[+158 ABY, Rothana] Armé jusqu'aux dents (PV Koyne DuCade)
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage
Jorian Solaris
avatar
Messages : 176
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
[+158 ABY, Rothana] Armé jusqu'aux dents (PV Koyne DuCade)
Mar 11 Avr - 19:25
Jorian Solaris était à l’arrière de sa navette personnelle, remplissant ses rapports. Le voyage avait été long pour Rothana et il en avait profité pour remplir les rapports qu’il avait en retard. La prison qu’il administrait lui demandait beaucoup de temps et faire le lien entre l’ODT et la REPo n’était pas mince affaire, la réglementation différait entre les deux organismes. Après tout, il n’était pas étonnant que Kollan l’ait choisi pour cette mission, il était le seul à être capable de se plonger dans ces documents incompréhensibles durant des heures, sans rechigner. Tâche rébarbative pour certains, Jorian aimait les papiers, cela le calmait, à la lumière de l’administration, tout semblait si clair. Un bon système administratif, c’était important à ses yeux. L’officier faisait défiler devant lui les papiers, parfois les signant, parfois tamponnant ou les remplissant. L’affaire était presque terminée lorsqu’il les classa méticuleusement, rangeant le tout dans une enveloppe cartonnée et tapant la demande de numérisation pour le service administratif sur son datapad. L’officier était de bonne humeur, Ahriman avait une fois de plus vu juste, le Crimson Elite, après qu’il leur ait donné des informations lui avait obtenu un rendez-vous sur Rothana : la planète glaciaire administrée par les Siths. Il devait là-bas y rencontrer la tête du complexe militaro-industriel Rothana Heavy Engeeniring. Puisque la REPo ne voulait pas donner de matériel à Jorian, ce dernier avait fait la demande officielle à Kollan et au Ministère pour financer son propre matériel avec ses budgets qui étaient désormais encore plus importants. Loin de s’offusquer, le Ministère avait donné son accord, même Kollan semblait heureuse de cette initiative, ayant validé que cela se fasse avec RHE. Cela aurait pu paraître étrange, mais Jorian n’était pas idiot, il comprenait bien que l’Entente le soutenait sans jamais se mouiller, se retirant de plus en plus de ses actions. Cela importait peu, puisqu’il avait carte blanche, il trouverait des solutions alternatives :  après tout un Sith n’était-il pas censé briser ses chaînes ? Il irait au bout de sa mission et il l’accomplirait pour l’Entente, pour la Paix et pour le Bien Commun. Jorian n’avait jamais été aussi convaincu que ce qu’il faisait était bien.

Alors qu’il était plongé dans ses pensées, un homme en vareuse et portant un calot se mit au garde-à-vous et lui annonça qu’ils arrivaient dans l’atmosphère de Rothana. Ce n’était pas trop tôt ! Le voyage avait été long et désagréable, mais il était nécessaire. Le contact qui le recevrait était Koyne DuCade…Le Poing de l’Empire en personne. Il était ironique que Jorian ait communiqué avec le Crimson Elite au sujet du Protocole Fantôme de manière anonyme, elle aurait une sacrée surprise en voyant des hommes de l’Entente arriver. Cela la surprendrait sûrement, mais Jorian laissait cela pour plus tard, très intéressé par les affaires qu’il allait mener là-bas. D’un mouvement ample, il revêtit un manteau long en cuir avec le col en fourrure, mettant sa casquette à visière sur la tête et des gants de cuir. Du col de son manteau, ses insignes de col sur sa vareuse blanche et sa cravate sombre parfaitement nouée apparaissaient. Son grade de Commandant de la REPo ne laissait aucun doute. La petite navette n’indiquait aucune faction et elle se posa sur le petit astroport qu’on leur avait indiqué. Jorian saisit une serviette de cuir dans laquelle se trouvaient tous les documents pour la transaction et les négociations. La passerelle tomba sur le sol gelé de Rothana et le Commandant descendit, le froid le mordit immédiatement alors que ses bottes s’enfonçaient dans la couche de neige qui recouvrait une partie de la piste d’atterrissage. Quatre gardes d’élite de la REPo encadraient l’homme, vêtus de casques, de vareuses et de manteaux noirs avec des brassards à l’effigie de la REPo, ils portaient des sabres d’apparat dans leur fourreau et des carabines à plasma lourdes. Les hommes encadraient l’officier qui  se dirigea vers la sortie de la piste. Une fois devant le bâtiment, ils se mirent au garde-à-vous et encadrèrent le passage, laissant Jorian s’approcher de celle qu’il identifia comme la Comtesse de Rothana. L’officier lui sourit poliment, se mettant au garde-à-vous pour la saluer puis il ôta sa casquette et un de ses gants qu’il mit sous son bras avant de lui tendre une main  chaleureuse, comme cela se serait fait pour n’importe quel dignitaire.

-Bonjour Madame la Comtesse, je suis enchanté de faire votre connaissance. Je suis le Commandant REPo Jorian Solaris, c’est avec moi que vous avez rendez-vous.

Cela aurait de quoi surprendre, le personnel de l’Entente ne sortait jamais des systèmes de la Triade. Solaris était certes une exception : il était désormais l’officier de l’Entente le plus recherché du monde criminel et hors-la-loi et son nom comme auteur de massacre avait traversé les frontières. Décrit par certains rapports comme l'officier le plus fanatique et le plus cruel de l'Entente, Koyne DuCade verrait face à elle un petit homme affable et fluet qui grelottait à cause du froid mais redoublait de sourires polis. Totalement concentré, il dissimulait néanmoins parfaitement sa sensibilité à la Force, sachant qu'il avait face à lui une des Siths les plus puissantes de l'Empire Sith.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Rothana] Armé jusqu'aux dents (PV Koyne DuCade)
Mer 12 Avr - 0:35

Après tant d'années de conflit, profiter d'un répit bien mérité, même s'il serait court, avait quelque chose de reposant et je tâchais d'en profiter le plus possible afin de préparer la prochaine guerre. Je n'étais pas mécontente de la campagne de 157, dont j'avais tirée de nombreux enseignements et qui m'avais permis de revoir une partie de mes doctrines, mais j'avais dû composer avec les travaux préparatoire d'Alarak et ses derniers avaient rapidement montrer leurs limites, ce qui avait amené notre offensive a marquer le pas et finir par s'enliser. Il fallait donc que je corrige de nombreuses choses, d'autant que j'avais conscience qu'il serait bien plus difficile d'affronter l'Empire Galactique qu'une Alliance moribonde que nous avions affaiblie considérablement par un gros travail de sape de la part des Sith comme du Soleil Noir. Cette fois, j'allais livrer une véritable guerre contre un ennemi qui disposait de la volonté de combattre. J'étais pourtant partagée entre deux émotions contradictoire : une certaine inquiétude, car je savais que nous risquions tout dans cette guerre et que je risquais de devoir passer de nouveau de longue soirée a devoir écrire des lettres annonçant de très mauvaises nouvelles aux familles de nos soldats, mais en même temps de l'exaltation : l'Empire Galactique était réputé pour être l'armée la plus puissante de la galaxie et j'avais hâte de mettre sa réputation a l'épreuve.

Toutefois, même s'il je planchais depuis plusieurs semaines sur un nouveau plan de campagne a grande échelle visant notamment a réduire certaine poche de résistance et tenter de percer de manière plus profonde dans le Noyau afin de menacer les systèmes les plus en vue de la galaxie, j'avais bien d'autre occupation : il me fallait bien entendu poursuivre mon entraînement ainsi que celui de Katria, qui se montrait de plus en plus assurée au fil des semaines. Son Noir Parler s'était améliorée et je savais que le temps des épreuves en vue de devenir une Guerrière n'était plus si éloigné. Mais aujourd'hui, je devais faire face a une autre tâche : mes fonctions en tant que dirigeante de Rothana Heavy Engineering : Le Crimson Elite avait eu vent d'une source anonyme se présentant avec le sceau de Tizca, la cité des Lumières du Seigneur Sorcier Ahzek Ahriman, présentant des informations inquiétante sur l'une des rivales dans le milieu des compagnies de mercenaire de mon entreprise, le Protocole Fantôme. Mais cette source avait également demander a me rencontrer dans le cadre d'une commande d'armement potentielle et j'avais décidée de la recevoir. Après tout, je ne risquais pas grand-chose dans mon fief, faisant toute confiance a mes gardes du corps et mes propres capacités de Sith pour assurer ma sécurité.

Puisque je recevais pour affaire, j'avais abandonnée l'idée de porter l'une des tenues sophistiquées fabriquée par Karl afin de pouvoir adopter une tenue de femme d'affaire qui me semblait bien plus adapter a une rencontre comme celle-ci. La tenue était donc simple et élégante, assez masculine également, mais elle me donnait l'allure d'une directrice de chantier naval et c'était exactement ce que je recherchait. Si j'avais opté pour des grandes robes traditionnelles, j'aurais sans doute offert un effet trop snob et sans savoir a quel genre de client j'avais affaire, je préférais encore miser sur un style plus moderne, sans pour autant être choquant. Par mesure de prudence, je m'étais tout de même fait entourer par deux membres de ma garde d'honneur, qui portait des piques lasers alors que j'étais armée de mon sabre-laser recourbée installé a ma ceinture : l'épée Sith ne m'avait pas sembler nécessaire pour ce genre de rencontre. Connaissant parfaitement les règles du commerce, a savoir qu'il fallait mettre le client a l'aise car il était le roi, j'avais décider d'aller l’accueillir sur le spatioport réservé aux invités en personne. La navette qui arriva après avoir transmit ses codes d'identification lui permettant de passer les défenses impressionnantes du Chantier Naval était simple et ne pouvait être identifier a personne.

Ce n'était toutefois pas le cas de son équipage : l'homme qui fit son apparition dans un uniforme noir de la REPo, l'organe de renseignement de l'Entente, encadré de quatre gardes d'élite doté de leurs fameuses carabines plasma, était connu de nombreux services a cause des remous qu'il causait dans le milieu criminel : Jorian Solaris était devenu l'ennemi public numéro un de toutes les organisation criminelle et il m'arrivait parfois de penser que même Lenalia et le Xenope pourraient mettre leurs différends de côté le temps de pouvoir l'éliminer. Notre accord avec le Soleil Noir étant honoré, je ne me sentais pas liée par quoi que ce soit cependant et j'étais prête a négocier un accord commercial avec Solaris si ce dernier savait se montrer honnête dans ses demandes et était prêt a payer le prix nécessaire pour obtenir ce qu'il souhaitait, car je n'avais toujours aucune idée de ce qu'il attendait de moi. Il retira sa casquette puis l'un de ses gants avant de me proposer une poignée de main et se présenta d'une manière simple. Il n'avait pas vraiment mis les formes, mais aujourd'hui, je recevais en tant que directrice de RHE, non pas Poing de l'Empire, je me moquais donc pas mal du protocole, nous allions parler argent et production d'armement. Je lui serais la main chaleureusement, lui offrant un sourire prévenant avant de prendre la parole.


« Enchantée de faire votre connaissance Commandant. Je dois admettre que je ne m'attendais pas a la visite d'un représentant de l'Entente, mais en tant que constructeur d'armement depuis plusieurs millénaires, Rothana Heavy Engineering se fait une fierté de satisfaire tous ses clients, y compris les plus surprenants. Saviez-vous que nous avions équipé dans le plus grand secret l'armée clone pour le compte des cloneurs de Kamino ? Mais je vous en prie, suivez moi. Vos gardes du corps devrons nous attendre dans un salon ou ils pourrons avoir accès a un repas chaud et tout le nécessaire pour ce sustenter. Si vous désirez vous-même quelque chose, n'hésitez pas a le faire savoir, mes domestiques nous préparerons rapidement quelque chose. »

Je pris la tête de notre groupe, Solaris et ses gardes du corps m’emboîtant le pas, mes deux gardes d'honneurs fermant la marche. Peut-être serait-il froissé d'une tel précaution, mais j'espérais qu'il était capable de comprendre qu'en temps de guerre, il était nécessaire de prendre des mesures de sécurité simple et efficace, surtout après une prise de contact anonyme, je ne pouvais pas savoir qui allait venir a ma rencontre. Je me demandais pourquoi un officier de la REPo était ici. La Triade se vantait partout qu'elle disposait de la meilleure technologie du marché. Ahriman avait fait des rapports sur leurs armements qui laissait en effet rêveur n'importe quel marchand de mort, mais je connaissais assez bien l'armement pour savoir qu'il y avait quand même un minimum d'esbroufe dans cette affirmation, notamment en comparant leurs matériel militaire a celui de MandalMotors et MandalHypernautics. Devais-je voir dans la présence du Commandant Solaris un aveu de faiblesse, ou celui-ci venait s'équiper de manière personnelle, en dehors de ses attribution pour l'Entente ? Ce serait tout de même quelque chose de surprenant, mais j'en saurais sans doute plus lorsque le véritable entretien aurait débuté. Comme je l'avais indiqué, les gardes du corps, les miens comme les siens, nous abandonnèrent dans un grand salon, le chemin barré par deux gardes d'honneurs supplémentaire gardant l'entrée de mon bureau de travail réservé a la réception des étrangers et client potentiel de RHE.

Je conduisis Solaris dans mon bureau, lui présentant une salle spacieuse et décorée de plusieurs tableaux représentant diverses bataille de l'histoire galactique. Il y avait également un bar permettant de se servir de nombreux alcools, une attention souvent apprécié des clients, mais qui n'étais pas placé ici par hasard : l'alcool aidait parfois certain clients a se montrer moins raisonnable dans leurs commandes. Je tirais une chaise pour le Commandant afin qu'il puisse prendre place, puis une fois qu'il fut bien installé, pris place en face de lui en croisant les bras sous ma poitrine. Désormais, j'étais prête a discuter affaire et après une petite introduction sympathique, j'avais bien l'intention d'attaquer le plat de résistance. Que me valez l'honneur de la présence du Commandant d'un Service Secret, donc officiellement un espion, le plus célèbre de la galaxie ?


« Très bien Commandant, je suis a votre écoute, que peut faire Rothana Heavy Enginnering pour vous rendre service ? »
Jorian Solaris
avatar
Messages : 176
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Rothana] Armé jusqu'aux dents (PV Koyne DuCade)
Mer 12 Avr - 1:29
Shadowsun accepta la poignée de main. Même si elle était vêtue assez simplement, la femme aux cheveux roses avait une grâce naturelle qui était perceptible, une sorte de volupté et de charisme propre aux aristocrates. Ce qu’il remarqua également, ce fut son sabrolaser à poignée courbe. Le Poing de l’Empire Sith était même entourée de deux gardes armés de piques lasers. Jorian sourit intérieurement, il y était, il était face à une des Siths les plus puissantes de la galaxie et pourtant, son apparence ne trahissait qu’une noble férue de commerce. Sa poignée de main était douce et engageante. Aurait-il dû lui baiser la main comme le font les aristocrates ? Jorian n’avait jamais pratiqué le baise-main et il n’aurait sans doute pas su le faire. Il chassa cette pensée loufoque lorsque la Comtesse prit la parole. Le ton était chaleureux et les paroles agréables, Jorian sourit en retour.

-J’ignorais ce point de détail concernant Rothana Heavy Engeenering et l’armée de clones. Je suis cependant heureux de l’apprendre et impressionné, le prestige de votre entreprise aura traversé les âges.


Nouveau sourire poli. Jorian attendit qu’on l’invite à rentrer avant d’enfiler à nouveau son gant et sa casquette. L’officier n’était pas habitué à la température qui régnait ici. Mes hommes attendrons, c’est très aimable à vous de leur servir quelque chose et c’est avec plaisir que j’accepte votre proposition, je n’ai moi-même pas eu le temps de me restaurer avant de venir.

Jorian Solaris sourit à nouveau. Il se comportait de manière courtoise. Shadowsun avait finalement été recommandée par Ahriman et sa politesse et ses manières lui plaisaient. Lui qui aimait les gens corrects et raffinés semblait avoir trouvé quelqu’un qui remplissait ces critères. Loin de la folie de Sinistra ou du calme hautain et énigmatique de Kollan. Il suivit la Comtesse dans le complexe, le groupe était suivi par ses deux gardes, loin de froisser le Commandant, cela lui prouvait qu’il avait affaire à des professionnels. Ils finirent par laisser les gardes dans le salon pour finalement se rendre dans le bureau personnel de la Comtesse de Rothana. L’entrée était gardée par deux gardes similaires aux gardes-du-corps de la Comtesse. Le bureau était immense et extrêmement bien décoré : des toiles de bonne facture et sans doute luxueuses. La salle était aussi équipée d’un bar avec plusieurs alcool. Jorian examina tout cela avec attention avant de déboutonner son manteau, dévoilant sa vareuse blanche et de quitter sa casquette. L’homme prit la liberté de les déposer sur le porte-manteau avant de rejoindre la chaise que lui désignait la Comtesse avec soin.

Jorian Solaris était désormais face à la Comtesse de Rothana, Darth Shadowsun. Sa vareuse affichait plusieurs décorations Alliées : une attestant qu’il avait fait partie des Renseignements de l’Alliance, l’autre de la bataille de Trigalis, la dernière était un rappel de blessure et enfin des décorations de l’Entente, dont un ruban violet à la boutonnière, qui indiquait qu’il avait reçu la croix de l’Entente. L’officier fixa Shadowsun qui était désormais devenue sérieuse et se drapait de la tenue de femme d’affaire. Le Commandant réfléchit quelques secondes, il avait laissé sa serviette en cuir à côté de sa chaise.


