[+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
[+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Lun 23 Jan - 0:30

Le cargo de fabrication Kuati venait de sortir de la vitesse lumière depuis quelques minutes et le Capitaine Finley transmettait les codes d'autorisation aux autorités de la Triade afin de pouvoir livrer a Jorian Solaris la cargaison qu'il avait demander. Le Protocole Fantôme accomplissait toujours ses missions et si cette tâche n'avait pas mis beaucoup de temps, elle fut bien plus difficile que prévu et il fallut, chose rare, mobiliser plusieurs agents de la société afin de pouvoir assurer sa capture. Finley elle-même n'était pas un agent a proprement parler de la Société Militaire Privée, elle faisait partie de son personnel, mais elle était pilote et remplissait également des fonctions de commandement sur les rares Frégates et Corvettes du Protocole Fantôme, autant dire qu'elle n'était pas particulièrement ravie de devoir accomplir cette mission de transport, autant a cause de la nature de sa cargaison que de la destination finale de cette dernière. Avant d'être démobilisée suite a la débâcle Alliée, Finley avait servit sur plusieurs bâtiments de guerre de l'Alliance Galactique et pour elle, la Triade incarnait parfaitement l'exemple des séparatistes ayant provoqué la défaite de l'Alliance. Mais elle avait eue du mal a décrocher ce nouvel emploi et le Protocole Fantôme exigeait de ses membres une discrétion absolue : elle avait vite appris a ne pas poser de question et obéir sans discuter.

Au moins, sa cargaison était-elle neutralisée, congelée dans un bloc de Carbonite. La décision avait été prise afin de faciliter le transport ainsi que le transfert aux autorités de la Triade. Si elle avait été simplement enfermée dans une cage anti-force, la Sith aurait posée des problèmes alors qu'en hibernation, elle ne risquait pas de perturber quelqu'un tant qu'elle n'était pas sortie de cette forme de stase. Cela avait tranquillisé l'esprit de l'équipage, constitué de plusieurs commandos de la société militaire privé, pour la plupart d'ancien militaire ou mercenaire plutôt du genre gros lourds de l'avis de Finley qui avait rejoint l'organisation a la recherche de sensation forte. Ils servaient également de personnel de sécurité sur les vaisseaux, dans les bases visibles du Protocole Fantôme et menait des opérations coup de poing lorsque le secret d'un agent était compromis, prouvant ainsi l'utiliser de leurs muscles ainsi que de leurs lourdes exo-armures dotée de servomoteur. Ils étaient lent, mais disposaient d'une grande puissance de feu, cognait fort et restait relativement bien protéger, en clair, parfaitement équipé pour effectuer les missions que l'on attendait d'eux. Malheureusement, cette exposition au feu les rendaient souvent arrogant et prétentieux et il fallait un agent de la société pour les calmer, ce dont la pauvre Capitaine ne disposait pas en ce moment.

Le personnel de la Triade fini par autoriser l’atterrissage de la navette et fournit un plan de vol afin de pouvoir rejoindre facilement le point de rendez-vous avec Solaris. Pour Finley, c'était plutôt un soulagement : elle avait craint que tout ceci ne soit qu'un piège et que les troupes de la Triade ne vaporise ce pauvre cargo banalisé par la Société Militaire Privé pour avoir l'air d'un transport tout a fait banal, mais tel ne fut pas le cas. L'ordre de mission d'Idranel semblait cette fois sans chose caché, l'homme avec qui l'organisation traitait semblait être a cheval sur les règles. Si le Capitaine Finley était venue a la place de l'énigmatique guerrière, c'était bien parce qu'elle n'était pas elle-même sensible a la Force : sans savoir si les membres de la Triade disposait de moyen de repérer sans analyse sanguine les sensitifs, le Protocole Fantôme n'avait pris aucun risque et n'avait envoyer que du personnel non sensitif pour transférer le prisonnier. L'officier décida d'abandonner les commandes au pilote automatique pour finir la phase d’atterrissage, une mesure qui lui permettrait de réajuster son uniforme ainsi de travailler son air professionnel pour faire l'échange. D'après Idranel, il y avait le versement d'une forte somme d'argent ainsi que des informations sur le Soleil Noir, cela en valait la peine.

Encadré par les commandos, Finley quitta le cargo dès que la trappe de la navette fut ouverte, affichant un sourire des plus professionnel. La jeune femme n'aimait toutefois pas Mustafar, cette planète de lave a la température insupportable ne faisait pas vraiment partie des destinations qu'elle envisageait pour prendre des vacances, mais elle devait admettre que pour servir de prison, c'était loin d'être une mauvaise idée. Deux Commandos encadraient l'officier tandis qu'un dernier poussait la plaque antigrav contenant le bloc de carbonite de la Sith. Jorian Solaris se trouvait devant eux en uniforme et Finley décida de le saluer comme elle le faisait dans l'armée, estimant que ce serait sans doute appréciée. Normalement, Idranel avait transmis l'information selon laquelle elle ne pourrait venir en personne, retenue par une autre mission si importante qu'il lui fallait s'en occuper elle-même, mais après tout, Solaris n'avait aucune idée du rôle réelle de la guerrière dans l'organisation ni de son âge… Elle proposa ensuite une poignée de main et pris enfin la parole afin de pouvoir engager la conversation.


« Jorian Solaris je suppose ? Capitaine de vaisseau Jessica Finley du Protocole Fantôme. Nous venons vous apportez l'objectif pour lequel vous nous avez engagez, plongé en parfaite hibernation pour des raisons de sécurité durant le transport. Idranel d'Ulthwé tient de nouveau a exprimer ses regrets de ne pouvoir venir assurer la livraison en personne, mais elle est retenue par une affaire très importante pour notre compagnie. Elle vous recommande de ne pas entamer le processus de sortie de cryogénisation avant d'avoir conduit le caisson dans la cage anti-force, car un sensitif peut récupérer d'une hibernation bien plus vite qu'un être normal. Nous repartirons une fois que nous aurons reçu le paiement convenu lors de votre rendez-vous avec Idranel. »
Jorian Solaris
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Mar 24 Jan - 22:35
Jorian Solaris avait rejoint Mustafar, tout du moins une tour noire comme le bloc de basalte rocailleux sur lequel elle avait été construite. Cela faisait partie du plan de réorganisation du réseau pénitencier de Mustafar que l’Entente avait financé auprès de l’ODT. Le bloc pénitencier haute-sécurité AB-3 avait été construit pour assurer un isolement total de sensitifs représentant une menace majeure, c’était là-dedans que la Sith serait enfermée. Elle aurait une cellule totalement sécurisée et des systèmes d’entrave qui l’empêcheraient d’utiliser ses pouvoirs. Lorsque le Protocole Fantôme s’était manifesté, Jorian n’avait pu que se réjouir, cela voulait dire que ses investissements commençaient à payer. L’officier avait insisté auprès de l’ODT pour que le bloc pénitencier qu’il avait fait construire plusieurs mois auparavant soit opérationnel à la date de la livraison, chose qui avait été faite rapidement. Les Mustafariens avaient rapidement adhéré au principe de la Triade et beaucoup étaient désormais membres du personnel pénitencier. Donc tout allait pour le mieux et lorsque l’officier rejoignit Mustafar avec son escorte, il retrouva rapidement les locaux parfaitement entretenus du bloc pénitentiaire AB-3 qui était désormais sous la tutelle des fonctionnaires de l’Entente.

Le lieu de rendez-vous était un des hall de chargement de la tour noire qui servait de pénitencier. La température intenable qui régnait à l’extérieur de l’installation n’était pas confortable, aussi lorsque le protocole fantôme avait fait mention de carbonite, Jorian avait trouvé plus confortable d’effectuer la transaction dans un des hall climatisés de l’installation. Le cargo entra et s’amarra dans la baie de chargement, laissant entrevoir une femme qui n’était pas Idranel. Une nouvelle inconnue qui ne tarda pas à se présenter de manière professionnelle par un salut militaire martial. La jeune femme donna ses instructions. Jorian avait ôté sa casquette pour la saluer et accepta la poignée de main, comme l’aurait voulu un protocole strict. Alors que les deux commandos de la Société Militaire Privée déchargeaient le bloc de carbonite, deux gardes Mustafariens trapus, dans une combinaison qui exhibait les armoiries de l’Entente s’approchèrent pour prendre en charge la cargaison. Un autre Mustafarien, allongé et très mince, portant une tunique de la REPo sortit de l’ombre et inspecta le bloc de carbonite avant de se tourner vers Jorian et de maugréer quelques phrases traduites en basic par un synthétiseur vocal.


-Je crois que le Directeur Krong accepte la nouvelle pensionnaire. Ravie de vous rencontrer, Capitaine Finley, comme vous vous en doutez, je suis le Commandant REPo Jorian Solaris. Je vous remercie de votre rapidité et de votre professionnalisme. Vos conseils seront appliqués à la lettre, nous disposons ici des meilleures technologies pour détenir les sensitifs en isolement. Je vais régler immédiatement votre dû.

Jorian saisit son datapad et entra les coordonnées bancaires du Protocole Fantôme, la somme astronomique fut payée sans aucune histoire. Finley pourrait contrôler, l’argent avait bien transité et était notifié sur son propre datapad sans aucune irrégularité. L’argent avait été donné sans discuter, une preuve de plus des incroyables moyens dont disposait la Triade. En fait, ces moyens étaient sans doute à la hauteur de ceux du Protocole Fantôme, la société qui était désormais capable de voir que la Triade était un employeur sérieux. L’officier fit signe à Krong et à ses hommes qui emportèrent la cargaison et disparurent avec le bloc dans un couloir. Le directeur de l’installation grogna encore dans un charabia à peine compréhensible une phrase qui semblait n’avoir ni queue ni tête, puis il disparut à la suite de ses gardes.

Comme cela avait été prévu, Finley remit au Commandant un long cylindre, beaucoup plus long que ce qu’on aurait pu attendre de la part d’un sabrolaser classique, la matière semblait également d’une texture inhabituelle. Jorian parcourut l’objet de ses mains gantées, sa casquette sous le bras, c’était un matériau Yuuzhan Vong, du corail Yorik. Décidément, cette Sinistra regorgeait de surprises. D’un mouvement assuré, l’officier fit tournoyer le sabre dans ses mains, utilisant quelques mouvements qu’il avait appris en maniant l’électrolance, puis il rangea l’arme sous sa vareuse avec un sourire satisfait. Il se tourna instantanément vers son interlocutrice avec un sourire poli.


-Vient désormais la deuxième partie du paiement, comme je l’avais promis à votre collègue. Mes informations m’ont menés à un certain Albéric Voynt, une personnalité importante du Soleil Noir qui est en relation avec de hautes sphères, il se trouve régulièrement sur Tatooïne, c’est une personnalité importante du trafic d’épices du Soleil Noir, il a notamment monté un récent réseau avec Silvia Velasquez et Vassili Tolparev, deux anciens Lieutenants du Xénope. Toutes ces informations se trouve enregistrées sur holodocuments, vous aurez aussi les endroits où se rend Voynt régulièrement et quelques uns de ses contacts sur Tatooïne. C’est grâce à cet homme que le Soleil Noir s’approvisionne en épices et fait une grande partie de ses bénéfices. J’ai demandé un accès aux archives d’Eriadu et de Sluis Van et je pense qu’ils me seront bientôt accordés, j’aurai alors d’autres informations.


L’information que donnait Jorian n’était pas inintéressante et le Protocole Fantôme pourrait l’apprécier à sa juste valeur, les agents du Soleil Noir étaient discrets, surtout ceux avec des missions importantes. Voynt était un de ces agents qui travaillaient dans l’ombre, pas un Vigo tape-à-l’oeil, mais un des hommes sans statut particulier qui pourtant faisait prospérer l’entreprise criminelle qu’était le Soleil Noir, sans compter que cet homme avait aussi des informations très importantes. L’officier avait aussi mentionné Tolparev et Velasquez, car il était très probable qu’ils soient rapidement relâchés, voire que l’Alliance les ait relâché s’ils avaient collaboré et donné des informations, peut-être que dans la foulée le Soleil Noir s’occuperait d’eux, en tout cas cela permettrait de faire d’une pierre deux coups et servirait aussi les intérêts de la Triade.


-Ce fut un plaisir de traiter avec vous, dites à vos collègues que nous sommes très satisfaits...Pas simplement moi, mais la Triade en général. Nous serons amenés à nous revoir, je vous recontacterai très prochainement pour un nouveau contrat. Si vous désirez me contacter, utilisez le canal sécurisé que j’ai communiqué à votre collègue. Bon retour parmi les vôtres.


Jorian accompagna sa tirade d’un salut militaire puis il serra la main de Finley avant de tourner les talons. Désormais, tout était réglé, la première mission du Protocole Fantôme avait été accomplie avec brio. Une petite pierre de plus à l’édifice que serait la victoire de l’Entente qui se construisait petit à petit. La Triade consolidait ses appuis et désormais, Jorian avait trouvé un moyen pour localiser et détruire les populations de sensitifs qui avaient tourné le dos à leur Ordre respectif. Cela lui arracha un petit sourire satisfait, la Triade avait beau ne pas être en guerre, elle menait une guerre souterraine et le front progressait en sa faveur. Krong et ses hommes avaient suivi une procédure bien définie qui avait été répétée, ils avaient été entraînés pour accueillir des prisonniers sensitifs.

Le claquement des bottes du Commandant de la REPo retentissait dans les couloirs froids et métalliques de l’installation. Il avançait lentement, Krong lui avait signalé que Sinistra était désormais installée, elle devait encore être sous l’effet du sédatif qui lui avait été immédiatement injecté à sa sortie d’hibernation pour lui poser les entraves dans sa cellule d’isolement. Prête pour l’interrogatoire, elle saurait rapidement qu’elle n’était pas dans un environnement favorable. Il lui fallut bien dix minutes supplémentaires pour arriver à l’entrée du quartier haute-sécurité, une immense porte métallique et très épaisse qui faisait face à l’officier. C’était le cœur de la prison et il présenta son œil au scanner avant de taper un code qui ouvrit la porte dans un bruit de piston et de vérin. Un nouveau couloir s’offrit à Jorian, il n’y avait aucun garde dans cette partie, du moins pas de garde permanent, cela ne servait à rien, il y aurait tout simplement un risque qu’ils soient corrompus par les prisonniers. Des prisonniers, il n’y en avait pour l’instant aucun, Sinistra serait la seule dans une des trois cellules de ce complexe, toutes très éloignées les unes des autres. Lorsqu’il fut devant celle qui contenait Sinitra, il tapa son code d’accès et entra. La salle était blanche et austère, illuminée par une lumière artificielle.

Sinistra était face à Jorian Solaris, elle n’avait pas repris connaissance et portait des vêtements à dominante rouge et noire qui semblaient lui dessiner des sortes d’épaulières épousant parfaitement ses formes. Des tatouages rouges sortaient de ses cheveux inégaux, une coupe qui n’était pas sans rappeler celle de Syrielle, bien que Sinistra avait un côté excentrique plus prononcé, il n’était pas difficile de voir qu’elle était de mauvais genre. Son corps semblait maintenu en équilibre, en effet elle avait les mains pris dans des entraves reliées par un flux d’énergie à des attaches au sol, les mêmes entraves étaient posées sur ses pieds, un dispositif l’empêchant d’utiliser la Force et neutralisant tous ses pouvoirs, entravant aussi tous ses mouvements. La tête de la Sith gisait cependant sur le côté, en équilibre, exhibant ses boucles d’oreilles outrageuses et son imposante mèche noire se terminant sur une couleur écarlate.

Jorian se tenait face à elle, à environs un mètre cinquante, pourtant elle ne pourrait rien faire malgré ce qui les séparaient. Une petite table roulante en métal avait été disposée face à lui, avec seringues, aiguilles et plusieurs flacons. L’officier de la triade posa sa casquette sur une partie du plateau de la table, il portait son bel uniforme blanc qu’il avait fait confectionner pour son entretien avec Loes de Walleron, une vareuse de toile arborant ses barrettes de décoration et un brassard noir à l’effigie de la Triade et donc signe qu’il était de la REPo, le col ouvert de sa vareuse laissait entrevoir une chemise grise avec une cravate noire soigneusement nouée. Le scientifique inspecta les différents sérums qui se trouvaient sur la table roulante. Du coin de l’œil, sans pourtant se retourner, il put voir que la tête de la Sith bougeait.


-Vous êtes enfin réveillée...Ne bougez pas trop, respirez lentement et surtout, ne vous débattez pas, vous êtes encore sous l’effet des sédatifs. Ne perdez pas non plus de temps à tenter d’utiliser vos pouvoirs, puisque cela n’est pas possible non plus avec ces entraves.


Jorian sortit son datapad et s’approcha, rivant son regard sur l’écran sans tout en marchant lentement autour de la prisonnière.


-Darth Sinistra, Dame Sith, ancienne membre du One Sith et désormais pratiquante du crime. Assassinat, trafic, menaces, mercenariat...La liste de vos crimes est longue mais il semblerait que vous soyez restée invaincue jusqu’à présent grâce à votre maîtrise de la Force. Eh bien c’est sans réserve que je vous le dis, Darth Sinistra, vous êtes un individu dangereux et asocial, et par une bienheureuse providence vous êtes désormais retenue ici. Mais avant tout procédons aux présentations, ensuite nous énoncerons les règles du jeu. Savez-vous qui je suis ?

Jorian avait fait le tour de la prisonnière et était désormais face à elle, un sourire poli sur le visage. Il la fixait droit dans les yeux, avec une expression presque bienveillante.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Jeu 2 Fév - 14:48
Voir Solaris faire quelques mouvements avec le manche du sabre-laser laissa Finley quelque peu perplexe, bien que cette dernière n'en afficha rien sur son visage : elle savait que le rapport aux trophées et prise de guerre avait toujours quelque chose de particulier chez les soldats. Elle-même ne s'intéressait que peu a ce genre de détail et même lorsqu'elle travaillait pour l'Alliance Galactique, ce n'était pas elle qui dessinait les silhouettes des appareils vaincus sur la carrosserie de son zinc. Pourtant, d'autres collègues n'hésitaient pas a s'en servir pour frimer et impressionner la galerie, ce qui leurs permettaient, le plus souvent, soit de se faire mousser auprès des petits jeunes, soit de pouvoir disposer d'un argument supplémentaire de drague auprès des filles… Ou des mecs, cela dépendait beaucoup des goûts ! Ceci étant dit, elle avait rarement vu des personnes prêtes a payer pour obtenir un trophée qu'elles étaient incapable d'obtenir par elle-même. Pour Jessica, Jorian Solaris devait souffrir d'un énorme complexe d'infériorité pour être amener ainsi a payer une société militaire privé afin d'obtenir un sabre-laser. Elle ne comprenait pas vraiment pourquoi Idranel avait tenue d'ailleurs a rendre ce service gratuit, peut-être était-ce une manière chez la guerrière de montrer du dédain pour l'officier, mais a vrai dire, Jessica Finley n'était pas plus capable que n'importe quel autre membre du Protocole Fantôme de comprendre les motivations ou le comportement d'Idranel d'Ulthwé, qui restait une énigme pour sa personne.

Sortant son Datapad, la jeune femme vérifia le versement des sommes qui devaient être acquittés par la Triade pour cette opération et put constater que tout était un règle. Un sourire plus franc se dessina sur ses lèvres, la mission était un succès et avec un peu de chance, elle aurait peut-être même le droit a une prime… C'était l'une des raisons qui l'avait poussée a rejoindre le privé. Elle avait songé a repartir vers l'Alliance Rebelle, mais le Protocole Fantôme offrait des avantages financiers qu'elle n'aurait jamais obtenue de la part des rebelles qui se trouvait dans une situation délicate. De plus, les organismes privés étaient plus souvent dans l'action et ne risquait pas d'être limité par des politiciens corrompus ou des décrets limitant l'usage de tel arme ou tel stratégie… Le Protocole Fantôme lui avait donné son lot de sueur froide, mais ironiquement, elle avait la sensation d'être plus utile et efficace en son sein que dans l'armée de l'Alliance. Elle savait que d'autre services s'occuperaient du traitement de l'argent, elle ne se préoccupa donc pas de ses questions et pris des notes concernant les renseignements sur le Soleil Noir. Albéric Voynt était un nom connu dans le milieu du crime, mais Silvia Velasquez et Vassili Tolparev n'évoquait rien aux yeux de Jessica Finley. L'état-major du Protocole Fantôme en revanche saurait exploiter cette information a sa juste valeur et l'officier ne doutait pas qu'ils seraient plus avancé qu'elle face a cette énigme.


