Arcturus Fett, Mand'alor. (99 %)
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Arcturus Fett, Mand'alor. (99 %)
Lun 23 Jan - 20:58
Arcturus Fett




Nom : Fett
Prénom : Arcturus   
Surnom : Al'Ori'Ramikade, Mand'alor l'Invincible, le Belliciste, Da Big Bad Wolf, Ark'buir (Par ses proches), 117 BxL (anciennement).
Sexe : Masculin 
Espèce : Shistavanen (génétiquement modifié) 
Date de naissance et âge : né en +96 ABY il est âgé de 62 ans.
Monde d'origine : Arkania

Groupe(s) : Indépendant, Protectorats Mandaloriens
Rang : VI Mand'alor - Directeur de Mandal Akaan IV


COMPÉTENCES


- Stratégie V : Que ce soit sur le champ de bataille ou derrière son bureau de directeur de Mandal Akaan, Mand'alor connait les rouages qui lui permettront d'atteindre la réussite, économique ou militaire.

- Corps à corps  VI : Arcturus est devenu avec le temps un expert de la lutte, puisant dans ses connaissances en la matière de techniques de combats Mandaloriennes, ainsi que dans sa pratique du Teräs Kasï, il emploie dorénavant un art martial qui lui est propre. Mettant en avant son physique et son agilité naturelle.

- Armes blanches VI : Sa vie de mercenaire et son incorporation au sein des guerriers Mando'ade ont fait de lui un expert de la lame.

- Armes à distances VII : Qu'il s'agisse de son Akaan, d'un Disrupteur ou d'un simple Blaster, Arcturus est une fine gâchette, il se fera d'ailleurs un plaisir de vous le montrer.

- Armes lourdes I : La spécialisation à un prix, et cela se voit dans sa maîtrise des armes lourdes. Si le Mand'alor est capable de manier un lance missile, il sera beaucoup moins efficace que nombre de ses frères dans ce domaine.

- Sniper II : Tout comme pour les armes lourdes, L'Invincible n'est pas vraiment doué en armes de précision. Bien qu'il soit tout à fait capable d'éliminer un homme à l'aide de son fusil Verpine, il aura beaucoup de mal à exploiter ce talent en situation de guerre.

- Pilotage III : S'il est vrai qu'Arcturus est plutôt doué pour piloter son Basilisk ou son propre chasseur, il ne vaut mieux pas lui demander d'improviser avec un TIE "emprunté" ou toute autres machines qui ne lui sont pas familières.

- Furtivité I : Rien, nada le néant. Si les Ori'ramikade sont parfois connus pour leur discrétions, ce n'est absolument pas le cas de cet homme.

- Informatique I : Il est capable de naviguer sur l'Holonet.. à condition qu'il n'y est pas de mise à jour à faire.

- Mécanique II : Il lui est possible de réparer un problème technique sur son engin et de trouver le problème sur une fuite ennuyeuse, mais n'attendez pas à ce qu'il optimise un appareil à lui tout seul.

- Charisme V : L'homme inspire le respect et la détermination, lorsqu'il prends la parole, son auditoire l'écoute avec attention.

- Langue II : Natif de Nal Hutta, Arcturus n'en garde que la langue des hutt qu'il finit par apprendre plus tard aux contact des limaces. Il parle en outre le Mando'a et le basic.

- Diplomatie II : La tradition Mandalorienne dans toute sa splendeur, en ce qui concerne la diplomatie, il vaut mieux utiliser un représentant plus "souple". Ou du moins, qui ne risquera pas d'envoyer une droite à un chef d'état lors d'une réunion.

- Modifications génétiques VI : Ayant subis tout un traitement durant son adolescence, et durant sa création in vitro, L’invincible possède des capacités physiques accrus, doté d'une grande vitesse et d'une force redoutable, il subis cependant les contrecoups psychologiques, d'un tel traitement.

PROJECTION HOLOGRAPHIQUE



La chasse est ouverte..

Bien, débutons donc cette description, après tout si je ne me m'y mets pas aujourd'hui, je risque de ne jamais pouvoir l'écrire, le champ de bataille, les têtes qui volent, bref les aléas de la vie me direz-vous. Si j'écris ceci, c'est avant tout pour que le récit de mon histoire ne soit jamais transformé ou fantasmer par qui que ce soit, j'estime qu'un Mand'alor doit laisser sa marque au sein de notre peuple pour guider les générations suivantes dans le droit chemin, non pas servir de légende insignifiante n'ayant but que d'impressionner les jeunes pousses en manque d'aventures. Ainsi, quoi qu'on vous dise, je suis bel et bien un Shistavanen, ou du moins je l'étais à ma naissance. Les modifications physiques que mon fait subirent ce Demagol Arkanien, ont fait de moi la créature que je suis aujourd'hui. Dépassant les deux mètres dix, pour un poids supérieur aux 160 kilos, j'ai une carrure impressionnante certes, mais je suis encore loin d'un géant Mandellien. Remarquablement musclée, ma silhouette féline ne laisse généralement pas indifférent les curieux, même cacher derrière ma Beskar'gam. Cependant, la plupart n'auront pas vraiment l'occasion de connaitre, ce qui se cache sous l'armure du Big Bad Wolf. Un pelage blanc parsemé de gris, accompagne des puissants membres génétiquement modifier se terminant au niveau des mes pieds et de mes mains par de puissantes griffes. Cette fourrure cache justement mon corps recouvert de cicatrices, trophée des victoires passées ou simple héritage de mes transformations, heureusement mes capacités régénératives me permettent de garder une vague impression d'humanité. Mon visage quant à lui, est comparable à celui d'un croisement entre un rancor et un loup, bien que mes crocs soient toujours présents, ceux-ci ont subi une modification à leur tours, les rendant bien plus larges que la moyenne de mon espèce. Mes yeux jadis d'un ambre étincelant ont été remplacer par des prothèses synthétiques, vairons ils possèdent chacun des spécificités que j'utilise, lors de mes combats. Enfin, ma grande crinière recèle des trophées de chasse passées, allant de la chevalière aux dents de créatures exotiques dont je m'affuble en signe de victoire. Vous comprenez à présent pourquoi je me balade le plus souvent en armure, ma morphologie une fois dans celle-ci se rapproche de celle d'un humanoïde lambda. Et bien que mes proches aient fini par avoir l'habitude de me voir sans ma Beskar'gam, la vision de ma personne suffit généralement à glacer le sang des quelques rares chanceux qui ont l'honneur de me découvrir à l'état naturel.

Mais je vous en prie, parlons plutôt de ma seconde peau, celle dans laquelle je me sens le mieux. Je veux bien sur parler de ce chef-d'oeuvre d'orfèvrerie Mando'a. Ma seule et unique Beskar'gam. D'un vert étincelant signifiant dans nos traditions, le devoir, celle-ci ne me quitte presque jamais. Vous remarquerez rapidement que celle-ci n'est pas vraiment dans les standards Mando et pour cause, il s'agit en réalité d'une nouvelle génération de Beskar'gam, étudiait pour être plus performante dans les théâtres de guerres les plus difficiles. Notre ancêtre favorisée des tenus oscillant entre le sobre et l'exotique, celle-ci est avant tout conçue pour résister à une avalanche de haine. à cet effet, elle me recouvre l'intégralité du corps et n'agit plus donc comme une association de plaques de Beskar. Les points les plus sensibles se trouvent naturellement aux articulations, afin de permettre un libre mouvement du corps, mais cela reste de l'acier Mandalorien, difficile à découper, impossible à imiter. On pourrait dire que ceci ne fait pas vraiment traditionnel pour un Mando, mais il faut pourtant bien garder à l'esprit mes chères aruetiise décadents et ignorant que vous êtes, que l'armure d'un fils de Manda est avant tout prévu pour être efficace, et se doit donc d'évoluer aux grés des changements galactiques. L'époque des mercenaires sévissant chacun de leur côté ayant peu à peu pris du recule, nous vivons aujourd'hui les prémisses de la douce et enivrante saveur de la croisade Mandalorienne, l'efficacité avant l'excentricité, toujours. Vous avez saisi l'idée . Bien, à présent fermez votre claque merdé que je puisse poursuivre sur mon heaume. Mon casque donc, celui avec lequel je me fais un plaisir de distribuer quelques Keldabe Kiss lorsqu’on a l'audace de m'interrompre lors de mes explications. Il est plutôt atypique, contrairement aux autres armures standard, celui-ci ne possède effectivement pas de visière en T, notre marque de fabrique. Cela vient en réalité non pas d'une excentricité esthétique, mais comme vous l'aurez compris, d'un besoin technique. La visière d'or symbole de vengeance chez nous, a été prévu plus large pour faciliter un ATH plus sophistiqué, mais référez-vous plutôt à mon équipement pour ce qui est du détail, ça m'évitera de vous cogner.

Bien continuons, lorsque je ne suis pas sur un champ de bataille (oui je vous assure ça arrive.) j'emporte avec moi quelques atours traditionnels de mon peuple. Je revêts tout d'abord une longue cape rouge, attaché à mes épaules et tombant jusqu'au sol, principalement lors des rencontres officielles en dehors du système Mandaloriens. Celle-ci est sublimée par un masque traditionnel Mandalorien, de ma propre fabrication. Il fut une époque où le détenteur d'un tel objet était objectivement reconnu comme dirigeant de l'ensemble des forces Mando'ade, bien que ne cherchant pas le retour d'une pratique désuète, je n'en reste pas moins défenseur de la tradition. C'est aussi une façon pour moi de puiser dans nos racines à une époque ou la simple prononciation de notre peuple, provoquer peur et soumission. C'est à cet instant que vous m'insultez de charlatans au vu de mes paroles précédentes sur l'efficacité, mais vous tenez bien trop à la vie pour faire cette bêtise. Disons simplement que je m'efforce de faire perdurer notre histoire, et bien que cela provoque la mutation de quelques éléments, la tradition est sauve. Pour s'assurer qu'elle puisse le rester, je ne me ménage pas. Chaque jour est synonyme du même rituel, entrainement, réflexion et devoir. Pour obtenir un physique avantageux et ne jamais faillir au cœur de l'action, il faut être meilleur de sa forme. Que cela passe par un échange de coups à la Beskad, à un entrainement de tir sur cible réelle, tout est susceptible d'être utilisé afin d'affiner mes capacités martiales, il ne s'agit donc plus simplement d'une contrainte, mais d'une véritable passion ardente.

Enfin, on m'a suggéré d'évoquer brièvement ma manière d'être, et même si je pense que vous avez eu un petit avant gout de cela à travers mes menaces, je puis vous assurer que vous n'avez encore rien vu de ma personne. Pour me connaitre, il suffit de me rencontrer sur le terrain, et je prie Kad Ha'rangir pour que vous soyez dans le bon camp à cet instant. D'un pas déterminé, j'avance tel le lion sur sa proie avec férocité et zèle, inspirants effrois et doute au cœur des rangs ennemis, ma fougue ne faiblit pas tandis que ma lame transperce de part en part le pauvre inconnu qui ose se dresser devant moi. Ma voix, puissante, presque caverneuse, amplifie  la violence de la bataille par mon cri de guerre. Il n'y a nul part ou se cacher, nul endroit sûr pour éviter la Beskad de la justice. Car au final, j'obtiens toujours ce que je désire, et s'il s'agit de ta tête Aruetti, alors crois- moi si je te dis qu'elle finira par voler.

Armement




Beskad : S'il est communément admis que la Beskad est une arme sobre et plutôt facile à reconnaître de par son style épuré, il en va tout autrement de celle du Mand'alor. Elle fut créée par le maître forgeron de son clan et porte ainsi l’emblème du loup ainsi que divers runes gravées à l'intérieur de la lame en ancien Mando'a. Sa nature dentelée est prévue pour grièvement blessés ses adversaires. Les pointes en question sont reliés à une cellule énergétique située à l'intérieur de l'arme, lorsqu'elle est activée les pointes sont massivement chargés en électricité, augmentant grandement le tranchant de la lame. Cependant, la cellule demande du temps de recharge entre chaque utilisation et reste extrêmement dangereuse pour son utilisateur.



Akaan : Fruit de l'entente technologique entre Mandalore et Roche, cette arme de nouvelle génération emplois des projectiles semblables à des grenades miniatures, provoquant de puissantes explosions au moindre contact. Particulièrement meurtrière, elle fut bien vite interdit à la manière des Disrupteur sur le marché galactique. Possédant des chargeurs en forme de faux moins conventionnel, il sont munis d'un réservoir d'une dizaine de munitions, impliquant des rechargement manuel bien plus fréquent que les armes à plasma standards. Et par conséquent un nombre de chargeurs limité par opération en solitaire, étant particulièrement lourde pour une arme d'assaut.


Crushgaunt Personnel : Conçu dans le savoir ancien de Mandalore, l'homme équipe toujours au moins un gant de ce type lors de ses missions, les utilisant avant tout comme moyen d'attaque et de défense contre les duellistes. Vétéran de nombreuses batailles, ce gant unique en forme de griffe de loup a la capacité de passer aux travers les blindages ennemis. Il nécessite cependant beaucoup d'effort à son utilisateur lorsqu'il s'agit d'une utilisation anti-blindé et possède quelques limites, malgré sa grande efficacité n'attendez vous pas à ce qu'il découpe un SSD.


Fusil d'assaut Mandalorien : Cette arme en aura vu et pour cause, elle le suit depuis près de 20 ans sur le champ de bataille. Entièrement modifier et misant sur la polyvalence, l'arme à percussion a recours à des balles aux propriétés diverses : balles perforantes, explosives, empoisonnées, ou assommantes. Bien qu'elle soit très efficace, l'arme est avant tout un héritage de son passé dont il a du mal à se défaire, de ce fait, il a tendance à lui préférer ses autres armes de poing.



Disrupteur Mandalorien V2 : Le voici le voilà, tristement célèbre de par son efficacité, souvent mis à jour mais jamais autorisé par les autorités galactiques, le disrupteur personnel d'Arcturus. Tout comme son Akan, cette arme ne le quitte jamais. Fruit des nouvelles recherches Mandalorienne en matière d'armement, ce disrupteur a été conçu pour le contact et garde donc une portée allant jusqu'à 150 mètres. Cependant, sa puissance de feu est considérable.

L'Invincible sur son Basilisk, quelques temps après la victoire Mandalorienne lors de la prise de Zygerria.

Droïde de guerre Basilisk : Comme nombre de ses frères, Mand'Alor est munis d'un des nouveaux droïdes Basilisk issue de Mandal Akaan, extrêmement lié à son propriétaire, il fut personnalisé spécialement par celui-ci.


Droïde Assassin Taung Predators - Series : Haeden ou Adenn en Mando'a, est le droïde assassin personnel de Mand'Alor. Comme les autres TP-Series, il est fait de Beskar et possède une façon de pensée proche des guerriers Mandaloriens. Plaçant l'honneur et la défense des siens haut-dessus de tout, Adenn est avant tout un ami proche d'Arcturus. Il lui fait bien souvent office de droïde protocolaire, de par sa connaissance des langues étrangères. Téméraire et lourdement armée, il n'hésite pas à donner son avis quand cela lui chante. Ce qui pose généralement de nombreux problèmes dans des situations déjà tendu initialement, Adenn a la langue bien pendue et n'hésitera jamais à donner son avis ou rentrer dans une mêlée de son propre chef. Déchiquetant de ses griffes de Beskar, de ses Blaster lourds voir de sa Beskad, ses adversaires sur le terrain.

Armure et Implants


Armure en cours d'équipement

Beskar'gam
: De couleur verte signifiant le devoir, noir la justice et or la vengeance, la peau de fer de L'Invincible représente à elle seule une partie de sa personne. Lourdement renforcé comparer aux standards Mando'ade, cette armure a été spécialement étudiait pour les périodes de guerre. Entièrement pressurisée, elle permet une escapade dans l'espace profond ou à dos de Basilisk sans difficulté, à condition que cela soit temporaire. Une fois complète, l'armure est difficilement destructible, mais les jointures restent plus sensibles que le reste. C'est Mand'alor lui-même qui conçut ce design d'armure, aux alentours de l'année 152, conscient des dangers qu'il avait affrontés durant la seconde guerre civile Mandalorienne, il proposa le patron à ses frères. Elle est complétée par un Kama, s'accrochant à sa taille et descendant jusqu'à ses jambes, celui-ci est conçu en fibres de Beskar pour plus de protection, d'une teinte verte à son tour. Sa ceinture lui permet de garder sur lui, ses précieuses munitions Verpines, ainsi que diverses munitions à effets situationnels (Akaan, explosifs divers). Ses chaussures sont quant à elles, muni d'un dispositif à aimant, lui permettant de marcher sur des surfaces adaptées, particulièrement utile lors d'un abordage de vaisseau ennemi. Pour plus de facilité, son utilisation est réglée par l'utilisateur, via son ATH. Enfin, il faut bien comprendre que Mand'alor n'est pas vraiment fan des différents gadgets des chasseurs de primes. Il opta donc pour deux blasters rotatifs miniatures situés sur ses avants bras, se déployant hors de l'armure, lorsque le besoin se fait sentir. D'une très grande cadence de tir, les projectiles envoyés restent des tirs de plasma.

Spoiler:
 

Buy'ce : Le Buy'ce représente le casque du guerrier Mando'ad, celui avec lequel il effectue généralement le geste signature nommé "Keldabe Kiss". La version d'Arcturus, diffère une fois encore des standard Mando, par le fait que la visière ne soit pas conçue en forme de T. Ce choix découle d'une innovation technologique, en effet, la visière du Mand'alor fournis un ATH particulier à son porteur. Relié à son implant neural, il permet l'activation des différents gadget de l'armure, ainsi que son jet-pack en plus des informations classiques (Stock de balle, état du sujet..). Facilitant grandement les différentes propriétés de la Beskar'gam. Elle permet un contrôle sommaire de son Basilisk.

Jet Pack : Comme ses frères Mando'ade, Arcturus utilise souvent un Jet-pack au combat, bien que celui-ci ne soit pas vraiment commun, en effet il est littéralement encastré dans le dos de sa Beskar'gam, bien qu'il puisse l'enlever en fonction de ses besoins. Contrairement aux autres modèles standards, il n'est pas équipé d'un missile mais d'un module de propulsion. Permettant à son utilisateur des poussés forte et instantanée.

Implants

- Implants neurales :

Aut Fortis : Implant situé dans le cerveau, de petite taille il sert avant tout gérer les réflexes et la réactivité du sujet, augmentant ainsi grandement les capacité de réaction du Mand'alor.

Aut Vertice : Lui aussi greffé dans le cortex cérébrale, il permet à son hôte un traitement et une analyse de la situation au niveau tactique. Lui offrant par la même occasion en accord avec son ATH, un système de visée renforcer. Ainsi qu'une capacité sommaire à décrypter les micro expressions faciales. L'implant agit de pair avec les implants oculaires.

Anima : L'Anima est l'unique implant d'origine Mandalorienne dont est doté Arcturus. Celui-ci est un prolongement de l'Aut Vertice, lui permettant de noué des liens profonds avec les droïdes équiper du même implant. Il sert en outre d'holocommunicateur semblable à une forme de télépathie, ainsi qu'une sauvegarde mémoriel partiel.

- Implants physiques :

Heractor : Implant dont la petite taille est inversement proportionnelle à sa complexité interne. L'Heractor agit comme une pompe : elle régule la sécrétion d'hormones programmées pour agir sur la glande pinéale et le développement osseux du squelette. Implanté dès l’adolescence,  la structure osseuse du Mand'alor fut renforcée considérablement sur tout son corps, en particulier la cage thoracique dont l'extension des cottes forme à présent une masse solide de plaques osseuses entrelacées. L'implant permet en outre, une transformation du squelette d'origine en une forme différente, étudiait dès l'étape embryonnaire. Elle a pour effet de transformer la structure osseuse en une matière plus solide et capable de se ressouder plus facilement.

Xintes : Situé à l'intérieur du circuit auditif déjà développer des Shistavanen, cet implant  permet a son hôte de filtrer les bruits reçus pour en isoler, masquer ou amplifier certains, il réduit également les troubles les plus courants de l'oreille interne comme la nausée, le vertige, ou la désorientation.

Sanguinem : Cet organe minuscule s'implante dans un vaisseau artériel. Il agit en relation directe avec les implants organiques, en permettant au sang issue des implants d'être bien plus performants qu'à l'accoutumé, améliorant les facultés régénérative du Shistavanen hors combat et uniquement sur le long terme, expliquant aussi sa grande longévité et son endurance durant l'effort. L'implant fournis en outre un stimuli musculaire favorisant le développement physique de l'hôte et augmentant ainsi ses capacités physiques. Il a la particularité de transformer l'épiderme de la peau.

- Implants oculaires :

Oeil droit : De couleur bleuté, implant prévu initialement pour la traque, il permet un zoom très performant, ainsi que la lecture des différents spectres de lumières. Fournissant un mode de vision thermique, nocturne..

Oeil gauche : D'une teinte dorée, il s'agit du traitement de donnés. Interagissant de manière direct avec les autres implants, il permet un traitement des informations reçus, et une connectivité partiel à l'holonet.

DOSSIER PSYCHOLOGIQUE


Ori'Ramikade en mission, les spécialistes les plus réputés de la galaxie.

Je fus façonné, créer de toutes pièces et ce avant même ma venue au monde, pour servir la volonté d'un autre tel un esclave. Un être conçut pour donner la mort, un serviteur conditionner et soumis. Difficile de garder l'esprit intact après de tels événements, non ? Je vous ai déjà résumé l'ironie de ma vie, une créature initialement servile et aujourd'hui à la tête de la nation militariste la plus connu et la plus redoutée de toute la galaxie. Je pourrais m'arrêter là et retourner tranquillement à mon entrainement, mais je sais de source sûr que vous risqueriez de traîner dans mes pattes si je ne vous laisse pas d'os à ronger, alors soit. Essayons tant bien que mal de faire cet effort de mémoire, tâchons d'aller au-delà du monstre sanguinaire pour découvrir ce qui se cache sous cet amas de muscles OGM.

