à quel point Siana lui avait manqué. Car sur le fond, il n’avait jamais réellement cessé de la rechercher, Jorian s’embourbait dans la haine et dans la colère. Il était en colère, il les haïssait -non pas pour ce qu’elles étaient- mais pour ce qu’elles l’obligeaient à montrer. Au fond, elle dévoilait en lui une bête, un monstre qui sommeillait. Malheureusement, la petite graine qu’avait semé Ahriman en lui enseignant le Côté Obscur était désormais devenu une plante. Désormais ce triste végétal arborait fièrement les bourgeons des Fleurs du Mal et de la Corruption.

Siana se mit en marche et Jorian comprit immédiatement ce qu’elle voulait faire : se sacrifier pour laisser Syrielle s’échapper. Les choses se compliquaient puisque désormais, Solaris n’aurait plus aucun choix, il ne pourrait plus retourner en arrière. Le Commandant allait devoir assumer ses responsabilités. Alors que la Togruta avançait difficilement face à lui, Solaris la fixa avec un regard dur et froid. L’espace d’un instant, tous les souvenirs qu’il avait partagé avec elle revinrent à lui, il maudissait cette guerre, il maudissait son Maître...Il maudissait Siana et Syrielle...Mais malgré cette demi-conscience de ce qui se produisait, ses sentiments négatifs l’enveloppaient et le Côté Obscur lui fournissait un halo de puissance. Il saisit son sabrolaser plus fermement. La Togruta n’avait pas les idées claires, elle n’était pas lucide. Il fallait en finir et c’était maintenant que cela aurait lieu. Contrairement à ce qu’on aurait pu encore attendre, Solaris s’approcha avec une rapidité impressionnante, il utilisait la Force, il était plus rapide, plus violent et plus précis. D’un moulinet, il trancha les deux mains de sa femme, projetant les détonateurs au loin grâce à la Force. Les explosions résonnèrent dans le hangar. Il resta quelques instants face à sa femme, du moins ce qu’il en restait, son expression était interdite. La saisissant par les épaules, il la força à s’agenouiller et posa sa main sur sa tête avant de fixer Syrielle avec une rage véhémente.


-Tu vois, tout ça c’est uniquement par ta faute que ça arrive. Tu es venue confiante, sûre de toi, puis tu m’as insulté tout en me blessant la main. Ressens-tu à quel point tu t’es fourvoyée ? Sais-tu désormais que la situation n’est plus rattrapable ? Bien sûr que non, je suppose même qu’en toi tu te dis que tu peux encore négocier, me donner ce que je veux ou essayer de parlementer. La vérité c’est que désormais, le destin est scellé, il a été écrit en lettre de sang et ni toi, ni personne ne pourra y déroger. Ta haine et ta détermination à me tuer n’étaient guère suffisantes que pour m’infliger une blessure à la main. Si tu avais voulu m’abattre Syrielle, tu m’aurais regardé dans les yeux et tu l’aurais fait sans trembler...Comme cela !

Sans autre forme de procès, Jorian Solaris fixa Siana qui se trouvait à genou devant lui et lui trancha la tête dans un vrombissement. Le crâne de la Togruta roula sur le sol alors que son cors resta quelques instants à chanceler avant de tomber. La messe était dite, désormais Syrielle mesurerait le poids de ses erreurs. Jorian enjamba le corps de sa femme, il récupérerait la tête plus tard, l’officier était dans une colère noire, sa tristesse avait effectué une métamorphose, il n’était désormais qu’une boule de haine qui puisait sa puissance dans le Côté Obscur de la Force. Lentement, il s’approcha de Syrielle, son sabrolaser en avant.

-Si tu avais tiré au lieu de me menacer, cela n’aurait pas eu lieu. Combien de personnes vont mourir si tu ne m’arrêtes pas ? Un équipage entier rempli de collègues...D’amis…N’était-ce pas suffisant pour que tu comprennes ? Tu n’as jamais su ouvrir les yeux sur les priorités Syrielle et maintenant tu es toujours aussi aveugle...Je ne serai pas toujours là pour te faire la leçon, tu devras un jour réussir à grandir !


Le discours était violent, cru. Jorian ne venait pas non plus de dévoiler ses raisons, ni sur sa trahison, si sur la Force, ni même sur le fait qu’il venait d’ôter la vie de sa femme. Le scientifique était en pilote automatique, il assénait ces paroles mauvaises et n’arrivait pas à s’arrêter. Il était comme piloté par un double obscur qui avait désormais abandonné tout espoir, tout espoir de revenir à la lumière. Désormais, il était trop tard pour lui, il ne restait plus rien de cette victime qu’avait été Solaris. L’Alliance l’avait abandonné, tout comme Siana d’ailleurs...Et cela avait été le début d’une longue descente aux enfers qui l’avait finalement transformé lui-même en démon.
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 627
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 - Roon] Pour le meilleur et pour le pire [PV Jorian Solaris et MJ Siana Solaris]
Ven 12 Mai - 0:43

« Tu attends que je te tues parce que tu n'as pas le courage de te suicider. »

Agenouillée face à Jorian et la main gauche crispée fermement sur la jointure entre sa prothèse et son moignon – doux souvenir que cet homme lui avait lui-même infligé – Syrielle venait de prendre la parole d'une voix grave mais posée. Comme une accusation. Comme une constatation …

Elle venait finalement de vivre les dernières minutes comme une spectatrice – d'abord sonnée par le choc lorsqu'elle avait percuté la caisse puis paralysée par la douleur des Éclairs rendue proprement insupportable à cause de son bras artificiel qui en avait encore amplifié les effets – et son regard fixait désormais le corps mutilé de Siana sans pouvoir s'en détacher. Comme elle n'avait pas pu arrêter ce massacre. Comme elle n'avait pas non plus pu arrêter le massacre sur le Unity plusieurs années plus tôt. Finalement, l'histoire tendait à se répéter encore et encore, et les paroles aussi rageuses qu'accusatrices de son ancien mentor tournèrent un long moment sous son crâne pour s'y insinuer. S'y incruster. Comme une putain de blessure au fer rouge qui fit soudainement monter un amer goût de bile dans sa gorge.

Combien de personnes allaient mourir si elle ne l'arrêtait pas ?
Si elle voulait bien être honnête avec elle-même, Shakhovite aurait dû reconnaître que Solaris n'était plus très sain mentalement depuis quelques temps déjà – depuis Ylesia de manière sûre en tout cas – et la simple idée de ne pas avoir eu le courage de le dénoncer lui donnait la nausée. Parce qu'elle avait effectivement été faible. Trop faible pour l'écarter définitivement du système et le trahir au profit du plus grand nombre. Et malheureusement, beaucoup avait payé pour son erreur, dont la Togruta qu'elle fixait toujours du regard tandis qu'un haut-le-cœur agita un moment son corps immobile.

