[+157] Duel of the Fates [PV Darth Shadowsun - Darth Alarak]
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage
Katria Dashiell
avatar
Messages : 59
Date d'inscription : 12/04/2017
Rang : Acolyte Sith
Localisation : Rothana
Revenir en haut Aller en bas
[+157] Duel of the Fates [PV Darth Shadowsun - Darth Alarak]
Jeu 13 Avr - 0:17

Situé loin de la Vallée des Seigneurs Noirs de Korriban, le temple abandonné se dressait vaillamment contre un pan de falaise partiellement éboulée et qui écrasait sous les gravas une bonne moitié de sa superficie, et Katria devait bien avouer qu'elle ne comprenait guère le choix des conjurés de venir se terrer dans un tel endroit. Bien trop près du Nouvel Ordre Sith mais bien trop loin de sa tête. Dans un endroit qui n'attirait certes pas l'attention mais qui n'offrait pas non plus de chance de retraite ou de fuite en cas d'attaque. En tout cas était-ce là l'image de piège sans espoir que renvoyait la ruine antique, et ce même si la jeune femme savait que sur ordre de son maître, elle allait devoir gratter chaque caillou de ce tombeau afin de déterminer si – oui ou non – d'autres traîtres existaient. De cette mission qui ne l'enchantait pas. Mais de cette mission qu'elle avait pourtant entrepris de mener à bien sitôt que Darth Alarak le lui avait ordonné. Parce que le Poing de l'Empire n'était pas un homme patient et que son Acolyte estimait pour le moment s'en tirer à bon compte dans la mesure où elle n'avait pas essuyé toute sa colère et toute sa frustration.

Un coup en plein visage. Juste un coup en plein visage … C'était là le seul cadeau qu'il lui avait offert depuis qu'elle était arrivée pour le rejoindre, et même si l'impact lui avait largement ouvert la lèvre inférieure tout en marquant déjà sa pommette droite d'un hématome sombre, les dégâts étaient  des plus minimes comparés à ce qu'il lui avait déjà asséné afin d'évacuer son impatience. Sa rage. Ou tout simplement son sadisme latent qu'il réfutait assez souvent même si son élève aurait pu attester du contraire au vu des nombreuses blessures qui marquaient son corps pourtant si jeune.

Elle en avait assez …
Si Sei'Vys avait été un connard qu'elle avait honnis, il était évident que Alarak était pire encore, et Katria redoutait de plus en plus qu'il ne la tuât un jour. Gratuitement. Inutilement. Cruellement. De cette inutilité crasse qui salissait de plus en plus son existence tandis que ses conditions de survie ne tendaient nullement à s'améliorer avec les années. Bien au contraire d'ailleurs.

Alors.
Alors elle avait pris les choses en main.
Alors elle avait décidé de son Destin afin de briser ses chaînes.
Et tandis que le Poing de l'Empire s'était isolé quelques instants afin de se défaire de son armure lourdement abîmée et de panser le plus gros de ses blessures, son Acolyte avait quant à elle contacté Koyne DuCade – Darth Shadowsun – afin de lui indiquer la position et l'état de son maître dans un bref message. Après tout, l'inimitié existant entre les deux Sith n'était un secret pour personne, et lors de leur rencontre sur Kessel, la Dame Sith avait indubitablement laissé une impression positive à Dashiell. De cette impression de ne pas se retrouver face à une bête sauvage – paradoxalement – mais bien face à une personne. Une personne en qui elle pourrait peut-être avoir confiance … ?

Cette dernière question était toutefois largement prématurée dans la mesure où Katria n'était même pas sûre de l'issue du duel qu'elle allait sans doute déclencher dans quelques minutes, et pour l'heure, elle et l'un de ses Tuk'ata arpentaient l'une des ailes du temple afin d'y chercher – en vain – des indices. L'air ne tardant pas à se charger dangereusement lorsque Alarak la rejoignit bientôt afin de superviser cette opération qu'il avait lui-même ordonné.

_________________




Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+157] Duel of the Fates [PV Darth Shadowsun - Darth Alarak]
Jeu 13 Avr - 3:32

Par le Pouvoir, les Chaînes se brisent. La Force me délivrera…

Le Code Sith, credo créer il y avait maintenant sept mille ans par la sorcière Syn, ne me semblait jamais avoir pris un sens aussi éclatant que depuis que j'avais surmonter les épreuves pour obtenir l'Holocron qui me faisait désormais face, la forme fantomatique de Nihilus m'observant avec une expression qu'il m'était impossible de déchiffrer a cause de son masque. Il y avait quatre mille ans, le Seigneur de la Faim avait parcouru la galaxie en tentant d'apaiser son insatiable faim allant jusqu'à absorber l'énergie vitale d'un monde entier dans ce but. Pourquoi m'avait-il choisit alors qu'il avait rejeté Krayt ? Difficile a dire en l'état, mais je ne me posais actuellement pas ses questions : les connaissances offertes par l'Holocron semblaient infinie et il me faudrait m'assurer de disposer d'une discipline de fer afin de ne pas m'y perdre. Bien que le Seigneur Noir avait accepté de devenir mon pédagogue, il était évident qu'il poursuivait ses propres buts et qu'il était donc nécessaire de prendre garde a ses intentions réelles derrière chacune de ses paroles. Il n'appréciait pas le One Sith et peut-être pensait-il simplement m'utiliser comme un instrument de sa chute.

Mais alors que j'avais l'opportunité de pouvoir enfin saisir ce que la Force dissimulait au plus profond d'elle-même afin de pouvoir manipuler l'espace temps lui-même d'une façon si particulière qu'elle pouvait aussi bien offrir des solutions de transports que de destruction sans limite, un message me tira de mon étude, mon transport émettant un bip caractéristique qui semblait avoir courroucé mon nouveau professeur, a moins qu'il ne soit déjà au courant de la nature du message. Refermant l'Holocron, faisant ainsi disparaître la silhouette fantomatique de mon nouveau mentor, je me retournais vers la cabine de pilotage et m'installait solidement avant de consulter le message. Je ne serais pas honnête si je n'avouais pas que celui-ci m'avait arraché un sourire des plus ravies lorsque j'avais constaté sa nature. Katria Dashiell m'avait marquée a plus d'un titre, l'Acolyte de mon rival principal dans le One Sith, Darth Alarak, semblait bien plus réfléchie et intelligente que lui. Nous avions discuter un certain temps sur Kessel lorsque j'avais reçu les vaisseaux alliés destiné au raid sur Dathomir et elle avait écoutée avec attention ce que j'avais a lui dire sur la guerre dans l'espace, mais avait également trouver une oreille attentive a ses espoirs.

Katria Dashiell disposait d'un potentiel particulièrement puissant dans la Force et elle semblait capable d'avoir de réaliser de grande chose, disposant de l'esprit que je recherchais chez mes disciples. Mais elle était enfermée dans un carcan de souffrance et de chaînes qu'elle venait elle aussi de décider de briser. M'avait-elle ressentie sur Korriban ? Cela paraissait peu probable, mais tous savaient que j'étais présente pour la prochaine phase de la campagne. Le contenu de son message était particulièrement intéressant : le Poing venait de mener une opération de représailles contre plusieurs de ses opposants qui le laissait désormais vulnérable a une attaque, privé de son armure considérablement endommagé et blessé. Je n'attendais pas grand-chose de ses blessures, je savais que le Côté Obscur était assez puissant pour permettre de forcer leur cicatrisation. En revanche, l'absence de son armure constituait un réel avantage pour moi : les armures en biotechnologie Vong était particulièrement dangereuse car elles étaient encore plus résistante qu'une Beskar'gam ! De ce fait, mon Makashi, basé sur la finesse, n'étais pas franchement avantagé dans ses conditions. Sans l'armure, je ne doutais en revanche pas d'être capable de prendre le dessus sur lui : il s'agissait d'une brute, qui comptait autant sur l'endurance offerte par son armure que sa puissance physique pour être capable de l'emporter, là où j'étais un scalpel, un instrument précieux destiner a éliminer les tumeurs avec une précision diabolique.

Certes, ceci pouvait être un piège, j'en avais conscience. J'étais moi-même diminuée par l'exploration du tombeau, qui m'avait en partie épuisée, mais je me plongeais dans le Côté Obscur afin de pouvoir reprendre des forces. Une opportunité comme celle-ci ne se représenterait pas avant un moment et je ne pouvais tolérer qu'Alarak mette en péril tout ce que j'avais bâti depuis des années pour sa simple ambition personnelle. Aurélia m'aurait sans doute conseiller de ne pas me rendre dans ce tombeau isolé, loin de la vallée des Jedi, qui ressemblait trop a une embuscade pour être honnête et elle aurait sans doute raison d'un point de vue purement pragmatique, mais depuis que j'étais enfant, j'avais toujours eue l'impression que le chant de la Force me guidait et me donner les intuitions nécessaires pour avancer dans la vie et cette fois encore, elle me soufflait de faire confiance a cette Acolyte recherchant la liberté. Les rencontre comme celle-ci était rare et je me devais de suivre mon instinct, je programmais donc les coordonnées du tombeau et pilotait ma navette avec adresse afin de pouvoir la rejoindre, ainsi que son sombre maître. Je savais que je devrais faire vite : la puissance de Korriban ne me permettrait pas de masquer ma puissance, surtout pas après l'expérience que je venais de vivre : si Alarak venait a soupçonner Katria de trahison, peut-être rechercherait-il a l'éliminer, hors, je n'avais pas l'intention de le laisser faire, le destin de cette jeune femme était d'atteindre la gloire dans les étoiles, alors que celui de mon rival était seulement de connaître une mort anonyme par ma main.

Je laissais le pilote automatique s'occuper de l’atterrissage afin de m'assurer de mettre l'Holocron et le masque en sûreté dans un coffre qui ne pouvait s'ouvrir qu'avec ma signature biométrique, puis retirait le demi-masque que je portais sur le visage. Ma propre armure d'apparat conçue par Karl faisait très excentrique, mais elle m'avait aidée a triompher des pièges que Nihilus avait placé sur ma route : elle ne ferait que souligner ma supériorité face a Alarak alors que je m'avançais pour l'éliminer. Une fois prête, je quittais ma navette qui se verrouilla automatiquement derrière moi, puis me tournait vers le temple en fouillant la Force afin de rechercher la trace de mon rival. Ce n'était pas une tâche très complexe : il disposait également d'une puissance très grande dans la Force qu'il laissait généralement déployé afin d'intimider ses semblables. J'étais certaine qu'il m'avait également senti, alors je laissais ma propre puissance se faire ressentir sans filet : j'étais désormais capable d'égaler la sienne, ce qui devrait le mettre sur ses gardes. La première fois que je l'avais rencontrer, il me surpassait sans aucune difficulté, mais désormais, il allait devoir faire face a un adversaire bien plus dangereux qu'il ne le pensait. Bien que je n'avais pas encore décrochée mon sabre-laser de ma ceinture, je restais prudente en conservant tous mes sens en alerte : peut-être essayerait-il de m'attaquer en traître et je ne comptais pas connaître une mort déshonorante et humiliante contre lui.
Holocron
avatar
Messages : 203
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+157] Duel of the Fates [PV Darth Shadowsun - Darth Alarak]
Jeu 13 Avr - 16:20
Un coup de poing à la figure...Net...Violent et sourd. Voilà comment j’avais accueilli mon Acolyte, Katria Dashiell. Car elle était arrivée trop tard, parce qu’elle n’avait pas su venir me prêter main forte face aux traîtres que j’avais du traquer au sein de ce temple antique. Bien évidemment, je l’avais appelé après, mais j’aurais attendu un peu plus de la part de mon Acolyte, j’aurais aimé qu’elle progresse plus vite, qu’elle anticipe les tenants et les aboutissants de cette mission. Je ressentais en elle -comme à chaque fois- ce mélange de haine et de peur si caractéristique de ceux qui n’avaient pas fini leur formation : mais d’une certaine manière, elle en aurait besoin tôt ou tard pour se perfectionner dans la Force. Je préférais aussi lui montrer que ma puissance était supérieure à la sienne, former un Sith était une tâche dangereuse qui pouvait dans de nombreux cas se terminer par le meurtre du Maître ou de l’Acolyte. Je n’avais pas pour objectif de tuer Katria, simplement de l’endurcir, jusqu’à présent elle ne m’avait pas déçu au point de provoquer un courroux qui m’aurait amené à vouloir l’éliminer. L’élimination, je la gardais pour ceux qui me décevaient et qui ne seraient plus jamais fiables, mais ce n’était pas le cas de mon Acolyte en qui -dans mon fort intérieur- je pensais pouvoir avoir conscience et en faire quelque chose. Mon armure n’était qu’une coquille parsemée de traces noires et d’impacts, il y avait même des trous qui laissaient entrevoir ma chair ensanglantée, j’étais haletant car le combat avait été rude, mais ma mission était accomplie : j’avais éliminé sept traîtres qui avaient comploté contre Akni. Les sept corps qui jonchaient le sol témoignaient de la violence du combat qui venait d’avoir lieu : certains effroyablement mutilés, l’un avait le crâne fendu et un autre avait simplement été éventré. Je les avais tué d’une manière effroyable et j’avais fais en sorte qu’ils souffrent terriblement afin de réaliser à quel point la trahison était vaine. En réalité, je souhaitais aussi faire un exemple de leur mort : montrer aux autres Siths ce qu’il en coûtait de trahir en temps de guerre.