« Votre message sera transmis a notre commandement et nous restons naturellement disponible concernant vos contrats, vous connaissez notre politique désormais. Soyez prudent. »

Elle salua une dernière fois et tourna les talons, mais par mesure de sécurité, les Marines ne se retournèrent pour retourner dans le cargo que lorsqu'elle fut elle-même a l'intérieur. Une procédure de base pour s'assurer de la sécurité d'un VIP, preuve que le Protocole Fantôme était bien une organisation privée. Pour Finley, l'affaire était terminée : elle allait emprunter plusieurs bonds hyper-spatiaux pour semer d'éventuel poursuivant avant de retourner a l'un des QG officiels de l'organisation pour une inspection du cargo en bonne et due forme afin de s'assurer qu'il n'y ai aucun mouchards sur ce dernier. Parfois, elle avait l'impression que ses supérieurs étaient vraiment parano, mais après ce qu'elle avait vécue dans l'armée de l'Alliance, elle ne pouvait que difficilement leur en vouloir. La jeune femme se replaça au commande de l'appareil et attendit d'obtenir les autorisations de décollage afin de pouvoir quitter l'enfer de Mustafar. Quelque soit ce qui se déroulait dans ses couloirs sombres, elle préférait largement ne pas en être témoin. Elle se demandait si le Protocole Fantôme pouvait réellement travailler a long terme avec la Triade, mais elle essayait également d'éviter de ce poser trop de questions : elle n'avait que trop conscience que cela était vain et que de toute façon, ses supérieurs avaient toujours un temps d'avance sur ses propres réflexions. Mais la confiance aveugle, cela ne faisait pas tellement partie de ses valeurs non plus…

- - - -


Il y avait des réveils plus difficile a négocier que d'autre… Mais après une hibernation Carbonite, c'était toujours plus difficile, d'autant plus lorsque l'on passait directement de la morsure de la glace aux entraves d'une prison de haute sécurité doté des toutes dernières technologies. Sinistra n'était pourtant pas vraiment du genre importante, elle avait quelques coups d'éclats a son actifs, mais elle ne pensait pas que l'on déploierait autant de moyen rien que pour elle… La négligence était une faiblesse et elle pestait encore contre elle-même d'avoir été trop faible pour s'en rendre compte avant qu'ils ne soient trop tard. Elle avait connue le combat de sa vie et avait cru qu'elle ne s'en sortirais pas lorsqu'elle s'était finalement retrouvée après une longue course poursuite face a face avec le canon d'un fusil anti-matériel C-20, le genre fabriqué en très petite série dans le Secteur Corporatiste pour les sociétés militaires privées, mais non, apparemment, l'enfoiré qui l'avait poursuivit avait été payé pour une capture et pas un assassinat. C'était logique, il ne se serait pas donner tant de mal pour un simple assassinat, mais elle n'avait pas vraiment réfléchit a tous les détails, le milieu du crime était un endroit hostile ou la stratégie était souvent banni au profit de conflits d'influence, de loyauté ou encore de profit…

Un milieu pas si éloigné de celui des Sith et elle s'y était déployée sans trop de problème jusqu'ici. L'espace d'un instant, alors que sa vision était encore floue, elle se demanda si T'Kami avait recherchée finalement a l'enfermer pour la contrôler ou essayer d'avoir des renseignements sur les soupçons que lui portait Maladi, mais lorsque sa vue fut assez claire pour distinguer la personne lui faisant face, elle compris immédiatement que cela n'était pas le cas : coiffure a la brosse, uniforme bien propre sur lui, insigne de la REPo… C'était l'un des illuminés de la Triade et pas n'importe lequel : Jorian Solaris s'était fait un nom en lettre de sang dans le milieu du crime et il y avait plusieurs primes avec de nombreux zéro pour sa tête dans des milieux qu'il valait mieux ne pas fréquenter pour toute personne saine d'esprit. Il avait mené une guerre sans merci contre plusieurs groupes criminels qui souhaitait lancer un avertissement a la Triade en exposant sa tête de la manière la plus visible possible. Mais alors qu'elle l'écoutait parler, Sinistra se demanda soudainement si cela en valait réellement la peine. Il y avait quelque chose, aussi bien dans la voix que le comportement, même le choix de tenue de Solaris, qui le rendait… Pathétique !

En premier lieu, cet uniforme blanc… Plusieurs régimes entretenaient cette tradition dans la galaxie, avec en tête l'Empire Galactique et ses Grand Amiraux… Mais justement, c'était une distinction pour officier supérieur. En second lieu, il y avait une foi qui semblait invincible envers les moyens technologique de la Triade, un moyen comme un autre de se convaincre qu'il était en sécurité ou qu'il disposait d'un moyen de vaincre les sensibles a la Force. C'était très courant chez les membres de la Triade, mais Sinistra lui trouvait quelque chose de différent… Peut-être dans le fait qu'il ne s'exprimait pas vraiment comme un militaire. Elle avait plus l'impression d'entendre un boutiquier en train de lui exposer ses marchandises et tenter de la convaincre de refourguer ses produits, même si elle avait conscience que son air bienveillant dissimulait quelque chose de profondément malsain. Elle connaissait assez les Sith pour savoir reconnaître les psychopathes lorsqu'elle les croisait. Jorian Solaris lui apparaissait comme une fusion étrange entre monsieur tout le monde et le serial killer… Et la Triade osait faire des leçons de morales… Lorsqu'il lui demanda si elle savait qui il était, Sinistra parti d'un éclat de rire nerveux… Tout ceci était si pathétique…


« Y a plein de manière de qualifier les trous du cul dans ton genre ! Ton faciès est bien connu sous le nom de Jorian Solaris, et tu peut être fier de toi, car y a pas mal de gros bonnet qui ont mis ta tête de représentant commercial a prix avec pas mal de zéro sur le chèque, si tu vois ce que je veux dire, mais est-ce que ton nom est vraiment ce qui te défini le mieux ? Tes bons petits instructeur a la REPo t'ont pas appris que le blanc était réservé aux officiers supérieurs ou c'est juste que tu a vraiment beaucoup de chose a compenser ? Si c'est le cas, dommage, j'aurais put te faire découvrir des plaisirs que tu ne soupçonne même pas, mais si c'est pour rien sentir parce qu'elle fait la taille d'un Ewok, non merci ! »

Provocante et vulgaire était deux mots qualifiant fort bien Sinistra. Cette dernière laissa un sourire des plus malsain se dessiner sur son visage, elle était peut-être enchaînée, mais elle s'en fichait : il pouvait bien sortir son blaster et l'abattre sur le champ, a ses yeux, il serait toujours l'inférieur, un misérable gratte papier qui croyait pouvoir s'élever en jouant dans la cours des grands. Elle avait envie de lui dire de prendre sa pelle et son seau et de retourner jouer dans le bac a sable, mais elle avait envie de le faire parler. S'il l'avait fait capturer et non tuer, cela devait être pour une bonne raison… Restait a savoir s'il souhaitait des renseignements ou bien simplement pouvoir tester quelques méthodes de torture. Ce ne serait pas si étonnant dans la tête d'un dérangé et elle était fort bien placée pour le savoir. Relevant la tête afin de plonger son regard mordoré dans le sien, elle repris la parole rapidement, mais d'une voix presque suave cette fois.

« Mais dis-moi Monsieur Propre, qu'est-ce qui t'a convaincu de dépenser une petite fortune pour me faire capturer ? Me dit pas que c'est la justice, tu aurait put simplement me faire crever comme un chien kath galeux, cela n'aurait choqué personne. C'est des renseignements que tu veux, ou tes du genre a prendre ton pied en infligeant la souffrance ? Si c'est le second cas, tu va être très déçu, car j'adore souffrir aussi ! »
Jorian Solaris
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Jeu 2 Fév - 23:29
L’officier de la REPo écouta la Sith déblatérer un mélange de paroles grossières, de menaces à peine masquées et d’incitations à la violence. C’était donc cela, un Sith. Le langage crotté et malodorant de la jeune femme fit froncer légèrement les yeux de Jorian, elle osa même l’attaquer sur son uniforme et sa couleur. D’une certaine façon, cela n’était pas réellement surprenant, Loes l’avait déjà informé sur les manières et les méthodes des Siths, la tentation en faisait partie. Qu’elle soit une tentation à la violence ou à d’autre chose. Les paroles de Sinistra, son emploi du tutoiement et ses manières provocatrices n’avaient qu’un seul effet en Jorian, le tenter de dégainer son pistolaser et de lui tirer à la tête. Malgré cela, l’éliminer serait une erreur, il perdrait tout ce qu’il avait déjà mis-en-place. L’officier se contenta de hocher de la tête avec un sourire poli qui finalement ne montrait aucune réaction.

Le temps s’écoula, un temps durant lequel Jorian continua de jauger son interlocutrice, les mains dans le dos. Il la jaugeait de haut en bas, comme s’il cherchait à en comprendre la mécanique de son attitude. L’homme tourna à nouveau autour d’elle, il fixa son dos et l’observait avec minutie. Tout autour d’eux semblait détonner avec cette attitude pourtant, la froideur grise et immaculée du métal et des néons de la pièce, la quasi-absence de mobilier, ce type d’entrée en matière effrayait toujours les prisonniers et leur communiquait une frayeur hors du commun. Pourtant Sinistra ne semblait pas ressentir la moindre crainte, comme si elle était déjà convaincue de ce qui allait se produire et de la finalité de tout cela. Jorian réfléchit au sens du rire, de cette voix tantôt impitoyable, tantôt suave...De ce regard mordoré par la corruption. Il y avait un aspect onirique dans le comportement de cette Sith : surjouait-elle un rôle ? Était-elle réellement comme cela ? Une fois à nouveau devant elle, il soutint ce regard mordoré sans aucune expression.

-En voilà une manière de parler. Si cela ne vous dérange pas, je préférerais que nous en restions au vouvoiement. Quant à votre proposition, cela aurait sans doute fonctionné avec un de ces pilotes minables crasseux et alcooliques qu’on trouve à l’Alliance...Mais aussi tentant cela pourrait-être, je suis en service et vous ne sortirez pas d’ici...Et de toute manière j’aime les femmes un peu plus raffinées.

Jorian fixait toujours son interlocutrice avec un sourire poli, pas un mot plus haut que l’autre. Ses yeux s’égarèrent quelques instants sur le cou de Sinistra, il sentit un désir brûlant s’emparer, sourd et immédiat s’emparer de lui. L’espace d’un instant la folie de l’illusion, une image fulgurante tel un éclair qui assomma et pétrifia son esprit, il s’imagina ce que c’était de l’embrasser et de la prendre violemment sur la table en duracier inoxydable où se trouvait sa casquette. Jorian s’imaginait ses mains enserrant le cou laiteux de la Sith et l’étrangler tout en se livrant à des jeux pervers. Cela lui aurait fait les pieds, elle aurait eu ce qu’elle méritait. L’officier inspira et reprit ses esprits, ces pensées n’étaient pas sérieuses et elles le dégoûtaient, même si elles devenaient de plus en plus fréquentes. Mais l’heure n’était pas à ce type de réflexion.


-Cet uniforme blanc m’a été offert par ma hiérarchie, il provient du meilleur tailleur d’Eriadu, je ne le porte que pour les réceptions importantes ou certaines occasions, qu’importe à qui le blanc est réservé habituellement, j’ai moi-même le droit de le porter désormais. Quant à la prime sur ma tête, vous faites sans doute référence à toute cette racaille qui infeste la galaxie et qui cherche à se venger. Se venger de quoi au juste ? Sans doute des Actions menées par mon groupe d’intervention. Ce à quoi je répondrai que je suis toujours là, et comme vous le voyez, je monterai d’autres opérations, encore et encore...Et cela vous ne pouvez sans doute pas le comprendre. Ce sont les criminels et la asociaux qui propagent la trahison, la guerre et la désolation...Mais eux-mêmes ne sont que des rejetons des Sensitifs. La Princesse T’Kami et vous-même n’êtes-vous après tout pas des Siths ? Vous semblez être les seuls à ne pas vous rendre compte de vos crimes et de vos forfaits. Ces opérations spéciales sont des ordres auxquels je me conforme, certes, mais elles sont avant tout un acte citoyen et le meilleur moyen de servir l’Entente. Même si l’un d’entre vous réussissait à me tuer, un autre prendrait ma place bien avant mes funérailles.


Jorian laissa à nouveau un peu de temps s’écouler. Il était toujours avec le même sourire poli, presque pincé sur le visage. Il aurait pu discuter de n’importe quoi, cela n’aurait rien changé à son attitude, pourtant celle qui lui faisait face avait une attitude qui détonait totalement avec la sienne. Les bras toujours croisés dans le dos, Jorian les déplia lentement et sortit de la poche de sa vareuse un petit calepin et un porte-plume à encre, deux objets largement dépassés et désuets depuis des millénaires. L’homme ouvrit le petit calepin et tourna plusieurs pages déjà griffonnées de son écriture illisible et disgracieuse.

-Mais je m’égare, je doute qu’une discussion idéologique vous intéresse. N’en parlons plus et venons-en aux faits. Non à vrai dire, si vous êtes ici, c’est effectivement car je souhaite des informations...Et c’est ainsi que je vais vous introduire les règles du jeu. Répondez à mes questions, toutes, il ne vous sera demandé de trahir personne...Et dans ce cas aucun mal ne vous sera fait. Commençons par une question simple pour faire tomber les barrières, oublions les Sinistra et autre pseudonyme, quel est votre nom véritable ?

La première question avait de quoi surprendre, mais n’était pas étonnante de la part d’un policier. Jorian venait de faire une promesse, celle de ne pas lui faire de mal, mais après tout, personne ne pouvait savoir ce qu’il avait réellement en tête.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Sam 4 Fév - 14:45
« Eh bien si, cela ce dérange, donc ce sera Tu et point barre ! Toi ? Des femmes raffinées ? Tu blague non ? Ta plutôt l'air du mec qui s'envoient des prostituées faute de mieux ! Tu devrais être reconnaissant pour ma proposition, au moins, j'ai les lignes agressives d'un chasseur stellaire, pas comme certaine... »

Sinistra resta dans le sous-entendu. Elle n'avait pas l'intention de laisser le gratte papier lui dicter sa conduite et faisait donc le maximum pour l'énerver. De toute façon, elle avait toujours été provocante et irrespectueuse et cela lui avait valut quelques problèmes lorsqu'elle était dans l'Ordre Sith. Elle était persuadée que c'était l'une des raisons pour lesquelles Maladi l'avait choisie spécifiquement pour cette tâche : cela faisait d'une pierre deux coups : le caractère difficile de Sinistra l'aiderait a construire son petit Empire criminel dans l'ombre du Soleil Noir afin de fournir un rival digne de ce nom a T'Kami et elle l'éloignerait des sphères du pouvoir Sith, l'Impératrice Akni n'ayant que peu de patience pour ce genre de comportement… Mais Sinistra s'en moquait pas mal, surtout que pour l'instant, elle ne pouvait pas compter sur ses quelques lieutenants pour lui porter secours tant qu'elle serait coincée dans cette cellule aseptisée a la décoration Jediesque avec un psychopathe de bureau en face d'elle. A vrai dire, elle laissa même échapper un soupir de lassitude face au comportement de gentil garçon de Solaris, ce serait tellement plus amusant a ses yeux s'il sortait ses instruments de torture. La Triade avait de drôle de façon de choisir ses responsables, mais peut-être plaçait-elle quelque chose au-dessus de l'efficacité de ses raids.

Solaris soupira un instant, il avait eu l'air perdu dans ses pensées. La Force était une alliée puissante, mais Sinistra savait se débrouiller sans elle et ce n'était pas son absence qui allait la priver de ses certitudes. Elle savait toutefois qu'il y avait une faille dans cette cuirasse, un moyen de faire craquer cet homme et elle comptait bien s'en servir d'une façon ou d'une autre. Il repris la parole, jugeant nécessaire de justifier le port de son uniforme, preuve qu'il ne supportait pas qu'on l'attaque sur un sujet précis. Peut-être voulait-il également s'assurer d'avoir toujours le dernier mot, mais ce n'était clairement pas la bonne stratégie a adopter dans un interrogatoire. Il est nécessaire de prendre de la hauteur, de ne pas répondre a toutes les affirmations du prisonnier afin de bien montrer que c'était vous qui aviez le pouvoir de décider ce qui méritait d'être discuter ou non. Ici, Jorian Solaris offrait a Sinistra, sans le vouloir, les reines de leurs discussions : il était évident qu'il était facile de le piquer a vif et le faire réagir et la Sith, qui en avait déjà vu d'autre, savait qu'en se débrouillant correctement, elle pourrait orienter l'interrogatoire de la façon dont elle le souhaitait. Elle passerait de prisonnière a interrogatrice, de menace a séductrice… Oui, malgré son apparence, c'était quelque chose dans ses cordes et la provocation faisait partie du processus.

Lorsqu'il évoqua les primes sur sa tête et édifia des théories sur les raisons de ses dernières, ainsi que le caractère vain de l'entreprise des criminels, Sinistra réalisa a quel point l'officier qui lui faisait face était dans l'erreur complète. Il ne connaissait pas le monde dans lequel il s'aventurait et qu'il essayait de combattre et c'était la raison pour laquelle il n'était pas efficace. D'une certaine façon, Idranel lui avait déjà fait part de certaines de ses réserves, mais la guerrière du peuple des étoiles ne s'était pas attardée plus que cela sur cette question, préférant rester concentrée sur son affaire plutôt que de discuter de chose dont elle n'avait pas a parler. C'était différent pour Sinistra qui vivait dans ce monde et avait étudier son fonctionnement avant de s'y lancer. La vengeance ? Sérieusement ? Solaris pensait vraiment qu'il existait une solidarité assez grande chez les criminels pour cela ? Oh, il y avait peut-être bien un ou deux contrats dans ce but, mais les plus importants et lucratif visant a sa mort comme un message envoyé a la Triade, il faudrait que l'exécution soit particulièrement cruelle et dérangeante afin de lancer un avertissement aux leaders politiques et militaires de la Triade sur le sort qui les attendaient s'ils voulaient s'obstiner dans une voie sans issue… Mais Sinistra ne voyait pas l'intérêt de briser les illusions de Solaris et lorsqu'il termina sa tirade, elle ricana de manière moqueuse. Cet homme n'avait rien compris au fonctionnement du monde criminel, des Sith, ou même de la galaxie.

Cela créa une sensation désagréable chez Sinistra, le fait de se retrouver a la merci d'un simple gratte-papier dont la seule qualité était d'être assez riche pour se payer les services d'une société militaire privé doté de moyen pour kidnapper des sensibles a la Force, mais en même temps, cela lui ouvrait de formidable opportunité pour reprendre le dessus sur lui et le conserver. Lorsqu'il repris la parole, elle planta de nouveau son regard mordorée dans le sien alors qu'il expliqua qu'elle n'avait probablement pas envie d'avoir une discussion idéologique avec lui, puis il lui demanda son nom de naissance après une menace a peine voilée… Il n'avait pas vraiment le sens de la formule Solaris, ni même des priorités. Pour un Sith, une fois le titre de Darth obtenu, le nom de naissance n'avait plus aucune importance et il ne servait a rien, Sinistra n'avait même pas envie de l'évoquer, il n'avait jamais rien représenter pour elle hormis un moyen d'être reconnu par ceux qui l'entourait. Sa naissance, elle eue l'impression de la vivre en devenant Darth. Recherchait-il un moyen de l'abaisser au rang d'un simple Sith Trooper ? Il allait falloir qu'il mette un peu plus de challenge, car elle n'avait pas envie de parler de sujet stupide et sans intérêt, par contre, elle avait très envie de l'énerver et de le faire sortir de ses gonds. Ainsi, sa voix redevint provocatrice lorsqu'elle repris la parole.


« En fait, tu sait vraiment rien de rien à rien ! Ils sont si désespéré a la REPo où ils essayent juste de t'occuper ? J'ai du mal a croire qu'un régime si mal informé gagne des guerres juste en jouant avec des gadgets a plasma, les Vong avaient pris le temps de s'informer sur les galactiques avant de venir au moins… On va jouer a un jeu : tu pose des questions intelligentes, pas comme celle que tu vient de me faire, et je répond un truc sexy. Dans le cas contraire, tu va te faire foutre ! Tu peut essayer de devenir méchant, mais j'aime les choses qui font mal, alors a part si tu veux m'exciter… Puis tu n'a pas vraiment l'air de vouloir briser les barrières en me laissant dans cet état, alors ta sincérité ne me semble pas vraiment fiable, si tu voit ce que je veux dire… Mais j'ai une question pour toi. Tu affirme que nous sommes les seuls a ne pas comprendre la portée de nos crimes et de nos forfaits… Et toi, que pense-tu des tiens ? Tous ses types que tu a fait massacrer, sans procès… Tu veut toujours te cacher derrière ta morale ou ta bonne conscience ? Comme je te vois là, je suis sur qu'au fond de toi, tu a adorer les voir souffrir et mourir, lentement si possible… A ton avis, somme nous les seuls a ne pas comprendre la portée de nos crimes, ou les seuls a comprendre que la morale et la bonne conscience ne sont que des chimères ? »
Jorian Solaris
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Mer 8 Fév - 7:24
Sinistra continua sur le même registre : l’outrage et le manque total de respect. Après tout, cela n’était pas si étonnant, Loes l’avait déjà prévenu concernant les Siths, ce n’était pas une surprise, il s’y était préparé. Il en allait de même pour les gens du Protocole Fantôme. Après tout, ses supérieurs de la REPo ne croyaient pas non plus en l’opération et la Commissaire Kollan avait conseillé au Commandant Solaris de faire exécuter Sinistra pour ses crimes et de ne pas perdre plus de temps à l’interroger. Kollan pouvait aller au diable ! Elle ne connaissait pas l’enjeu que représentait un tel interrogatoire et c’était peut-être là une grande opportunité pour la Triade, celle de mieux cerner ses adversaires. Lorsqu’ils avaient combattu les Siths, les tactiques agressives et complètement suicidaires des Sith Troopers avaient au final infligé de très grandes pertes aux Carabiniers de l’Entente qui avaient campé dans des positions stratégiques plus classiques, c’était pour cela que les batailles au sol sur la lune d’Erinar avaient rapidement tourné en faveur des Siths. Mais Jorian pensait qu’il y avait autre chose, c’était au cœur de la philosophie Sith qu’il fallait chercher l’origine de ces défaites. Si l’État-Major ne voulait pas le comprendre, la REPo serait forcée de reconnaître que les travaux de Solaris sur le sujet valaient le coup lorsqu’elle réaliserait qu’il avait enfin de nouvelles informations. Sur un point, Sinistra n’avait pas totalement tort, mais cela, Jorian y reviendrait plus tard, pour le moment il devait trouver un moyen lui-aussi de percer cette carapace d’orgueil et de manque de respect qui caractérisait la jeune femme qui lui faisait face. L’humiliation et la provocation faisaient partie des codes Siths et il était évident que c’était cet individualisme qui avait sans doute mené Sinistra à s’éloigner de l’Empire Sith.

