[+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage
Loes de Walleron
avatar
Messages : 128
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
[+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Ven 13 Jan - 19:17
Plo Tan'ith, Commandeur Suprême de l'Alliance Rebelle… J'avais appris la nouvelle il y avait plusieurs jours maintenant, mais elle me faisait toujours les effets d'une très bonne surprise. Plo, chef suprême de l'Alliance… Il était tout à fait capable pour ce poste, je n'avais aucun doute sur ce point. Au contraire, sa nomination imprévue était de très bon augure. Je le connaissais depuis… vingt ans maintenant, j'avais combattu avec lui, négocié le Contemplanys Hermi avec lui, joué au sabacc avec lui – et il s'était avéré bien meilleur que moi, tant que je ne me servais pas de la Force… J'avais même donné quelques leçons de sabre-laser à sa fille, Sil, et je l'aurais sûrement prise comme Padawan si je n'avais pas croisé le chemin de Nadaai.

On pouvait le dire, j'étais proche de la famille Tan'ith. Je comptais Plo et Shala parmi mes rares véritables amis, en dehors de ceux que je m'étais faits dans l'enfance. Même si je ne voyais guère que rarement les Kel'Dors, nous correspondions beaucoup, bien que les communications aient été plus compliquées ces derniers mois. J'avais toujours beaucoup apprécié l'esprit de Plo Tan'ith, subtil mélange de flegme, de sagacité, de méticulosité et de foi. L'homme pêchait même, tirant de ce sport désuet un plaisir discret mais fin.

Je connaissais personnellement bien des grands de ce monde, mais qu'un de mes amis chers devienne chef d'État m'avait tout de même fait quelque chose. Peut-être était-ce stupide de ma part : après tout, j'avais moi-même atteint le sommet de l'Ordre Jedi, bien que Maître K'Kruhk occupât le siège le plus prestigieux aux yeux de nos pairs. J'avais en tout cas adressé des félicitations holographiques immédiates à Plo pour sa nomination, à titre personnel. Néanmoins, je comptais tirer profit de l'occasion pour renouer des liens vacillants entre l'Ordre et l'Alliance et envoyer un message fort à la galaxie, et en premier lieu aux rebelles eux-mêmes : nous ne les laisserions pas disparaître. Plo m'avait rapidement répondu, me donnant rendez-vous sur Bothawui, l'une des planètes capitales de l'Alliance Rebelle. Nous avions convenu d'une rencontre officielle d'abord, et j'avais formé une délégation de plusieurs Jedi pour m'accompagner. Maîtresse Arr'sil, tout d'abord, à qui l'idée d'une mission diplomatique sur sa planète natale ne déplaisait pas. J'avais aussi sélectionné le Chevalier Winrel Lod Mulk, un Chevalier duro qui s'assurait des bons rapports de l'Ordre avec les autorités bothanes et leurs réseaux d'informations privés, et son Padawan zeltron, Elton Redjuice, un homme d'une trentaine d'années que nous avions trouvé alors qu'il avait déjà plus de vingt-cinq ans, et que j'avais entraîné au Temple pendant plusieurs semaines avant qu'il ne soit confié à Mulk.

Plo nous recevrait normalement avec des conseillers, des politiciens rebelles, des membres d'état-major et bien sûr plusieurs chefs de clan bothan. Je faisais confiance à mes compagnons pour les distraire tandis que je parlerais avec mon ami kel'dor. Même si je respectais la démocratie, le consensus et le compromis, j'étais convaincue que les choses avançaient plus vite lorsque quelqu'un proposait à l'assemblée un projet abouti et avait déjà préparé les arguments à opposer aux réticences inévitables. Pour ce faire, je préférais nettement avoir une discussion personnelle avec un dirigeant, d'autant plus si c'était un ami avec qui je ne doutais pas de pouvoir m'entendre, avant d'essayer de convaincre l'ensemble des responsables du régime.

Il y avait une vingtaine d'heures standard, j'avais retrouvé Maîtresse Arr'sil sur Taanab, d'où nous avions rejoint la Passe Corellienne afin de traverser le plus vite possible les territoires Sith et de bifurquer vers Bothawui dans le système Druckenwell. Winrel Mulk et Elton nous avaient accueillies en personne à notre arrivée à Drev'starn, ce matin même, et nous n'avions pas perdu de temps avant de nous rendre au Bâtiment des Clans où nous attendaient les dignitaires de l'Alliance rebelle, à bord de la navette Jedi que Mulk utilisait couramment. J'avais revêtu mes bures d'apparat, blanche, et mon sabre-laser de jeunesse, à l'air moins menaçant et plus classique, pendait à ma gauche. J'avais laissé mon arme dans le logement qu'occupait le Chevalier Mulk.

On ne nous avait pas déroulé le tapis rouge, mais une courte haie d'honneur nous attendait tout de même devant le bâtiment, et la sécurité maintenait à distance quelques centaines de badauds et une cohorte de journalistes venus voir des Jedi, des représentants de l'Ordre, et non des renégats, rencontrer le nouveau Commandeur Suprême de l'Alliance. Le moment avait peut-être quelque chose d'historique, du moins du point de vue du prestige, mais à vrai dire cela ne me traversa pas particulièrement l'esprit. Même si les Jedi avaient délaissé la cause de l'Alliance durant la guerre, je n'avais jamais perdu contact avec Plo et nos rapports n'avaient pas varié.