Avant de vous décrire ma personne, il faut d'abord que vous puissiez savoir qui j'étais. Car comme je l'ai brièvement avancé tout à l'heure, je n'ai pas toujours été Mando'ad. Il fut une époque où la vue du sang avait le don morbide de m'exciter. Voir la vie doucement s'écouler d'un corps encore chaud, des os se briser sous la pression de mes griffes, voir tout simplement un corps démembrer de mon propre fait. Voici la seule chose qui arrivait à me procurer une joie de vivre, ce sera sans doute mal perçue de la part de ceux qui liront ceci, mais c'est pourtant l'unique vérité. J'étais un sociopathe, n'ayant aucun lien avec qui que ce soit, si ce n'est mon employeur "géniteur" et ses instructions. J'ai passé toutes mes premières années à défendre les intérêts d’autrui, sans jamais en comprendre les enjeux, tel le parfait petit soldat et pourtant rien ne me laisser entrevoir la mascarade. Il faut dire que l'implant de négation qu'ont m'avait injecté en premier lors de mon adolescence n'y était pas vraiment étranger, un implant capable de dénaturer les émotions et d'accepter sans broncher les ordres, les Arkaniens avaient mis en bouteille l'effet dévastateur d'un Gun of command. Une avancée presque aussi remarquable qu’inhumaine. Ce n'est qu'après une mésaventure avec un Jedi qui faillit me coûter la vie, que je finis par redécouvrir qui j'étais, l'implant ayant été endommagé durant notre altercation.  Ainsi, l'expérience 117 laissa place à Arcturus, d'esclave à rebelle il n'y a qu'un sabre.

Bien, cette parenthèse étant close, continuons plutôt sur la situation actuelle. Les temps ont bien changé et le jeune chien fou à fait de même. Si on doit expliquer le caractère d'un Mando'ad, il faut généralement se référer à l'un des éléments-clés de notre culture, le Resol'nare et ses codes. En tant que Mand'alor, je suis à la lettre les devoirs qui furent dictés autrefois par les anciens. Par conséquent l'une de mes plus grandes qualités réside dans l'honneur, qu'il s'exprime dans le devoir de protéger mon peuple et les clans, ou lorsque j'affronte un adversaire de mérite. Je fais toujours en sorte d'agir de manière à ne pas projette la honte sur les miens. Pour autant, cela ne signifie pas que je suis incapable d'user de stratagèmes reposant sur la fourberie, ou de profiter d'une faiblesse adverse. De mon point de vue l'honneur est quelque chose qui se mérite, il n'est pas dû. Ainsi, si j'estime que mon adversaire est un couard sans honneur, je n'hésiterais pas à utiliser tous les procédés possibles pour l'égorger comme le pourceau braillard qu'il est à mes yeux. C'est justement cette ambivalence qui explique en partie mon utilisation d'armes répréhensibles, qu'il s'agisse de Disrupteur ou de mon Akaan, j'estime qu'il est parfois nécessaire d'avoir recours à un brin d'exotisme pour faire face aux dangers les plus inégaux, comme un Sorcier usant de sa magie impie. Moi belliqueux ? Évidemment, comment voulez-vous survivre dans une galaxie en guerre perpétuelle si vous n'êtes vous-même pas capable d'appuyer sur la gâchette ? Du courage et une solide paire de couille, voilà ma définition du Mando efficace. Je vous rassure cependant, derrière la violence de mes mots et de mes actes, je garde encore une fois l'honneur en haute estime, ainsi, n'espérer pas me voir charcuter un enfant innocent ou tout autre personne n'ayant rien à se reprocher. Je suis un guerrier et non plus un boucher sans cervelle, quoi que je pourrais éventuellement faire une exception pour vous.

En réalité je ferais preuve de clémence, car voici une fois encore un de mes traits de caractère insoupçonné. Punir aveuglément les siens ou tout homme se battant avec motivation et ardeur sous vos bannières revient à être un bien piètre meneur d'hommes. Les punitions sont nécessaires, c'est une évidence et comme vous l'aurez sans doute compris à présent, je ne suis pas vraiment un enfant de choeur et je demande toujours le maximum à mes subordonnés. Cependant les hommes de terrains ne se battent pas pour la gloire ou les feus des projecteurs, ces hommes de l'ombre ont besoin avant tout de croire en la personne à laquelle elles offrent leur vie. C'est justement pour cette raison que je me suis toujours occupé avec soin de la relation que j'entretiens avec mes hommes, je suis loin d'être un dieu et bien que je sois le chef de mon peuple, cela ne signifie pas que je dois être l'objet d'un culte grotesque. Je me bats à leurs côtés, j'endure leurs fardeaux et je partage par la même occasion toutes leurs joies dans la victoire. Comme tous mes frères, j'effectue mon devoir avec rigueur et détermination et c'est ce qui explique aussi en partie le respect qu'ils me vouent. J'agis avec la même sincérité avec mes proches, qu'ils soient Mando ou non, je me dois d'être sincère et à l'écoute de leurs conseils, cela ne veut pas forcément dire que j'appliquerais ce qu'on me préconise, mais l'opinion d'autrui est toujours utile dans des moments de doute. Il suffit parfois de recevoir un avis extérieur sur un problème pour que celui-ci se débloque. C'est la raison pour laquelle j'attache un très grand intérêt aux rôles de mes conseillers. Lors des réunions des chefs de clans à l'Oyu'baat, je fais en sorte d'écouter l'avis de chacun et d'agir en conséquence, de cette façon je m'assure de prendre en compte l'intérêt de tous les clans et donc la volonté de mon peuple. Car si je suis un maître de guerre émérite, je reste médiocres sur de nombreux domaines, les défauts d'une spécialisation à outrance. Fort heureusement je suis fort bien entouré et je n'hésite pas à récompenser les plus zélés.

La méritocratie, voilà un principe cher à nos cœurs. Celui qui n'a jamais foulé du pied Manda'yaim ne connaît rien à ce sujet. Cette valeur est à mes yeux essentielle dans une société comme la nôtre. Tout comme le titre de Mand'alor est réservé uniquement au champion de Manda, la moindre parcelle de reconnaissance se mérite chez les Mando'ade. Que vous soyez fermier, forgeron ou chasseur de primes, la sagesse d'un Mando'ad réside en sa capacité à élever son métier au rang d'art universel. Et bien que nous soyons tous entraînés au combat, cela ne signifie pas que la guerre est notre seul moyen d'expression. Je possède moi-même un gout prononcé pour les affaires et pourtant ceci n'a rien de l'image grossière et réductrice dont on m'affuble la plupart du temps. La stratégie réside aussi dans la capacité à étudier un marché et faire progresser une économie. C'est d'ailleurs cette passion que j'obtins dès mon enfance, qui fait de moi un leader incontesté. Je vous accorderais une pointe d’orgueil de ma part et pourtant, je ne suis pas très loin de la réalité. S'il fut difficile pour moi de vivre avec toutes ces modifications physiques, j'ai toujours eu la capacité à me faire respecter. Que ce soit au sein des commandos, du monde criminel et plus récemment auprès de mes Vod. Souvenez-vous que j'ai été formé à obéir, mais aussi à dicter mes ordres sur le terrain, je n'en suis pas à mon coup d'essai. Et si mes efforts m'ont permis d'atteindre ce respect, alors j'exige en retour des miens le même échange. Femmes ou hommes, humains ou non, ces donnés risibles ne sont guère importants à mes yeux tout comme l'orientation sexuelle ou même l'âge. Tout ce qui compte reste encore et toujours la volonté de chacun et les intentions qui en découlent. Un chef avisé se réfère avant tout aux actes réaliser par ses semblables afin de pouvoir les jugés convenablement, non aux vaines prétentions.

On raconte que je dégage un certain charisme, bien qu'il soit vu de manières très différentes selon les individus. En présence de mes proches, c'est une aura bienveillante qui les baigne tandis que mon attitude volontairement paternelle envers les plus jeunes se fait ressentir comme celui d'un ancien guidant les générations futures, cette transmission du savoir est effectivement essentielle à mes yeux. Il en est tout autrement avec mes adversaires. Car, si le loup est capable d'agir tel un félin, il peut tout autant prendre la forme du prédateur. Les regards écarquillés par la peur de mes précédentes victimes ne trompent pas, le moins que l'on puisse dire, c'est que je laisse généralement une marque indélébile dans le crâne de mes détracteurs, vous reprendrez bien un peu d'acier Mandalorien . Sûr de moi ? Toujours. Il faut dire que j'ai vécu une bonne partie de ma vie en ayant cette sensation d'impuissance et de soumission. Dans ce genre de situation, soit tu te relèves et tu fais l'effort d'avancer, soit tu préfères baisser les bras comme une merde, et on t'oublie vite. Et même si j'ai tendance à en faire parfois un peu trop, disons simplement que c'est un excès de zèle ou d'orgueil... ça m'arrive. Dans tous les cas, je m'efforce d'être optimiste, et c'est aussi cette volonté de voir l'espoir là ou le chaos règne, qui renforce mon assurance. Qu'importe la gravité de la situation, si on baisse les bras on est mort et ça je ne peux pas l'accepter, ni chez moi, ni chez mes hommes. Les pleureuses c'est plus loin, allez donc plutôt rejoindre les sith ils ont besoin d'autres dégénérés ténébreux.

Trêves de palabre, passons plutôt au sujet qui vous intéresse le plus mes salauds, le côté sombre de ma personne, et parle bien de mon caractère ! Avant d'aller plus loin dans ce sujet et d'évoquer quelques anecdotes bien sales, je me dois d'exposer à nouveau les raisons de cette partie de ma psyché. Bien que je sois un homme de principe et de valeurs, je ne me qualifierais pas comme quelqu'un de bon. Ces notions de bien et mal sont d'ailleurs à mes yeux futiles, les plus grosses ordures de cette galaxie ont toujours agi en prétextant faire le bien, qu'ils soient Jedi Sith, ou même Mandalorien. Pour faire simple, les expérimentations que j'ai subies et les actes inhumains que j'ai commis m'ont laissé de profonds traumatismes, qui parfois finissent par remonter à la surface promptement. Cependant je dois bien l'admettre, étant un irréductible passionner de guerre et de lutte, il m'arrive d'avoir recours à ces crises de manières volontaires afin de réaliser des actions qui me seraient impensables en temps normal. Pour autant et comme bien d'autres avant moi, je suis un être fait de contradiction. Si je voue un culte à la guerre et aux pratiques martiales, je reste profondément attaché à l'importance de la vie et son caractère sacré. Cela signifie de mon point de vue que seuls les plus méritants y on droit, et donc qu'il est tout à fait normal d'arracher la vie aux êtres les plus abjectes.

Cette idéologie guerrière s'accompagne comme vous vous en doutez de son lot de violence, mais pas uniquement. Si la guerre est pour moi un art, c'est aussi un moyen d'atteindre d'autres objectifs beaucoup plus spirituel à mon sens. Des objectifs longtemps oubliés par les Mando'ade depuis les massacres des guerres Mandaloriennes. Mon objectif final étant bel et bien de rendre Sa Grandeur au peuple Mando, cela implique un changement de mode de pensée, s'il est juste que les paroles de Jaster Mereel étaient les plus raisonnables en son temps, il en est tout autrement aujourd'hui. La galaxie enchaîne les périodes d'insécurité les plus profondes, et personne n'est à l'abri pas même les puissants fils de Manda. Il en va de mon devoir de Mand'alor d'apporter la stabilité à mon peuple et si cela signifie de le faire par la force et la conquête, ainsi soit-il. Je ne commettrais pas les erreurs de mon ancêtre Cassus, mais je compte bien m’inspiraient de ses talents ainsi que tous nos ancêtres les plus glorieux.  Chaque période de notre peuple fit ponctuer de période de gloire, ombragé par des déviances malsaines et il est de mon devoir d'établir aujourd'hui la nouvelle doctrine directrice qui nous guidera vers le firmament. Sans surprise, je suis passionné d'histoire, plus particulièrement par celle de mon peuple, c'est la raison pour laquelle j'arrive à prendre en compte passé et futur et d'y piocher ce qui me plaît. Car si j'accepte avec plaisir la nouveauté lorsqu'elle est efficace, je refuse d'abandonner certaines traditions, étant moi-même adepte de l'ancienne religion Mando.

J'agis toujours avec un extrême pragmatisme. N'hésitant pas à avoir recours à des attaques éclairent et massive pour mettre en déroute un adversaire qui risquerait de devenir un danger par la suite, avec plus ou moins de zèle selon la cible. Ainsi je n'oublie jamais un affront, qu'il me soit adressé à moi ou à mes frères, quiconque oserait poser les doigts sur l'un d'entre nous devrait encourir la fureur des protectorats. Les événements orchestrés par Yaga Auchs m'ont fait devenir beaucoup moins souples avec les traîtres et les menaces potentiels. C'est d'ailleurs pour cette raison que je comprends l'action de L'Empire Fel envers le noyau durant la période de la guerre civile alliée, sans pour autant le soutenir. Les sith étant un cancer à éradiquer, j'aurais sans doute agi de manière similaire pour empêcher l'accès au noyau à ces chiens. La force... Voilà l'origine des maux de toute la galaxie, des clowns en robes se prenant pour des philosophes pour la simple et bonne raison qu'une magie occulte c'est emparé d'eux. C'est d'un ridicule qui n'a d'égale que la perversion de leurs ordres respectifs. Heureusement la Triade semble avoir compris cela, ce qui me laisse des possibilités pour l'avenir. Je reste cependant intimement persuadé de l'inefficacité des régimes démocratiques, ayant vu l'Alliance s'autodétruire, et provoquer par la même occasion un retour tonitruant de ces bâtards de Sith.

Je reste dans tous les cas un homme comme un autre, mes moments de doutes ou de peur sont simplement masqué derrière un mur de Beskar difficile à franchir, ne partageant guère facilement mes sentiments avec autrui. Heureusement, la force de mes convictions n'ayant que peu de limites, je reste et resterais le défenseur stoïque de mon peuple et de ses intérêts.

HISTOIRE



Je ne me souviens guère de mon enfance, seulement des bribes chaotiques.


Prologue 85 - 96 ABY.



Quelles sont les limites de la recherche scientifique ? Existe-il vraiment des domaines que les mortels devraient laisser de côté afin d'éviter des débordements comme il y en eut par le passé, avec l'exemple des regrettés ou plutôt regrettables Sith trooper de Krayt . Ce qui est sûr, c'est que ces questions n'intéressent guère les Arkaniens et leurs recherches sur la biologie. S'il existe bien un peuple reconnu dans toute la galaxie pour des prouesses mêlant l'horreur, c'est bien lui. Harald Adasca faisait partie de ses scientifiques. Brillant chercheur ayant travaillé tout le long de sa vie dans le domaine biologique et ses utilisations dans la cyber-technique, il fut à l'origine de nombreux progrès majeurs dans la médecine, faisant de lui une icône de ce domaine. Ce que l'on sait moins en revanche, c'est l'envers du décor le concernant. Si l'homme fut effectivement particulièrement doué dans son domaine, il ne fut pas exempt d'échec catastrophique, notamment dans le domaine du clonage et du transhumanisme. Des rumeurs sordides entourent des expériences passées auxquelles il aurait pris part, mais l'entreprise qu'il dirigea réussi toujours à faire disparaître la moindre preuve publique. Harald était en effet le chef de la famille Adasca et de facto le directeur général de l'Adascorp. À la tête de ce géant économique, Harald fut en mesure de mener la majeure partie de ses projets à bien, réussissant tant bien que mal à redonner ses lettres de noblesse à une entreprise en désuétude depuis quelques années. Cependant, c'était un homme âgé particulièrement soucieux de sa condition de mortel. L'âge et sa quête insatiable de reconnaissance ne firent qu'empirer son ambition grandissante. Si bien qu'il finit par penser que sa famille était dos au mur, orgueilleux et sur de lui, il était en effet persuadé que ses successeurs seraient dans l'incapacité de faire perdurer son oeuvre. C'est alors qu'il eut l'idée de consacrer le restant de sa vie à la réalisation d'un projet si grandiose, qu'il resterait ancré dans les mémoires pour toujours. De là vint son projet nommé New Hope, projet militaire qui serait en mesure de donner la suprématie aux Adasca sur le dominion Arkanien et le domaine militaire Galactique. Il décida donc dès l'année 85 ABY de mettre en place son précieux projet, édifiant des installations fantôme sur Arkania et plusieurs mondes de la bordure extérieure afin d'être sur de ne pas être épié par des membres du gouvernement ou tout autres gêneurs. Il dépensa sans compter pour réaliser ses projets faramineux et à la limite du grotesque, c'est cependant après avoir eu tout ce dont il avait besoin que son oeuvre prit enfin du sens. Qu'était le projet New Hope ? Comme son nom l'indique, il s'agissait de fournir à lui et sa famille un nouvel espoir, par le biais de ce qui avait fait le prestige des siens, la génétique. La création du soldat parfait, dépassant largement les anciennes créations Kaminoennes. Un soldat génétiquement modifié et ayant subi des transplantations cybernétiques capables de faire de lui l'être supérieur, que dis-je divin dont il fantasmer. C'était finalement le but ultime de toutes scientifiques Arkaniens, bien que dans son cas cela lui aurait permis de prendre l'ascendant sur toute la planète et de dépasser toutes les offres mercenaires alors en vigueur dans la galaxie. Hélas, ce n'était pas quelque chose d'aisé à réaliser et les premiers tests sur des nouveau-nés furent catastrophiques. Ne souhaitant pas s'arrêter là, Harald travailla intensément sur des modifications à apporter au stade embryonnaire et dans le code génétique lui-même des espèces qu'il étudiait. Il réalisa alors in vitro en se basant sur des races diverses et variés différents sujet de test, la plupart ne réussirent même pas à venir au monde tandis que les rares survivants étaient bien souvent horriblement défigurés, mais plusieurs créations stables virent le jour, et c'est en 96 ABY que naquit dans une station secrète Arkanienne, un nourrisson Shistavanen, le sujet 117.

Chapitre I : Dans les flammes d'Arkania ( 96 - 120 )




Extrait du Carnet de note du docteur Evan Adasca, responsable de l’installation 05 BxL

97 ABY : cela fait à présent un an que les premiers nés ont vu le jour, si la plupart sont aujourd'hui décédés, plusieurs sujets ont réussi à passer la phase critique et sont dorénavant officiellement stables. Le temps nous dira si oui ou non, ils seront les généraux de nos futures légions, mais je reste globalement satisfait de cette fournée. Je place d'ailleurs de grands espoirs sur l'unique sujet Gen'daï que nous avons réussi à maintenir en vie, ses capacités régénératives sont d'ores et déjà bien supérieur à tout ce que j'ai pu voir à travers ma vie de scientifique. Notre laboratoire tourne à plein régime et les mercenaires que nous avons grassement payés semblé avoir réussi à écarter toutes nuisances étrangères, je pense pouvoir dire que ce début d'expérience est un succès. Je ressens cependant quelques désagréments psychiques depuis ma dernière visite chez notre chef de famille.. Passons

99 ABY : Il s'en est déroulés des choses en seulement 3 années. La quantité de sujets stables c'est arrêté à 17 depuis déjà plus de 16 mois. J'ignore comment se déroule la situation au sein des autres laboratoires, mais je suis sur que les résultats doivent être similaires. Les souches de 96 étaient précaires, nos nouveaux essayés en la matière sont bien plus aboutis. Nos nouveaux sujets de cette année devraient être plus résistant à la phase critique, j'espère bientôt pouvoir compter sur de nouveaux cobayes, cependant je reste prudent comme le veut la consigne. D'ici quelque temps les sujets seront aptes à recevoir leurs premiers entrainements, pour le moment comme convenu je me contente de leur fournir leurs doses quotidiennes de sérum. J'ai hâte de pouvoir mettre en pratique ces créations.

101 ABY : Enfin ! Les sujets ont atteint suffisamment de maturité pour subir les premiers entraînements théoriques. Comme convenu par le protocole, l'apprentissage accéléré de la langue et des notions basiques a été effectué par Flash training. Ils semblent bien réagir aux diverses informations et aucune réaction néfastes ne c'est déclaré. Leur facultés d'apprentissage est bien supérieur à la moyenne, je pense que d'ici quelques mois, nous pourrons nous diriger vers les sujets généraux concernant l'histoire et les principes stratégiques. Il existe cependant de gros écarts entre les sujets au niveau des résultats, je pense pouvoir différenciées deux castes, l'une axée sur les capacités cérébrales et les autres qui trouveront sans doute leur utilité à travers les protocoles de combat. J'émets cependant quelques doutes sur l'utilité des notions économiques et historiques appartenant au programme, mais Harald doit sans doute avoir de plus vastes projets. Dans tous les cas nous passeront bien vite à l'éducation militaire et martiaux, il ne restera plus que l'entrainement en condition réel.

105 ABY : Le cycle se poursuit, nous venons tout juste de mettre en place le premier programme d'entrainement type, j'ai hâte de voir les effets sur le long terme mais une chose est sur, la programmation embryonnaire arrive à ses limites. Très bientôt, nous devrons agir directement sur les sujets via les transplantations, mais d'ici là les élus seront déjà sélectionnés et expédié sur Arkania. Les 17 sujets survivant subiront tout au long de cette année une succession de test mettant en avant tout leur apprentissage et leur capacité naturelle, si je suis presque sûr que les sujets les plus érudits réussiront sans mal le test, je reste très curieux de voir qui triomphera. Notre heure de gloire approche.

106 ABY : les phases de sélections sont à présent achevés et il ne reste plus que 8 sujets survivants comme l'exiger la consigne. Les autres jugés défectueux ont été envoyer comme convenu au complexe  09 NmX pour une reprogrammation dont j'ignore les aboutissements. Demain les sujets : 117 - 87 - 136 - 142 - 33 - 28 - 207 et 59 seront accompagnées par une escouade d'élite diriger par le chasseur de prime Tail Paton, responsable de la sécurité de l'installation. J'espère que le trajet se déroulera sans ennuyé, il en va de notre avenir. Je reste sur place comme convenu pour m'occuper des générations futures, et vous transmets par la même occasion une copie du datapad se référant à toute l'étude mené ici jusque-là. Docteur Evan Adasca, terminé.