L’officier se contenta à nouveau d’un sourire poli, comme si ce qu’elle lui disait ne le touchait absolument pas et que cela glissait sur un imperméable imaginaire qu’il aurait porté. Il s’était préparé à cela, il avait mûrement réfléchi ce qu’il allait faire. De toute manière, ce travail aurait sans doute été plus simple avec un Acolyte, mais aussi moins intéressant, seul un Sith ayant fini sa formation pouvait comprendre parfaitement les arcanes de son Ordre. L’officier laissa un peu de temps s’écouler, comme pour décrédibiliser totalement le ton agressif et provocateur de la Sith, il soutenait son regard avec un calme placide, si bien qu’il était complètement impossible de savoir à quoi il pensait. S’il avait voulu être totalement honnête, Jorian aurait admis qu’il ne savait pas non plus du tout ce à quoi pensait la Sith, ni ce qu’elle avait en tête, acculée comme elle l’était.


-Aucun citoyen ne peut s’ériger en législateur, ni même se faire justice lui-même. C’est le principe d’une société civilisée. Ce que nous faisons est au nom de l’Entente, il n’y a pas de massacre, simplement des missions accomplies pour le bien de la Nation. C’est en effet, en plus de l’éducation, ce qui nous différencie vous et moi, tout ce que je fais, cela n’est ni par plaisir, ni par vengeance, je ne nourris point de haine ou de ressentiment à votre égard. Je n’aime ni ne déteste ce que je fais, je le fais car cela doit être fait, c’est tout. Pour moi, vous n’êtes qu’un énième cas à traiter et quelques formulaires à remplir. Cela, peut-être êtes-vous sans doute trop limitée pour le comprendre, cela ne fait rien, je ferai avec.

Les propos étaient prononcés méthodiquement, sur une voix monocorde et détachée, si bien qu’il en était difficile d’en retirer une quelconque conviction ou une quelconque émotion. Pourtant le discours était sincère. En fait, la seule chose qui aurait pu être différente était le caractère totalement inédit de cette conversation et il fallait reconnaître qu’à la REPo, on ne l’avait pas formé à cela. Mais n’était-ce pas l’apanage et la mission d’un officier de la REPo que de savoir s’adapter. Après tout, il avait déjà fait pire. Mais puisqu’elle voulait être provocante, autant aller jusqu’au bout du principe et se montrer aussi provocant que d’autres.

-Si vous comptez avoir mal, patience, tout vient à point à qui sait attendre. Votre petit jeu vous amuse peut-être, mais au final, vous parlerez. Ils finissent tous par parler...Je n’en ai jamais vu un qui ne parle pas...Tout cela n’est qu’une question de temps...Et le temps vous savez, nous allons en avoir beaucoup. Pour être honnête, je ne suis pas officiellement en service et puis...Et puis je n’ai pas non plus grand-chose à faire donc d’une certaine manière, vous me tenez compagnie.


La stratégie de Solaris pouvait surprendre, voire paraître complètement incohérente, mais tout cela avait été mûrement réfléchi et il ne s’agissait là que d’un parti pris d’interrogatoire, celui de jouer la carte d’une certaine sincérité. Il était évident depuis le début que Sinistra ne parlerait pas, elle tentait simplement de prendre le contrôle de l’interrogatoire par la provocation et par les insultes constantes. Jorian déboutonna soigneusement une des poche de sa vareuse et en sortit un petit flacon qu’il déposa sur la table en duracier inoxydable. Quittant rapidement ses gants de cuir au profit de gants en nitrile, il pompa lentement à l’aide d’une seringue le liquide qui se trouvait dans le petit flacon. Tapotant sur la seringue pour évacuer soigneusement les bulles, l’homme s’approcha du bras de Sinistra et lui nettoya tout aussi soigneusement le bras avant de la piquer avec la seringue et d’injecter le liquide. L’homme avait fait cela en dépit de tout ce qu’on aurait pu s’attendre lors d’un tel interrogatoire, avec un soin inapproprié, Sinistra n’aurait absolument rien senti. L’officier posa les instruments sur la petite table et retira ses gants, laissant ses mains nues, vides de tout bijou ou signe particulier.


-Saviez-vous que la plupart des sérums de vérité contiennent des hallucinogènes et des psychotropes à effet rapide ? En fait, c’est pour cela qu’ils sont aussi controversés et qu’ils ont été interdits dans plusieurs endroits de la galaxie...Manque de fiabilité et résultats pas toujours reproductibles...Après tout qui voudrait des aveux d’une personne en proie à des hallucinations et à la drogue. Je partage cet avis sur les sérums traditionnels, mais je n’aime pas critiquer vainement, du coup j’ai moi-même tenté de proposer mon propre sérum. En tant que botaniste, je me suis tourné vers les plantes. C’est un mélange d’alcaloïdes recueillis un peu partout parmi les plantes de la galaxie et contrairement aux sérums classiques, celui-là ne vous fera pas perdre la raison et il a une action très lente : ça commencera pas une tension nerveuse qui ne fera qu’augmenter, puis vous aurez des acouphènes et des gênes dans vos sens...Cela interférera avec le monde tel que vous le percevez. Ne vous attendez pas à souffrir, vous serez simplement mise-à-nue, vous perdrez petit à petit le contrôle de vos sens.

Jorian Solaris sourit à nouveau. Ce sérum avait donné de bien meilleurs résultats sur tous les sujets sur lesquels il l’avait testé que les sérums classiques. En effet, il ne forçait pas les gens à parler, mais la gène finissait par être telle qu’ils finissaient par parler. Bien meilleur que toutes les techniques de torture classique. Pour être honnête, il ne l’avait jamais testé sur un sensitif et il était très possible que la Force et un entraînement leur permette de réagir différemment, mais la gêne serait là. L’officier sortit un autre flacon qu’il posa sur la table en duracier inoxydable.

-Cela pourrait vous soulager, et peut-être même que je pourrais vous en injecter si vous parlez. Je vous le redemande une fois, quel est votre nom ? Et puisque vous aimez remplir l’espace auditif pour rien, vous me parlerez aussi de votre formation.

La question avait de quoi surprendre, mais aussi éclairer Sinistra sur le type d'information qu'il voulait. Le visage et l’expression de l’officier s’étaient soudainement assombris et durcis, il avait ouvert un des petits tiroirs du meubles et sorti des instruments chirurgicaux, dont une scie dont le but était clairement d’amputer des membres. Il était temps de passer à la vitesse supérieure...Si Sinistra était une Sith confirmée, elle pourrait saisir que Jorian Solaris maniait parfaitement le langage de la Haine et de la Colère et que, contrairement à ce qui pouvait être pensé, s’il n’était pas le fanatique idiot qu’on s’attendait à voir sanglé dans les uniformes de la Triade, il n’en demeurait pas moins aveuglé.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Sam 11 Fév - 17:26
« La civilisation est un mensonge, un mensonge servant tous les dirigeants galactiques dans leurs plans de domination. Ton « Entente », n'est qu'un nom parmi tant d'autre. Empire, Alliance Galactique, Protectorats Mandaloriens, Consortium d'Hapès, Ordre Jedi et Sith… Tous se cachent derrière de faux prétextes, des intentions de constructions, amener la vie vers un avenir meilleur, combattre dans l'honneur, imposer l'Ordre… Tout cela n'est que foutu mensonge ! La seule chose qui intéresse les hommes de pouvoir, c'est de l’accroître. Ton Stregwel s'en fiche pas mal de son peuple, ce qu'il veut, c'est accroître son petit pouvoir personnel. Avec son trio de planète paumé, il espère pouvoir étendre son influence et conquérir la galaxie ! Ceci dit, il fait un bien meilleur menteur que toi. Cela ce voit que tu aime ce que tu fait, tu met tant de zèle a maintenir ton apparence de petit fonctionnaire coincé… Pourtant, je sais ce qui se cache derrière cet uniforme blanc et ses bonnes manières, tu ne peut pas me le cacher. »

Sinistra ricana d'un air sinistre. Son corps entier semblait être une promesse soudaine de vengeance. Même enchaînée, elle semblait agressive et menaçante, il y avait comme une ambiance pesante qui s'était installé dans la pièce. La cage anti-Force était-elle aussi efficace que les techniciens l'avaient promis a Solaris ? Il n'avait pas de Mandaloriens sous la main pour savoir comment cela fonctionnait après tout… Mais peut-être n'était-ce également qu'une forme d'imagination. Pour la Sith, cela n'avait rien d'inquiétant : elle en avait déjà vu d'autre, sa vie entière n'était faite que de torture et de souffrance et elle avait déjà probablement probablement fait souffrir autant de personne qu'elle n'avait elle-même subie les tortures de ses supérieurs. Il n'était pas difficile de comprendre qu'elle n'envisageait l'existence que selon des rapports de force. Sinistra avait lu les savoirs interdits par le One Sith de l'ancienne doctrine du Côté Obscur, elle faisait partie de ceux qui considérait que la voix de l'Unique ne fonctionnerait jamais, que seul l'égoïsme et la puissance pouvait mener au pouvoir et au contrôle de la galaxie. Autant dire qu'elle avait une piètre opinion d'Akni. La vision d'être comme Solaris, qui ne semblait trouver réconfort et accomplissement que dans le travail l'amusait toujours, car lorsque l'on pouvait retirer chaque bride d'inhibition chez ses gens, c'était eux qui devenaient les plus débridés et dangereux.

Elle poussa un long soupir en le voyant sortir une substance et en écoutant son discours sur les sérum de vérité ainsi que ses propres travaux sur les plantes. Elle avait l'impression d'entendre Maladi se jeter des fleurs a elle-même en affirmant sa maîtrise absolue de l'alchimie et de la science. Il ne faisait que peu de doute que Solaris soit un scientifique médiocre en comparaison de l'empoisonneuse, aussi ne s'inquiétait-elle pas trop des effets de sa substance. Peu importe ce qu'ils étaient sensé produire sur ses sens, elle avait déjà ingurgité tellement de poisons dans sa formation au One Sith Intelligence and Assassination qu'il s'agissait simplement a ses yeux d'un de plus sur la liste. Solaris semblait confiant dans la réussite de sa mixture, il risquait fort d'être déçu. La dernière phrase provoqua toutefois un franc éclat de rire de la part de Sinistra dont le corps bougea de nouveau sous les secousses de se rire, semblait laisser penser que la mixture risquait fort de tourner court sans donner aucun résultat. La jeune femme repris toutefois la parole après être parvenue a ce calmer, elle le trouvait vraiment très drôle, ce qui devait avoir quelque chose de particulièrement énervant pour Solaris, d'autant plus qu'elle semblait se désintéresser totalement de son propre sort.


« Ce sont les sens qui offre les sensations, eux qui permettent finalement de ressentir le plaisir ou la souffrance, voire les deux en mêmes temps… Essayer de séparer l'un et l'autre n'est que pure folie, ou le produit de la pensée d'un mec avec un balais dans le fondement incapable de se remettre en question. Si tu fait partie de cette dernière catégorie, tu va être fort déçu crois moi. »

La voix s'était faite aussi menaçante que suave a la fin alors que le regard de la Sith avait de nouveau virer a une expression des plus inquiétante. Elle observa Solaris poursuivre son petit jeu en soupirant : sortir les instruments de boucherie en cet instant lui semblait particulièrement vain et elle baissa la tête, non pas par fatigue ou même peur, mais par dépit : il ne connaissait aucune méthode d'interrogatoire digne de ce nom, allait-elle devoir tout lui apprendre ? Son obstination sur la question de son nom la fatiguait également, cela ne servait a rien, il n'avait plus aucune utilité. Elle savait que l'insistance sur des questions a priori sans intérêt pouvait être une technique d'interrogatoire, mais elle doutait sérieusement des compétences de Solaris dans ce domaine. Puisque son sous-entendu n'avait visiblement pas fait mouche la dernière fois, elle allait se montrer plus directe cette fois-ci et forcer le scientifique a faire marcher son cerveau. Qu'il le voulait ou non, il n'avait pas toutes les cartes en main ici et il n'était pas non plus aussi dévoué a sa tâche qu'il voulait bien l'affirmer : tout le monde avait une faiblesse, un prix, et cette faiblesse, Sinistra comptait bien la mettre a nue d'une façon ou d'une autre.

« Tu est vraiment nul ma parole, l'on ne t'a jamais appris a mettre en scène un interrogatoire ? Je vais te donner une leçon alors, jamais sortir les instruments de boucher dans le même interrogatoire que les seringues. Soit tu commence tout de suite par cela, soit tu les garde pour un second service. Mais tu ne me fera rien de toute façon, parce que tu a besoin de moi, et pas sur ses questions idiotes sur les Sith dont tu connaît déjà la réponse. Tu a besoin de moi pour savoir ou ELLE se trouve, car tu sait très bien que je le sais, après tout, je ne suis pas une marchande d'information pour rien. Le problème, c'est que tu ne m'a clairement pas disposée a vendre cette information, alors j'ai pas envie de négocier… Je suis certaine que tu sait très bien de qui je parle, alors comme on est parti sur de mauvaise base toi et moi, je te propose de revoir notre cadre de négociation. Tu oublie tout de suite tes grands airs, et tu pose des questions intelligente, et je te répond. Tu n'a pas tord sur un point, je ne suis rien, mais tu doit réaliser a ton tour que tu n'est rien qu'un grain de sable inutile dans cette galaxie. Alors si tu te montre raisonnable, l'on pourrait collaborer et profiter ensemble de ce chaos ambiant et de ce jeu de dupe qu'est cette garce de vie, tu en dit quoi ? »
Jorian Solaris
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Dim 12 Fév - 18:49
L’officier avait écouté la jeune femme déverser une fois de plus son venin. Chaque phrase, chaque mot, chaque propos était détourné soigneusement pour qu’il puisse servir sa propre philosophie. Une philosophie de destruction et d’individualisme, les instincts les plus bestiaux. Elle ne pourrait recueillir de Jorian Solaris qu’un sourire poli alors qu’il contemplait la scie à amputation qui se trouvait sur la petite table en duracier inoxydable. Aimait-il à ce point son travail ? Il y avait sans doute du vrai dans ce que disait Sinistra, mais au final, il n’y avait là qu’un retour des choses : ces ordures qu’il pourchassait, elles ne méritaient pas d’exister, comme Sinistra. Ses propos sur Stregwel et sur les autres puissances de la Galaxie dévoilaient simplement une coquille vide pleine de haine qui ne semblait avoir d’autre possibilités que celles de recracher ses propos outrageux, mais il fallait être honnête elle n’avait pas d’autre choix.

Même enchaînée, il fallait reconnaître qu’elle avait de quoi effrayer. Les membres de la REPo étaient entraînés à cela, et Jorian était un homme qui savait se maîtriser, la peur n’avait pas réellement d’emprise sur lui, en tout cas pas à cet instant précis. Comme pour continuer son laïus, elle déversa une nouvelle fois des explications sur ses sens et sur le reste. Encore une provocation où elle attaquait l’officier sur ce qu’il était et sur ce qu’il faisait. Cela était au final totalement raccord avec sa dernière tirade.

Sa dernière tirade...Peut-être celle de trop. Cette fois la Sith tentait de s’approprier une énième fois la conversation. En fait, c’était peine perdue, ne réalisait-elle pas dans quelle situation elle se trouvait ? Ses sous-entendus étaient désagréables et amers, Jorian ressentait qu’elle voulait lui dire quelque chose : se pouvait-elle qu’elle parle de Siana ? Possible, mais pas certain. L’officier de la REPo s’était fait une petite réputation dans le milieu criminel, celui d’un tortionnaire ou d’un ennemi imprévisible qui pouvait surgir à n’importe quel moment pour liquider une branche du crime ou un groupe qui pratiquait des activités illégales. Le fait que Siana Solaris se trouve dans le milieu criminel avait sans doute été remarqué par les gros bonnets qui avaient aussi peut-être eu vent des investigations de la REPo et particulièrement de Solaris pour la retrouver. Mais bien évidemment, cela n’était pas dans le sens dans lequel la Sith l’entendait, du moins si elle s’attendait à une histoire à l’eau de rose, elle serait déçue. Siana avait trahie, elle avait fait le choix de prendre la clef des champs et s’était elle-même immergée dans le crime. Sur le fond, si Jorian voulait la retrouver, c’était bel et bien pour appliquer la justice, en finir avec une vieille histoire qui avait suffisamment duré et qui avait suffisamment mobilisé de son temps. Cela n’arracha aucune émotion à l’officier, en tout cas rien d’évident.


-Contrairement à ce que vous pensez, il est évident que vous ne saisissez absolument pas la personne que je suis. De la même manière, vous ne semblez pas non plus mesurer l’ampleur de la situation dans laquelle vous vous trouvez. Pour le moment vos perspectives sont limitées : rester à pourrir ici et laisser votre corps et votre esprit s’assécher, et ce jusqu’à ce que la mort veuille de vous ou encore être suffisamment docile pour collaborer et dans ce cas vous irez travailler dans un des camps de prisonniers de Mustafar. Je sais très bien que votre esprit corrompu par la Force vous mène à vous supposer supérieure à moi et à tout ce qui a été pensé ici. C’est peut-être vrai, vous avez peut-être des capacités hors-du-commun...Mais elles ne vous serviront à rien. Vous êtes ici au beau milieu de nulle part, de la lave à perte de vue et les installations sont gardées par plusieurs divisions de soldats surentraînés. Vous comprendrez rapidement qu’en fait, il n’y a aucun espoir à avoir ici. Vous n’êtes donc pas en état de négocier…Ni de quoi que ce soit d’ailleurs.

Jorian plongea son regard sur la scie chirurgicale, elle le fascinait. Le métal poli et brillant lui offrait un reflet de lui-même. Il voyait son visage impeccablement rasé et ses cheveux parfaitement plaqués. Cet uniformes immaculé ne contrastait pas avec l’ambiance ascétique de la pièce. Jorian Solaris aimait bien Mustafar, les installations qui s’y trouvaient étaient parfaitement sécurisées et la conception était simple. Si tout pouvait être aussi simple que sur Mustafar, le monde ne serait sans doute pas en guerre, il n’y aurait jamais eu d’effondrement de l’Alliance Galactique et tout le reste n’aurait été qu’une société modèle. Malheureusement, Sinistra était la preuve que les gens ne pouvaient pas être raisonnables et que la Galaxie ne pouvait se contenter d’idées nobles pour aller mieux. Il fallait que certains prennent leurs responsabilités et fassent ce qui devait être fait. Ce qui devait être fait…


-Vous surestimez votre importance et vous mésestimez nos méthodes. Au fond, je me fiche que vous surviviez ou non, si je vous tue ici et maintenant, je n’aurai qu’à payer à nouveau pour acquérir un nouveau sujet plus coopératif...Dans la vie on a toujours le choix, et il est désormais temps pour vous de faire le vôtre.

A mesure qu’il parlait, Jorian avait quitté la vareuse de son uniforme et revêtu une blouse de protection imperméable et des lunettes de protection. Cela avait été fait très rapidement, il allumait désormais la scie-circulaire destinée à l’amputation de membres qui s’était mise en marche avec un crépitement aiguë. Difficile de dire s’il était sincère ou pas et s’il trouverait aussi facilement un autre Sith. A vrai dire, il était décidé à aller au bout. Saisissant bien fermement la scie, il fixa intensément Sinistra de son regard vide.