Après la haie d'honneur, en haut d'une volée de marches, un parterre de personnalités nous attendait. Je devais en connaître un tiers, ce qui n'était déjà pas mal. Tandis que nous avancions tous les quatre vers eux, je vis la silhouette élancée de Plo sortir du lot et je sentis son regard se poser sur nous, même si ses yeux nous étaient cachés par une protection nécessaire. Tout en montant les marches en avant de mes pairs, je lui souris largement. En arrivant devant lui, je m'inclinai légèrement, le saluant avec un ton malicieux.


- Commandeur Suprême Plo Tan'ith… Je suis honorée !

Puis, avec un sourire, je m'approchai et le pris dans mes bras en une accolade qui convenait aussi bien à deux chefs d'État profondément alliés qu'à deux amis qui ne s'étaient pas vus depuis longtemps. Je ne la maintins pas très longtemps, le laissant accueillir mes camarades et nous présenter sa propre suite, bien plus nombreuse.

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Plo Tan'ith
avatar
Messages : 113
Date d'inscription : 21/11/2016
Rang : Commandeur Suprême de l'Alliance Rebelle
Localisation : A bord de l'ASD - "Sérénité"
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Dim 15 Jan - 15:16
- Commandeur suprême, la délégation ne va pas tarder à arriver.

La voix lointaine de C2-8PO venait de tirer Plo de ses pensées. Lui qui était assis dans ce fauteuil depuis quelques minutes semblait enfin sortir de sa torpeur. Il se redressa et se releva ayant encore du mal à se faire au poste de Commandeur Suprême qu’il avait accepté de prendre au grand soulagement de ses pairs dans la Marine de l’Alliance. Il se regarda quelques instants dans le miroir tandis qu’après un léger moment d’hésitation il enfila sa veste d’uniforme et accrocha officiellement les épaulières réservées à celui qui incarnait la plus haute fonction de l’Alliance Rebelle. Il aurait aimé que sa femme soit présente aujourd’hui, mais Dorin étant en territoire occupé par l’Empire Galactique, le trajet aurait été trop dangereux surtout qu’il l’aurait amené à traverser l’espace Sith. Plo aurait pu allouer des ressources à son escorte, mais cela aurait coûté des ressources et attiré beaucoup trop l’attention, mettant ainsi sa femme en danger. Ses enfants, Sha et Gnost portaient eux aussi leurs uniformes et virent chercher leur père pour se rendre ensemble à cette rencontre diplomatique avec les représentants de la délégation Jedi. Encadré par les deux lieutenants de la Marine de l’Alliance, le Commandeur Tan’ith retrouva l’ensemble de sa délégation composée d’officiers qui constituaient l’état-major de l’Alliance, certains représentants et politiciens ainsi que les chefs de clan Bothans, naturellement invités dans la mesure où la rencontre se ferait sur Bothawui.

Lorsque vint le début de la rencontre officielle et que la délégation Jedi arriva, Plo sortit du reste de l’assemblée présente afin d’accueillir les représentants de l’Ordre directement sur le haut des marches. Il reconnut immédiatement Loes à la tête de la délégation et lui rendit son sourire derrière son masque respiratoire tout en s’inclinant. Il répondit à son ancienne amie sur le même ton.

- Tout l’honneur est pour moi Maître de Walleron.

Leurs parcours respectifs semblaient faire écho l’un à l’autre, alors qu’il y a vingt ans ils combattaient en première ligne la tyrannie de Drath Krayt, les voici tous les deux à nouveau réunis dans une autre lutte mais cette fois-ci à la tête de leurs factions respectives. Au final, cela rassurait Plo en un sens : il n’était pas seul à avoir sur les épaules le poids des responsabilités vis-à-vis de ceux qui croyaient en lui. S’ensuivit l’accolade de deux amis qui se retrouvent et qui apporta un peu de réconfort au vieux kel’dor qu’était Plo. Cela faisait toujours du bien de revoir un visage familier, de surcroit dans ces heures sombres et à l’avenir encore incertain. Il s’assura de présenter l’ensemble de sa délégation, deux conseillers, six officiers composant son état major (deux généraux, deux amiraux, le directeur des Renseignements et le représentant politique des gouvernements civils de l’Alliance) ainsi que les chefs de clan Bothan. Ses deux enfants furent les derniers à saluer Loes qu’ils reconnurent rapidement. Cette rencontre était de bonne augure pour le Commandeur qui voyait là une manœuvre de sa vieille amie qui cherchait à le voir afin d’aborder des questions beaucoup moins légères. Certains se seraient offusqués de la méthode, mais Plo était du même avis que la Maîtresse de l’Ordre Jedi : il était impératif que les deux dirigeants se rencontrent afin d’aborder les problématiques actuelles, réfléchir aux projets puis présenter ceux-ci devant leurs assemblées respectives afin de prendre une décision murie. Mieux valait un plan abouti qu’un brouillon, et ce n’était certainement pas Plo Tan’ith qui contredirait Loes à ce sujet. Profitant de la réception, il invita Loes à le rejoindre à l’écart de leurs délégations respectives pour se rendre dans les jardins intérieurs du bâtiment, lieu propice aux rencontres, réflexions et discussions.
Arpentant les sentiers en gravier blanc du jardin, le vieux kel’dor avançait les mains dans le dos et dans une posture droite, militaire mais sans doute que la Force indiquerait une certaine anxiété dans la psyché du Commandeur Suprême. Celui-ci le savait et ne s’en cachait pas, ce serait inutile et il préférait jouer cartes de sabacc sur tables avec Loes. Néanmoins le son de sa voix se voulait volontairement léger afin d’apporter une atmosphère détendue à leur échange.