Journal personnel d'Harald Adasca, directeur du centre d'entrainement de l'Adascorp.


106 ABY : Les premiers sujets de l'année 96 sont enfin arrivés au centre. J'ai faits en sorte que celui-ci soit parfaitement fonctionnel pour leur arrivée et dès demain, ils auront à faire leurs preuves dans ce qui s'annonce être un travail titanesque. Tous n'y survivront pas, et je m'attends à beaucoup de déceptions durant ces prochains mois, cependant je garde espoirs en m'attachant à l'idée que mes descendants ne sont pas tous dénués de cervelle. J'ai mis près de 5 ans à créer les différents implants qui recevront très bientôt en fonction de leurs patrimoines génétiques, j'espère qu'ils en seront dignes dans d'autres cas, ils en mourront. Leur esprit semble plutôt affûté, c'était prévisible au vu des modifications que j'ai orchestrées sur eux. Cela me permettra d'agir avec eux comme s'il s'agissait d'adultes pleinement conscients de leurs devoirs envers moi. Ils sont ma propriété dorénavant, et je ne tolérerai pas l'échec. L'implant de négation vient tout juste de leur être octroyé, bientôt les autres suivront.


[05.00] - Initiation matinale
La journée débute et les sujets s’attellent directement à leurs devoirs. Ils s'occupent de leur couche et se dirigent directement vers leurs grands halls respectifs. Chaque groupe de 8 possède un capitaine provenant de l'extérieur et charger de mener à bien leur initiation. Une fois sur place, les sujets déclarent leur allégeance envers New Hope et Harald. Puis le capitaine prend la parole et s'adresse alors à l'assemblée. Il lit les ordres, les annonces de tous types, les récompenses et les promotions dans le classement, et ordonne les châtiments disciplinaires éventuels.

[06.00] - Séance de maniement aux armes
Une fois l'initiation du matin achevé, les sujets peuvent se diriger vers l'armurerie où ils sélectionneront les armes qu'ils devront pratiquer pour la séance. Qu'il s'agisse d'armes blanches ou à distances, l'accent est avant tout porté sur les armes de prédilection des sujets qui devront être rapidement choisis individuellement. L'entrainement à balles réelles a lieu dans des espaces spécialement étudier pour simuler des conditions réels ou extrêmes. Un système de classement s'étalant sur toute la formation sera tiré des diverses séances, pour sélectionner le futur commandant issu du programme.

[10.00] - Séance annexe
Une fois l'entrainement aux armes achevés, les sujets quittent les simulations pour rejoindre la salle commune dédiée aux entraînements physiques et au combat de corps à corps. Sous la tutelle de leur capitaine, les sujets doivent mettre en pratique leurs réflexes et leur agilité. La salle d'entrainement est prévu pour augmenter drastiquement l'attraction terrestre afin de permettre un renforcement musculaire.

[12.00] - Seconde initiation, bilan du matin.
Retour au grand hall de chaque groupe du programme. Les sujets se rassemblent et sont étudiés minutieusement, les blessés éventuels sont menés jusqu'aux cuves à bacta de l'installation. Le capitaine récite le bilan de la matinée et annonce les résultats du classement.

[12.45] - Repas de la mi-journée
Il s'agit du premier repas de la journée, étudier spécialement pour booster les capacités des sujets génétiquement modifiés, ils sont plus ou moins lourds en fonction des transplantations effectuées sur les différents sujets. Pour cette raison, il contient principalement des éléments chimiques et extrêmement nutritifs.

[13.05] - Séance Tactique
Il s'agit de la phase théorique de la journée, elle met l'accent sur la stratégie et la tactique, mais aussi des domaines variés de la vie galactique, comme la politique ou l'économie. les sujets principaux restent cependant : la maîtrise des langages de bataille, l'étude des utilisateurs de la force et l'étude de matériels, véhicules, armements et maniement des troupes en général. Cela varie cependant d'un groupe à un autre, les sujets étant classés en fonction de leurs spécificités biologiques. Afin d'accélérer l'apprentissage, il est prodigué sous forme de flash training avancé, rendu aisé via les implants de négations.

[16.00] - Séance de maniement aux armes
Seconde séance de la journée. Elle est axée sur le maniement des armes blanches, la lutte contre les utilisateurs de la force et les tactiques du groupe. Elle met aussi en avant l'étude théorique qui la précède. C'est durant cette phase que les futurs leaders seront capables de dévoiler leurs véritables talents de meneur d'hommes.

[20.30] - Repas du soir.
Il s'agit du second et dernier repas de la journée. Il est bien plus festif que le premier et met en avant la cohésion d'équipe entre tous les sujets de New hope, à l'aide d'une gigantesque salle commune les rassemblant tous. Le repas y est bien plus copieux, bien qu'il garde ses propriétés chimiques et nutritives.

[21.00] - Séance de bataille nocturne
Dernière séance d'entrainement de la journée mais non des moindres. Il s'agit en effet de mettre en avant la lutte en milieu critique : Combat dans l'espace, subaquatique, ou dans une atmosphère hautement toxique. Il sert aussi d'entrainement au maniement des vaisseaux spatiaux, des chasseurs principalement.

[23.00] - Troisième initiation, bilan du soir
Le bilan de la journée. Le classement y est donné et les derniers blessés sont conduits en zone de récupération, le capitaine félicite les plus méritants et les sujets renouvellent leurs serments d'allégeances.

[23.30] - Quartier libre
Le seul moment de libre de la journée, les sujets sont libres de se déplacer dans les espaces publiques de installations, mais doivent avoir rejoins leur incubateurs avant le couvre feu. C'est aussi un moment d'observation pour les scientifiques, veillant à la bonne condition physique et mental des sujets d'expériences.  

[00.00] - Incubation et repos
Après avoir rejoint leurs espaces privés, les sujets sont plongés dans une cuve spéciale accélérant la phase de repos et la récupération corporelle. La journée s'achève et le moment est venu de reprendre des forces avant la prochaine journée.

La journée fut étudier sur une base de 24 heures, à l'aide d'un cycle jour/nuit standard. Le complexe d'entrainement ayant été spécialement conçu pour ces phases d’entraînements intensives, rien ne fut laisser au hasard. J'aurais ainsi bien vite l'occasion de voir les résultats de ce travail acharné.

111 ABY POV Arcturus : Cela faisait déjà 5 ans que nous étions arrivés à l'installation de l'Adascorp. Ce lieu de lutte et de guerre était à l'époque ma définition d'une maison, et pourtant je ne saurais pas vraiment comment expliquer cela, mais j'étais des plus satisfait. Les implants qu'ont nous avions prodigué avaient eu des effets dévastateurs sur nos personnalités, si bien que la propagande qu'on nous faisait avaler chaque jour était semblable à un divin nectar. Des esclaves réjouis et donnant leur maximum pour atteindre la réussite espérer par notre maître, Harald. Quand j'y pense aujourd'hui, je me rends compte à quel point nous étions pitoyables en ce temps. Toujours est-il que je n'avais que 15 ans à cette période, mais comme mes frères d'armes, je possédais déjà une apparence adulte due à nos modifications génétiques? De nombreuses opérations avaient eu lieu depuis tout ce temps, ainsi l'ultime implant venait tout juste de m'être prodigué, il s'agissait du remplacement oculaire. Nous étions des surhommes, défenseurs d'une cause que nous pensions juste, nous donnions absolument toute notre énergie dans la réussite du projet New Hope, se battant jusqu'à frôler la mort, en espérant atteindre le sommet du classement de l'escouade. Celui-ci se verrait confier la tâche capitale de guider les autres sur le terrain une fois la phase d'entrainement achevé, et le privilège d'obtenir un nom. Après toutes ces années de lutte acharnée et de zèle, j'étais rapidement choisi, avec 25 autres personnes, pour obtenir le titre de Commandant de New Hope, et à la tête des forces de l'Adascorp. Nous venions de remplacer les capitaines qui nous avaient jusque-là formés dès lors, Harald me nomma en personne Arcturus 117, en l'honneur de son grand-père qui jadis porta ce nom. La phase d'entrainement n'était pas totalement achevée, cependant en plus de notre emploi du temps déjà bien chargé, nous fûmes rapidement expédiés en mission à travers la galaxie, pour servir les intérêts de l'entreprise.

à la tête de l'escouade des Iron Will, je me trouvais plonger dans le milieu du crime, aux alentours de l'année 112 ABY, les intérêts de l'Adascorp me firent me pencher plus en avant vers l'espace Hutt, prenant rapidement contact avec les différents barons du crime y résidant de par ma qualité de diplomate de l'entreprise, je cherchais à nouer des accords avec les autorités sur place et tisser par la même occasion les prémices d'un réseau d'information. La situation n'était cependant pas aussi simple que je le pensais au départ, les Hutt n'étaient pas faciles à convaincre et quelques lieutenants eurent à perdre la vie pour démontrer la puissance de notre arsenal aux bandits galactique. C'est un Hutt du nom de Rana le Xénope qui attira cependant mon attention, adepte d'un certain code d'honneur et d'ordre, nous réussissâmes aisément à trouver un accord entre nos deux partis. Le Hutt fut chargé de nous fournir informations et matériel de contrebande afin de poursuivre nos installations en dehors d'Arkania, tandis que moi et mes hommes devions l'aider à régler quelques petits problèmes de dettes non remboursé. Après en avoir informé la maison mère, je m’attelais donc avec zèle à réduire drastiquement l'influence des concurrents du Xénope dans son secteur d'activité, quelques têtes volèrent alors que notre réputation semblait peu à peu se faire connaitre. Ceux qu'on nommait les "agents de l'ombre" furent dorénavant activement recherché par les autorités galactiques qui virent d'un mauvais œil leurs interventions dans le domaine public. Satisfait de notre efficacité, Harald décida de poursuivre l'expérience en nous envoyant en soutiens nos premiers légionnaires, les autres membres de l'Iron Will devinrent ainsi des lieutenants sous mes ordres tandis que notre influence grandissante dans la bordure extérieure nous attira les foudres d'organisation opposée, comme la guilde des chasseurs de primes.

L'escouade Iron Will devenue dorénavant légion, se dirigea en 115 ABY sous mes ordres près du siège de la guilde des chasseurs de primes. Harald souhaitait éprouver nos forces, et c'est la raison pour laquelle il demanda que son ennemi principal soit sévèrement entaché. Après de longues semaines de recherche et l'aide du réseau de prostitution de Rana, je fus en mesure de découvrir l'une des places fortes du groupe. Accompagné de mon bras droit, un sujet Codru-Ji du nom de 59 Bxl, j'amorçais rapidement l'invasion de la place forte en usant de toutes nos ressources. La forteresse fut difficile à prendre, les chasseurs de primes sur place ne s'étant pas laissé faire, ce ne fut cependant qu'une simple formalité pour des membres de New Hope, les mercenaires sous mon commandement subirent cependant des pertes notables, un sacrifice jugé alors négligeable au vu de notre réussite. Je venais en effet tout juste de faire prisonnier l'un des lieutenants de la guilde, une action qui allait sans doute plonger le chef des CDP dans les désarrois. La satisfaction de voir l'homme enchaîné tel un jouet ne fit surpasser que lorsque je le livrais à L'Adascorp. Devant la réussite de notre mission, et l'ascension de New Hope dans le domaine du mercenariat galactique, je fus promeut au rang de Commandant en chef de New Hope, un poste qui n'avait jamais été occupé auparavant au vu de la structure de l'organisation. Cela ne changeait pour autant pas mon statut d'objet et bien qu'Harald sembla me témoigner une forme de gratitude pour mon action, je restais pour lui un simple porte-flingue. L'implant faisant cependant son oeuvre, je restais un sujet fidèle et docile prêt à mourir pour mon créateur et à réaliser le moindre de ses souhaits.

DERRIÈRE L’ÉCRAN


Prénom/Surnom :
Age :
Sexe : Mâle
Avatar : Master chief
S'agit-il d'un double compte ? De qui ?  Non !
Comment avez-vous connu ce forum ? La magie !

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Arcturus Fett, Mand'alor. (99 %)
Mer 25 Jan - 15:16
Dès lors, moi et mes hommes furent considérer comme les fleurons de l'entreprise, sous notre égide celle-ci engrangea de nombreux contrats, allant de l'assassinat, aux missions de sabotages et en passant même par la répression ou le kidnapping. Nous n'avions pas vraiment de moralité en ces temps, agissant avant tout selon les ordres qui étaient formulés, nous fumes utilisés comme des bourreaux sur des civiles bien souvent innocents, mais le fait est que cela était des plus lucratifs pour Harald, qui se cachait bien d'avouer à la galaxie qu'il était le responsable de ces atrocités. Pire encore, il en vint à porter officiellement secours aux familles touchés, permettant à lui et à son entreprise d’accroître son capitale sympathie auprès du publique. Ce qui était initialement une simple entreprise de mercenaire était dorénavant rechercher pour des crimes dépassant toute moralités, incluant le massacre de civile et le trafic d'esclaves. Qu'il s'agisse de l'Alliance galactique ou de l'Empire, nous étions activement rechercher par les autorités de ces régimes, malgré le fait que nous travaillions dans l'ombre avec nombre de leur dirigeants hauts-placés. Cette dangerosité grandissante ne nous effrayait guère, il faut dire que nous étions prévu dès la naissance à cette situation de guerre. L'entrée de l'ordre jedi dans la recherche active de l'organisation posa cependant quelques problèmes. En effet, quelques contrats d'assassinat avaient concernés des membres un peu trop curieux de l'ordre, et celui-ci avait répliqué en mettant en place une traque sur les partisans de New Hope. Le réseau d'information de l'organisation nous permit de rester à distance raisonnable de nos détracteurs, mais nos concurrents profitèrent de la situation pour se mettre à table. Le soleil noir fit notamment jouer ses atouts pour informé les gouvernements de l'emplacement de plusieurs de nos centres de formation. Harald était courroucé devant tant de mésaventures. Sans compter que la guilde des chasseurs de prime n'avait pas oublié l'affront qui lui avait été faits il y a de ça un an, se faisant une véritable cabale commença à se former contre le chef de l'Adascorp. C'est au cours de l'année 117 autour d'une rixe que les ennuies s'intensifièrent.

En effet, un duo de Jedi accompagné de leur chien de garde, des rangers Antariens. Avaient fait irruption dans notre centre de commandement situé sur Tatooine. Nous étions en constante évolution et les progrès biologiques d'Harald ne faisaient que s'intensifier d'année en année, la perte d'un centre de commandement signifier pour lui la perte d'une toute nouvelle fournée de combattant génétiquement modifiée, mais surtout une découverte publique des agissements qu'il avait toujours très fortement sécurisée. Les ordres étaient clairs, nous ne devions en aucun cas laisser les envahisseurs récolter la moindre donné de l’installation, c'est donc déterminé plus que de raison que nous nous dirigeâmes moi et mes troupes à l'encontre des Jedi. Les mercenaires sous notre commandement tenté tant bien que mal de résister à l'attaque des utilisateurs de la force, mais c'était peine perdue.  Un à un, les défenseurs de la place forte furent peu à peu réduits au silence, devant la débandade qui se dresser devant moi, j'ordonnais à mes lieutenants d'intervenir directement. Les suivants de près et armé de ma vibrolame de phrik, je réussissais tant bien que mal à contenir les assauts d'un des chevaliers Jedi. Hélas, voyant plusieurs de mes lieutenants péri sous les coups des sorciers, j'ordonnais la destruction de la place forte, afin que rien n'en échappe. Profitant de la distraction liée à la puissante explosion qui s'ensuivit, je réussissais à tuer l'un des Jedi en le transperçant par-derrière. La lame vicieuse lui perfora la carotide et bien vite un geyser de sang vinrent m'éclabousser le visage. Je me décidais à fuir à mon tour, mais une violente projection de force eut raison de moi, m'envoyant valdinguer contre une poutre métallique. Le choc fut si puissant que je perdis connaissance, je me réveillais quelques jours plus tard dans le centre de commandement d'Arkania, le crâne endolori et l'esprit étrangement vivace.

Mon esprit avait changé, je ne le savais pas vraiment à cet instant puisque mon bilan de santé générale n'indiquer aucun troubles cérébrales majeures, mais mon implant de négation avait été endommager durant mon duel contre les Jedi, ainsi je commençais peu à peu à retrouver la pleine possession de mes émotions et surtout, je commençais lentement mais surement à remettre en doute les ordres et les consignes d'Harald au sujet de New Hope et de nos activités. Comme si un voile de mensonge savamment orchestré c'était soudainement dissipé. J'allais réaliser au cours des mois suivants que nous n'étions rien de plus que des esclaves servant la gloire d'un homme qui nous mépriser, pire encore, j'étais le seul pleinement conscient de la situation et j'allais devoir faire réaliser à tous mes frères que nous n'étions pas de simple objet que l'on pouvait utiliser librement sans qu'un châtiment ne soit rendu. Les germes de la rébellion venaient de naître, et j'allais tout faire pour provoquer la chute de ce système honteux. Ainsi, ne souhaitant pas divulguer mon changement d'opinion aux yeux de mon "maître", je restais durant plusieurs mois l'agent-modèle que j'avais toujours été, exécutant mission après mission avec une témérité sans pareil, bien que les images de cadavres ne fissent que s'entasser dans ma tête, je me devais de poursuivre mon but. Ce n'est finalement qu'en 118 soit près d'un an de préparation après avoir recouvert une partie de ma conscience, que je me décidais à agir.

Nous étions en fin de journée, le dernier entrainement venait d’être effectué et il devait être autour de 23.30, ce serait bientôt quartier libre. J'avais mis plusieurs mois à persuader mes camarades de la supercherie, en enrayant temporairement leur implant de négation. Le procédé était d'ailleurs périlleux, mais profitant de mon statut de Commandant, j'avais réussis petit à petit à intervenir durant nos heures de repos sur les implants en expédiant un "rite de passage" ou de bizutage pour être exact se traduisant par un violent coup à l'arrière du crâne. Par ailleurs, je profitais aussi de nos séances d’entraînements pour infliger de sérieuses commotions aux différents frères sur ma route, me permettant ainsi à force de travail et d'acharnement à convertir mes plus proches compagnons à ma cause.Ce n'était pas chose aisée d'autant plus que nous étions encore relativement surveillés par les mercenaires privés d'Harald, cependant mes lieutenants avaient réussi à rassembler la quasi-totalité des sujets de New Hope. Nous devions faire vite, dès que nos capitaines respectifs nous signalèrent notre période de repos, nous nous dirigeâmes l'un après l'autre près de l'armurerie, saisissant notre armement au plus vite avant de nous rendre aux points d'entrés principaux. La manœuvre était simple, nous devions faire en sorte d'atteindre la salle de contrôle de l’installation de L'Adascorp, puis en profiter pour faire prisonnier Harald. Une fois l'homme sous bonne garde, il nous aurait fallu simplement quitter l'installation et sortir de cet enfer, hélas tout ne se passa pas comme prévu. Bien qu’extrêmement déterminé, nous n'avions pas prévu l'ampleur de la défense de l'installation. Sitôt arrivé aux entrées principales, les troupes de mercenaires d'Harald ouvrir le feu, comprenant bien que nous cherchions à nous libérer du joug tyrannique de leur employeur. Nous ripostâmes immédiatement, usant de toute notre expérience et de notre condition physique largement supérieur à ces simples sous-fifres. Leur assaut, vague après vague fut décimé, mais nous n'étions pas épargnés par la violence de l'attaque. Plusieurs de mes frères furent tués durant l'échange, et la liste des morts ne faisait qu'augmenter, au point que nous fûmes bientôt plus qu'une vingtaine de résistants. La voie était à présent dégagée, mais à quel prix. Abandonnant les cadavres fumant de mes compatriotes vaincus, je prenais la tête de l'escouade de fortune jusqu'aux appartements privés d'Harald. Une fois sur place, nous découvrîmes qu'il c'était volatilisé.  Pestant contre moi-même au vu des tournures que prenait la situation, j'amenais l'escouade jusqu'au hangar en tentant le tout pour le tout. Nous n'avions certes pas capturer le chef de l'Adascorp, mais un départ de l'installation était encore possible.


Nous étions parvenu aux hangars, mais les troupes Arkaniennes étaient arrivés avant nous. Une nouvelle fois nous dûmes faire face à des hommes que nous commandions habituellement, et une fois de plus, de lourdes pertes vint affaiblir nos rangs. Nous n'étions à présent qu'une poignée acculée par un ennemi largement supérieur en nombre, qui finit par nous mettre hors d'état de nuire. Enchaînés, brisés, vaincus. Nous fîmes face au regard inquisiteur de notre ancien maître.

- Tu me déçois terriblement 117.


Furent ses seuls mots, il avait bien vite compris que j'étais derrière l’insurrection, il faut dire que les autres ne se seraient pas dressés contre lui sans mon consentement. Il était peut-être à l'époque notre maître, mais j'étais ce jour-ci leur meilleure chance de liberté, du moins c'est ce que je pensais. Les quelques survivants furent amenés en quartier disciplinaires et nous fûmes incarcérés dans des geôles prévues pour notre force. Croupissant comme des animaux durant plusieurs mois, j'eus à assister à la restructuration mentale de mes anciens frères d'armes, Harald voulait me faire payer le prix de ma trahison, c'est la raison pour laquelle il ne répara pas l'implant de négation encastrer dans mon crâne. J'étais le témoin impuissant du traitement infliger aux autres par ma faute, un supplice que j'allais devoir endurer pendant de longs mois. Un temps précieux, nourri par ma haine et ma colère qui allait me permettre à la moindre occasion, de prendre mon envol.

Et ce n'est que vers la fin de l'année 119 ABY, après un transfert de mes geôliers dans un centre de détention plus sécurisé, que je réussis à m'échapper, tuant par la même occasion les gardes charger de veiller sur moi. Charger d'une profonde hargne contre mon créateur, je faisais en sorte de détruire les cellules-souches en productions et provoquer la destruction d'une partie du complexe militaire. Ce n'était pas grande chose au vu de ses moyens financiers, mais au moins, New Hope ne pourrait plus produire de nouveaux combattants avant un bout de temps. Je quittais en trombe Arkania, à l'aide chasseur de New Hope, puis je gagnais la bordure extérieure, en faisant jouer mes relations du milieu criminel pour me faire oublier. Une nouvelle vie semblait se profiler.