Flashback, quelques instants auparavant,

les sept conjurés étaient là, chacun ayant déplié son sabrolaser face à moi. Pour ma part, je les contemplais, sans un mot, regardant chacun de ces traîtres. Saisissant délicatement les deux sabres que j’avais moi-même à la ceinture, je les allumais brusquement. Ces hommes qui m’entouraient, pouvaient-ils ressentir ma colère ? Mon courroux ? Mon aura dans la Force se fit plus menaçante et certains reculèrent d’un pas alors que le chef, un Twi’lek aux tatouages Siths parsemant son visage au contraire serra les dents et se rapprocha. Je souris, pour moi ils n’étaient que des minables, l’instant d’après, je m’élançais face à eux. Mes sabres crépitèrent, j’échangeais quelques passes avec un humain que je dominais avant de le projeter contre un mur dans un bruit mat. Sur les côtés, deux conjurés me prirent en tenaille, réussissant à toucher mon armure qui ne faiblit pas, je les accueillis chacun avec un sabre avant d’en projeter un d’un coup de pied. Une femme arriva par derrière, je la cueillis avec un violent duel de puissance brute avec mes sabrolaser, malgré sa technique, je réussis facilement à briser sa garde et à lui trancher les mains, puis les bras, puis les pieds alors qu’elle hurlait je lui écrasais la gorge de ma botte au sol avant de la transpercer de mon sabre au niveau de la carotide. Déjà, mes six autres adversaires s’organisaient.

Je m’étais traîné derrière une colonne en claudiquant. Si Katria était arrivée plus tôt, j’aurais sans doute réussi à maîtriser mes adversaires avec moins de blessures. Poussant un râle de douleur je démontais les sangles de mon armure sans ménagement, elle n’était plus qu’un poids mort désormais. La coque tomba au sol dans un bruit mat. J’entrepris d’enlever les jambières et le casque dont certaines cornes avaient été tranchées. Je portais une tunique noire qui laissait entrevoir une plaie béante sur le flanc. Me concentrant dans la Force, je soignais sommairement la plaie : certes je n’étais pas excellent là-dedans, mais je parvins à la faire cicatriser sommairement. La cicatrice serait disgracieuse, mais je me moquais de l’aspect esthétique, ce qui était important pour moi, c’était le symbole et plus encore le résultat final. Je quittais ma tunique pour sortir d’un des compartiments de l’armure mon uniforme de campagne de Poing de l’Empire, s’ils voulaient du symbole, ils en auraient. Les conjurés restant -s’il y en avait- verraient la puissance des Siths à l’œuvre.

Je me battais comme un lion, nos sabres s’affrontaient dans un ballet qui n’avait rien de gracieux. Avec force, j’accueillais les sabres de mes adversaires, hurlant de rage lorsqu’ils réussissaient à toucher mon armure qui commençait à être percée en de nombreux endroits. Je n’avais cure de combat, frappant avec violence mes adversaire, les faisant souffrir. D’un mouvement, je me décalais pour éviter un moulinet d’un Rodien que j’accueillis avec mon autre sabre, l’éventrant sans aucune autre sorte de procès. La créature tomba au sol en hurlant de douleur, je le laissais ainsi se vider de ses tripes sans l’achever. Deux autres Siths vinrent au contact en réussissant à toucher une fois de plus mon armure, utilisant toute la puissance de mes sabre, je fonçais sur eux, les frappant littéralement avec mes sabres jusqu’à finir par les trancher en deux. Il ne restait désormais plus que deux conjurés. Le Twi’Lek montra les dents en serrant son sabrolaser, sans doute ne s’attendait-il pas à une telle puissance. Une dernière fois, je m’élançais sur eux, le chef des conjurés se recula, laissant une femme m’accueillir avec son double sabrolaser. Le combat fut violent, une passe d’arme d’une rare puissante, en dépit de sa carrure chétive, la jeune femme se défendit comme une bête, m’opposant de la Force brute. J’avais du mal à gérer son double sabro-laser qui rajoutait une variable avec la seconde lame, tourbillonnant, l’arme me blessa à la cuisse mais je n’en avais cure. J’étais dans un état second, frappant de toutes mes forces à chaque contact alors que les lames s’entrechoquant relâchaient des étincelles et des flashs lumineux. Nous nous battions comme des bêtes sous le regard du Twi’Lek qui semblait beaucoup s’amuser de la situation. Le combat dura ainsi plusieurs dizaines de secondes, sans qu’un de nous deux ne prenne l’avantage. Je décidais donc d’employer une force plus brute encore, me plongeant un peu plus dans le Côté Obscur, je sentis la colère et la haine m’envelopper. J’utilisais désormais chaque faille, frappant avec mes pieds et avec mes coudes à chaque fois que cela était possible, j’étais désormais dans une attaque violente qui plongeait mon adversaire sous une grêle de coups. Je savais désormais qu’une telle attaque devait payer rapidement pour ne pas m’essouffler. Alors que je réussissais à la frapper à la cuisse et qu’elle hurla de douleur, je vis la faille : utilisant ma lame, je bloquais la rotation de la sienne pour finalement l’empaler avec mes deux sabres dans une botte de Reverse Shien. La femme hurla de douleur alors qu’elle était transpercée par mes lames. Désormais, mon regard haineux se tourna vers celui du Twi’Lek qui souriait avec avidité.

Je boutonnais mon uniforme qui était pourtant très simple, une veste boutonnée jusqu’au col avec mes galons sur la poitrine et des pattes d’épaule indiquant que j’étais le Poing de l’Empire. Enfilant le pantalon assorti et des bottes de cuir adaptées à la situation, je sortis rapidement de ma cachette, mes blessures désormais cicatrisées. Je n’avais plus d’armure et mon visage était encore ruisselant, j’avais utilisé une grande partie de mes forces durant cette bataille qui fut éprouvante, mais j’avais encore la rage. Me tournant vers mon apprentie, je la contemplais avec un air dur.


-Katria, il est temps d’inspecter ce temple, je suis presque sûr qu’il y a encore des conjurés et des traîtres qui s’y terrent. Nous les traquerons et les éliminerons jusqu’au dernier pour l’Empire Sith et pour le Sith Unique !


Malgré mes paroles qui auraient pu paraître standards, la haine et la colère transparaissaient en moi et mon aura n’avait jamais parue aussi noire. J’étais dans un état quasiment de transe à l’idée de trouver de nouveaux conjurés, mes sabrolasers à la ceinture. J’étais décidé à traquer mes ennemis comme des bêtes sauvages. Désormais les traîtres ne connaîtraient plus de repos, je le savais et eux-mêmes le savaient probablement aussi.


Les sabres échangèrent quelques passes, le Twi’Lek gérait très bien ma brutalité : il s’agissait de Darth Vacuum, un des Seigneurs Siths du Magistère qui avait décidé de s’opposer à Akni et de fomenter un nouveau complot. Des complots de ce type, Akni en avait connu de nombreux et elle utilisait en général ces occasions pour tester la fidélité de ceux qui la servaient, les envoyant régler le problème. Elle avait décidé que désormais, c’était au poing de l’Empire que j’étais de prouver sa fidélité : ce n’était pas un problème, en officier zélé je m’étais réjoui de cette occasion pour massacrer des traîtres et n’avais pas été effrayé par leur rang, un Seigneur Sith n’avait pas peur. Nos sabres se croisèrent plusieurs fois et je repoussais à chaque fois les assauts de Vacuum qui semblait s’amuser de la situation.

-Qu’y-a-t-il d’amusant à contempler ta propre mort, Vacuum ? Ce temple Sith sera ton tombeau et désormais tu es seul. Je ne m’attendais pas à autant de stupidité de la part de quelqu’un d’aussi haut-placé !


-Sans t’en rendre compte, tu m’as rendu service ! Je n’aurai pas à partager ce que j’obtiendrai en libérant mes chaînes de ce Sith Unique qui nous manipule et nous lance dans une guerre qui sera tôt ou tard fratricide !

Alors qu’il parlait, le Twi’Lek se plongea dans la Force et se glissa de côté avec l’agilité d’un félin, il m’asséna un violent coup de sabre au niveau du flanc, traversant mon armure, la lame mordit ma peau et y laissa une blessure béante. Loin de me décourager, je déviais sa lame, saisissant les miennes avec encore plus d’acharnement.

-Que se passera-t-il lorsque les Siths auront la Galaxie à ton avis ? Nous nous entre-tuerons comme des bêtes sauvages dès que tout sera fini. Le modèle d’Akni est une illusion ! Aujourd’hui je prends ce que je désire : ta vie !


Je ne pris pas la peine de lui répondre, fonçant sur lui avec une violence et une force qu’il n’avait sans doute pas anticipé. Mes lames entrèrent en contact avec les siennes, même s’il tenta de contrer ma charge, j’avais plus de puissance brute que lui et il tomba à la renverse. Utilisant une poussée de Force je l’empêchais de reprendre l’équilibre et il tomba au sol, tentant de contrer avec sa lame mes assauts toujours plus audacieux. Le duel se termina par ses deux bras tranchés. Lui ouvrant le ventre avec ma lame, je le laissais souffrir comme un autre des conjurés. La scène dura quelques minutes alors que je le laissais souffrir tout en appuyant sur ses viscères avec ma botte. Lorsque j’en eus marre, je lui tranchais la tête. C’était terminé, j’étais victorieux.

Nous marchâmes dans les couloirs obscurs du temple. Katria à mes côtés ne disait rien, je ne savais pas si ses Tuk’Ata avaient flairé quelque chose. Pour ma part, mon aura se faisait toujours plus menaçante, j’avais pansé mes blessures et j’avais besoin de sang. Je voulais tuer tous les conjurés, qu’il ne reste que des corps ensanglantés. Alors que nous approchions de l’entrée, prêts à conclure qu’il n’y avait plus rien, je ressentis une présence. Une présence très puissante qui ne pouvait émerger que d’un Sith puissant. Un sourire carnassier se dessina sur mon visage alors que je me tournais vers Katria.

-Le chef des conjurés n’était peut-être pas Vacuum finalement. Je pense que tes créatures l’ont senti. Prépare-toi au combat Katria, nous allons faire cela à deux...Pour le Sith Unique. Tu vas recevoir la leçon la plus importante de toutes : ce qu’on réserve à ceux qui ont trahi.


M’approchant de l’entrée, je ne cherchais pas à masquer ma puissance ou à attaquer par surprise, en fait je me contentais de descendre lentement les marches. Je vis l’armure et les cheveux roses, cela me suffit à reconnaître de qui il s’agissait. J’aurais menti en disant que cela ne me plaisait pas : j’allais avoir une occasion de confronter Koyne DuCade et d’en finir avec ses manières prétentieuses. Moi qui n’avait jamais rien eu dans ma vie, j’avais souvent vu ces nobles prétentieux prendre les titres de Sith comme un dû. Pour moi DuCade était de ces gens-là...Le talent en plus, ce qui rendait les choses un peu plus corsées. Je n’avais jamais vraiment été confronté à elle, nous nous étions tenus à des rapports très froids et à des désaccords qui avaient fait naître en moi une colère sourde. Je souris en saisissant mes sabrolasers.


-Darth Shadowsun, quelle surprise. Je ne vous voyais pas associée à Vacuum. Le Seigneur Vacuum était un imbécile et je suppose que vous avez pris beaucoup de plaisir à le manipuler. Malheureusement pour vous c’est terminé et votre petite révolution n’a pas fonctionné, les restes de tous vos pantins disloqués sont à l’intérieur. Vous ne pourrez pas fuir maintenant !

D’un mouvement de la main, je projetais le vaisseau de Shadowsun en arrière, il se retourna dans un bruit de tôle froissée. Ma première démonstration de puissance. D’un mouvement de la main, je projetais des éboulis sur lui. Je pensais qu’elle était la chef de la conjuration et que Vacuum l’avait suivi. La fixant avec mes yeux mordorées, elle pourrait voir la haine et ma colère, mon aura se faisait à chaque instant plus menaçante.

-Katria, prépare toi...Aujourd’hui nous allons montrer ce qu’il en coûte à la Dame Shadowsun de piétiner la fidélité au Sith Unique. Je vais m’assurer de faire d’elle un exemple. Madame, autant vous prévenir, ça sera lent et très douloureux ! Je vais décorer la salle d’offrandes de ce temple avec vos tripes...Et vous serez vivante pour voir ça !


Je fis signe à Katria de la prendre à gauche, un signe entre nous que je lui avais appris, tout en utilisant la télépathie pour lui donner l’instruction de la frapper sur le côté ou de lancer ses fauves pour la mordre alors que j’allais la charger. Je n’avais plus mon armure mais j’étais dans un état de colère et de rage qui renforçait ma connexion avec le Côté Obscur de la Force. Mes sabres s’allumèrent instantanément et je les fis tournoyer. Sans aucune forme de procès, je m’élançais avec rage, mes bottes battant les gravats autour du temple. Lorsque je fus sur Shadowsun, je la chargeais avec une puissance qui aurait fait reculer n’importe quel Sith, je la frappais avec mes deux sabres dans une botte très agressive combinant Jar’Kai et Djem’So, désormais, j’attendais que Katria intervienne pour la prendre à revers. Bientôt, Shadowsun et les traîtres ne seraient que des bouts de cadavres disloqués dont personne ne se souviendrait !
Voir le profil de l'utilisateur
Katria Dashiell
avatar
Messages : 59
Date d'inscription : 12/04/2017
Rang : Acolyte Sith
Localisation : Rothana
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+157] Duel of the Fates [PV Darth Shadowsun - Darth Alarak]
Jeu 13 Avr - 19:31

Il exhalait de Darth Alarak une colère et une rage si sourde qu'elles semblaient toutes deux déformer l'air tout autour de lui, et Katria se tenait donc à distance afin de ne pas essuyer une seconde fois le sadisme de son maître. Pourquoi l'avait-il frappée lorsqu'elle était arrivée – promptement d'ailleurs – sur son ordre, elle n'en avait pas la moindre idée, mais cela faisait quelque temps déjà qu'elle ne cherchait plus à comprendre. Plus à deviner. Plus à justifier non plus cette violence qu'elle avait longtemps pensé coutumière chez les Sith mais qu'elle ne voulait plus avoir à supporter dorénavant. Après tout, même un animal rétif et sauvage n'était pas battu de la sorte à la moindre de ses erreurs – s'il était en tout cas possible de qualifier ça d'erreur – et la jeune femme ne pensait pas être moins qu'une bête. Elle respectait ses Tuk'ata et ses Tuk'ata la respectaient, mais son mentor lui ne connaissait que la domination crasse et la violence brute. À croire que tous ses maîtres se devaient de glisser sur cette pente ô combien vicieuse … Mais lorsqu'une aura puissante se fit sentir à l’extérieur du temple, Katria put aussitôt voir un rictus féroce et malsain orner les lèvres du Poing de l'Empire, et la perspective de ''voir ce qui était réservé à ceux qui avaient trahis'' lui tira un frisson qui dévala désagréablement son échine.