-Le jeu que vous jouez là et les sujets que vous évoquez sont très dangereux pour vous, mais vous avez fait ce choix-là. Si vous avez autre chose à me proposer que des sous-entendus inutiles et des provocations outrageuses, c’est le moment ou jamais…


Jorian Solaris s’approcha d’un pas décidé mais lent de la Sith et releva la scie-circulaire, son regard se fixant sur l’épaule de Sinistra, il ajusta sa position, c’était là qu’il allait abattre l’objet dans quelques minutes, il n’y avait plus aucune hésitation dans le regard de l’officier de la REPo qui était désormais complètement...Vide.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Jeu 16 Fév - 23:04
« Darth Vader est né sur Mustafar, dans la douleur de la morsure d'un sabre-laser et la torture de la lave en fusion infernale de cette planète. Pense tu réellement pouvoir échapper a son influence ? Peut-être que tous les malades mentaux qui dirige ce centre son déjà sous son emprise, après tout vous avez l'air de bien vous amusez ici. Ah, quel ironie, vous vous gargarisez de combattre la Force, mais vous n'êtes que les esclaves d'un spectre ce délectant de votre comportement déviant. A ce demander lequel de nous deux est vraiment perdu pour la galaxie. »

Division surentraîné… Cela donnait bien envie a Sinistra de ricaner. Ahzek Ahriman avait combattu ici et son compteur de victime avait rapidement atteint des sommets. Si un Sith Trooper pouvait infliger dans de pertes a un adversaire, alors un vrai Sith les écraseraient comme des insectes, voilà ou en étant la pensée de Sinistra. Cette dernière se comportait réellement avec un désinvolture qui aurait probablement désarçonné plus d'un spécialiste de l'interrogatoire, comme si son propre sort de l'intéressait pas. Elle recherchait peut-être sa propre mort et provoquait quiconque de lui offrir, mais elle semblait réellement s'amuser de la situation alors que n'importe quel observateur aurait probablement fini par trouver Jorian profondément ennuyeux tant il semblait incapable de réagir autrement qu'avec son petit sourire de fonctionnaire de contrôle de routine et répondre avec des réponses inappropriés. Mais derrière ce comportement, Sinistra percevait autre chose : elle était convaincue qu'il y avait une colère et une haine dans cet homme, lié a son épouse qu'il recherchait sans relâche en laissant tant de cadavre derrière lui. L'on ne pouvait pas se montrer aussi absolu et destructeur sans avoir des plans bien plus dangereux que ceux que l'on attribuerait a un simple amoureux transi en quête de sa belle, non, ce qui se dissimulait était bien plus profond que cela.

Même en l'observant démarrer sa scie, Sinistra continuait de ricaner… Elle avait déjà gagner un point sans qu'il ne s'en aperçoivent : il pouvait dire tout ce qu'il voulait, le fait qu'elle est pointée le sujet bien précis l'avait amené a abandonner sa première question… Le plus drôle était probablement qu'elle semblait royalement s'en foutre. Tout ceci ne lui semblait être qu'une mascarade, comme si elle était devenue la spectatrice de sa propre existence. En réalité, elle lui jouait la partition qu'utilisait les Sith pour amener des disciples dans leurs griffes, sauf qu'ici, c'était elle qui était en mauvaise posture et que la cible de l'argumentaire n'était même pas sensitive. Mais elle le savait, elle avait touchée un point sensible chez son adversaire. Elle avait toucher quelque chose qui lui permettait d'avoir un avantage sur lui sans qu'il s'en aperçoivent, ou peut-être qu'il n'en avait que trop bien conscience que ce sursaut d’agressivité consistait a lui permettre de tenter de reprendre le contrôle. Lorsqu'il parla de choix toutefois, elle éclata d'un rire cristallin, presque enfantin, qui avait quelque chose de paradoxal dans la situation présente et surtout exprimée par une femme de son apparence. Elle continuait a se moquer de lui, malgré tous les risques que cela lui faisait encourir.


« Le choix ? Quel genre de choix ? Enchaînée, je n'ai aucun choix. Je ne surestime pas mon importance, tu sait, Jedi comme Sith, ils passent leurs vies a dire a leurs adeptes qu'ils sont importants et unique, mais c'est faux. Force ou pas, nous ne sommes que des grains de sable insignifiant dans cet univers. Mais ici, je n'ai aucun choix, rien ne m'indique que tu va tenir parole et appliquer ton règlement, mon bon sadique. Alors tu voit, quoi que je fasse, ici, c'est toi qui a le choix et pas moi et c'est pour cela que c'est légitime que ce soit moi qui pose les questions, car au final, c'est par tes actes qu'elle trouverons des réponses. »

Son regard vide ne l'impressionnait pas : le sien mordoré, même ainsi enchaîné, avait quelque chose de plus effrayant. Elle avait supporter le regard de Darth Maladi, elle avait même connue brièvement Darth Krayt durant sa jeunesse, alors ce n'était pas un petit fonctionnaire de la Triade qui allait l'impressionner. Même alors qu'il avait dangereusement rapproché la scie de son bras, elle n'avait pas montré aucun signe de peur et d'appréhension. Elle se moquait de son sort, appliquant un principe simple : ce qui ne tue pas rend plus fort. S'il osait réellement lui couper un bras, elle le remplacerait par un implant cybernétique ou demanderait a Darth Maladi de lui ajouter un bras Vong, ce serait plus efficace, quoi que moins sexy, que sa main actuelle. Si elle perdait certains avantage, elle changerait pour en obtenir d'autre jusqu'à sa mort, tel était faite la vie des Sith. Il voulait la menacer pour qu'elle se mette a table, mais c'était elle qui détenait une information et lui qui la voulait. Plantant son regard dans le sien, semblant royalement ignorer tout ce qui se déroulait autour d'elle, Sinistra retrouva sa voix suave en s'exprimant de nouveau. Elle n'allait certainement pas abandonner son rôle maintenant.

« Ton regard vide, il dissimule ta haine pour Siana Solaris. Tu compense tout le mal que tu lui veux en te défoulant sur les criminels, parce que personne ne te reprochera d'exterminer la lie de la galaxie. Mais l'on a rien sans rien mon frère. J'ai des tas de choses a te dire sur elle, ce qu'elle a fait depuis qu'elle t'a trahi, le réseau de contact qu'elle a construit, son objectif dans la galaxie, même ce qu'elle pense de toi… Mais si tu veux savoir tout cela, il va falloir que je reste en un seul morceau. Tu voit, c'est toi qui a le choix. Soit tu coupe l'alimentation de cette scie, tu la pose sur la table, et l'on discute tranquillement, soit tu tranche, et alors tu peut me tuer directement, car je ne dirais plus rien jusqu'à la mort. »
Jorian Solaris
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Jeu 2 Mar - 20:41
La scie circulaire n’était qu’un prolongement de la colère qu’éprouvait Jorian envers cette sensitive. Après tout, qui lui reprocherait sa mort ? La tentation était grande et au fond, le fait qu’elle avoue elle-même ne pas avoir de choix ne faisait qu’exciter davantage sa colère et ce sentiment de désir de vengeance. Au fond de lui, Jorian Solaris revoyait toutes les atrocités commises par les Sith Troopers sur les champs de bataille d’Erinar, car là était bien le problème, lui était un vétéran sans pourtant avoir été un militaire de carrière, il faisait partie des fonctionnaires et administratifs qui avaient été armés –au même titre que les civils- pour défendre Erinar lorsque la Lune s’était retrouvée menacée par les troupes de l’Empire Sith. Il aurait aimé lui couper la langue, barrer son visage d’une entaille profonde qui la traverserait du front jusqu’au menton, se vautrer dans son sang. Les visions du carnage avaient déjà dépassé la réalité, au point que le Commandant n’aurait su dire si la scie avait déjà commencé son œuvre ou si ce n’était qu’un tour que lui avait joué son esprit, triste reste de ces combats sur Erinar qui étaient encore un des très nombreux spectres qui hantaient son esprit. Elle devait payer, payer pour ce qu’elle avait dit concernant Vador, payer pour ses idées et son comportement déviant. L’officier n’était pas un spécialiste de l’interrogatoire, elle avait raison sur ce point, mais il avait appris de nombreuses choses de manière autodidacte.

L’attitude de Sinistra était complètement incompréhensible, c’était comme si elle se moquait éperdument de ce qui allait arriver. Son propre sort ne semblait pas la toucher outre mesure. Etait-ce cela que d’être Sith ? L’égoïsme poussé à l’extrême. Peut-être que Loes avait raison après tout, peut-être qu’il ne tirerait rien d’autre d’elle que cela, une sorte de moquerie, des railleries se faufilant parmi le bruit métallique de la scie dont l’acier froid et tranchant sifflait inlassablement, prêt à mordre la chair claire de la jeune femme. Cela aurait pu arriver, en fait le scientifique sentait le désir monter en lui. Désir ou excitation ? L’excitation était en définitive bien là. Il n’aurait pu le nier, qu’importe ce que lui disait Sinistra et ce qu’auraient pu en penser ses supérieurs. Sur le fond, les supérieurs en question n’auraient rien dit, ils lui faisaient une confiance aveugle pour accomplir ses objectifs, ou plutôt ces objectifs n’étaient pas prioritaires et le Commandant était seul pour les accomplir. La tuer aurait été la chose à faire, la faire taire ou alors la blesser tellement qu’elle oublie qui elle était et aussi qu’elle avait un jour été humaine.

L’évocation de Siana avait fait la différence, c’était concrètement pour cela qu’elle était encore en vie. Pouvait-elle simplement avoir quelque chose à voir avec cela ? Sinistra avait raison sur le fait que Jorian haïssait sa femme...Ou tout du moins son ex-femme. Mais cela était personnel, ou pas tout à fait puisqu’elle était maintenant affiliée au monde du crime. C’était désormais quelque chose qui devrait être tiré au clair. Se pouvait-elle que cette Sith ait aussi des informations sur Siana ? Quelques instants la scie-circulaire resta en suspension au-dessus de l’épaule de Sinistra, prête à tout moment à plonger dans ses chairs moelleuses. L’officier hésitait, personne ne lui reprocherait d’avoir éliminée une telle racaille...Mais...Mais...Elle était bien trop précieuse pour la jeter ainsi aux ordures. Certes il serait probablement décoré et pourrait avoir des fonds supplémentaires pour avoir tué un Sith, mais cela ne ferait pas avancer ses enquêtes et surtout il n’aurait pas eu d’information supplémentaire sur Siana. L’hésitation était palpable mais ce fut la voix du scientifique qui traversa les sifflements de la scie.


-Puisque tu ne veux rien comprendre, alors changeons de méthode. Il est vrai que tu n’as aucun choix. Pas plus que tu n’as d’avenir d’ailleurs. Cela doit t’affecter, si j’étais un Sith, je pense que cela me mettrait hors-de-moi. Savoir que je ne sortirai jamais d’ici et que désormais je n’ai qu’une marge de manœuvre limitée. Tes histoires d’ego et tes tentatives de m’intimider ou de prendre l’ascendant sur moi n’auront aucun effet. Tout comme tes histoires sur Vador. La Force n’existe pas, pas au sens auquel tu l’entends tout du moins...Ta sorcellerie ne te sauvera pas et Vador n’existe plus depuis longtemps, il a été oublié et aucun esprit vicié ne perturbe le personnel qui travaille sur cette planète.


Le passage au tutoiement était brutal. La voix froide, acérée et nasillarde de Jorian contrastait réellement avec celle qu’il avait employé lors de la première phase de l’interrogatoire. Il ne montrait pourtant toujours aucun signe de perte de patience. A vrai dire, il semblait même se délecter de ce qu’il disait et de savoir Sinistra complètement entravée et à sa merci. La scie était toujours en suspension, tournant inlassablement dans le vide. Jorian ne souriait plus, il était froid et complètement dénué de sentiment, sa main ne tremblait pas.


-Peut-être ai-je parlé trop vite, en réalité si, tu as un choix. C’est à toi de le faire alors ne te trompe pas du chemin que tu prendras. Ce choix est très simple : soit tu me dis quelque chose qui pourrait me décider à laisser tomber cette scie et qui nous permettra donc de converser comme des personnes civilisées, soit tu décides toi-même de mourir et tu resteras une cible abattue et j’en serai félicité...A toi de voir. Tu as raison sur un autre point, tu n’as qu’une importance minime et si tu meurs, personne ne te pleurera. Dans ton malheur cependant, ce n’est pas après toi que j’en ai, j’ai des ambitions plus globales concernant la liquidation des Sensitifs...Donc au fond, si tu me donnes des raisons suffisantes de te laisser me parler, nous pourrons discuter correctement. Réfléchis bien, il n’y aura pas de seconde chance et c’est maintenant que cela se joue...Et nous commencerons notre discussion courtoise par des présentations polies.


Jorian n’avait pas oublié le nom. C’était important. Son regard perçant fixait intensément Sinistra dans les yeux. Elle avait face à elle un homme qui n’avait rien à perdre et qui dévoilait un autre aspect de sa personnalité. La balle était désormais dans son camp.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Sam 4 Mar - 4:59
« Tant de certitudes affichées, pourtant, au fond de toi, tu ressent cette colère, cette haine, mais aussi le doute, la peur… Le feu dans ton regard ne trompe pas, tu a vu le feu. Tu sait de quoi les Sith sont réellement capable. Dans un sens, je comprend ta crainte, Ahzek Ahriman n'est pas vraiment le genre de personne a respecter les règles. Pour quelqu'un comme toi, il doit être vraiment terrifiant, même des Seigneurs Sith craignent son pouvoir. S'il parvint a obtenir la création de la Légion qu'il réclame a Akni, il écrasera sans doute l'Entente sans difficulté. »

Il pouvait se retrancher derrière tout ce qu'il voulait, la Sith savait qu'elle avait touchée un point sensible dans la carapace de Jorian : son ancienne femme était devenue une terroriste plutôt recherchée, le genre a résister, mais d'une façon si particulière que même les Rebelles n'avaient plus envie d'entendre parler d'elle, alors qu'ils manquaient cruellement d'effectif. Sinistra continuait de se moquer de sa propre condition et semblait toujours s'amuser d'entendre le son de la scie circulaire si proche d'elle. Les apparences semblaient opposer ses deux fortes personnalités s'affrontant, pourtant, il y avait quelque chose qui les rapprochaient dans leurs pulsions respective. La différence était que Jorian dissimulait tout ceci derrière son masque professionnel là où la Sith préférait elle assumer pleinement ses désirs et se montrer provocante en toute occasion, comme pour pouvoir défier le destin de l'avoir placé dans cette situation. Mais dans le fond, Sinistra aimait-elle sa propre vie ? Cette dernière ne fut jamais que fuite en avant, recherche de puissance et s'emparer de tout ce qu'elle désirait pour son bon plaisir. La Sith n'avait jamais réellement eue de cause autre que la sienne, elle semblait même souvent s'autodétruire. Peut-être ne recherchait-elle rien d'autre qu'une façon de mourir une bonne fois pour toute.

Pourtant, il semblait également y avoir un désir de vie qui animait ce corps. Si elle provoquait volontairement la mort, n'était-ce pas justement afin de pouvoir se sentir vivante ? Si elle se lançait a corps perdue dans toutes ses expériences, même les plus extrêmes, n'était-ce pas simplement afin de pouvoir ressentir le grand frisson de la vie ? Sinistra était un être plus complexe que son attitude bravache ne le laissait penser, mais elle ne laisserait pas quelqu'un la découvrir si facilement. Lorsqu'il lui proposa un nouveau « marché », qui n'était une fois encore qu'un chantage et non un choix, Sinistra se mis a ricaner d'une façon presque inquiétante. Toutefois, elle était satisfaite, elle savait qu'elle était tout de même parvenu a fendre une partie de son armure. Il fallait qu'elle procède avec lui comme un Sith le faisait avec un futur disciple, c'est-à-dire en lui fournissant des informations qui n'étaient pas essentielles afin qu'il puisse mordre a l'hameçon sans même s'en rendre compte. Bon, ici, il fallait qu'elle soit capable de le convaincre de retirer la scie si elle voulait continuer a jouer un peu avec lui, mais le jeu semblait en valoir la chandelle.


« Encore une fois, c'est toi qui va choisir petit-homme… Mais soit, j'aime bien ce côté plus sauvage que tu me montre enfin, alors je vais te donner le début de l'histoire. Lorsque ta chère épouse ta finalement quittée, sa première décision a été de décider de racheter sa liberté a l'une de tes plus grandes Némésis, l'immonde limace verte que l'on nomme Rana le Xenope. Et le moins que l'on puisse dire c'est qu'elle a été a la hauteur du manque d'éducation du Hutt, puisqu'elle l'a fait en allant servir de pute dans l'un de ses bordels, et pas l'un de ceux les plus chics, tu peut me croire… Du genre les plus sordides. Elle devait sans doute avoir plus de cran que toi pour avoir survécu a ce genre d'endroit d'ailleurs. Oh, et je t'ajoute même une info gratuite : Rana est toujours vivant : il a réussi a échapper aux griffes de T'Kami, pour la plus grande frustration de celle-ci. Je me demande si Maladi n'a pas refiler un tuyau au grand vert afin qu'il puisse prendre la poudre d'escampette et frustrer la maquerelle en chef ! Enfin, c'est pas vraiment nos affaires. Voilà pour le teasing, a toi de voir si tu a envie d'avoir l'épisode deux mon grand ! »

Elle pencha la tête, n'ayant pour le moment rien de plus a ajouter. Il semblait incroyable qu'elle soit toujours capable d'adopter une attitude aussi provocante dans un moment pareil, mais la Sith avait déjà fait la preuve qu'elle avait un sérieux problème au cerveau, d'autant plus qu'elle venait soudainement de déclamer ses paroles avec une voix mielleuse qui semblait tout droit sortir d'une publicité holographique vendant les mérites du derniers produits de lessive représentant une mère de famille tout ce qu'il y avait de plus sympathique, mais en caricaturer a l'extrême bien évidemment. Il y avait toujours une pointe inquiétante dans la voix de Sinistra, quelque chose qui laissait penser que la jeune femme pouvait a tout moment sortir les griffes et devenir bien plus dangereuse qu'elle ne l'était, alors qu'elle était bien bloquée derrière ses entraves. Jorian devait savoir jusqu'où il pouvait faire confiance en cette technologie dont Sinistra avait déjà remis en cause plusieurs fois l'efficacité d'ailleurs. Elle venait de laisser filtrer quelques détails pour éveiller l'intérêt de l'officier REPo, restait a savoir si ce dernier les jugeraient suffisant pour enfin revenir a des considérations saine. Elle n'avait pas parler de ses intentions pour les sensitifs, elle les connaissait déjà, mais elle s'en moquait : elle savait qu'il ne parviendrait jamais a tous les exterminer, tout ceci n'était rien d'autre qu'une utopie.
Jorian Solaris
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Sam 4 Mar - 15:07
Jorian avait écouté son interlocutrice. Elle s’entêtait à vouloir garder un certain contrôle de la situation, une sorte de grande démonstration de force. La référence à Ahriman en était une preuve irréfutable, elle se cachait derrière la puissance de l’Empire Sith pour menacer la Triade et donc ouvertement l’officier qui se contenta de sourire lorsqu’elle l’évoqua. Ce sorcier, il le connaissait puisqu’il avait été en opération face à ses légions et à lui sur Erinar et il avait fait partie des officiers de l’Entente au front. Cela, Sinistra ne le savait sans doute pas mais bon, la scie était toujours en suspension au-dessus de l’épaule de Sinistra.

La suite fut immédiatement plus intéressante. Sinistra semblait en savoir sur le parcours criminel de Siana. Confirmant une information que lui avait donnée Alice Kollan quelques mois auparavant. Bien évidemment, les informations de Sinistra étaient plus complètes, elle avait des noms et celui de Rana le Xénope arracha un léger plissement de sourcils au Commandant de la REPo. Pas mort…Ainsi cette ordure aurait survécue ? C’était une rumeur qui courait déjà depuis un petit moment dans les milieux criminels, celle de voir le Seigneur du Crime Hutt revenir. Une rumeur parmi tant d’autres, par contre les informations sur Siana étaient vérifiées. Se cachait-elle délibérément ? Savait-elle que la Triade était à sa poursuite ? Rien de moins sûr, mais cela ne pouvait pas non plus être exclu puisque le milieu du crime était vaste mais les informations traversaient vite la sphère des hors-la-loi, tout comme le nom de Jorian qui avait été affublé d’une prime conséquente. Les barons du crimes avaient beau ne pas réagir ouvertement pour le moment, ils avaient des informations et n’étaient pas non plus inoffensifs. Un problème après l’autre, le Commandant Solaris préférait garder l’inquiétude quant à son propre sort pour plus tard, cela ne semblait d’ailleurs absolument pas le toucher. Il fixait toujours Sinistra avec une froideur académique, tenant fermement la scie-circulaire qui demeurait prête à l’usage. Malgré les provocations de Sinistra et les révélations sur sa femme, il n’avait montré qu’un très léger signe de surprise lorsque la Sith avait évoqué Rana le Xénope, mais il était difficile de savoir si ce signe avait pour origine la possibilité qu’il soit vivant ou le fait qu’elle le désigne comme sa Némésis et donc qu’elle fasse le sous-entendu qu’elle en savait plus sur l’histoire de l’agent qu’il n’y paraissait au premier abord. Sur le fond, cela importait peu, car le scientifique ne semblait éprouver aucune peur, il était au contraire en apparence très sûr de lui et ne faisait aucun cas du comportement de Sinistra. Ce qui était sûr, c’était qu’elle avait désormais réussi à attirer son intérêt, suffisamment pour qu’il hésite une dernière fois, la lame toujours en suspension au-dessus d’elle. L’officier hésitait, il s’attendait à devoir l’exécuter pour son insolence et pourtant, il hésitait. Elle avait plus d’informations qu’elle semblait le prétendre : par l’interrogatoire de Sinistra, il pourrait sans doute avancer sur deux dossiers, celui de son ancienne femme qui était désormais une terroriste recherchée et la question Sensitive. La Commissaire Kollan serait fière de ces avancées et cela permettrait de faire progresser l’Entente sur ses principaux chantiers du moment : la guerre contre le crime d’une part et la caractérisation des niches de Sensitifs d’autre part. La Triade avait lancé d’énormes chantiers sur les mondes qui avaient signé l’Entente pour se doter d’un important réseau de batteries orbitales et anti-aériennes, elle était désormais bien mieux protégée contre les intrusions extérieures, d’autant plus que l’immense flotte qui avait été construite était désormais suffisamment puissante pour participer à la défense des mondes principaux, chaque monde principal avait une importante flotte en orbite, en position défensive et cela, Sinistra ne semblait pas le savoir, aussi cela le fit sourire à nouveau lorsqu’il repensa à ses affirmations sur Ahriman.