Elle le détestait.
Mais elle se détestait aussi …

« Tu veux mourir Jorian, c'est ça ? Tu veux mourir comme quand tu as tué ce mec sur Ylesia ? Comme quand tu as affronté ce Sith seul sur Trigalis ? Allez laisse-toi faire, surtout que de l'autre côté, tu y retrouveras tellement d'amis que tu as assassiné comme des chiens alors qu'ils te faisaient confiance. »

Cette fois-ci, l'explication était plus emportée, et ce même si la Corellienne ne trahissait pas sa colère ou sa haine pour autant. Comme si sous le coup du choc, elle en avait été temporairement vidée, tandis qu'elle se releva enfin pour lui faire face et plonger son regard dans le sien. Elle était proche de lui désormais. Très proche de lui. Et Jorian portait toujours son Eau de Cologne habituelle qui hantait ses angoisses … Et dans un mouvement étonnamment doux dans ces circonstances, Syrielle posa sa main gauche sur celle de son ancien mentor qui serrait son sabre-laser, et elle la souleva doucement afin de placer la lame de l'arme entre eux deux. Le rouge illuminant leurs visages qui n'étaient plus qu'à quelques centimètres l'un de l'autre.

Ironiquement, cette scène lui rappelait d'ailleurs celle de Trigalis où, pour la seule et unique fois de sa vie, la Spectre avait serré son supérieur dans ses bras afin de lui apporter un peu de soutien. De réconfort. De chaleur humaine. De cette mission où Jorian avait proprement pété les plombs mais que – idiotement – elle l'avait couvert. Et elle n'aurait pas dû …

« Tu veux mourir Jorian, tu veux mourir ?! Alors pour une fois dans ta vie, sois un homme et agis comme un homme ! Ais le courage de tes convictions et suicide-toi à la place d'assassiner les autres dans l'espoir de te faire tuer ! Tu veux me faire la leçon … mais quelle leçon ?! Tu nous as pris par derrière comme un sale traître sur le Unity, et tu as été tellement lâche que tu n'es même pas resté pour assister à leurs morts à tous ! Tu sais comment est mort Drew ?! Est-ce que tu veux le savoir ?! Tu veux que je te fasse la même chose pour te prouver que j'ai trouvé mes priorités ?! »

Syrielle ne hurlait pas, elle ne criait même pas. Mais son ton était terriblement agressif et mauvais tandis que ses yeux s'étaient étrécis. Tandis que sa main tremblait sur celle de Jorian, rapprochant l'arme du visage de son ancien mentor comme pour le mettre au défi d'accepter de crever enfin.

Elle ne voulait ni négocier ni parlementer.
Elle ne comprenait pas.
Et elle ne voulait pas comprendre non plus.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Jorian Solaris
avatar
Messages : 179
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 - Roon] Pour le meilleur et pour le pire [PV Jorian Solaris et MJ Siana Solaris]
Mar 16 Mai - 20:26
Jorian Solaris contemplait toujours Syrielle avec cette expression complètement détachée et pourtant sévère. La jeune femme avait mal, elle se sentait mal et n’avait pas réussi à se reprendre. Pourtant, ses paroles étaient empreintes de confusion. Solaris se rendit compte que l’esprit de son ancienne élève était embrumé, elle était complètement perdue et la haine et la colère l’avaient envahi. Pourtant, le Sith ne bougea pas, il la laissa se relever, lui saisir la main et positionner le sabrolaser entre eux-deux. La scène prenait désormais des touches de surréalisme et le Commandant se contentait de soutenir son regard, il la fixait droit dans les yeux avec ce même flegme qui l’avait toujours caractérisé. Mais cette fois, peut-être que Syrielle se rendait compte plus que jamais qu’elle n’avait pas su lire son jeu, qu’elle n’avait pas réussi à comprendre les mécanismes de l’esprit de son mentor. Bien évidemment, elle ne pouvait pas comprendre, elle ne comprendrait pas. Les clefs, elles appartenaient désormais à Solaris, qui ne tiqua pas lorsqu’elle positionna son visage à quelques centimètres du sien. Il pouvait sentir son odeur, voir les aspérités de sa peau, ses grains de beauté. Le visage de Syrielle Shakhovite était recouvert de sueur et crispé par des émotions et de la douleur. Celui de Jorian Solaris était toujours aussi lisse, fermé, complètement détaché. Face à face, ils se toisaient et s’affrontaient, séparés par cette lame rouge. La lame mortelle qui illustrait bien désormais la rupture qui avait éloigné les deux protagonistes de ce combat silencieux. Le corps de Siana Solaris demeurait sur le sol, étendu, dans une position surréaliste, presque religieuse. Jorian avait exécuté sa femme, au fond de lui, des sentiments discrets et brimés par le Côté Obscur de la Force commençaient à se manifester, à attirer son attention et à lui faire comprendre que ce qu’il venait de faire aurait des conséquence, que cela était déjà en train d’affecter son état mental. Le Commandant Solaris repoussa pourtant ces sentiments, balayés par la colère, la haine et la rage de vaincre, ces sentiments qui lui avaient permis de prendre l’ascendant.

L’ascendant n’avait été pris que grâce à bien peu de choses. Syrielle et Siana ne s’étaient pas attendues à voir Jorian sensitif. Elles n’avaient pas anticipé cela, c’était ce qui avait fait la différence. La lame se rapprochait du visage du Commandant, guidée par la main tremblante de Syrielle qui s’exprimait avec agressivité. L’officier ne souriait pas, il ne souriait plus, il fixait son ancienne élève avec une sévérité qui semblait croissante et secoua légèrement la tête alors qu’elle semblait toujours plus perdue. La pression et la force de Jorian exercées sur son sabre s’étiolèrent, comme pour laisser à Syrielle la possibilité d’en finir. Mais...Rien, en réalité, elle ne fit rien, sa main demeura tremblante et hésitante.


-Eh bien, c’est tout ? Tu n’es toi-même pas capable d’aller au bout, de me tuer. C’est là une différence fondamentale entre toi et moi Syrielle, tu ne vas pas au bout des choses, ma main n’a pas tremblé lorsque j’ai abattu mon sabrolaser sur Siana. Vous êtes venues confiantes, sûres de vous, prêtes à me tuer d’une manière abjecte au nom d’une croisade contre les Siths et contre ma trahison. Pourtant Syrielle, ce que je ressens en toi désormais, c’est de la haine et de la colère, tu es désorientée et une fois de plus, tes sentiments te trahissent.