-Eh bien, soyons franc, j’imagine que quelqu’un de votre rang sait qui je suis et quelle est ma mission. C’est précisément pour cela que je suis là. J’ai récemment essuyé plusieurs...Pertes, qui seront bientôt remplacées. Malheureusement, ma division ne comporte que de l’infanterie sans expérience et quelques transports de troupes. Comme je mène des opérations extérieures, l’Entente ne me dote pas comme elle le devrait, enfin je vous épargne nos folies administratives.


Jorian marqua une pause, il avait revêtu un visage sérieux, presque inexpressif. L’officier semblait totalement concentré, il fixait toujours Shadowsun, se surprenant à trouver son air faussement sage séduisant.


-Je dois mener de nouvelles opérations très prochainement et je compte bien mécaniser ma division pour cela. J’avais demandé à mes supérieurs des chars lourds, des bombardiers transorbitaux, des marcheurs, de l’artillerie auto-portée et des officiers vétérans pour m’aider à encadrer les hommes, ils ont augmenté mon budget pour que je m’équipe moi-même. Je dispose donc d’une somme d’argent conséquente pour mécaniser ma division et l’équiper de manière à ce que je puisse mener mes prochaines opérations de maintien de l’ordre sans problème et pour cela, je pensais faire appel à vous. Naturellement, si nous tombons d’accord et que vous acceptez de devenir mon fournisseur, vous aurez l’exclusivité pour le remplacement éventuel des appareils et les contrats de maintenance.


Jorian avait conclu avec un nouveau sourire. Il disposait d’une somme d’argent considérable et ce qu’il appelait « maintien de l’ordre » était en réalité une expédition punitive avec du matériel très excessif pour attaquer des pirates. Koyne étant un officier de formation, elle comprendrait vite que le Commandant s’apprêtait à mener une croisade sanglante mais elle comprendrait aussi sans doute très vite qu’il n’était pas un militaire de formation et que les notions stratégiques lui échappaient totalement.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Rothana] Armé jusqu'aux dents (PV Koyne DuCade)
Mer 12 Avr - 12:49
Bien que l'information sur l'armée de Clone constituait une partie de mon petit discours de promotion de base destiné a prouvé que nous avions équipé une armée d'élite victorieuse là ou Kuat Drive Yards avait échoué en équipant la lourde machine impériale mise en déroute par quelques X Wing, je l'avais également mentionner pour tester la réaction de mon client a cette information. Généralement, toutes les personnalités qui engageaient Rothana Heavy Engineering connaissaient cette information, c'était même pour cela qu'ils venaient s'équiper chez nous, mais il semblait que cela ne soit pas le cas de Solaris. Ses connaissances historiques étaient sans doute trop limité, mais je n'en pris pas ombrage : il ne s'agissait que d'une donnée supplémentaire me permettant de mieux cerner mon client et donc tenter de satisfaire ses attentes. Il sut faire cependant une réponse polie, ce qui montrait qu'il avait tout de même des notions de base en terme d'éducation et de bonne tenue, ce qui m'arrangeait : je préférais négocier avec des personnalités polie que des individus vindicatifs et vulgaire, même si Solaris semblait avoir tout du meurtrier de base classique que l'on retrouvait dans les couloirs de tous les tombeaux de Korriban.

Puisqu'il avait demandé de quoi se restaurer, je lui tendis un Datapad qui lui permettrait de faire son choix parmi une large gamme de plat que notre cuisine était capable de préparer en un temps record. J'avais revêtue mon attitude professionnelle de directrice de Chantier Naval et j'attendais maintenant sa proposition avec sérénité. Je sentais qu'il m'observait également, mais j'avais pris l'habitude que l'on me regarde de plein de façon différente, même si je me demandais toujours ce que les hommes et certaines femmes me trouvaient. Le pouvoir avait parfois un effet d'aphrodisiaque difficile a expliquer, ceci dit, je n'allais pas m'en plaindre car cela me permettait d'avoir quelques partenaires… Mais le moment était mal choisit pour évoquer ce genre de douceur. Solaris était venu avec un demande très simple et il pris même le temps d'exposer ses problèmes clairement, ce qu'il n'était pas obligé de faire. Je n'allais pas m'en plaindre, cela me permettait d'avoir des informations supplémentaire, mais cela me permettait de faire quelques conclusions sur la manière dont Solaris envisageait son devoir envers l'Entente, mais aussi sur la façon dont la Triade considérait ses opérations. Visiblement, il ressentait une certaine forme de rejet, les décorations de l'Alliance Galactique, présente sur son uniforme blanc, qui n'était sans doute pas réglementaire, exprimait sans doute un être encore un peu perdu recherchant une cause lui semblant juste et ayant embrassé celle qui lui semblait la plus acceptable, mais pas la parfaite.

Toutefois, les moyens qu'il recherchait pour accomplir sa mission semblait réellement disproportionné par rapport a la nature de la menace qu'il devait combattre : ce qui recherchait, c'était de disposer d'un soutien aérien lourd ainsi que des effectifs d'une division blindé, rien que cela ! Je doutais sérieusement qu'il s'agisse d'une méthode efficace : il allait multiplier les bavures et aurait du mal a déployer les moyens lourds dans les villes ou les stations spatiales habituellement occupé par ses ennemis. Mais mon rôle n'était pas de conseiller militairement mes clients, mon rôle était de répondre a leurs demande. S'il voulait des chars anti-grav lourds ou des Walkers lourds, des bombardiers et de l'artillerie auto-motrice, il l'aurait, même si cette débauche de moyen était inutile dans la plupart des cas, hormis s'il devait faire face a certaines sociétés militaire privée. D'autant plus qu'en obtenant l'exclusivité de la maintenance, j'allais pouvoir augmenter les prix et donc m'assurer quelques revenus supplémentaire que je pourrais réinvestir dans la modernisation de mes propres forces. Toutefois, ce n'était pas suffisant pour pouvoir établir un contrat, j'allais avoir besoin de plus d'information afin de pouvoir réaliser sa commande, hors, il n'avait pas l'air de connaître parfaitement les choses de la guerre… Il me faudrait donc sans doute lui donner quelques conseils afin de pouvoir établir un plan de production viable : si je faisais quelque chose de trop délirant, il se rendrait compte que je me servais de lui pour son argent et je perdrais donc le contrat.


« C'est une lourde tâche que vous tentez d'accomplir commandant, elle réclamera sans doute plusieurs mois pour porter ses fruits, et ce n'est pas qu'une simple question de production : si vos hommes ne sont que de simples hommes de troupes, il faudra leurs faire subir plusieurs formations, certaine pour piloter les véhicules et d'autre pour apprendre comment manœuvrer au mieux une formation, ainsi que les tactiques de base de l'arme blindée. Mais notre doctrine est que l'impossible n'est qu'une frontière qui doit être franchie. Je suis donc disposée a vous fournir l'offre qui sera capable de vous satisfaire, mais j'ai besoin davantage de détail sur ses contours : avez-vous déjà établit le nombre de véhicule pour une dotation a pleine capacité opérationnelle ? A défaut, disposez vous du nombre exact d'homme sous votre commandement ? Si vous souhaitez également des bombardiers et canonnières, il faudra également en préciser le nombre afin de pouvoir établir clairement les contours du contrat. La production d'armement est une science exacte Commandant, elle exige une précision d'horloger dans ses contours administratifs. Mais je suppose que je ne vous apprend rien. »

Je conservais un sourire aimable alors que mon domestique faisait irruption afin de pouvoir dresser devant lui un plateau anti-grav ou était placé son repas, de tel sorte a ce qu'il puisse manger tout en poursuivant la discussion s'il le désirais. Ce n'était pas particulièrement réglementaire dans une négociation portant sur des contrats d'armements, mais il me semblait nécessaire de satisfaire les demandes de mes clients et je ne m'offusquerais pas de cela. Sachant que les gens de l'Entente était généralement nerveux lorsque l'on employait la Force, je fit l'effort de me lever pour me diriger vers mon bar et pris deux verres et une bouteille d'alcool Corellien de grand cru, lui proposant un verre avant de m'en servir un moi-même. Je n'avais rien demander pour manger moi-même, mais j'étais chez moi, ce qui signifiait que je pourrais très bien me restaurer après l'entretien. Je n'avais cependant pas évoquer tous les détails et il nécessaire également de parler des modèles de véhicule qu'il souhaitait, car je ne proposais pas les mêmes standards que l'Entente. Je repris donc la parole afin qu'il puisse disposer de toutes les données du problèmes.

« Il est également important d'évoquer les modèles de véhicules que vous recherchez pour chaque type. Nous disposons d'un catalogue étendu de modèle destiné a nos clients étrangers, mais si vous voulez la conception d'un véhicule nouveau, c'est tout a fait possible, bien que cela rallongera le temps de production pour y inclure celui de conception bien entendu. Cependant, si vos besoins sont urgent, nous pouvons tout a fait envisager une production de véhicule standards pendant la phase de conception, puis un remplacement du parc de véhicule de base par ceux produit spécifiquement pour vous, ce ne sera cependant pas le même prix. »
Jorian Solaris
avatar
Messages : 176
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Rothana] Armé jusqu'aux dents (PV Koyne DuCade)
Mer 12 Avr - 14:21
Le Commandant Solaris écoutait religieusement ce que Darth Shadowsun avait à lui dire. Il avait un peu avant pianoté sur le datapad et demandé une salade garnie de légumes, fuyant les plats de viande. Solaris tentait d’intégrer chaque parole et chaque détail de la part de la directrice de RHE. La Sith énonça très calmement ses questions pour demander ce que Jorian voulait et ce qu’il pouvait demander. Le Poing de l’Empire s’exprimait avec une clarté qui était signe d’une haute éducation, cela lui plaisait : elle avait finalement réussi à le convaincre. Sans doute avait-elle compris qu’il ne comprenait pas grand-chose aux subtilités militaires : elle ne se trompait guère et d’une certaine façon, même s’il ne le montrait pas, le Commandant était angoissé de devoir régler tout cela lui-même, tout simplement car il n’en avait aucune idée. Concernant ses effectifs, il pouvait effectivement répondre, mais pour le reste, il devrait faire attention à sa réponse et réfléchir lui-même. Il laissa donc la Comtesse de Rothana finir ses investigation. Elle était toujours aussi polie, toujours aussi charismatique.

Sur le fond, la situation avait de quoi surprendre : il était clair qu’ils auraient pu être ennemis. Peut-être l’avaient-ils déjà été, sur Erinar ou par l’entremise du Soleil Noir. Après tout, elle commandait les armées Siths. Comment réagirait-elle si elle apprenait qu’il avait rencontré l’Impératrice Jaana quelques temps auparavant ? Cela importait peu, Jorian ne se considérait pas comme un militaire, mais plutôt comme un policier...Les élites pouvaient mener la guerre qu’elles voulaient, lui pacifiait la galaxie à sa manière, en éradiquant le crime. Il était d’ailleurs intéressant de remarquer que Darth Shadowsun n’avait pas émis un seul commentaire quant aux actions de Solaris...En fait, elle n’avait pas non plus montré qu’elle savait ce qu’il faisait. Il était pourtant évident qu’un chef militaire de son ampleur en avait connaissance. Elle était sans doute une diplomate hors-pair et cela confirmait ce qui était dit par la REPo : quelqu’un d’une grande intelligence qui avait su se positionner. Cela fit sourire intérieurement le Commandant. Il hésita à un moment pour évoquer Erinar ou tenter de sortir des gonds de l’entretien, mais cela n’était pas correct et il ne voulait pas offenser quelqu’un qui s’efforçait d’être agréable et poli...D’autant plus qu’elle lui avait été recommandée par Ahriman. Saisissant les couverts avec une grande délicatesse, l’homme commença à déguster sa salade, répondant à l’affirmative à la proposition de Shadowsun qui lui servit un verre d’alcool raffiné.


-Procédons dans l’ordre. Pour répondre à votre première question, je dispose de cinq cent hommes à ma disposition, mais j’en déploie très rarement plus de cent et mes effectifs varient selon ma demande. Je n’ai en revanche à ma disposition que des recrues fraîchement formées qui viennent de finir leur instruction...C’est d’ailleurs mon principal problème. Les sous-officiers et officiers qui les encadrent n’ont pas d’expérience et les hors-la-loi que nous combattons ont commencé à s’organiser et nous tendent des piège. C’est ce que j’aimerais éviter à l’avenir, ça c’est pour ce que je veux faire. Contrairement à vous, je n’ai pas de formation d’officier de carrière, j’ai appris sur le tas et je me considère plus comme un policier ou spécialiste des questions criminelles. J’ai les informations mais je peine à monter mes opérations et mon premier problème est mon manque de matériel adapté.

Solaris marqua une pause, il fouilla dans l’intérieur de sa vareuse et sortit un pilulier avec la mention « PolyVir », l’antiviral puissant qu’il prenait tous les jours. L’homme en sortit quatre comprimés qu’il avala avec une gorgée d’eau avant de reprendre une bouchée de son repas et de s’essuyer délicatement la bouche avant de tremper les lèvres dans l’alcool.


-Concernant les véhicules, c’est une question épineuse et je crains que vous ne deviez repenser totalement des modèles pour moi. Le règlement de l’Entente permet d’utiliser des mitrailleuses blaster d’appoint par exemple mais les canons doivent utiliser nos technologies plasma. J’ai donc fait la demande pour que vous puissiez les introduire à ma commande et mes supérieurs m’ont autorisé à vous communiquer les plans de fabrication des canons de classe Entente qui sont la toute première génération qui a servi sur Erinar, les autres modèles sont sous brevet et confidentiel. Libre à vous de les adapter comme vous le souhaitez, comme vous pourrez le voir, ils peuvent servir comme canon ou vous pouvez modifier le générateur pour en faire des mortiers. Je vous communiquerez aussi les informations des bombes soniques Wave I qui sont aussi nos premières générations. Bien évidemment, et cela va de soi, ces informations restent confidentielles. Les bases du générateur à fusion vous seront fournies, elles ne sont pas explicitées dans le plan mais vous les aurez en deux jours en provenance des manufactures de l’ODT...Les coordonnées sont avec les plans, vous n’aurez qu’à leur présenter l’autorisation signée de ma main.


Jorian sourit à nouveau poliment. Il s’agissait de classes d’armement qui étaient déjà dépassées dans les arsenaux de l’Entente et dont les Siths avaient probablement déjà étudié les plans à partir des captures sur Erinar. Il avait cependant donné le laïus prédigéré que lui avait demandé l’Entente. L’officier sortit plusieurs documents de sa serviette en cuir, il s’agissait effectivement de plans de montage pour assembler les canons de classe Entente en mortier ou en canons à partir des générateurs à fusion qui seraient donné à RHE. Il y avait aussi l’autorisation signée de la main de Jorian, tout sous format papier désuet.

-Libre à vous d’utiliser des blasters aussi. Il faut juste respecter le règlement qui stipule que nous devons utiliser la technologie plasma pour la plupart des canons et des mortiers de nos divisions. Maintenant concernant les véhicules, j’aimerais quelque chose qui puisse permettre de mettre mes hommes à l’abri et de fonctionner aussi en milieu clos pour certains modèles...Nous combattons parfois dans des stations spatiales et dans des milieux urbains. Il est évident que mes hommes ne seront pas formés et que je paierai ce qu’il faut pour que ce soit le cas et que nous disposions du savoir-faire dans mon groupe. De la même manière, les bombardiers ou les canonnières devront être capables de mener des frappes chirurgicales et de dissimuler leur présence aux radars. Voilà donc mon cahier des charges, ajouté à cela qu’il faudra peindre les armoiries de la Triade sur tous les véhicules. Pour le reste, j’ai cru entendre que vous étiez vous-mêmes spécialisée dans l’arme des blindés, je vous laisserai donc décider des modalités, je n’ai pas les compétence techniques pour juger de la qualité à la même échelle que vous. Tout naturellement, votre prix sera le mien.


Jorian sourit à nouveau. Il montrait ainsi qu’il avait les moyens de ses ambitions. Les fonds qu’on lui donnaient étaient déraisonnables, mais l’Entente s’achetait ainsi une tranquillité et ne se mouillait pas davantage dans les expéditions de Solaris...Lui laissant le loisir de s’équiper lui-même.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Rothana] Armé jusqu'aux dents (PV Koyne DuCade)
Mer 12 Avr - 21:29
Cinq cent hommes, c'était peu pour entretenir correctement une troupe blindée. J'espérais bien qu'il pourrait tout de même au moins obtenir une rallonge afin de pouvoir embaucher quelques techniciens : si j'étais prête a lui détacher quelques conseillers militaires, qui me serait utile afin de rester informée des performances de combat de mes véhicules, je n'avais pas forcément l'envie de lui offrir une partie de mes techniciens et donc de risquer leurs vies auprès des forces d'une puissance étrangère dont la nature de la mission semblait hautement discutable. Mais mon visage ne transmit rien de mes réflexions, rien d'autre qu'un sourire aussi aimable que professionnel alors que je réfléchissais aux différentes possibilités qui s'offrait a moi afin de pouvoir répondre a sa demande. Il admit ne pas avoir de formation d'officier de carrière, ce qui n'avait rien d'étonnant étant donné la nature de sa commande, mais ce n'était pas a moi de le former a cela : j'étais un marchand de mort, elle vendait des armes, je livrais le mode d'emploi et permettait donc d'apprendre un minimum a s'en servir, mais cela n'irait pas plus loin non plus. S'il voulait en apprendre plus sur les doctrines d'engagement de l'arme blindé, il pouvait toujours se procurer mon traité de stratégie sur la question, mais encore fallait-il qu'il en connaisse l'existence.