La tension était palpable, opposant le sourire malsain de Sinistra à la placidité maladive et froide de Jorian Solaris, tous deux opposés et face au métal froid et acéré de la scie-circulaire qui tournait toujours dans le vide. La décision n’était toujours pas prise, l’officier aurait aimé la tuer, c’était ce qu’il aurait du faire, l’Entente condamnait les criminels en son sein, la REPo liquidait les ennemis extérieurs. Il était évident que Sinistra était un danger, elle était trop instable et avait probablement des pouvoirs puissants dans la Force. Mais la situation de guerre et le besoin croissant d’information pour préserver l’Entente étaient plus importants que le reste. La guerre était une situation exceptionnelle et l’Entente se reposait sur ses agents pour pouvoir maintenir la paix et que les citoyens puissent dormir sur leurs deux oreilles. Le crissement endiablé de la scie cessa immédiatement, laissant la lame tourner encore quelques secondes en suspension dans l’air pour finalement se stopper net. D’un mouvement soigneux, Jorian la posa sur la table en métal inoxydable, gardant cependant toujours ses vêtements de protection, ce qui indiquait qu’il était toujours prêt à faire usage des instruments si Sinistra dépassait les bornes.


-Tu as tourné le dos à l’Empire Sith, mais tu en parles encore bien souvent pour en être totalement détachée. Tes anciens maîtres te manquent ? De la vermine et des menteurs patentés, c’est ce que vous êtes, prêts à trahir votre alliance avec T’Kami à la moindre occasion on dirait. Cela fait plusieurs mois que les rumeurs circulent concernant Rana le Xénope, enfin tout du moins c’est ce que les gens pensent.


Jorian laissa un petit temps de pause en se tournant à nouveau vers les instruments en métal aseptisé sur la table. D’un mouvement de la main il les désigna silencieusement l’un après l’autre, avant de saisir un petit scalpel qu’il caressa avant de saisir avec adresse. Le petit objet était entre ses mains et il entreprit de jouer avec, le saisissant de part et d’autre avec ses mains. L’homme se retourna vers Sinistra et s’arrêta à quelques centimètres de son visage, la fixant dans les yeux avec un regard assuré, elle pourrait sentir l’odeur de l’après-rasage et de l’eau de Cologne bon marché qu’utilisaient Jorian pour se raser de manière traditionnelle, à l’aide de lames.

-Maintenant je vais te dire ce que MOI je pense. Je pense que ce sont des sornettes, des balivernes, des histoires pour impressionner les minables qui rejoignent les gangs et les endurcir ou leur faire peur. Des histoires de Cantina colportées par des ivrognes avinés à l’esprit embué par l’alcool. Et tu sais pourquoi ? Tout simplement parce que si Rana était encore en vie, il n’aurait pas passé une semaine dans le milieu sans que les chiens de T’Kami ne le retrouvent et ne le tuent. En plus de ça, les Hutts sont foutus, ils n’ont plus aucune part des marchés prioritaires dans le milieu du crime, donc il n’aurait jamais pu avoir la moindre chance de retourner aux affaires face au Soleil Noir…Non, Rana a été abattu comme un chien lors de l’assaut de son palais, il a eu la mort minable qu’il méritait et il ne reviendra plus. Ce qui m’intéresse en revanche, c’est ce que tu as à me dire sur Siana. Ce que tu me racontes là rajoute des détails à ce que je savais déjà, mais ce n’est pas encore suffisant. Ce qui m’intéresse par exemple, c’est comment elle a pu avoir autant de contacts pour faire son petit groupe de terroristes freelance. Ou encore comment se fait-il qu’elle nous file constamment entre les doigts et qu’elle ait une longueur d’avance constante sur les agents de l’Entente…Et même par exemple pourquoi elle a été en mesure d’assassiner plusieurs de nos agents qui la traquaient. Ou encore une dernière chose… Ce que prépare réellement Siana…Ses cibles, ses objectifs. Cela m’intéresse au plus haut point. Plus que tes rumeurs concernant le tas de saindoux visqueux qu’était Rana.

Nouvel instant de silence. Jorian jouait toujours avec le scalpel, la lame toujours rangée dans son fourreau de protection. Il n’était pour l’instant pas disposé à s’en servir, et il voulait montrer que si les choses restaient dans l’état, il n’aurait pas à s’en servir face à Sinistra. Son nom semblait bien loin aussi, l’information n’intéressait plus l’officier qui avait désormais vu là une brèche dans laquelle s’infiltrer. De nouvelles informations qui allaient être capitales. Cette fois à nouveau, Jorian sourit avec une bonhommie qui aurait pu faire froid dans le dos avant d’ajouter :

-Oh et concernant ton sorcier, Ahriman, qu’il vienne en territoire Triade et nous l’accueillerons comme il se doit. Il était avec Venena sur Erinar l’année dernière il me semble. Je vais te faire une révélation, j’étais aussi sur Erinar, en première ligne et tu vois, les Sith Troopers ont eu le sort qu’ils méritaient là-bas. Depuis l’année dernière, nous avons beaucoup évolué et je peux t’assurer que dès aujourd’hui, si Ahriman revenait avec sa Légion dans notre espace, il ne pourrait pas même poser un pied sur une de nos planètes. Même si nous ne sommes pas ouvertement en guerre, nous nous battrons, jusqu’à la Victoire Finale, parce que nous faisons est juste, c’est notre mission et nous l’accomplirons tôt ou tard.

Il était difficile de savoir si l’esprit de Jorian était pris à nouveau d’une sorte de brouillard, s’il répétait des paroles propagandistes de l’Entente par pur fanatisme ou s’il se moquait de Sinistra et déblatérait un texte nationaliste de l’Entente par pure ironie. Il avait soigneusement évité de dire que la campagne d’Erinar avait été un carnage dans les deux camps et que l’Entente ne l’avait emporté que grâce à sa flotte et à ses armes de destruction massive puisque les troupes au sol avaient connues plusieurs défaites face à des Sith Troopers déjà vétérans et habitués à mener des opérations de guerre. Les Carabiniers avaient mené une résistance acharnée par pur fanatisme mais c’était simplement cela qui les avait sauvé. Il était cependant impossible de lire clairement ce que pensait Jorian à cet instant précis, complètement détaché de ce qu’il disait, il était en suspension entre cet interrogatoire dont la tension semblait augmenter au fil du temps et des souvenirs très désagréables de cette expérience au front qui n’avait pas arrangé son état mental.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Dim 5 Mar - 21:03
« L'Empire Sith peut brûler, Akni pendu au bout d'une corde que cela ne m'empêchera pas de dormir la nuit sur mes deux oreilles ! Mais je ne suis pas une idiote et je ne sous-estime pas mes anciens camarades devenu rivaux : je connais leurs puissances et une partie de leurs moyens, et je connais ceux de ton entente mieux que tu ne le crois, je sais de quoi ils sont capable. Toi, tu n'en a vu qu'un simple aperçu, loin, très loin des réalités de la guerre tel que le One Sith la mène. Pour cela, je te conseille d'aller sur Mon Calamari : les ruines des anciennes cités de la planète devrait te convaincre du prix qu'il coûte de s'opposer a la domination du Sith Unique. »

Sinistra avait cracher cette incantation avec une véritable expression de haine, semblant profondément mépriser ses anciens camarades, mais elle n'était pas assez folle pour vouloir s'opposer ouvertement a eux dans une guerre ouverte : tant qu'elle restait dans le milieu underground en vendant des informations, y compris a Maladi, elle s'assurer de ne pas s'attirer ses foudres et pouvait diriger son business comme elle l'entendait. Solaris avait abandonné la scie circulaire, ce qui était une victoire en soit pour la Sith, mais il était revenu vers elle en tenant une lame de rasoir qui n'avait rien de particulièrement rassurante non plus. La courtière d'information l'observait toutefois avec un sourire amusée, se léchant les lèvres a la vue de la lame. L'odeur d'eau de Cologne en revanche la fit quelque peu grimacer car elle était forte et bon marché, autant dire que ce n'était pas ses marques préféré… Certes, elle n'aimait pas le luxe, mais elle préférait encore se contenter de choses pour masquer les odeurs que d'utiliser ce genre de marque qui semblait davantage faite pour repousser. Il était possible que Solaris porte cela dans ce seul but d'ailleurs, mais Sinistra s'en moquait, elle était expressive et ne dissimulait pas ce genre de réaction, même lorsque ce n'était pas forcément a son avantage, c'était une autre façon de s'affirmer.

En revanche, elle avait bien remarquer dans sa gestuelle que Rana le Xenope était une question sensible, mais l'officier de la REPo le confirma en s'emportant dans son discours avec un air véhément, insultant peut-être encore davantage le Hutt que ne l'avait fait la Sith, qui ne le portait pas particulièrement dans son cœur non plus. Mais c'était un détail intéressant, bien que la Sith afficha une moue étonnement vexée. Elle semblait de prime abord incapable d'avoir cette réaction, mais elle était fière de sa réputation de courtière en information et la défendait avec véhémence contre ceux qui la remettait en question. Elle voyait bien que Jorian était obsédé par le destin de sa femme et demandait des informations très précise sur cette dernière, mais Sinistra ne comptait pas pour autant tout lui céder si facilement. Pour elle, Siana Solaris était maintenant son ticket pour quitter cette prison et retrouver son réseau afin de pouvoir reprendre ses activités : si elle devait collaborer et vendre des informations au maniaque lui faisant face pour cela, pourquoi pas, mais elle n'allait pas tout livrer sans aucune contrepartie. Et les courtiers d'informations étaient toujours très cher et difficile a trouver, il ne trouverait pas facilement une seconde personne comme elle, disposant d'un réseau étendu créer alors qu'elle était encore employée par Darth Maladi.


« Je suis Courtière en information, mon travail et mes revenus dépendent de la fiabilité de mes informations. Si je n'étais pas certaine que le Xenope soit vivant, je ne te donnerais pas cette information, je le sais, parce que je l'ai rencontrée en personne depuis l'attaque sur le cloaque servant de monde natal aux Hutts, mais aussi parce que j'ai des entrées sur Kessel. Il se cache dans une base mobile, une ancienne station de combat Dragon Hapienne qu'il a fait modifier pour son usage personnel et dissimule aux yeux de la Galaxie. Je ne sais pas où elle se trouve actuellement, mais je t'assure que T'Kami va devoir déployer des trésors d'imagination pour le retrouver. Pour l'instant, elle a d'autre chat a fouetter, comme remettre au travail des Vigo fainéant, mais rien a voir avec notre affaire. Libre a toi de me croire où non, mais je n'ai aucun intérêt a essayer de te mythonner sur ce point ! »

Solaris revint sur Ahriman et entama un discours qui fleurait bon la propagande et le patriotisme a plein nez, ce qui fit pencher la tête de Sinistra sur un côté avant qu'elle ne parte dans un fou rire semblant soudainement incontrôlable. Elle ne savait pas si Solaris était convaincu de ce qu'il affirmait ou qu'il se contentait de répéter bêtement ce qu'on lui disait pour la faire douter, mais elle disposait de plus d'élément que lui afin de pouvoir juger ce qu'il affirmait. Allez sur le front était une chose, être capable de comprendre ce que l'on observait lorsque l'on s'y trouvait en était une autre. Et s'il pensait que le Seigneur Sorcier allait se tourner les pouces pendant que l'Entente renforcerait ses défenses, alors il faisait une grave erreur. Ahriman était un planificateur infatigable et il combattait pour sa renommée personnelle autant que pour étendre l'Empire Sith. Il était certain qu'il reviendrait avec des armes nouvelles et tirerait les conséquences de la campagne contre l'Entente, le second assaut serait encore plus violent que le premier. La seule question était de savoir quand il se déroulerait, mais Sinistra n'avait pas trop de doute sur le fait qu'elle était suspendue a l'idée de création d'une Légion ainsi qu'aux efforts du sorcier pour s'assurer davantage de divisions impériales sous ses ordres.

« Vous n'en avez pas tuer autant que tu veux bien le dire, et c'est la faute d'Ahriman. Il reviendra, il revient toujours lorsqu'il échoue quelque part, mais s'il parvint a créer sa légion complète et l'associer a ceux lui ayant juré fidélité, alors lorsque l'enfer de la bataille prendra fin, il ne restera de l'Entente que des cendres calcinés. Si tu crois que les bunkers et les défenses orbitales de ton ODT, ainsi que ta flotte vont stopper Ahzek Ahriman, tu te berce de douce illusion, car le courant de la Force qu'il commande est bien plus sombre que celui que tu imagine, et bien plus puissant. Venena était une complotiste de génie, mais elle manquait de talent militaire et sa présence montrait davantage le désintérêt que les Sith portait a votre système qu'un réel génie militaire. Si Ahriman revient a la tête des armées Sith, le défi auquel vous ferez face sera bien plus relevé, et vous n'y ferez jamais face seul, car ce sont les gouffres du Néant qui s’ouvriront devant vous. »

Une fois encore, la voix de Sinistra s'était faite bien plus grave et menaçante qu'à l'accoutumé, et il n'y avait plus aucune injure ou provocation dans la voix. Car a bien étudier le ton, l'on se rendait compte qu'elle craignait également le pouvoir du Sorcier. Beaucoup prenait les Sith Trooper pour des pantins sans cervelle a contrôler, mais elle savait qu'ils étaient bien plus dangereux qu'ils en avaient l'air et pourraient peut-être même un jour prendre le pas sur les vrais Sith. Ahriman était la preuve vivante de cette possibilité et elle n'avait pas vraiment envie de voir l'Ordre se transformer en un groupe d'individu génétiquement amélioré et augmenté avec des implants cybernétique. Mais elle fini par soupirer et secouer la tête dans une expression qui semblait vouloir signifier que cela n'avait aucune importance. Après tout, ce n'était pas cela que voulais Solaris et celui-ci avait posé des questions précises sur sa femme, mais Sinistra n'allait pas se mettre a table sans avoir des garantis. Plantant son regard dans le sien, elle repris donc.

« Mais venons en plutôt au fait joli cœur. Tu veux des informations sur la vilaine Togruta qui t'a servit de femme et j'en ai des nombreuses a t'offrir, mais je suis Courtière ce qui signifie que je ne suis pas gratuite, si tu vois ce que je veux dire… Comme tu a éteint ta scie, tu a mérité quelques informations supplémentaire, mais si tu veux davantage, il va falloir offrir plus, car tu voit, j'ai une boite a faire tourner et d'autre clients qui attendent des informations, je sais, je ne suis pas une fille fidèle et cela te brise le cœur, mais j'assure tellement que tu ne peut pas te passer de moi… Tu sais, les putes se font facilement un réseau de contact, avec des clients habitués, dont elles utilisent certain comme des protecteurs contre les clients les plus indélicats, si tu voit ce que je veux dire. Les premiers mercenaires dont elle s'est entouré une fois sa liberté racheté, ce sont ses types là. A l'époque, elle voulait combattre pour l'Alliance, elle a nouée des contacts avec des militaires de cette dernière, s'est forgé une petite troupe et a bosser comme mercenaire contre les soulèvements orchestré par Akni et les Sith. Mais même pour l'Alliance, elle était trop radicale et trop secrète, je crois qu'ils n'ont même jamais su exactement son nom… Oui mon grand, pendant que ton régime t'a envoyer dans tous les pires trous du cul de la galaxie, déjà sous la menace des laquais d'Ahriman, il employait ton ex pour faire exploser des trucs. Ils sont pas des bonnes manières, ta bien fait de les planter, les principes, c'est important pas vrai ? Mais comme je te l'ai dit, ce n'est pas gratuit, si tu veux mes informations et mon aide, va falloir faire monter les enchères mon grand, j'attend donc ton offre. »
Jorian Solaris
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Lun 6 Mar - 0:24
Sinistra semblait un peu plus conciliante, cela satisfait Jorian dans un premier temps. Il comprit cependant qu’il n’avait aucune bonne raison d’être content de cela puisque le sujet qu’elle abordait la tenait à cœur elle-aussi. On sentait en elle une véritable haine des Siths. L’Ordre semblait lui faire peur et lorsqu’elle évoqua les projets d’Ahriman, son visage s’était encore assombrit. Ainsi le Sorcier complotait encore dans l’ombre pour anéantir l’Entente. Ce n’était un secret pour personne, les Siths n’avaient pas digéré la campagne d’Erinar et la Triade était une enclave dans leur immense Empire. Il ne fallait pas être un génie militaire pour ne pas comprendre que les Sith Troopers reviendraient, ils seraient plus nombreux et plus entraînés. C’était pour cela que le Commandant Stregwel avait lancé l’opération Forteresse qui visait à mettre en place le réseau de défenses orbitales, l’ODT avait mis une part considérable de ses effectifs pour construire des tours de défense orbitales, des canons à plasma de DCA et un immense réseau de bunkers au cas où les Siths reviendraient, mais force était de constater que Sinistra n’avait pas totalement tort, ils pourraient revenir en force tôt ou tard. Cela dépendait d’Akni et de sa politique mais aussi des ressources dont disposerait Ahriman pour mettre son armée en place. Le Commandant était également soucieux, mais il ne le montrait que par un mou grave. Il savait qu’au fond, l’Entente marchait sur des œufs, mais cela était le cas depuis longtemps : dès lors que le régime avait été mis sur pied, il avait du combattre contre les parasites qui avaient voulu le faire chuter. La Triade n’était vieille que de quelques années, c’était un bébé, un nouveau-nez plongé dans un aquarium de requins mais fort heureusement, le Commandant Suprême avait doté ce bébé d’une imposante armure. Les morsures des squales ne l’atteindraient pas, les chantiers navals de l’Entente fonctionnaient à plein régime et l’économie était florissante. Il fallait compter à cela les nombreuses armes secrètes et tous les programmes dont Sinistra n’avait aucune idée.

Le retour sur le sujet de Siana n’eut pour effet que d’assombrir un peu plus le visage de Jorian. Son regard était froid et semblait s’emplir de ténèbres. Il y avait un peu trop d’informations dans cette conversation qu’il n’avait pas anticipé : Rana le Xénope était en vie et se terrait dans une station spatiale, il avait donc réussi à se constituer un groupe et cela indiquait qu’il était toujours dans les affaires. Puis il y avait Siana, Siana qui s’était entourée d’anciens clients et qui avait rejoint un temps l’Alliance. La colère montait en Jorian Solaris.


-Si tu dis vrai, il est impossible que l’Alliance Galactique n’ait pas fait le lien. J’ai donné son signalement dans les bases de données et il aurait suffit d’appliquer la procédure….Bon sang…Et pendant ce temps là, les politiciens véreux quittaient les systèmes en tentant de rejoindre l’Empire Galactique...


Les mots avaient sifflé entre les dents du Commandant, laissant transparaître une colère sourde et incontrôlable, celle d’avoir été abusé. Sinistra n’avait pas tort : l’Alliance Galactique l’avait envoyé dans des endroits très dangereux, le régime l’avait abandonné, ses camarades et lui, alors que les politiciens corrompus s’envolaient vers d’autres cieux. Un sourire désabusé avait fendu le visage de Jorian pendant que son regard totalement vide se perdait contre le mur aseptisé de la cellule. Le discours sur les élites corrompues était aussi une composante majeure de la propagande de la Triade mais on sentait là que Jorian évoquait quelque chose de plus personnel, quelque chose qu’il avait réellement vécu, un peu comme lorsque Sinistra avait parlé d’Ahriman et des Siths. Les traits de l’officier se durcirent à nouveau.

-Les Siths, ils sont très loin d’imaginer tout ce dont nous sommes capables. La situation a changé depuis l’année dernière et nous avons de nombreux programmes de recherche qui arrivent à termes, des armes terrifiantes dont tu n’imagines même pas la portée. Et tu sais, si cela ne tenait qu’à moi, j’utiliserais ces armes sur ces foutus rebelles...Ces hypocrites peuvent se draper de leurs bonnes intentions mais la réalité, c’est qu’ils ne valent pas mieux que  les criminels qu’ils n’arrivent pas à attraper. Eh oui, les principes sont importants, car sans eux, c’est le chaos, je n’ai jamais fui mes responsabilités, je n’ai jamais abandonné mon poste, et pourtant j’ai été trahi !


Les choses s’envenimaient pour Jorian qui venait d’asséner sa tirade avec un ton sec et assassin, pointant du doigt Sinista et lui touchant l’épaule de l’index.

Flashback, Automne 157, Erinar,

une fine bruine tombait sur le paysage brun et monotone d’Erinar. Une épaisse boue agrégeait les feuilles morte qui recouvraient le sol. Les nuances de rouge, de jaune et de brun associées au ciel gris donnaient une teinte morne au paysage. Les bruits d’explosions, les détonation et les sons caractéristiques des blasters et des plasma retentissaient de toute part. Parfois au loin, parfois plus proche. L’Entente était menacée, les Sith Troopers avaient progressé sur Erinar et leurs bombardements avaient infligé d’importantes pertes dans les rangs des Carabiniers. Les ravitaillements se faisaient rares mais la Triade tenait bon et de nombreux assauts avaient été menés face aux Sith Troopers. Désormais, même si les troupes de l’Entente étaient en train de se replier, elles avaient un avantage certain : celui d’être capable de tendre des pièges et de riposter face aux Siths qui n’avaient sans doute pas attendu un tel jusqu’au-boutisme de la part des forces de la Triade.