La dernière phrase tomba comme un couperet. Solaris avait accentué l’intonation grave et lourde de cette conclusion. Il fixait Syrielle avec la même gravité, la laissant guider la lame. Le Sith était de toute façon dans son esprit, il manipulait ses souvenirs, la mettait face à ses propres défauts et à ses propres peines.


-Je serais curieux de savoir comment Drew a trouvé la mort, mais la vérité Syrielle, c’est que je pense que c’est toi qui désire des explications. De nous deux, tu es la plus suicidaire, qu’est-ce qui t’a pris de venir ici avec cette équipe de bras cassés ? C’est bien toi qui t’es présentée à moi, n’espérant trouver qu’une personne amoindrie et à a ta merci dans un piège grossier. D’ailleurs, où sont vos hommes ? Ils auraient déjà du tirer non ? Rassure-toi, ils l’auraient fait s’ils en avaient eu l’occasion, mes hommes les ont déjà pris par surprise et ils ont tous été faits prisonniers. Personne ne viendra te sauver Syrielle, tu es seule face à tes propres faiblesses. Seule face à ton erreur de jugement et seule face à tes propres démons.


Lentement, Jorian dégagea sa lame, pour la retirer en arrière. Il fixait toujours Syrielle avec insistance, elle était désormais dans une nouvelle poussée de torture par le chagrin. Solaris était complètement focalisé sur son esprit et jouait en boucle la mort de ses collègues à bord du Unity ou encore tous ceux qui étaient décédés. Les cadavres apparaissaient à tour de rôle face à Syrielle, les yeux ouverts, tous terriblement mutilés, se rappelant à elle comme pour lui signifier qu’elle n’avait pas su les sauver. D’un mouvement tout aussi lent, alors qu’elle était en proie à ces souvenirs, Jorian la repoussa à terre, la laissant choir au sol.

-C’est un démon que tu es venu chercher, c’est ce que tu voulais voir en moi, alors c’est en démon que je me comporte face à toi. Malheureusement pour toi, je ne t’exécuterai pas, ce n’est pas ton heure et tu vivras, tu devras vivre face à cet échec et surtout face au fait que tous ces gens auront trouvé la mort à cause de toi...Siana est morte et ses hommes qui seront exécutés sous peu. Tu vivras avec tous ces morts Syrielle. Sens-tu à quel point la situation t’échappe ? Mesures-tu le poids de tes erreurs Syrielle ? J’ai pourtant essayé d’être courtois avec toi et mon rôle n’a jamais été facile. Je t’ai dit depuis le début que tu devrais accepter un engagement total dans la guerre et accepter des situations intenables pour le bien commun lorsque tu as insisté pour rejoindre les SpecOps, non ? Je te l’ai bien dit...Il n’y a donc pas eu de tromperie sur la marchandise, tu savais que nous serions menés à sacrifier une partie de notre humanité pour que la paix et l’ordre reviennent dans la galaxie. Cette part d’humanité, tu n’as jamais su l’abandonner et maintenant, tu es seule face au poids de tes manquements…Quelle déception, je pensais réellement que tu t’en sortirais mieux.

La voix de Jorian ne pouvait s’arrêter, il déblatérait toutes ces choses de manière automatique, se comportant comme un véritable démon. Cet aspect de Jorian Solaris que Syrielle n’avait pourtant jamais vu en lui. L’officier continuait de la toiser alors que cette fois, les souvenirs devenaient plus violents, poussant un peu plus Syrielle dans la tourmente. Solaris soutenait son regard avec une froideur effrayante, comme s’il avait abandonné toute humanité, le Sith n’avait pourtant toujours pas donné ses raisons...En avait-il seulement ?

Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 627
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 - Roon] Pour le meilleur et pour le pire [PV Jorian Solaris et MJ Siana Solaris]
Jeu 18 Mai - 16:17

La main de Syrielle tremblait légèrement sur celle de Jorian, rapprochant toujours davantage son sabre de son visage comme dans le but de le passer enfin de vie à trépas. Mais étrangement, la lame rouge demeurait éternellement à quelques centimètres de sa cible, comme si elle ne pouvait l'atteindre. Comme si elle ne voulait l'atteindre. Comme si toutes ces paroles que son ancien mentor vomissait embrumaient son esprit et engluaient tout son corps pour l'enfermer dans une horrible gangue de culpabilité et de souvenirs. De tous ces visages qu'elle voyait défiler dans son esprit avec une précision telle qu'elle pouvait même sentir l'odeur de la chair brûlée lui chatouiller les narines pour se mêler à cette détestable Eau de Cologne qui lui collait mal à la tête en prime …

Comment Drew avait-il trouvé la mort ?
Cette question – tout comme le reste de la litanie de Jorian – était presque fantomatique dans l'esprit de la Corellienne tandis qu'un haut-le-cœur l'agita un moment. Crispant son diaphragme devant l'horreur d'un souvenir qu'elle tâchait d'oublier depuis toutes ces années sans jamais y parvenir. Les minutes les plus ignobles de toute sa vie qu'elle ne parvenait plus à repousser tandis que – sans même s'en apercevoir – elle tomba mollement à genoux lorsque Solaris la repoussa à terre. L'une de ses mains se posant sur le béton abîmé comme pour se soutenir tandis qu'elle fixa un regard haineux sur Solaris sans même le voir.


***



« Sysy … ils sont combien ? »

La voix était aussi faible que parcourue d'angoisse, mais à l'autre bout d'une pièce à moitié plongée dans l'obscurité, une seconde voix ne tarda pas à lui répondre toutefois.

« J'en vois trois … peut-être quatre … et j'suis franchement pas sûre qu'on puisse passer par là. »

Une conclusion un peu brutale mais quelques secondes plus tard, Syrielle quitta son poste d'observation afin de revenir auprès de Drew, s'agenouillant à ses côtés tout en vérifiant sommairement son pansement imbibé de sang qui ne devait plus retenir grand chose de l’hémorragie à l'heure qu'il était.

« Et de … l'autre côté ? Solaris … il devait être dans la … section H … je crois … pourrait nous aider … »

Au fur et à mesure du temps qui passait, il était évident que la perte de sang et la souffrance rongeaient son collègue tout en l'affaiblissant de plus en plus, mais ce fut pourtant avec douceur que Shakhovite s'assit finalement tout près de lui, soulevant sa tête avec précaution afin de la poser sur ses cuisses. Ses mains découvrant un front couvert de cheveux trempés de sueur tandis qu'elle tâchait d'être la plus rassurante possible par ses gestes.