Chapitre II : Apprendre à vivre ( 120 - 137 )



Si les mercenaires d'Arkania étaient encore sous le contrôle d'Harald, il en allait autrement de toutes les installations de la bordure extérieure. Effectivement, mon ancien rang de Commandant en chef de New Hope et mes années de service auprès des mercenaires de ces zones, me permirent de rapidement prendre contact avec les officiers de ces régions. Visiblement la situation s'était embourbé depuis mon départ, pire encore, les interventions des gouvernements galactiques avaient provoqué une récession des activités et ce faisant une baisse de salaire pour les mercenaires sur place. Il me suffit de quelques suggestions pour réussir à fomenter une mutinerie contre le nouveau commandant en chef, un simple pion de l'Adascorp. Je reprenais ainsi mon poste de directeur des opérations, bien que n'était plus rattaché directement à New Hope. Les rares récalcitrants regagnèrent rapidement Arkania pour informer l'Adascorp de la perte de ses possessions dans les régions lointaines. Car en effet, dès que je réussis à reprendre les contrôles des forces de la bordure extérieure, je dirigeais de violents raids contre les installations de New Hope sur les mondes criminels. Une descente sur Nal hutta en 121 me fils même rencontrer une vieille connaissance, Evan Adasca accompagné du sujet 59. Une violente altercation entre nous me permit de découvrir qu'ils étaient eux-mêmes sous l'influence d'un implant de négation. Harald ne devait avoir aucune confiance en sa famille pour lui faire subir les atrocités, toujours est-il qu'Evan accusa difficilement cette trahison. Contre toute attente, il m'aida même à retirer l'implant des quelques sujets que nous avions pu capturer, incluant 59 qui prirent dès lors le nom de Tibérius. Avec l'aide d'Evan, je réussis à trouver les dernières installations de New Hope dans la bordure extérieure, tout en oblitérant l'empreinte néfaste d'Harald. Nous étions toujours des mercenaires, mais beaucoup moins barbares et violents qu'à notre âge d'or. La découverte de ces nouvelles émotions nous enseigna ainsi qu'il ne fallait pas toujours recourir à la manière forte, même si c'était particulièrement tentant. Dorénavant libres de faire ce que nous souhaitions, nous continuâmes donc d'effectuer notre métier, en faisant preuve de moins de témérité. Ainsi, alliés aux cartels Hutt par l’intermédiaire de Rana nous effectuâmes une percée prodigieuse dans le domaine du crime, s'imposant comme la principale force de mercenaire de la bordure extérieur, à l'aide d'Evan qui resta à nos côtés, nous russisâmes également à développer notre propre industrie d'armement, en se basant sur notre fortune personnel, le soutiens financier du richissime neveu Adasca ainsi que les anciennes installations fructueuses de New Hope encore présentes à travers la galaxie. Déplaçant son siège ainsi que la majeure partie de sa production dans l'espace Hutt, nous décidâmes d'un commun accord de la nommé Ad Honores Industries, aux vu des actes héroïques de ses fondateurs en se basant sur une ancienne langue galactique. Cette opération pris cependant de nombreuses années, afin que nos installations puissent etre opérationnels et que notre mise en avant sur le marché galactique puisse être payant. Nous avions la volonté de progresser et d'atteindre des sommets à la tête de cette nouvelle ère.

Ainsi nous continuâmes notre chemin vers les sommets jusqu'en 124 ABY, à cette époque, ceux qu'on appelait dorénavant les oubliés, sous mon commandement et celui de Tiberius furent en mesure d’interférer dans toute la galaxie, au point d'attiser de nouveau la jalousie de nos concurrents. Nous restions des hommes sans convictions, nous nous battions uniquement car nous ne savions faire que cela et non pas pour un idéal. Si l'argent satisfaisait grandement les hommes sous mes ordres, ce n'était pas vraiment cas. En dehors de Tiberius et d'Évan en une moindre mesure, je n'arrivais pas vraiment à trouver du réconfort dans ma situation. Les mercenaires qui se battaient sous nos drapeaux n'étaient rien d'autre que des barbares obéissants aux ordres de manière mécanique et non par vocation. J'avais la nette impression de faire de nouveau les mêmes erreurs que dans mon passé et l'idée d'incarner un nouveau Harald ne me plaisait guère. Je me retirais donc peu à peu du champ de bataille, pour y laisser Tiberius. De mon côté, je me concentrais en priorité sur l'Ad Honores et avec l'aide d'Evan en tant que chef de la section développement de l'entreprise, je réussissais peu à peu à faire fortune, mais de façon plus ou moins légale cette fois-ci. Je réalisais soudainement que mon entrainement chez New Hope m'avait faits maîtrisés d'autres formes de stratégie. Seulement voilà, la réussite des Oubliés avait provoqué la colère d'Harald et plusieurs autres groupes galactique. J'apprendrais par la suite que le directeur de l'Adascorp fit appel aux Ori'ramikade du clan Fett pour venir mettre un terme à notre avancé dans la bordure extérieure. C'est au début de l'année 124 alors que tout semblait pour le mieux que les Mandaloriens décidèrent de frapper.

J'étais alors dans l'une des forteresses de l'Ad Honores lorsque je reçois l'appel de secours de Tiberius, il était partie il y a de ça quelques jours avec un contingent des oubliés pour une mission des plus banales sur Boz Pitty, il s'agissait pourtant d'une simple traque concernant des bandits reconnus dans le milieu pour être rattaché au soleil noir. L'appel émis depuis son holo-communicateur fut très bref, et je compris rapidement l'ampleur du danger. Ne perdant pas une seconde, je laissais la gestion à Evan avant de me diriger en personne sur Boz Pitty accompagné de plusieurs oubliés, me référent à la localisation qu'il m'avait donné quelques jours avant. J'aperçois les traces de leurs venues sans trouver le moindre rescapé, j'ignorais ce qui se tramait ici, mais de simples bandits du Soleil Noir n'auraient pas pu mettre en déroute une compagnie aussi aisément. C'est au cours de cette recherche, que les commandos Mandaloriens nous tendirent une embuscade, et elle fut meurtrière. Mes hommes furent fauchés comme le blé ou rapidement soumis, tandis que j'étais encerclé par plusieurs d'entre eux. Voyant la tournure de la situation et l'armure célèbre des guerriers de Mandalore, je m'adressais à leur chef sur un ton de défi.

- C'est donc ça l'honneur Mandalorien ? Prendre en traîtres des hommes venus en opérations de sauvetage ?


L'homme devant moi émit un rire profond à ma remarque, avant de me pointer du doigt.

- Les hommes de New Hope n'ont pas fait preuve de plus d'honneur lorsqu'ils ont assassiné mes fils.

Un violent coup derrière le crâne vint me faire perdre connaissance. Je me réveillais alors dans une prison à bord d'un vaisseau en marche, je réalisais à cet instant qu'Harald avait dû perpétrer de nombreux méfaits depuis mon départ d'Arkania, car jamais nous n'avions pris le risque de mécontenter Mandalore. À ma grande surprise, je ne fus pas débarqué sur Arkania, mais sur une planète inconnue, particulièrement luxuriante. De ce que j'avais appris durant mais Flash training, cela devait-être Concord Dawn, planète agricole de l'espace Mandalorien. J'appris à l'aide d'un de mes nouveaux geôliers que malgré une forte somme proposer par l'Adascorp, j'étais destiné à tout autre chose, un duel visant à laver l'honneur de leur chef de clan un certain Jakko Fett, Trandoshan de son état. J'eus beau expliquer durant de longues minutes face à lui que je n'étais pas responsable des agissements de New Hope, il avait déjà vu mes hommes à l'oeuvre, et m'avait connu par le passé comme leur leader. Par conséquent, il se contenta de me guider en dehors du vaisseau, vers une plate-forme de combat. Tiberius et ses hommes étaient retenus prisonniers non loin de celle-ci, ils étaient surveillés par de nombreux gardes laissant peu de place à une évasion. Conscient que rien ne pourrait prouver ma bonne foi, je devais me résoudre à suivre le Fett. Celui-ci me jeta la vibrolame qu'on m'avait confisqué lors de ma capture, et me libéra de mes chaines.

- Voyons voir ce que tu vaux, espèce d'ordure !

Ainsi le combat s'engagea. L'homme bien que visiblement âgé n'était pas à sous-estimé, la force de ses coups allié à l'insoupçonné rapidité à laquelle il les portaient, fut pour moi un challenge véritable. Armé d'une très grande Lame de Beskar que j'apprendrais par la suite à manié à mon tour, il porta coup après coups des assauts déterminé. Sur la défensive encore et toujours, je ne réussissais pas à trouver l'angle de contre-attaque idéal, me contentant de l'étudier en détail sur sa façon de faire. Je n'avais pas combattu de nombreux Mandaloriens sur le champ de bataille ou en entraînement, c'était l'occasion rêvé de pouvoir connaitre cela et en situation réel qui plus est. Après plusieurs minutes de luttes acharnées où je manquais de perdre la tête, je réussissais à parer finalement sa lame à l'aide de mes deux mains protéger de mon armure et lui porter une contre-attaque en le désarmant, lui expédiant un très violent coup de genoux dans la pointe du menton, ayant pour effet de le désorienter. Profitant de son trouble, je me jetais sur lui en plaçant ma propre arme sous sa gorge afin d'être certain qu'il ne tente pas de me tomber dessus une nouvelle fois, l'idée de devoir subir ses foudres une seconde fois ne me plaisais guère. Satisfait de ma victoire, je retirais la lame jusque-là rivée sur sa gorge. Puis jeter ma vibrolame au loin. Clamant une nouvelle fois mon innocence.

- J'ignore ce dont tu m'accuses, mais je ne suis pas responsable de la mort de tes fils. J'ai été comme toi le pion d'un homme qui se considère comme le dieu vivant de cette galaxie, mais je le répète, cette époque est révolue.

J'ignorais sa réaction, cacher derrière son casque. Cependant il me fixait sans bouger la tête, comme s'il sonde mon âme pour attester de ma sincérité. Il se releva alors difficilement et je réalisais à cet instant qu'il ne devait pas être tout jeune. Bien que toujours méfiant à mon égard, il accepta mes explications et fit libérer Tiberius et les ses hommes, sans pour autant leur rendre leurs armes respectives. Le chef de clan les fit accompagner jusqu’à l'un de nos vaisseaux volés puis les encouragea à partir. Je comprenais par cette action que je n'allais pas pouvoir les rejoindre directement. Et pour cause, Jakko souhaitait que je lui fasse part de toutes les informations en ma possession au sujet de New Hope et de mon créateur. Ce n'était qu'à cette condition que je pourrais retrouver ma liberté. N'ayant plus rien à voir avec ce passé sordide qui continuait de me hanter, j'acceptais sans sourciller sa proposition. Ainsi j'allais devoir passer quelques semaines de plus sur Concord Dawn

Aussi étrange que cela puisse paraître, cette période en territoire Mando ne fut pas désagréable, au contraire j'étais satisfait d'être au cœur d'une société guerrière, peut-être un peu trop satisfait. Cette ambiance clanique mettant en avant les capacités martiales et les actes de bravoure me rappela directement le lien que j'entretenais avec mes frères tombés de New Hope. Pour la première fois depuis bien longtemps, je me sentais presque à ma place, je n'étais pas un général mercenaire à la tête d'opportuniste avare. Derrière tous ces mythes concernant la société Mandalorienne, il y avait comme une alchimie, semblable à de l'art à mes yeux. Les entraînements et les dialogues étaient brutaux certes, mais tout cela était teinté de sincérité et de déterminations, des sentiments que je n'avais plus connus depuis des années. Mon compte rendu finit cependant par se terminer et c'est avec une pointe de déception que j'enterrais la hache de guerre avec Jakko. Ces semaines m'avaient permis de le découvrir, c'était un homme vaillant et protecteur, mais aussi auréolé d'une certaine sagesse. Il lit la déception dans mon regard et me proposa après un verre de rester aux côtés de son clan si cela me convenait. Après un moment d'hésitation, je finis par accepter son offre. Tiberius s'occuperait de la branche militaire des Oubliés, tandis qu'Evan serait durant un temps au moins responsable du bon fonctionnement de l'Ad Honores. Il fallait que je retrouve goût à la vie, et c'était une chance à saisir pour moi. C'est pourquoi malgré mon expérience et mes capacités je choisis de devenir un simple adopté Mandalorien.
C'est sans surprise que je triomphais du Verd'goten, je n'avais pas grand-chose à apprendre dans le domaine de la survie ou des maîtrises martiales, si ce n'est quelques petites spécialisations Mando'ade toujours bonne à apprendre. Cependant c'était très différent pour tout ce qui concernait l'aspect culturel des Mando'ade. à leurs côtés, j'appris le Mando'a ainsi que l'histoire glorieuse de ce peuple, la légende des Taung ainsi que des grands noms comme Jango, Boba en passant par Canderous. Les mando'ade devaient sans doute faire partie du peuple le plus tolérant de la galaxie, acceptant les mariages homosexuels et toutes les races ou sexe sans la moindre discrimination. Je fus moi-même traiter en égale, malgré ma très grande transformation physique. Moi qui avais l'habitude d'être aux yeux des autres des véritables bêtes de foire trouver parmi eux un semblant de réconfort. Pour la première fois de ma vie, j'avais une véritable famille qui n'était pas simplement fondée sur la guerre ou l'art de donner la mort, et bien que je respecte encore profondément mes anciens compatriotes de New Hope, l'expérience que je subissais à cette période dans le fief des Fett n'était pas comparable. Ainsi durant 3 longues années, j'appris à devenir un véritable Mando'ad et à connaitre l'honneur de porter ce titre. Je n'abandonnais pas les Oubliés ou l' Ad Honores pour autant, Tiberius faisait un travail remarquable et possédait toute ma confiance pour la suite des opérations. Quant à Evan, il avait un don pour la recherche semblable à son oncle, j’espérais simplement qu'il ne devienne pas aussi dément que lui. Ainsi durant 3 ans je fis l'effort de m'adapter du mieux possible à cette double vie. Bien que mon appartenance au clan Fett soit si grande que je décide finalement d'en adopter le nom à mon tour. Mes compétences et le système méritocratique de Mandalore me permirent rapidement d'accéder au titre d'Ori'Ramikad, je dirigeais mes affaires d'un côté tout en participant à la vie du clan de l'autre. Jakko était satisfait de mon évolution et me fit connaitre plus en détail l'histoire de notre peuple. J'avais trouvé un certain équilibre dans cette vie, et si les cauchemars concernant ma vie passé perduré, ils se faisaient de plus en plus rare, je pouvais dorénavant apprécier une nuit sans revivre ces même massacres continuellement.

Les événements de l'année 127 allez cependant changer drastiquement la situation. La guerre venait d'éclater entre l'Alliance et l'Empire, Chernan Ordo, notre Mand'alor de l'époque fit contacter par l'Alliance pour défendre Botajef d'une invasion impérial. Le contrat était particulièrement juteux, et Mand'alor accepta la mission de ralentissement qui lui fut proposer. Effectivement, les forces alliées devaient initialement rejoindre les troupes Mando'ade au sol, et contrecarrer la tentative impériale. Au vu du type de mission, Chernan décida d'engager dans la bataille qu'un léger contingent de troupes provenant de tout l'espace Mando, faible numériquement certes, mais issue de l'élite des clans. Ainsi, tous ceux qui furent conviés répondirent favorablement à la demande du Mand'alor. Cela faisait déjà quelque temps que nous avions débarqué sur la planète et nous étions en ordre de bataille. Il ne fallut pas attendre bien longtemps pour que notre ennemi du jour fasse son apparition, c'est ainsi que sous un soleil ardent, les légions de Stormtrooper furent visibles. La bataille débuta alors sous un déluge de feu.


La défense héroïque des Mandaloriens, sur le point de céder.

La bataille se poursuivait, mais toujours pas de nouvelles de l'Alliance, nous étions peu à peu acculés par des forces bien supérieures en nombre et des renforts provenant de Mandalore prendraient bien trop de temps à arriver, nous étions dans une situation catastrophique, tandis que les forces de l'Empire avancer toujours plus, la ligne était sur le point de se briser. À la tête d'un commando mando'ad, j'effectuais une manœuvre pour flanquer la ligne droite du front, à l'aide de nos Jetpack. Ce n'était que quelques minutes de répit pour le front, mais ce temps devait permettre à Hondo Karr d'atteindre les communications, et débloquer la situation. Sans la moindre unité blindée, soutiens aériens où simplement de l'artillerie, nous dûmes faire face à la pleine puissance de l'Empire. C'est ainsi que, minute après minute je ne put que constater les cadavres de mes Vod s’amoncelant un peu partout. Un sentiment profond de rage et de colère que je n'avais plus connu depuis des années prises alors possession de moi. Je chargeais les rangs ennemis armés de ma Beskad sans réfléchir plus longtemps. M'enfonçant profondément dans les lignes adverses, les Mando'ade sous mon commandement tentèrent de freiner mon attaque suicidaire, mais c'était peine perdu. Hélas, malgré une très grande détermination de notre part, et des actes désespérés visant à alléger le front, Chernan Ordo notre Mand'alor, tomba. Cette perte terrible nous accabla tous lourdement, cependant en tant que guerriers avant tout, nous fîmes face à cette funeste nouvelle en continuant le combat. C'est à cet instant que sortant de l'ombre Yaga Auchs ordonna la retraite. Folie pensais-je, nous ne pouvions pas abandonner les quelques survivants du front qui était à présent entièrement perdu, il fallait leur porter secours ! Auchs réussit cependant à persuader les autres Ori'ramikade de rejoindre les vaisseaux, pretextant qu'il n'y avaient sans doute plus aucun survivant. C'est le cœur lourd et l'esprit remplis de question que je suivais mes pairs, en quittant la planète. Botajef resterais toute ma vie comme le souvenir d'une bataille déshonorante, ce qui provoqua chez moi un profond rejet de de l'Alliance galactique.

Par la suite, Yaga Auchs nouveau Mand'alor depuis la disparition d'Ordo décida de retirer les Mando'ade du conflit. Une décision plutôt brutale qui ne satisfit pas l'intégralité des clans, même si nous n'étions à la base que de simples mercenaires engagés durant l'espace d'une mission. Le problème était lié au fait que nous n'aurions plus l'occasion de récupérer notre honneur perdu. Toujours est-il que la vie devait continuer, oubliant un instant les réclamations du nouveau Mand'alor, je décidais accompagné de plusieurs de mes frères tout en coordonnant les Oubliés dans le même temps, d'agir dans la guerre Impérialo-sith. Je ne pouvais décemment pas laisser la galaxie être en proie aux flammes sans y participer. Ainsi, je décidais d'un commun accord avec Tiberius et Jakko de me ranger du côté de l'Empire. Sans surprise, nous participâmes à plusieurs échanges contre l'Alliance et les Jedi, mais les impériaux piétinaient, ce n'est qu'en 130 après un grossier stratagème, que j'assistais à la destruction de la principale flotte allié et la fuite de Stazi et des rescapés de la flotte du noyau. L'implication des sith lors du massacre d'Ossus provoqua en revanche notre rupture du contrat avec l'Empire, ne pouvant décemment pas accepter des actes aussi déshonorants. Cette décision fut rapidement suivie par le coup d'état de Krayt et ses Sith. Cette simple action accompagnée de la fuite de Roan Fel et l'incapacité des Jedi à réagir suffisamment vite contre leur Némésis, suffit à me radicaliser contre la force et ses méfaits. Je retirais de cette guerre de solide revenue accordé par l'Empire, ainsi que le développement de l'Ad Honores dans la bordure extérieure, l'alliance n'étant plus un frein à son activité.

Durant 7 longues années, la galaxie du vivre sous la gouvernance du One Sith. l'espace Mando'ad fut épargné de ce conflit, et par chance Yaga su profiter de ce laps de temps pour développer prodigieusement nos territoires, en récupérant l'intégralité du Secteur Mandalorien et ses mondes. Tirant son trésor d'une source inconnue il fut en mesure de développer MandalMotors et MandalHypernautics ainsi que de débuter la construction d'un chantier Naval sur Cheravh. Malgré notre suspicion à son égard nous ne pouvions qu'admettre des bien faits de sa gouvernance. Cette période fut pour moi l'occasion de reprendre le contrôle des opérations de l'Ad Honores, Evan était un formidable chercheur, mais sa stratégie de développement laisser un peu à désirer par moments. Je n'étais peut-être pas meilleur que lui, mais je profitais de mon affiliation avec les oublier pour supprimer ou absorber mes concurrents, laissant alors une entreprise florissante, tout en continuant mon activité de chasseur de primes. Pour autant, la situation n'était pas idyllique, Harald Adasca restait un obstacle de poids dans notre développement et ses agents avaient réussi à nous mettre de nombreux bâtons dans les roues. Avec l'aide du réseau d'information du Xénope, je réussis en 135 à le localiser, il était actuellement sur Arkania, aux côtés de l'ancien protecteur d'Evan, le mercenaire Tail Paton. Il était visiblement en train de conclure une affaire urgente qui nécessitait sa présence sur les lieux. Sachant parfaitement que cette occasion ne se représenterait sans doute pas avant un moment, je demandais l'aide de mon clan et des Oubliés pour détruire définitivement Harald et ce qui restait de New Hope. Grâce à l'aide d'Evan et d'une partie de sa famille, nous réussîmes à pénétrer l'espace Arkanien sans avoir de conflit avec le dominion. Un commando composé d'Ori'ramikad du clan Fett et d'anciens sujets d'expérience diriger par Tiberius fut alors déployé aux portes du siège l'Adascorp.