Darth Alarak avait manifestement soif de sang, et elle ne pouvait malheureusement qu'espérer qu'elle ne ferait pas partie du festin …

Mais tandis qu'ils virent enfin Darth Shadowsun tout en s'approchant d'elle, le jugement que son maître asséna à DuCade fut comme un choc pour la jeune femme, et celle-ci se rendit aussitôt compte qu'elle avait fait une erreur : elle n'avait pas du tout pensé au fait qu'en attirant la Dame Sith ici, elle la désignait d'office comme une conjurée ayant pris part à ce complot ! Pire encore, Alarak sauta immédiatement aux conclusions en l'accusant d'être la tête pensante de cette rébellion, et Katria ne pouvait malheureusement pas se justifier auprès de la principale intéressée … et qu'allait-elle croire justement ?! Que l'Acolyte l'avait attirée dans un piège afin de l'éliminer ou – dans le cas où elle réussirait à s'en tirer – afin de la désigner comme une traîtresse ne méritant que le courroux du One Sith tout entier ? À vouloir agir rapidement, il était désormais clair pour la jeune femme qu'elle n'avait pas assez réfléchi, mais elle ne pouvait rien y faire pour l'heure.

Aussi, lorsque son maître lui ordonna de se battre à ses côtés afin de tuer Shadowsun, Katria ne put qu’acquiescer d'un signe de tête tout en comprenant sa tactique d'un seul regard, et elle se glissa effectivement sur la gauche de la Dame Sith tout en ordonnant à ses Tuk'ata de faire de même. Non pas pour la prendre en tenaille d'ailleurs, mais simplement pour s'éloigner le plus possible d'Alarak qui ne manquerait pas de vouloir lui faire payer sa trahison lorsqu'il comprendrait que DuCade n'était pas là par hasard.

Autant ne pas le nier, elle avait peur.
Autant ne pas le nier, elle avait honte également.

Mais vu la situation qui était la sienne, elle n'avait clairement plus le luxe ni d'avoir peur ni d'avoir honte, et ce fut donc sans un mot qu'elle se recula sur le parvis partiellement écroulé du temple avec ses fauves. Laissant ainsi toute latitude à DuCade d'affronter son ennemi même si, si jamais cela s'avérait vraiment nécessaire, la jeune femme saurait aussi intervenir.

_________________




Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+157] Duel of the Fates [PV Darth Shadowsun - Darth Alarak]
Jeu 13 Avr - 20:43
« Vous êtes égal a vous même Alarak : borné, stupide, en proie a une soif de sang incontrôlable… Et c'est bel et bien ce qui causera votre perte ! »

Je n'avais même pas bougé d'un pas lorsqu'il avait pris mon vaisseau pour cible. Peut-être pensait-il que sa haute stature ou ses deux sabres-lasers me ferait reculer. Mais j'avais été choisie par un Maître qui le surclassait en tout point, qui disposait d'une sombre puissance si grande qu'elle éclipsait peut-être même celle d'Akni. Je ne ressentais plus la peur : certes, l'aura d'Alarak était puissante et menaçante, mais face aux épreuves du tombeau de Darth Nihilus, il semblait un obstacle bien plus aisé a surmonter. Ma propre aura se faisait menaçante, la Magie Sith la rendant encore plus dangereuse. Écartant la main droite, j'attirais a moi ma propre poignée de sabre-laser. Son uniforme dissimulait son état de fatigue, mais la vision de Force révélait les blessures derrière ce voile de tissu sans importance. Il me haïssait pour tout ce que j'étais : parce qu'il pensait que je me considérais supérieure a lui par ma naissance, parce que je disposais d'un talent rare qu'il convoitait, parce que j'étais meilleure militaire que lui et qu'il était incapable de l'accepter. Durant toute la guerre civile Allié, il fut contraint et forcé d'accepter ma domination administrative sur lui, car aux yeux des systèmes rebelles, il n'existait même pas, mais alors qu'il pensait sans doute pouvoir m'humilier publiquement en prenant ma place, je me dressait devant lui afin de lui retirer ce plaisir.

« Ceci dit, il y a au moins une chose sur laquelle je serais d'accord avec vous : Vacuum était un imbécile, et c'est précisément la raison pour laquelle je ne me serais jamais associée a lui. Je crains que vous ne fassiez fausse route, une fois encore... »

Je ne comprenais pas vraiment comme une idée aussi saugrenu avait put lui venir en tête : après tout, il considérait que je ne m'intéressait qu'au Sang Bleu, peut-être même pensait-il que j'étais raciste et Vacuum était un Twi'Lek. Mais peut-être que la colère et la haine, ainsi que cette volonté de destruction qu'il était facile de ressentir, l'aveuglait totalement et le rendait incapable de tout raisonnement logique. J'avais toujours douter qu'il soit capable d'une quelconque réflexion évolué de toute façon. En revanche, je savais que je devais me méfier de ses capacités au corps-à-corps : il était plus grand et disposait d'une puissance physique supérieure a la mienne. Ses blessures, même si elle devait le faire souffrir, ne me permettrait sans doute pas de prendre l'ascendant tant que je n'aurais pas pris la peine de les prendre d'assaut. En revanche, Alarak était clairement plus lent que moi et cela, je pouvais en jouer afin de m'amuser un peu avec lui. Un Makashi n'aurait pas l'avantage face a un Jar'Kai inspiré par un Djem So, mais s'il était employé intelligemment, un peu a l'image d'un Soresu, il pouvait prendre l'ascendant, car les formes importaient relativement peu lorsqu'un duelliste atteignait un niveau proche de la perfection : c'était la maîtrise technique qui faisait la différence.

Même si je méprisais profondément tout ce que mon adversaire représentait, je fit tout de même le geste de salut alors qu'il se rapprochait de moi pour me frapper : hors de question d'abandonner les bonnes manières, même si je n'avais aucun respect pour lui, je respectais l'art du Makashi et celui-ci exigeait une rigueur qu'il ne serait jamais capable d'atteindre. Son assaut était brutal et il ne me laissait normalement que deux choix : reculer en cédant du terrain, donc en perdant l'avantage dès le début, ou aller a l'épreuve de force, ce qui n'était pas recommandé avec un Makashi. Je pris la troisième voie, a savoir travailler sur une esquive élégante, faisant un pas de côté très rapide tout en amenant ma lame énergétique d'ébène en contact avec les deux sabres de mon adversaire afin qu'elle glisse dessus, plus pour le style, mais aussi parce que cela rapprochait la pointe de son visage, comme un avertissement : s'il me prenait pour l'un de ses idiots de soutien de Vacuum qu'il venait sans doute de découper d'une façon qu'il valait mieux ne pas voir, je n'étais pas de cette trempe pour autant et il allait devoir essayer d'utiliser son cerveau s'il voulait me vaincre. Il se retournerait sans doute vers moi frustré, mais en adoptant une garde de Soresu, j'avais bien l'intention d'attendre qu'il se fatigue ou commette une erreur pour frapper.


« Je suis prête a concéder être une intrigante : je planifie bien la chute d'un Sith depuis plusieurs années. Vous faite cependant erreur autant sur la personne dont je veux la chute que sur la nature de mes associés. Je n'ai eue besoin que d'une seule personne pour mettre mon plan en place. »

Alarak était-il seulement capable d'envisager une seule seconde que Katria avait put le trahir ? Je n'en avais aucune idée, mais je savais qu'une provocation pouvait le pousser a la faute. Je le laissais m'agresser sans retenue, parant ses attaques en les anticipant, ou esquivant de gracieux pas de côté, ou en effectuant des sauts périlleux boosté par la Force comme l'Ataru me l'avait enseigné. Quelqu'un ne connaissant pas l'escrime aurait sans doute cru que j'étais en difficulté, mais en réalité, j'étais simplement en train de le tester et d'appliquer une technique d'épée rationnelle là où il déchaînait une puissance bien plus brutale. Il n'avait même pas pris la peine de vérifier ce que faisait son Acolyte, qui avait simplement recherchée a s'éloigner le plus possible du combat, mais surtout de lui-même. Il avait compter sur l'appui de la rousse et de ses fauves pour prendre le dessus, mais il n'aurait pas ce plaisir, puisque c'était elle qui m'avait fait venir jusqu'ici dans l'espoir que je la libère d'un sort des plus terrifiants. A voir son visage tuméfié, j'imaginais qu'il l'avait de nouveau frapper, ce qui me révoltait, jamais je n'avais levée la main sur Aurélia durant toute la période ou elle fut ma disciple. Il y avait d'autre méthode pour enseigner le Côté Obscur, mais encore fallait-il être capable de les employer.

Le sachant moins a l'aise avec la Force que l'arme a la main, je profitais d'une de ses charges après lui avoir concéder du terrain pour lui envoyer une violente poussée de Force. Elle ne visait qu'à gagner du temps et faire diversion : le tombeau était en ruine et plusieurs pierres lourdes l'entouraient. Je me concentrais pour pouvoir en soulever une alors qu'il s'était déjà repris pour tenter de me foncer dessus, mais je la lançais vers lui avec violence dans le seul but de pouvoir l'écraser. Le connaissant, soit il allait la découper pour pouvoir passer, soit il allait reculer quelque peu avant de revenir en force de plus belle : j'étais toutefois parée a toute les éventualités et prête a parer le prochain assaut. Cela m'offrait toutefois le temps de reprendre la parole afin qu'il réalise quel était mon véritable objectif. Qu'il réalise enfin quel genre de médiocre il était et que je lui était infiniment supérieur, même s'il ne comprendrait sans doute jamais quelque chose qui tombait pourtant sous le sens. Ma voix se fit soudainement plus froide, plus déterminée aussi, aussi que je libérais une vérité qu'il ne serait peut-être même pas capable de croire ou de comprendre, bien que je pensais plutôt qu'il s'en moquait royalement.


« Le Sith dont j'ai planifiée avec patience la chute, c'est vous Darth Alarak. Aujourd'hui, j'ai l'opportunité de vous empêcher de détruire l’œuvre de ma vie : une armée apte a conquérir la galaxie ! Je ne vous laisserez pas vous mettre au travers de ma route une fois de plus ! »
Holocron
avatar
Messages : 203
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+157] Duel of the Fates [PV Darth Shadowsun - Darth Alarak]
Ven 14 Avr - 14:12
Tout était parfait, je pouvais ressentir en DuCade toute la puissance déployée. Elle me méprisait, me prenait de haut, sûre de gagner. Que savait-elle réellement sur moi ? Bien peu de choses, puisqu’elle s’attendait sans doute à combattre une brute épaisse : la brutalité pouvait faire partie d’un style de combat et le fait que je sois capable de l’utiliser sans peur ni crainte prouvait que j’étais devenu un véritable Sith. Shadowsun supputait mes objectifs et mes pensées. L’échange fut aussi brutal que bref, s’il était vrai que la Dame Sith utilisa avec brio son Makashi pour dévier et contrer mes assauts, je n’étais pas en reste, enchaînant également une technique parfaite. Elle termina sa passe d’arme en approchant la pointe de son sabre sur mon visage. Contrairement à ce qu’on aurait pu penser, je me reculais vivement, ne tentant pas un nouvel assaut qui serait vain. J’avais parfaitement conscience que j’étais déjà fatigué et que cette attaque était de la trahison pure et simple, DuCade profitait du fait que je venais déjà de combattre et que j’étais d’une certaine manière affaibli. Devais-je attendre autre chose d’un personnage aussi suffisant et sûr de ses capacités ? Pas nécessairement, mais je remettais l’issue de ce combat à la Force.

Un détail cependant attira mon attention : elle parlait d’une seule et unique personne qui lui avait permis de mettre en place son plan. Saisissant avec plus de tenue mes deux sabrolasers, je tentais de réfléchir quelques secondes. Katria était la seule au courant avec l’Impératrice de cette conjuration donc si DuCade ne mentait pas, c’était que soit l’Impératrice en personne l’avait mandatée à l’affronter ou alors…Que l’Acolyte l’avait trahi. Comment cela pourrait-il être possible ? Malgré ce doute, je ne laissais rien transparaître, me fondant dans le moule de la bête sauvage et incontrôlable : l’étiquette que m’avait mise DuCade sur le front. Passer pour plus idiot et moins réfléchi que je ne l’étais était une force, puisque Shadowsun péchait par orgueil et quoi qu’il se passe durant ce combat, elle serait probablement rattrapée par ce défaut tôt ou tard. Alors que je préparais à nouveau mes sabres pour un nouvel assaut en les faisant tournoyer, je me préparais à un nouvel assaut…Mais il ne vint pas…Je voyais bien que DuCade s’attendait à ce que je l’attaque à nouveau, mais j’économisais mes forces, je savais que son Ataru pourrait parer sans problèmes mes assauts et décidais d’attendre le moment opportun pour lancer mon attaque. Une attaque que j’avais déjà visualisée dans mon esprit.