« J'ai essayé de contacter Jorian mais rien à faire, black out total des communications. Mais t'inquiète pas, je vais trouver une autre solution. »

Trouver une autre solution …
Malgré le ton presque confiant, la jeune femme avait bien conscience qu'il ne s'agissait là que d'un mensonge, et si la porte qu'elle avait verrouillée dans son dos les protégerait tous les deux des contaminés, elle n'avait en revanche aucune idée de la manière dont ils pourraient passer pour rejoindre le Pont K et l'infirmerie qui s'y trouvait. Une infirmerie dont Drew avait désespérément besoin tandis que Syrielle pouvait le sentir trembler presque convulsivement dans ses bras. De froid, de chaud, de fièvre ou de terreur. Ou peut-être les quatre à la fois. Ou peut-être de toute autre chose encore …

Si les événements continuaient ainsi, le Unity serait leur cercueil à tous.

« Solaris … et Mhanoli … section H et G … aider … y …

- Calme toi Drew, je vais nulle part sans toi. On se repose encore dix minutes et on s'organisera pour les rejoindre, ok ? »



***


« Arrête ça putain !! »

Dans l'immense hall vide, la voix de Syrielle venait brusquement de résonner – pour exiger la fin de ses paroles ou alors de ces souvenirs – et la jeune femme asséna aussitôt un rude coup de poing dans le genoux de son supérieur. Espérant sans doute le blesser suffisamment pour au moins le contraindre à fermer sa gueule une bonne fois pour toute !

« Tu n'es qu'une petite salope qui a trahi sa patrie et ses amis, et c'est toi qui aurait mérité de crever sur le Unity ! Ou alors sur Trigalis, ça t'aurait sans doute plu que ce Sith t'ouvre en deux ! »

Combien de fois ?
Combien de fois Jorian avait-il échappé à la mort ?
Combien de fois y avait-il échappé grâce à elle ? Ou plutôt à cause d'elle ?

Leurs missions avaient quelque fois été si dangereuses que la jeune femme avait perdu le compte depuis bien longtemps déjà mais aujourd'hui, elle regrettait d'avoir pu accorder sa confiance à un traître pareil. Elle regrettait mais elle saurait aussi rattraper ses erreurs et ne pas les réitérer. Et pour ça, il suffisait juste de parler et de le faire parler. Juste un peu. Juste encore un peu …

« Mais dis-moi quand tu m'as recrutée, tu avais déjà retourné ta veste ? Tu m'as formée en sachant que tu allais me sacrifier pour ta Triade de fanatiques ?! »

C'était sans doute bassement égoïste, mais elle s'était toutefois toujours posée la question. De même qu'elle s'en posait tant d'autres. Mais pour l'heure, les interrogations attendraient et – sans que rien ne pût le laisser présager – elle effectua un balayage violent sur son ancien mentor afin de le jeter à terre. L'immobilisant aussitôt au sol en s'asseyant à califourchon sur lui tandis que sa main artificielle vint saisir les deux poignets de Solaris pour les retenir fermement. Sa main droite lui collant un poignard – celui caché en tout temps dans sa prothèse – sous la gorge.

« Fais libérer tous les hommes de Siana ou je t'égorge comme un porc. Tout de suite. »

Pas de menace ni de promesse cette fois-ci, juste une lame chatouillant la peau de Jorian comme pour l'inciter à ne pas jouer davantage avec elle.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Jorian Solaris
avatar
Messages : 179
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 - Roon] Pour le meilleur et pour le pire [PV Jorian Solaris et MJ Siana Solaris]
Mar 23 Mai - 23:17
Le coup frappa le genou de Jorian de plein fouet : une douleur lancinante qui le força à plier et donc l’officier tituba. La haine de Syrielle augmentait, elle voulait déstabiliser Jorian Solaris pour que ce dernier arrête sa technique, elle avait donc vu en lui l’utilisation de la Force. Se laissant choir au sol, Solaris se retrouva sur le dos et vit l’espace d’un instant les sentiments négatifs qu’elle éprouvait à son encontre. Il y avait là une haine si profonde, si pure, elle n’arracha qu’un sourire à ce dernier alors qu’il sourit en coin. Mais la menace vint de nouveau du sol, alors que Syrielle effectuait un balayage assuré, Jorian fut fauché et tomba au sol comme un fétu de paille. Il était bien plus frêle, bien moins musclé qu’elle l’était elle. Syrielle avait un ascendant physique, elle le savait, eux avaient toujours été complètement opposés. C’était sans doute pour cette dernière raison que Syrielle Shakhovite avait pu venir si confiante.

L’espace d’un instant, tout aussi fugace que celui qui avait permis à Jorian de voir les ficelles de l’esprit de son ancienne élève...Cette dernière était déjà à califourchon sur lui. Sa main synthétique lui serrait fortement les poignets, l’immobilisant alors qu’elle le menaçait avec une lame sous la gorge. Elle le menaçait, cette fois la Correllienne avait pris le dessus, il y avait quelque chose d’animal en elle, de naturel. Ce n’était pas un regard de prédateur, plutôt celui de la proie en mesure de se défendre, de l’herbivore placide qui défend ses petits : Syrielle avait été touchée dans son essence, dans son foyer, il profanait ce en quoi elle croyait, ce pour quoi elle avait donné sa vie. Le sourire en coin de Jorian ne s’était pas estompé, il avait mal, son genou le lançait terriblement et sa main droite le faisait trembler de douleur tant presser le membre déjà brisé le faisait souffrir. Pourtant, toute cette souffrance, il s’en nourrissait, elle alimentait sa haine et sa colère. Syrielle reflétait ce qu’il avait haï : quelqu’un qu’il avait aimé et qui refusait d’abandonner le système. L’espace d’un instant, Syrielle avait semblé pouvoir comprendre, il avait cru qu’elle pourrait démêler le vrai du faux. Que nenni, tout cela n’était que vaines illusions, vastes chimères colorées et irréelles. La réalité froide et grise avait lentement repris le dessus, telle cette lame luisante qui menaçait sa gorge rasée de près. Jorian aurait du avoir peur, il aurait du arrêter là, c’était ce que sa raison lui dictait et pourtant...Il n’en était rien. Le Seigneur Sorcier Azhek Ahriman avait semé la graine de la corruption en lui et désormais, il n’était plus possible de l’arrêter. L’esprit de Jorian Solaris était tourné vers le Côté Obscur et ce dernier n’était plus possible à raisonner.


-Tes sentiments...Te...Trahissent. De la colère et de la haine, je les sens. Finalement, toi et moi nous sommes un peu pareil.