Jorian marchait dans les feuilles mortes, écartant les branchages sur sa route. Sa vareuse était recouverte d’une tunique camouflée boutonnée et d’imposantes bretelles soutenaient ses cartouchières contenant les chargeurs de la carabine à plasma qu’il tenait en bandoulière. La REPo n’était pas censée prendre la première ligne, en tout cas pas le contre-espionnage, mais qu’ils aillent  tous au diable, l’Entente n’était pas aussi couarde que l’Alliance Galactique, c’était la pensée qui lui traversa l’esprit à cet instant là. L’officier remit sa casquette à visière en place sur sa tête et arriva à proximité de plusieurs hommes en armure qui se mirent au garde-à-vous, des Carabiniers avec un canon à plasma fixe sur roues qui se tenait là. Ils surplombaient une route et le canon était camouflé avec des branchages.

-Préparez-vous. Ils seront là dans dix minutes. Le groupe du Sergent Todd est de l’autre côté. Vous ouvrirez le feu à mon signal, pas avant. Ils sont encore nombreux, on ignore combien, mais ils sont plus que nous.

Les hommes se mirent au garde-à-vous de nouveau. Jorian saisit sa carabine et ôta la sécurité. Il avait déjà été blessé deux fois face aux Troopers et pourtant, il s’était totalement détaché de cette peur qu’il avait eu au début d’aller au front. Il n’était pas aussi expérimenté que les autres, mais pourtant, il avait été volontaire pour la suite des opérations. La Triade ne laissait pas le choix, elle envoyait les hommes se battre pour leurs terres et elle n’abandonnait pas les siens, même dans un moment de faiblesse, c’était ce qui permettait de tenir aux Siths la dragée haute. Ils avaient eu des victoires au sol et continuaient d’occuper le territoire, ne traversant que des villages vides et là c’était un des flancs de leur armée qui passait là. Ils n’allaient pas être déçus. D’après le commandement, ils n’étaient pas motorisés. Jorian se mit à plat ventre, observant la route en contrebas, un talus descendait en pente douce, mais les troupes sur la route ne pourraient pas les voir de là où elles étaient.

Dix minutes, les Siths étaient ponctuels. Il vit la colonnes de colosses en armure arriver au pas lent. Ils étaient menés par un jeune homme avec une cape noire. Un Sith à n’en pas douter, il s’agissait d’un Acolyte ou d’un tout jeune Apprenti, il y en avait parfois dans les rangs. Jorian attendit, il attendit plusieurs minutes que toute la colonne passe. Il y avait là une bonne cinquantaine d’hommes qui marchaient au pas. Le bras du Commandant s’abattit.

Fssss..Fssss...Fssss

Les sifflements des obus à plasma retentirent, alors qu’ils emportaient les Troopers dans une explosion colorée. L’homme avec la cape sortit immédiatement un sabrolaser à lame rouge.

-EMBUSCADE !


Il n’était pas bien formé, et Jorian vit immédiatement qu’il ne commandait pas la troupe puisque les officiers des Troopers se mirent à beugler leurs ordres alors que les survivants se rassemblaient pour ouvrir le feu sur le canon à plasma. Le Commandant épaula la carabine à plasma et tira sur les Troopers à plusieurs répétition, il éprouvait de la haine et de la colère pour eux. Alors qu’ils prenaient pour cible le canon, le groupe de Todd sortit des broussailles de l’autre côté de la route et lança en continu un flot de grenades sur les Troopers. Les explosions emportèrent rapidement les survivants.



Jorian était descendu avec ses hommes pour voir l’étendu du carnage. Ils avaient fait mouche. Son regard s’attarda sur l’Acolyte qui gisait au sol en tremblant, il était blessé au flanc et crachait du sang. Son regard fixait celui de Jorian. A quoi pensait-il ? Sans doute savait-il qu’il allait mourir. Un des Carabiniers s’approcha de l’officier.

-Mon Commandant, nous pouvons le charger pour qu’il soit transporté au poste de commandement le plus proche et qu’on l’interroge.


-Cela ne sera pas nécessaire. Nous n’avons que faire des sous-fifres, puis il se tourna vers le Sensitif. Vermine de Sith...Vous devez disparaître...Et vous disparaîtrez, là où tu vas, tu ne seras pas seul, bientôt d’autres viendront te rejoindre.


Délicatement, il ouvrit ouvrit le fourreau de cuir de sa dague et en extrait l’arme pour la montrer au jeune homme. C’était un adolescent qui ne devait pas avoir plus de seize ans. Saisissant sa tête, il l’empala sur la lame, la tournant bien dans son ventre pour en accentuer la douleur puis le laissa tomber au sol, toujours frissonnant et hurlant de douleur. Le Carabinier s’approcha avec son pistolaser pour l’achever, mais Jorian lui fit signe que ce n’était pas nécessaire.

-Il respire encore mon Commandant.


-Oui justement, laissez le agoniser. Allez, on remballe ! Nous devons rejoindre le PC avant la nuit.


Jorian cracha négligemment sur le corps agonisant de l’Acolyte qui hurlait de douleur et rejoint ses hommes en donnant un coup de botte dans le sabrolaser qui roula dans le fossé puis en essuyant la lame de sa dague sur son pantalon.

La scène avait été vécue, et elle était encore forte dans l’esprit de Jorian, suffisamment pour qu’il s’en souvienne. La colère et la haine qu’il avait des Siths primaient sur le reste. Il y avait là la véritable raison pour laquelle il avait rejoint l’Entente, puisqu’il s’était senti abandonné face à cet ennemi qui semblait omnipotent, notamment sur Trigalis.

-Soit. Eh bien que dirais-tu de la liberté ? Si tu coopères correctement, il se peut que je te rende la liberté. Bien évidemment, tu auras quelques responsabilités supplémentaires, mais il se peut que si tu es sage, tu puisses un jour ou l’autre vaquer à tes occupations. Mais nous n’en sommes pas encore là...Si tu veux un jour avoir la possibilité de sortir de cette cellule et de quitter cette planète, tu vas devoir me dire tout ce que je veux savoir...Sur Siana pour commencer...Et sur Ahriman pour terminer car cela intéressera l’État-Major. Tu n’as certes aucun moyen de vérifier que je te dis la vérité, mais je pense que tu n’as pas d’autre choix que de me faire confiance...Bien sûr il y aura des conditions à ce que j’enlève tes chaînes, il y a toujours des conditions, mais cela pourrait arriver si tu peux me parler de tout ça. Après tout, tu détestes l’Empire Sith et je pense que cela nous fait un point commun, il faut donc bien s’entraider, c’est la guerre après tout.


Il était difficile de savoir à quoi faisait allusion Jorian mais la possibilité d’un marché se dessinait.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Lun 6 Mar - 14:53
Sinistra avait atteint des points sensibles, elle avait touché les faiblesses de celui qui aurait dû être son bourreau et même son comportement agressif et provocateur ne semblait plus agir comme un répulsif, parce que l'homme avait l'impression qu'ils partageaient des choses en commun. D'une certaine façon, c'était exact: ses deux êtres vivaient avec la haine chevillée au corps et ils avaient des ennemis communs, comme le Sorcier Ahriman. Pourtant, dans ce jeu ou chacun semblait essayer de manipuler l'autre, la Sith semblait avoir pris l'ascendant de manière insidieuse, peut-être simplement parce qu'elle était plus expérimentée que lui, ou simplement parce que la vie l'avait confrontée a des situations bien plus dangereuse et extrême que celle-ci, a moins que cela ne soit simplement un mépris de la mort fanatique, où peut-être encore la conjugaison de tous ses facteurs. Jorian ne semblait pas capable de comprendre que ses informations ne représentait rien d'autre que de la valeur marchande chez Sinistra et qu'elle ne livrait ce qu'elle voulait bien dire, la situation physique semblait lui laisser la main haute, mais la Sith avait détourné l'interrogatoire de ses objectifs initiaux pour des causes bien plus personnelles. Certes, Ahriman restait un problème pour l'Entente, mais il n'était qu'un maillon d'une chaîne bien plus complexe et les informations sur sa femme était bien moins importante.

Il pris toutefois le risque de la toucher dans un grand moment de colère, ce qui permit a la jeune femme de lui voler un souvenir sans qu'il ne soit capable de s'en rendre compte. Sinistra n'avait pas vraiment choisit lequel, puisant dans ses pensées de surface afin d'obtenir quelque chose de réellement marquant. Mais elle offrait des informations sur l'entente qui était intéressante pour quiconque avait un certain esprit d'analyse : le fait que Jorian, un officier du contre-espionnage plutôt identifiable comme un gratte papier, avait été envoyé en première ligne ne semblait pouvoir signifier qu'une seule chose : soit il était considéré comme une quantité négligeable par ses maîtres qui faisaient des différences entre les membres de leurs personnels, soit ils étaient réellement désespéré et avaient aligné tout ce qu'ils pouvaient sur le champ de bataille. La présence sur le champ de bataille d'un canon a plasma sur roue semblait plutôt guider vers la seconde possibilité, mais Sinistra ne pouvait écarter la première. Elle avait également révélée la haine que Jorian ressentait pour les Sith, juste après qu'il ait craché son venin contre les Rebelles qu'il ne semblait pas plus porté dans son cœur. Aucun doute, il aurait fait un très bon Sith s'il avait disposé de la Force… Mais Sinistra se garda du moindre commentaire, ce n'était pas le moment d'indisposer l'homme alors qu'elle le tenait dans ses filets.

Il fit une proposition, qui se voulait floue, mais qui allait dans le sens que la Sith recherchait pour la suite. Elle n'allait toutefois pas lui offrir tout ce qu'il voulait sans garanti : être Courtier d'information, c'était aussi savoir négocier finement et obtenir ce que l'on voulait en échange. Il désirait avant tout des informations sur sa femme, puis des informations sur Ahriman, probablement afin d'avoir quelque chose a apporter a sa hiérarchie, mais il était évident que même la possibilité de se faire bien voir de ses supérieurs ne passait pas avait sa vengeance personnelle contre celle qui l'avait jadis trahie. C'est pour cette raison que Sinistra décida avant tout de parler d'Ahriman et des machinations du Sorcier. Déjà parce qu'il s'agissait d'un adversaire commun et qu'elle estimait qu'elle pouvait prendre le risque d'offrir a l'aveugle des informations sur lui sans avoir aucun regret si le petit Solaris se montrait plus retords qu'il n'en avait l'air, mais aussi parce qu'elle avait bien compris qu'à ses yeux, il avait moins de valeur et donc que les informations le concernant aurait moins de valeurs de négociation que celle sur sa femme : Sinistra voulait des garantis et elle allait négocier la chose la plus juteuse contre cela… Le reste par contre, aucune importance.


« Nul ne sait d'où vient précisément Ahzek Ahriman, et puisqu'il a été reforgé par les sbires de Maladi pour en faire un Sith Trooper, cette information n'a probablement aucune utilité. Logiquement, il ne doit avoir que la vingtaine d'année, mais beaucoup doute de son âge réel a cause de la vivacité de son esprit et de la puissance de ses talents dans la Force. Mais Ahriman a été choisit par la Force pour faire parti de ceux capable de manier la puissance brute du Côté Obscur dans son incarnation la plus pure, la Magie Sith, de plus, les Sith Trooper abandonnent toute forme de distraction a la pratique de la Force et de la Guerre, leurs permettant de progresser bien plus vite que les simples mortels. S'il a soutenu nombre d'opération de l'Inquisition, Ahriman n'a jamais été un être désintéressé : il est obsédé par l'idée d'acquérir la connaissance ultime et il a même établit son domaine sur Dromund Kass, résidant dans une grande pyramide dorée et argentée qu'il a fait construire par les supplétifs humains des Sith. »

Elle marqua une pause afin de s'assurer que Jorian soit capable d'assimiler l'information autant que pour pouvoir reprendre un peu de salive, a force de parler, elle pouvait en manquer, mais cela ne semblait pas la déranger outre mesure, pas plus que le poison injecté plutôt n'avait eu d'effet sur son corps ou sa concentration, du moins, pas de manière visible.

« Tu a entendu parler de l'offensive raté sur Manda début 157 ? C'est l'un des rares échecs Sith contre l'Alliance. Manda était comme un îlot de lucidité au milieu des ténèbres et ses dirigeants tenaient a défendre les Archives Baobad, trésors légendaire englobant l'une des vingt merveilles galactique. Pourtant, pour ceux qui analyse la situation, les Sith sont les vrais vainqueur du raid de Manda. Pendant que la flotte principale engageait le combat avec celle de l'Alliance suite a l'échec du renversement du gouvernement par les Cultes, Ahriman a mené sa propre offensive, utilisant les restes des révoltés comme de la chair a canon pour couvrir son assaut planétaire : il a viser directement la bibliothèque, écraser toute opposition pendant que les forces alliés étaient occupé contre le gros des Sith, a piller ses connaissances, puis l'a détruite avant de faire retraite. Je crois savoir qu'il a procéder de la même façon avec plusieurs avant poste de ton commandement lorsque l'Entente l'a affronter, tu peut être certain qu'il reviendra en ayant retourner plusieurs des jouets de la Triade contre eux. Mais ne te trompe pas, Ahzek Ahriman se moque personnellement de l'Entente. Pour lui, elle n'est que la victime parfaite pour la démonstration de force et de puissance de sa Légion. Peut-être que tes dirigeants saurons exploiter cela pour éviter l'annihilation… Peut-être. »

Elle pourrait peut-être répondre a des questions plus précise, mais elle avait l'impression d'avoir fait le tour des informations importante a savoir sur Ahriman. Elle n'avait pas mentionnée qu'il n'était pas un très grand combattant de mêlée, mais puisqu'il était désigné comme un Sorcier, elle pensait que cela coulait naturellement de source. Il restait a évoquer le sujet de Siana, mais Sinistra voulait des garanties pour ce sujet et la jeune femme repris donc la parole afin de pouvoir en venir au fait.

« Bien, il nous reste a parler de ta femme, mais cela va prendre du temps, et tu conviendra que c'est pas terrible de parler les bras en croix mon beau mâle… Puis je ne vais pas me défaire de tous mes avantages sans une garantie solide. Fait moi préparer un vaisseau et détache moi, et je te donne tes informations. On se quitte bon ami, et si tu veux des choses en particulier, je te les trouverait. Je ne sais pas combien tu a payer les dingues qui m'ont capturée, mais je suis certaine de pouvoir te proposer des services plus intéressant a des prix plus attractifs. Notre commerce, c'est l'information après tout, et sur ce point, Ahriman a raison, c'est elle qui donne le pouvoir. »
Jorian Solaris
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Lun 6 Mar - 18:10
Les informations devenaient intéressantes. Pour une raison évidente, Sinistra commença par Ahriman. Des informations précieuses qui permirent à l’officier de mieux comprendre de quel type de personnage il s’agissait. Un fanatique du côté Sith, le type de personnage complètement symptomatique de l’engeance dont faisait preuve les Sensitifs. Il y avait là un homme qui avait été complètement corrompu par ce qu’il représentait. Il vivait pour la connaissance et s’était forgé une solide expérience dans la guerre. Alors qu’elle parlait, le datapad de Jorian Solaris enregistrait les informations, encodant chaque mot, gravant chaque tonalité. L’information était en effet la ressource essentielle pour mener une guerre. Les propos de Sinistra étaient pour le moment redevenus normés et on ressentait dans sa voix une certaine considération pour le Sorcier et pour ses actions. Un homme qui semblait être entouré de mystère mais aussi susciter le respect parmi ses semblables. Jorian acquiesça lorsqu’on lui évoqua la bataille de Manda en 157, un des sursauts désespérés d’une Alliance Galactique déjà malade. Le Commandant Solaris écoutait, les bras croisés, il n’avait aucune expression particulière sur le visage, il semblait cette fois ne plus jouer à aucun jeu, il écoutait juste sérieusement, sans aucun jugement. Les informations semblaient fiables, tout du moins c’était ce qui transparaissait de la confrontation des informations de Sinistra avec celles dont disposait déjà l’officier de la REPo.

Vint ensuite le tour de Siana Solaris, comme on pouvait s’y attendre, c’est à cet instant que Siana voulut négocier sa liberté. La jeune femme n’avait peur de rien, elle négociait un vaisseau et d’être détachée. Jorian se contenta d’acquiescer lentement lorsqu’elle eut fini. Lentement, il enleva la tunique de protection et la plia soigneusement, comme s’il avait été question d’un costume de valeur. Lentement il rangea tous les instruments dans le premier tiroir du petit meuble en métal inoxydable. L’homme remit lentement sa vareuse qu’il boutonna en centrant le nœud de sa cravate. Il avait aussi pianoté sur son datapad. Adossé contre le mur, le Commandant Solaris fixait Sinistra.


-Je te remercie pour ta coopération. Pour le moment il faut attendre.


L’attente dura ainsi plus de dix minutes, sans que Jorian ne décroche un mot. Le temps aurait pu paraître long, mais l’agent de la REPo savait pourquoi il attendait, une preuve supplémentaire de son statut d’officier subalterne. Une sonnerie retentit et il se dirigea vers un dispositif mural, saisissant le combiné.


-Oui...Affirmatif...Non, elle est indépendante...Tout à fait...Aucun lien avec le Soleil Noir…Je pense que...Oui...Oui Madame...A vos ordres Madame.


Jorian raccrocha, il s’était raidit dès qu’il avait pris le combiné, un supérieur au bout du fil. Rapidement, il avait fait son rapport et rapidement on lui avait répondu, une preuve supplémentaire de la rapidité de la Triade dans les affaires courantes. C’était une chance que les horaires dans l’endroit où se trouvait sa supérieure, la Commissaire Kollan, soient comparables avec ceux de l’endroit où se trouvaient les prisons usitées par Jorian pour plus de communication.


-Il va falloir que nous parlions un peu plus de ton Sorcier Ahriman, mais chaque chose en son temps. Je t’avais promis quelque chose et je me dois donc de te donner des garanties puisque tu t’es comportée normalement. Autant être honnête avec toi tout de suite, pour le vaisseau cela ne sera pas possible, en tout cas pas dans l’immédiat...Mais chaque chose en son temps. Je peux te promettre d’être libérée dans environs deux heures, mais pour cela, tu vas encore devoir faire un choix. Ce choix n’est normalement pas ouvert aux Sensitifs sans de très grosses modifications, mais disons que je sais remplir des formulaires et des papiers et que j’ai plaidé en ta faveur avant que tu n’arrives. C’est le fameux troisième tiroir de ce meuble, il y en a un dans chaque cellule.


Jorian se pencha pour ouvrir le fameux tiroir et il en sortit des vêtements qu’il déposa sur la table. Il y avait là une vareuse et un pantalon de combat ainsi qu’un calot avec l’insigne de l’Entente brodée dessus. Les pattes d’épaule nues et la qualité moyenne du tissu et de la broderie montraient bien qu’il s’agissait d’un uniforme de bataillon disciplinaire ou d’un programme spécial pour les prisonniers. Le programme lancé par la Triade pour réhabiliter certains prisonniers et en faire des cyborgs était en place depuis peu mais Jorian avait fait jouer d’autres leviers et des vices de forme dans le règlement pour proposer cela à Sinistra sans qu’elle n’ait à subir de modification majeure.

-C’est désormais à toi de voir. Si tu acceptes, tu devras servir d’abord comme auxiliaire puis au contre-espionnage après ton instruction. Tu en as pour quelques mois et après si tu te comportes bien, il te suffira de demander une affectation hors de l’espace de l’Entente et tu resteras comme agent dormant de la REPo...Tu n’auras que quelques comptes à rendre et tu pourras continuer tes affaires. Naturellement, tu ne mettras plus les pieds ici après ton instruction et toute utilisation de la Force sur une planète de l’Entente mènera à une exécution ou à une cours martiale spéciale...Mais tu verras cela dans notre règlement. Il y a désormais deux solutions : la première est que tu acceptes, et dans deux heures tu es dehors ; la seconde est que tu refuses et tu croupiras ici pour nous servir d’objet d’étude jusqu’à la fin, à savoir une mort lente et douloureuse. Réfléchis bien, ce que je te propose te permettra d’acquérir encore plus de puissance...Tu seras entraînée, tu auras des informations dont nous disposons et un réel appui pour torpiller nos ennemis communs. Naturellement, dès que tout sera fini, je rendrai tes affaires, spécialement ceci.


Jorian sortit devant Sinistra le sabrolaser à double-lames. Il ne plaisantait pas et posa à nouveau sa main sur l’uniforme du bataillon disciplinaire tout en fixant le sabrolaser.


-Voilà donc le marché tel qu’il est...Maintenant c’est à toi de voir. Si tu désires réfléchir, je peux te laisser dix minutes. Pour ma part, je n’étais pas un prisonnier et pourtant, lorsqu’on m’a proposé, j’ai fait mon choix instantanément.