Il prit un médicament du nom de PolyVir que je gardais en tête : lorsqu'il serait parti, je contacterais mon médecin personnel pour lui demander s'il connaissait cette molécule et a quoi elle servait habituellement. Une manière de m'assurer que mon investissement serait pérenne sur un long terme, bien qu'Ahriman en savait peut-être également plus sur la nature de son affliction. Il repris toutefois son discours en expliquant les conditions qui s'imposait a lui afin de pouvoir employer une entreprise étrangère. Dans un sens, elle était compréhensible, l'Entente ne tenait pas a faire savoir qu'elle était contrainte de faire appel a un prestataire de service étranger pour faire fabriquer une partie de ses véhicules de combats, ce qui m'arrangeait également car je pourrais conserver ce secret plus longtemps aux yeux de ceux qui n'étaient pas mes soutiens, mais dans le même temps, ceci me semblait ubuesque : j'allais obtenir leur fameux canon a plasma, même s'il s'agissait du premier modèle, simplement parce qu'un simple fonctionnaire de police avait des idées de grandeurs et qu'il souhaitait donc disposer d'un surplus de puissance de feu qui ne pouvait être accordé selon son règlement que par des armes utilisant la technologie de son régime… Autant dire que je trouvais cela risible.

Mais une fois encore, il n'obtint aucune autre réaction qu'un intérêt professionnel de ma part. Cette demande restait particulière et elle allait me forcer a jouer les équilibristes. Il me tendait des planches a dessin papier contenant les plans de son canon, en sachant qu'il manquait le générateur a fusion qu'il me fallait obtenir des services de l'ODT, leur organe de travail, sans doute louche également, mais il me transmis des autorisations signé de sa main. Plus qu'à espérer qu'il avait le bras aussi long qu'il le prétendait, même si l'homme qui avait caviardé ses plans afin de pouvoir nous les transmettre ne connaissait sans doute pas si bien la technologie, car a partir des éléments restant, nous n'aurions eu sans doute aucun mal a reconstituer le générateur. Disposer de la technologie de base restait toutefois une grosse avancée dans les recherches sur l'armement de l'Entente, car en étant capable de la reproduire, cela signifiait que nous n'étions plus dépendant des matériels de prise qui pouvait parfois avoir des réactions étranges voire inclure des dispositifs de neutralisation rendant leur emploi contre leur ancien propriétaire impossible. En le produisant nous même, nous pourrions avoir un coup d'avance, puis s'en servir comme base pour développer nos propres modèles.

Il termina sur le fait qu'il aurait également besoin de technologie pour pouvoir combattre dans des espaces plus confiné, comme des stations spatiales ou des théâtres urbains et que son aviation soit capable de frappe chirurgicale et d'être doté de technologie furtive. Maintenant, je disposais de toutes les informations dont j'avais besoin. Sortant un datapad, je consultait la puissance théorique de ses canons afin de savoir si certains de mes châssis étaient capable de les supporter, mais je n'avais pas trop de crainte sur ce sujet : mes forces employaient beaucoup de Canon a Accélération Magnétique et de Rail Gun. Ses armes étaient doté d'un recul colossal et même ses armes a plasma ne soutenait pas la comparaison, se livrer a des bricolages serait donc possible. Concernant le combat en station spatiale et en urbain, en réalité, des droïdes de combats auraient probablement offert une meilleure réponse, mais je vendais des véhicules et des pièces d'artilleries, pas des droïdes, donc je n'irais certainement pas évoquer cette possibilité. Maintenant, mon travail consistait a lui offrir une solution satisfaisante qui me permettait de récupérer le plus d'argent possible : le simple fait qu'il affirme qu'il disposait de crédit illimité laissait penser soit que l'Entente comptait réellement sur lui, soit qu'elle achetait son silence en le laissant jouer aux apprentis sorciers. Dans les deux cas, rien de très rassurant…


« La puissance et l'encombrement des modèles que vous me présentez ici les rends apte a prendre place sur des châssis de véhicules faisant partie de notre production standard pour les clients étranger. Cependant, cinq cent hommes de troupes reste assez limité pour l'entretien d'une force blindée, d'autant qu'il faut s'assurer que chaque véhicule dispose d'au moins une escouade d'escortes pour des engagements urbains par exemple. Disposez vous de techniciens que nous pourrions former pour assurer les maintenances simple ne nécessitant pas de revenir a l'usine ? Cela me semblerait plus simple que de vous prêtez quelque un des miens afin de ne pas trop encadrer vos capacités opérationnelles. A mon sens, une petite formation de vingt cinq véhicule lourds, Char antigrav, Walker, ou une petite combinaison des deux, me semble un bon départ et une escorte digne de votre effectif. Comme il faut compter cinq soldats par équipage, cela ferait 375 hommes nécessitant un transport de troupe, soit 38 véhicule de transport pour des escouades de dix hommes, ou 19 pour des escouades de 20. Je ne sais pas comment s'organise vos forces, mais nous pouvons nous adapter a de telle différence opérationnelle, nous disposons des modèles pour les deux effectifs. »

Je marquais une pause afin de lui laisser une nouvelle fois le temps de digérer toutes ses informations. Cela me laissait le temps de lui présenter plusieurs modèles de véhicules que je testait actuellement pour le Crimson Élite. J'avais volontairement écarter les modèles les plus lourds, comme l'Avatar, afin qu'il ne s'y penche pas alors qu'il n'avait pas les effectifs nécessaire a sa maintenance, mais ce que je lui proposait, en effectif comme en puissance de feu, surpassait largement tout ce qu'on lui avait jamais offert ainsi que ses besoins opérationnels. Mais j'avais également ajouter une autre surprise pour lui : une plate-forme antigravité doté d'un bouclier de protection assez large faite pour monter en affût une arme lourde d'infanterie normalement installé sur un trépied. Je repris la parole afin de pouvoir lui faire l'article, mais aussi pour qu'il puisse choisir ce qui lui semblait le plus évolué.

« Vous trouverez plusieurs véhicules sur ce Datapad, le premier est le Char Antigravité Scorpion, conçu pour disposer d'une mobilité décente et d'une protection moyenne, idéal pour une production de masse en limitant les coûts. Il surclassera sans problème les différents véhicules que les pirates et hors la loi mettrons sur votre route. Son Turbo-Laser de tourelle sera bien entendu remplacé par vos canon a plasma, mais nous seront capable moyennant quelques semaines de vous proposez un nouveau modèle basé sur le Mortier qui vous permettra de disposer d'une artillerie auto-motrice facile a déployer. Bien entendu, deux mitrailleuses blasters assure sa défense rapprochée contre les fantassins. Ensuite, nous avons le Marcheur bipède Sentinelle, existant en deux modèles : le premier est un modèle de reconnaissance, idéal pour pouvoir obtenir des informations sur vos adversaires en adoptant une tactique offensive, tandis que le second dispose d'une coque blindée lui permettant de résister a plus d'impacts. Ils seront également apte a supporter le recul de vos armes sans aucune difficulté. La Sentinelle est plus agile et moins encombrante que le Scorpion, elle vous offrira de meilleurs résultats en combat urbain. Pour les combats en station spatiale, je vous propose cette plate-forme antigravité faite pour transporter une arme lourde comme le ferait un trépied conventionnel tout en offrant un bouclier de protection pour ses servants. Vous pourrez y monter l'arme que vous désirez, a moins que vous souhaitez que nous en assurions l'assemblage, dans ce cas, il faudra nous fournir le type d'arme nécessaire pour son emploi. La combinaison du bouclier de protection et de la puissance de feu devrait venir a bout des difficultés que vous rencontrez actuellement dans vos opérations sans aucune difficulté. »

Je marquais une petite pause, commençant a monter un devis incluant la fabrication de chaque véhicule, le prix de la conception de la version Mortier du Scorpion ainsi que l'ajout des Conseillers Militaire, qu'il me faudrait évoquer ensuite. Pour le véhicule de transport, j'attendais de savoir s'il désirait en avoir pour dix ou vingt hommes avant de lui proposer des modèles, mais il me fallait encore évoquer l'aviation.

« Pour vos bombardiers et vos canonnières, nous offrons plusieurs options de furtivité : la méthode standard consiste a concevoir le blindage afin qu'il ne reflète aucune onde radar, mais elle nécessite une maintenance lourde et constante afin de la préserver, donc plus coûteuse sur le long terme. Pour la seconde, elle consiste a l'ajout d'un dispositif de cristal Stygium dans le vaisseau pour assurer sa furtivité. C'est plus cher a l'achat et cela demande une formation plus subtile pour les pilotes, mais cela sera moins coûteux sur le long terme, dans que les appareils ne sont pas abattu en tout cas. Toutefois, les cristaux Stygium utilise une technologie proche de nos sabres-laser, hors, je connais les réticences de vos supérieurs face a ce genre d'artifice, peut-être souhaiteriez vous quelque chose de plus conventionnel afin de vous assurez de ne pas avoir de problème ? »
Jorian Solaris
avatar
Messages : 176
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Rothana] Armé jusqu'aux dents (PV Koyne DuCade)
Jeu 13 Avr - 0:08
Darth Shadowsun évoqua les différentes possibilités avec une très grande connaissance professionnelle. Il était impressionnant de voir comme elle maniait l’art du commerce. Femme d’affaire, stratège et Sith, le Poing de l’Impératrice semblait avoir plusieurs cordes à son arc et s’imposer comme une femme multi-disciplinaire. Alors que Shadowsun analysait Solaris, la réciproque était également en train de se produire et l’officier continuait sa plongée dans l’univers des Siths, analysant le comportement de plusieurs de ces derniers. Après tout, la REPo avait eu énormément de problèmes à infiltrer le territoire Impérial Sith : si les Agents réussissaient sans problème à infiltrer les territoires Siths, approcher les Siths en eux-mêmes était un problème majeur car ils finissaient toujours par découvrir les espions. Cette entrevue était finalement la meilleure école qui soit. Shadowsun avait mené de nombreuses campagnes victorieuses sur différents fronts et était reconnue comme un officier de génie. Sur le fond, cela était intéressant, car elle n’avait rien à voir avec l’image du Sith conventionnel brutal et violent comme on se le représentait. Tout cela figurerait dans son rapport sur les Siths qui finalement, serait beaucoup plus positif que celui rendu sur les Jedi. Cela devenait logique, si les Jedi se disaient incarner la Paix, à moult reprises ils avaient retourné leur veste, sans compter les déserteurs et les Jedi Noirs qui avaient entaché leur histoire. Un Sith restait un Sith, il ne se dissimulait pas et il fallait savoir que chaque discussion n’était qu’une partie d’échec en somme.

Jorian saisit le datapad et inspecta les différents modèles que lui présentait son interlocutrice. Là-encore, avec une application scolaire il inspecta chaque modèle, mémorisant chaque caractéristique. Là apparaissait la plus grande qualité de Jorian Solaris, sa capacité d’apprentissage. Il n’était certes pas le meilleur officier mais il faisait la différence par ses capacités cognitives, rien que le fait qu’il soit venu à RHE montrait sa capacité d’adaptation qu’aucun autre officier de la Triade n’aurait eu, par simple fierté nationaliste. Shadowsun était également dotée d’une grande intelligence et cela avait transparu durant cette entrevue. Au final, les Siths disposaient de très bons officiers, Jorian l’avait vu face à Ahriman et désormais face à Shadowsun. Il aurait aimé en savoir plus sur elle, percer ce mince voile de pudeur et de politesse qu’elle avait mis entre eux juste pour le bien de cet entretien. Qu’aurait-elle pensée du véritable Jorian Solaris...Si elle l’avait observé à nu, sans aucun artifice ? Aurait-elle fait partie des idiots et de la masse ou aurait elle creusé plus profond et découvert ce que le mot Sacrifice voulait dire ? Elle ne faisait pas partie de ces politiciens corrompus et les arcanes du pouvoir Sith l’avaient sans doute amené à se salir les mains, elle devait donc connaître ce qu’était une basse besogne. Serait-elle capable de comprendre que l’Entente se reposait entièrement sur lui pour effectué ce genre de tâche ? Vu sa position dans la hiérarchie Sith, il était évident qu’elle en savait beaucoup plus que ce qu’on aurait pu le penser au premier abord. Peut-être même tentait-elle de manœuvrer Jorian, cela était évident dans l’esprit paranoïaque qui l’habitait. Mais elle avait tout de même été recommandée par Ahriman. Le même Ahriman dont on disait qu’il voulait détruire l’Entente...Mais cela n’arriverait pas, le régime survivrait et Solaris avec lui. L’espace d’un instant, il s’imagina projeter violemment Shadowsun sur sa couche et la déshabiller en déchirant ses vêtements de bonne facture, la prendre violemment dans ses draps de soie. Cette pensée le laissa cependant avec la bouche pâteuse et une impression étrange, peut-être parce que c’était une des seules pensées sexuelles qu’il avait eu depuis bien longtemps ou sans doute aussi parce qu’il savait que rien de tout cela n’était réalisable. Un sentiment de déception mêlé à l’étrange nostalgie d’Ylesia l’envahit...Mais il fut rapidement rappelé à la réalité lorsqu’elle évoqua les bombardiers. En profitant pour terminer son assiette, Jorian but une gorgée d’alcool et entreprit de répondre avec sérieux et méthode. Il se racla la gorge discrètement, pour sortir définitivement de son étrange pensée.


-Les croyances de mes supérieurs n’engagent qu’eux. Pour ma part, ma formation de scientifique me pousse à faire prévaloir l’efficacité. Équipez les bombardiers avec les cristaux de Stygium. Pour les groupes de combat au sol, je pense qu’un mélange de marcheurs de combat et de chars sera excellent, nous obtiendrons ainsi une parfaite polyvalence, je n’ai actuellement aucun technicien mais je peux demander des hommes de l’ODT et ma division est amenée à élargir ses effectifs, c’est en cours de discussions chez mes supérieurs et j’ai eu des retours favorables, mais ce ne sont que des bruits de couloirs pour l’instant et je dois attendre qu’on me confirme tout cela. Oh et mes groupes de combats fonctionnent en effectifs de dix hommes, neuf hommes de troupes dirigés par un sous-officier...C’est le standard dans l’Entente. Pour terminer, nous ferons monter un plus gros canon à plasma sur la plate-forme, nous vous fournirons un générateur particulier pour cela car il faudra que vous le manufacturiez. J'ai une dernière question concernant le parc blindé : aurais-je à ma disposition un blindé de commandement ? Est-il possible de disposer de la même chose en terme de vaisseau de petite taille ?

Jorian se massa le menton, comme pour réfléchir s’il n’avait rien oublié. En réalité il était aussi en train de reprendre ses esprits pour la suite de l’échange qui pour l’instant était parfaitement professionnel. Sur le fond, il se demandait réellement ce que pensait son interlocutrice si impassible. Il n’avait pas parlé des plans de montage qu’il avait fourni mais il savait qu’elle passerait sans doute du temps à essayer de disséquer un des générateurs à fusion qu’il allait fournir. Il souriait intérieurement en imaginant le désarroi des ingénieurs de Rothana Heavy Engineering lorsqu’ils découvriraient que ces générateurs étaient de l’horlogerie très fine qui nécessitait un savoir-faire unique, le fruit d’une tradition industrielle spécifique d’Eriadu. Ces systèmes étaient impossibles à reproduire sans une chaîne de montage spécifique. Quand bien même ils en perçaient le secret, il leur manquerait les matériaux et les combustibles spécifiques endémiques de Mustafar. Au final, ils seraient dans l’impasse et impossible de les reproduire, bornés à utiliser ceux qu’ils avaient eu sur Mustafar et à les voir petit à petit en proie à la surchauffe -car privés de la maintenance spécifique nécessaire- et cela leur ferait perdre du temps dans le cas échéant. Les Hutts et le Soleil Noir auraient sans doute réussi à les reproduire lorsqu’ils les avaient récupérés et même transmis à certaines usines d’armement qui n’avaient jamais réussi. Ce défi technologique était hors de portée de Rothana, même s’ils étaient très bons et même s’ils avaient les meilleurs ingénieurs...Car il leur manquerait des machines et des matériaux jalousement conservés par la Triade. L’espace d’un instant, Jorian voulut évoquer le sujet pour tenter de la faire sortir du bois et se montrer moins naïf. La phrase se formula dans sa gorge...Mais elle disparut aussi vite, il s’était rappelé les enseignements de son Maître, Ahriman, au final il avait tout intérêt à ce qu’on ne se méfie pas de lui, s’il passait pour un incompétent notoire et un officier enclin à parler, tant mieux, cela ne ferait que servir ses intérêts. Il devait d’abord apprendre à connaître Shadowsun et se faire une idée d’elle avant de conclure, pour cela il devait comprendre ses réactions et les provoquer. Il but à nouveau une gorgée de l’excellent breuvage.

-Cet alcool est très bon. Qu’est-ce que c’est ? Je n’en ai jamais bu de tel. Les importations sur le territoire de la Triade son extrêmement contrôlées, les autorités ont peur qu’à consommer des produits étrangers, nous en adoptions l'idéologie.