Jorian accompagna cette terrible phrase d’un sourire démoniaque. Un sourire accompagné d’un regard malsain et même malveillant. L’officier n’était plus lucide, il était rongé par la corruption du pouvoir de ce qui l’habitait. Lui-même qui n’était qu’Acolyte était désormais rongé par la démesure du pouvoir qu’il utilisait. La Force pulsait en lui, des pulsions de vie et de mort qui l’incitaient à utiliser son pouvoir. Un pouvoir démentiel, une puissance qu’il ne pourrait expliquer et qui désormais orientait son esprit. Les questions de Syrielle n’étaient désormais que de nouvelles occasions de la tourmenter : plus elle en poserait, plus elle deviendrait son esclave car cela ne ferait qu’augmenter sa haine.

-Tu veux savoir ce qu’il en était lorsque je t’ai recruté ? Es-tu prête à l’entendre ? Prête à comprendre que tu n’as été qu’un pion, qu’une vulgaire pièce sacrifiable sur un échiquier plus grand ? D’une certaine manière, je peux le comprendre. Tu n’es cependant pas encore prête à m’affronter, tu es trop faible !

Comme pour continuer cette phrase, Jorian se concentra et Syrielle fut projetée à nouveau contre une caisse alors que son poignard s’éloignait en tintant sur le sol. L’officier de la REPo se releva lentement, il avait menti, mais n’était-ce pas ce qu’on devait attendre d’un Sith ? Le Seigneur Ahriman l’avait incité à prendre le pouvoir, il lui avait donné cette épreuve pour qu’il se détache des sentiers battus. Il se releva en claudiquant, saisissant son sabrolaser à nouveau et cette fois, il posa sur Syrielle un regard sans concession.


-Comment as-tu pu croire un seul instant pouvoir me vaincre ? Tu surestimes le pouvoir des autres sur moi, Syrielle. La vérité, c’est qu’aucun Maître ne m’a réellement décidé à embrasser le Côté Obscur, ce dernier ne fut qu’une impulsion. Pourquoi ai-je trahi ? Il suffit de te regarder mordre la poussière pour le comprendre rapidement. Ce monde est impitoyable et tu n’as jamais voulu le comprendre, mais désormais, peut-être le comprends-tu. Le Côté Obscur n’a rien de dogmatique pour moi...Il n’y a pas de Bien ni de Mal Syrielle...Pas plus qu’il n’y a d’Obscurité ni de Lumière...Pas de Dieu ni de Démon. Il n’y a que des hommes et des femmes, le néant avant leur naissance, le néant après. Nous ne sommes que des cloques éphémères qui auront déjà disparues avant de pouvoir le réaliser. Nous devrons faire ce qui doit être fait rapidement, mais cela, tu es bien trop naïve pour le comprendre.

Jorian se releva péniblement, il avait perdu de sa superbe : il boitait, un filet de sang s’échappait de sa bouche et sa main droite le faisait souffrir. D’un mouvement, il tendit la main et lança une nouvelle vague d’éclairs sur Syrielle alors qu’il se tenait désormais à distance. L’officier la contemplait avec un rictus malfaisant. Il avait réussi son coup, il avait titillé la haine qui se trouvait en elle et désormais, il contemplait sa victoire, une victoire psychologique sur tout ce qu’il n’avait pas su faire...Sur toutes ces horreurs qu’il avait vu et qui l’avaient traumatisé...Sur cette femme qui l’avait trahi alors qu’il l’aimait plus que tout. Syrielle dans l’histoire n’avait pas grand-chose à y voir, pourtant Jorian lui en voulait, il lui en voulait de ne pas comprendre, de ne pas avoir pu réfléchir.

-Ne crois pas que je vais te tuer, Syrielle, comme après le Unity, tu devras vivre avec cela pour le restant de tes jours. Tu es venue confiante, mais tu n’étais pas prête à m’affronter, tu n’étais pas prête à me vaincre. Tes amis vont une fois de plus mourir par ta faute…


Jorian ferma les yeux, communiquant ses ordres grâce à ses implants. Le mystère demeurerait entier s’il avait fait exécuter ou pas les hommes de Siana mais désormais, la situation avait atteint un point de non-retour.
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 627
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 - Roon] Pour le meilleur et pour le pire [PV Jorian Solaris et MJ Siana Solaris]
Mer 24 Mai - 15:26

Si la jeune femme semblait avoir bel et bien pris l'ascendant sur Jorian, cet instant ne fût finalement que très fugace et quelques secondes plus tard, une nouvelle Poussée de Force la projeta contre une caisse. Lui arrachant un long soupir douloureux tandis que son corps meurtri accusait de plus en plus le coup. Mais plus que de la souffrance physique, son ancien mentor tâchait surtout de la déstabiliser et de la blesser sur le plan psychologique … et il y parvenait à merveille ! Malgré son entraînement et malgré toute sa fidélité à l'Alliance, il était évident que Syrielle avait dérapé depuis quelques temps déjà, et Solaris était désormais si près qu'elle irait jusqu'au bout. Jusqu’à sa mort ! Celle de cette crevure ou la sienne, mais il était hors de question qu'il pût s'en sortir tant qu'elle-même serait encore en vie !

« Compte sur moi pour faire ce qui doit être fait Jorian, et je te garantis que ce ne sera pas fait avec douceur ou avec naïveté ! »

De ce ton rageur qui venait de s'élever tandis que son regard reflétait clairement sa colère, mais même si Shakhovite se doutait bien que son interlocuteur cherchait à embraser sa haine pour mieux l'utiliser, elle ne parvenait toutefois pas à se calmer. Au grès de ses paroles, Solaris continuait à lui parler comme à une enfant. Ou comme à une imbécile !

Mais tandis qu'elle rassemblait déjà ses forces pour se relever et attaquer à nouveau, son ancien mentor lui envoya une nouvelle volée d’Éclairs, et ce fut dans un long cri de douleur que la jeune femme s'agita un moment sur le sol froid. Les arcs électriques ravageant son corps dans une souffrance acerbe tandis qu'ils abîmaient également de plus en plus sa prothèse dont les signaux erronés se manifestaient désormais par des mouvements incohérents et involontaires. Comme des convulsions électroniques qui amplifiaient encore la douleur, donnant l'impression à Syrielle que la zone de connexion avec sa chair était en train de brûler.

Elle souffrait physiquement.
Elle souffrait moralement.
Mais que ce fût son caractère de chien ou son ascendance Corellienne, elle n'était toujours pas décidée à abandonner !