Jorian croisa les bras, en attente de la réponse de son interlocutrice.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Mar 7 Mar - 21:11
Pour Sinistra, il n'y avait aucun doute, son interlocuteur ne devait pas être très bien placé dans la hiérarchie malgré son grade, qui laissait supposer une importance bien plus grande que la réelle. Elle avait vu Maladi travailler et cette dernière prenait toujours sans délais ses informateurs lorsqu'elle estimait que cela en valait la peine, acceptant même de faire une pause dans ses séances de torture sur les prisonniers. Attendre n'était pas vraiment le point fort de la Sith, mais elle pris son mal en patience : elle avait déjà fait beaucoup de progrès et cela ne servait a rien d'essayer de ruiner tous les efforts maintenant. Toutefois, Solaris fini par avoir sa supérieure et sa manière de se raidir en entendant sa voix signifiait qu'il devait sans doute craindre son jugement d'une façon ou d'une autre. L'Entente n'était probablement pas très tolérante envers l'échec et il fallait probablement faire attention a ce que l'on faisait. Mais Sinistra savait parfaitement ce que c'était : elle venait des Sith et Maladi récompensait souvent l'échec par un coup de sabre-laser dans l'abdomen, signifiant la mort de l'agent ramenant les mauvaises nouvelles… Autant dire que pour cela, cela signifiait qu'il n'y avait rien de nouveau sous le soleil. Mais Solaris venait de l'Alliance Galactique et il devait encore avoir quelques soucis avec ce genre de fonctionnement, même si la haine semblait déjà bien ancrée en lui.

Lorsqu'il revint vers elle, elle l'écouta avec attention, analysant chacune de ses paroles. Certes, il parlait de barrière, mais il affirmait également qu'il en avait fait sauter certaine, preuve qu'il était capable malgré tout de contourner les règlements lorsque c'était nécessaire. Un bon point pour la Sith qui comptait bien négocier encore un peu. Une attitude qui pouvait paraître suicidaire, tant l'offre qu'il lui faisait pouvait paraître généreuse pour n'importe qui, mais Sinistra n'avait pas envie de passer plus de temps que nécessaire sur Mustafar et elle disposait d'explication tout a fait valable pour pousser Solaris a se ranger de son avis, si celui-ci daignait passer outre son sacro-saint règlement, mais il venait déjà de prouver qu'il n'avait pas une si grande importance pour lui. Bon, il fallait dire que la perspective de porter l'uniforme ne lui plaisait pas plus que cela, ce n'était pas pour rien qu'elle n'avait jamais portée la robe de bure chez les Sith, mais elle savait ce qu'ils faisaient aux sujets d'expérience sur cette planète et elle n'avait pas envie de passer entre leurs mains. Fort heureusement, elle disposait d'argument qui saurait peut-être convaincre Solaris de la laisser partir aujourd'hui. Après tout, il semblait réellement vouloir retrouver son ex-épouse et cela pouvait jouer en faveur de la Sith.

D'ailleurs, elle était certaine d'essayer de négocier lorsqu'elle entendit parler de « quelques mois ». Si elle ne rentrait pas vite, son équipe allait se dissoudre, ce mettre au service d'autres Courtiers et elle aurait bien plus de mal a se reconstituer une équipe d'espion et d'agent fiable capable de défendre ses intérêts, après tout, il s'agissait d'une denrée rare dans le monde du crime. Mais dans ce cas, elle allait perdre de ses radars Siana Solaris et Jorian perdrait ainsi de nombreux mois pour tenter de la retrouver. Elle savait qu'il risquait de penser qu'elle inventait, mais s'il faisait vraiment partie du Renseignement, il devait savoir comment ses choses là fonctionnait, l'on était pas aussi longtemps dans le circuit sans comprendre la nécessité de disposer d'un réseau d'informateurs solides et même si Solaris était un gratte papier davantage qu'un soldat, Sinistra était convaincue qu'il saurait se ranger a cet argument décisif. Elle esquissa donc une mince grimace avant de répondre, mais pas avant d'avoir pousser un soupir et d'avoir fermer les yeux quelques instants. Il allait finalement falloir qu'elle parle un peu d'elle-même et elle s'en serait bien passée, mais bon, c'était dans son intérêt cette fois.


« Ta pas une procédure accéléré chou ? Parce que j'ai deux problèmes principaux avec ton plan : le premier, c'est que si je suis partie trop longtemps de ma planque, ma team va se dissoudre et je vais perdre tout mes contacts qui vont se mettre au service d'un autre Courtier. Le second, c'est que ta formation va m'ennuyer ferme. Je me suis pas lancée dans la revente d'information par hasard, chez les Sith, je bossais pour le compte de Darth Maladi. J'ai été formée pour être un agent, je connais les ficelles, j'ai pas besoin de plus que ton mode d'emploi pour être efficace. Mais c'est aussi dans ton intérêt de me faire sortir rapidement : si je perd mon réseau de contact, je serais bien incapable de t'aider a comprendre comment ton ex est capable d'anticiper tes mouvements, mais pire encore, je vais la perdre de vue… Car oui, j'ai des indics qui la suivent a la trace. Vu comment tu la traque, certains Seigneurs du Crime payent très cher pour savoir où elle va afin de décamper avant que tu pointe tes gros sabots… Et si tu me laisse retrouver mes petits subordonnés, je pourrais te dire où elle se trouve. Je ne pourrais pas te garantir qu'elle ne te file pas entre les doigts tout de suite par contre, je vais avoir besoin de temps pour savoir d'où vient la fuite d'information du côté de l'Entente. A toi de voir... »

Elle conclu sur cette tirade, lui laissant le temps de faire une contre-proposition. Elle savait mener une négociation et tentait donc d'avancer ses pions pour gagner du temps, sans pour autant repousser son offre. Il avait déjà fait preuve de tant de zèle pour l'aider dans sa tâche, elle espérait qu'il comprenne que leurs intérêts communs étaient dans une sortie rapide. Certes, cela demandait de lui accorder la confiance, ce qui n'était pas évident en l'observant, mais il ne pouvait pas dire qu'elle l'avait ménagée, ni qu'elle lui avait menti. D'une certaine façon, cela ne faisait-il pas de Sinistra quelqu'un de plus respectable qu'elle n'en avait l'air ?
Jorian Solaris
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Mer 8 Mar - 18:10
La réponse de Sinistra n’était pas négative, ce qui au final était en soi une très grande avancée. Jorian n’aurait pas besoin d’imposer quoi que ce soit et elle comprenait sans doute l’intérêt de ce qui lui était proposé. Bien évidemment, il était extrêmement important qu’elle accepte les accords du contrat mais au fond, enrôler une Sensitive n’était pas quelque chose de permis par le règlement et c’était une entorse que l’officier ne pouvait se permettre que grâce à la réforme des troupes de choc de la REPo et à l’émergence d’une nouvelle génération de combattants. Si la Triade affichait une image tout à fait propagandiste de la manière dont elle gérait ses affaires, la réalité était en fait bien moins reluisante et le régime travaillait d’arrache-pied à la mise au point d’armes et de troupes spéciales qui lui permettraient de compenser la faiblesse numérique de son peuple et de son armée. Face à des Empires qui avaient des milliers de mondes, de lunes et de bases habitables, la Triade n’avait que trois mondes principaux et ses opportunités pour s’agrandir restaient inexistantes.

Ce que proposait Sinistra était de sauter l’étape de formation, prétextant une formation déjà solide dans les opérations de l’Empire Sith. L’officier la laissa continuer, sans jamais l’interrompre. Elle avait plusieurs arguments de poids, le premier étant la durée de vie de son réseau d’informateurs. Bien évidemment, cela était un argument tout à fait convenable. Mais d’une certaine manière, cela arrangeait aussi Jorian qui comptait avoir des résultats très rapidement et ne souhaitait pas perdre de temps. Cette formation était importante surtout pour les criminels sans réelle formation militaire et/ou d’espionnage. Il y avait aussi la rééducation due au nouveau corps duquel étaient dotés les participants au programme. Dans le cas de Sinistra, cela irait vite car elle n’aurait pas d’amélioration cybernétique à proprement parler. L’officier se contentait de hocher de la tête en la laissant terminer sa tirade.


-Soit, si tu désires t’affranchir de la formation, je le comprends et cela m’arrange. Sur cette partie, la procédure peut être allégée puisque comme tu le dis si bien tu as déjà une expérience du Renseignement et surtout tu as un réseau à faire fonctionner.


Jorian consulta son datapad en pianotant. Il faisait défiler les rapports d’usage pré-remplis, les remplissant en même temps. Le Commandant ne voulait absolument pas perdre plus de temps et il ne restait que quelques formalités d’usage si elle acceptait de se plier aux exigences de la Triade. Mais cela encore serait un faux problème. Il se tourna à nouveau vers elle.


-Il y a une autre condition que tu dois connaître. Tu ne devras pas vendre d’information aux groupes que nous considérons comme ennemis, par cela j’entends les Siths et potentiellement l’Alliance Rebelle. De la même manière, tu ne devras pas nuire ni t’opposer aux agissements du groupe qui t’a capturé. Tes missions seront l’information, mais tu devras aussi rapporter des informations sur les Sensitifs qui n’appartiennent à aucun Ordre et qui servent le crime ou qui se cachent. Noms, informations diverses, lieu de résidence, ce genre de choses. Naturellement, tu disposeras de sommes d’argent pour tes frais et tu seras totalement libre d’en disposer comme tu le souhaites. Ces sommes d’argent seront allouées fonction de tes résultats sur les opérations antérieures. Pour le reste, tu auras également la possibilité de demander des armes, des vaisseaux ou encore des hommes pour une opération qui le nécessiterait. Cela se fait selon une procédure que je t’indiquerait.


Le ton était mécanique, presque scolaire. Solaris récitait soigneusement une leçon qu’il semblait avoir apprise par cœur, parfois c’était presque à se demander s’il n’était automatiquement en train d’agencer un discours fait de phrases toutes faites. D’une certaine façon, Sinistra n’aurait pas eu tort de le penser, l’administration était une charge qui occupait la plus grande partie de son temps et si le Commandant menait des opérations fracassantes contre la pègre, elles n’étaient qu’une partie infime de son temps. Temps qui était employé à remplir des formulaires pour que l’ODT construise les camps de travail forcée et de détention selon les normes, à la recherche scientifique et au déroulement bureaucratique des enquêtes menées par sa section de Contre-Espionnage. Autant dire que ce n’était pas l’emploi du temps d’un guerrier légendaire. Mais d’une certaine manière cela était suffisant. D’un mouvement de la tête, il s’adressa à nouveau à Sinistra, lui dévoilant sont datapad et le formulaire numérisé rempli, il sortit de sa poche un petit stylet et le rapprocha de la main entravée de la Sith.

-Si nous tombons d’accord là-dessus, es-tu disposée à accepter cette offre ? Si tel est le cas, signes ce contrat et tu seras libérée dans deux heures, conformément à ce que je t’ai dis. Tu enfileras cet uniforme à chaque fois que tu seras obligée de te rendre ici ou que tu seras en communication avec un supérieur. Nous terminerons la conversation sur ces ennemis dont nous avons parlé après ta libération. Donc c’est à toi de me dire ce que tu choisis maintenant.


L’officier resta un instant les bras croisés, attendant la réponse de la prisonnière. Il n’y avait plus d’intimidation ni de moquerie ou de colère dans la voix, simplement des faits énoncés professionnellement.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Jeu 9 Mar - 21:24
Jorian prenait un très gros risque en faisant cette proposition a une jeune femme qui semblait plutôt être une ennemie, même si elle affirmait haut et fort ne s'intéressait qu'à son propre sort. Mais il semblait comprendre la situation de Sinistra et ses impératifs personnels concernant son travail : si un Courtier ne pouvait plus obtenir d'information, alors il ne servait a rien et elle n'avait clairement pas envie de repartir de zéro dans son travail. La jeune femme avait fait des efforts pour se construire une nouvelle réputation et avoir un réseau digne de faire monter les prix, elle ne voulait pas tout gâcher maintenant, cela l'aurait encore davantage exposé a la riposte de Maladi. Certes, elle n'avait pas parler de ce détail a l'officier REPo, mais cela n'avait pas beaucoup d'importance, qui penserait qu'une ancienne Sith pouvait avoir des liens avec l'Entente, un régime ouvertement anti-sensitif dont les actions contre ses derniers étaient connu de tous et avait jadis provoqué des réactions indigné de la part d'officiels de l'Alliance Galactique ? Pas grand monde en réalité… Cela pouvait donc donner une situation intéressante et Sinistra pourrait peut-être même finir par tourner cela a son avantage, si elle arrivait a manœuvrer cela correctement bien entendu.

Ne pas vendre d'information aux Sith ne lui faisait ni chaud ni froid, ce n'était pas comme si ils venaient lui demander des informations. Ceux qui la poursuivaient essayaient plutôt d'avoir sa tête pour haute trahison… Oh, peut-être que certaine informations qu'elle vendait au Soleil Noir finissait chez les Sith, mais ce n'était même pas certain, après tout, Lenalia T'Kami conservait bien ses secrets. En revanche, l'Alliance Rebelle lui fit lever un sourcil qui semblait plus surpris que contrariée : elle ne travaillait pas avec eux non plus, ses derniers n'appréciant guère les Sith, mais elle était assez surprise de savoir que la Triade les envisageaient comme des ennemis potentiels : cela ressemblait a une attitude de charognard : l'Alliance était au abois et peut-être la Triade espérait-elle s'étendre sur son territoire actuel en profitant que les rebelles ne pouvaient actuellement compter sur aucun allié. Un sourire fini par se dessiner sur les lèvres de la Sith : c'était un comportement qu'elle connaissait bien. Toutefois, il fallait envisager que Jorian disait cela par pur intérêt personnel : elle savait qu'il avait eu des problèmes avec le régime. Ce petit fonctionnaire apparemment sans importance serait-il capable d'essayer de forcer son nouveau régime a entrer en guerre contre ses anciens camarades par simple intérêt personnel ?

Jorian Solaris aurait réellement fait un vrai Sith s'il avait été un sensitif, elle n'avait aucun doute là-dessus. Qu'il prenne ses précautions n'avait rien de particulièrement choquant et elle avait déjà obtenu beaucoup. Sinistra avait conscience que dans la situation actuelle, elle n'obtiendrait rien de plus de l'officier Solaris. Mais qui savait ce que réservait l'avenir ? Elle pouvait obtenir bien plus de ce « partenariat », voire, qui sait, peut-être qu'elle pourrait prendre sa revanche sur ceux qui l'avait humiliée en s'attaquant a elle. La Sith en voulait davantage a ses étranges mercenaires sorti de nulle part plutôt qu'à Jorian lui même qui était pourtant le commanditaire… Peut-être une simple question de fierté. Elle pris donc le stylet et signa sur le Datapad d'un simple Sinistra, qui pouvait expliquer pourquoi elle n'avait pas voulu répondre a la question du nom : soit elle le considérait comme réellement disparu depuis qu'elle avait obtenue le titre de Darth, soit elle n'en avait jamais eue… Puisqu'elle n'avait que peu parler de sa propre vie, il était difficile de répondre a cette question. Elle repris toutefois la parole afin de pouvoir préciser certaine choses.


« T'embête pas avec les armes, contente toi du fric : un Courtier doit savoir ce débrouiller avec des mercenaires en cas de besoin, il sera vital que personne ne connaissent notre lien, y compris dans mon équipe. Par contre, il y a autre chose que tu pourrait m'offrir : l'identité du groupe d'enfant de salaud que tu a engagé pour me capturer. Je me fiche que tu l'ai fait, c'est le jeu du monde criminel, mais eux… Ils vont regretter d'avoir choisit de m'humilier... »

La voix c'était faite plus menaçante sur la fin. Jorian se trouvait toutefois face a un choix. Certes, le Protocole Fantôme avait respecté sa part du contrat avec professionnalisme et efficacité, mais il était cher et une société militaire privée n'était pas particulièrement l'interlocuteur le plus fiable et fidèle de l'univers : demain, elle pourrait être engagé par un rival et attaquer les intérêts même de l'Entente pour son compte. D'un autre côté, s'il aidait Sinistra a s'en prendre a eux, ils le sauraient et cela risquait de rendre les relations entre le groupe et l'Entente plus tendu inutilement et il n'avait pour l'instant aucune raison valable de s'en prendre a eux… Quelque soit le choix qu'il ferait, Jorian devrait sans doute en assumer les conséquences devant ses supérieurs, mais il était certain que s'associer a des personnages comme Sinistra n'était pas sans risque : cette dernière restait instable, très fière, autodestructrice, prompt a la colère et a la haine, même si elle semblait très bien connaître son travail. La balle était toutefois dans son camp désormais et c'était maintenant a lui de faire son choix. Sinistra ne pouvait plus qu'attendre qu'ils en finissent avec elle pour pouvoir enfin retourner a ses affaires et préparer sa vengeance.
Jorian Solaris
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Sam 11 Mar - 9:43
L’officier sourit lorsqu’elle signa le document. Désormais, Sinistra était un agent associé à la REPo. Comme ces détenus pour des faits divers qui étaient peu à peu reprogrammés puis mis en service par l’Entente. Rien ne se perdait, rien ne se créait, la Triade faisait au mieux pour optimiser ses ressources. Des ressources bien maigres, mais Sinistra apporterait bien plus qu’elle semblait le pensait à l’Entente. Cela n’avait plus d’importance, après tout elle avait signé et le Commandant rangea le datapad avec un sourire poli et entendu. Elle voulait vivre et elle vivrait. Bien évidemment, elle tenta à nouveau d’avoir des informations, cette fois concernant le Protocole Fantôme. Après tout, à quoi s’attendait Jorian ? Il s’agissait d’une Sith, elle aurait voulu se venger tôt ou tard face à ceux qui l’avaient capturés. Mais tout cela n’était pas au programme, en tout cas pas pour l’instant. Le Protocole Fantôme avait honoré le contrat et les collaborateurs de valeur étaient suffisamment rares pour que Jorian Solaris veule les préserver, il ne voulait pas que la Sith se comporte mal, elle était membre de la REPo après tout désormais. Ses agissements criminels devraient cesser tôt ou tard. Cette opération n’était pas officielle, mais Kollan l’avait approuvée, c’était aussi une expérience pour voir comment un Sensitif se comporterait s’il devait servir la Triade. Avoir choisi un Sith n’était pas non plus une idée au hasard, s’ils étaient les moins contrôlables, ils étaient les plus plastiques moralement : tout du moins les plus adaptable, un Jedi n’aurait jamais fait d’entorse à son propre code, la voie des Siths était quant à elle beaucoup plus polyvalente puisqu’ils ne pensaient qu’à eux.

-Cela va de soi, personne ne connaîtra notre lien, ne t’en fais pas. Je pourrais effectivement te donner le nom de ceux qui t’ont capturé, mais je ne le ferai pas. Il s’agit de collaborateurs de qualité...Les gens de paroles se font rares ces derniers temps et je ne trahirai pas la leur. Tu ne connaîtra pas leur nom, tout du moins pour le moment. Tant qu’ils respectent les règles, je ne veux pas d’interférence avec eux.


Cette fois le discours était bien moins coulant du côté de l’officier de la REPo. Il voulait signifier à Sinistra que les choses seraient différentes et qu’elle ne serait pas libre de tous ses mouvements non plus. La relâcher dans le milieu du crime n’avait qu’un seul et unique but : qu’elle serve les intérêts de l’Entente. Le reste serait secondaire et il y aurait même une tentative de la part de Jorian pour qu’elle ne commette pas plus de forfaits. D’une certaine manière, il valait mieux qu’elle en profite puisqu’elle serait tôt ou tard reprogrammée, lorsqu’elle aurait suffisamment servi. Mais pour l’heure, il était temps d’officialiser son intégration. L’officier saisit à nouveau le combiné mural et se tourna vers son interlocutrice avant d’ajouter :


-C’est à moi d’honorer ma parole désormais. Comme je te l’ai promis, tu seras libre dans deux heures, puis il porta le combiné à son oreille. Oui...Elle est prête...Tout à fait, je vous attends.

Le temps d’attente ne fut pas très long...Une dizaine de minutes tout au plus avant que trois médecins vêtus de blouses blanches et des soldats n’arrivent dans la salle, poussant un chariot d’opération. Quelque chose qui n’était pas prévu. Sinistra comprendrait vite qu’il ne s’agissait pas de torture, mais d’une réelle opération médicale. Cela non plus n’était pas prévu initialement, en tout cas si dans l’esprit de l’officier de la REPo, qui s’était confiné dans un rôle d’interrogateur plutôt timoré tout en montant en puissance. L’interrogatoire s’était bien déroulé, mais il restait encore quelques sujets sur Siana à aborder : ses buts, ses cibles et le reste des informations dont avait parlé Sinistra. Mais chaque chose en son temps. Jorian salua les médecin et Sinistra puis il se retira. Immédiatement et sans la détacher, le médecin vint avec un masque qu’il mit sur la bouche de Sinistra, lui vaporisant du gaz anesthésiant. La dose était importante et fit immédiatement son effet.

Deux heures plus tard,

l’opération n’avait pas duré très longtemps. Lorsque Sinistra se réveillerait, elle se verrait détachée, sur un petit lit dans une salle de réanimation. Face à elle se trouvait l’uniforme que lui avait montré Jorian, soigneusement plié et le Commandant se trouvait assis sur un siège au bout de la petite pièce. Sinistra était désormais libre de ses mouvements et Jorian s’adressa à elle avec le même sourire poli.