Jorian avait prononcé cette phrase en plongeant son regard dans le vide. Il était impossible de dire ce qu’il en pensait réellement mais il avait utilisé cela pour orienter la discussion vers autre chose puisque les détails semblaient presque tous réglés. Il voulait savoir ce que Shadowsun ferait...Sauterait-elle sur cette occasion pour tenter de l’amener quelque part sur un terrain qui lui permettrait d’avoir des informations ? Tenterait-elle au contraire de le questionner par simple politesse ou l’ignorerait-elle en répondant laconiquement et en revenant dans son jargon professionnel. Il serait intéressant de le savoir. L’étape suivante était de l’amener à dire ce qu’elle pensait de ses objectifs et de son action...Pour voir si elle était réellement compatible avec ce que lui avait dit Ahriman ou pas. Bien évidemment, tout cela n’était pas gratuit, Jorian voulait savoir s’il se doterait tôt ou tard d’éventuels soutiens Siths autres qu’Ahriman qui demeurait son Maître...Elle était après tout le Poing de l’Empire et avoir son opinion sur le Soleil Noir permettrait d’évaluer la popularité de ce dernier auprès des hauts-dignitaires Siths et de savoir si l’organisation criminelle était toujours aussi protégée. Lentement, les choses s’organisaient et tôt ou tard, la mission de Solaris allait réellement commencer...Les criminels, les asociaux, les corrompus, ils n’étaient que la tête d’une longue liste, une liste dont il barrerait chaque nom après en avoir fait pendre ou fusiller le propriétaire, pour une galaxie épurée des pustules purulentes qui propageaient la guerre...Pour une galaxie plus blanche. Jorian Solaris sourit à nouveau à Shadowsun...Au fond de lui, il n’avait jamais été aussi convaincu d’être le bras armé de la Justice.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Rothana] Armé jusqu'aux dents (PV Koyne DuCade)
Jeu 13 Avr - 12:32
S'il n'était pas prêt a se mettre a dos le règlement en faisant sa commande d'armement, Jorian Solaris semblait en revanche enclin a bousculer les croyances et superstition de ses supérieurs si cela lui permettait de gagner en efficacité opérationnelle, ce qui prouvait qu'il savait prendre les décisions qui s'imposaient afin de pouvoir atteindre ses objectifs. Mon visage s'illumina d'un sourire particulier qui semblait approuver son raisonnement en le prenant en note sur le Datapad. Pourtant, je n'étais pas très gagnante d'un point de vue comptable, sur un long terme, le Stygium lui ferait faire des économies… A condition qu'il ne perde pas trop d'appareil. Hors, il affirmait lui-même subir un taux de perte élevé et les opérations de ce genre engendrait toujours des pertes sèches, impossible a réparer. J'étais donc parfaitement consciente qu'à long terme, je parviendrais a rentrer dans mes frais. Il évoqua ses effectifs et le fait qu'il puisse disposer de ses propres techniciens me rassurait : j'allais pouvoir préserver les miens, ne préférant pas infliger a mes braves ouvriers, dont j'avais toujours veillez au bonne condition de travail, un contrat pour une puissance étrangère : un conseiller militaire jouissait d'une aura et d'une autorité dont ils auraient été incapable de profiter malheureusement.

Il évoqua plusieurs autres questions qui méritaient une réponse et apporta une information sur le fait que ses effectifs seraient sans doute bientôt élargi. C'était une bonne nouvelle, car il me suffisait d'ajouter une close permettant d'augmenter le nombre de véhicule de dotation en cas de changement de l'effectif standard afin de m'assurer de pouvoir profiter de ses changements. Je continuais donc a préparer mon devis en ajoutant tous les détails requis. Comme ses escouades étaient organisé sous des effectifs de dix, le plus standards des effectifs galactiques en réalité dans le cas des armées régulière, le transport était tout trouvé. Je lui présentais un nouveau Datapad ou le modèle figurait en premier : il s'agissait d'un véhicule a l'apparence plus avancé que les précédents qui semblait afficher la forme d'un animal marin et qui était doté d'un canon rotatif a l'avant : nous étions entrain de tester de nouvelles armes a impulsions, mais le canon rotatif présentait ici était un simple canon laser, a l'image du Z-6 que nous avions recommandé pour les Clones : une sorte de petite marque de fabrique maison, mais j'y avais ajouter également un modèle d'avion pour le transport et un autre pour le bombardement. Je repris mon exposé de la manière la plus professionnel possible, exposant chaque avantage de notre parc de véhicule.


« Le transport Devilfish sera donc parfait pour vos troupes. Il est un peu cher en comparaison des standards galactiques, mais il est bien mieux protéger et s'adaptera donc parfaitement a vos difficultés. Son canon blaster rotatif lui permettra de se défendre contre les menaces qu'il rencontrera le plus souvent, mais vous devrez le faire couvrir par l'un de vos chars contre les menaces les plus lourdes. Le Bombardier Sun Shark est un châssis très solide, qui supportera sans problème le poids de votre armement. Notez que c'est le système de visée adapté qui favorise les frappes chirurgicales, je peut en fournir un standard, mais il est difficile de l'adapter a une arme en particulier sans une batterie de test pouvant être très long. Si l'ODT pouvait nous fournir son propre système de visée, ou un réglage standard pour les pièces que nous devrons monter sur son châssis, nous gagnerons un temps précieux pour vos opérations, d'autant plus qu'il faudra assurer la formation de vos pilotes. Le système Stygium s'adaptera très bien au châssis, vous ne serez pas déçu par ses performances. Il peut également être modifié et la place habituellement occupé par l'armement permettra le transport d'une escouade entière en les dotant de Jet-pack ou d'un système de grav-chute adapté pour les interventions rapides. Dans ce cas, l'armement se réduira au même canon rotatif que le Devilfish, mais il suffira de le faire couvrir par un chasseur Razor Shark, ou l'armement lourd est remplacé par des systèmes facilitant la visées ainsi que des réacteurs permettant une vitesse et une manœuvrabilité accru. »

Je marquais une pause afin de le laisser digérer ses informations tout en poursuivant l'établissement de mon devis. J'avais bien remarquer qu'il m'observait avec des signes qui ne trompait pas : sa manière de se reprendre et de retrouver contenance indiquer que les pensées qui l'avaient occupée était sans doute d'ordre sexuel. Ma réputation n'était plus a faire et tout le monde savait que j'appréciais le sexe sans lendemain, mais le savait-il ? En dehors de la cours et de la haute société, je n'étais pas persuadée que n'importe qui avait accès a cette information, mais les espions de la REPo devait bien le savoir et vu qu'il travaillait pour eux, il avait sans doute reçu une fiche de renseignement sur moi avant de venir ici. L'espace d'un instant, je me demandais si je devais jouer avec lui, en adoptant une gestuelle plus explicite par exemple, juste pour tester ses réactions, mais ce ne serait pas correcte, surtout après lui avoir demander l'autorisation de reçevoir ses systèmes de visées. Ma demande n'était pas farfelu, si je les obtenaient, nous gagnerons un temps précieux pour lui et il semblait soucieux d'améliorer son efficacité opérationnelle, mais je n'étais pas certaine que ses supérieurs soient prêt a livrer des systèmes électroniques… C'est pour cette raison que j'avais demander au moins un calibrage pour des appareils standards : une demande innocente qu'il pouvait facilement satisfaire et la preuve que je savais me montrer raisonnable, après tout, je ne lui montrait que les modèles que je désirais bien qu'il puisse acquérir, pas le summum de ma technologie, nous étions en train de jouer a un jeu de dupe et nous en avions tout deux conscience.

Car si Solaris était visiblement novice en terme de stratégie et d'armement, ce qui l'amenait a donner l'impression qu'il buvait mes paroles, je me rendais bien compte qu'il n'était pas idiot : de toute manière, avoir réussi a devenir l'une des plus hautes menaces de toutes les organisations criminelles galactique demandait tout de même certaines capacités intellectuelles. Il ne manquait pas de capacité, mais de connaissance. Toutefois, je me demandais s'il renonçerait a son projet d'armement lourd s'il était réellement capable de comprendre que cela coûterait très cher a son régime pour des résultats opérationnel qui risquait de ne pas être particulièrement spectaculaire, en dehors des dégâts collatéraux bien entendu. L'Empire Galactique fut bien avisé de ne pas laisser l'Entente tenter de faire la loi sur son territoire et nous avions fait de même, mais j'avais entendu dire que l'Alliance avait un accord de coopération permettant a Solaris d'intervenir sur son territoire… Dans ce cas, la prochaine opération risquait fort de briser cet accord a jamais, voire même de provoquer une guerre… Oh, ce n'était pas comme une guerre entre les rebelles et l'Entente me dérangeait : si mes ennemis s’entre-tuaient pendant que je leurs vendaient les armes pour qu'ils le fassent, je dormirais sans problème sur mes deux oreilles !


« Les véhicules de commandement pour les chars sont souvent débarrassé de leurs armement pour pouvoir adopter du matériel tactique : le canon est donc factice et inopérant. Mais si vous préférez aller en première ligne, il serait préférable d'utiliser un char standard et de vous dotez de technologie de communication particulière, l'Entente est spécialiste en cybernétique, je suppose qu'elle dispose d'implant neuraux de communication pour permettre a ses officiers de transmettre ses ordres a leurs troupes non ? Si ce n'est pas le cas, je pourrais vous recommandez quelques entreprises privé du Secteur Corporatiste spécialisé dans cette technique, mais je ne pourrais pas vous faire de devis sur ce point, nous n'assurons pas de service de ce type. Pour l'aviation, l'on ne fabrique pas de modèle de commandement, chaque appareil est doté du nécessaire dont un officier de chasse ou de bombardement a besoin. »

Souhaitez-il apprendre a piloter lui-même ? Dans le cas contraire, s'il essayait de commander des opérations aériennes sans disposer de la formation approprié, ses opérations aériennes vireraient sans doute au désastre… Mais encore une fois, je ne fit aucun commentaire : s'il y avait déjà pensé, il penserait que je le prenais pour un idiot et ce n'était pas bon pour la vente, et dans le cas contraire, ce n'était de toute façon pas a moi s'assurer ce genre de question : j'étais marchands de morts, même si je louais également les services de ma société militaire privé pour enseigner l'utilisation standard de mes véhicules, je n'allais certainement pas lui faciliter la tâche a ce point et il en avait sans doute conscience. Je restais enfermée dans mon rôle de directrice de Rothana Heavy Engineering et ne sortait pas de mes prérogative de leader commercial, ce qui me semblait l'attitude la plus saine a adopter en l'absence d'information fiable sur celui qui me faisait face. Solaris changea brutalement de sujet alors que je venais de finir son devis, qui contenait beaucoup de zéro et tous les services qu'il m'avait demander. Visiblement, l'Entente avait réellement une peur bleu des étrangers… Une preuve que leur idéologie n'était pas aussi forte et partager qu'ils le prétendaient dans leurs propagandes, mais je ne fit pas un commentaire aussi direct.

« Il s'agit d'un alcool Corellien ayant plusieurs siècles, il date de l'ancienne république. Il est devenu difficile de s'en procurer aujourd'hui, mais en tant que constructrice de vaisseau, j'ai reçu une caisse complète de ses bouteilles en cadeaux après la conclusion d'un contrat d'armement avec un industriel Corellien il y a quelques années, avant la guerre civile. Si vous en désirez une bouteille, je pourrais vous l'offrir comme geste commercial de la maison. Voici votre devis commandant, si tout vous convient, vous n'aurez qu'à signer en bas du Datapad après avoir renseigner votre moyen de paiement, et nous lancerons dans les plus brefs délais les chaînes de productions. J'y ai ajouté une close d'extension permettant d'augmenter le nombre de véhicule de dotation si vous recevez des renforts. Cela nous évitera de longue renégociation si cela venait a être le cas »

Je lui tendis le Datapad d'un geste gracieux afin qu'il puisse prendre conscience de la somme astronomique qu'il allait dépenser a l'Entente pour sa croisade. Comme il s'agissait d'une petite série de véhicule, il ne bénéficiait même pas des réductions pour les « livraison en gros », ce qui signifiait qu'il s'agissait d'un tarif très élevé, mais standards pour ce genre de commande sur le marché des armes galactiques. La raison aurait-du lui commander de renoncer, mais je n'étais pas certaine qu'il le fasse...
Jorian Solaris
avatar
Messages : 176
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Rothana] Armé jusqu'aux dents (PV Koyne DuCade)
Ven 14 Avr - 17:30
Jorian Solaris écoutait DuCade avec délectation. Elle lui détailla toutes les armes qu’il aurait à sa disposition et balaya plusieurs véhicules dont les transports de troupes, les bombardiers et les chasseurs. Les pirates allaient avoir une sacrée surprise lorsqu’ils verraient que la Triade s’était équipée et était prête désormais à mener des opérations de plus grande ampleur. DuCade posa de nouvelles questions sur le dispositif de visée au passage : elle ne lâchait rien, même derrière ce petit air de femme d’affaire, elle restait Poing de l’Empire. C’était amusant de voir que le jeu de dupe auquel ils se prêtaient devenait de plus en plus subtil. Sans doute au départ l’avait-elle prise pour un Commandant sans importance –ce qu’il était au demeurant- mais avait-elle réalisé qu’il était un peu plus malin que la moyenne et qu’il n’était pas intimidé par un Sith de son ampleur. L’homme écouta la réponse de DuCade concernant les bouteilles et l’alcool avec délectation, il était clair qu’elle savait négocier et que ce type de bouteilles n’avait pas de prix et était hors de portée du petit salaire de fonctionnaire de Solaris qui n’avait pas beaucoup de biens. L’homme sourit à nouveau en saisissant le datapad et en regardant la somme qui en aurait découragé plus d’un.

-C’est avec plaisir que j’accepte ce cadeau, Madame la Comtesse, j’ai réellement apprécié ce breuvage. Et qui sait, peut-être que la prochaine fois c’est moi qui vous en offrirai un verre. Il sourit avec politesse avant de reprendre son sérieux. Je ne suis pas habilité à vous communiquer nos systèmes de visées mais je peux vous faire parvenir les réglages standards de l’ODT, cela devrait être possible. Pour le reste, je crois que nous sommes tombés d’accord.

L’officier ne négocia rien, il se contenta de prendre un stylet et d’y apposer sa signature. L’homme sortit également un tampon holographique d’une des poches de sa vareuse et y apposa le sceau de la REPo et de l’Entente avant de tendre à nouveau le datapad à Shadowsun. La Comtesse venait de gagner une très importante somme d’argent et il restait désormais à définir les modalités de paiement. Jorian fouilla dans sa serviette et en sortit son propre datapad et un petit calepin dans lequel il fouilla avec attention avant de pianoter sur son datapad.


-Hmmm, vu la somme conséquente, je peux déjà vous régler un quart à titre d’acompte aujourd’hui. Il me faudra juste écrire à la Direction des Finances de la REPo pour le reste de la somme, je peux vous la faire parvenir d’ici trois jours, deux si vous êtes pressée. Un de mes officiers de liaison pourra venir vous faire parvenir la somme en main propre. Je paierai comptant le reste de la somme en liquide, si vous souhaitez un autre type de paiement, c’est possible, mais cela risque de prendre un jour de plus à cause de notre bureaucratie. Dans tous les cas, cela sera réglé dans la semaine, soyez-en certaine.

Jorian proposait des solutions extrêmement rapides à DuCade si on considérait la somme, c’était même exceptionnel de l’obtenir aussi vite de la part d’un officier subalterne. Le petit homme but à nouveau dans le verre, absorbant l’alcool dont il ressentait légèrement les effets. Il fixait toujours DuCade avec insistance, il n’aurait trop su expliquer pourquoi mais cette femme lui plaisait et il n’était pas insensible à son charme. Une situation qui l’amusait, lui qui n’avait eu aucune relation depuis que Siana était partie. Siana…Peut-être que DuCade pourrait l’aider d’ailleurs, sur le fond, cette situation pouvait avoir de nouveaux avantages. Souriant avec un air énigmatique, Solaris s’adossa dans son siège avant d’observer quelques secondes son interlocutrice. Cette femme était intelligente, il n’y avait nul doute aussi qu’elle était ambitieuse et qu’une fois de plus, l’officier pourrait utiliser les conseils d’Ahriman et tenter de faire feu de tout bois.

-Vous, je vous aime bien ! Vous êtes efficace et vous m’ôtez une sacrée épine du pied avec ces véhicules. Et peut-être que moi-aussi je peux vous faire un cadeau commercial pour avoir accepté de me rencontrer. Vous savez, je suis un policier, pas un militaire et les affaires de guerre m’importent peu, ce qui m’importe en revanche, ce sont les questions de sécurité. Je n’ai pour ma part qu’un seul ennemi : ceux qui mettent en péril la sécurité des citoyens de cette galaxie. J’ai peut-être quelques informations à vous communiquer, mais cela nécessiterait que vous quittiez votre parfaite tenue de femme d’affaire pour devenir le Poing de l’Empire…Darth Shadowsun…Ou Madame, comme je suppose qu’on vous appelle au Magistère. Seriez-vous encline à m’écouter sur ces questions-là ?