« Et toi, n'espère pas quitter cet endroit en vie Jorian ! Tu vas crever ! »

Il ne l'avait pas simplement trahi, il l'avait également instrumentalisée et utilisée, comme un simple objet qu'il aurait lui-même forgé de ses mains pour mieux pouvoir s'en servir ensuite. Derrière son voile de rage, Shakhovite comprenait en tout cas comme ça ses paroles : à l'instant même où il l'avait recrutée, Jorian savait déjà qu'elle ne serait jamais qu'un fusible. Un plomb qu'il pourrait faire sauter. Un jouet qu'il pourrait manipuler pour mieux assurer sa couverture et sa réussite. Et elle … elle avait marché … elle avait couru … elle n'y avait vu que du feu …

Et allongée sur le dos dans ce hall aussi vaste que vide, c'était les larmes aux yeux que la jeune femme était en train de réaliser une vérité qu'elle avait toujours rejetée : Jorian ne reviendrait pas. Ce n'était pas une mission secrète qu'il aurait pu mener, ce n'était pas une machination, ce n'était pas une erreur. C'était juste la vérité … de cette vérité qu'elle avait elle-même brandi comme un étendard de vengeance alors qu'au plus profond de son être, elle avait continué à espérer. Comme le trahissait ses questions et son désir de comprendre. Malgré tout. Malgré elle.

Ses amis allaient encore une fois mourir par sa faute ?
Pas tant qu'elle-même serait en vie en tout cas, et dans un mouvement proprement désespéré, Syrielle se releva soudainement et força sur ses jambes afin de courir vers Solaris pour le plaquer au sol comme un joueur de rugby ! Leurs deux corps dérapant sur quelques mètres tant elle y avait mis tout son cœur, et ce même si sans attendre davantage, la jeune femme déchaîna aussitôt une pluie de coups sur son ancien mentor. Sa prothèse manquant toutefois régulièrement sa cible tant les Éclairs l'avaient abîmées, et ce même si son poing gauche se faisait un devoir de rattraper ce manque de précision en frappant juste.

« La Force ne te sauvera pas quand je t'aurais défoncé la gueule !! »

C'était violent, c'était rageur. Mais dans cette situation désespérée, Syrielle n'avait malheureusement rien d'autre que ses poings pour espérer pouvoir sauver le groupe de Siana. Pour espérer se sauver elle-même également, parce qu'il était désormais évident qu'ils ne pourraient pas simplement quitter Roon chacun de leur côté. Ou en tout cas, pas vivants.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Jorian Solaris
avatar
Messages : 179
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 - Roon] Pour le meilleur et pour le pire [PV Jorian Solaris et MJ Siana Solaris]
Mer 31 Mai - 0:07
Jorian contemplait la jeune femme s’égosiller, sur le sol. Elle était en proie à ses démons et se débattait...Contre quoi ? Contre un ennemi imaginaire, sa propre naïveté qui cette fois ne suffirait pas à voiler le caractère dramatique de la situation. L’officier portait toujours sur son ancienne subordonnée un regard incisif et froid, contemplant cette victime qui se retrouvait sur le sol. Malgré ses réticences, il s’était lui-même laissé emporter par ses propres sentiments négatifs. La haine, la colère, ce tourbillon grisâtre lui emprisonnait l’esprit. Jorian Solaris aurait dû réagir, il aurait dû ne pas se laisser submerger par la Force. Le Côté Obscur était puissant et surtout, il se mariait parfaitement avec l’esprit du scientifique qui avait dû mettre de côté sa morale à de nombreuses reprises alors qu’il avait quitté l’Alliance Galactique. Il n’aurait pas dû être militaire, il n’aurait jamais dû se porter volontaire pour rejoindre l’armée puis les Renseignements de l’Alliance. Il était désormais trop tard, la Force Obscure avait eu raison de lui. Il avait réussi à dompter une bête qui agissait comme le catalyseur de ses propres émotions négatives. Lorsqu’elle le menaça de nouveau, elle ne recueillit qu’un regard froid et totalement hermétique.

Hermétique à tout sentiment, à toute pitié ou à toute modération. L’officier Solaris n’était plus qu’une machine qui servait son propre camp. Mais ce camp, quel était-il ? Était-ce cette Triade qu’il semblait servir avec tant d’acharnement ? Était-ce les intérêts de son Maître Ahzek Ahriman ? Ou était-ce autre chose ? Personne n’avait finalement jamais réussi à le ficeler et lui-même ne savait dire quelle tournure prendraient les événements. Ahriman avait semé une graine de la discorde, il pensait avoir un pantin manipulable mais finalement, ce dernier se révélait complètement ingérable. Solaris retournait la Force du côté de la Triade qu’il n’avait aucune intention de trahir. Il fallait être honnête, peu importaient les paroles, sur le fond, il avait rallié l’Entente parce que c’était le seul régime capable de maintenir la paix dans la galaxie, de ramener un certain équilibre. Jorian Solaris avait lui-même accepté le fait qu’il était perdu : comme lui, Syrielle et Siana l’avait été.

Contrairement à toute attente, Syrielle se releva d’une traite. La Corellienne transpirait la colère et la haine. Sans que Jorian ne puisse réagir autrement qu’en désactivant sa lame pour ne pas se blesser, il fut fauché et plaqué au sol. Frêle et petit, le Commandant fut soulevé comme un fétus de paille et traîné sur plusieurs mètres. Syrielle était en colère, elle éructait la rage et l’impuissance. La Corellienne venait de comprendre la véritable nature de ce qui se passait...Ou tout du moins elle croyait la version que lui avait donné Jorian. Elle n’abandonnerait pas et commença à rouer de coups le Commandant. Les coups étaient saccadés, imprécis, d’ailleurs la prothèse commençait à fatiguer, les coups tombaient fréquemment à côté mais parfois, ils faisaient mouche, frappant le crâne de l’officier. Un coup...Deux coups...Trois coups, du sang commençait à remplir la bouche de l’officier de la REPo. La haine de Syrielle était aussi importante que désespérée.

Jorian cracha du sang, son visage était tuméfié, le sang était monté pour finalement faire apparaître des vaisseaux qui avaient éclatés. Son nez était cassé et il avait un œil qui avait enflé. L’homme avait des blessures sérieuses, sa main brisée le faisait souffrir, au même titre que son genou. Malgré l’apparente violence du combat, ils étaient tous deux blessés. Alors qu’on se serait attendu à une souffrance ou alors à une expiation. Rien. Les lèvres de Jorian commencèrent à bouger lentement...Elles remuèrent comme s’il allait dire quelque chose. Quelques secondes plus tard elle remua de nouveau. Les lèvres se figèrent en une sorte de grimace, un rictus. L’homme cracha du sang et se mit à hoqueter, il s’agissait en fait d’un sourire, il ricana. Le ricanement se transforma en rire léger, puis plus gros, puis finalement il rit à gorge déployée. Un rire dément complètement décalé. Ce comportement était incompréhensible et pouvait choquer. L’espace d’un instant, quelques secondes de battement. La situation avait quelque chose de rocambolesque et même de déstabilisant.