-Bienvenue parmi nous et félicitation pour votre intégration, Agent Sinistra. Nous avons terminé les modalités administratives et les détails de votre intégration. L’opération que vous avez subie est mineure, ne vous inquiétez pas, cela ne change rien. Nous vous avons simplement implanté des puces neurales, rien de bien grave, elles vous permettrons de communiquer plus facilement avec vos supérieurs, d’enregistrer des informations, mais elles ont aussi la particularité de pouvoir vous créer une lésion mortelle au cerveau instantanément. Ne vous inquiétez pas, cette dernière fonction n’est pas censée servir, c’est simplement dans le cas où les éléments sont récalcitrants : attaquer un supérieur ou un collègue, insubordination, intelligence avec l’ennemi ou association de malfaiteurs. Mais ne vous tracassez pas pour cette dernière fonction, elle ne vous concerne pas, c’est principalement pour les éléments les plus turbulents. De véritables merveilles de technologie, l’ODT a mis au point des puces qui ne peuvent pas être retirée sans causer des lésions irréversibles. Enfin, tout cela est dans le règlement qui sera chargé sur votre datapad, n’hésitez pas si vous avez des questions. A partir de maintenant vous vous adresserez à moi en me vouvoyant et par mon grade, celui de Commandant, puisque ici c’est une installation de la Triade. Je vous laisse enfiler votre uniforme et me rejoindre à l’extérieur, nous devons terminer notre conversation sur la criminelle Siana Solaris.


La voix était désormais détachée, presque sympathique. L’officier montrait à Sinistra que désormais, elle n’avait plus vraiment de choix. Elle servirait l’Entente, comme elle l’avait promis. Après tout, le régime lui avait choisi le choix et à son sens elle avait fait le bon. Il se leva lentement, saisissant sa casquette pour l’enfiler. Avant de partir, il se retourna en sortant une petite capsule de verre d’un étuis qui se trouvait dans une des poches de sa vareuse.


-Oh oui...Et j’allais oublier...J’oublie toujours quelque chose. Ça c’est votre capsule de cyanure, au cas où vous vous feriez prendre. Ne la perdez pas, je vous en donne une des miennes, car j’en ai toujours deux au cas où une se crève par mégarde, vous pourrez en demander à l’armurerie comme ça vous pourrez me la rendre après. Je vais me faire du café, deuxième salle à droite en sortant d’ici...Je peux vous prêter une tasse aussi si vous en voulez, mais simplement si vous la nettoyez bien ensuite...Je n’aime pas laisser tâches sur la vaisselle.


Puis l’officier tourna les talons. Il était difficile de savoir s’il s’agissait d’une certaine forme d’humour ou si ces propos lunaires étaient des symptômes plus graves annonçant qu’il était complètement déconnecté de la réalité. Dans tous les cas, il avait su rester cohérent jusqu’alors dans ses actions et pour le moment il attendait Sinistra dans la petite salle de pause. Ils étaient dans une partie plus humaine du pénitencier, l’endroit où vivaient les soldats stationnés.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Dim 12 Mar - 0:55
[h.j. : j'ai pensé qu'il serait intéressant de confronter Jorian a un ultime choix moral décisif et donc d'inverser en partie le rapport de force, au moins temporairement. Mais si cela te pose problème, n'hésite pas a me le dire, c'est parfaitement modifiable]

La seule pensée en cet instant qui occupait l'esprit de Sinistra était que l'homme qui lui faisait face était complètement fou. Etait-il réellement persuadé que sa vulgaire technologie sans valeur et ses pauvres lois inutiles allaient le préserver du danger qu'elle représentait ? Soit il avait une foi réellement aveugle en ses institutions et son travail, ce qui semblait peu probable vu ce qu'il avait fait deux heures plutôt, soit il manquait réellement de bon sens et il allait falloir lui rappeler gentiment qu'il allait devoir aussi être contraint pour obtenir ce qu'il souhaitait. Se lier à un Sith pouvait être très dangereux et même la technologie la plus évoluée de la galaxie n'était pas grand-chose en comparaison de la Force. Une leçon de Darth Vader que Solaris aurait sans doute dû méditer avant de prendre tous ses risques. En tant que Courtière, même si son réseau en lui-même était fragile, Sinistra disposait tout de même de sécurité : elle occupait un métier dangereux où l'on pouvait facilement devenir la cible de toute sorte de personnes, elle ne pouvait se permettre de ne pas avoir de police d'assurance avec elle. Elle ne pris même pas la peine d'écouter son baratin sur ses règlements ou ses lubies, elle était étrangement sans réaction, ce qui signifiait qu'elle préparait un mauvais coup.

Ceci étant dit, il y eu plusieurs signes avant coureur qu'elle préparait un mauvais coup, et le plus évident était qu'elle n'accorda aucune importance a l'uniforme. Elle le laissa partir, s'amusant de sa remarque sur le thé : il préférerait sans doute en avoir une autre tasse que retrouver la jeune femme dans quelques instants. Car Jorian avait oublié une chose essentielle ici : elle n'était plus dans la cage, ce qui signifiait que la Force était revenue… Et maintenant, le rapport de force était totalement inversé. Lorsqu'elle estima qu'il avait assez d'avance, elle décida a son tour de prendre le temps de sortir pour aller le rejoindre, suivant le parcours fléché, mais toujours sans l'uniforme. Personne ne se retourna vraiment vers elle, a vrai dire, les rares soldats présent s'écartait, son simple regard mordoré semblait suffire a les faire fuir. Peut-être certain avaient-ils affronter Ahzek Ahriman et ses troupes lors de la dernière invasion, mais la Sith représentait quelque chose de profondément effrayant pour eux. Il n'était pas si difficile de repérer Solaris dans le bâtiment : même s'il ne disposait pas d'un taux de midichlorien suffisant pour être sensitif, il dégageait une aura de satisfaction personnelle qui le rendait facilement identifiable, mais bientôt cela allait changer.

Lorsqu'elle le retrouva en train de préparer son café, seul, elle verrouilla immédiatement toutes les portes de la pièce afin de s'assurer que personne ne pourrait intervenir, puis tendis la main vers Solaris : son corps se souleva immédiatement du sol tandis qu'une étreinte se formait autour de son cou, invisible. Il n'aurait cependant pas l'occasion de porter ses mains a son cou, puisque Sinistra les forçaient a resté écarté de son corps. Elle afficha un sourire satisfaite d'elle-même, certaine qu'il n'avait pas vu le coup venir. Il avait joué avec le feu et elle avait bien l'intention de lui apprendre que celui-ci pouvait brûler. Penchant la tête en plantant son regard mordorée dans le sien, elle semblait s'être transformée soudainement en une psychopathe sadique et il était évident qu'elle tirait un immense plaisir face a cette situation. Elle pris la parole, d'une voix fluette qui semblait presque celle d'une petite fille. Elle avait beaucoup changée de voix depuis qu'il conversait avec elle, une preuve supplémentaire que ses prétentions sur sa formation d'agent était très loin d'être usurpée.


« Tes vraiment mignon mon beau, tu croyait vraiment que tu avait toutes les cartes en main depuis le début… Mais il est temps de revenir a ta place ! Car tu a oublié une chose importante dans les informations que je t'ai donnée : j'étais déjà agent, et Maladi était plutôt du genre paranoïaque dans son genre »

La pression se relâcha d'un coup et l'officier tomba sur le sol, proche d'un pied de Sinistra qui s'écarta en feignant d'être désolée avec une exagération si grande qu'elle ne pouvait être que caricaturale. Venant s'adosser au mur, elle croisa les bras sous sa poitrine et posa un regard condescendant sur lui. Il ne fallait pas qu'il oublie un autre détail : s'il essayait de la faire souffrir avec ses implants, elle ne ferait rien d'autre que ressentir du plaisir, ce qui lui donnerait une vigueur supplémentaire qu'il ne voulait sans doute pas affronter. Tapant quelque peu du pied, elle attendit qu'il retrouve quelque peu son souffle, montrant toutefois une certaine impatience. Idranel l'avait pourtant prévenu de faire attention, mais Solaris ne s'était sans doute pas montrer assez prudent et il devait maintenant en assumer les conséquences. Sinistra repris la parole, changeant une fois encore de voix pour adopter une que Jorian avait dû entendre des centaines de fois dans sa vie, celle d'une employée de bureau déblatérant un grand discours sans réellement y croire.

« J'ai ma propre puce, insérée a l'intérieur de mon cœur, qui sert a contrôler mes signes vitaux, du même genre que celle utilisé jadis par Cal Omas, l'ancien Chef d’État de l'Alliance Galactique. Si tu me tue, une sélection de toute mes informations les plus précieuse seront envoyé a tout un tas de force aléatoire de cette galaxie, et les intérêts de ton Entente seront si durement touché qu'elle pourrait ne pas s'en remettre. Mais surtout, tu n'aura jamais ta vengeance, car sans moi, tu perdra ta seule piste sur la seule personne que tu veux réellement tuer. Puisque tu a décidé de ne pas être réglo, je vais donc devoir changer les règles… Tu reprend contenance, et tu m'amène a mon vaisseau, et je t'envoie de quoi satisfaire ta curiosité, ou tu va te faire foutre ! »

Était-elle en train de bluffer ? Difficile a dire, mais il était évident que la menace de mort lui avait fait ni chaud ni froid. Sa position n'avait pas changer depuis qu'elle était ici, elle imposait toujours ses règles et si Jorian voulait obtenir d'elle ce qu'il désirait, il serait bien obligé de se conformer a ses caprices. Le jeu pouvait en valoir la chandelle, surtout qu'il risquait de piétiner sans elle, mais il prenait également des risques envers ses supérieurs qui ne s'attendait sans doute pas a ce que la situation dérape a ce point. L'on ne traitait pas impunément avec le crime, encore moins avec une ancienne Sith. Maintenant, Jorian devait faire face au choix entre la loyauté et la vengeance, mais peut-être y avait-il une troisième voie ? Accepter de battre en retraite pour la coincer de nouveau plus tard, lorsqu'elle aurait livrée une partie des informations qu'il souhaitait. Car après tout, elle semblait disposer de nombreuses connaissances, et pas seulement sur Siana : Ahriman restait en ligne de mire, avec des informations sur des individus corrompu ou compromis potentiel au sein de l'Entente… Ce qui pouvait s'avérer particulièrement rentable a long terme.
Jorian Solaris
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Commandant REPo
Localisation : Mustafar
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Lun 13 Mar - 20:55
Jorian avait rejoint la petite salle de pause, presque satisfait de la théâtralisation de l’enrôlement de Sinistra. Au fond de lui il savait qu’elle resterait une Sensitive et que ses propres aspirations reviendraient tôt ou tard. Kollan était aussi de cet avis, mais elle avait donné son accord après plusieurs jours de réflexion quand la capture de Sinistra avait été lancée. Lorsque la Commissaire avait annoncé à Jorian qu’elle donnait son accord et signé un ordre de mission, il n’avait pas caché son excitation, tel un collégien dont le passage en classe supérieure était en pourparler et qui obtient la moyenne fatidique. Il avait une myriades d’idées et était persuadé que cela leur apporterait de grandes choses. La Triade avait été mise au banc car régime trop neuf, incapable de se renouveler ou même de durer dans le temps d’après certains. Mais cela, cela commençait à changer, le vent tournait et désormais l’Entente n’était plus simplement sur la défensive. Les nouvelles forces spéciales étaient en marche, la REPo avait étendu son influence tentaculaire dans de nombreux recoins de la galaxie. Si Sinistra pensait toujours que le régime n’était qu’un timbre poste perdu dans une marée d’espace Sith, elle se trompait. Un jour peut-être l’Entente pourrait même faire la différence. Cette idée galvanisait Jorian, savoir que le modèle unique serait exporté, que la galaxie ne serait plus tournée vers la guerre et que l’influence des Sensitifs serait enfin terminée. Finis les Siths, les Jedi et autres dynasties de Chevaliers Impériaux, il n’y aurait plus que la morale des hommes. Ce serait devant les hommes que les hommes seraient jugés et la morale triompherait, elle ne serait plus baisée par une sorte de retenue ou par une superstition provenant de temps ancestraux. Les sectes démoniaques qu’étaient les Ordres Sensitifs ne seraient plus.

Cette pensée était en continuité dans l’esprit de Jorian alors qu’il préparait le café d’une main de maître. Même dans ce geste quotidien, le Commandant affichait cette lenteur experte, comme si chacun de ses gestes était réfléchi et calculé. Les événements d’Erinar en 157 n’étaient plus qu’un mauvais souvenir, plus jamais l’Entente n’aurait à se défendre de cette manière. Même si les dents avaient grincé au moment d’envoyer tout le personnel sur place au combat -Jorian le premier- c’était un sacrifice nécessaire et désormais l’officier le comprenait. Le café coula dans la tasse lentement et il la laissa en place. Tout aurait pu rester ainsi, tout aurait dû rester ainsi. Il vit cependant Sinistra dans l’encolure de la porte, elle arrivait avec son habituel sourire narquois. Le Commandant vit son sourire s’effacer lorsqu’il comprit, il comprit qu’elle ne portait pas l’uniforme, il comprit trop tard que les portes se verrouillaient derrière la Sith. Quelque chose qui n’avait pas été anticipé, qui sortait du cadre...Ou tout du moins cela avait été anticipé de manière à ne pas arriver.

Les semelles cloutées de bottes de cuir se soulevèrent du sol alors qu’une étreinte puissante se formait autour du cou du Commandant Solaris. L’étranglement eut un effet soudain, son visage rosit alors qu’il suffoquait en toussotant. La casquette à visière roula sur le sol pour aller finir sa course à côté du meuble de cuisine. La pression était forte et ferme et les yeux exorbités de Jorian se perdaient dans le vide. Il n’eut pas le temps de formuler une pensée autre que la colère, il n’y avait aucune peur en lui, juste de la colère. La colère d’avoir été abusé, la colère que Sinistra ne comprenne pas qu’elle venait de commettre l’irréparable et que quoi qu’il arrive désormais, elle ne pourrait pas rattraper cette situation. Car oui, tôt ou tard les choses lui échapperaient et elle finirait par payer son forfait. L’Entente lui avait tendu la main et elle l’avait mordu, elle avait craché sur ce fabuleux cadeau qu’on lui avait fait, cette chance de rédemption pour quelque chose de plus grand. L’espace d’un instant, Jorian sentit les lumières vaciller, il sentait les veines se contracter dans ses tempes, son rythme cardiaque augmentait, comme si son cœur cherchait vainement à envoyer plus de sang vers son cerveau. Malheureusement, l’étreinte ne s’arrêtait pas...Non, cela ne pouvait pas finir ainsi. Jorian enrageait, il enrageait d’être impuissant face à une telle sorcellerie.

La voix de Sinistra semblait cristalline. Le visage maintenant écarlate, Jorian la voyait avec ses yeux injectés de sang. La Sith semblait heureux, elle souriait et prenait visiblement un plaisir à observer l’officier léviter et dans une telle souffrance. Elle s’adressait à lui en utilisant ce même mélange de séduction et de mièvrerie qu’appréciaient les femmes. Malgré ce langage et ses paroles, Jorian n’écoutait plus, ou du moins si, il écoutait mais distraitement.


La pute...Sale pute...Salope…

C’est à peu près les seules choses qui défilaient dans son esprit. Sa bouche s’ouvrit comme s’il voulait parler, mais seul un gémissement guttural en sortit, accompagné d’un filet de bave. La Sith relâcha son étreinte aussi soudainement qu’elle l’avait déployée et Jorian tomba dans un bruit mat sur le sol, inspirant violemment. Elle l’avait lâché, et désormais il était au sol, face à elle qui le regardait de haut. Continuant son laïus sur sa propre puce et ses propres exploits, la Siths proposait désormais son propre marché. Les paroles résonnèrent dans l’esprit du Commandant.

Aller se faire foutre...Toute sa vie il n’avait jamais eu d’autre choix que de subir. Subir l’indécision des autres, subir leur idéalisme, subir leurs pulsions. Ylésia, il avait subit la cupidité et l’irresponsabilité de son père, puis après il avait subit l’ambition de ses collègues au Centre de Botanique Impérial. Tout s’était alors enchaîné, puisque de toute manière il subissait toujours l’égoïsme de sa femme et avait dû aussi subir les folies idéologiques de l’Alliance Galactique. Et désormais elle lui demandait de faire un nouveau choix, un choix qui n’engagerait que lui. Qui ne ferait qu’une fois de plus faire revivre la loi des plus forts dans la galaxie. Un système qui n’était pas équitable, c’était donc cela la folie des Siths. Jorian la haïssait, il la haïssait de tout son être et il n’éprouvait pour elle qu’un mépris profond. Essuyant d’un revers de la main le filet de bave qui coulait encore de la commissure de ses lèvres, il répondit d’une voix posée et calme.


-Ne confonds pas...C’est toi qui a décidé de ne pas être réglo. Je vais donc répondre de manière appropriée car vous n’êtes toutes...Que...Des...PUTES !

La réponse fut rapide, excessivement violente. Sinistra sentirait tous ses muscles se contracter, l’empêchant ainsi de bouger comme, si elle éprouvait des crampes paralysantes de partout. La contraction était telle qu’elle ne pourrait même plus bouger du temps de l’activation du dispositif. Jorian Solaris venait d’activer sa propre puce. Tout ne dura que quelques secondes, l’officier se releva en trombe, les yeux injectés de sang...Il n’était plus que violence et lui asséna un très violent coup de tête au niveau du nez qui éclata dans une gerbe de sang, suivi d’un violent uppercut qui projeta Sinistra contre la table dans un fracas.

Jorian hurla alors qu’il dégainait le sabrolaser de Sinistra et qu’il en activa une lame. Sans aucune hésitation il effectua un arc de cercle, tranchant les jambes de la Sith à mi-mollet et lui tranchant également les bras. Les membres tombèrent sur le sol, elle était désormais complètement démembrée, une odeur de viande grillée emplit la pièce alors que les moignons étaient instantanément cautérisés par l’arme. Il désactiva dès lors la lame et se rua à nouveau vers Sinistra, plus rien se comptait, à part qu’elle paie pour ce qu’elle venait de faire. L’homme lui asséna plusieurs crochets, des coups de poings violents qui projetèrent sa tête contre la table. Il allait la tuer...Il la tuerait s’il le fallait...Il le fallait.

-Salope ! Prends ça sale pute...Tu as ce que tu mérites...Salope !


Les coups s’enchaînaient, combien en eut-il jusqu’à ce que la porte s’ouvre et ne laisse place à plusieurs hommes en armure. Des forces spéciales de la REPo qui avaient sans doute entendu le vacarme ou été alertées par le verrouillage des portes et l’holosurveillance. Les hommes en arme saisirent fermement l’officier pour l’éloigner et le maîtriser. Un officier subalterne tenta de l’apaiser.


-Calmez-vous...Voyons calmez-vous Commandant. C’est fini, vous l’avez maîtrisé.


Jorian n’arrivait pas à se calmer, il gesticulait, se débattait, hurlait. Lorsque l’officier lui parla, il tenta quelque peu de se maîtriser, réalisant qu’il avait face à lui des hommes de la REPo. Son visage était toujours rouge, cette fois de colère. Pour ce qui était de Sinistra, son visage n’était plus qu’une masse tuméfiée et sanguinolente qui tirait désormais sur le violet, elle avait été totalement démembrée.

Plusieurs heures plus tard,

Sinistra flottait dans une cuve de bacta. La Sith était restée sans ses membres. Même si elle n’avait pas recouvré tous ses sens, elle pourrait écarquiller les yeux. Jorian Solaris se trouvait face à la cuve, le regard sombre. La cuve était blindée et cerclée du même dispositif anti-Sensitif que les entraves dont elle avait été affublée. Des perfusions parsemaient le corps de la jeune femme.


-J’ai cru que vous réveilleriez jamais. Quelle déception...Je pensais réellement que vous pourriez prendre cette offre. Nous aurions pu y arriver vous savez, cela n’aurait pas été une énorme contrainte pour vous...Mais il a fallu que vous fautiez. Une faute grave, irréparable. Il est évident désormais que vous ne pourrez pas intégrer la REPo, la candidature est rejetée. Vous ne tenez plus sur vos jambes de toute manière. Oui vraiment une grosse déception. Pour l’instant vous resterez ici, perfusée et seule, vous assisterez alors impuissante à votre propre décadence. Cela vous laissera le temps de réfléchir à vos forfaits et qui sait...Peut-être de faire pénitence. Les règles sont désormais sous leur forme finale...Et je viens mettre un point final à la partie.

Jorian enfila un manteau long en cuir que lui avait tendu un soldat et tourna les talons. L’affaire Sinistra était désormais classée. La Sith n’avait pas pu répondre aux exigences de la REPo. Il la laisserait dans ce bocal pour le moment, qui pouvait savoir, ils se reparleraient peut-être un jour si le Commandant repassait dans ce complexe ou lorsqu’elle aurait suffisamment supplié le directeur et ses hommes d’appeler le Commandant en les appelant d’une voix désespérée qui résonnerait dans les couloirs vides de la prison puisque désormais...Elle n’aurait plus aucun contact humain...Jamais.
Voir le profil de l'utilisateur
[+ 158 - Mustafar] Un pacte avec le Diable [PV Jorian Solaris]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» « J’ai fait un pacte avec le diable. »
» Un pacte avec le diable
» Qui osera faire un pacte avec le diable ? -Lana-
» Pacte avec le diable [Uriel]
» Signer avec le Diable...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Imperial Wars :: Galaxie :: Triade-