Alors que rien ne semblait se passer, j’eus une idée tout à fait novatrice qui pouvait me faire gagner un avantage décisif et qui me permettrait surtout de tester la loyauté de Katria. Mémorisant mon attaque dans ma tête, je fondais sur DuCade avec une violence feinte, montrant à mon adversaire que je n’étais qu’une brute imbécile. Un bretteur de mon niveau n’aurait commis une telle attaque qu’en étant sous l’emprise d’une haine profonde. Nos lames s’entrechoquèrent à nouveau et la Comtesse perdit du terrain, se pliant au jeu. Parfaitement attentif, j’attendais son prochain mouvement qui arriva avec une violente poussée de Force que je choisis de ne pas esquiver, me laissant projeter tout en dérapant sur mes bottes. Je pus remarquer que DuCade projetais sur moi à l’aide de la Force un immense rocher sur moi. Je levais mes sabres, comme pour détruire le projectile qui se planta directement au niveau de ma position. J’entendis alors parler Shadowsun à nouveau, elle dévoilait ses véritables objectifs. Lentement, je sortis de derrière le rocher que j’avais légèrement freiné en le laissant tomber devant moi. Cette fois j’affichais un sourire en coin.


-Vous avouez donc être une conjurée. Qu’importent vos objectifs, Darth Shadowsun, vous devenez une traîtresse. Votre ego et votre prétention sans bornes seront les motifs de votre perte. Je suis presque déçu d’entendre que vous souhaitez une armée pour conquérir la galaxie…C’est un discours que j’aurais bien entendu de la part de Vacuum, mais vous, je vous voyais un peu plus intelligente. Personne ne pourra plus jamais vous faire confiance désormais, vous n’êtes pas fiable et vos velléités de trahison causeront votre mort !


Mon discours était réel, je ne mentais pas. Au fond de moi la colère tambourinait à nouveau, tel un monstre prêt à me dévorer tout entier, mais je gardais la tête froide, canalisant cette colère pour décupler mes forces et affûter mes réflexes. La colère et le dégoût que je ressentais pour DuCade tonnaient dans mon esprit. Moi je n’avais jamais trahi personne et je revins à penser à Katria qui m’avait peut-être trahi, ainsi mon Acolyte aurait choisi la voie de la conjuration ? Comment aurait-elle pu choisir cela ? Il était temps de voir si elle était réellement fidèle ou pas. Je désactivais un de mes sabrolasers, comme si je me préparais à faire un mouvement que je ne maîtrisais qu’avec une seule lame : c’était tout à fait possible. Me concentrant avec télépathie, je m’adressais à Katria.

*Attaque la maintenant, après mon prochain mouvement !*

Je m’élançais à nouveau vers Shadowsun, cette fois tout aussi violemment que la précédente, mon arme dans une garde de Vaapaad sauvage et extrêmement agressive, en fait il n’y avait aucune défense dans mon mouvement. Mes yeux étaient exorbités et injectés de sang à cause de la colère. Je frappais littéralement Shadowsun avec mon arme…Elle qui se sentait déjà supérieure à moi ne me respectait pas. Quelle idiotie, elle n’était pas aussi fine que je le pensais…Car la provocation ne marchait pas réellement avec moi : si j’étais en colère et haineux, je respectais et considérais mon adversaire comme quelqu’un de très puissant, je savais également que sans mon armure, ma marge de manœuvre était réduite. Alors que de nouveaux nos lames s’entrecroisèrent, je saisis sa lame à pleine main sans me brûler avec mon pouvoir de Tutaminis et l’attirais vers moi de toutes mes forces pour la déséquilibrer, désormais je pouvais frapper DuCade, je choisis de la frapper de toutes mes forces à l’épaule avant de la projeter à l’arrière à l’aide de ma force brute. Je ne savais pas dans quelle mesure je l’avais blessée avec son armure, mais je l’avais touché. Désormais j’attendais la réponse de Katria qui était censée l’attaquer avec ses fauves.

*MAINTENANT !*

Katria se doutait-elle du piège ? J’avais activé une seconde fois la Force et il était évident que si elle m’attaquait moi au lieu de DuCade, j’étais prêt à riposter de la pire manière qui soit. Désormais, Katria était obligée d’agir et elle ne pourrait pas faire semblant, je n’avais pas plus frappé DuCade car je craignais son utilisation de la Force, je savais que seule la ruse pourrait me permettre de la vaincre, et que si j’étais trop brutal, je me fatiguerai aussi. Katria devait désormais agir et je profiterai –dans le cas idéal- de cette attaque pour mener une nouvelle attaque sur DuCade si elle était fidèle, dans le cas contraire, elle et ses fauves tomberaient dans mon piège et seraient exécutés. L'étau se refermait sur Katria et Shadowsun qui m'avaient sans doute sous-estimé et qui, au final, avaient trahi alors que j'avais ma conscience pour moi : c'était là pour moi la consolation suprême, mon esprit demeurerait apaisé quoiqu'il arrive.
Voir le profil de l'utilisateur
Katria Dashiell
avatar
Messages : 59
Date d'inscription : 12/04/2017
Rang : Acolyte Sith
Localisation : Rothana
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+157] Duel of the Fates [PV Darth Shadowsun - Darth Alarak]
Ven 14 Avr - 15:41

Sous les yeux de Katria, c'était un duel aussi sauvage que violent qui était en train de se dérouler et pour le moment, les deux adversaires semblaient être de force égale. Malgré l'absence de son armure et ses blessures, Alarak conservait en effet une puissance brute encore renforcée par sa haine et sa colère, et l'Acolyte savait également combien il était bon escrimeur. Et Shadowsun … Shadowsun demeurait finalement plus mystérieuse pour elle, parce qu'elle ne l'avait jamais vu combattre et qu'elle pouvait donc assez difficilement se faire une véritable idée de son pouvoir réel. Mais pourtant, la Dame Sith lui avait paru être quelqu'un de calme et réfléchi – disposant d'un bon esprit tactique également – lorsqu'elles avaient discuté sur Kessel, aussi la jeune femme voulait-elle y croire. Elle n'avait de toutes façons pas d'autres choix que de faire entièrement confiance à DuCade, aussi s'était-elle reculée en compagnie de ses fauves. Loin du combat, loin de son maître, loin de la violence qu'il ne manquerait pas de vouloir déchaîner sur elle dès lors qu'il aurait compris sa trahison. D'ailleurs malgré les provocations de son adversaire, le Poing de l'Empire ne semblait pas encore la soupçonner, et Dashiell ne savait pas trop quoi en penser. Ne savait pas trop si elle devait d'ors et déjà se méfier d'une attaque à venir …

Mais lorsqu'il usa de sa télépathie afin de lui donner de nouveaux ordres, Katria se tendit aussitôt en lui répondant toutefois par l'affirmative sans tarder, et sa poigne se renforça encore sur la garde de son sabre-laser qui grinçait presque tant elle serrait déjà fort. Résultat de son angoisse qu'elle sentait sourdre en elle et croître sans plus vouloir s'arrêter face à cette situation. De son angoisse qui atteignit un véritable pic lorsque Alarak chargea Shadowsun comme une bête sauvage, empoignant vivement le sabre de la Dame Sith grâce à son Tutaminis avant de la frapper puis de la projeter en arrière. D'où elle était, l'Acolyte ne pouvait pas du tout s'assurer de l'état de DuCade après cette attaque, et l'ordre qui résonna soudainement dans son esprit stoppa son cœur l'espace d'un instant.

Maintenant …
Il lui ordonnait d'attaquer maintenant … Mais attaquer quoi ? Attaquer qui ?!
Avec DuCade toujours à terre, Katria ne pouvait absolument pas savoir si la Dame Sith avait été blessée grièvement ou plus légèrement, et une foule de questions aussi insidieuses que vicieuses se fraya soudainement un chemin jusqu'à elle. Agitant son esprit sans plus finir et sans vouloir la laisser en paix.

Devait-elle attaquer DuCade ? Devait-elle attaquer Alarak ? Devait-elle rester immobile ?
Mais surtout, si DuCade était hors d'état de combattre … alors que devait-elle faire ?! Soutenir sa trahison jusqu'au bout et assumer en attaquant son propre maître, ou alors retourner sa veste encore une fois en frappant cette femme qui avait pourtant toujours été correcte avec elle ? Bien plus correcte que son propre mentor dont elle portait encore la trace des coups sur son visage comme sur tout son corps !

Qui ?
Qui devait-elle trahir cette fois-ci ?

Autant dire que cette question lui glaçait littéralement les sangs et l'espace d'un instant, son esprit dériva sur un futur possible : elle, attaquant DuCade et permettant ainsi à son maître d'exécuter plus ou moins proprement son adversaire. De ce maître qui ne manquerait ensuite pas de s'en prendre à Katria pour avoir été si peu réactive durant ce combat. De cette routine de violence et de souffrances qui reprendrait alors tranquillement son cours. Comme avant. Comme pendant tous ces mois où la jeune femme avait encaissé en silence, comme un animal soumis et brisé … mais n'était-ce pas plutôt les chaînes qui devaient être brisées ? C'était en tout cas ce qu'affirmait le Code Sith mais face à une telle situation, il était tout de même difficile de se laisser simplement porter par un mantra. Une idée. Une conviction. Ou alors était-ce justement si évident … ?

Elle ne savait pas …
Elle ne savait pas du tout !

Mais elle se dégoûtait déjà tellement d'avoir trahi Alarak qu'elle doutait de pouvoir trahir Shadowsun également …

Et subitement, la jeune femme fonça sur la Dame Sith en compagnie de deux de ses Tuk'ata, chargeant comme si elle s’apprêtait à se jeter sur elle telle une troupe de fauves hurlant la fin du combat et le début de l'hallali ! Et au moment où ils furent sur elle, le plus impressionnant de ses monstres attrapa DuCade par son bras valide afin de l'emmener plusieurs mètres plus loin, tandis que la jeune femme et le second animal attaquèrent le Poing de l'Empire. Katria visant de sa lame la blessure qu'elle savait se trouver sur le flanc de son mentor.

_________________




Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+157] Duel of the Fates [PV Darth Shadowsun - Darth Alarak]
Ven 14 Avr - 20:44
Je devais admettre que je ne m'étais pas attendue a une attaque pareille. L'on ne pouvait malheureusement être préparée a tout et certaine chose avaient le goût de très mauvaise surprise, comme cet assaut soudain qui m'avait tirée vers lui simplement pour m'asséner une puissante charge qui me projeta en arrière. Il faisait preuve d'une grande confiance en lui en ne poursuivant pas l'assaut, a sa place, j'aurais sans doute tenter de profiter de l'avantage, mais mon armure avait réagit en laissant plusieurs éclairs écarlate zébré l'air, l'enchantement de la Magie Sith luttant afin d'opposer a la brutalité de mon adversaire une force pour défendre son intégrité. Je savais compenser mes inconvénients par des avantages tactiques et technologique, j'avais même parfois sur moi un pistolet dissimulé, souvent un blaster, mais je comptais sur mon entreprise pour me fournir bientôt une arme a impulsion. Alarak pensait sans doute qu'il pourrait ordonner a son Acolyte de m'éliminer avec ses fauves, mais je m'étais rattrapée en donnant un violent coup de coude au sol afin de mon gantelet freine la glissade et en serrant les dents. Certes, j'avais perdue quelques éclats de dorée et un mince filet de sang coulait de mes lèvres, mais je l'essuyais d'un geste rageur, s'il croyait que j'étais hors de combat, il se trompait lourdement !

Il se montrait curieusement bien naïf en affirmant que j'étais une conjurée, espérait-il réellement qu'Akni avait l'intention de lui confier l'armée Sith : Alarak fut un Poing utile : brutal, vicieux et sans merci, il avait balayé une grande partie de l'opposition de la Sith Unique aussi bien au sein du Magistère qu'en dehors, devenant toutefois davantage le Chien de Garde de Darth Maladi qui l'avait sans doute induit en erreur plusieurs fois afin de pouvoir éliminer quelques uns de ses rivaux comploteur, l'empoisonneuse étant très habile pour cela. Mais lorsqu'il avait fallut trouver un officier capable de mener la guerre civile alliée, le choix s'était immédiatement porté sur moi sans aucune hésitation et il y avait une raison a cela : j'étais bien plus a l'aise avec ce genre de tâche que lui, je connaissais les choses de la guerre. En théorisant le raid sur Dathomir, Alarak avait rempli sa mission : s'assurer que la guerre allait devenir galactique. Mais désormais, il était la relique d'un temps dépassé qui devait disparaître pour laisser les nouvelles armes plus adaptés s'imposer pour mener le conflit du genre nouveau. Alarak avait une vision romantique de la fidélité, persuadé qu'elle était réciproque. En côtoyant Akni durant la campagne, aussi bien sur des questions politiques que militaires, j'avais bien compris qu'elle ne partageait pas cette vision.