Jorian souriait toujours, au point qu’il était très difficile de savoir ce qu’il allait faire ou dire. Il s’était adressé à Koyne en tant que Poing de l’Empire, ce qui ne manquerait sans doute pas de surprendre Shadowsun, car au final cela reviendrait à un dialogue entre deux officiers de systèmes qui avaient été ennemis et qui avaient combattus. Mais bien pire que ça, Jorian commençait à comprendre les ficelles du système Sith et comptait bien utiliser cela pour se rendre sympathique à la Commandante en chef des armées. Si cela prenait, la REPo serait rapprochée de facto des Siths qui verraient peut-être la Triade plus comme un partenaire potentiel ouvert au dialogue plutôt que comme un ennemi qui nécessiterait de gros moyens à être vaincus.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Rothana] Armé jusqu'aux dents (PV Koyne DuCade)
Sam 15 Avr - 14:15
« Trois jours serons suffisant et le liquide sera parfait, il y aura simplement une vérification afin de s'assurer que la somme exacte est bien remise. Non pas que je doute de votre honnêteté commandant, mais nous avons une procédure a respecter. »

Je gardais mon air aimable, il ne m'avait pas céder les systèmes de visées, mais les réglages restaient en soit une information intéressante et maintenant que mes conseillers militaires allaient l'encadrer, j'aurais tout de même l'opportunité de revenir a la charge si certains résultats n'offraient pas les résultats escomptés. Solaris n'était pas aussi bête qu'on ne pouvait le croire, mais il s'agissait d'un individu qui semblait prêt a tout pour accomplir sa mission et qui devait sans doute ressentir une certaine frustration d'être contraint de passer par une puissance étrangère pour obtenir le matériel lourd qu'il réclamait depuis des mois. Il me fallait savoir si ce petit homme était réellement utile ou si je perdais un peu de mon temps en l'écoutant s'exprimer. Quoi que ce n'était pas totalement perdu : après tout, il montrait tout de même un esprit assez acérés pour me permettre d’entraîner ma propre rhétorique et il était rare, très rare même chez les Sith, mais moins parmi la cours de requins de Rothana, de trouver quelqu'un capable de me tenir tête dans cet exercice, ou de se montrer assez subtil pour manier les non-dits et les sous-entendus. Autrement dit, ce que l'on pouvait qualifier de personne intéressante, ce qui était d'autant plus surprenant chez cet homme, dont l'incompétence militaire évidente le poussait a mener des actions inadaptés contre ses ennemis et se rendre coupable d'action que l'on pourrait facilement qualifier de crime de guerre.

Mais je n'étais pas une jeune officier de l'Empire Galactique pétrie de principe : j'étais Sith et je vivais entourée de boucher et de personne indigne de mes propres valeurs. Si je n'avais que mépris et dédains pour ce genre de pratique, je savais en revanche dissimuler mes véritables pensées derrière un sourire aimable ou une neutralité insondable lorsque je le désirais. Face a un client m'offrant un contrat qui, même s'il restait une goutte d'eau en comparaison des vrais profits de Rothana Heavy Engineering, restait très important, je me devais de rester très professionnelle, d'autant plus que ceci pouvait me rapporter plus encore que les sommes d'argents qui étaient inscrite sur le datapad qu'il venait de valider. Le liquide permettait de plus de dissimuler la somme par les diverses filières de paradis fiscaux galactique que nous utilisions notamment avec les profits du Crimson Élite afin de pouvoir le réinvestir dans des projets plus intéressant : de cette façon, si le client installait un traceur sur ses liquidités, elles étaient rapidement dispersée et donc il ne pouvait savoir a quoi son argent avait réellement servit… Le système bancaire était dotée de nombreux vices que l'on pouvait exploiter aussi bien pour la grandeur de la galaxie que pour son enrichissement personnel, tout dépendait des objectifs de celui qui décidait de le mettre a profit.

Il enchaîna sur un compliment qui confirmait a demi-mot ce que j'avais deviné devant le regard qu'il me portait, mais il semblait surtout satisfait de trouver quelqu'un capable de le prendre au sérieux et lui proposer des solutions concrètes. Rothana Heavy Engineering n'était pas sans doute la première porte qu'il avait frappée pour obtenir ce qu'il recherchait et je ne prendrais pas ombrage a cette information, conservant un sourire tout professionnel alors qu'il expliquait que les problèmes militaires ne l'intéressaient finalement que peu, lui se contentant de remplir ses fonctions de policiers. Beaucoup lui aurait sans doute rétorquer que ses méthodes étaient loin d'être orthodoxe pour un officier de police, mais je n'avais pas a le juger en tant que marchande de mort et officier de carrière. Il évoqua des informations a me communiquer, a condition que j'accepte de lui parler en tant que Poing de l'Empire en quittant mes atours de femmes d'affaires. Il recherchait donc une discussion plus sérieuse et voulait parler de ses projets et de ses missions. Peut-être voulait-il des informations ou du soutien pour l'une de ses opérations… Si je n'avais aucune intention de laisser mes hommes participer a ses jeux de massacres, je pouvais bien tenter d'échanger quelques informations avec lui : au pire, ce qu'il dirait n'aurait aucun intérêt et je perdrais quelques minutes, mais dans le meilleur des cas, je pouvais obtenir quelques renseignements sur mes ennemis. Remplissant de nouveau son verre vide, je n'avais entamée le mien qu'à moitié, je repris la parole.


« Vous avez le courage de vous adressez a moi directement et sans trembler, je vous assure que bien peu d'officiers, même parmi les hauts gradés, m'adresse la parole comme vous, sans crainte et avec assurance. C'est une qualité que j'apprécie, je suis peut-être un Seigneur Sith, mais je ne suis pas un monstre assoiffée de sang pour autant et il peut-être irritant de devoir sans cesse s'adresser a des individu n'osant pas vous contredire, ou ne serais-ce que vous proposez une idée intéressante. Le terme le plus usité au sein du Magistère est celui de Lady Shadowsun, mais je ne pense pas que les subtilités du protocole de celui-ci vous intéresse beaucoup, d'autant plus qu'il est bien plus simple que celui de ma planète natale. Je suis disposée a vous écoutez sur ses questions commandant, vous avec toute mon attention. »

Une petite confidence qui n'avait rien de dangereuse, mais j'espérais qu'elle mette le commandant plus a l'aise et lui permette de s'épancher davantage sur ce qu'il voulait partager avec moi. Du reste, je ne lui avais pas menti, et j'appréciais toujours croiser des individus qui était capable de s'adresser normalement a moi sans montrer de signe excessif de révérence ou de crainte. Solaris était poli, mais très direct et savait s'exprimer et il s'agissait de qualité que j'appréciais. Je n'avais pas portée de jugement de valeur sur son activité par contre, car c'était quelque chose que je ne pouvais pas faire, en tout cas tant qu'il n'essayait pas d'exercer ses fonctions en territoire Sith. En tant qu'officier, j'étais tenu a un devoir de réserve sur les actions étrangères tant qu'elle n'était pas de nature militaire et il était policier… Certes, j'aurais très bien put m'asseoir dessus et donner mon avis, mais je préférais laisser le Magistère tenter de régler cette question s'il le désirait et celui-ci n'était pas forcément très enclins a satisfaire le Soleil Noir, T'Kami n'était pas vraiment en odeur de sainteté dans l'assemblée, ce que je trouvais tout de même regrettable : même si elle était dangereuse et que je ne partageais pas ses vues, j'avais de l'estime pour son esprit d'entreprise et sa grande intelligence. Je pris quelque peu mes aises sur mon siège, adoptant une pause plus décontractée tout en portant de nouveau mon verre a mes lèvres afin de pouvoir en déguster quelques gorgées. A lui d'expliquer de quoi il souhaitait s'entretenir avec le Poing de l'Empire.
Jorian Solaris
avatar
Messages : 176
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Rothana] Armé jusqu'aux dents (PV Koyne DuCade)
Dim 16 Avr - 0:08
Jorian sourit lorsqu’il vit que Shadowsun acceptait le paiement. Elle était agréable et conciliante. En fait il la laissa répondre à la question la plus importante, celle concernant la possibilité de parler un peu plus sérieusement. Cela m’intéressait particulièrement aux vues des événements qui avaient lieux dans la galaxie. Aussi je fus particulièrement heureux de sa réponse. Finalement, de tous les dirigeants et les gens importants qu’il avait rencontré, Jorian se sentait plus proche de DuCade que de n’importe qui. Elle était avenante et n’aurait rien à envier à l’Impératrice Jaana Fel en termes de tenue. Il porta le verre à sa bouche.

-Je vous remercie pour cela, Lady Shadowsun. Les mots pourraient ne pas avoir d’importance, tout comme le protocole, mais en temps que scientifique, j’y apporte une très grande importance, les mots sont le vecteur de la compréhension et  de facto les titres sont le ciment de notre société. Que serait notre galaxie s’il n’y avait plus de hiérarchie, plus d’organisation, plus de titre…Un chaos sans nom. C’est précisément ce que, vous comme moi, essayons d’éviter n’est-ce pas ? Sinon vous n’auriez pas endossé le rôle de Poing de l’Empire avec une telle ferveur. Vous l’auriez pris pour le pouvoir et par pure pulsion égoïste, mais pourtant, vous le faites avec une certaine conviction, car vous vous exprimez comme un officier de carrière et pas comme un sorcier mystique en quête de pouvoir. C’est pour cela que vous et moi pouvons nous entendre alors qu’au fond, nous sommes ennemis et vous comme moi le savez, mais je suis prêt à dépasser ces idioties.


Jorian but encore dans la coupe. L’alcool Corellien faisait sentir ses effets mais l’officier était toujours maître de ses paroles et de ses  actes, il voulait avoir une conversation sérieuse avec le Poing de l’Empire et cela allait arriver. Il lui adressa un nouveau sourire, malgré ses manières maladroites –puisqu’il était clair que Solaris n’était pas à l’aise dans la séduction- il était désormais clair que la Comtesse lui plaisait et qu’il brûlait de désir pour elle. Il resta cependant parfaitement stoïque en apparence, gardant une attitude digne. L’officier s’éclaircit légèrement la gorge.

-Bon, par où commencer ? Le commencement…Oui le commencement. Vous savez, j’ai travaillé durant une année complète dans le milieu du crime, c’est ça mon métier : je mène des enquêtes et ensuite je monte des actions et des opérations, c’est mon travail. Mes enquêtes m’ont amenées à avoir une quantité d’informations dans le milieu du crime. Je sais par exemple qu’aujourd’hui, Rana le Xénope est probablement vivant et qu’il est avec un de vos vieux ennemis, le Seigneur Bolkan, qui terrorise d’ailleurs Nar Shaddaa. Mais ça, vous le savez déjà. J’ai par contre eu connaissance récemment de la radicalisation d’anciens membres de l’Alliance Rebelle menés par une rebelle qui répond au nom de Siana Solaris. Ce groupe prévoie de commettre une série d’attentats contre des dignitaires des principaux régimes, Siths compris, et ils sont actuellement insaisissables. En fait, c’est comme s’ils avaient constamment un coup d’avance sur nous. J’ai en plus de ça des éléments qui indiquent qu’une partie de l’Alliance Rebelle pactise avec les Hutts, j’ai de bonnes raisons de penser qu’une ancienne Pirate Corellienne aujourd’hui Lieutenant Spectre -Syrielle Shakhovite- est aujourd’hui dans le milieu du crime et pactise avec les Hutts dans le but d’un pacte qui viserait à les renforcer…Si cette tendance se généralise, l’Alliance Rebelle risque de devenir un état voyou et je soupçonne ces agents-doubles de l’Alliance Rebelles d’entraîner les Hutts ou de leur donner des informations pour piéger mes hommes.


Des informations sans doute sans grande importance pour Shadowsun, tout du moins les noterait-elle pour être vigilante contre les terroristes. Il avait d'ailleurs énoncé le nom de Siana Solaris de manière complètement neutre, sans sourciller, alors que pourtant le nom peu commun indiquait qu'ils étaient de la même famille. Mais je laissais à nouveau s’écouler quelques secondes pour lui laisser le temps d’assimiler l’information. Pour le moment je souhaitais juste la laisser comprendre le fil de l’histoire et je repris lentement le fil du récit.

-Bien évidemment, cela aurait pu être sans intérêt, mais j’ai déjà partagé ces informations. J’ai été reçu par l’Impératrice Jaana Fel en personne pour m’expliquer sur une opération que j’avais menée sur Tatooïne, et nous nous sommes perdus dans des jeux de courtoisie et de manipulation sans qu’elle soit capable de comprendre la menace qu’il y avait chez ces terroristes. La seule chose que j’ai pu obtenir ce sont des opérations conjointes avec les Chevaliers Impériaux, mais je ne suis pas idiot, je sais qu’ils comptent simplement me surveiller. J’ai également rencontré un Jedi pour discuter, mais là-encore, le Jedi est resté dans sa position diplomatique et je n’ai pas trouvé d’autre objectif en lui que le désir de me manipuler pour servir sa cause…

Le regard de Jorian qui était redevenu sérieuse de perdait dans le vide. Il était difficile de dire à quoi il pensait mais il eut l’espace d’un instant extrêmement triste. L’espace d’un instant, puis il se reprit et fixa à nouveau Shadowsun.


-Soyons honnêtes et sincères : je ne suis pas imbécile, Lady Shadowsun, et je sais très bien que ce que je fais peut me mener devant une court galactique qui me portera à l’échafaud. J’ai cependant toujours accompli ma mission par conviction, lorsque j’étais Capitaine des SpecOps au sein de l’Alliance Galactique ou lorsque j’ai rejoint la REPo, je n’ai pas peur de la mort ou d’être exécuté, j’ai ma confiance pour moi, j’ai toujours voulu faire au mieux avec les moyens qu’on m’a donné. Vous avez de meilleurs moyens que moi, j’espère que vous saurez lire entre les lignes et comprendre les informations que je vous donne. Je n’ai aucune pitié envers les gens malhonnêtes intellectuellement et le jeu de dupe qui se joue actuellement au sein de la galaxie multipliera les situations de ce genre…


Jorian laissa désormais son interlocutrice répondre.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Rothana] Armé jusqu'aux dents (PV Koyne DuCade)
Dim 16 Avr - 14:44
Le discours de Solaris avait quelque chose d'étrange. Son régime s'était montré particulièrement agressif avec la noblesse et celle qui était parvenue a échapper a ses griffes avait fini par rejoindre l'Empire Galactique, bien que certain étaient également venu vers nous. Son attachement pour le protocole m'échappait, bien que celui pour le sens des mots était lui bien plus compréhensif : les espions pratiquaient également de la diplomatie et je savais bien que cette dernière réclamait un emploi subtil de la langue. Il fallait savoir promettre sans tenir, mais formuler la promesse d'une telle façon que le fait de ne pas la tenir ne donne pas pour autant la sensation de l'avoir trahi. Toutefois, si l'on assimilait les titres a un rang social, au même titre que les grades et les fonctions, son discours devenait alors plus clair et plus limpide et il était très juste. Le pouvoir, le vrai, était détenu par celui qui attribuait ses titres, cimentait les codes de la société et pouvait se permettre de faire comme de détruire certain pan du protocole pour exercer son pouvoir. Tout ceci avait de l'importance, mais lui les analysait avec la froideur de la notion scientifique dont il se réclamait. Comme je n'avais pas consulté son dossier, je ne savais pas qu'il était scientifique, mais sa manière de se comporter et le fait qu'il soit capable de faire preuve de plus d'ouverture d'esprit que la moyenne me laissait croire qu'il ne s'agissait pas d'une revendication usurpée.

Il en vint par contre au centre du sujet qu'il voulait évoquer en ma compagnie et il y avait a manger et a boire dans ses informations. Si le cas de Yahto Bolkan m'était déjà connu, Darth Paganus m'ayant posé problème lors de la conquête d'Ultaar, je ne connaissais en revanche pas l'existence du réseau terroriste de Siana Solaris. Peut-être simplement parce qu'il était trop petit pour être portée a une oreille aussi haute que celle du Poing de l'Empire ou simplement que Darth Maladi n'avait pas cru bon de m'en informer, ce qui ne m'étonnerait guère, cette dernière étant particulièrement retorse et défendant son pré-carré, d'autant plus depuis l'échec de sa protégée contre l'Entente. L'Alliance entre les rebelles et les Hutts ne me surprenait pas vraiment non plus, même si je n'en avait eu aucun signe jusqu'ici. Elle était naturelle, car nous avions mis sérieusement a mal ses deux entités qui mettraient des années a s'en remettre si elles ne finissaient pas écraser sous la puissance combinée de l'Empire Sith et du Soleil Noir. Mais je n'étais pas certaine de la fidélité de T'Kami, qui était une femme extrêmement intelligente et dotée de beaucoup de charme, mais poursuivant ses propres objectifs et se moquant donc naturellement des nôtres.

Il était étrange toutefois que la terroriste en chef porte le même nom que lui. Cela laissait supposer un lien de parenté entre les deux, mais je ne pouvais être certaine que ce soit le cas car il n'avait pas trahi de signe particulier en prononçant son nom, trop absorbé aussi bien par son récit que la contemplation de mon propre corps… Il évoqua ensuite qu'il avait transmis ses informations et qu'il avait même rencontrer l'impératrice Jaana Fel, mais que cette dernière n'avait fait que pratiquer le jeu de dupe et de manipulation de la diplomatie et qu'il n'avait donc pas gagner grand-chose, hormis la promesse de chevaliers impériaux qui ne lui apporterait rien de plus qu'un œil inquisiteur surveillant ses mouvements… Une rencontre avec un Jedi n'avait rien donné, mais je ne pouvais pas dire que cette information était de nature a me surprendre. A l'exception d'Adrastia Kurgalova, qui s'était révélée être une adversaire de valeur et coriace, bien que trop obstinée parfois, aucun Jedi ne semblait avoir eue assez d'étoffe pour participer a ce conflit et je ne pouvais donc pas espérer quelque chose digne d'intérêt de leurs parts. Le fait qu'ils se dissimulent derrière l'armée d'Hapès me plaisait, car je savais que le Magistère se serait sans doute détourner des objectifs militaires pour organiser la traque dans le cas contraire, ce que je désirais absolument éviter.