- J’espère que votre voyage depuis le système hapien s’est déroulé sans accrochage. Je suis satisfait que cette rencontre capitale pour nos factions respectives se fasse aussi rapidement. La charge de travail de mon nouveau poste est assez harassante : à peine vous terminez un dossier que trois tombent sur votre bureau… Vous devez savoir ce que c’est avec votre Conseil Jedi n’est-ce pas ?

Plo n’avait pas voulu de ce poste trop éloigné du terrain selon lui. Mais les circonstances et le fait que Gar Stazi avait refusé de reprendre le leadership de l’Alliance ne lui avait pas laissé le choix. Face à ses doutes, ses incertitudes le Kel’dor savait qu’il lui faudrait un peu de temps pour s’y faire, mais il ne voulait pas du pouvoir c’était certain. Peut-être était-ce pour cela que Stazi avait insisté pour s’effacer face à Tan’ith ? Il ne le savait pas vraiment, mais le Commandeur ferait tout son possible pour redonner à l’Alliance, ses lettres de noblesse.

_________________


"Strength through unity." - Commander Tan'ith Main Theme
"The only easy day was yesterday." - Commander Tan'ith Assault Theme

"I will never surrender, we'll free the earth and sky. Crush my heart into embers, and I will reignite... I will reignite."
Voir le profil de l'utilisateur
Loes de Walleron
avatar
Messages : 128
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Mar 17 Jan - 11:25
Après les salutations de mise, quelques poses pour les journalistes et l'accueil des délégations dans un salon de réception, Plo trouva rapidement le moyen de nous isoler dans un jardin intérieur où nous pourrions parler seuls, plus tranquillement. J'étais contente de voir que nous avions les mêmes intentions en tête, mais je perçus immédiatement de l'inquiétude chez mon vieil ami, voire de l'anxiété, ce qui ne manqua pas de me troubler. Plo Tan'ith avait toujours été sûr de lui voire franchement audacieux, même sous le feu. D'ordinaire, il n'éprouvait de souci que pour sa famille ou quand ses hommes se trouvaient soumis à des circonstances qu'il ne maîtrisait pas.

Ainsi, sa toute nouvelle position le mettait à rude épreuve. Ce n'était guère étonnant de la part d'un homme de guerre que l'administration lui pèse particulièrement, mais ce n'était, je pense, qu'un mauvais moment à passer. Si le sens du commandement et l'exercice désintéressé du pouvoir étaient deux choses fort rares, le sens de l'administration s'acquérait, et je n'avais aucun doute quant au fait que Plo saurait trouver de bons ministres et secrétaires pour le seconder là-dedans. Avec un sourire, je me mis en devoir de le rassurer.


- Heureusement pour moi, je n'ai pas vraiment de bureau et nous vivons dans un temple, donc les dossiers mettent longtemps à atteindre le plafond.

J'espérais que la plaisanterie le ferait sourire sous son masque, mais il m'était impossible de m'en assurer, aussi continuais-je plus sérieusement.

- En fait, les Jedi ne sont que quelques centaines et Hapès se charge pour l'heure de subvenir à nos besoins primaires. À part quelques soucis de nationalité liés à la condition de Jedi, les rares tâches administratives qui restent reviennent à Maître K'Kruhk. J'ai très peu vu Hapès ces derniers temps et j'ai beaucoup profité de ma nouvelle fonction pour voyager à nouveau et m'assurer que toutes mes connaissances se trouvaient bien en sécurité.

C'était la stricte vérité. J'avais pris beaucoup de plaisir à l'enseignement, mais mon rôle de Maîtresse de l'Ordre était une véritable libération. Je pouvais m'absenter autant que je le voulais du nouveau Temple hapien pour courir la galaxie comme autrefois, et je ne cachais pas ma joie à cette perspective. Depuis plusieurs semaines, je multipliais les petites missions diplomatiques ou les déplacements faussement privés, désireuse de bien faire sentir à la noblesse hapienne que je ne voulais pas me retrouver mêlée à leurs affaires. Je faisais confiance à Maître K'Kruhk pour se tenir le plus possible à l'écart des complots divers et suivre le moins possible les désirs de Ta'a Chume qui risquaient de nous impliquer dans les méandres de la politique du Consortium, où même l'étiquette était inextricable.

Néanmoins, ces soucis ne regardaient pas encore Plo, et je les aborderais en temps utile. Je ne voulais pas risquer qu'il m'offre l'asile pour l'Ordre à un moment où il m'était impossible d'accepter, d'une part pour ne pas offenser la Reine Mère et d'autre part parce que l'Alliance serait incapable de protéger le Temple dans le cas d'une attaque massive Sith. Une telle proposition et mon inévitable refus entacherait nos relations, ce que je ne souhaitais pour rien au monde.


- Enfin, j'imagine que vous ne vous posez pas beaucoup non plus. Mais vous allez vous en tirer, Plo, j'ai foi en vous. D'ailleurs, comment Shala a-t-elle pris la nouvelle ?