Comme lui, j'étais une arme efficace dans mon domaine, mais contrairement a lui, mon heure de gloire arrivait et j'allais prendre tout mon sens maintenant que le conflit était devenu galactique. Il avait joué son rôle et il était donc nécessaire que je le purge afin de pouvoir jouer le mien. Aussi jeune soit-elle, Katria avait elle-même sans doute son rôle aux yeux d'Akni, celui de devenir un nouvel instrument au service du One Sith qui surpasserait un jour tout ceux actuellement au pouvoir. Mais la jeune femme était épuisée d'être un esclave, une marionnette manipulée par des puissants sans scrupules qui lui infligeait les pires sévices et la rabaissait alors qu'elle n'attendait qu'attention et reconnaissance, deux choses qu'elle avait du reste amplement mérité. Je m'étais vite rendu compte lors de notre discussion sur Kessel de ses manques et de sa volonté d'être brillante et d'être récompensée pour ses efforts. Elle méritait d'avoir sa chance et de disposer d'une véritable instruction et elle avait bien plus de valeur a mes yeux qu'elle n'en aurait jamais pour Alarak, et c'est au nom de cette conviction, que certain auraient sans doute qualifier de foi tant cette dernière pouvait être dangereuse, que je fit le choix de lui faire confiance et de ne pas m'opposer a sa charge.

Un choix qui fit décisif et opportun : l'un de ses fauves me pris par un bras pour m'éloigner du combat, mais comme il l'aurait fait avec l'un de ses petits, c'est a dire sans mordre où même pincer. Cela me rendit du tonus et je me redressais rapidement en le flattant pour qu'il me lâche le bras, mais aussi pour le remercier de ses efforts. Car le combat n'était pas fini et craignant sans doute que je sois hors jeu, Katria s'était élancée dans la bataille pour me faire gagner du temps. C'était une bataille qu'elle ne pouvait toutefois pas espérer remporter, car elle faisait face a un adversaire dur, puissant et impitoyable qui était persuadé que la loyauté lui était dû, alors qu'il s'agissait d'un sentiment qui se méritait. C'était pour cela que de nombreuses personnes me suivaient et continuerait a me suivre, parce que contrairement a lui, je vivais avec elle, je traversais les mêmes galères, les soutenaient comme elles me soutenaient lors des moments difficiles. Nous formions comme une famille, un groupe soudé uni dans un même objectif, la construction d'une utopie basé sur la puissance certes, mais aussi l'Ordre et le Progrès, des notions totalement absente de son vocabulaire. Il me fallait lui rappeler quel était son véritable adversaire et je disposais d'un avantage pour redevenir la menace principale : la sorcellerie.

Je pris le temps de murmurer une incantation en Noir Parler. Je n'avais pas besoin d'un sort très puissant, car sans son armure et puisqu'il me tournait désormais le dos, Alarak était bien plus vulnérable, mais peut-être aurait-il les réflexes pour éviter cette lance de Minuit Noir. S'il n'était pas aveuglé par sa haine et le sentiment d'être une nouvelle fois trahit, il sentirait sans doute la concentration du côté Obscur venant de ma personne alors que la lance se formait dans ma main gauche. La droite avait repris le sabre-laser et rallumer la lame, contrairement a la Cortose, le Tutanimis ne faisait que couper quelques instants le flux complet et n'arrêtait pas le fonctionnement du sabre-laser, me permettant de pouvoir disposer de mon arme favorite immédiatement. J'aurais certes put m'emparer de l'épée Sith, mais elle était plus difficile a manier, bien qu'elle aurait rendue ma sorcellerie plus puissante que celle de mon adversaire. Je recherchais l'esprit de Katria dans les ténèbres et je parvins a le trouver, elle avait fini par trouver une certaine forme de paix dans l'action, elle ressemblait a un courant résolu qui venait de traverser une zone de turbulence. Tout en lançant la lance dans le dos d'Alarak et en effectuant un bond magnifique d'Ataru pour revenir dans le combat, je lui envoyais un message télépathique afin qu'elle puisse se préparer dans le cas ou son maître esquiverait l'attaque

*Baisse toi !*

C'était très rapide et je n'avais certes pas mis les formes classique de la politesse, mais si elle avait pris tous ses risques pour me soutenir, cela signifiait qu'elle devait sans doute me faire un minimum confiance… Je m'excuserais de mon manque de forme après le combat, pour l'instant, il fallait m'assurer que nous le remportions sans abandonner notre santé, aussi bien physique que mentale !
Holocron
avatar
Messages : 203
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+157] Duel of the Fates [PV Darth Shadowsun - Darth Alarak]
Ven 14 Avr - 23:22
Je vis Katria et se fauves arriver, comme cela était prévu. Elle attaquait DuCade, tout du moins était-ce ce que je pus voir lorsqu’un fauve la saisit par le bras. Katria fonçait sur moi avec un autre Tuk’Ata, j’avais pensé qu’elle allait achever la traîtresse à terre, elle aurait pu l’achever, la tuer et tout serait terminé. Pour ma part mon esprit était déterminé, j’étais focalisé sur mon objectif. Seulement voilà, le coup vint d’un endroit où je ne m’attendais pas, Katria m’attaqua de flanc avec son sabrolaser, de manière totalement vicieuse. Elle m’attaquait par surprise si bien que je ne dévoilais qu’une mine déconfite lorsque le coup me transperça le flanc, hurlant de rage et de colère. De la même manière, le fauve me mordit à la jambe, je fus forcé de lâcher mon sabrolaser, cherchant mon autre sabre pour me défendre. DuCade était encore plus loin et je n’eus le temps que de voir une lance qui le transperça au niveau de l’aine. La lance s’enfonça dans ma chair, déchirant mon uniforme et mordant mes chairs de son métal froid et agressif. Il allait falloir beaucoup plus pour m’en sortir. Malgré tout cela, j’étais déterminé…Déterminé à sortir mon autre sabrolaser pour me défendre. Ma main semblait le chercher à ma ceinture.

Tout était mal engagé pour moi et lorsque ma main saisit encore le manche, j’hurlais de rage. La lame s’alluma et…Et…Et je disparus tel un nuage de fumée. Cela commença par mon visage qui fut entouré d’une sorte de brume, puis la lame tomba alors que toutes les couleurs de ma tenue, de ma peau et du reste disparaissaient. Derrière mon corps qui venait disparaître, un tas de cailloux et de gravas explosa, je sortis à toute allure, mon uniforme couvert de poussière, d’un mouvement rapide, je tranchais net le Tuk’Ata en deux qui n’eut pas même le temps de réagir. J’avais un seul sabre à la main et mon autre bras se leva. Katria pourrait sentir une terrible étreinte à la gorge, je relevais le bras et elle décolla de plusieurs dizaines de centimètres alors qu’elle se rapprochait de moi je fis danser ma lame proche de son ventre.


-Donc toi aussi tu es dans la traîtrise Katria. Tu me déçois beaucoup...Tu avais tant de potentiel, je misais beaucoup sur toi. Et pire encore, tu m’attaques par surprise, c’est vraiment minable. Finalement, je vois bien là la patte de Shadowsun, il ne me serait jamais venu à l’esprit de te tuer. Quel gâchis… Je m’occuperai de toi plus tard, car t’exécuter ainsi serait lâche et déloyal, tu auras un procès équitable ne t’en fais pas, mais après que je me sois occupée de celle qui a retourné ta petite cervelle.


Je montrais à Katria que je n’étais moi-même pas la brute qu’elle tentait de décrire. Pourtant la rage me rongeait, j’avais envie d’en finir avec DuCade, toujours dans sa position d’Ataru, prête à faire des acrobaties. D’un mouvement très sec, je projetais Katria contre un mur du temple d’où une tige métallique rouillée sortait, elle s’y empala avec violence au niveau du bas du ventre. Aucun organe vital n’était touché, mais elle ressentirait une douleur intense et serait ainsi mise hors combat. J’étais épuisé, mais plus encore enragé. Cette rage me stimulait : enragé par la traîtrise de DuCade, enragé par le fait qu’elle avait retourné l’esprit de mon Acolyte qui n’avait rien à voir là-dedans. Je fis tournoyer ma lame, mon uniforme était plein de poussière et mes traits paraissaient plus durs.

-Quant à vous, Madame DuCade, la libertine, la TRAÎTRESSE ! Il est temps de mettre fin à toutes vos frivolités, la trahison n’est pas un de vos jeux bourgeois… Vous dévoilez votre véritable visage et cela sera une leçon pour Katria quoi qu’il arrive, puisqu’elle pourra voir la véritable personne que vous êtes…Traîtresse…Mégalomane…Et bien d’autres choses encore. Au final, vous m’aidez à parfaire son éducation et quoi qu’il arrive à l’issue de ce duel, elle devra vivre avec ça et vous aussi. Je me tournais désormais vers Katria pour m’adresser à elle. Apprends, petite sotte, si je suis défait, je ne serai sans doute que le premier d’une longue liste et je mets ma main à couper qu’elle te mènera dans sa folie jusqu’à défier l’Impératrice en personne. Vous n’êtes que des cadavres…Mais vous ne le savez pas encore !


D’un mouvement tout aussi brut, j’activais mon second sabrolaser, me mettant en garde face à Shadowsun. Je la fixais avec véhémence…J’étais la Justice et la Justesse et elle n’était que Traîtrise et Félonie. Il était bien dommage que Katria ai fait fausse route, mais désormais elle assumerait ses erreurs seule, quoi qu’il en coûte. En tant que militaire, j’étais prêt à mourir ce soir, demain, comme j’étais prêt hier. La mort ne me faisait pas peur, je savais que je retournerai dans la Force. Les jeux et les illusions étaient terminés, désormais cela se réglerait au sabre. Je m’élançais vers DuCade, cette fois avec une technique très élaborée et partais à son assaut avec mes sabrolaser, j’effectuais quelques moulinets, nos armes se croisant puis s’entrechoquant. Nous échangeâmes quelques passes, je provoquais désormais une épreuve de force, mes deux sabres faisant pression sur sa lame noire, elle avait moins de force que moi et cela se ressentait, nos visages n’étaient qu’à quelques centimètres et je la regardais avec un air sévère.


-J’ACCUSE, Koyne DuCade, de trahison ! J’irai peut-être en enfer aujourd’hui, mais vous me rejoindrez bientôt, sachez-le !


J’eus un rire sardonique, la colère et la haine parsemaient mon visage de tics, ces deux sentiments avaient pris le dessus sur la fatigue et je luttais de toutes mes forces pour ne pas les laisser m’engloutir et les canaliser comme il le fallait. D’un mouvement brusque, je la repoussais d’un coup de pied, me jetant en avant avec un moulinet et repassant à l’offensive avec mes sabrolasers. Je me battais avec hargne et technique et DuCade était –il fallait le reconnaître- une adversaire d’un talent rare, sans doute la plus douée que j’avais rencontré jusqu’à présent.
Voir le profil de l'utilisateur
Katria Dashiell
avatar
Messages : 59
Date d'inscription : 12/04/2017
Rang : Acolyte Sith
Localisation : Rothana
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+157] Duel of the Fates [PV Darth Shadowsun - Darth Alarak]
Mar 18 Avr - 14:29

Si Katria avait attaqué son maître avec détermination afin d'offrir un peu de répit à Shadowsun, elle ne s'était toutefois pas réellement attendue à réussir son coup, aussi fut-elle aussi surprise que Alarak lorsque son sabre lui lacéra le flanc. Regards incrédules et emplis d'incompréhension qui se heurtèrent l'espace d'un instant tandis que ni le mentor ni l'élève ne semblaient se rendre compte de ce qui venait de se passer. La trahison était désormais révélée, la page allait se tourner, les événements ne pourraient que laisser place à une autre situation … Mais sous les cris de rage du Poing de l'Empire, son corps ne tarda pas à littéralement disparaître dans une étrange poussière, et la jeune femme sentit aussitôt ses yeux s'écarquiller d'étonnement tandis qu'elle recula d'un pas. Incapable de réagir lorsque – soudainement – un monticule de gravas explosa pour laisser apparaître Alarak qui profita de l'effet de surprise pour attaquer. De cette scène qui se passa presque au ralenti pour une Acolyte figée qui vit son Tuk'ata se faire décapiter tandis qu'une étreinte brutale se referma sur sa gorge. Tandis que son maître venait de la soulever de terre avec l'aide de la Force jusqu'à la rapprocher de lui. De lui et de son sabre qui effleurait sa peau.

Mais coutumière de ce genre de maltraitance, la jeune femme ne se débattit même pas – trop consciente que ce serait absolument inutile – et ce même si elle porta ses mains à sa gorge comme dans un réflexe. Sa respiration difficile la poussant à rentrer son ventre même si elle doutait qu'il la tuât aussi facilement … elle connaissait ses penchants violents et sadiques après tout, et une exécution propre et rapide n'était pas dans ses habitudes. De même qu'un ''procès équitable'' ne faisait guère partie de son vocabulaire !

Elle avait du potentiel, il misait beaucoup sur elle, elle le décevait beaucoup …
Autant d'accusations qu'il lui reprocha sans sourciller, mais la jeune femme ne sourcillait pas non plus. Braquant dans le regard de son maître toute sa détermination teintée de honte … mais aussi de regret. Parce qu'elle regrettait d'avoir dû en arriver là pour se libérer, elle qui n'était coutumière ni de la trahison ni de l'exécution. Elle regrettait mais elle n'avait pas eu le choix, et même si sa gorge martyrisée ne lui laissait pas le loisir de parler – à peine celui d'avaler de minces filets d'air – elle usa toutefois de la Force pour lui répondre.