Il termina sur quelque chose qui ressemblait a une véritable profession de foi : il savait très bien les conséquences de ses actes, bien que je connaissais les tendances de méthode d'exécution de la cour galactique, qui avait des préférences pour la pendaison plutôt que la veuve. Il souhaitait que je soit capable d’interpréter quelque chose de ses discours, que j'accomplisse des actions sans doute en relation avec les différentes menaces qu'il avait évoquer. Il était évident que Jorian avait donné sa vie a la lutte contre le crime organisé et qu'il souhaitait appliquer une « solution finale » a ce problème, sans même se rendre compte que c'était avant tout la société elle-même qui donnait le pouvoir aux criminels de prospérer et de se reproduire parmi les populations victimes des violences de l'administration et de l'économie galactique a la recherche d'une chose a faire pour nourrir de l'espoir… Un cycle éternel de souffrance et de tourment qu'il ne faisait qu'entretenir. Tout Poing de l'Empire que j'étais, mes pouvoirs officiels étaient toutefois plus limité que ceux de mes rivaux commandeurs suprêmes, car je n'avais pas le contrôle de mon agence de renseignement. Raison pour laquelle je passais par le Seigneur Sith Trooper Dynat pour disposer de mes propres renseignements, ainsi que le Crimson Élite d'ailleurs.


« Les Jedi se sont fait les hérauts de la diplomatie Commandant, mais vous semblez ne pas porter cet art dans votre cœur. Je vous comprend, j'ai tendance a détacher cette dernière de la politesse et la bienséance. J'ai basée ma carrière de soldat sur un discours de vérité, je n'ai jamais dissimulée a mes hommes les difficultés qu'ils rencontreraient lorsque je partirais a la bataille avec eux. Je mène par l'exemple, là ou les Jedi ne font que prononcer des demi-vérités et se dissimuler derrière les subtilités du langage afin d'assumer leur mission auto-proclamé de gardien de la paix. Je ne suis pas surprise que le Jedi que vous avez rencontrer ne vous ai rien fait obtenir de plus qu'une vague promesse ou une tentative de vous mettre dans leurs petits papiers afin d'obtenir quelque chose de l'Entente, c'est toujours ainsi qu'ils procèdent. Si cela n'est pas trop vous demandez, pourriez-vous me communiquer l'identité de ce Jedi ? »

S'il avait rencontré Jaana Fel et en m'incluant, cela signifiait que le Commandant Solaris était capable de mener sa barque pour rencontrer les puissants et donc que le Jedi qu'il avait rencontré était sans doute également haut placé au sein de sa hiérarchie. Toutefois, contrairement a de nombreux Sith, si je percevais la conception diplomatique des Jedi comme un mensonge et leur doctrine comme cruellement irréaliste et dangereuse, je n'avais pas de jugement de valeur clair et tranché sur eux. Alistair McRae n'avait cessé de me répéter qu'ils étaient nos pires ennemis et que nous devions avoir un plan pour les exterminer, Katria n'avait pas manquée de me dresser un portrait de son maître Jedi bien peu flatteur et semblait réellement les haïr, mais je n'avais jamais rencontrer un vrai Jedi, Akni était déjà une Sith lorsqu'elle était venue vers moi et même si j'avais participer aux batailles contre l'Alliance Galactique, les Jedi n'étaient jamais venu m'affronter alors que je me trouvais souvent en première ligne… C'était étrange, mais de ce fait, je n'avais aucune opinion préconçu sur eux. J'espérais bien qu'il accepte d'en dire plus sur sa rencontre avec le Jedi, même si je savais que je ne pouvais pas me fier a son jugement, des données supplémentaires était toujours intéressante.

« Si vous me le permettez commandant, j'aimerais vous donner deux conseils en particulier : le premier concernent vos travaux avec les Chevaliers Impériaux : ne leurs montrait pas le matériel que vous obtiendrez de nous lorsque vous travaillerez avec eux. Ils aurons tôt fait de vous associez comme un pantin des Sith ce qui pourrait entraîner selon leurs règles une exécution immédiate. Le second concerne les terroristes que vous recherchez : quelqu'un au sein de votre propre service leurs soufflent sans doute les renseignements sur vos opérations, ce qui leurs permettent de toujours avoir un coup d'avance sur vous. Ceci étant dit, en tant que Poing de l'Empire, ses informations ne sont pas de mon ressort, je dirige l'administration militaire et il s'agit de question d'ordre de sécurité intérieure. Je pourrais être bien sûr amenée a devoir régler certaine de ses questions, mais seulement sur demande du One Sith Intelligence et Assassination sous le commandement de Lady Maladi ou sur ordre de l'Impératrice Akni en personne. Je veillerais toutefois a ce que toutes ses informations soient transmise aux services compétents afin qu'ils puissent prendre toute les mesures qui s'imposent. Nous avons brisé les réseaux Hutts et l'Alliance Galactique, mais il faudra un jour ou l'autre finir le travail, sinon ils se relèverons et nous devrons faire bien plus d'effort pour en finir. »

Il avait demandé l'avis du Poing de l'Empire et je lui avais donné. D'une certaine façon, je lui montrait que j'étais capable, comme il l'avait fait, de connaître et de regretter les limites de mon pouvoir, même si je ne portais pas beaucoup d'intérêt en réalité a certaine de ses questions. Siana Solaris me semblait une menace lointaine nécessitant une enquête, mais je faisais une confiance aveugle a mon service de sécurité et mes propres compétences pour pouvoir échapper a une attaque terroriste et déjoué toutes les tentatives, et ses dernières ne manquaient pas, preuve de la compétence de mes gardes d'honneurs. Toutefois, Bolkan était un sujet bien plus préoccupant, car j'avais déjà était contrainte de déployer de lourds efforts pour le vaincre une fois et je savais qu'il ralliait les anciens soutien du Xenope avec lui, ce qui en ferait a terme une menace qu'il ne me fallait pas négliger. Dans son cas, je disposais d'une réponse, mais elle n'entrait pas dans mes fonctions de Poing de l'Empire : j'avais bien l'intention, une fois que j'aurais localisé ses intérêts, de lancer le Crimson Élite a ses trousses. T'Kami ne laisserait sans doute pas Rana menaçait sa nouvelle hégémonie sur le monde du crime et elle avait un vieux compte de plus d'un siècle a régler avec le Hutt, nul doute qu'elle m'aiderait dans cette tâche.

« Toutefois, soyez assurer que si je dispose d'information vous permettant de pouvoir intercepter ses menaces, je vous les transmettrez : après tout, nous ne sommes plus ennemis aujourd'hui et il s'agit de cible menaçant nos intérêts commun, je n'ai donc aucun intérêt a vous faire obstacle. Une autre question suscite toutefois mon intérêt : vous avez rencontrer l'Impératrice Fel en personne. Quel impression vous-à-t-elle laissée ? »

Je savais que mon prochain défi militaire me conduirait sans doute a la guerre contre l'Empire Galactique et si je pouvais savoir avec quel genre de métal Jaana Fel fut forgée, cela m'aiderait dans l'établissement de mon plan de campagne. Je ne doutais pas que le défi serait difficile, mais ce n'était pas la même chose de faire face a un chef suprême résolu qu'à un leader de seconde zone perdant facilement le moral et déléguant ses tâches a ses principaux généraux.
Jorian Solaris
avatar
Messages : 176
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Rothana] Armé jusqu'aux dents (PV Koyne DuCade)
Dim 16 Avr - 17:34
Solaris écoutait avec plus d’intérêt les paroles de DuCade, le Poing de l’Empire s’était fait un peu plus loquace et il était évident qu’elle avait désormais une nouvelle étiquette en s’exprimant ainsi. La Comtesse de Rothana s’exprima de manière plus personnelle, donnant une opinion très pertinente. A l’évocation des Jedi, Jorian acquiesça, il était tout à fait d’accord avec ce qu’elle venait de dire. Après tout, lui non plus n’avait pas non plus d’opinion sur eux lorsqu’il les avait rencontré, le fait d’avoir eu des pouvoirs de Sith entre temps ne le dotait pas non plus d’une opinion particulièrement arrêtée sur eux. Après tout, il demeurait un Commandant de la REPo avant tout et disposer d’un grand carnet d’adresses lui permettrait surtout de mener sa mission à bien. C’était concrètement cette mission qui l’intéressait au plus haut point. L’Entente menait ses propres affaires militaires et cela dépendait de l’Etat-Major, lui dépendait de la REPo, il comprenait mieux que quiconque le clivage qu’il pouvait y avoir entre les différents organes de l’état. Cela menait d’ailleurs bien souvent à des luttes intestines : y avait-il ce genre de luttes dans l’Empire Sith ? Il était clair que oui, là-bas plus qu’ailleurs puisque les Siths avaient cette latitude dans les affrontements et la tolérance de l’assassinat, eux qui cultivaient la puissance. Cet aspect du culte Sith avait d’ailleurs intrigué et dégoûté Jorian mais il voyait que certains Siths n’étaient pas comme cela, c’était le cas d’Ahriman et visiblement de DuCade qui ne faisait preuve d’aucune condescendance ni d’aucune suffisance. Sans doute était-ce d’ailleurs pour cela que la Dame Sith était devenue ce qu’elle était aujourd’hui et qu’elle réussissait à arracher ses victoires à ses ennemis. Elle avait eu à gérer de nombreux fronts et semblait ne pas connaître de défaite majeure. En fait, la seule défaite pour l’instant connue des Siths avait été contre l’Entente, mais cela était peut-être aussi du à une mauvaise évaluation de la situation de la part des Siths.

-Oui bien sûr, j’ai dîné avec la Maîtresse de l’Ordre : la Maîtresse Loes de Walleron. Je l’ai rencontré car elle semblait vouloir faire une tour d’horizon des possibilités diplomatiques avec l’Entente. Nos dirigeants ne sont pas trop portés vers le dialogue avec les Sensitifs, surtout par ignorance. Le discours du Commandant Suprême Stregwel se base sur le fait que nous ne pouvons pas laisser nos destins entre les mains de personnes ayant un pouvoir leur permettant d’asservir la masse. Je partage son avis, raisonnons par postulat l’espace d’un instant : que se passerait-il si votre Impératrice Akni n’était pas quelqu’un de raisonnable et n’aspirait qu’à la puissance brute mais qu’elle était trop forte pour être défaite ? Le peuple ne pourrait pas se délivrer de ses chaînes, comme ce fut le cas avec Palpatine. Maintenant je n’ai rien contre les Sensitifs en tant que tel, je pense que chaque pouvoir utilisé raisonnablement peut mener à poursuivre des buts progressistes. Ce fut le même problème avec l’Alliance Galactique qui fut une chimère en laquelle j’ai cru plus que tout, le concept était parfait mais l’application fut chaotique. Pour en revenir à la Maîtresse de Walleron, comme nos ambassadeurs ont refusé de la rencontrer, elle a du passer par l’office diplomatique de la REPo qui est très peu usité car nous avons la réputation d’être des fanatiques –ce qui n’est pas toujours faux d’ailleurs- et ils m’ont envoyé la rencontrer car les officiers plus gradés refusaient de la rencontrer. Cela m’arrangeait puisque j’ai eu dans mes attributions de rendre des rapports d’étude sur les Jedi, sur les Siths et sur les Chevaliers Impériaux afin d’en évaluer la menace. La Maîtresse de Walleron est une personne tout à fait charmante qui semble avoir une très bonne vue politique, mais là-encore les moyens semblaient manquer. La posture Jedi ne semble pas mener vers quelque chose de concret et c’est un peu le problème que je vois chez eux. Sans doute est-ce d’ailleurs également la raison pour laquelle ils sont aujourd’hui en exil. Je crois qu’en fait, les Jedi avaient une influence dans les temps anciens mais qu’aujourd’hui ils peinent à se faire entendre.


Jorian terminait sur cette note. Il n’avait pas trahi De Walleron en disant qu’il l’avait rencontré, il n’avait d’ailleurs pas donné les tenants et les aboutissants de la rencontre, simplement son avis. Il était clair que pour lui les Jedi surestimaient leur influence. Malgré leur ancienneté, ils étaient en exil et ne semblaient pas capables de combattre les Siths qui disposaient d’un régime entier à leur disposition. L’Alliance Rebelle n’avait pas pour le moment accepté les Jedi et ils n’étaient pas non plus en phase avec l’Empire Galactique. Les désirs et les buts de Loes de Walleron semblaient irréalistes. Il fallait parfois comprendre les forces en place et surtout réussir à les évaluer. Sa coalition contre les Siths ne pourrait jamais trouver de soutien nécessaire et mettre tout le monde dans le même panier était trop manichéens : selon Jorian, on ne pouvait pas comparer tous les Siths et l’expansionnisme dont faisait preuve l’Empire Sith était sans doute le fait de personnalités trop brutales. Au final, DuCade était sans doute –à l’instar de Jorian- un rouage du système. Elle avait fait preuve de talent, mais elle restait soumise elle-aussi à sa propre bureaucratie et à son Impératrice. Shadowsun avait prodigué des conseils qui semblaient très intéressants à Jorian. Son expérience serait mise à contribution. L’homme se massa à nouveau le menton lorsqu’il était temps d’y répondre et réfléchit avec intensité durant quelques secondes en fronçant les sourcils.

-Je ne comptais de toute manière pas montrer mon équipement à l’Empire Galactique. Pour une impression complètement personnelle, ils m’ont traité avec une condescendance telle qu’ils ne m’ont inspiré aucune confiance. J’ai moi-même joué un certain rôle face à eux, et eux n’ont manifesté qu’un mépris profond. Même si leur régime est censé entretenir de bonnes relations avec nous, il est évident qu’ils ne souhaitent pas se considérer sur un pied d’égalité. Ce que vous dites concernant une fuite interne est intéressant, mais j’ai du mal à voir comment cela serait possible : infiltrer les réseaux de la REPo et surtout transmettre nos informations serait très difficile. En fait, je ne communique à personne les cibles avant une enquête préliminaire et seuls les inspecteurs de mon équipe mènent ce type d’enquêtes. En plus de ça, nous menons plusieurs enquêtes en même temps et je sélectionne personnellement les cibles sans communiquer avec qui que ce soit quelles seront les cibles. A part l’Administration du Ministère qui a quelques informations après la mission et mon équipe, personne ne sait ce que nous faisons. Votre conseil mérite d’être creusé mais s’il y a vraiment quelqu’un de chez nous qui communique, alors c’est très grave et je vais devoir faire preuve d’originalité pour le piéger. De toute façon, nous serons vite fixés. Je vous suis reconnaissant de faire passer les informations, je pense qu’il aurait été plus approprié que j’en réfère directement à Lady Maladi, mais je doute de pouvoir avoir une discussion constructive avec elle. Nos pensées se rejoignent sur les Hutts et l’Alliance Galactique, mais je pense que beaucoup les sous-estiment actuellement. Le Commandant Plo Tan’ith a su bien s’entourer et l’Amiral Gar Stazi est la preuve vivante que l’Alliance et les idéaux Alliés peuvent renaître de leurs cendres, quant aux Hutts le retour du Xénope est selon moi un mauvais présage. J’espère dans tous les cas que nous pourrons arrêter ces terroristes avant qu’ils ne mettent leurs plans à exécution.

Le regard de Solaris plongea à nouveau dans le vide alors qu’il buvait à nouveau dans sa coupe. Les réflexions soulevées par DuCade étaient intéressantes et d’une entrevue commerciale, les discussions avaient dérivé. Jorian était satisfait de cela, c’était la première discussion sensée et constructive qu’il avait avec un dirigeant.

-Je vous remercie de votre coopération. Je ferai de même avec mes moyens plus modestes et je vous transmettrai mes informations. L’Impératrice Jaana Fel est très jeune, comme vous le savez elle a à peine dix-neuf ans. Contrairement à ce qu’on pourrait penser elle m’a donné l’impression de quelqu’un de redoutablement intelligent et mature, c’était elle qui menait la danse et elle a fait plusieurs fois taire l’assemblée qui l’accompagnait. A mon avis, c’est bel et bien elle qui mène l’Empire Galactique et j’ai eu l’intuition qu’elle serait bien plus dure que sa mère. En tout cas elle s’est prêtée au jeu de dupe et a concrètement cherché à me manipuler. Je pense cependant qu’elle est encore trop pure et que c’est sur cet aspect là que se trouve sa faiblesse : elle a condamné fermement les exécutions –même de criminels très dangereux- et me semble peu encline à faire le sale travail. Je crois que pour elle la guerre est encore quelque chose de théorique et qu’elle n’en maîtrise pas encore toutes les facettes, mais il n’y a nul doute qu’elle apprendra très vite. Je crois que tôt ou tard elle tombera en désaccord avec le Conseil des Moffs sur ce genre de sujet. Dans tous les cas, je crois qu’elle vous donnera du fil à retordre et que ceux qui pariaient à son couronnement qu’elle serait une dirigeante d’apparence, une adolescente manipulé par la régence se sont trompés : c’est bien elle qui gouverne et croyez-moi, c’est quelqu’un de bien plus compétent que ses prédécesseurs.