Traversant ces installations secrètes à l'aide d'un hack des codes de sécurité orchestrer par Evan en personne, le commando progressa rapidement à travers l'édifice en éliminant les quelques gardes récalcitrants sur le chemin. Cette absence partielle de protection nous mis en alerte, mais nous nous devions de progresser, les installations avaient bien changé depuis le temps et ce ne fut pas aisé de nous diriger. C'est après plusieurs minutes de recherches infructueuses que nous fument en mesure d'atteindre le point central, découvrant avec horreurs les raisons de la présence du patriarche Adasca. Des cuves de clonages étaient rassemblés derrière un des vitraux impressionnants, il résidait à l'intérieur de celles-ci des clones qui me frappèrent directement au cœur et pour cause, ils étaient ma véritable Copi conforme. Légèrement sous le choc, je ne fus pas en mesure de sentir la présence de mes adversaires qui venaient tout juste de pénétrer la salle, Harald en faisait partie un sourire triomphant figer sur son visage décrépit. Je réalisais alors en voyant de nouveau mon visage parmi la troupe l'entourant que son projet ne devait pas être récent. Cacher derrière ses cohortes, il me fixa du regard l'air triomphant.

- Tu étais unique 117, mais ce n'est plus le cas. Aujourd'hui, tu vas l'apprendre à tes dépens.


à la fin de sa phrase, mes doubles chargèrent notre groupe frénétiquement. C'est sans attendre que mes compatriotes répliquèrent, engagent alors un combat des plus sanglants. Ne perdant pas de l'esprit mon objectif principal, j'ordonnais à Evan de se rendre accompagnée de Jakko et Tiberius jusqu'à la salle des opérations, si nous voulions réduire à néant les forces adverses, il nous fallait désactiver les implants de négations au plus vite. Je me réservais pour ma part la tête d'Harald. m'échappant à la mêlé, je m'engageais dans le couloir à la poursuite de mon créateur qui semblait avoir pris soudainement la fuite. Dans les allés sombres du bâtiment qui avait fait de moi une véritable machine à tuer, il me fut difficile de distinguer sa trace, les souvenirs de mes anciens frères morts me hantant de nouveau. C'est au bout de plusieurs minutes de recherches intenses que je fini par distinguer sa silhouette à l'intérieur de notre ancienne salle d'entrainement. Guider par ma colère, je lui emboîtais le pas hâtivement et pénétrer ainsi dans la salle, mon fusil d'assaut pointer vers lui. Ma seule envie à cet instant était de lui vider le chargeur dans la gueule, mais je me devais d'être raisonnable, Harald était d'une très grande valeur et sa capture aurait permis assurément un plein contrôle de l'Adascorp. Je rengainais donc mon arme en douceur en m'approchant de lui, alors que j'étais sur le point de le saisir par le bras, il m'expédia à vive allure un puissant coup de poing dans la mâchoire, brisant mon élan net. Il ne me fallut pas plus de temps pour comprendre que ce vieux fou avait dû faire subir à son propre corps quelques expériences génétiques. C'est donc sans plus de mesure que je lui sautais dessus pour entamer un pugilat endiablé. Après plusieurs minutes de ce traitement, il finit par tomber à terre, vaincu. Satisfait de ma revanche, je récupérais son corps sur mon épaule et me rendais calmement auprès de mes compagnons. L'opération était un franc-succès et bien que plusieurs décès dans nos rangs soient à compté, Harald avait été fait prisonnier, et ses troupes étaient à présent libres de son influence. Evan prit naturellement le poste de son oncle et libéra les autres membres de sa famille des implants de négations. Je regagnais quant à moi Concord Dawn auprès de mes Vod et accompagné de tous les clones qui avaient survécus, ne souhaitant pas qu'ils provoquent des désastres à travers la galaxie. Une page semblait alors se tourner, New Hope hors d'état de nuire et son créateur réduit à un état inoffensif, me laisser la voie ouverte. J'encourageais alors un rapprochement entre les scientifiques sous le contrôle d'Evan et les ingénieurs Mando'ade. Provoquant une entente entre l'Ad Honores et l'Adascorp. Evan étant lui-même l'un des fondateur de l'entreprise et un de nos plus précieux allié politique dorénavant.

Durant deux longues années je continuais mon business tranquillement. M'occupant de mon réseau financier tout en restant un Ori'ramikad de confiance, j'étais pour ainsi dire le bras armé de Jakko et son conseiller le plus droit. Toujours est-il qu'une fois encore, la galaxie finit par reprendre ses droits. En effet, le conflit opposant les sith l'Empire Fel et ce qui subsiste de l'Alliance galactique semble s'intensifier dès le début de l'année 137, c'est cependant dans l'indifférence qu'Auchs accueille cette nouvelle. Cette inaction n'était pas vraiment habituelle et l'occasion de se remplir les poches sur le dos d'un des belligérants était des plus tentants, c'est cependant avec véhémence que Mand'alor émit son veto, insistant sur l'importance de notre neutralité dans le conflit. Cette réponse fut une nouvelle fois très mal perçu par la majorité des clans qui ne comprenait pas la raison d'une telle passivité. D'autant plus que les fonds du Mand'alor semblaient être inépuisable au vu de sa politique de grande construction, l'attente laissa alors la place au Doute. Jakko fut l'un de ceux qui furent le moins en adéquation avec la politique de Mand'alor et il ne le cachait pas, c'est sans son aval qu'il engagea les forces du clan Fett dans le conflit de façon incognito. Nous servions divers opposants des Sith tout en accumulent les ressources, ce n'est cependant qu'à la fin de la guerre durant la bataille de Coruscant en 138 que nous réalisâmes notre plus grand coup d'éclat. Affrontant les nouveaux Sith Trooper de Krayt pour la première fois, nous fûmes en mesure d'éprouver leur force sur le champ de bataille. Mais ce n'est pas tout, le chaos ambiant permis en effet de récupérer plusieurs anciens modèles de droïdes de guerre Basilisk laisser dans des musées de la capitale, les derniers plans de constructions ayant été peu à peu oublier avec le temps. De très grosses sommes provenant des réseaux financier de la planète affaiblie furent enfin les derniers souvenirs de notre intervention.

Chapitre III : De l'ombre à la lumière. ( 138 - 149 )




Hélas l'année 138 ne fut pas que synonyme de victoire pour les Mando 'ade, en effet le retour inattendu d'un ancien combattant de Botajef réussis à mettre aisément le doute dans l'esprit de tous. Hondo Karr fit beaucoup parler de lui dans l'espace Mandalorien, il faut dire qu'un tel retour ne pouvait pas être gardé sous sceller éternellement. Ce fut tout d'abord le clan Ordo qui fut tenu informé des révélations du nouveau venu, mais Karr souhaita bien vite trouver du soutien auprès d'autres clans Mando, et c'est sans surprise qu'il se dirigea vers l'un des chefs de clan le plus réputé pour son franc-parler, Jakko Fett. Il nous informa de la possible trahison d'Auchs, et des véritables raisons de la débâcle de Botajef. Devant l'ampleur de telles déclarations, la prudence était cependant de mise, nul ne pouvait accuser un homme sans preuve et les Mandaloriens n'échappent pas à cette règle. L'inimitié entre Yaga et Jakko ne datait pas d'hier, et une réaction trop rapide du clan Fett risquer de déclencher un chaos sans pareil. C'est donc durant la réunion des chefs de clan de l'année 138 que la question fut étudiée. Les principaux chefs de clans étaient présents comme la tradition le souhaitait. Edwin du clan Skirata, Alicia du clan Ordo, et Magnus du clan Vizsla. Jakko attendit qu'Auchs termine sa déclaration et l'avancé de ses travaux sur l'espace Mando'ad pour prendre la parole, il pris de cours l'assemblée en imposant à Mand'alor un duel à mort. Le défi présenté eu l'effet d'un coup de tonnerre sur l'ensemble des chefs, d'autant plus quand Jakko annonça qu'il souhaitait venger l'honneur de ses frères tombés lors de la bataille de Botajef. Je ne connais pas vraiment la suite de l'histoire ni comment se déroula le duel, cependant à la finalité, Jakko fini par perdre la vie trahis par son grand âge. Ce qui aurait pu terminé la seconde guerre civile Mandalorienne avant qu'elle ne débute ne fit en réalité que mettre le feu aux poudres. La mort de Jakko aida en effet à accélérer la rumeur de trahison de Auchs, et des mouvements de contestations éclatèrent à Keldabe. Mon mentor décédé, je me devais de rejoindre Concord Dawn au plus vite, pour organiser la suite des événements. Je proposais à Karr de séjourner auprès des nôtres durant son enquête, si Auchs était effectivement le traître, il allait devoir en répondre de sa vie.

Devenu chef de clan à la suite de l'approbation de mes Vode, j'étais résolu à préserver mon peuple des dangers d'un énième conflit fratricide. J'épaulais donc Karr dans ses recherches, tout en préparant mes hommes au conflit à venir. Les plans du Basilisk obtenu sur Coruscant nous permis en l'espace de 2 ans d'obtenir une nouvelle génération de montures, adapté à notre époque. L'Ad Honores avait prouvé son efficacité, et c'est un jeune prodige du nom de Damian Fett, ancien élève d'Evan Adasca, qui fut à l'origine de cette nouvelle série de droïde. Auchs était de plus en plus suspicieux au fil des mois, ses agents épiés l'espace Mando à la recherche de Karr, tout en menant une propagande suggérant que le fugitif était le véritable traître, ce stratagème sema le trouble entre les clans. Les loyalistes furent bien vite opposés aux clans dissidents, si bien que le protectorat Mandalorien cessa partiellement ses activités à l'extérieur de la galaxie. Je me devais moi-même de laisser de côté durant un moment Tiberius et les Oubliés. Cette période d'observation correspond en réalité à un véritable essor militariste de toutes les factions Mando'ade. Des tentatives de rapprochements sont effectuées alors que tout le monde se prépare à un conflit ouvert. Il faudra cependant attendre 142 ABY pour assister au premier engagement réel de ce qu'on appellera par la suite, la seconde guerre civile Mandalorienne. Karr apporta effectivement les preuves de l'implication d'Auchs dans la trahison de Botajef et Alicia Ordo était une femme des plus déterminés. Ce fut elle est son clan qui déclencha les hostilités en se proclamant ouvertement en guerre contre Auchs et ses partisans. La réaction du Dar'manda ne se fut pas attendu, puisqu'il dépêcha au cours de l'année une violente campagne de répression sur la planète Ordo, fief du clan éponyme. En déployant sa flotte nouvellement construite depuis le chantier naval de Shogun. Cet acte assourdissant laisser les clans perplexes, devant de tels actes, je décidais de venir en aide aux insurgés et de fait, déclarer par la même occasion mon opposition à Auchs dans le même temps en débarquant mes Ori'Ramikade sur la planète. Après une campagne éclair, les troupes d'Auchs décidèrent de se replier sur Mandalore, bien que la victoire spatiale leur était assurée nous avions la supériorité au sol. Quelques jours plus tard, je vins à la rencontre d'Alicia pour établir les termes d'une alliance entre nos deux clans dans la suite du conflit.

Les mois défilèrent sans qu'aucune action décisive ne se déroule, seules quelques escarmouches furent recensées, principalement entre chasseurs dans l'espace bien que quelques opérations au sol perpétré par des commandos aient eu lieu. Ce climat de tension influença plusieurs clans encore neutres dans le conflit. C'est ainsi qu'Edwin et le clan Skirata finirent par se déclarer à leur clan en rébellion contre Mand. Devant l'aggravation de la situation et une débandade du clan loyaliste, Auchs usa de sa puissante flotte pour soumettre plusieurs des clans mineurs de l'Espace Mandalorien, proclamant quiconque s'opposerait à lui de dar'manda. Si elle fut efficace dans un premier temps, cette stratégie amena surtout les camps rebelles à se concerter entre eux sur la démarche à suivre. C'est ainsi qu'en 143 ABY, une réunion tenue secrète se déroula sur Cheravh. Alicia, Edwin, Hondo et moi-même proclamèrent durant cette entrevue la création d'un mouvement rebelle contre l'autorité du Mand'alor, qui ne prendrait fin que lorsque Auchs serait puni pour ses crimes, ainsi qu'à la suite de l’élection du futur Mand'alor. Ce qu'on appellerait par la suite, le serment de Manda. Les termes étaient simples, les effectifs des clans dissidents seraient unis tout le long de la guerre civile. Les actions se décideraient à plusieurs et devraient-être coordonnées, tout comme l'utilisation des ressources et des moyens de production. Les clans étaient de nouveau réunis, mais d'une façon différente de l'accoutumée si bien que nos clans respectifs n'eurent pas forcément d'accord au départ, mais devant le danger qu'Auchs représenter, il n'y avait pas de doute possible sur la marche à suivre.

C'est à partir de l'année 144 ABY que le conflit s'intensifia. La coalition que nous formions adopta une tactique de guérilla sur les mondes loyalistes, sapant les ravitaillements et l'approvisionnement des forces d'Auchs tout en cherchant à fédérer d'autres clans à notre cause. C'est bientôt tout l'espace Mando'ad qui dû faire un choix d'adhésion ou de lutte contre Auchs, et bien que nous soyons initialement en infériorité numérique, notre camp grandissait chaque jour. Auchs en était bien conscient et c'est la raison pour laquelle il réussit à rallier à ses objectifs le dernier clan majeur acceptant de combattre sous sa bannière, Magnus et ses Vizsla. Jusque-là neutre dans la guerre civile, Magnus semblait avoir été séduit par l'offre plus que généreuse du Mand'alor, il faut dire qu'il avait été mandaté comme bras droit du Mand'alor ainsi qu'une très lourde somme d'argent provenant de sa fortune toujours aussi démesuré. Bien que nous fûmes déchirés d'apprendre cette nouvelle, nous restâmes conscients des enjeux de la guerre, si Magnus venait à se mettre en travers de notre route, nous devions l'arrêter à son tour. La guerre perdura ainsi jusqu'en 145, une date clé impliquant mes forces et celles du clan Vizsla dirigé par le bras droit de Magnus, Lordan. J'avais eu écho d'une intervention musclé des forces loyalistes sur la planète Mandallia, visiblement Auchs souhaitait rallier l'intégralité des géants à sa cause en usant toujours de la même tactique à savoir la peur. Je ne comptais cependant pas laisser les habitants de la planète plier le genou face à ces traîtres, c'est la raison pour laquelle je fis regrouper au plus vite mes Mando'ade pour intervenir avant qu'il ne soit trop tard.

Bataille de Mandallia, 145 ABY.



Les troupes Fett placer sous le commandement d'Arcturus, firent rapidement la rencontre avec les forces du jeune commandant Lordan Vizsla. Les deux groupes s'étaient observés toute la journée, cherchant à adopter la stratégie la plus adéquate pour engager la bataille. Ils se vouaient un respect mutuel, il ne s'agissait pas d'une lutte idéologique mais d'une simple querelle entre membres d'un même peuple. Hélas, ils avaient pris tous deux des engagements et ni l'un ni l'autre ne se viendraient à abandonner la bataille à venir. Pour autant la nature marécageuse du terrain sur lesquels ils c'était rencontrés changea grandement le déroulement de la bataille. Il était presque impossible de manœuvrer une armée à travers cette Flore revêche, ainsi les deux camps décidèrent de mettre en avant leurs Ori'Ramikade respectifs. Laissant le gros de l'armée à l'arrière, en attente d'une ouverture. La nuit était peu à peu entrain de s'imposer sur la planète, l'atmosphère pesante était renforcée par une série de bruits stridents de la faune sauvage. Ils étaient à présent à porter de tir l'un l'autre, mais contre toute attente, ils suivirent l'exemple de leurs chefs respectifs et décidèrent de régler ça à l'arme blanche. Sous une avalanche de cris et de muscles les deux commandants chargèrent l'espace qui les séparait l'un de l'autre et une mêlée titanesque naquit soudain. Les Beskad fendaient l'air, un flot de sang remplaça bien vite l'apparence verdâtre de la zone, la teintant de l'écarlate si familier pour eux. Le carnage ne semblait pas avoir de cesse, et pourtant au bout de plusieurs minutes intenses de ce fratricide, un profond silence s'installa. Arcturus et Lordan se faisaient face, prêt à en découdre, leurs hommes comme hypnotisés par la scène cessèrent peu à peu de s’entre-tuer pour connaitre la suite de ce tête à tête. L'issue de ce duel pouvait mettre un terme à la bataille avant même qu'elle ne débute, et les deux hommes le savaient fort bien. Et c'est bien sans arme, dans un pugilat que se jouerait cette fin de journée. Coup après coup, frappe après frappes, les deux hommes se quereller avec une énergie inépuisable, aucun ne semblait vouloir plier devant l'autre et cette démonstration de volonté imposer le respect aux spectateurs de fortune alors présents. Cependant, la nature d'Arcturus l'avantageait grandement dans ce conflit, génétiquement modifier et passer maitre dans l'art du corps-à-corps, le Shistavanen finit par prendre le dessus, expédiant à terre Lordan dans un ultime effort. Cette chute signifiée peut-être la défaite de Lordan, mais aucuns Mando'ade présents ce jour-ci n'avaient à rougir du résultat de cette bataille.

Quelques jours après la bataille de Mandallia, Alicia vint défier Magnus en duel. L'objectif était simple, le perdant devrait rejoindre le camp de l'autre. Cette tactique avait pour but d'éviter les victimes inutiles dans le conflit et connaissant l'orgueil de Magnus, il ne se défilerait pas. Ainsi, l'homme vint promptement sur Ordo pour répondre à l'appel de la cheffe de clan. Après une sanglante confrontation, Alicia s'imposa malgré avoir subi une sévère blessure au bras. Meurtris dans son orgueil mais heureux de ne plus être lié à Auchs, Magnus accepta finalement et avec l'approbation de tout son clan de rejoindre la coalition visant à faire chuter le traître, il n'avait de toute façon accepté l'offre que pour les bénéfices qu'il pouvait en tirer à la base. Ce retournement de situation provoqua tout le long de l'année 146 des nombreux désistements au sein des forces loyalistes, les clans qui c'étaient fait initialement soumettre par la force avaient fini par faire sécession à leur tour, protéger par la flotte Coalisée diriger par Edwin Skirata qui c'était illustré dans la capture de plusieurs vaisseaux capitaux sur Mandalore. Hondo Karr quant à lui, était à la tête des chasseurs de la coalition. Voyant que son influence était en train d'être réduit peu à peu à néant, Auchs décida de déployer ses dernières cartes dans une campagne de reconquête. S'il n'avait plus l'appui des clans, sa fortune lui permit de s'offrir les services de nombreux mercenaires, grossissant les rangs de ses troupes basés sur Mandalore.

C'est finalement en 147 que ses prétentions se tournèrent vers Concord Dawn. Sachant pertinemment que j'étais l'un des principaux stratèges de la coalition, Auchs souhaitait éliminer la menace que je représentais, si bien qu'il dépêcha pour cette mission la majeure partie de sa flotte et la totalité des mercenaires qu'il avait réussis à s'octroyer. Le siège de Concord Dawn venait tout juste de débuter. Edwin guida la flotte coalisée à la hâte pour venir nous porter assistance, mais nous devions déjà subir le débarquement des troupes mercenaires du dar'manda. Pour la première fois depuis le début du conflit, une gigantesque bataille ouverte était sur le point d'être provoqué, et cela allait se passer sur mon sol. Devant la vague impressionnante de mercenaire déployé par Auchs, je me décidais à mon tour d'abattre l'un de mes atouts. Dissimuler depuis le début de la guerre, il était grand temps pour moi de déployer mes nouveaux Basilisk. Et c'est ainsi que nous fîmes déferler la mort dans les rangs ennemis, entre embuscades favoriser par notre connaissance de la planète et frappe éclairent appuyer par nos nouvelles montures. Les troupes loyalistes étaient peu à peu balayées par notre puissance de feu largement supérieur, si bien que l'écart numérique finit par s'inverser. Les mercenaires ne se battant que pour les gains, finirent rapidement par se rendre, ne souhaitant pas subir le courroux du clan Fett. Satisfait de la tournure des événements, j'épargnais les envahisseurs, tout en les expédient dans des camps de prisonniers. Pour ce qui était de la bataille spatiale, le bilan était plus mitigé, mais Edwin avait tout de même l'avantage, l'utilisation des Besu'liik de Karr ouvrit une brèche à travers la défense des loyalistes, qui furent pris en tenaille. La fin du siège de Concord Dawn signifier aussi la capture du restant de la flotte loyaliste. Sans aucunes résistances spatiales possible avant un bon de temps, la route vers Mandalore était toute tracé. La guerre serait ainsi bientôt terminé.

C'est justement pour accélérer cette fin à présent inévitable que toutes les forces de la coalition se dirigèrent vers la capitale du secteur Mandalorien. Cette guerre avait suffisamment duré et il était grand temps qu'elle se termine. Pour autant Mandalore n'était pas aisé à conquérir et ce n'est pas les Vong qui contredirait cela, la planète était lourdement défendue, cette situation réclamer une approche en finesse et non pas de charger tête baisser dans l'espoir de pouvoir arracher le monde aux dar'manda. C'est ainsi que débuta la campagne de Mandalore, une succession d'événements et de batailles éprouvantes mais nécessaire pour pacifier la planète. Nous dûmes commencer par la lune de Concordia, moins protéger et donc forcément plus simple à reprendre qui finit par céder en 148, le débarquement sur Mandalore fut alors possible. Zones après zones, nous fûmes en mesure d'avancer à travers le territoire ennemi sans subir de résistance, s'il était à présent certain que nous étions disposés à sortir triomphant de ce conflit, cela ne m'empêchait pas d'être révolté à l'idée d'avoir combattu tant d'années contre nombre de mes Vod. La planète semblait alors être sur le point d'être entièrement conquise, seul Keldabe était encore aux mains d'Auchs, mais ce sacrilège allait aussi prendre fin, nos forces de la coalition étaient à présent massées aux portes de la capitale, la tension était palpable alors que moi et les autres chefs de clans n'attendions qu'une chose, le lancement de cet ultime assaut qui scellerait notre destin à tous.