*Vous vous trompez, c'est vous qui avez provoqué ça …*

Mais elle n'eut guère le temps d'en dire plus que Alarak la projeta violemment dans les airs, et ce fut un véritable râle de souffrance qui lui échappa lorsqu'elle sentit la tige de métal s'enfoncer cruellement dans ses chairs pour l'empaler. Déchirer son corps encore une fois. Torturer son âme encore une fois … Ainsi clouée au mur comme un papillon, le combat était définitivement terminé pour elle, et malgré la douleur intense, elle se força à relever la tête pour contempler ce combat qui déterminerait tant de chose pour l'avenir. Le sien, celui de Shadowsun, celui d'Alarak. Son mentor était d'ailleurs proprement ivre de colère tandis qu'il accusait DuCade de trahison – arguant qu'elle ne s’arrêterait sûrement pas avant d'avoir tué l'Impératrice en personne – mais la jeune femme ne pouvait malheureusement rien faire. Et même si son Tuk'ata survivant pointa bientôt le bout de son museau non loin des deux Sith, Katria préféra le dissuader d'attaquer tant il ne serait pas de taille face à Alarak. Comme elle ne l'avait pas été non plus. Comme elle en payait présentement le prix …

Mais si le sang coulait de sa plaie dans un gouttes à gouttes presque entêtant dans sa régularité, la douleur prenait le pas sur la faiblesse pour l'empêcher de sombrer dans l'inconscience, et l'Acolyte hésita un instant à se sortir de cette situation avant de finalement se raviser. Même si aucun organe vital n'était touché, la tige de métal exerçait tout de même une compression qui lui permettait de ne pas se vider entièrement de son cruor, et si jamais elle bougeait mal, elle pourrait également se blesser elle-même plus gravement qu'elle ne l'était déjà. Et ça, peu importât qui remporterait le combat, ce n'était absolument pas souhaitable pour elle. Pour survivre comme pour se défendre. Pour quelques instants ou pour bien plus longtemps.

Elle partait …
Le flot de ses pensées se perdait de plus en plus, et il ne tarda bientôt pas à se focaliser sur les derniers événements, mais aussi à les rattacher à d'autres plus anciens. Elle avait trahi et fui Sei'Vys, et elle trahissait et fuyait présentement Alarak. À croire que la Force prenait plaisir à se jouer d'elle encore et encore jusqu'à la condamner à revivre les mêmes souffrances … à moins que ce ne fût elle le soucis ? Avait-elle commis une erreur ? Ou plutôt, avait-elle commis deux fois la même erreur pour mériter de subir deux fois cette situation ? Ou alors, le soucis venait-il simplement d'un manque de chance ? D'un hasard ? D'un foutu hasard qui lui arracha bientôt une respiration aussi hésitante que douloureuse, comme un cruel rappel des faits et de leurs conséquences.

Un souvenir …
Malgré le combat qui se déroulait toujours, Katria se remémorait les premiers jours en compagnie de son mentor – ou tout du moins les premiers jours après qu'il l'ait soumise de force – et les promesses de libération et de puissance n'avaient manifestement pas été tenues. Choses dont elle ne tenait d'ailleurs pas rancune au Poing qui lui avait beaucoup offert. Qui lui avait aussi beaucoup pris … alors était-ce finalement équilibré ?

*Je vous suis très reconnaissante de tout ce que vous avez fait pour moi, et je ne voulais vraiment pas vous trahir. Mais je ne peux pas vous laisser me tuer pour autant … pas deux fois … et vous le saviez …*

Via la Force, Katria venait de contacter son maître afin de lui transmettre le fond de sa pensée, et effectivement, il connaissait le passif de son Acolyte et il n'aurait pas dû jouer au même jeu que le Bothan. Surtout que malgré ses faiblesses, la jeune femme n'avait jamais été ni rebelle ni irrespectueuse, mais elle s'était au contraire efforcée de s'améliorer afin de devenir une jeune Sith puissante. Formée dans l'Art du Contrôle des Bêtes qui demeurait quelque chose de rare et de potentiellement précieux.

Mais non …
Non, rien n'avait jamais convenu à Alarak qui n'avait jamais retenu sa violence vis-à-vis de Katria, et cette dernière ne pouvait désormais plus lui trouver d'excuses. Sa patience était à bout. Elle ne voulait plus être un animal. Elle voulait briser ses chaînes.

_________________




Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+157] Duel of the Fates [PV Darth Shadowsun - Darth Alarak]
Mar 18 Avr - 19:17
« L'Enfer n'est pas pour nous Alarak. C'est le Néant, et une éternité de tourment entre les griffes du Côté Obscur et des plus grands de ses champions. Peut-être votre maître n'a pas cru bon de vous tenir informer de ceci ? Moi je l'ai appris… Nous irons tous un jour, qu'importe les artifices dont nous ferons usage. Mais aujourd'hui, c'est a vous d'aller l'explorer le premier ! »

La pauvre Katria était désormais hors de combat, empalée sur une barre de fer, mais ayant son fauve montant la garde afin d'éloigner tous les danger pouvant s'en prendre a elle. Cela me permettait d'une certaine façon d'avoir un soucis de moins, bien qu'un autre s'ajoutait en même temps : si je perdais trop de temps, elle mourrait et alors, je n'aurais pas atteint tout mes objectifs. Elle avait fait appel a moi pour se libérer des chaînes de l'esclavage, de la spirale infernale de la violence et des menaces. Si elle mourrait, elle en serait libre d'une certaine façon, mais seulement pour sombrer dans le néant. Pire, si je l'emportais, elle finirait dans le néant avec lui pour l'éternité, a sa merci… Je préférais largement partir explorer cette dimension maudite avant elle. De ce fait, j'avais naturellement la pression et je ne pouvais plus me permettre de traîner. Alarak avait subit des blessures, nous l'avions touché a plusieurs endroits : le sabre-laser avait visiblement rouvert une plaie ancienne, tandis que ma lance était une blessure infligée par la Magie Sith : plus vicieuse et entraînant un saignement permanent. La stratégie de base aurait été de simplement le laisser s'épuiser sur un Soresu impeccable qui aurait eu raison de lui a l'usure face a de tel blessure, mais je n'aimais plus cette solution, je trouvais qu'elle manquait de panache, mais elle ne me permettrait pas de sauver Katria, hors, je mettais un point d'honneur a ne jamais abandonner ceux qui me venait en aide.

Je pris donc le choix de répondre a l’agression par l'agression : face a un Jar'Kai de Djem So composé de nombreuses attaques, j'opposais un Ataru recherchant les angles d'attaques les plus vicieux. Nos deux corps se déplaçaient a une vitesse surnaturelle et si Katria en était encore capable, elle pourrait suivre nos mouvements, mais n'importe quel non sensitif n'auraient vu qu'une tornade d'éclairs, deux écarlates et un sombre, s'affronter pour tenter de se fuir, mais se connectant irrémédiablement, presque comme s'ils étaient des aimants. Toutefois, je n'avais pas l'intention de céder et je conservais des mouvements aussi aériens qu'élégant alors que lui faisait appel a la force brute dans une rage qu'il avait désormais grand peine a contenir. Certes, je me fatiguait davantage ainsi, mais je savais que je créais également de la frustration, échappant sans cesse a ses attaques en faisant appel a mon sens de la noblesse afin de pouvoir rendre mon combat plus gracieux. Il devait sans doute penser que je me jouais de lui, d'une certaine façon, je testais une variante de Dun Moch sur sa personne afin de pouvoir savoir jusqu'où cette technique pouvait être efficace… Mais aussi parce que j'étais pressée par le temps et qu'il m'était nécessaire de terminer ce combat le plus vite possible.


« Ce que je fais n'est pas une trahison envers ma patrie, simplement une forme agressive de limogeage. Tu a été utile a Akni pour éliminer ses opposants au sein du Magistère, ton esprit retord a imaginé le plan pour faire entrer l'Empire Galactique dans la guerre, mais désormais, tu n'est plus d'aucune utilité. Je t'évite l'humiliation de mourir dans la honte de la dégradation, tu devrais m'en être reconnaissant ! L'heure est celle de la stratégie, mais aussi de la galanterie et de l'élégance, des valeurs que tu ne comprendra jamais ! »

Esquivant une nouvelle charge, je manipulais mon arme en lui faisant décrire un arc de cercle très précis tout en effectuant un saut périlleux arrière afin de sectionner l'un de ses deux sabres-lasers. Celui-ci cessa immédiatement de fonctionner, laissant mon adversaire a une seule arme. Je savais qu'il comprendrait de cette façon le double message que je lui envoyais : il ne contrôlait plus ce combat et je rétablissais certaine valeurs qui furent porté lors de la guerre des clones par le Comte Dooku. Alarak était peut-être une brute sans cervelle, mais il était toutefois assez instruit pour connaître l'histoire de notre ordre et il connaissait forcément la figure de Darth Tyrannus. Poussé a ses derniers retranchements, il tenta de revenir a la charge, mais je pouvais contrôler le combat désormais, y compris en revenant a ma technique phare, le Makashi. Ses blessures l'épuisaient davantage que mes techniques de Force ne me coûtait et je savais désormais que j'avais la main haute, il ne me restait plus qu'à trouver la faille pour procéder a la mise a mort ! Je n'aurais probablement plus trop de difficulté a le faire, mais je m'étais pas attendu qu'en se plongeant a fond dans le Côté Obscur, Alarak aille jusqu'à en oublier la douleur : alors que je l'avais touché plusieurs fois sur les jambes et les bras par des mouvements parfait, il revenait encore a l'offensive, comme s'il s'agissait de vulgaire piqûre de moustique.

Finalement, il eu un mouvement d'hésitation. Peut-être était-il en train de communiquer mentalement avec Katria, je ne pouvais le savoir, devant mobiliser mes ressources pour le combat, mais je décidais de profiter de cette faille afin de me plonger en avant pour lui planter mon sabre-laser dans le cœur. L'homme écarquilla les yeux en m'observant, je l'avais visiblement fait quitter son monde et je soutins son regard sans trembler, mais sans sourire également : tuer ne m'amusait pas, j'accomplissais ce genre de tâche avec la gravité nécessaire, parce qu'elles étaient nécessaire. J'éteignis finalement mon sabre alors que le sien se coupait et observait son corps tombait vers le sol. J'en rêvais depuis que je le connaissais, mais je ne tirais aucune joie d'un acte comme celui-ci, hormis la satisfaction du devoir accompli. Je savais désormais qu'il ne représenterait plus une menace pour notre prochaine campagne et que je pourrais donc revendiquer sa place en présentant au Magistère son Sabre-Laser. Je pris le temps de contacter mes hommes par l'intermédiaire de mon implant neural afin de pouvoir faire venir un nouveau transport aéroporté lourd : j'allais avoir besoin de soin pour Katria, mais avant de rejoindre le Magistère, je devais également m'assurer de mettre l'Holocron de Darth Nihilus en sûreté : cet objet était trop dangereux pour être laissé sans surveillance sur Korriban.

Je me tournais vers l'Acolyte qui était visiblement en train de souffrir, et me précipitais vers elle afin de pouvoir intervenir : j'avais déjà perdue bien assez de temps comme cela et l'urgence dominait. Observant sa blessure, je constatais qu'elle perdait également beaucoup de sang, mais aucun organe vital ne semblait toucher. C'était rassurant, si elle était mal en point, j'allais pouvoir toutefois arranger cela en faisant usage de la Magie Sith. Posant un bras amical autour de ses épaules, je pris la parole afin de pouvoir la rassurer.


« C'est fini désormais, il est mort. Accroche toi, il faut que tu quitte cette barre. Je vais t'aider, puis soigner cette blessure, il s'agit d'une connaissance a ma portée. Serre les dents et soit courageuse. »

En cet instant, maintenir l'éloignement du vouvoiement me semblait inutile : l'on apprenait aux médecins militaires a se montrer familier avec les blessés car cela leurs donnaient un sentiment de proximité qui les aidaient a trouver la force pour s'accrocher et donc pouvoir survivre par la volonté a certaines blessures pouvant s'avérer mortelle. Elle fit l'effort, me laissant l'accompagner, avant de s'effondrer une fois qu'elle eue quittée la barre. Toutefois, je la rattrapais en m'agenouillant avec mon autre bras, puis récitait une incantation rapide en Noir Parler avant de poser ma main sur la blessure : un éclair écarlate en sorti, mais loin de provoquer des douleurs, celui-ci se diffusa dans le corps et régénéra les tissus au fur et a mesure qu'il prenait de l'ampleur et que je le laissais concentré. Il faudrait mieux effectuer un traitement au Bacta ensuite, mais cela me semblait suffisant pour un traitement de premier secours, d'autant plus que le bruit de ma navette se faisait déjà entendre. Le Crimson Élite était toujours a l'heure lorsque j'avais besoin de lui.

« Comment te sent-tu ? Des renforts arrivent, tu aura bientôt le droit a des meilleurs soins, ça va aller. »
Holocron
avatar
Messages : 203
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+157] Duel of the Fates [PV Darth Shadowsun - Darth Alarak]
Mar 18 Avr - 23:45
Je me battais avec acharnement, nous nous battions avec une hargne peu communes. Au-delà de ce que n’importe quel non-sensitif aurait vu sans percevoir les détails de notre duel, il n’aurait pas compris les tenants et les aboutissants d’un tel combat. Au final, nous considérant tous comme des monstres sanguinaires, beaucoup oubliaient la véritable nature des Siths, même si la quête du pouvoir pouvait être une motivation, il y avait aussi d’autres choses. DuCade s’était bornée en voyant en moi la bête violente et mauvaise, sans aucune finesse, j’aurais menti en disant que je ne lui donnais pas ce qu’elle voulait voir. Je jouais mon rôle, celui qu’Akni avait eu pour moi. La seule Maîtresse des échecs, celle qui menait la danse depuis le début, car cela était juste. J’avais directement embrassé sa cause et si je n’étais pas un partisan de Maladi, j’avais abandonné certaines de nos inimitiés justement pour éviter que les choses ne s’enveniment. Combien de comploteurs avais-je envoyer par le fond ? Sans doute plus qu’il n’en aurait fallu pour envoyer Akni dans le néant, mais la Sorcière Impériale comme s’amusaient à la nommer certains de ces comploteurs avait eu plus d’un tour dans son sac, en fait tout avait été prévu, depuis le début. Ce duel contre DuCade, ça c’était imprévu, mais au final, je savais que ma mort aurait été imminente quoi qu’il arrive et de toute manière, cela s’emboîtait particulièrement avec le plan de l’Impératrice.