Jorian avait donné un avis sincère à nouveau. Il sourit à nouveau à Koyne DuCade, cette fois avec une étrange lueur dans les yeux. Il avait envie de rajouter quelques éléments mais hésita. Une hésitation de quelques secondes, avant finalement de succomber à la tentation de les rajouter…Après tout, il avait l’occasion de s’exprimer.


-Si vous voulez un avis plus personnel, à ce stade de la guerre, le conflit ne sera pas résolu facilement. Il y a fort à penser que ce conflit dure encore très longtemps sans que personne ne sorte du lot. Ce que je pense, c’est que les anciens régimes tels que l’Empire Fel et l’Alliance Galactique ont déjà prouvé leur incapacité à maintenir la paix, mais qu’ils s’accrochent pour maintenir leur ancien système. Concernant les Siths, je n’ai pas encore d’opinion, je suppose que c’est comme tout, cela dépend qui gouverne. Nous aurions intérêt à arrêter cette guerre maintenant, mais je pense que cela est impossible tant que nous n’avons pas éliminé ceux qui l’ont généré, car tant qu’ils seront là, ils continueront à propager des idées bellicistes. Pour cet idéal de paix, je suis prêt à aller très loin et personne ne sait quels sacrifices cela m’a demandé. J’ai vu les Hutts massacrer ma famille et brûler ma maison devant mes yeux, ma femme est aujourd’hui une terroriste à leur botte et j’irai jusqu’au bout de ma mission, qu’importe ce que cela me demande. C’est au nom de ces idéaux que j’ai quitté l’Alliance Galactique et que je suis allé jusqu’à combattre au front sur Erinar, une bataille très difficile, j’étais en première ligne et j’ai du faire des choses peu enviable, j’ai exécuté un Acolyte qui ne devait pas avoir plus de quinze ans. Cela ne m’enchante pas et je donnerais tout ce que j’ai pour revenir en arrière, lorsque tout n’était que paix, mais nos systèmes précédents n’étaient qu’illusion et cette guerre n’est que la cristallisation d’un combat idéologique profond, c’est la fracture entre les anciens systèmes qui ont échoué à maintes reprises et de nouveaux qui tentent de s’imposer. Désormais il sera très intéressant de voir parmi ces nouveaux systèmes ceux qui sont capables de survivre et de trouver les remèdes aux anciennes pathologies induites par le Triumvirat qui nous a mené au bord de la rupture.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Rothana] Armé jusqu'aux dents (PV Koyne DuCade)
Lun 17 Avr - 15:27
« Postulat intéressant, mais qui ne s'applique pas qu'aux Sensitifs : dotez votre Commandeur Suprême d'une arme aussi dangereuse qu'une Étoile de la Mort ou un Broyeur de Soleil, pensez-vous qu'il sera capable d'en faire usage de manière raisonnable ? Il est impossible de répondre a ce genre de question avant qu'elle ne se produise, mais je suis convaincue que chaque problème a sa solution, chaque nouveau défi encourage a se dépasser pour les relever, c'est pour cela que je suis devenue officier. Concernant les Jedi, ils essayent sans doute d'exister sans faire usage du poids énorme de la menace de ralliement du Consortium d'Hapès a l'une des grandes factions galactique, mais il me semble difficile, après vingt années de paralysie a cause d'une doctrine basée sur la neutralité, de reconstruire une image forte. La Maîtresse de l'Ordre est sans doute quelqu'un de très compétent, mais je n'aimerais pas être a sa place, sa tâche est très difficile, voire se rapproche de l'impossible. »

L'Entente utilisait souvent cette rhétorique de propagande afin de justifier sa position anti-sensitive, mais je l'avais toujours trouvé profondément malhonnête, basé sur le fait que les citoyens galactiques n'étaient même pas capable, dans leurs ensemble, de faire la différence entre un Jedi et un Sith autrement qu'en voyant les tatouages rituels des seconds. En agitant des figures comme Palpatine, les officiers et dirigeants de l'Entente pouvaient ainsi radicaliser leurs population, mais ce n'était pas tant le pouvoir incommensurable de Palpatine dans la Force qui lui avait permis de tenir la galaxie entre ses griffes : c'était la puissance des armées impériales, leurs vastes effectifs capable de tenir tous les secteurs de la galaxie et ses fameuses armes nouvelles, qui seraient toutes aussi dangereuse entre les mains d'un non-sensitif que d'un Jedi ou d'un Sith parfaitement formé. Si le Commandant Solaris était réellement un scientifique, il comprendrais fort bien ma réserve et ma position : un sensitif qui devenait déraisonnable pouvait être stoppé de bien des façons : même si un autre Sensitifs ne semblait pas a la hauteur, il n'était pas a l'abri de la puissance de la technologie : dans le pire des cas, une bonne frappe orbitale fera très bien le travail. Quelqu'un dissimulé dans une super-arme de la taille de l’Étoile de la Mort ou doté du blindage du Broyeur de Soleil réclamait la mobilisation de moyen bien plus important et pouvait causer des dégâts significatif bien plus grave en un seul instant.

Pour le reste, je n'avais fait qu'énoncé des banalités qu'il avait déjà exprimé, estimer la tâche de la Grande Maîtresse Jedi comme très difficile n'avait rien d'une analyse fine de la politique galactique, n'importe quel observateur averti serait capable de le dire. Oh, cela n'empêchait pas certain « spécialiste politique » ou « éditorialiste » de venir expliquer ce genre de chose de manière très sérieuse dans les holonews des chaînes d'informations, prenant leurs publics pour une masse d'inculte stupide, mais ils faisaient davantage preuve du fait qu'ils n'avaient pas grand-chose a dire pour justifier leurs salaires et caprices de stars. Ceci dit, la population de ses « concierges » de la vie politique devait sans doute s'être réduite avec la chute de l'Alliance Galactique : les deux Empires contrôlaient leurs propres réseaux d'information et il paraissait peu probable que l'Entente entretienne un organe de presse libre et indépendant. Il ne valait même pas la peine de parler de la situation du Consortium de Hapès et de l'Ascendance Chiss… Peut-être que Corellia avait ouvert une colonie de ses parasites galactiques, c'était bien l'un des seuls systèmes où ils pouvaient se dissimuler afin de déblatérer leurs demi-vérités ainsi que leurs mensonges, au moins je n'étais pas sous leurs menaces ici.

Le mépris et la condescendance qu'il reçu de la part de l'Empire Galactique ne me surpris guère : les Fel avaient toujours eu cette posture paternaliste qui les poussaient a se considérer comme le sommet de la galaxie, dans une mission d'instauration de la civilisation dans une galaxie qui a naturellement besoin de leurs règnes éclairés… Je ne pouvais que me demander s'ils n'avaient pas hérité d'une telle condescendance a cause de l'éducation Chiss de Jagged Fel, le premier Empereur de leur lignée, mais je n'en était pas certaine moi-même a vrai dire. Il était cependant amusant de voir a quel point Jorian semblait incapable d'envisager que la taupe venait de ses propres rangs. L'on imaginait jamais que l'on puisse être trahi par ses propres compagnons d'armes, sauf chez les Sith ou il s'agissait au contraire souvent du premier réflexe, ou du second, la piste de l'espionnage étant souvent envisagé. Pourtant, la trahison venait bien souvent d'un ami ou d'un camarade, sinon elle ne serait pas une trahison. Les non-sensitifs étaient d'ailleurs particulièrement sensible a cet aveuglement car ils étaient très enfermé dans les notions du « possible » et de « l'impossible » ce qui les amenaient souvent a commettre ce genre d'erreur, nous n'étions cependant pas de cette trempe.

En revanche, il sous-estimait la malice et l'art de la manipulation de Lady Maladi : pour se créer des nouveaux pions, cette dernière savait très bien jouer du violon et je n'aurais pas été surprise qu'elle accepte de le recevoir de manière cordiale afin de s'assurer une nouvelle source d'information. Certes, j'étais dans une posture et j'étais certaine que Solaris en avait aussi pleinement conscience que je savais moi-même qu'il était dans une autre, mais j'étais restée honnête et je n'avais pas dit quelque chose que je renierais, me contentant de ne pas dire les choses désagréable afin de maintenir l'entretien dans un cadre cordial. Maladi elle lui aurait menti et l'aurait sans doute autant flatter que couvert de promesse irrésistible afin de s'assurer de le tenir entre ses griffes. Il aurait peut-être même fini par devenir un agent double sans s'en apercevoir, tellement l'empoisonneuse pouvait également être une manipulatrice de génie. De ce fait, il ne me semblait pas prudent de lui conseiller de demander rendez-vous et je n'en fit donc rien. Sa remarque sur l'Alliance et les Hutts restait pertinente, mais je n'étais pas habileté en tant que Poing a la commenter : mon rôle était de rendre possible les opérations militaires décidé par le Magistère et non pas de les faire moi-même et je m'en tenais a celui-ci.

Il fit enfin un portrait de Jaana Fel qui fut bien plus élogieux que l'on aurait put le croire, mais qui pouvait en même temps s'associer avec la condescendance qu'il avait ressenti en l'accompagnant. C'était une Fel, avec tout ce que cela impliquait. L'Impératrice Marasiah était réputée plus douce que ses prédécesseurs, mais elle n'avait pas hésiter a faire taire ses hésitations afin de trahir dans le dos l'Alliance lorsque nous l'avions poussé a le faire pour nous assurer la victoire en coinçant les Alliés dans une guerre sur deux fronts qu'ils ne pouvaient pas espérer remporter. Cette assurance qu'évoquait Jorian n'avait donc rien de surprenant : a dix-neuf ans et en succédant a deux figures illustres de la maison Fel, Jaana devait montrer les muscles pour pouvoir s'imposer dans l'appareil impérial. Si cela prouvait qu'elle était capable de faire preuve d'autorité, je n'étais en revanche pas convaincue qu'elle domine aussi facilement les officiers et les Moffs, en fait, cela dépendrait de la position des Aristocra Chiss, qui pouvait faire pencher la balance de leur seul soutien, même supposé. S'ils venaient au secours de l'impératrice, cette dernière s'imposerait sans doute naturellement, dans le cas contraire, elle allait devoir batailler ferme et cela révélerait de quel acier elle était réellement trempée.

Je n'eut cependant pas l'occasion de répondre, Jorian, qui disposait d'une oreille attentive, ce qu'il n'avait visiblement pas croisé partout depuis qu'il rencontrait les puissants, me donna son point de vue sur la guerre ainsi que son propre passé. C'était une chose très personnel et il ne semblait pas réellement jouer un rôle ici, où alors il s'agissait d'un très bon menteur, car l'hésitation avant de prendre la parole semblait plus vraie que nature. Je n'avais pas vocation a commenter une affirmation comme celle-ci en tant que Poing de l'Empire, je ne décidais pas des guerres et des paix, je ne faisais que faire les guerres que l'on me demandait de faire, toutefois, il n'avait pas vraiment vocation dans ses attributions a parler de ce genre de sujet et le faisait quand même. Il avoua même avoir participer a la bataille d'Erinar, ce dont je ne me souvenais plus : son nom apparaissait sans doute dans les rapports d'Ahzek Ahriman ou de Katria, mais il y avait beaucoup de nom et Jorian Solaris était davantage connu pour ses actions belliqueuse envers les hors-la-loi. Jorian ne semblait pas être un homme taillé pour ce qu'il faisait, mais il avait conscience d'être aller trop loin et de ne plus pouvoir reculer. Du reste, ce n'était pas a moi de le guider, il ne faisait pas partie de mon cercle d'influence. Je fermais les yeux un instant, histoire de pouvoir me faire un air plus solennel, puis je redressais en croisant les mains sur mon bureau, prenant une voix plus compréhensive avec un sourire avenant alors que je reprenais la parole.


« Boba Fett disait qu'il y avait toujours des guerres dans cette galaxie commandant, et il n'avait pas tord. Depuis la chute de l'Ancienne République, rare sont les périodes sans conflits majeurs, et elles sont souvent entachés par l'étreinte de régime n'étant pas issu de la volonté des peuples. Bien que mon travail soit d'offrir la victoire la plus rapide et éclatante a mon Empire, je partage votre pessimisme sur la durée de cette guerre, mais elle a polariser a l'extrême les positions de chaque dirigeant. Je pense que les systèmes comme Hapès, Corellia ou le Secteur Corporatiste ne pourrons rester a l'écart du conflit trop longtemps. Cette guerre a un parfum différent des différents conflits de l'histoire, c'est peut-être la guerre qui mettra fin a toutes les guerres pour de nombreuses années, le régime qui sortira vainqueur du conflit aura sans doute l'opportunité de pouvoir créer une nouvelle période de stabilité digne de l'Ancienne République et il devra donc s'y atteler. En revanche, je n'ai guère envie de revenir en arrière, dominée par les mensonges d'une Alliance corrompu. Certes, notre génération sera brisée par l'enclume de la guerre, mais si nous permettons aux générations suivante de pouvoir enfin connaître la paix sous la bannière de l'ordre et du progrès, alors nos combats ne seront pas vain. Si nous triomphons, notre Impératrice apportera cette ère a la galaxie. Si nous sommes vaincu, mon seul regret sera de ne pas avoir été a la hauteur de ma tâche, car je compte bien donner tout ce que j'ai pour la victoire de mon Empire. La seule question que vous devez vous posez commandant, c'est de savoir si vous avez fait le bon choix, et si vous serez prêt a l'assumer face a la mort. »

Finalement, j'avais acceptée de sortir de ma réserve, mais il ne trouverait pas plus dans ce discours que ce que les rapports de sa REPo devait sans doute dire de moi où ce qu'il y avait dans mon traité de stratégie, qu'il n'aurait pas trop de mal a se procurer s'il le recherchait vraiment puisque j'en avais fait éditer une version accessible a tous les publics. La porte du bureau s'ouvrit de nouveau afin de faire entrer une boite indiquant le nom de l'alcool et l'année de sa cuvée, il s'agissait de la bouteille promise en cadeau pour la signature du contrat. Le domestique nous salua respectueusement comme le voulait le protocole Rothanien puis se retira afin de nous laisser de nouveau seul. J'avais obtenue a peu près tout ce que j'attendais de lui, mais je choisissais de le laisser choisir de continuer a discuter ou de partir : un simple réflexe de commerçant : le client restait le roi et c'était a lui de choisir quand il pouvait partir satisfait.
Jorian Solaris
avatar
Messages : 176
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Rothana] Armé jusqu'aux dents (PV Koyne DuCade)
Mar 18 Avr - 18:08
L’officier écoutait toujours DuCade qui se montra plus nuancée que lui concernant les Sensitifs et dit que les non-sensitifs pouvaient aussi être dangereux avec un grand pouvoir technologique. Contrairement à ce qu’on pouvait s’attendre de la part d’un Sith, elle ne se montra pas dédaigneuse concernant la Maîtresse de l’Ordre mais sa position concernant les Jedi demeurait la même. Cette position, Jorian la comprenait plus que quiconque, après tout, il avait fait partie de ceux qui auraient aimé les voir utiliser leur pouvoir lorsque l’Alliance s’était délitée, mais ce moment n’était jamais venu, l’Ordre ne voulait pas entrer dans une phase d’ingérence et il avait mis longtemps à comprendre que les Siths étaient désormais dans la galaxie et qu’ils voulaient la conquérir. L’Ordre Jedi était complètement passif et rien ne semblait désormais pouvoir le sortir de sa léthargie et de son inaction, une pensée qui amenait Jorian à se questionner depuis longtemps quant au statut et au but profond de ces gens-là. Après tout, même si la Maîtresse de Walleron semblait prôner des idéaux politiques et avoir des aspirations diplomatiques, il était évident que cela n’était pas comparable à l’organisation des Siths qui semblaient avoir mis au point une armée qui était désormais un véritable rouleau-compresseur. Il était impossible de concevoir un instant que la méthode des Jedi fonctionnerait et, d’après l’officier, elle était vouée à l’échec.

-Votre point de vue est aussi intéressant et j’y adhère. Je n’ai pas la prétention de savoir si notre Commandeur Suprême serait un homme raisonnable avec une étoile de la mort ou un broyeur de soleil. Cela soulève un autre débat, celui qui mènerait à savoir si les hommes et les femmes sont corrompus par le pouvoir. Est-ce que nous-même nous détruirions un monde pour faire un exemple ? Ou simplement car nous le pouvons ? Concernant le Commandant Suprême Stregwel, je ne suis pas suffisamment naïf pour spéculer là-dessus, je n’en ai donc aucune idée. Si je parlais ainsi des Siths, c’est parce que votre statut induit intrinsèquement le pouvoir : vous êtes hors-norme et votre code inculque tout de même une certaine liberté, incitant à prendre le pouvoir. De mes propres recherches, il ne fut pas rare par le passé de voir des élèves assassinant leur maître ou encore des Siths s’entre-tuant. Ce fut le cas avec votre prédécesseur...Darth...Alarak, si mes informations sont exactes et si vous me le permettez. Ce Darth Alarak est pour moi l’incarnation, au même titre que votre Darth Paganus, du Sith violent et irresponsable qui aurait terminé par poursuivre ses propres objectifs et son pouvoir l’aurait mis à l’abri des lois dans tout autre système. Au fond, je crois que ce que remet en cause l’Entente, ce n’est pas le fait intrinsèque d’être Sensitif, mais le fait que cela forme une caste qui aurait des pouvoirs les menant systématiquement à prendre le pouvoir sur de pauvres êtres non sensitifs comme je le suis. Il est amusant que vous ayez vous-même combattu ces deux personnages, et je pense qu’au fond, vous avez bien fait, même si cela reste très personnel.