Bataille de Keldabe, 149 ABY



Cela faisait près d'un an que la campagne de Mandalore avait été initié, des mois de luttes et d'interventions brutales pour récupérer la planète en limitant les dégâts collatéraux. Yaga Auchs n'avait pas eu cette présence d'esprit en revanche, il n'avait cessé depuis le début du conflit d'utiliser ses blindés nouvellement produits par Mandal Hypernautics contre les forces coalisées. Ces deux visions opposées provoquèrent l'enlisement du conflit, pourtant aujourd'hui allait se décider la fin de cette guerre. Les troupes coalisées diriger par Arcturus et Lordan Vizsla s'étaient avancées avec le gros de l'armée aux portes de la ville. Entament le siège de celle-ci, en contre-partie, les mercenaires et Dar'manda au service d'Auchs répliquèrent directement avec une succession de bombardement sur la ligne de défense de la coalition. Keldabe ne devait pas être réduit à néant lors de sa prise, et c'est pour cette raison qu'Alicia accompagné de Magnus eut pour mission de diriger un petit commando à travers la ville, visant à assassiner la chaîne de commandement d'Auchs. Profitant d'une diversion exercer par Karr et son chef de clan sous la forme d'une agression aérienne sur les défenseurs à l'aide de leurs chasseurs. Le Commando réussit à pénétrer dans la ville sans se faire repérer. Mais au courant de la situation, Arcturus déploya alors ses Basilisk jusqu'aux portes de la ville, soutenus au sol par Lordan et l'armée, les deux hommes réussirent à créer une brèche dans les défenses, provoquant alors un chaos sans nom dans les rangs ennemis. Les défenseurs déjà rendus fébriles par se percer finir par perdre le semblant de discipline dans leur armée, lorsque Edwin pénétra dans la ville à son tour à l'aide de ses transporteurs, provoquant alors un encerclement total des mercenaires d'Auchs, bien vite balayé par la puissance de feu de la coalition. Encerclé, dénué de leurs chefs et sans annonce d'ordre de la part du traître, les troupes mercenaires décidèrent de se rendre au cœur de la cité. Les derniers fidèles de Yaga quant à eux, provoquèrent un baroud d'honneur devant la tour de MandalMotors où c'était replié le félon à l'origine de cette guerre fratricide. Arcturus accompagné d'Alicia pénétra alors à l'intérieur de la tour, quelques Dar'manda étaient encore présents dans l'édifice, mais ils ne tinrent pas longtemps face à la fureur des deux chefs de clans. Au bout de plusieurs minutes d'exploration, le tandem finit par retrouver Auchs prêt à livrer son ultime bataille. Le lâche était cependant entouré de plusieurs Ori'Ramikade à son service, et Alicia décida de s'occuper de ces Dar'manda pendant qu'Arcturus se charger de mettre un terme à la trahison du faux Mand'alor. Au crépuscule, Auchs avait rendu l'âme, Keldabe était reprise et la seconde guerre civile Mandalorienne était officiellement terminée. Les principaux chefs de clans de la coalition se réunirent alors à l'Oyu'baat pour décider de l'avenir des protectorats.

Auchs n'était plus et Chernan Ordo avait été venger ainsi que tous ceux qui avaient péri injustement lors de la bataille de Botajef. Cependant nous n'étions pas épargnés par ce conflit, le chef du clan Karr avait livré sa vie durant l'ultime bataille de Keldabe et plusieurs des nôtres avaient subi le même sort. C'est le cœur lourd mais l'esprit en paix que nous pouvions enfin nous tourner vers l'avenir. Le siège du Mand'alor était vide, et avant de pouvoir prendre la moindre décision importante nous devions faire en sorte de remédier à ce problème. L'assemblée des clans statua alors sur les différentes personnes les plus méritantes, valable pour ce titre. Deux camps se formèrent alors, l'un suggérant Alicia et l'autre ma propre personne. La plupart des chefs restées neutres dans ce débat, il faut dire que nous avions été tous très présents durant cette guerre, le plus méritant n'était pas aisé à désigner. Edwin et Magnus ne prirent pas part à cette décision, mais les deux étaient d'accord sur un point, la décision finale se prendrait au cours d'un duel d'honneur. Je ne refusais jamais le moindre combat, et Alicia n'était pas du genre à se laisser faire, cela ne faisait qu'attiser mon impatience. Nous quittâmes donc L'Oyu'baat pour rejoindre un plus grand espace, les chefs de clans seraient nos témoins durant cette épreuve de force.

Nos regards se croisèrent tandis que j’affûtais ma Beskad en l'observant à distance. Je ne désirais pas réduire ce combat à un simple échange de tir digne d'une cantina. Je voulais du contact, de la poigne et une bonne salade de phalange pour saupoudrer le tout. Alicia avait été conçu dans le même moule que moi, la jeune humaine semblait être dotée de la même détermination, la même fougue. Et c'est en se donnant un respectueux kov'nyn que nous débutâmes notre duel. équiper de deux Beskad, Alicia était capable de m'imposer un rythme soutenu bien que ses coups soient moins puissants que les miens. Le tintamarre des lames s'entrechoquant aurait eu le don de réveiller un rancor en pleine sieste, les coups de pied et de poings donnaient cependant un peu plus de rythme à cette scène d'une rare violence. Nos Beskar'gam respectives commençaient peu à peu à subir les revers de ce traitement soutenu, plusieurs brèches commencées à être visible tandis que des gerbes de sang imprègne dorénavant le sol sacré de manda'yaim. J'ignorais combien de temps tout ceci allait durer, mais je ne souhaitais pas en être réduit à une victoire par défaut, je devais vaincre et donc l'écraser. Comptant sur l'effet de surprise, je lui jetais ma Beskad en pleine tête avant de sauter pieds joints dans sa poitrine, la faisant chanceler sous la force de l'impact. La poursuivant dans sa chute, j'attrapais le haut de son buy'ce et le lui arracher avant de lui expédier un violent coup de poing dans la mâchoire, lui décrochant par la même occasion un gémissement de surprise. J'attrapais alors un de ses propres Beskad non loin de là et venais placer le tranchant de la lame sous sa gorge.Après plusieurs secondes d'hésitation,j'expédiais l'arme au loin en me relevant. Devenant par cette action, le nouveau Mand'alor des protectorats. Je n'avais aucune raison de tuer un adversaire honorable, encore moins une de mes proches, les chefs de clans présents ce jour là nous acclamèrent tout deux. Nous allions enfin pouvoir sortir la tête hors de la fange.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Arcturus Fett, Mand'alor. (99 %)
Lun 13 Fév - 1:56
Chapitre IV : l'Ascension des Protectorats ( 149 - 158 )



Ma première décision en accord avec mes paires, fut d'accorder le pardon aux derniers clans loyalistes qui c'était battu durant la grande campagne de Mandalore. La plupart ayant été menacer d'extinction au moindre faux pas. Nous avions connu près d'une dizaine d'années de guerre civile, accablé mon peuple en faisant des exemples n'était pas dans mes objectifs. D'autant plus que les derniers soutiens d'Auchs avaient trouvé la mort durant l'ultime bataille de Keldabe. Bien que ma nouvelle position implique beaucoup de ma personne, j'étais très fier de participer à la reconstruction de notre nation. C'est en feuilletant les comptes du traître que je découvris d'où venait cette fortune colossale, et la réponse ne me choqua pas plus que ça. Krayt et son One Sith avaient offert des sommes gargantuesques à Auchs pour qu'il écarte Mandalore du jeu politique, bien conscient que les Mando'ade ne serviraient sans doute plus jamais les Sith de leur plein gré. C'était une solution payante, puisque les sith réussir à dominer la galaxie aisément bien que cela ne soit que pour une courte durée. Cette manigance de plus suffit à me fournir une haine viscérale des Sith, déjà que je ne les avais pas vraiment dans mon coeur, depuis les événements de la guerre impérialo-sith. Ce n'est ainsi avec qu'avec de l'argent sale, un manque de dignité à toute épreuve et une propension naturelle à la trahison, qu'Auchs réussit à soumettre entièrement l'espace Mandalorien et développer toutes ses infrastructures. Je découvrais en outre à l'intérieur d'un de ses complexes privées, une quantité conséquente de missile nucléaire n'ayant pas été utilisé depuis les guerres Mandaloriennes. Le traître avait au moins eu la décence de ne pas avoir à utiliser de telles armes sur son propre peuple, je confiais la gestion de ce stock à mes scientifiques de l'Ad Honores afin que l'armement ne soit pas utilisé à mauvais escient, tout en encourageant ceux-ci à améliorer leur efficacité. Yaga était décidément devenu incroyablement riche de par ce pacte avec le côté Obscur. Je n'allais cependant pas me plaindre de son porte-monnaie, à présent sous le contrôle des clans, nous pouvions pleinement disposer de ces crédits qui nous revenaient de droit. Ainsi, j'entamais au cours de l'année 149 un agrandissement du chantier naval planétaire établis sur Shogun, ainsi que dans tout le réseau industriel mando'ad. Les compagnies minières de Mandalore et Concordia furent chargées de prospecter les autres planètes du système Mandalorien pour y trouver de nouvelles veines de notre précieux Beskar tandis que je devais à présent décider de l'attribution de Mandal Motors et Mandal Hypernautics anciennement détenu par Auchs. Alicia avait démontré son habileté durant la guerre et c'est en toute logique que je confiais à son clan la production de nos véhicules terrestres. Edwin en tant que maître de flotte confirmé, siégerait à la tour de MandalMotors.

J'avais la ferme impression que le modèle que nous avions suivi jusque-là était peu à peu en train d'approcher de sa fin. Les enseignements de Jaster avaient été utiles et sensés à une époque ou un gouvernement puissant était capable d'unir la galaxie, comme l'Empire Galactique où l'ancienne république en son temps, mais ce n'était plus le cas à ce jour. Le monde avait changé et si les Mando'ade voulaient survivre, ils devraient changer à leur tour, tel était ma plus grande conviction. C'est lors de mon inspection du chantier Naval de Shogun que je reçu l'épiphanie. En posant le pied sur le sol de la planète, je perçu plusieurs signes de faiblesses anormales, pensant tout d'abord à un dérèglement d'un de mes implants, je fis mander Damian Fett au plus vite. Fort heureusement je n'eus guère besoin de son avis de spécialiste, il me fallut près d'une heure de marche pour recevoir tel un coup de tonnerre, une vision irréaliste, ce n'était pas un dérèglement corporel. Comme une sensation d'un rêve lucide, dont on ne pouvait pas échapper.

L'image fut trouble dans un premier temps, puis au fur et à mesure que les secondes avançaient, je fus en mesure de distinguer des formes et des sons. Très vite, un bruit assourdissant me pris à la gorge, des pleurs mélangés à des cris d'agonies résonnaient à quelques pas de moi. ça n'avait rien de comparable à tous les génocides auxquels j'avais participé pour le compte de New Hope, et j'en avais pourtant déjà vu suffisamment. C'est à cet instant que l'image s'éclaircit dans mon esprit, des cadavres décharnés s'étalaient à perte de vue, des flots de sangs coulés alors entre mes jambes tandis que des façades d'immeubles ronger par les flammes s'effondraient sur quelques survivants. Puis je les vis les uns après les autres. Jakko, Tiberius, Evan, Alicia, Lordan, Damian, Edwin, Magnus, tous pendus à un édifice en proie aux flammes à son tour. Je reconnaissais alors la tour de Mandal Motors, ainsi que l’identité des défunts. Ces hommes et femmes qui hurlaient à m'en faire saigner les tympans, n'étaient autre que mon propre peuple. J'accusais difficilement le coup en tombant à genoux, les mains river sur mon casque cherchant à faire disparaître cette vision infernale mais rien n'y fit. Je fus tourmenté pendant encore de longues minutes qui me semblèrent devenir des heures, ces images mélanger à mes cauchemars du passé étaient en train de me faire perdre la raison. J'étais à présent allongé parmi les cadavres de mes Vode le regard vide, implorant la mort à mon tour comme un dernier espoir. C'est cependant dans les heures les plus sombres qu'il est nécessaire d'agripper au moindre éclat de lumière,dans mon cas il prit la forme d'un corps étincelant prenant naissance à l'extrémité de mon champ de vision.  La première vision chaleureuse depuis mon arrivée dans ce charnier, peu à peu son éclatante lumière enroba l'intégralité de la scène, faisant disparaître les visions funestes au profit d'une béatitude en constante évolution. Ce n'est que lorsqu'il fut à portée de ma main que la silhouette dorée s'exprima, en Mando'a de surcroît. Ses mots semblables à des murmures furent pour moi comme une révélation, un chemin à suivre. À la fin de son discours, il me tendit sa lance et m'incita à la soulever en me mettant à l'épreuve quant à ma détermination.  À l'instant où je soulevais l'artefact en l'air en hurlant de toutes mes tripes mon besoin de vengeance quant aux crimes exposés un peu plus tôt, la vision s'estompa brutalement.

à présent revenu à la raison, je m'effondrais au sol, exténué. Je jetais un coup d’œil aux alentours pour comprendre que de simples secondes s'étaient écoulées dans la réalité. Plusieurs de mes fidèles vinrent me donner assistance, mais je décidais de me relever seul bien conscient du message qu'on avait voulu me faire passer. Je finis par quitter la Shogun pour rejoindre Mandalore, j'avais pu vérifier le bon fonctionnement du chantier naval et les améliorations qui lui avaient été prodigué. J'ordonnais dès lors, la construction d'une véritable flotte Mandalorienne, qui ne serait pas simplement régie clan par clan, mais dans l'intérêt de tous. Le futur était obscur, mais les souvenirs du passé coupler à la vision que j'avais perçue m'inviter à la prudence. Je devais à présent m'atteler à des problèmes privés. Si la défense et la reconstruction du système Mandalorien allaient réclamer quelque temps, je devais en outre gérer mes propres entreprises. Damian était devenue le PDG de l'Ad Honores, travaillant depuis tout ce temps en étroite relation avec l'Adascorp, ces deux entreprises avaient proliféré rapidement dans la galaxie, créant de nombreuses filiales des plus rentables, dans l'industrie de l'armement, mais aussi dans d'autres plus variés comme la biotechnologie. J'étais très satisfait de leurs travaux respectifs, Evan Adasca était resté un ami fidèle depuis le temps et c'est en association avec lui que je décidais de créer une mega corporation qui serait en mesure de fournir militairement mon peuple. Fusionnant plusieurs filiales communes ainsi que toutes les entreprises externes à Arkania, L'Ad Honores et ses filiales muta en une Mega corporation du nom de Mandal Akaan. Possédant plusieurs de ses nouvelles sociétés à travers la galaxie, le siège de cette nouvelle entreprise fut établi sur Cheravh, afin que sa production et sa sécurité soient gardées par les forces Mando'ade. Renouvelant notre entente avec l'Adascorp, je poursuivis mes projets en ordonnant le développement du futur armement de mon peuple. Si nous avions été faibles et déposséder de nos biens par le passé, je comptais bien mettre toute ma fortune personnelle ainsi que l'argent sale obtenu par Auchs au profit de notre évolution. Bien que l'entreprise n'ai pas pour but d'atteindre un monopole galactique en manière d'armement, préférant garder jalousement nos nouvelles créations.

La course à l'armement ne s’arrêtait pas là. Si je souhaitais intimement créer une force unie capable de faire concurrence aux autres gouvernements galactiques, je n'oubliais pas le passé de chasseurs de primes de mon peuple, mais j'avais eu l'idée de me démarquer des pensées individualistes du passé. L'espace Mandalorien était sous notre entier contrôle certes, mais notre nombre devait sans doute être notre plus grande faiblesse. Les Mando'ade étaient reconnus dans toute la galaxie comme des guerriers modèles, mais de faibles nombres. C'est afin de régler en partie ce défaut que l'idée de créer une Société militaire privée me vint à l'esprit. C'est en 150 ABY et en association avec Lordan du clan Vizsla, que me vint une nouvelle idée sur l'avenir de la galaxie. Nous souhaitions créer un service d'armées privés, qui n'avait plus vraiment cours dans la galaxie à cette époque. Une armée entraînée et armée par des spécialistes Mandaloriens, de quoi faire pâlir l'image de marque de l'ancienne grande armée de la république. Seulement j'allais avoir besoin d'autres soutiens dans cette entreprise et c'est la raison pour laquelle j'allais rejoindre un ami de longue date lui aussi autrefois esclave d'un Demagolka sous le nom de 59 Bxl. Je rejoignais Tiberius sur Munto Codru, planète qui aurait dû être à l'origine son lieu de naissance. Il avait cependant rattrapé son retard, puisqu'il y avait à présent un rôle prépondérant de dirigeant planétaire. Tiberius et ses Oubliés avaient bien changé depuis ces dernières années, fondant un nouveau culte guerrier dont j'ignorais encore toutes les spécificités. Il restait cependant quelqu'un en qui je pouvais avoir confiance, et nous fûmes tous 3 les fondateurs de cette nouvelle SMP. Nous décidâmes d'un commun accord de lui donner le nom de New Hope, en l'honneur de l'ancien programme qui nous avait certes rendu esclave, mais surtout tout 3 réunis en ce jour. Mixant culture Mandalorienne et traditions militaire des Oubliés, Lordan fut nommé Maître de guerre pour ses qualités de commandant et afin de préserver la neutralité de Mandalore et de Munto Codru dans les engagements à venir. Lordan débuta alors le recrutement de nos futurs troupes, en piochant parmi les bandits et repris de justice les plus recherchés de la galaxie, des brutes sanguinaires certes, mais irrémédiablement doué pour la guerre. Je le laissais lui et ses frères de clan s'occupait de l'avenir de notre nouveau projet, recadrer ces repris de justices ne serait pas aisé. Tibérius signa en outre, à la fin de notre entrevu un accord stipulant une entente commercial et technologique entre sa planète et les Protectorats Mandaloriens, décrétant par la même une Alliance officieuse entre nos deux nations.

Mes obligations personnelles à présent régler, je décidais de convoquer un nouveau conseil des clans un an après avoir dépossédé le Dar'manda de son titre voler. Nous avions réussi en l'espace de très peu de temps à reprendre du poil de la bête, nous n'étions certes pas encore en mesure de faire trembler la galaxie, mais c'était un début. L'autorité suprême de notre peuple à présent réuni, je décidais de mettre en avant le projet que j'avais reçu lors de ma vision sur Shogun. Mes intentions étaient simples, au vu des troubles marqués par la seconde guerre civile Mandalorienne, nous ne pouvions plus simplement agir comme une alliance de clans. Si nous voulions résister au prochain A'sharad Hett galactique nous allions devoir modifier notre organisation. L'idée était simple, construire une armée et une flotte  propre à la défense du protectorat, et non plus un regroupement militaire issu des différentes forces de chaque clan. Cela se traduisait par une mise en commun des ressources et des effectifs. De cette façon, nous pourrions obtenir une véritable flotte, dépassant nos flottilles habituelles et une armée régulière qui serait en mesure de soumettre nos adversaires sans qu'un conflit interne ne vienne perturber nos plans. Bien évidemment, l'affiliation à chaque clan resterait les mêmes et ceux-ci continueraient à gérer leurs mondes respectifs à leur façon. Mais pour ce qui était du domaine militaire, une hiérarchie devait être clairement mise en avant. Les chefs de clans ne réagirent pas tous de la même façon, et un débat portant sur la nécessité d'un tel politique survint alors. Il faut dire qu'un tel politique n'avait pas eu lieu depuis l'époque redoutée des guerres Mandalorienne et de ses croisés. Je comprenais l'inquiétude d'une partie de mon auditoire, mais je restais fermement sûr de mon choix. J'expliquais alors très clairement mes intentions, je n'étais pas un adepte des décisions extrêmes prises par les néo Croisés, mais la construction d'une Grande armée Mandalorienne était aussi le moyen le plus sûr de sauvegarder nos intérêts à l'étranger, et d'assurer à notre peuple une sécurité nécessaire en ces temps troublés. Ceux qui avaient fait partie du serment de Manda m'accordèrent leur confiance. Ainsi les Clans Skirata, Ordo, Karr, Fett et Vizsla se portaient garants de mes intentions. Bien vite, les autres clans se décidèrent à appuyer ma proposition à leur tour au vu de la tournure de la situation. Cette victoire formée la première étape de l'ascension des protectorats, et j'allais m'efforcer durant 5 longues années à développer tout ce que j'avais mis en place. Afin de m'épauler dans mon oeuvre, je nommais successivement, Edwin en tant que Maître de Flotte, Magnus en tant que Primarque de nos forces terrestres, Hondo comme Overlord de notre chasse et Alicia comme seconde et Gardienne de Mandalore. Ces rangs inédits ne leur donnaient autorité que sur l'armée Mandalorienne en elle-même. Ainsi, les différents Ori'ramikade et autres Mando'ade restait avant tout affilier à leurs clans respectifs. Une telle transition ne serait sans doute pas facile à gérer, mais j'avais l'intime conviction de sa nécessité.