Lui et moi, même après vingt ans d'amitié, continuions de nous vouvoyer, bien que je n'aie jamais vraiment su pourquoi et que nous utilisions nos prénoms respectifs. Peut-être gardions-nous ainsi une certaine distance, et ce n'était pas plus mal pour deux chefs d'État, finalement. Cette courtoisie maintenue évitait peut-être aussi que je ne me lie trop à lui par Empathie. Nous étions amis, pas camarades.

Il y avait longtemps que je n'avais pas vu Shala Koon, mais j'avais toujours apprécié cette diplomate Kel'Dor d'une rare intelligence, bien qu'elle fût de dix-sept ans mon aînée. J'avais fait sa connaissance avant même de rencontrer le capitaine Tan'ith, lors de je ne savais plus vraiment quelle mission de ma jeunesse. Probablement ici-même, sur Bothawui, mais je n'en étais plus tout à fait sûre.

Je posais la question pour détendre un peu Plo, et aussi pour cerner le sujet de ses inquiétudes. Était-ce de sa diplomate d'épouse qu'il s'agissait. Si oui, il n'avait guère à s'en faire. L'Empire se garderait bien de faire du mal à une si prestigieuse ambassadrice sans raison. Leur intérêt était bien plus dans l'apaisement des tensions avec l'Alliance que dans un chantage mesquin qui aurait consisté à exiger la reddition contre la libération de la femme du Commandeur Suprême. En réalité, l'Empire Galactique n'avait aucun intérêt à annexer la bande de systèmes qui constituait l'Alliance rebelle. La défendre nécessiterait de sa part la mise en place d'une administration qu'il serait compliqué de maintenir longtemps. En outre, une telle manœuvre ferait perdre aux Impériaux toute la légitimité que la nécessité leur avait donné et les mettrait en position de principal oppresseur des mondes alliés, position qu'ils avaient tout intérêt à faire celle des Sith.

Hormis quelques personnalités, les dignitaires impériaux rechercheraient sous peu une paix avec l'Alliance qui validerait les positions territoriales actuelles et établirait des plans de reconquête contre l'Empire Sith, et je comptais bien faire en sorte qu'ils trouvent dans la direction de l'Alliance des interlocuteurs bien disposés. De son côté, la rébellion pourrait tout à fait exiger des contreparties à la conservation du Noyau par l'Empire Galactique. Si je parvenais à impliquer de tierces factions dans l'appareil diplomatique, l'Alliance avait de bonnes chances de se redresser grâce à la guerre contre les Sith.

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Plo Tan'ith
avatar
Messages : 113
Date d'inscription : 21/11/2016
Rang : Commandeur Suprême de l'Alliance Rebelle
Localisation : A bord de l'ASD - "Sérénité"
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Mer 18 Jan - 20:02
Plo apprécia le trait de l’humour de la Jedi et esquissa un léger sourire ainsi qu’un sifflement de nez. Sa vieille amie l’informa que les Jedi n’étaient qu’une centaine sur Hapès et que pour le moment, Loes avait eu d’autres tâches à accomplir que de s’occuper de l’administratif et des problématiques liées à l’installation de l’Ordre dans ce système. Elle avait préféré consacrer ce temps pour arpenter la galaxie afin de s’assurer que ceux à qui tenait Loes étaient en sécurité. Le kel’dor se risqua à se demander s’il en faisait partie, mais écarta cette pensée immédiatement : elle le connaissait assez bien pour savoir qu’il était en sécurité. Et sans doute que la Force l’aurait prévenue si un sort funeste s’était abattu sur lui.

- Je sais, il me faut juste m’adapter à cette nouvelle fonction. Merci.


Répondit-il simplement tout en semblant un peu plus distant mais toujours courtois. Il pensait à sa femme et au reste de sa famille qui avait choisi de rester sur Dorin, Loes pouvait le ressentir dans la Force. Il reprit son souffle et ajouta d’un air quelques peu pensif.

- Elle a été l’une des premières à me féliciter après mon discours à travers une communication holographique. C’était étrange j’ai eu l’impression qu’elle s’y attendait tout en étant surprise à la fois. Peut-être que les Moines Baran Do avaient eu une vision à ce sujet. Mais cette nouvelle responsabilité la met en danger et c’est pour cela qu’elle est malheureusement absente aujourd’hui. Même si Dorin est sous le joug de l’Empire Galactique, je sais qu’elle y est en sécurité. L’Empire a bien d’autres chats à fouetter que de s’occuper de ce système ne représentant pas de valeur stratégique ni symbolique actuellement. Fort heureusement d’ailleurs. J’avais monté et proposé un plan d’exfiltration discret qui aurait pu nous rapprocher. Shala, mon frère et ma sœur ont refusé d’être évacués, s’estimant plus utiles sur Dorin que n’importe où ailleurs. Ils attendraient ici que le moment soit le plus propice pour agir de manière visible.

L’absence de sa femme à ses côtés, la séparation ainsi que les rares communications sécurisées qu’ils pouvaient établir pesaient sur l’amiral qui avait cru à la fin de la guerre contre Krayt qu’il pourrait revoir sa femme dès qu’il aurait une permission. Mais sa prochaine permission lui semblait bien lointaine. Il joignit ses mains croisa ses doigts tout en répondant calmement à la Jedi et en croisant son regard.