Jorian fixait toujours Darth Shadowsun avec un petit sourire entendu, comme s’ils venaient de parler entre adultes en évoquant le fait que le Père Noël n’existait pas ou en brisant un secret. Au final, il se révélait moins fanatique qu’on aurait pu l’attendre d’un officier de l’Entente, remettant même en cause le raisonnement même de la propagande.


-Entendons-nous bien, je ne suis pas le champion d’un raisonnement ou d’un autre : en fait je pense que ces questions n’ont pas de réponse simple et qu’il n’est pas si aisé d’y répondre. Le peuple a par contre besoin d’un cadre et c’est ainsi que sont simplifiés les faits pour qu’un message abordable soit délivré…Mais je fais la différence entre la propagande et ce qui est vraiment, ne vous en faites pas. Si je n’étais pas capable de démêler le vrai du faux et de comprendre l’ambiguïté de ce monde et ses nuances, cela ferait de moi un fanatique ou alors je ne vaudrais pas mieux que les Jedi qui poursuivent des chimères sans jamais se renouveler.


Une fois encore, Solaris se montrait bien plus nuancé. Il ne contredisait pas DuCade sur le fond, car il ne le pouvait honnêtement pas : sur la question du pouvoir technologique, elle avait tout à fait raison et il n’était pas possible de spéculer sans avoir été dans une situation. Pour le reste, il ne reniait pas la propagande agressive de la Triade, mais montrait aussi à demi-mot qu’il était capable de trier le vrai et le faux. Sur le fond, il avait toujours été un électron libre et s’il avait été un officier de l’Entente forgé dans le moule étriqué prévu à cet effet, il n’aurait pas lui-même poursuivi la voie de l’étude de la Force, mais cela Koyne DuCade ne le savait pas. Même s’il avait embrassé la voie des Siths, il n’en demeurait pas moins quelqu’un qui poursuivait ses propres buts et se voulait très bienveillant à l’égard de l’Entente qu’il pensait être le meilleur régime par rapport à ses aspirations, il était intéressant de voir que le parallèle avec la pensée de Koyne était tout à fait faisable. Un homme entra et déposa une boîte contenant l’alcool, comme cela était prévu. Jorian sourit à nouveau.


-Eh bien, je vous remercie pour ce cadeau de valeur...Heureusement que je suis Commandant de la REPo et que je ne passerai pas par la douane, sinon j’aurais eu une amende assez importante et vous auriez été soupçonnée de corruption. Avec ce genre de présent, je me laisse corrompre avec délectation. Pour être honnête, je partage totalement votre analyse, il en va de même pour l’Entente au final, nous ne pourrons pas rester neutres indéfiniment et je crois savoir que ces questions et notre alignement sont discutés en de hautes sphères, cela est loin d’être clair et d’être défini, mais les petites gens dont je fais partie n’en sont pas informées, je me contente d’accomplir les missions qui me sont assignées. A cette question, je suis absolument certain -et plus encore ces derniers temps- d’avoir fait les bons choix, et le je les assumerai jusqu’à la mort et même après s’il le faut.

Jorian sourit à nouveau après cette déclaration énigmatique. L’officier avait évoqué la corruption avec bonhomie et il avait soutenu le regard de Koyne de manière plus intense, il était difficile de savoir s’il parlait simplement de la bouteille, mais il était clair qu’il appréciait son interlocutrice plus que de raison. Ne se voulant pas encombrant, il reprit pour terminer.

-Je ne vais pas vous prendre plus de temps, je pense que vous avez beaucoup à faire, Lady Shadowsun. En tout cas, cela a été un honneur de vous rencontrer et j’espère que nous nous rencontrerons à nouveau et dans un autre endroit que sur un champ de bataille. Je vous joins mes coordonnées, n’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin d’autres informations...Ou du temps à tuer devant un verre. Je ne vous garantie pas de pouvoir vous recevoir à mon bureau sur Mustafar, mais je trouverai un moyen de me libérer. Cela fait plaisir de voir qu’il existe des Siths raisonnables et cultivés !


Jorian ricana avec un rictus à sa dernière phrase qui n’était finalement qu’une boutade, quoi qu’elle faisait référence au cas de Sinistra. La messe était dite.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Rothana] Armé jusqu'aux dents (PV Koyne DuCade)
Mer 19 Avr - 2:47
Bien que mon visage n'en montrait rien, j'étais tout de même un peu surprise qu'il connaisse Darth Alarak. En dehors du système Sith, l'ancien Poing s'était fait très discret et j'étais une figure plus connue que lui déjà a l'ère de la Guerre Civile Alliée, avant même que la Galaxie réalise que j'étais un Seigneur Sith. Rien d'étonnant pour Paganus en revanche vu ses activités actuelles, mais je me demandais comment la REPo était parvenue a avoir une taupe aussi haut placée pour connaître l'existence d'Alarak… A moins qu'elle n'aie arrachée une partie de notre histoire a des prisonniers de guerre après la campagne, mais il s'agissait d'un fait important que j'ajouterais aux données qu'il m'avait transmise dans mon rapport a Maladi. Je n'étais pas chargée de l'espionnage et du contre-espionnage et officiellement, je ne pouvais rien faire de plus, en revanche, je pouvais toujours engager Dynat pour faire sa propre enquête et je ne comptais pas me priver pour le faire. Il m'observa avec l'air de ceux qui partagent des secrets important juste en révélant une appréciation sur mon choix d'avoir combattu Alarak et Bolkan, mais je n'avais choisit le combat que dans un cas, et seulement pas une nécessité absolue. Je ne me sentais pas pour autant particulière fière d'avoir éliminer ses deux hommes, j'avais fait ce qui était nécessaire et rien d'autre, même si Alarak m'avait offert une certaine satisfaction après des années de frustrations face a ses idées absurde.

Il prouva qu'il était doté d'une capacité de réflexion supérieure a la moyenne de ses collègues en affirmant qu'il était capable de démêler la propagande et faire la distinction entre le vrai et le faux, justifiant le second derrière l'excuse de diriger le peuple vers une ligne directrice afin de maintenir la société en cohésion. Je ne fonctionnait pas sur ce principe, lui préférant la vérité crue et parfois cruelle, mais c'était de cette façon que j'avais inspirée mon entourage et que ce dernier m'était fidèle, c'était aussi parce que je n'avais pas manquée de faire part des difficultés que nos campagnes allaient rencontrer et que j'étais la plus compétente que les systèmes séparatistes m'avaient choisie comme Commandeur Suprême lorsque qu'ils avaient eu quelqu'un a désigné avant le début de la guerre civile allié. Il utilisait une vieille technique visant a se placer au-dessus du peuple en le dévalorisant pour s'assurer de montrer son intelligence, mais dans le fond, peut-être le peuple de l'Entente était-il moins instruit que celui de Rothana… Vu la richesse moyenne sur Rothana, c'était même fort probable, l'accès a l'instruction restait lié au statut social et même si j'avais choisit un autre discours, je ne pouvais totalement nier la pertinence de son raisonnement, même s'il dissimulait quelque chose de prétentieux. Et je ne perdais rien de mon sourire aimable.

Il fut satisfait de recevoir sa bouteille et évoqua même une tentative de corruption. Il s'agissait plus d'un code de conduite dans les contrats d'armements après la signature d'un contrat : certaines entreprises n'hésitaient pas a « mettre a l'aise » leurs clients en organisant des soirées mondaines particulière avec des Escort-girls, mais ce n'était pas mon style, je préférais la classe et donc miser sur un bon vin. L'homme ne semblait pas déçu en tout cas et ne m'en tiendrait sans doute pas rigueur. Il évoqua le fait qu'il était convaincu que l'Entente ne pourrait rester neutre, mais qu'il ne disposait d'aucun indice pour savoir de quel côté cette dernière allait balancer. D'après les informations dont je disposais, ses liens les plus solides semblaient ceux de l'Empire Galactique, mais la nature même des impériaux, se reposant sur une caste de noble privilégié et la puissance de plusieurs grandes familles galactiques, comme les Fel, les d'Asta ou encore les Kuat, cadrait mal avec la volonté de l'Entente de pratiquer le « dégagisme » envers les nobles et les privilégiés et les impériaux risquaient fort de prendre ce régime de haut. Si nous négocions habilement avec eux, il ne me semblait pas impossible de les rallier a notre cause, mais il faudrait savoir si Akni serait prête a me confier une mission diplomatique et si le Commandeur Stregwel serait disposé a me rencontrer, de préférence sur terrain neutre, car j'étais probablement l'une des meilleures personnes pour négocier avec lui.

Il était d'ailleurs amusant qu'après s'être volontairement placé au-dessus de la mêlée, Solaris avait finalement choisit de se ranger du côté des « petites gens » afin de justifier l'ignorance qu'il avait de la politique extérieure de son régime. Il faisait varier sa position de la manière dont il le souhaitait, même si dans un certain sens, ce n'était pas incohérent : son statut de scientifique le plaçait de manière cérébrale au-dessus de la mêlée, mais d'un autre côté, il n'avait pas les autorisations et les accès des puissants et ne pouvait donc disposer des informations du haut de l'état-major comme moi. Il termina sur le fait qu'il était absolument certain des choix qu'il avait fait et qu'il était prêt a les assumer, aussi bien devant la mort qu'au-delà. Mon visage afficha une expression des plus aimable, avec même une certaine pointe de respect. Dans le fond, Solaris était un monstre ordinaire : il dissimulait sa nature profonde derrière des allures de monsieur tout le monde, un bon sens commun efficace ainsi que des connaissances scientifiques plus pointu et une intelligence sans doute malsaine. En cela, il était sans doute plus dangereux encore que des individus comme Alarak ou Paganus, qui étaient eux des monstres facilement détectable et qui pouvait finalement être rapidement stopper d'un tir de canon a accélération magnétique…


« Dans ce cas, vous pouvez continuer a vivre sans connaître le doute. C'est une qualité rare Commandant, les individus ne sont généralement pas capable de faire face aux conséquences de leurs actes et les assumer avec autant d'aplomb, je respecte cela. »

Ce n'était pas un mensonge, je respectais réellement ceci et j'étais sincère, mais je lui dissimulait une fois encore que je n'approuvais pas son action et il n'avait aucun moyen de le penser, d'autant plus que j'avais accepté de lui vendre son armement. Il indiqua qu'il allait maintenant se retirer et alors qu'il se levait pour me tendre ses coordonnés, je les pris et le raccompagnais jusqu'à ma porte avec un air des plus aimables. Il me proposait de le contacter en cas de besoin d'un complément d'information, mais aussi simplement pour bavarder : même s'il ne pourrait pas me recevoir chez lui sur Mustafar, il était prêt a trouver un moyen pour se libérer… C'était intéressant, peut-être pouvait-il être une bonne source d'information et je serais amenée a le revoir afin de discuter de sa satisfaction concernant nos produits et des moyens que nous pourrions adopter afin d'améliorer son efficacité au combat. Échangeant une ultime poignée de main des plus chaleureuses, je pris une dernière fois la parole afin de pouvoir échanger les politesses, mais aussi me permettre quelques derniers commentaires.

« Les Sith ne sont pas différent des autres peuplades et caste galactique commandant, l'on y trouve a peu près la même tranche de personne intéressante que d'inapte. Je vous retourne le compliment en tout cas, vous faite preuve d'une rare ouverture d'esprit pour un agent du renseignement et converser avec vous fut très agréable. N'hésitez pas a me recontacter si vous avez besoin d'autre chose, même si je ne répond pas immédiatement, étant moi-même très occupée, je ne manquerais pas de vous répondre dès que j'en aurais la possibilité. Mes gardes du corps vont vous raccompagnez, vous et vos hommes, vers votre vaisseau, mais si vous désirez vous reposez avant de reprendre la route, vous pourrez vous rendre dans un hôtel de la capitale qui est réservé a nos clients. »

Je n'avais plus rien a ajouter. Croisant les bras, j'observais sa silhouette quitter mon bureau, encadré de mes Gardes d'Honneurs, en me demandant bien qu'est-ce que ce personnage singulier pouvait m'apporter. Les hors la loi qu'il chasserait serait des menaces en moins pour l'Empire, mais je n’approuvais pas le procédé pour autant. Ceci dit, les Hors la Loi ne se rendaient pratiquement jamais face aux Sith et le Crimson Elite était pratiquement toujours contraint de les éliminer jusqu'au dernier. Je n'étais sans doute pas la mieux placée pour le juger, mais je ne lui aurais pas confier la responsabilité de reconstruire une société après la fin de la guerre non plus, car je n'étais pas certaine qu'il soit possible de sauver la psyché de cet homme… D'ailleurs, était-il réellement fou ? Il me semblait savoir parfaitement ce qu'il faisait, ce qui faisait encore plus froid dans le dos en réalité… Mais je n'en avais rien montrer : la politesse, l'ouverture d'esprit et la compréhension offrait de bien meilleur résultat, et j'avais parler vrai, ce qui m'avait valut d'attirer la sympathie de cet homme… A moins que tout cela ne soit qu'une vulgaire question de physique et de désir...
Jorian Solaris
avatar
Messages : 176
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158 ABY, Rothana] Armé jusqu'aux dents (PV Koyne DuCade)
Mer 19 Avr - 18:18
DuCade se montra parfaitement correcte du début à la fin. Ses paroles étaient très intéressantes et continuèrent de séduire Jorian dans le sens où il y adhérait. Il était difficile de trouver quelqu’un avec une telle ouverture d’esprit, surtout venant d’une faction ennemie. Cette discussion aurait en fait pu être celle de deux amis autour d’un verre. Seulement voilà, il s’agissait là d’une discussion entre deux ennemis, l’un d’eux étant le Poing de l’Empire qui était aussi fournisseur d’arme. Les Siths qui disposaient de postes importants dans l’Administration de l’Impératrice Akni étaient-ils tous comme ça ? Jorian se surprit à se poser cette question : il avait déjà rencontré le Seigneur Sorcier Ahzek Ahriman et désormais Darth Shadowsun, deux personnalités extrêmement différentes qui pourraient sans aucun doute faire la différence dans cette guerre et détonaient avec le Sith classique et brutal. Ces questions laissèrent Jorian quelques instant songeur.

Il accepta cependant la poignée de main de Darth Shadowsun avec amabilité. Elle l’avait finalement convaincue, et cela n’était pas une affaire de physique, c’était bien une affaire d’affinité. Cette femme semblait avoir compris son langage et -d’après Solaris- soutenait son action. Sur le fond cette entrevue était celle qui s’était le mieux déroulée et cela ne manquerait pas de figurer dans le rapport qu’il devait rendre au Ministère sur les différentes classes de Sensitifs. Après tout, l’Empire Galactique l’avait traité avec condescendance et les Jedi avaient tenté d’en savoir plus sur lui afin de manœuvrer une action politique. Shadowsun avait été la seule à faire preuve d’une certaine nuance, si bien qu’il s’était senti l’espace d’un instant face à quelqu’un de raisonnable. La raison d’état, elle la connaissait très bien et cela était une chose qui plaisait à Jorian, lui qui s’était toujours intéressé à de nombreux sujets. D’un mouvement respectueux, il inclina légèrement la tête alors que les gardes étaient là pour l’accompagner.


-Je suis heureux de cette rencontre et vous remercie pour cette proposition, mais nous rentrons pour Eriadu ce soir. Je suis sincèrement heureux de voir une militaire de carrière avec un bon sens aussi acéré. Je vous souhaite une bonne soirée, Lady Shadowsun, nous serons amené à nous revoir j’en suis sûr.


Solaris saisit le petit coffret avec attention après avoir enfilé son manteau et sa casquette puis s’éloigna, encadré des gardes. Les gardes d’élite de la REPo étaient aussi là et le suivirent. Les hommes n’avaient visiblement pas été capables de se détendre et ils étaient restés sur le qui-vive. Ces hommes pourraient se détendre dans la navette. Jorian, quant à lui, avait encore beaucoup à faire, il devait organiser le versant administratif de son action et préparer un certain nombre de lettres. Cette opération était une réussite.

Alors qu’ils sortaient du bâtiment pour se diriger vers la navette, un homme portant un calot s’approcha de Solaris avec une mallette. Les crédits qu’il avait promis en acompte à DuCade étaient là et il tendit la mallette à un garde en lui indiquant qu’il ferait livrer la suite deux jours plus tard. La première partie de la transaction avait été effectuée. Le froid mordait la peau du Commandant qui n’y était pas habitué, aussi il monta rapidement dans la navette, suivi des gardes qui -même s’ils ne le montraient pas- semblaient eux-aussi dérangés par le climat. Alors que l’officier de navigation allait prendre place à côté des pilotes et que les gardes d’élite rejoignaient la petite pièce qui leur était allouée avec d’autres collègues restés pour garder la navette, Solaris rejoignit l’arrière du vaisseau, son bureau individuel. Sa navette personnelle avait été conçue pour qu’il puisse travailler correctement. Il ne fallut que quelques secondes avant que le vaisseau ne s’élève dans les airs. Désormais, il avait équipé son armée et il savait que plus rien ne serait pareil...
Voir le profil de l'utilisateur
[+158 ABY, Rothana] Armé jusqu'aux dents (PV Koyne DuCade)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les dents de la mer arrive !!! FINIE
» Mon Armée Peaux-Vertes!
» Liste d'armée gobelines en 750 points
» L'Armée d'Haïti, Bourreau ou Victime?
» Du code d'éthique de l'Armée Mainoise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Imperial Wars :: Galaxie :: Rothana-