C'est après 5 ans d'une restructuration difficile mais payante que les choses se précipitent rapidement dans la Galaxie. La guerre civile alliée provoqua une véritable explosion du marché militariste, si bien que durant les deux premières années du conflit, les différents Ori'Ramikade Mando'ade agirent à la fois contre l'Alliance, les rebelles, les hors la loi et toute personne impliquée directement dans le conflit. Je finissais cependant par comprendre que cette guerre ne se terminerait pas aussi vite que je l'avais prévu. Ainsi, en 155 et devant les problèmes grandissants rencontrés par les Verpines, je décidais de prendre une action représentative de tous les protectorats et non quelques clans isolés, en reforgeant la célèbre alliance unissant nos deux peuples. Soutenue par les génies insectoïdes, je formais rapidement des accords de recherches poussées avec toutes nos entreprises respectives, incluant par la même occasion Roche Hive ainsi qu'un échange approfondi de nos techniques respectifs. Développant dès lors de nouvelle génération de Droïdes, s'inspirant sur des modèles célèbre comme la série HK, IX-6 ou encore les BL-Series pour soutenir notre effort de guerre, ce n'était cependant qu'une simple partie dès nos nouvelles créations communes. À cette occasion, une partie des scientifiques Verpines vinrent s'installer sur Concordia. Couplés aux progrès scientifiques obtenus depuis ces dernières années, j'étais en mesure de prendre parti dans cette guerre qui risquait fort de me rapporter de grosses sommes. Je me décidais à combattre aux côtés de l'Alliance galactique, à présent que les mystères entourant Botajef avaient été élucidés, je ne craignais plus une trahison de leur part, les sommes proposés par le gouvernement Allié étant à la limite du raisonnable même pour nous, j'étais dans l'impossibilité de refuser. C'est la raison pour laquelle accompagner de notre armée et de la nouvelle flotte Mandalorienne, je m'aventurais en territoire sécessionniste. Si nos premières interventions furent des plus faciles, cela finit rapidement par se corser. L'Alliance était en train de reculer, perdant monde sur monde face à cette rébellion incontrôlable. Malgré ces preuves de faiblesse évidentes, Je décidais cependant de poursuivre mon contrat avec l'Alliance. Brisant à tour de rôle les élans sécessionnistes tout le long de la voie Corellienne, l'Alliance eut à reconnaître les bien faits de son investissement. Ce conflit était différent de notre précédente guerre civile, les efforts des deux camps étaient bien souvent sapés par un manque de réactivité des états-majors d'un côté et d'un grand manque de cohésion de l'autre. La démocratie était teintée de défauts, et ceux-là en faisaient partie. Il était très difficile dans pareille condition de lire les objectifs adverses, ou même de savoir quelle planète serait susceptible de succomber à la fièvre rebelle. C'est cependant après une glorieuse défense de Sullust contre le parti nationaliste rebelle, que je choisis de passer à l'étape supérieur en me guidant non pas selon les directives de mes employeurs, mais en agissant avant tout avec mon instinct comme je l'avais toujours fait.

Bataille de Kothlis, 155 ABY


Cela faisait quelques semaines que le secteur Bothan avait été en proie aux turbulences de la rébellion. Bothawui elle-même subissait les foudres des sécessionnistes, mais tenait bon coûte que coûte. le système both avait été particulièrement touché par ces mouvements, plusieurs planètes avaient d'ores et déjà rejoint les contestataires comme Kothlis, Lashband, Moonus Mandel. L'Alliance troublé par les événements récents avait eu tendance à se laisser marcher dessus par les renégats, mais c'était sans compter la fermeté du Mand'alor. Conscient des dangers de laisser de telles planètes dans les mains de ces rebelles, les forces Mandaloriennes c'était déjà aventurer à travers le système de both à la rencontre des envahisseurs. Après une bataille spatiale rudement menée et plusieurs planètes remises dans le droit chemin, Le belliciste se dirigea vers Kothlis . Le débarquement difficile fut accompagné d'un comité d'accueil des plus sommaires, c'est en effet la cellule rebelle dirigée par un certain Ulrick Bwua'tu renégat de l'ordre Jedi, qui en fut à l'origine. C'était l'une des phases difficiles du conflit, et si les forces Mandalorienne avaient fait prouesse depuis leur engagement, il s'agissait cette fois-ci d'une opération bien plus risquée. Les rebelles Bothans étaient nombreux, soutenus financièrement par Rishi et Rothana. Leurs forces n'étaient pas à sous-estimer. Si la majorité de la population était en accord avec l'Alliance, elle ne put être en mesure de contenir cette prise de pouvoir éclair. C'est Mand'alor en personne qui dirigea les forces Mando'ade au combat, affrontant tour à tour les solides défenses rebelles, le siège de Drev'starn fut rapidement établis. Les pertes Mandalorienne furent suffisantes pour être mentionnés et Man d'alors ne comptait pas attendre plus longtemps pour passer à l'action. à l'aide d'un appui de la flotte diriger par Edwin Skirata, il effectua à la tête de ses Ori'Ramikade une percée dans la ville et tua en combat singulier le chef rebelle. Ulrick à présent mort, la planète déclara rapidement son retour dans le giron de l'Alliance galactique et sa ferme intention de condamné quiconque rejoindrait les forces rebelles. Une fois la flotte Allié à même de défendre le système Both, Arcturus et ses Mando'ade quittèrent sans plus attendre la planète.

Je souhaitais cependant profiter de mon avantage, à présent clairement ancré dans le conflit, je me permettais de guider mes forces toujours en avant. Usant de mes ressources financières pour m'établir dans les systèmes Alliés par le biais de Mandal Akaan, j'établissais un réseau minier sur Sulon, accorder après la défense de Sullust par les autorités locales, tandis que ma tractation financière me faisait prendre de l'affluence dans cette partie de la galaxie. Toujours fermement décider à gagner cette guerre, je guidais cette fois-ci nos forces dans une grande offensive en coopération avec l'Alliance contre la rébellion. Rothana avait été l'un des berceaux de la rébellion de par son importance stratégique et symbolique pour l'alliance galactique, la planète était une cible de choix pour une contre-attaque. Hélas nous approchions de l'année 156 et les prises de décisions Alliées n'étaient pas aussi rapides que je l'aurais souhaité, c'est donc dans un premier temps seul que je m'aventurais dans cette campagne. Le début fut plus que convaincants Ukio, Molavar et d'autres planètes limitrophes finirent rapidement sous notre puissance de feu par rejoindre les rangs alliés de gré ou de force. Devant la réussite de notre opération, l'Alliance daigna enfin à répondre à nos demandes, en déployant des flottes de soutiens dans notre avancée et s'occupant petit à petit de récupérer l'influence sur les mondes perdus naguère. Bien que je ne sois pas entièrement convaincu de l'efficacité des choix de l'Alliance, je devais admette que des renforts n'étaient pas de refus. Cela faisait déjà près d'un an que nous étions en guerre presque continuel et cela finissait par nous affecter, même nous Mandaloriens. La situation de la guerre imposait une intervention directe et sans pitié de la part du gouvernement Allié, pourtant ceux-ci s’évertuer à ne pas voir la gravité de la situation ou du moins à ne pas employer les solutions les plus adéquates pour la résoudre. J'étais cependant persuadé que tout les Amiraux et autres membres de l'armée n'étaient pas tous d'accord avec ces décisions désuètes. C'est donc en coordination avec les forces Alliées que je poursuivais la reconquête de ces territoires, m'aventurant toujours plus loin dans la bordure extérieure, loin de mes renforts et obligeant par la même occasion à ma propre flotte de se diviser, laissant l'autre moitié de celle-ci aux ordres d'Edwin, afin qu'il mène en notre nom sa propre campagne de répression. Quant à moi, nous venions juste de reprendre R-Duba aux coalisés, laissant la route vers Rothana grande ouverte. La perspective d'écraser l'un des foyers de la rébellion était des plus tentants, mais je devais m'efforcer de refréner mes pulsions. Ma flotte était réduite et je n'étais plus en mesure de jouer les gros bras à l'aveuglette, d'autant plus que le précieux escadron Rogue qui nous avait accompagnés jusque-là était à présent demandé vers le noyau dû à un rappel des troupes par l'état-major Allié. Ce contre-temps, coupler au manque de renforts d'Edwin lui-même occuper par sa tâche de pacification me fit piétiner aux abords du système de Rothana. Restait trop longtemps face à l'oisiveté me fit une piqûre de rappel quant à la vision d'Arasuum perçu sur Shogun, la stagnation était synonyme de mort. C'est donc avec beaucoup de retard et une flotte amoindrie que je finissais par pénétrer accompagnée d'une partie de la flotte Alliée dans le système de Rothana quelques semaines plus tard. Notre attente forcée avait visiblement laissé le champ libre à nos adversaires de se regrouper, la filiale de Kuat Hyperdrive avait en effet été capable de réunir une flotte conséquente, fruit de son entente avec plusieurs autres planètes de la région ayant rejoint la rébellion. Contrairement aux autres situations de ce théâtre de guerre, nous affrontions pour la première fois une force unie, cela ne disait rien qui vaille.

Campagne de Rothana, 155 ABY.


Après des débuts très prometteurs, nous dûmes admettre que les défenses rebelles étaient des plus convaincantes, la majeure partie des forces adverses c'étaient regroupés contre nous, nous infligeant de sérieux dégâts. C'était la première fois depuis le début du conflit que nous avions à essuyer autant de pertes, pour une progression négligeable. Quelques Ori'Ramikade avaient réussi à pénétrer sur la planète, sabotant ce qui était le plus abordable, mais ces succès étaient loin d'être suffisant. Notre atout était avant tout notre capacité d'invasion et la qualité de nos troupes, mais nous étions pris au piège dans des escarmouches spatiales rendant impossible une descente significative et en ordre de nos troupes. Nos adversaires semblaient être conscient de leurs atouts, et misaient presque entièrement sur leur supériorité dans l'espace. Après plusieurs jours d'escarmouches infructueuses, l'amirauté ennemie réussie à diviser nos forces en deux, en évinçant nos renforts Alliés à l'aide de soutiens mercenaires. Me laissant dès lors seul face à la majeure partie de la flotte sécessionniste. Dans l'incapacité de triompher, mais risquant de la même façon de lourdes pertes à la moindre tentative de fuite, je décidais de jouer le tout pour le tout en initiant la bataille à bord de mon vaisseau amiral, un dreadnaught Kandosii de nouvelle génération. Cette action suicidaire pris au dépourvu les défenses adverses, si bien que notre attaque réussie dans un premier temps à créer une brèche dans la formation rebelle. Face à une telle révélation, je décidais de saisir l'occasion de sauver mes Vod, plongeant à pleine vitesse droit sur les formations adverses, afin de permettre aux vaisseaux de moindre envergure d'effectuer une manœuvre de repli en bonne et due forme. Tour à tour, corvette chasseurs mais aussi destroyer de moindre envergure, fut en mesure de quitter le champ de bataille sans avoir à subir de représailles. Projetant la pleine puissance dans les boucliers déflecteurs avant de mon bâtiment, je poursuivais ma route à travers les lignes ennemies, à grands coups de Canons Verpine. Si notre nouvel armement fut en mesure de briser les quelques vaisseaux ayant eu le malheur de s'opposer à nous, je finis bien vite par être encerclé par la flotte ennemie. Fermement décidé à mourir pour la cause, j'ordonnais à la manœuvre de foncer sur le vaisseau Amiral adverse. Conscient que j'allais sans doute y rester, je demandais aux hommes sur le pont d'effectuer une sortie d'urgence, afin de ne pas avoir leurs morts sur la conscience. Guidant ainsi mon vaisseau tel un bélier contre la structure adverse, provoquant par la même occasion une déflagration monumentale. La violence du choc couplé à l'xplosion de mon navire eut raison de moi, la destruction du destroyer adverse m'accompagna dans ma perte de connaissance, j'avais accompli mon devoir.

Mort ? Allons bon, ce n'était qu'une "simple" explosion. Encore que je ne sois pas en mesure aujourd'hui encore de témoigner de ces événements. Il faut dire que ce n'est pas moins d'une semaine de coma profond qui fut ma récompense pour cette manœuvre spatiale, je vous avais bien dit que je n'étais pas un AS du pilotage... Je m'étais réveillé sur Arkania, dans les laboratoires d'Evan Adasca, Damian avait fait le nécessaire pour m'y transférer. Il faut dire que l'Adascorp était bien plus en mesure de répondre à mes besoins génétiquement modifiés que quiconque, Mando y compris. La déflagration avait presque détruit l'intégralité de mon armure, mais les capacités exceptionnelles du Beskar additionner à mon armure bien plus lourde que l'ordinaire, m'octroyèrent la survie. C'est une bande de pilotes de Bes'uliikUli Ik, issue de mon propre vaisseau qui fut en mesure de me mettre la main dessus une fois la bataille terminée. Mon corps avait flotté à la dérive durant une période indéterminée parmi les débris de mon dreadnaught, ma simple survie avait été le fruit du hasard ou d'une chance inouïe... Heureusement mes capacités raciales de régénérations coupler aux installations de l'ancien programment New Hope réussit à me ramener à la raison. De longues semaines de convalescence m'attendaient, suffisamment pour ruminer la situation. J'apprenais d'ailleurs à cette occasion que mes confrères Mando'ade m'avaient affublé du titre d'Invincible à la suite de cette péripétie, un maigre lot de consolation. Cette tentative de contre-attaque était une véritable déception. La guerre aurait pu prendre un tournant majeur à cet instant, en donnant un avantage décisif au gouvernement de Coruscant, mais le rêve se transforma rapidement en cauchemars. Malgré une très bonne force de frappe et des généraux compétents, l'Alliance avait été bien trop hésitante dans son intervention. Quant à moi je dois bien admettre que je n'avais pas prévu une si grande réponse adverse. Je commençais fermement à croire qu'il y avait d'autres personnes derrière tout ça, ces factions rebelles n'auraient pas dû-être en mesure de répondre aussi efficacement à une offensive inattendue. Mes soupçons se confirmeraient dans l'avenir quand j'aurais pris connaissance de l'implication des Sith dans le conflit. Vaincu à la fois militairement et dans mon orgueil pour la première fois dans ce conflit, je décidais de laisser le commandement du gros de nos forces à Magnus et Edwin afin de poursuivre la lutte, n'acceptant pas de poursuivre cette ineptie qu'on avait osé nommer guerre.

Recouvrant mes forces au cœur de l'espace mando'ad, j'entendais bien revenir sur le devant de la scène, malgré ces contre-temps fâcheux. C'est en cette fin d'année 155 que je décidais de prendre les devants. Près de 30 ans après les événements de la tristement célèbre bataille de Botajef, j'avais la ferme intention de refermer définitivement cette plaie. J'avais envoyé déjà plusieurs émissaires aux dirigeants de la planète rester neutre afin d'établir le début d'une entente à l'amiable et cela depuis déjà près de 5 ans, nous étions voisins et l'Empire n'avait semble-t-il pas eut besoin de rallier la planète à ses possessions, la laissant seul et désœuvrer face aux nombreux conflits s'escaladant de jour en jour dans la galaxie. Si les premiers échanges ne furent pas vraiment bien accueillis par la population de Botajef, la proposition d'un agrandissement du chantier naval de la planète ainsi que les perspectives monétaires en découlant suffisent à peuvent faire changer d'avis l'autorité planétaire et les travailleurs locaux, si bien que de nombreux investissements en faveur de celui-ci furent entrepris, Mandal Motors s'acquittant à ses frais des quelques modifications, tout en accumulant des parts du chantier Naval. Après quelques années de tractations, je finissais par débarquer sur le sol de Botajef, accompagné d'une partie de notre flotte et de mes Ori'Ramikade pour débattre de l'adhésion de la planète à l'espace mando'ad. Bien que l'opération puisse paraître impressionnante au premier abord, les locaux avaient pris l'habitude de découvrir des Mando'ade et des vaisseaux affiliés à notre culture depuis le début de nos échanges. Au vu de notre puissance militaire et des gains substantiels de ma proposition, Botajef signa finalement son adhésion à notre cause, dépassant dès lors l'entente cordiale que nous avions obtenue. Devenant ainsi la première planète acquise par les Mandaloriens depuis près de quatre millénaires, notre message était lourd des conséquences. Si les gouvernements galactiques s'évertuaient encore et toujours à s’entre-tuer, Mandalore n'aurait aucun scrupule à réclamer sa part du gâteau. Cette conquête pacifique fut bien reçue par la population locale qui vut ses bénéfices décuplés en quelques mois grâce aux nombreux autres travaux planétaires effectués. L'adhésion à la culture Mandalorienne serait plus lente, mais les colons Mando'ade permettraient peu à peu cette évolution, sans effusion de sang. Je profitais de la situation pour ordonner la création de nouveaux modèles de vaisseaux Mandaloriens, issue de l'Alliance technologique avec les Verpines. Je souhaitais transformer le souvenir de la débâcle de Botajef, en une promesse de renouveau et cette première annexion en était que la première étape.

La nouvelle New Hope dirigée par Lordan avait elle aussi inscrit ses lettres de noblesse durant la guerre civile Alliée, servant tour à tour pour les deux camps, le groupe tira une grande expérience de son intervention et les gouvernements galactiques durent reconnaître l’efficacité meurtrière de la nouvelle SMP. C'est cependant en 156 que le groupe fit le plus parler de lui, lors de son intervention sur Zygerria récemment devenue neutre à la suite du conflit galactique. Cette planète d'esclavagiste était réputé pour ses stocks considérables de mains d’œuvre, ainsi que pour ses gladiateurs nouvellement conçus. C'était l'occasion idéale pour New Hope de rallier de nouveaux disciples, pour ce qui est des plus récalcitrant qui ne souhaiteraient pas de rejoindre les rangs des mercenaires, j'avais la ferme intention des ralliés aux mando'ade. Transporter grâce à une partie de la flotte Mandalorienne, les troupes de la SMP rencontra rapidement la flottille charger de défendre l'espace de Zygerria. Un combat spatial opposant principalement des corvettes et de nombreux chasseurs face à nos propres forcent eut rapidement lieu. Bien qu'en infériorité numérique, les esclavagistes réussissent à provoquer une légère résistance, leur flotte n'était pas vraiment adaptée à un véritable conflit spatial et devait sans doute être utilisée avant tout contre les différents pirates galactiques sévissant près de leur monde. J'étais moi-même en chargent de cette bataille spatiale, transportants Lordan et ses hommes à bon port, comme stipuler notre contrat. Une fois l'espace sous contrôle, j'indiquais donc la possibilité aux troupes d'effectuer un débarquement. Les soutenant par la même occasion en effectuant en personne une descente à dos de Basilisk, accompagnés de plusieurs de mes clones. Mon objectif était simple, être en mesure d'évaluer les progrès de Lordan sur ses troupes et sa capacité à effectuer une invasion planétaire. À la fois conseiller officier et homme de terrain, je laissais cependant le soin au Maître de guerre de planifier sa propre stratégie. Cette aventure dura plusieurs semaines, teintés de sang et de sueurs. Si nos adversaires n'étaient pas vraiment à la hauteur, il en allait tout autrement de leurs gladiateurs, rompus aux arts du combat. Ces hommes réussirent à ralentir notre progression jusqu'à la capitale, mais sans jamais vraiment pouvoir nous arrêter. Au fur et à mesure de notre progression, les combats s'intensifièrent, la galaxie encore secouée par la guerre civile en cours ne fut pas en mesure d'agir contre notre intervention, la défense d'esclavagistes indépendantistes ne faisant pas partie de leur priorité. Chaque arène, chaque forteresse nous fournissaient les soutiens de la population esclavagés, une révolte servile se propagea dès lors bien vite à travers la planète. Nous passions à cette époque pour des libérateurs et non pour des envahisseurs pour cette partie de la population, il en allait tout autre pour la noblesse locale, fermement décidés à nous nuire. La résistance était dotée de plusieurs blindés légers sans doute obtenu auprès d'entreprise du secteur corporatiste, mais c'était peiné perdu face aux nouveaux chars Anti Grav de classe Canderous. Un à un, les défenses adverses volées en éclats et la liste des prisonnierss de guerre ne faisaient que grimpées, le Maître de guerre fit cependant suffisamment clément pour leur assurer sa protection. Ce n'est qu'après un siège réussi de la capitale et un saccage du Palais-royal, mettant en avant les nouvelles unités à Fusion de New Hope, que le gouvernement planétaire se décida à signer une reddition. J'étais satisfait du travail de Lordan et de ses hommes, dépassant le simple statut de criminels, ces troupes avaient prouvé leur zèle et leurs disciplines. Je laissais comme prévu le Maître de Guerre s'occupait de l'administration de la planète, en coopération avec l'élite locale. Quant à moi, je me contentais de rallier une partie des esclaves, avant de retourner à mes affaires de Mand'Alor.

Mes opérations se poursuivaient calmement, mais les événements de l'année 157 mirent en branle mes convictions. Les sith venaient enfin de révélés leur présence aux yeux de la galaxie. Caché Derrière cette rébellion que nous combattions déjà depuis deux ans, cette révélation coupler à l'arrêt imminent de mon contrat avec l'Alliance galactique m'invita à la prudence. Si le conflit me permit jusque-là de développer mon réseau industriel à travers la galaxie tout en obtenant de grosses sommes de la part de l'Alliance, une entrée en guerre contre les Sith risquerait fort de mettre en péril les intérêts de Roche et de Mandalore elle-même. C'est donc avec une grande déception que je décidasse de rester neutre dans cette affaire, les Alliés n'ayant de toute façon plus les moyens d'obtenir toute l'assistance Mandalorienne dans ce conflit, se contentant d'engager par la suite nos Ori'Ramikade à défaut de mieux, et ce ne fut pas la seule surprise de cette année. Le Soleil Noir dorénavant diriger par T'Kami signifia sa nouvelle allégeance en pactisant éhontément avec les Sith, ce n'était pas vraiment étonnant pour un groupuscule de putain qui c'était déjà livré à Krayt il y a de ça quelques années. Comme à son habitude, l'organisation criminelle avait choisi la voie de la facilité en faisant affaire avec des entités encore plus fourbes et nauséabondes que leur propre engeance, ce qui était déjà un exploit en soi. Ces démons sous l'égide de T'Kami sont soutenus par cet immonde bâtard de Sith, furent en mesure en cette fin d'année 157 à mettre à mal les derniers chefs de la pègre Hutt, en effectuant un bombardement meurtrier sur Nal Hutta. L'assaut eut pour effet la chute quasi immédiate du monopole Hutt dans le domaine de la pègre, et l’essor du Soleil Noir. Je n'étais guère satisfait de cette nouvelle, j'avais longuement œuvré aux côtés des clans kajidic et leur réseau d'information m'était précieux, d'autant plus que Rana avait toujours été un proche collaborateur. C'est donc pour cette raison que je me mis en quête de survivants de l'assaut. Grappillant si et là des informations quant à la position actuelle du xénope et ses futurs projets, bien qu'intimement persuadé qu'il n'en resterait lui-même pas là. Conscient du danger de laisser proliférer dans l'univers une organisation criminelle à la botte des Sith sans rien faire, j'étais fermement décidé à mettre un frein à l'extension de T'Kami, dû-je en payer le prix. C'est dans cette optique Revanchiste* et avec l'aide du conseil Hutt et leurs réseaux encore puissants d'informateur, que je fus en mesure d'obtenir les cordonner de localisation de plusieurs des Vigo du Soleil Noir, la traque pouvait débuter.