- Pour être parfaitement honnête avec vous, je ne voulais pas de ce poste. J’ai tenté de convaincre l’amiral Stazi de revenir. C’était le seul à mon sens qui avait la légitimité pour le faire. Son retour aurait envoyé un signal fort et retentissant dans la galaxie. Les Sith auraient compris que leurs jours étaient comptés. L’Empire n’aurait pas été si arrogant… Peut-être même que la Triade aurait abandonné ses possessions et ses ambitions de sécession avec l’Alliance.


Il se redressa non sans dissimuler une certaine amertume vis-à-vis du gâchis qui avait été causé, les efforts de tous ceux qui avaient combattu Krayt avaient volé en éclat avec cette guerre civile. Les efforts de Loes et de Tan’ith même s’ils n’avaient pas eu autant d’impacts que ceux des héros de ce conflit vieux de vingt ans avaient été additionnés avec tous les autres qui avaient pu permettre une victoire. Tout ceci n’avait servi à rien. Tout ceci n’avait été que temporaire. Plo avait clairement identifié les coupables de ce crime et ils étaient nombreux –y compris au sein de l’Alliance Galactique- à s’être rendus complices de cette sinistre tragédie. Plo commençait à se demander comment les choses se seraient déroulées s’il avait finalement accepté de candidater à la présidence de l’Alliance. Est-ce que tout ceci aurait pu être évité ? Il avait retourné cette question dans son esprit depuis la dernière défaite de l’Alliance pour en arriver à ce constat effroyable : non. Jamais le sénat n’aurait voulu de lui à la tête de l’Alliance en dépit des soutiens inattendus qu’il avait générés sans le vouloir. Le Commandeur Suprême détourna son regard de la Jedi, regardant un instant le sol pour poser son regard au loin vers une fontaine dont l’eau coulait abondamment parmi les différentes sculptures représentant plusieurs Bothans ayant été tués sous le règne de Krayt pour avoir résisté. On pouvait enfin trouver de la détermination dans la voix du vieux Kel’dor lorsqu’il s’exprima non sans une certaine fermeté.

- Ils nous ont saignés lors de cette guerre civile, mais nous ne sommes pas encore morts. Ils ont versé le sang de l’Alliance et anéanti les efforts des hommes qui sont morts –mes hommes à présent- contre Krayt avec l’espoir de bâtir une galaxie plus sûre et libre. Leur sacrifice nous aura seulement permis de mieux nous préparer pour ce second round qui nous oppose aux Sith. Nos ennemis ignorent que c’est lorsque nous sommes dos au mur, blessés que nous sommes les plus combatifs. Plus ils nous écraseront, plus la résistance que nous leur opposeront sera forte. Ils ne tueront pas nos espoirs. Et Akni paiera chèrement le crime qu’elle a commis.


_________________


"Strength through unity." - Commander Tan'ith Main Theme
"The only easy day was yesterday." - Commander Tan'ith Assault Theme

"I will never surrender, we'll free the earth and sky. Crush my heart into embers, and I will reignite... I will reignite."
Voir le profil de l'utilisateur
Loes de Walleron
avatar
Messages : 128
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Dim 22 Jan - 4:07
Il n'était pas difficile de constater la mordante amertume de mon ami. Je la sentis me piquer furieusement les entrailles tandis que nous arpentions ces chemins tracés entre les symboles d'une ancienne résistance. Plo Tan'ith avait la rage au cœur et un ardent désir d'en découdre – surtout tourné vers les Sith, fort heureusement. Néanmoins, il nourrissait également de nombreux regrets, quand bien même il entendait les effacer au profit de sa détermination.

En tant que Maîtresse de l'Ordre Jedi et amie, je devais au Commandeur de l'Alliance soutien, assistance et conseil. Même si nous demeurions indépendants de la rébellion, je souhaitais m'en rapprocher et l'aider à rétablir un régime à la puissance incontournable. Même si j'estimais que l'Empire avait réagi trop tard mais de la seule manière possible à cet instant, et que je n'avais jamais caché mes sympathies pour plusieurs Chevaliers Impériaux, je considérais la république comme une composante indispensable du grand échiquier galactique, et la plus louable à mes yeux. J'avais de l'admiration pour la majesté impériale, mais les discours d'ordre et de mandat universel ne me plaisaient guère.


- Vous êtes le plus à même à remplir cette fonction, Plo. Gar Stazi est un vieil homme, aujourd'hui, et il n'est jamais bon de confier des milliards de vie à des vieux hommes usés par le commandement durant plusieurs guerres. Ne sur-estimez pas l'influence qu'il aurait pu avoir sur l'Empire Galactique, qui a fait un choix stratégique compréhensible, et plus encore sur les Sith, qui ne craignent plus rien une fois en position de force. Vous ferez d'autant mieux que vous ne voulez pas de ce pouvoir. Vos gens vous font confiance, et je gage que tous ceux qui ont tâté de votre audace redoutent de vous combattre à nouveau.

Gar Stazi avait été un immense symbole et un très grand officier de marine, cela ne faisait aucun doute, mais il s'était montré piètre homme d'État et les erreurs qui avaient conduit à la situation actuelle étaient en partie les siennes. Il avait été très louable de la part du Duro de le reconnaître et de faire preuve d'une humilité suffisante pour faire profiter Plo de sa légitimité flamboyante. Cependant, Plo devait à tout prix éviter de faire siens les combats de son vieux mentor. L'esprit revanchard pouvait aussi bien alimenter les espoirs de la rébellion que briser toutes ses potentialités diplomatiques. Mon ami devrait savoir admettre que des sacrifices aient pu être vains. Justifier de nouveaux sacrifices par la nécessité de donner un sens à des sacrifices passés pouvait transformer la galaxie en un éternel bain de sang. J'espérais que l'amiral Tan'ith, une fois son éclat prouvé sur le champ de bataille et sa légitimité gagnée, au moins aux yeux de l'Empire Galactique, saurait faire preuve de clémence et de pardon.