DuCade se battait bien, trop bien, elle avait sublimé l’Ataru et son corps virevoltait alors que je me lançais à ses trousses, mes lames s’entrechoquant avec la sienne dans un tonnerre de vrombissements. Je me battais comme un lion, malgré la blessure qui m’avait touchée au flanc par l’alchimie Sith. Je m’en moquais, je pouvais bien mourir ici, c’était sans doute ce qui arriverait. Malgré les propos de Koyne, je la regardais avec véhémence.


-Tu crèveras ici comme la chienne que tu es, salope !


Toujours dans mon rôle, la manipulation était totale, et rien que les propos de Shadowsun le prouvaient. Bientôt le rideau tomberait pour moi et c’était mon ultime révérence. J’avais mis-en-place les choses et elle ne croyait pas si bien dire : le temps était à la stratégie. Pour ma part, si j’étais officier, je n’avais pas le talent de mener une guerre galactique et je le savais, c’était pour cela que DuCade prendrait ma place, pour mener la guerre à ma place et je laisserai ma place de Poing de l’Empire. Akni m’avait montré une certaine vision de la politique et j’avais accepté d’abandonner mon individualité propre pour une promesse plus grande : celle d’un pouvoir galactique. Si je devais mourir pour revenir ensuite et régner sur une galaxie qui serait envahie par une véritable culture Sith, je le ferais sans hésitation. Je savais qu’au final ma cause était juste, DuCade avait raison, j’avais été élevée comme une bête sauvage et j’avais vu la lumière lorsque j’avais rencontré Akni, alors qu’elle n’était pas encore Impératrice, elle m’avait exposé son plan et était devenue ma protectrice. Petit à petit, comme elle me l’avait annoncé, j’étais devenu Poing de l’Empire puis j’avais accompli ma mission. Désormais elle était terminée et le Néant, je le laisserai pour les traîtres, les gens trop sûrs d’eux.

Nous nous battions et même si je conservais un niveau d’agressivité qui ne décroissait pas, je sentais la fatigue. Chaque coup était paré, j’encaissais même plusieurs brûlures. DuCade voulait en finir, mais elle voulait elle-aussi gagner plus que tout. Ma volonté pour lui corser la tâche et me battre jusqu’au bout était incontrôlable, c’était comme ça. J’aurais pu abréger ce combat et me laisser battre, mais cela n’était pas dans mon éducation, je donnais toutes les forces qui me restaient. Ruisselant de sueur à cause de l’effort et de la douleur, je refusais d’abandonner. Je mourrai les sabres à la main. Alors que je chargeais de plus belle, lançant une botte complexe, elle effectua un arc de cercle tout aussi complexe avec ses sabres et je réalisais qu’un de mes sabrolasers se désactiva, tranché en deux. Je n’avais jamais fabriqué d’arme en Phrik, sûr de moi et de ma puissance, mais aussi de l’aspect défensif de mon armure. Mon armure n’était plus et il ne me restait plus qu’un sabrolaser.

C’était la fin, je le savais, mais je me battrais jusqu’au bout. Alors qu’elle revenait au Makashi, je chargeais à nouveau, cette fois ayant inversé ma garde pour utiliser du Reverse Shien : je revenais aux fondamentaux, à ceux que j’utilisais lorsque je n’étais encore qu’un Acolyte. Lorsque mon Maître me réveillait dans les étendues gelées des montagnes glaciales dans lesquelles je m’entraînais, que je n’avais qu’un seul sabrolaser. Je devais combattre les bêtes qui m’attaquaient, c’était elles ou moi et je me contentais d’éviter d’être défensif, je prenais l’offensive. Toutes les victoires que j’avais obtenues dans ma vies, je les avais eu en prenant les initiatives. Une gigantesque fuite en avant. A cette époque, dans la neige, je m’exprimais avec des grognements et détruisais toute forme de vie qui se présentait à moi. J’étais invincible, je détruisais tout ce que la Force présentait à moi. A l’Académie Sith, j’avais été repéré pour avoir même blessé mon instructeur dans un excès de rage. J’avais une colère en moi, mais aussi un très grand potentiel. Alors qu’on me voyait comme un monstre sans cervelle, j’avais pourtant gravi les échelons et imposé ma patte. DuCade pourrait tout détruire si ça lui chantait. Mentalement, j’eus alors la parole de Katria qui communiquait avec moi.


*Tu as fait un choix, c’est le tien. Chacun apprend de ses erreurs, et tu viens d’en commettre une qui te poursuivra probablement le reste de ta vie. La méritocratie et l’égalité des chances, c’est quelque chose en quoi je crois : je ne te réprimanderai pas pour ton erreur...Mais tu devrais en assumer les conséquences. L’avenir te dira quels fruits tu récolteras de ce que tu as semé.*


Des paroles bien apaisées, qui pourtant étaient les miennes. Cela aurait pu paraître étonnant, mais pas tant que ça lorsqu’on voyait comment je me comportais avec les officiers. J’avais souligné quelque chose : j’avais toujours été intègre avec elle, mais elle me trahissait et même là je respectais son choix. Une manière de semer un peu plus le doute en elle, doute que je ressentais clairement. Alors que je terminais ma phrase, je fus tiré de ma rêverie par la morsure du sabrolaser qui s’enfonça dans mon cœur. Je savais que cela était terminé. Cela ne fit pas réellement mal, ça me coupa juste le souffle alors que mes yeux s’écarquillaient. J’aurais aimé rajouter quelque chose face à DuCade, mais je ne dis rien. Son regard était grave, mais déjà, la conscience me quittait. Je sentis simplement mon corps tomber alors que je n’avais plus aucun contrôle sur lui. Mon esprit le quitta tout simplement.

***

Mon corps n’était plus. Je n’avais plus de perception propre d’une quelconque enveloppe charnelle, pourtant j’étais toujours conscient. Une voix s’éleva alors que je sentais un certain mouvement.

-Très bien, Seigneur Alarak. Vous avez accompli votre mission, plus rien ne pourra arrêter nos armées désormais. C’est bien plus tôt que je le pensais, qui a fait cela ?


Je reconnus immédiatement la voix de l’Impératrice qui tenait le petit holocron entre ses mains. J’aurais voulu m’agenouiller, comme le voulait le protocole, mais cela ne pouvait avoir lieu. Je savais désormais que tout était en marche. J’indiquais par la pensée le nom de Shadowsun et je sentis l’aura d’Akni changer, comme si je pouvais sentir sa délectation, la délectation d’un carnassier qui venait de voir une proie s’agiter face à lui.


-Bien...Très bien...Excellent même ! En voulant se débarrasser de vous et en pensant prendre la main, Dame Shadowsun se place en parfaite position pour servir nos intérêts.
Voir le profil de l'utilisateur
Katria Dashiell
avatar
Messages : 59
Date d'inscription : 12/04/2017
Rang : Acolyte Sith
Localisation : Rothana
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+157] Duel of the Fates [PV Darth Shadowsun - Darth Alarak]
Mer 19 Avr - 15:02

Elle venait de faire un choix, et elle devrait en assumer les conséquences …
Si Katria s'était attendue à recevoir des insultes ou des menaces en communiquant ainsi avec son maître, il n'en fut rien dans la mesure où sa réponse fut au contraire des plus calmes, et la jeune femme ne manqua pas d'en ressentir un certain trouble. Doute s'ajoutant au doute qu'elle ressentait déjà et qui lui torturerait sans doute l'esprit pendant bien longtemps. Mais après tout, Alarak n'avait-il pas toujours agi ainsi ? Alternant la violence avec des périodes bien plus calmes où il prenait alors le temps de lui enseigner patiemment ses connaissances ? Indubitablement, le Poing de l'Empire avait plusieurs fois fait preuve de lunatisme à son égard, mais l'Acolyte avait choisi de ne plus encaisser ses coups et ses tortures pour autant. Elle avait choisi de ne pas être un simple animal battu risquant la mort pour un simple exercice mal réussi lors d'une séance d’entraînement. Elle avait choisi de fuir Alarak comme elle avait fuit Sei'Vys.

Mais un instant plus tard, ce fut cette fois-ci la mort de son mentor qu'elle put ressentir via la Force, et cette sensation ne manqua pas de lui couper proprement le souffle. Pas qu'elle fût réellement proche de lui mais … mais … c'était assez indescriptible. Assez étrange. Elle avait ressentit son trépas comme s'il s'était imposé physiquement à elle. Comme une douleur. Comme une sensation encore inconnue.

Mais sans plus tard, Shadowsun se portait déjà à sa hauteur pour l'informer de l'issue du combat et l'aider, et ce fut un « Je sais … » étouffé que Katria lui offrit pour toute réponse. Elle savait pour son maître et elle savait qu'elle devait tâcher de se contenir pour ne pas offrir un spectacle trop pitoyable malgré son état de faiblesse. Et lorsque la Dame Sith souleva doucement son corps afin de le libérer de cette barre de métal qui le traversait de part en part, ce fut dans un formidable effort que l'Acolyte serra les dents pour ne laisser filtrer aucun cri ni aucun gémissement malgré la souffrance, et seuls sa respiration erratique et ses tremblements irrépressibles vinrent trahir cette douleur qu'elle ressentait tandis qu'elle s'effondra sur le sol. Heureusement rattrapée par DuCade qui l'allongea avant d'incanter en Noir Parler pour soigner sommairement ses blessures.

« Ça va, je vous remercie. »

Pour ce qui était des soins par contre, le hasard allait jouer dès lors qu'elle rentrerait à l'Académie parce que si elle tombait sur un partisan de son défunt maître, il y aurait fort à parier que se frayer un passage jusqu'à une cuve à Bacta serait compliqué. Mais peu importait désormais. Peu importait … Avec la mort de Alarak, elle allait se retrouver seule sur Korriban, et elle allait donc devoir survivre à cette Académie qu'elle n'avait jamais fréquentée même si elle s'y était déjà rendue à quelques reprises, de cette jungle fourbe et vicieuse où les coups de sabre dans le dos n'étaient pas rares et où elle allait devoir être plus méfiante que jamais. À moins qu'elle ne s'y rendît pas justement ? Mais pour aller où ? Et comment ?

Autant de questions – ajoutées au doute qui la tiraillait déjà – qui ne tardèrent pas à inonder son esprit, mais ce fut néanmoins avec une assurance assez bien feinte qu'elle se releva. Les mâchoires crispées pour ne rien laisser paraître de sa souffrance comme de ses hésitations tandis qu'elle s'appuya discrètement contre le mur afin de soulager ses jambes tremblantes. Sa seconde main se posant bientôt avec douceur sur la tête de son Tuk'ata qui venait de s'approcher pour la soutenir également.

« Je vous remercie, Dame Shadowsun, et je ne vais pas vous importuner plus longtemps. »

Le protocole aurait d'ailleurs voulu qu'elle s'inclinât devant une Sith accomplie comme DuCade, mais cela lui était absolument impossible dans son état. Alors pour compenser, Katria se contenta de la saluer d'un profond signe de tête, avant de s'appuyer plus franchement sur son fauve dans l'intention de s'éloigner et de quitter les lieux.

Après Sei'Vys, elle avait pensé ses plaies avec ses Tuk'ata.
Après Alarak, elle allait donc faire de même.

_________________




Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+157] Duel of the Fates [PV Darth Shadowsun - Darth Alarak]
Mer 19 Avr - 21:16
Katria faisait des efforts surhumains pour ne pas afficher sa douleur ni même ses faiblesses. Pourtant, il ne faisait aucun doute que son esprit devait être tourmenté et en proie a certaine questions importantes sur son propre avenir ainsi que ses choix, mais elle faisait tout ce qu'elle pouvait pour ne pas le montrer et rester digne. Cette force de caractère était impressionnante, mais je savais fort bien d'où elle venait : Alarak avait probablement puni chaque démonstration de faiblesse par la violence, qu'elle soit physique où par la Force. Je n'agissais pas de cette façon, mais cette pauvre jeune fille ne pouvait pas le savoir. La voir se lever malgré une blessure aussi importante, soignée seulement sommairement par une arcane de Magie Sith, m'impressionna, même si elle devait se tenir au mur pour ne pas tomber : elle était animée d'une volonté inflexible et ne renonçait pas, mais semblait également craindre d'être de trop, car avant même qu'elle ne formule son départ en parole, je ressentais son désir de ne pas déranger. Son fauve, inquiet, s'était naturellement rapproché et elle le rassura d'un geste affectueux, ce qui prouvait qu'elle avait bien plus de valeur que bien des Sith que j'avais observée dans ma vie. Elle me remercia en affirmant qu'elle ne m'importunerait pas plus longtemps, puis elle commença a s'en aller.

Je restais interdite, elle n'allait même pas vers l'académie, avait-elle l'intention de s'enfoncer dans les déserts de Korriban ? Exposé ainsi aux conditions extrêmes et aux prédations des manifestations du Côté Obscur, je ne donnais pas cher de sa peau, d'autant plus que l'on pouvait rencontrer des destins pire que la mort sur ses terres inhospitalières. Le pire d'entre eux était sans doute de finir pantin de l'esprit d'un ancien Seigneur Noir des Sith tentant de retrouver son influence après des siècles, voire des millénaires enfermé dans un holocron ou un réceptacle grâce a une sombre arcane d'Alchimie Sith. Katria Dashiell méritait mieux que ce sombre destin, mais me faisait-elle assez confiance pour me suivre ? Il fallait que je tente de la retenir : son potentiel énorme pourrait en faire l'héritière que je recherchais depuis plusieurs années, depuis que j'avais compris qu'Aurélia préférait devenir mon âme damnée, fidèle jusqu'à la mort certes, mais ne souhaitant pas prendre la succession. Me redressant, je parti donc vers elle d'une foulée énergique afin de pouvoir la rattraper rapidement et capter de nouveau son attention. En espérant qu'elle accepte de m'écouter.