Ma première victime ne fut autre qu'Alexander Kossovitz, grand nom du milieu esclavagiste et Zygerrien de son état. Alexander était sans doute l'un des Vigo les plus anciens du Soleil Noir, ayant lui-même participé aux tractations avec le One Sith de Krayt, il n'était pas étonnant de le voir arborait fièrement son soutien envers la nouvelle Princesse de l'organisation. Issu de la noblesse dirigeante de Zygerria, l'homme avait cependant le défaut d'être un peu trop vantard, laissant dans ses propos quelques indices sur ses prochains projets au profit de l'organisation. Ces propos se retournèrent contre lui lorsqu'un mercenaire infiltré par les Hutt fut en mesure d'apprendre la prochaine destination de la flotte pirate de l'esclavagiste. Il était en effet question pour lui de se rendre sous peu près de Korriban, les raisons exactes de cette présence étaient méconnues du mercenaire, mais l'information ayant fuité ne pouvait-être prise à la légère. Conscient des risques de s'aventurer près des nouveaux territoires Sith et souhaitant à tout prix éviter l'incident diplomatique, j'informais Hondo Karr de mes projets. L'Overlord s'était montré d'une grande habileté au sein de l'escadron rogue et je ne pouvais décemment pas demander à mes Dreadnaughts d'intervenir dans une embuscade de ce type. C'est la raison pour laquelle je le suivis, à la tête de plusieurs escadrons de nos chasseurs Bes'uliik. Ce fut tout près de la planète Florn que nous réalisâmes que les informations fournies par l'indiquer des Hutt s'étaient avérées véritables. Une flotte pirate arborant l'insigne du Soleil Noir était en mouvement et au vu de la quantité du bâtiment, il ne pouvait s'agir que de notre homme. Patients, nous attendîmes calmement notre heure, bien décidait à en découdre avec cette flottille et c'est au détour d'un champ d'astéroïde que nous fondîmes sur eux tels des loups affamés. Nos adversaires n'étaient cependant pas de simple pirate et c'est avec sérieux et disciplines qu'ils répliquèrent, tant bien que mal. La puissance de Bes'uliik en matière d'escarmouche n'était plus à démontrer, si bien que rapidement les corvettes et autres chasseurs pirates furent lourdement endommagés, laissant l'occasion d'approcher l'unique destroyer adverse, ou devait logiquement se terrer Kossovitz. Bien que l'envie d'aborder le vaisseau me traverse un instant l'esprit, je dû me résoudre à notre plan d'action initiale. Accompagner par deux chasseurs me libérant la route, j'effectuais une manœuvre de rapprochement des plus risqués afin de dégager ma vue. C'est avec un angle de vue idéal que je déclenchais mon petit cadeau destiné aux pirates, alors que ceux-ci semblaient être en train de sortir de leur hangar me laissant le champ libre. J'expédiais alors contre le destroyer un missile nucléaire provenant des réserves d'Auchs. Le projectile pénétra le hangar et provoqua une explosion gigantesque, qui se répercuta à travers toute la structure. L'onde de choc fut tel que mon propre chasseur fut vivement repoussé, Alexander et son bras droit avaient été sans aucun doute possibles, réduit à l'état de cendre. Contemplant la débâcle des pirates alors que leur vaisseau de commandement était à présent réduit à l'état d'épave poussiéreuse, nous pouvions nous retirer à notre tour.

J'avais sciemment choisi de déclarer la guerre à l'organisation impie, soutenu en cela par le conseil des chefs de clans. Fort heureusement, je prenais grand soin de préciser les raisons de mon intervention en mentionnant un but purement monétaire, précisant que de nombreux contrats juteux étaient postés sur la tête de chaque Vigo, je n'avais dans tous les cas aucune raison de me justifier face à la racaille galactique. Bien conscient que le Soleil Noir ne se laisserait sans doute pas abattre par la perte d'un de ses seigneurs, je me mis en quête d'autres informations concernant le groupuscule terroriste, m'amenant en cela à négocier avec les Hutt nouveaux, mais aussi des gouvernements galactiques. C'est cependant le leader de l'union des contrebandiers qui vint m'informer de potentiels réponses. Sachant parfaitement de quoi il en retournait, je mettais la main à la poche pour lui décoincer les lèvres, en simple homme d'affaires. Il m'informa que plusieurs des Vigo de T'Kami avaient plus ou moins fait profil bas depuis les événements de Kossovitz, rendant toute recherche caduque cependant, malgré le remous provoquer par mon intervention, un gouvernement galactique semblait avoir des réponses à mes questions, il me confia alors le nom d'un agent de liaison, Jorian Solaris. Car ce fut bel et bien la triade qui fut en mesure de m'indiquer l'une des planques lourdement sécurisée du Soleil Noir. J'envoyais l'un de mes propres agents négocier avec Solaris l'obtention de ces informations, celui-ci évoqua alors la possibilité de travail de concert sur cette opération, si l'idée ne me plaisait guère à la base, le fait de ne pas avoir à payer pour obtenir les coordonnés désirés me suffit à accepter la proposition. Sous couvert d'une simple opération d'Ori'Ramikade, un commando mêlant REPo et Mando'ade se dirigea vers le secteur Corporatiste, à la recherche d'un vaisseau forteresse détenu par un prénommé, Slend Cornwallis. Slend était à l'égale de son regretter compère Alexander, un Noble provenant de Fondor, ayant longuement bercé dans les activités criminelles, au profit du Soleil Noir. Il avait notamment appuyer T'Kami dans son opération contre Nal Hutta en lui faisant profiter de sa flotte personnelle. Contrairement à son défunt collègue, le Vigo n'était pas vraiment du genre à faire parler de lui, docile et discret le Cyborg piloter les manettes de son empire privée depuis son quartier général mobile. La manière de l'approcher serait donc beaucoup moins direct, et c'est finalement le Commandant de REPo qui émit l'idée la plus convaincante. C'était plutôt très simple, la triade ayant déjà travaillé durant de nombreuses années à placer des pions dans les différentes organisations criminelles, d'autant plus après les événements de 157. Les troupes REPo se feraient passer pour de simples agents du Soleil Noir, grâce à de fausses identités, quant à moi je servirais d'appât sous la forme d'un prisonnier ayant participé à l'assassinat de Kossovitz et charger d'être torturé pour obtenir des informations en rapport avec l'origine de cette mission, j'enfilais pour l'occasion l'armure d'un Mando'ad recherchait par le Soleil Noir.

Après quelques semaines d'investigations, quelques pattes graissées et une bonne dose de chance, nous fûmes en mesure de débarquer à bord du vaisseau personnel de Cornwallis, à l'aide des fausses identités de l'entente. C'est non sans mal que nous fûmes amenés jusqu'en face du responsable des interrogatoires du vaisseau après avoir présenté la raison de notre venue et répondu à plusieurs codes de sécurités grappiller sur des hommes de Slend. Entièrement désarmé, je fus conduit en armure jusqu'au responsable afin d'être transféré. Afin de ne pas attirer l'attention sur nous, le commandant REPo et ses hommes furent quant à eux obliger à quitter la pièce, se tenant prêt à agir. De fait, j'étais à présent en tête à tête avec cette ordure du Soleil Noir, dans une pièce étrangement vide aux couleurs froides et artificielles et presque entièrement dénuées de meuble en dehors des différentes tables où étaient reposés les outils servant à la question. C'est sans la moindre inquiétude que je fixais derrière mon casque, mon adversaire. L'humain un rien bedonnant sembla sourire à l'idée de pouvoir essayer son nouveau jouet. Je le laissais faire calmement, et user simplement de mon implant neural pour informer mes compagnons que le moment était venu d'intervenir. Profitant de son inattention provoquée par son travail, les REPo débarquèrent en force dans la pièce, et supprimèrent mon bourreau. Me libérant par la même occasion et me confiant de quoi me battre. Armé de mon blaster, je suivais le commando en jouant de nouveau le rôle de prisonnier pour ne pas éveiller plus de soupçons, mais le temps nous était compté. La mort de l'inquisiteur finirait par être repéré, et dès lors le vaisseau serait sans doute placer sous alerte rouge. C'est donc à la hâte, que nous nous dirigeâmes jusqu'aux niveaux les plus sécurisés de l'édifice, près des appartements de Slend. C'est après ces longues minutes de marche que l'alarme retentit signalant un problème majeur. Dès lors, nous dûmes agir d'une manière beaucoup moins fine, après quelques passages en force, l'utilisation d'explosif pour faire céder les portes les plus retorses, nous fûmes en mesure d'atteindre les logements personnels de Slend. L'homme calmement assis derrière un bureau richement décoré nous dévisagea tout en alertant ses troupes de la gravité de la situation. J'incitais les REPo à s'occuper de capturer le Vigo, tandis que je m'occupais de son bras droit. Un droïde assassin que je reconnus sans difficulté de par sa triste renommée galactique. Après un duel aussi rapide que brutal, je fus en mesure de le mettre en pièces. Slend à présent maintenue comme otage, nous pouvions tenter de nous échapper du vaisseau, malgré notre encerclement. Les troupes du Soleil noir nous canardaient de partout à travers les couloirs, devant l'ampleur de la situation, je demandais au responsable artificier de briser la vitre principale de la passerelle sur laquelle nous nous tenions, tout en signalant à mes Ori'Ramikade situés non loin de venir à notre secours. L'explosion de la vitre nous expédia dans l'espace avec violence et tandis que mon armure pressurisée me permit de survivre dans l'espace, plusieurs de mes camarades de missions périrent dans la manœuvre. Slend de par sa constitution de Cyborg ne subit presque aucun contrecoup durant l'opération. Les transporteurs Mandaloriens vinrent finalement secourir les derniers survivants de l'opération, alors que les Be s protéger notre retraite. Comme convenu dans le contrat initial, je décidais de laisser le Cyborg aux REPo afin qu'ils puissent l’interroger à leur tour. Je n'avais de toute façon que faire de ces informations, mon but étant avant tout de fragiliser l'ascension du Soleil Noir.  Quelques semaines plus tard, Jorian Solaris me communiqua une partie des informations glaner sur le prisonnier, et bien que j'en ignore la véracité, j'étais satisfait de cette coopération avec l'entente et l'efficacité de ses troupes.

Je communiquai aux Hutt les informations obtenues, tout en retournant à mes propres occupations. La lutte contre le Soleil Noir et les sith ne faisait que commencer et j'allais devoir mettre tout en oeuvre pour enrayer ce cancer de la galaxie, qu'importe le prix à payé ou la quantité de sang à verser. J'étais dorénavant convaincu que la vision de Shogun était lié de manière indéfectible à la guerre qui ne tarderait pas à embraser la galaxie tout entière. Une chose était cependant sûre, les protectorats Mandaloriens répondraient présents. Et que ce soit du haut de mon Dreadnaught, ou au cœur du champ de bataille. Moi Mand'Alor, mènerait la croisade jusqu'à son accomplissement. Craignez la fureur des fils de Manda'yaim.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Arcturus Fett, Mand'alor. (99 %)
Dim 26 Fév - 4:43
Bien.. Je pense pouvoir dire que c'est plus ou moins terminé. (avec un peu de retard !) Navré d'avance pour la longueur de la fiche. Bonne chance ! Smile
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 782
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: Arcturus Fett, Mand'alor. (99 %)
Dim 26 Fév - 16:29
Transmis en zone staff, on revient le plus vite possible vers toi Smile

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 782
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: Arcturus Fett, Mand'alor. (99 %)
Mer 1 Mar - 15:49
De retour !
Alors déjà, nous avons apprécié ta fiche et son implication profonde dans le BG du forum. Tu fais référence à de nombreux événements tout en nous en proposant de nouveaux, et c'est franchement une bonne démarche. De même que tu as bien décris l'évolution psychologique du personnage tout au long de sa vie, ce qui permet de suivre aisément ses idées. Ceci dit, il y a tout de même quelques points que nous aimerions voir modifiés :

1/ D'un point de vue de la forme, tu as une tendance assez récurrente à oublier les majuscules aux noms en méritant (la Triade, l’Entente, l’Alliance Galactique, l’Empire, le Soleil Noir, Rana le Xénope ...) mais une bonne relecture devrait te permettre de corriger ça ainsi que les plus grosses fautes de ta fiche. De même, n'oublie pas de corriger le terme de ''race'' en celui d' ''espèce''.

2/ Si nous ne sommes pas contre le fait que ton personnage soit un Shistavanen génétiquement modifié, nous allons en revanche te demander de le rééquilibrer et de faire un choix dans tes implants afin qu'il ne soit pas totalement invincible et quasiment immortel. Entre amélioration du squelette, les facultés régénératives hallucinantes, les cœurs/reins supplémentaires, l'augmentation des réflexes et de l'analyse stratégique ... plus toutes les facultés proprement surhumaines du Shistavenen, ton personnage nous parait beaucoup trop puissants et invincibles - même pour un Mandalorien et même pour le Mand'alor - aussi tu vas devoir retirer/limiter certaines de tes capacités.

3/ Au niveau de ton équipement, nous rencontrons un soucis similaire, parce que ton personnage cumule un certain nombre d'armes qui sont de véritables machines de guerre à elles toutes seules. Pas de soucis pour le Fusil Verpine, le Fusil d'Assaut Mandalorien ou encore le Disrupteur. Par contre, l'Akaan, le Crushgaunt, la Lance à Fusion et les Droïde Assassin Taung Predators (ces derniers posant également soucis d'un point de vue culturel pour les Mandaloriens) sont de véritables montres capables d'éventrer n'importe quel blindage. Ajouté à cela la force physique déjà très impressionnante d'Arcturus et le rendu est beaucoup trop puissant donc là aussi, nous allons te demander de réduire les capacités de ton attirail.

4/ Les crises de colère dues à l'Implant "Aut Fortis" nous pose un sérieux soucis aussi. Nous comprenons bien qu'elles servent de contre-poids à tes implants mais néanmoins, elles sont plus un problème qu'une solution. Déjà parce qu'au vu de l'histoire du personnage, Arcturus réfléchit et évolue, alors il nous semble étrange qu'il puisse basculer tout de même dans un espèce de mode Berserk. De plus et vu l'importance du Mand'alor, les Clans n'auraient sans doute pas nommer Arcturus à ce poste avec un tel soucis ''mental'', parce qu'il risquerait de mettre en péril leur nation toute entière en cas de pétage de plomb. Bref, la meilleure solution nous semble donc de retirer purement et simplement ces crises de colère, ce sera beaucoup plus simple.

5/ En 118, Arcturus enraye les implants de négation de ses camarades afin de les convaincre, mais tu ne nous donnes que peu de détails sur ce passage : comment fait-il ? Quelle est sa méthode et combien de temps cela dure puisqu’il met plusieurs mois à tous les convaincre ?

6/ Concernant la Czerka, il ne nous parait pas du tout cohérent que Arcturus et les siens puissent l'absorber vu leur situation assez précaire de mercenaires tout juste libres, d'autant plus que la Czerka est l'une des premières entreprises d'armement de la Galaxie, donc pas la plus facile à acquérir.

7/ En 138, tu nous parles de capture de Sith Trooper afin que les scientifiques de l'Adascorps puissent les étudier, mais dans la mesure où ces captures sont en train d'être réalisées en ce moment - en 158 - en rp, ça ne va pas être possible.

8/ "Ainsi le combat s'engagea. Après plusieurs minutes de luttes acharnées où je manquais de perdre la tête, je réussissais à parer sa lame et lui porter une contre-attaque le désarmant. Satisfait de ma victoire, je retirais la lame jusque-là rivée sur sa gorge. Puis jeter ma vibrolame au loin. Clamant une nouvelle fois mon innocence." -> je te quote directement le passage pour que ce soit plus simple, parce que ce combat-là n'est vraiment pas assez détaillé, il va beaucoup trop vite et semble beaucoup trop simple.

9/ Nous aimerions également avoir des informations supplémentaires concernant la vision : est-ce qu'il s'agit d'une hallucination ? D'un soucis avec les Implants ? De la Force ? En l'état, elle sort un peu de nulle part, donc nous allons avoir besoin d'un peu plus de détails.

10/ L'existence et l'implication des Sith ne sont connues qu'en 157, mais tu as situé la bataille de Rothana deux ans plus tôt. Ceci dit, je pense qu'il s'agit d'une simple erreur de date.

11/ Enfin, le fait de modifier la société mandalorienne pour la transformer en véritable armée de croisade nous laisse quelque peu perplexes. Certes l'idée peut se défendre mais néanmoins, les mandaloriens sortent d'une longue période de guerre civile, donc est-ce vraiment le bon moment pour ça ? De même, est-ce qu'il n'y a personne pour s'opposer à cette idée ?
Après et d'un point de vue plus ''administratif'', nous craignons également que cette modification structurelle puisse déranger les joueurs souhaitant incarner des mandaloriens plus classiques.

Et voilà !
Si jamais tu as des questions, nous sommes là par mp !

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Arcturus Fett, Mand'alor. (99 %)
Sam 4 Mar - 16:32
Hey ! Bon bah du coup j'ai bien reçu vos avis et je pense pouvoir régler aux plus vites les petits problèmes, par contre j'aimerais voir avec vous quelques points, rien de grave !

- 1 : Pas de soucis, je m'en occupe !

- 2 : J'ai apporté les modifications prévus au sujet des implants organique (suppression) et une réduction de l’efficacité de la régénération.

- 3 : Pour ce qui est des armes il me paraissait évident qu'il ne transportait pas tout sur lui (de son ancien attirail). J'ai déjà retiré ce dont nous avions parlé.

- 4 : Crise de colère incontrôlable, supprimer !

- 5 : J'ai détaillé ça, est-ce que ça vous conviens de votre côté ?

- 6 : J'ai expliqué brièvement les difficultés de l'obtention et la période nécessaire à son acquisition (partiel initialement) à vous de me dire !

- 7 : Il s'agit des modèles de Krayt, non pas ceux de 158 pour le coup, donc j'avais pensé que cela n'était pas vraiment grave (puisque c'est précisé que Maladi s'inspire des plans de Krayt en y ajoutant quelques modificatiosns) c'était anecdotique, mais je peux le retirer si besoin est.

- 8 : J'ai modifié le combat en question.

- 9 : Alors pour ce qui est de la vision de Shogun, je me suis basé sur un événement déjà arriver plusieurs fois par le passé aux Mand'Alor. Mandalore the Indomitable et L'Ultimate ont en effet eut des visions sur la dite-planète ayant changé drastiquement la pensée Mandalorienne avec l'acceptation des autres races d'un côté et la désuétude de la religion de l'autre. J'avais trouvé ça en accord avec l'histoire d'Arcturus puisque c'est cette vision et les événements de la guerre civile qui vont faire en sorte que le personnage souhaitera impliquer des changements dans la structure Mandalorienne, comme ses ancêtres avant lui.

- 10 : Mon perso n'a pas connaissance des Sith en 155, il précise simplement qu'il soupçonne des forces en présence invisible influent sur le cours de la guerre, il finira par découvrir par la suite qu'il s'agissait des Sith. Je dois supprimer la référence tout de même ?

- 11 : Problème régler je pense ?
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 782
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: Arcturus Fett, Mand'alor. (99 %)
Mar 7 Mar - 13:47
Hop, de retour !

1/ Nikel !

2/ Nikel !

3/ Nikel ! Par contre en continuité avec ce dont vous avez parlé avec Jorian, nous allons quand même te demander de diminuer le nombre de grenades par chargeur dans ton Akaan à une dizaine maximum.

4/ Nikel !

5/ Nikel !

6/ Concernant la Czerka, son acquisition - même partielle - nous semble trop incohérente. Il s'agit là d'une des plus grandes entreprises d'armement de la Galaxie, donc l'absorber relèverait du coup de force même pour une autre entreprise déjà très solide financièrement, ce qui n'est pas le cas ici.
De plus si Arcturus récupère la Czerka, l'autre problème qui se pose est celui d'un espèce de super-monopole Mandalorien qui va se mettre en place : la Czerka est en effet l'une des seules entreprises à fabriquer encore des armes à projectile, donc si elle passe sous le contrôle d'Arcturus, les Mandaloriens seront les seuls à être capables de produire ce genre d'armes dans toute la Galaxie (Czerka + Verpine), ce qui va causer un sévère déséquilibre.
Nous te conseillons plutôt de développer l'Adascorp afin de coller à ton idée mais sans pour autant t'attaquer à une entreprise aussi énorme que la Czerka.

7/ On préférerait que tu retires oui, sinon ça risque d'être gênant pour certains rp déjà prévus.

8/ Nikel !

9/ Après recherche, il s'avère que l'on parle dans le cas de Mandalore l'Indomptable d'une croyance religieuse liée au culte Mandalorien, mais rien n'indique qu'il a effectivement eu cette vision. Concernant l'Ultime, la vision a été causée par des illusions de Force de l'Empereur de TOR, donc le cas est également assez particulier. De fait, surtout dans une narration à la première personne, cette vision reste très floue et on ne sait pas s'il s'agit d'une hallucination, de la Force ou juste d'un espèce de bad trip religieux de la part d'Arcturus.

10/ Ok c'est bon comme ça !

11/ C'est bon de ce côté là !

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Arcturus Fett, Mand'alor. (99 %)
Mar 7 Mar - 14:51
- 3 : Fait !

- 6 : Fait : Création d'entreprise et précision sur sa production plutôt destiné aux Mandaloriens.

- 7 : Fait !

- 9 : Il s'agit d'un "bad trip" religieux, mais vu que c'est à la première personne, je ne peux pas faire dire ça a Arcturus qui est lui-même croyant. Mais ce n'est pas la force en tout cas !
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 782
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: Arcturus Fett, Mand'alor. (99 %)
Mar 7 Mar - 15:23
9/ Parfait, c'était surtout pour que ce détail soit bien clair !

Et je te valide donc o/

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Arcturus Fett, Mand'alor. (99 %)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» "Boba Fett"
» Madanm Berlusconi mande divos
» "Je veux qu'on rie...Je veux qu'on danse...Je veux qu'on s'amuse comme des fous !" [Julia]
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» LE PAF ANDOSE MICHEL MATELLI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Imperial Wars :: Administration :: Présentations :: Fiches Validées :: Fiches Archivées-