- Concernant Akni, puissiez-vous dire vrai, mon ami. Pour ma part, je ne déposerai pas les armes tant qu'elle n'aura pas comparu devant un tribunal Jedi. Elle a trahi notre confiance à tous alors qu'elle était l'une de nos Maîtres les plus respectés. La déroute de l'Alliance n'était ni de votre fait, ni même de celui de l'Empire qui n'a annexé le Noyau que quand l'échec définitif de l'Alliance politique est devenu impossible à nier. C'est la trahison d'une Jedi qui a permis un si précoce retour des Sith, et nous ne l'oublierons jamais.

Les Sith devaient devenir l'objectif commun de tous les régimes encore libres, mais même leur défaite ne valait pas les hécatombes que certains rebelles étaient prêts à consentir. Ils poussaient le dévouement jusqu'à nier à leur vie aucune valeur, en comparaison de ce à quoi ils la donnaient. Mais que valait l'idée si plus aucune vie n'était là pour la penser et la dire ? À forcer l'allure, il arrivait qu'on meure pour des idées n'ayant plus cours le lendemain.

- Hélas, si les vaillants sacrifices suffisaient à régler le problème, à faire de la galaxie un endroit paisible, nous vivrions déjà au paradis depuis des siècles, mon ami. Vous connaissez ma position sur le fanatisme. La tentation sera grande de beaucoup sacrifier à la cause, mais gardez la lucidité et le souci de la vie qui ont toujours été les vôtres. Nul n'est remplaçable, ni vos soldats, ni vos citoyens, ni vous-même.

Parvenus sous la fontaine, je m'assis sans trop m'encombrer de bonne tenue officielle sur l'un des rebords élevés, mes jambes trop courtes pour atteindre le sol pendant à quelques centimètres au-dessus. Le bruissement apaisant de l'eau offrait un singulier contraste à nos paroles guerrières, et je me rendis compte que je n'avais rien dit de Shala et de la fratrie Tan'ith qui attendaient sur Dorin.

- Vous savez, si Shala ou vous me le demandiez, je pourrais organiser sa traversée sûre depuis Dorin vers le territoire de l'Alliance. Je connais beaucoup de gens hauts placés dans l'Empire Fel qui lui procureraient les passe-droits nécessaires en toute légalité et sans rechigner le moins du monde. Peut-être que vous n'en avez pas besoin tout de suite, mais si la situation devient critique, je ferai évidemment tout ce que je peux pour vous aider, j'espère que vous le savez.

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Plo Tan'ith
avatar
Messages : 113
Date d'inscription : 21/11/2016
Rang : Commandeur Suprême de l'Alliance Rebelle
Localisation : A bord de l'ASD - "Sérénité"
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Dim 22 Jan - 19:10
Plo se crispa lorsque Loes évoqua le choix compréhensible de l’Empire lorsque celui-ci avait annexé le Noyau. Mais le kel’dor était convaincu que ce n’était certainement pas le grand cœur de l’Impératrice qui l’avait motivée à faire ceci, mais surtout une opportunité d’agrandir son territoire à moindres frais. Si les amiraux n’avaient pas continué le combat, sans doute que Plo et ses hommes seraient aujourd’hui enfermés, morts ou relégués dans un placard duquel ils ne pourraient sortir. Non. L’Empire avait agi par opportunisme et avidité, pas pour sauver les civils du péril Sith. L’Empire n’avait été qu’un charognard de plus dans ce conflit, au même titre que la Triade, que les Sith, les Hutts et le Soleil Noir réunis. Au lieu de prêter main forte aux troupes au front pour repousser les Sith et faire cesser l’hémorragie, l’Empire avait préféré poignarder dans le dos ce qui restait de l’Alliance pour s’accaparer de ces systèmes. Cette trahison, le Commandeur ne comptait pas la leur pardonner, d’autant plus qu’il s’était laissé berné en ayant eu confiance en l’Empire et ses éléments. Mais le Commandeur Suprême avait pu relativiser et trouver quelque chose à tirer de ce désastre militaire et politique.
En effet cette manœuvre de la part du régime de Bastion aura au moins été bénéfique sur un point : désormais Plo et l’Alliance entière connaissait la valeur de la parole impériale. Et le Kel’dor ne comptait pas faire deux fois la même erreur. Même s’il était disposé à collaborer avec Bastion dans la guerre contre les Sith pour un cesser le feu permanent, ils ne seraient pas alliés pour autant. Il reprit la parole d’une voix neutre mais ferme comme pour inviter Loes à se ressaisir et à cesser de culpabiliser.