-Me défoncer la gueule ? Et cela t’apportera quoi ? Quelle sera ta finalité ? Quel est ton but Syrielle en faisant cela ? Je réalise maintenant que ton unique objectif était de me vaincre, mais encore, quand bien même tu y arriverais, que se passerait-il ensuite ? Tu serais seule et malheureuse, comme lorsque tu as compris que ces abrutis qui te servaient de collègues trafiquaient. Toi aussi tu m’as donné les noms de ceux qui te faisaient confiance...Alors quoi ? Si on applique ta petite analyse bornée et binaire, toi aussi tu les as trahi. Tu ne vaux donc pas mieux que moi !


Le rire s’intensifia, un rire éraillé, malsain. Il était presque difficile à un certain point de savoir si Jorian riait ou pleurait tant le rire s’était transformé en une sorte de hoquet guttural. Lentement à nouveau, Syrielle se releva, en fait, la Force la fit se relever. La haine en Jorian était très forte, trop forte, elle stimulait ses capacités, Syrielle était à l’horizontale, à quelques dizaines de centimètres du sol. Jorian riait toujours à gorge déployée, il était méconnaissable tant son visage était déformé par les hématomes, du sang coulait de chacun de ses orifices. L’officier se releva pourtant péniblement, Syrielle toujours en lévitation. Il était complètement concentré dans la Force.


-Si tu avais voulu me tuer, tu l’aurais déjà fait. Mais tu en es bien incapable
.


D’un mouvement brusque, Jorian abaissa son bras valide, Syrielle percuta le sol à toute allure. L’officier s’approcha en claudiquant, il était à bout de force, à bout de souffle même. Jorian n’était plus qu’une sorte de pauvre hère marchant péniblement, il ne pouvait plus se battre. Il y avait quelque chose de pathétique dans son attitude et dans le fait qu’il n’était pas reconnaissable. Il avait toujours été seul et le Côté Obscur se bornait à le lui rappeler. Il toisa son ancienne élève avec un mépris impérieux alors qu’il secouait la tête. Solaris n’était plus en état, il lui faudrait des soins médicaux importants. D’un mouvement adroit, il activa sa lame et trancha le bras mécanique de Syrielle.

-A nouveau, je te prends ce bras. Tu n’en as plus besoin désormais et il va falloir faire sans. Tu n’aurais pas dû venir ici. Il est bien trop tard pour moi...Tu as sous-estimé la puissance du Côté Obscur...Mais je décide qui doit vivre ou mourir.

Relevant à nouveau la main, Jorian fit péniblement se relever la jeune femme. Rassemblant ses dernières forces, il l’empala sur son sabrolaser. La lame l’avait prise sur le flanc, se plongeant dans la Force, Jorian avait une fois de plus fait en sorte de ne pas toucher d’organes vitaux. Syrielle n’en retirerait qu’une douleur immense, une douleur sans fin d’autant plus qu’elle touchait exactement la cicatrice faite par Jorian quelques années auparavant. Cette fois, l’officier la fixait dans le blanc des yeux, contemplant sa douleur. Cette douleur et ce désespoir, il s’en nourrissait et sa main ne tremblait pas.


-Et j’ai décidé, tu ne mourras pas, tu devras vivre avec tout cela. Voilà ta punition pour avoir pensé pouvoir me vaincre et me torturer.


D’un mouvement tout aussi brusque, il retira son sabrolaser du flanc de Syrielle, la laissant tomber sur le sol. Alors qu’il retirait la lame, Jorian Solaris faillit chanceler. Il était blessé et n’arrivait qu’à peine à tenir debout. Son utilisation de la Force avait été décuplée par ses sentiments négatifs à l’égard de la jeune femme, mais cela l’avait aussi épuisé. Il allait lui falloir des soins rapides s’il ne voulait pas avoir de séquelle de cet affrontement. Fort heureusement, un transport de la Triade l’attendait et il n’aurait qu’à le demander pour qu’il vienne. C’est d’ailleurs ce qu’il fit par le biais de ses implants alors qu’il rangeait son sabre. La situation avait dégénéré, il n’y avait autour d’eux que le cadavre sans vie de Siana Solaris. Solaris plongea son regard dans celui de Syrielle à nouveau, toujours aussi méprisant.


-Tu vois Syrielle, nous y sommes enfin. Tu as eu ce que tu voulais non ? Tu m’as confronté ! Nous nous sommes battus, et une fois de plus, j’aurais pu te tuer, mais tu n’es pas morte, tu devras vivre avec cela. Lorsque tu seras réellement décidée à me tuer, reviens me trouver avec des arguments solides.


Alors qu’il terminait ses paroles, un transporteur à la coque violette apparut à travers les immenses vitres du hangar, balayant l’intérieur de son énorme projecteur. Solaris ramassa lentement sa veste et sa casquette avant de lui faire signe.


-Au revoir Syrielle, c’est toujours un plaisir de voir d’anciens amis. nous nous reverrons, j’en suis certain. Prends bien soin de toi.

Le ton était redevenu calme, presque courtois, comme pour souligner qu’il s’en allait dans la même configuration que la dernière fois qu’ils s’étaient croisés. Il saisit aussi la tête de Siana par les Lekku avant de disparaître en claudiquant. Solaris prenait son temps, il n’était pas pressé, de toute manière, Syrielle ne pouvait pas le suivre et il en profitait, se déplaçant pourtant difficilement. Les douleurs le lançaient et traverser ces quelques mètres fut un véritable calvaire. L’officier Solaris rebroussa chemin avant de sortir par la porte du hangar. Il fit un signe au transport qui atterrit devant lui alors que deux hommes s’avancèrent pour le soutenir et l’aider à monter. L’un d’eux considéra la tête avec dégoût.

-Mettez cela dans la soute, c’est un ordre !


Un des hommes s’exécuta pendant que le deuxième transportait Jorian à l’intérieur avec soin. Les pilotes décollèrent rapidement alors qu’un infirmier prenait directement en charge Solaris. Ce dernier allait avoir besoin de soins rapidement. Le sabrolaser du Commandant avait rejoint sa place, bien dissimulé dans la doublure de son manteau. La messe était dite, il allait être soigné et Syrielle avait été défaite. Tout du moins c’était ce dont il voulait se convaincre, pourtant la Corellienne était une fois de plus vivante et le pilote de l’expédition de Siana avait été épargné, une fois de plus, un unique survivant viendrait la sauver. Jorian avait échoué, il n’était finalement pas capable de vaincre son plus persistant fantôme du passé...Car il avait été le seul au final incapable de tuer Syrielle...
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 627
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 - Roon] Pour le meilleur et pour le pire [PV Jorian Solaris et MJ Siana Solaris]
Mer 31 Mai - 16:28

Elle flottait …

Quelque part entre des souvenirs rageurs et une réalité inconcevable, Syrielle tâchait désespérément de ne pas se noyer tandis que son esprit vacillait sans réellement pouvoir se raccrocher à son environnement. Quelque part entre ses obsession et sa survie, Syrielle venait d'activer le signal d'urgence de son comlink dans le vain espoir que l'un des membres du petit groupe ne fût pas mort et qu'il pût donc lui porter secours. Sa prothèse tranchée nette, sa chair mutilée et un profond désespoir chevillé au corps.