« Attend, ne part pas tout de suite, j'ai plusieurs choses a te dire. »

Restait a savoir si elle voulait les écouter. Je l'avais aidée a se libérer de ses chaînes et nous avions eue un bon contact sur Kessel, mais elle venait tout de même d'accomplir un acte qui serait très mal vu chez les autres Sith. Trahir son propre maître au profit de son ennemi juré n'était pas particulièrement apprécié par les Sith et elle aurait bien du mal a trouver un nouveau maître après cela, même si certain considérerait sans doute qu'elle avait fait preuve de bon sens en sachant miser sur le bon cheval. Mais elle courrait sans doute vers sa propre destruction en se retrouvant de nouveau sous le joug d'un maître tyrannique qui ne saurait rien faire d'autre que de la faire souffrir. J'étais convaincue d'être capable de lui apporter ce qu'elle recherchait, mais il fallait que je me montre convaincante pour cela et la première chose a faire, c'était d'apprendre a nous connaître. Si je lui proposait de devenir tout de suite mon Acolyte, elle serait en droit de considérer que je recherchais simplement a l'exhiber comme un trophée de ma victoire sur Alarak ce qui serait indigne de son statut autant que du code de conduite que je m'étais fixé. Je repris donc la parole calmement en commençant par la chose la plus évidente.

« Je tenais d'abord a te remercier, autant pour m'avoir appeler que pour m'avoir soutenue. Sans ton concours, je ne m'en serais sans doute pas sortie, ce qui signifie que j'ai une dette envers toi. Et sache que je paye toujours mes dettes, les apparences jouent sans doute contre moi pour l'instant, mais je suis une femme de parole. »

Je la laissais accéder a mon propre ressenti et elle pouvait ainsi se rendre compte que j'étais sincère. Sans elle, je ne serais sans doute pas parvenue a prendre le dessus sur lui : en réveillant sa blessure, elle m'avait permis de tromper sa garde et de planter ma lance de Minuit dans son corps. Cet événement avait changé le visage du combat et elle en avait payée le prix. Je ne savais cependant pas si elle était capable de s'en rendre compte elle-même, ou si elle allait dévalorisée sa propre action. Croisant les bras, je réfléchis a la meilleure manière de faire mon offre. J'avais ressentie le conflit en elle, peut-être ne voulait-elle pas me parler, mais il ne me coûtait rien d'essayer. Elle devait toutefois avoir conscience qu'en m'aidant dans cette entreprise qui n'était pas anodine dans un One Sith ou l'on considérait souvent que seul le Sith Unique avait droit de vie ou de mort sur ses fidèles, elle risquait de partager également mon sort si celui-ci venait a être funeste. Je pensais donc que le moins que nous puissions faire a cette menace, c'était de nous serrer les coudes. Et je ne pouvais pas la laisser marcher vers sa propre mort, cette jeune femme m'était bien trop sympathique, et elle était trop talentueuse pour mourir ainsi.

« Comme je te l'expliquais précédemment, j'ai demander a des renforts de venir : une navette est en approche avec des hommes sous mon commandement, des gens bien. Elle dispose de plusieurs cuves a Bacta et elle est bien assez spacieuse pour permettre a ton Tuk'ata de veillez sur toi durant ta convalescence. Qu'est-ce que tu en pense ? »

Il s'agissait bien d'une façon de lui proposer de faire un bout de chemin en ma compagnie. Je n'avais pas l'intention de lui offrir une vie facile a terme, je voulais d'abord savoir si elle était capable de s'adapter, d'apprendre et d'être aussi talentueuse que la Force semblait vouloir me le souffler. Mais je n'avais en réalité que bien peu de doute sur cette question et ce ne serait sans doute qu'une confirmation de ses talents remarquable. Elle obtiendrais en ma compagnie ce qu'Alarak lui avait sans doute refuser durant toute la période où il l'avait prise sous son aile : du respect et de la considération. J'attendais sa réponse avec un sourire bienveillant, espérant bien entendu une réponse positive de sa part. J'étais convaincue que nous avions beaucoup a construire ensemble, si elle acceptait de faire ce bout de chemin que je lui proposais en ma compagnie.
Katria Dashiell
avatar
Messages : 59
Date d'inscription : 12/04/2017
Rang : Acolyte Sith
Localisation : Rothana
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+157] Duel of the Fates [PV Darth Shadowsun - Darth Alarak]
Jeu 20 Avr - 14:15

Appuyée sur son Tuk'ata, Katria sentit rapidement sa blessure s'ouvrir à nouveau dans son dos, laissant ainsi une ligne de sang couler le long de sa hanche pour se perdre le long de sa cuisse. Cruor glacial dévalant sa peau rendue brûlante par la fièvre qui commençait déjà à envahir tout son corps sous le coup d'une telle blessure. Mais les dents serrées à s'en faire mal, la jeune femme claudiquait toujours afin de quitter définitivement ces ruines, son fauve guidant ses pas difficiles autant qu'il soutenait presque la totalité de son poids. Si l'Acolyte était courageuse, elle était aussi blessée et à bout de force, et toute la volonté de la Galaxie n'y changerait rien : si elle ne recevait pas rapidement des soins, elle se viderait de son sang ou serait victime d'un choc sceptique, et sa vision commençait déjà à se troubler lorsque la voix de Shadowsun se fit entendre derrière elle. La poussant à se retourner vers son interlocutrice au prix d'un terrible effort pour ne pas s'écrouler. Elle était à bout. Vraiment à bout … Et malgré son attention concentrée toute entière sur DuCade, elle peinait à comprendre ses paroles et mit donc quelques longues secondes avant de réussir à articuler une réponse convenable.

« Vous m'avez libérée de Darth Alarak … c'est moi qui ai une dette envers vous. »

Et si la Dame Sith avait été sincère dans son affirmation, l'Acolyte l'était tout autant, d'autant plus qu'elle n'avait finalement pas fait grand chose dans ce combat. Effrayée par son maître et sa réaction potentielle, elle était restée en retrait et n'était intervenue que lorsque la situation l'avait impérieusement exigée, ce qui n'était guère glorieux non plus. Mais malgré tout son courage pour demeurer digne, Katria n'était clairement plus en état de discuter et de partager ses réflexions, aussi avait-elle limité sa propre réponse au minimum syndicale. Sa voix déjà faible menaçant de la trahir définitivement tandis qu'elle sentait ses jambes trembler de plus en plus. Sa main crispée sur sa blessure était d'ailleurs de plus en plus visqueuse de sang, mais elle conservait tant bien que mal les apparences. Tant bien que mal …

Et puis bientôt, DuCade fit mention d'une navette suffisamment grande pour accueillir son fauve et pourvue de cuve à Bacta, et la jeune femme sentit aussitôt l'animal s'agiter tout doucement sous elle. Lui donnant un petit coup de tête comme pour la forcer à accepter cette offre qui assurerait au moins sa survie après une telle blessure. Et à n'en pas douter, le Tuk'ata s'y connaissait en matière de sang et de mise à mort ! Alors … alors un tremblement parcourut son corps à nouveau tandis que la douleur se disputait à la fièvre, et ce fut d'une voix plus faible que l'Acolyte répondit à nouveau.

« Je … je vous remercie … d'accord … »

Shadowsun avait sans doute dû tendre l'oreille pour entendre sa réponse, mais le principal était bel et bien qu'elle venait enfin d'accepter. D'accepter de dévoiler sa faiblesse qui sautait d'ailleurs aux yeux. D'accepter un peu d'aide de la part de cette femme qui l'avait aidée et qui semblait sur le point de recommencer.

_________________




Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+157] Duel of the Fates [PV Darth Shadowsun - Darth Alarak]
Jeu 20 Avr - 20:29
La fatigue emportait doucement, mais sûrement Katria qui n'était plus capable d'avancer a cause de sa blessure, elle accepta mon offre, encouragée en cela par le Tuk'ata qui s'était rangé de mon côté, preuve qu'il disposait d'une intelligence bien plus grande que celle de la plupart des créatures de l'univers. Tirant une fusée éclairante du dos de mon armure, je lui fit un sourire rassurant avant de l'allumer pour la lancer sur le sol. La fumée de la fusée permettrait a la navette de venir se poser au plus près de nous. Lorsque cela fut fait, je l'attrapais par les épaules afin de l'aider a marcher pour se rapprocher, le vaisseau repliant ses trois ailes afin de pouvoir se poser dans un équilibre parfait sur le sol rocailleux de Korriban. Il s'ouvrit en laissant sortir plusieurs membres du Crimson Elite, reconnaissable a l'uniforme écarlate et l'écusson affichant une forme de Scorpion. Aurélia se trouvait a l'intérieur et m'envoya un regard empli d'une certaine curiosité, mais ne discuta pas pour autant. Le médecin de l'unité, qui portait la croix rouge caractéristique, se rapprocha afin de pouvoir constater la blessure et emmener la jeune fille vers la cuve a Bacta la plus proche. J'indiquais rapidement que le fauve devait rester près d'elle alors qu'Aurélia descendait pour me rejoindre.

Ma première Acolyte jeta un regard au cadavre d'Alarak alors que j'attirais autant son sabre-laser valide que celui que j'avais détruit a moi : ils serviraient de preuve a ma victoire sur lui. Les attachant a ma ceinture, je me dirigeais ensuite vers les rochers qui recouvraient ma première navette. Employant la Force, je soulevais un a un les différentes pierres afin de pouvoir les écarter et m'assurer le libre passage jusqu'à la navette. Cette dernière n'avait pas subie trop de dommage et je pourrais donc m'y rendre sans problème. Aurélia m'attendit patiemment, scrutant les environs afin de s'assurer que des curieux ne viendraient pas inspecter le site a cause de la fusée éclairante tandis que je rentrais dans mon premier transport. Si plusieurs accessoires furent endommagé, le coffre qui contenait l'Holocron ainsi que le masque de Darth Nihilus était resté intact, protégé par l'esprit maléfique de l'ancien Seigneur Noir des Sith. Je sentis sa présence en posant mes mains sur le coffre et je savais qu'il était satisfait de ma prestation, bien qu'il signala que ceci n'était qu'une étape et que j'avais encore beaucoup a apprendre. Je ne répondis pas, pourquoi répondre a une évidence ? Il me restait une dernière tâche a accomplir avant de quitter ce lieu.

Retournant dans le poste de pilotage, j'activais l'autodestruction de la navette, m'accordant cinq minutes afin de pouvoir la quitter en toute sécurité. Me retirant rapidement, je m'éloignais au pas de course, laissant Aurélia arquer un sourcil pour la forme, la jeune femme avait fort bien compris ce que je venais de faire. La navette explosa au bout des cinq minutes, comme prévu, emportant les secret de mon ordinateur de navigation avec elle. Ceux qui arriveraient sur le site après nous ne découvrirait que les cadavres du Tuk'ata malheureux, d'Alarak et des conspirateurs qu'il avait éliminé plutôt, des incapables comme lui, ce qui me facilitait donc la tâche. Je ne pouvais pas me permettre de quitter Korriban maintenant, mais nous allions rejoindre d'abord mon Star Dreadnought afin de pouvoir m'assurer que l'Holocron serait en sécurité et que Katria puisse disposer des meilleurs soins que j'avais a disposition. Comme je n'avais nullement l'intention de me dissimuler, je comptais bien demander audience au Magistère afin de pouvoir annoncer moi-même ma victoire sur le Poing de l'Empire a l'assemblée complète de mes rivaux. Tout ceux qui n'avaient jamais misé une seule valeur sur ma personne risquait fort d'être très déçu, mais je me faisais déjà un certain plaisir d'observer leurs mine déconfite face a mon triomphe… Mais tout vient a point a qui sait attendre.

J'accordais un dernier regard au cadavre d'Alarak. J'avais franchie un cap aujourd'hui, je savais que plus rien ne serais comme avant. Peut-être connaîtrais-je une mort ignoble des mains d'Akni qui ne supporterait pas que j'ai pris l’initiative d'éliminer son premier Lieutenant, mais je ne pouvais accepter l'idée du désastre militaire que le précédent Poing aurait engendré. Nous avions construit tout ceci avec patience, pris parfois des risques inconsidérés, comme l'aventure de Trigalis qui aurait put nous coûter bien plus chère si l'Alliance avait pris les survivants au sérieux. Maintenant que tout était fini, il n'y avait plus qu'à espérer que je soit récompensée par une promotion et non par la mort. Mais je n'aurais aucun regret dans le second cas. J'avais placée ma vie sous le signe de la vérité et de l'intelligence et elle se poursuivrait ainsi jusqu'à ma mort. Aurélia savait quoi faire si les choses se déroulaient mal, mais lorsqu'elle me jeta un regard alors que la navette se refermait pour décoller, je compris qu'elle n'avait pas d'envie d'en arriver là : si je survivais, il me faudrait sans doute trouver une autre héritière, je ne voulais pas lui imposer un fardeau qu'elle ne voulait pas porter.
[+157] Duel of the Fates [PV Darth Shadowsun - Darth Alarak]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Duel of the Fates
» Darth Taran
» Un Duel dans les champs ...
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» [RP: Premier Tour] Duel Rems vs Rheanne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Imperial Wars :: Galaxie :: Korriban-