- N’essayez pas de dédouaner l’Empire de ses responsabilités Loes. Akni a été membre de votre Ordre certes, mais ce n’est pas sur les ordres du Conseil et encore moins ceux de Maître K'Kruhk qu’elle a mené sa barque. C’est là que la différence avec l’Empire existe : leurs actes ont été approuvés par l’Impératrice ainsi que le Conseil des Moffs, ces annexions sauvages n’étaient pas le fait d’un officier renégat qui avait trahi la couronne. Akni était un électron libre, si vous aviez eu l’opportunité de l’empêcher d’agir, je suis convaincu… non… persuadé que vous la première ne l’auriez pas laissée accomplir ses sinistres desseins. Je ne reproche pas aux Jedi leur neutralité, de nombreux Jedi ont rallié l’Alliance pour nous prêter main forte et sans ces héros, je ne serai peut-être pas là pour converser avec vous. Rien que pour ce geste, je suis prêt à vous offrir l’asile sur nos territoires si jamais le poids de la royauté hapienne se faisait trop gênant où si vous désirez avoir un second refuge au cas-où pour vos padawans. La balle est dans votre camp et mon offre vous sera toujours valable.

Plo pouvait pardonner l’erreur de jugement, même la négligence vis-à-vis d’Akni ou le souci de neutralité des Jedi. Il savait qu’ils pouvaient échouer et n’étaient pas parfait tout comme certains de ses hommes. Néanmoins il ne pouvait pardonner la trahison. Nombreux furent les Jedi à avoir désobéi au Conseil pour prêter assistance à l’Alliance Galactique. Un mouvement plutôt inédit pour Plo mais qui l’avait marqué dans le bon sens du terme. Leur courage avait été une source d’inspiration pour lui ainsi qu’à ses hommes. Ces Jedi avaient fait bien plus pour l’Alliance ainsi que son peuple que ce que l’Empire avait prétendu pour justifier ses actes. Le Commandeur regrettait aujourd’hui de ne jamais pouvoir leur rendre la pareille pour leur acte de bravoure, mais il s’efforcerait de rendre honneur à ces Jedi. Ces héros méritaient tellement plus que ce que l’Alliance pouvait leur offrir.
Il fut à la fois rassuré et déçu de ne pas avoir vu sa fille, Sil rejoindre l’Alliance et faire partie de ces Jedi. Rassuré car elle n’aurait pas à risquer sa vie pour sauver celle de son père, mais déçu car il s’était attendu à la voir intervenir. Il reprit la parole d’une voix douce afin de préciser sa pensée auprès de Loes concernant le don de soi.

- Rassurez-vous, je n’ai pas pour ambition de commencer une carrière d’empereur à cinquante cinq ans. J’ai demandé à tous les volontaires de rejoindre les rangs de l’Alliance, et refusé une proposition visant à obliger les civils à s’enrôler de force. Nous ne sommes pas des fanatiques. Nous sommes des soldats et comme les Jedi nous savons que notre engagement nous fait prendre des risques et si nous devons nous sacrifier ce sera pour protéger ceux qui ne peuvent prendre les armes pour se défendre. Mais en tant que soldats, nous devons nous préparer à cette éventualité, moi compris. Si nous pouvons éviter les sacrifices tant mieux, mais si nous n’avons aucune autre solution alors nous devrons accomplir notre devoir de soldat. Tous ceux qui s’engagent ou se sont engagés doivent avoir ça en tête : nous nous engageons pour les autres, nous mettons notre vie en péril pour que nos citoyens n’aient pas à le faire.

Il marqua une courte pause et arriva sur la dernière proposition de Loes qui étira un léger sourire sur les lèvres de Plo qui remercia poliment la Jedi et se permit même de poser une de ses mains à quatre doigts sur son épaule sans s’en apercevoir.

- Je vous remercie pour votre aide, mais si vous arrivez à convaincre Shala je pense que vous pourriez envisager de convaincre Akni de se rendre.

Puis son sourire s’éteignit lentement pour prendre une voix un peu plus morne.

- Mais je crains que vous n’ayez que peu de temps devant vous pour tenter de la persuader hélas…

_________________


"Strength through unity." - Commander Tan'ith Main Theme
"The only easy day was yesterday." - Commander Tan'ith Assault Theme

"I will never surrender, we'll free the earth and sky. Crush my heart into embers, and I will reignite... I will reignite."
Voir le profil de l'utilisateur
Loes de Walleron
avatar
Messages : 128
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Mar 31 Jan - 11:16
Plo me répondit comme l'homme noble et sage qu'il était mais – hélas ! - je craignais qu'il ne se montre par trop militaire dans sa fonction. Ses réponses ne me rassurèrent qu'à moitié, montrant certes à chaque fois un sens de la mesure mais aussi une volonté d'en découdre sérieusement avec ceux qui avaient causé du tort à l'Alliance. Je ne pouvais que comprendre ses griefs mais, qu'il l'admît ou non, l'Empire avait sauvegardé le Noyau en agissant de la sorte. S'il avait fallu négocier une mise sous tutelle ou quelque chose de ce style, les discussions auraient pris trop de temps. Que le Noyau ait préféré se soumettre devant les destroyers impériaux plutôt que devant la flotte Sith était tout à fait compréhensible. La dynastie Fel faisait sans aucun doute un maître bien plus enviable que le Sith Unique.

Toute l'estime et l'affection que j'avais pour Plo Tan'ith m'obligeaient à lui prodiguer mes conseils quand je considérais qu'il s'aventurait difficilement. Il en allait de plus que de notre seule amitié. Il s'agissait de vaincre les Sith et surtout de garantir sa survie à la République. Soit, elle pouvait bien fonder son image sur une verve rebelle et une soif de liberté, mais ça n'autorisait pas Plo à faire fi de toute diplomatie. Il devait conserver sa lucidité vis à vis du discours de son propre régime s'il voulait le refonder solidement. Il fallait à l'Alliance un chef qui eût une vision mais aussi un sens du pouvoir, et non seulement du devoir.