Jorian était mort et il l’entraînait dans les tréfonds de sa folie.

Qu'avait-elle fait ?
Et que n'avait-elle pas fait justement ?

Incapable de tuer Solaris, c'était finalement son corps au supplice qui gisait sur le béton taché du hangar, et les bottes de son ancien mentor avaient cessé de résonner depuis de longues minutes déjà. La plongeant dans un abysse de silence et de souffrances. Loin d'une réalité qui … qui … qui …


***


« Sysy … je les … entends … »

Quatre minutes. Quatre minutes seulement que Shakhovite avait décrété un temps de pause afin qu'ils pussent tous les deux se reposer, mais Drew recommençait déjà à s'agiter. Sa tête dodelinant tandis que son regard flou tenta de se poser sur la pièce afin d'évaluer le danger qui rodait dangereusement près d'eux.

« Chut … je sais Drew mais ne t'inquiète pas, la porte est verrouillée et blindée, ils ne pourront pas rentrer. Repose toi. Repose toi … »

Se reposer et attendre … mais attendre quoi au juste ?
Le Blaster posé à portée de main, la Corellienne pouvait entendre les infectés errer dans les couloirs à la recherche des survivants, et le bruit glauque qu'ils produisaient lui rappelait combien il serait difficile pour elle d'atteindre l'infirmerie avec un Drew pratiquement inconscient sur les bras. Inconscient et grièvement blessé. À l'entente de ses paroles, la tête du jeune homme avait d'ailleurs à peine bougé la tête, mais son regard attestait toutefois qu'il avait entendu et compris tandis que ses paupières se refermèrent bientôt. Rapidement suivies par un long spasme de douleur qui arqua tout son corps avant qu'il ne vomît une bile noirâtre et noyée de sang. À n'en pas douter, il n'irait même pas jusqu'au bout des dix minutes, et Syrielle ne savait pas quoi faire …

Lorsqu'elle l'avait retrouvé après que tout fût partit à vau-l'eau, le hacker était en train de se faire littéralement dévorer par deux contaminés, et il n'y avait guère que le pansement de fortune posé par la Corellienne qui dissimulait désormais ses entrailles rongées et mutilées. Les dissimulait mais les empêchait également de se répandre sur le sol.

Drew allait mourir, et Syrielle ne pouvait strictement rien y faire.

« Sy .. Sy … tu … H … tu … »

Mais avant même d'avoir pu achever sa phrase, ce fut un nouveau flot de bile sombre qui envahit la bouche du jeune homme qui manqua de s'étouffer, et Shakhovite lui releva aussitôt la tête afin qu'il pût vomir sans se noyer. Des hoquets de souffrance agitant sans corps sans discontinuer désormais, tandis que son front fiévreux était couvert de sueur.

« La section H est tout près alors on y va en premier Drew, c'est partit. Laisse-moi seulement rassembler mon bordel et je t'aide à te lever. »

Une gageure. Un pieu mensonge qui étira un vague sourire sur les lèvres d'un hacker qui ne parvenait même plus à conserver les yeux ouverts. Ses entrailles glissant doucement au sol tandis que le mouvement de Syrielle les avait laisser fuir en dehors du corps au supplice.

Et lorsque sa main se posa sur son Blaster, elle en vérifia le réglage mortel avant de coller délicatement le canon sur la tempe droite de Drew …


***


Un bras en moins et le ventre déchiré, Syrielle avait fermé les yeux pour ne pas voir. Pour le pas le voir. Mais si elle pouvait tromper sa vue, son ouïe percevait en revanche très bien la voix hautaine de Jorian tandis que son odorat se gorgeait de l'odeur de son Eau de Cologne, et la jeune femme sentit un long sanglot balayer son corps devant cette torture tandis que ce dernier se mua en un râle de colère au moment de franchir la barrière de ses lèvres.

Elle n'avait pas été capable de le tuer et elle en payait désormais les conséquences.
Pour elle comme pour les autres.

Jorian était mort. Partit. Disparu !
Il n'y avait plus ni espoir ni mensonge tandis qu'au milieu du flot de ses paroles, la jeune femme rassembla finalement le peu de forces qu'il lui restait pour glisser sa main gauche dans l'une de ses poches et en extraire un petit flacon gris et d'apparence tout à fait anodine. Sans annotation permettant de savoir ce qu'il contenait ni autre symbole qui pourrait attester de sa potentielle dangerosité.

« N'oublie pas ça Jorian … »

Sa voix était faible et hachée, et d'un geste fatigué, elle lança le flacon qui vint rebondir contre l'une des bottes de Solaris avant de heurter doucement le sol dans un bruit métallique.

Si jamais son ancien mentor prenait la peine de le ramasser et de l'ouvrir, il pourrait alors sentir une odeur très caractéristique. Celle d'un poison qu'il avait lui-même créé à partir d'une plante d'Ylesia, si puissant que les Agents du Renseignements en possédaient tous une fiole afin de pouvoir s'offrir un suicide rapide en cas de capture.

La prochaine fois, elle le tuerait …


***


Elle flottait …
Les yeux mi-clos, elle flottait dans un océan de douleurs sans réussir à bouger, et le bruit de pas qu'elle entendait s'approcher lui paraissait vague et lointain tandis que Naomi l'atteignit enfin. Lui offrant quelques mots que la jeune femme entendit sans comprendre – sans même reconnaître sa voix – avant d'enfin sombrer dans l'inconscience.

Il était trop tard pour lui, avait-il dit …
Elle ne savait pas. Elle ne savait plus. Mais elle se vengerait.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
[+158 - Roon] Pour le meilleur et pour le pire [PV Jorian Solaris et MJ Siana Solaris]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» L'oscar de meilleure actrice pour Marion Cotillard
» Chambre n°4 : Quand quatre murs réunissent pour le meilleur et pour le pire deux étudiantes
» Pour le meilleur et pour le pire (PV : Joker)
» Apollon – dieu pour le meilleur et pour le pire
» Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Imperial Wars :: Galaxie :: Autres Planètes-