- Très bien, si vous pensez que Shala refusera de me suivre, tant pis, mais sachez que mon offre tient aussi longtemps qu'il le faudra.

Je gardai son allusion finale et obscure dans un coin de ma mémoire, avec l'idée de lui redemander plus tard. Avec une certaine nonchalance, je repliai les genoux pour que mes pieds viennent toucher la pierre fraîche de la fontaine. Les balancer ne seyait guère avec la gravité de notre discussion.

- Je ne suis pas venue pour dédouaner l'Empire, Plo. Je comprends votre indignation et je ne vous demande pas d'oublier ce qui s'est produit, ni même de pardonner. Je veux simplement vous conseiller, comme les Maîtres de l'Ordre l'ont toujours fait avec les chefs de la République, et comme les gens font avec leurs amis.

Je ménageais Plo bien plus que je ne l'aurais fait avec Maître K'Kruhk. Mon appel à la lucidité et ma demande de se contraindre à la frustration devaient être prononcés avec le plus grand tact pour ne pas froisser mon fidèle ami. Malheureusement, l'intérêt de la population galactique allait contre les griefs qu'il pouvait bien nourrir contre l'Empire, et je me devais de le lui montrer clairement, aussi clairement que je le voyais.

- Souvenez-vous d'où vient la menace, mon ami. Elle ne vient pas de l'Empire, mais des Sith. Je parle non seulement du territoire qu'ils ont conquis mais des territoires que vous tenez encore. Je sais que vous n'en vouliez pas, mais vous avez le pouvoir, désormais, et avec lui vient la lourde charge de refonder l'Alliance politique sur de nouveaux fondements plus fiables et plus stables que la précédente, afin d'éviter sa dissolution complète. La défaite du Noyau a fait taire la grogne dans beaucoup de vos systèmes parce qu'ils se sont trouvés désemparés, mais cela ne suffira pas à faire d'eux une République solide. Vous devez donner un élan rassembleur, montrer l'ennemi et la route vers la paix, si longue promette-t-elle d'être.

Je ne distinguai en aucun cas situations intérieure et extérieure d'un régime. Dans la Force, tout était connecté, et les frontières que les nations voulaient se donner se voyaient balayées comme de dangereux mensonges de la raison. Il était faux de croire qu'un changement de politique intérieure pouvait se faire sans aucune incidence galactique. S'il voulait rendre à l'Alliance rebelle une place prédominante dans le jeu galactique, Plo ne pourrait se contenter des armes et d'une rhétorique d'espoir et de révolte au nom de grands principes. Cette dernière pouvait s'avérer d'une efficacité merveilleuse pour mobiliser les populations et obtenir leur soutien, mais ne s'en servir qu'à des fins guerrières serait une terrible occasion manquée.

- L'Alliance souffre d'une crise de crédibilité et de légitimité que les succès militaires que vous ne manquerez pas d'emporter ne suffiront pas à rétablir. Cette crise qui empêchera les autres grands acteurs galactiques de vous prendre de haut est avant tout politique, tout comme l'incurie politique des derniers gouvernements de Coruscant fut l'une des principales raisons de la déroute. C'est cette incapacité à gouverner qui a fourni à l'Empire les justifications qu'il lui fallait pour s'emparer du Noyau.

Et en cela, il était impossible de donner tort à l'Empire. Son mode d'action avait choqué les vestiges de l'Alliance, et on pouvait légitimement douter de la sincérité de l'Impératrice, qui n'avait peut-être que profité de l'agonie pour s'emparer du cœur prestigieux du mourant, qu'elle convoitait depuis longtemps. Il n'en demeurait pas moins que sa stratégie et les arguments avancés avaient de quoi convaincre un observateur extérieur.

Non sans prestance, je sautai à bas du rebord de la fontaine et fit quelques pas. J'avais repéré une partie plus verdoyante du jardin, à quelques dizaines de mètres, qui m'avait attiré par sa beauté. Il était toujours plus agréable de discuter dans de beaux lieux.


- Je ne vous suggère pas de quémander la paix à l'Empire, bien au contraire. Toute la puissance diplomatique de l'Alliance rebelle consiste en son potentiel de nuisance. Plus vous serez capable de mettre l'Empire en position d'inconfort sur le plan militaire et plus globalement sur le plan de la légitimité à contrôler son territoire, plus vous fragiliserez sa stature face à l'avancée Sith. En remportant quelques victoires mais surtout en montrant à quel point l'Alliance est capable de grandes choses même plongée dans une immense détresse, en regagnant le prestige perdu, vous allez affaiblir l'Empire et ses justifications de conquête, et il sera alors contraint d'accepter de vous faire des concessions s'il veut pouvoir faire face aux Sith.

Je ne donnai pas à Plo les outils pour remplir sa très lourde tâche, mais un plan était déjà mieux que rien. À lui de décider comment procéder pour retrouver un prestige digne de mettre la majesté impériale en défaut, tout en ne poussant pas l'Empire à radicaliser son combat contre l'Alliance. Pour l'heure, la majeure partie des Moffs considérait l'Alliance comme un régime naufragé, encore en vie mais trop affaibli pour se défendre contre les charognards qui tournaient autour. Si rien ne venait leur prouver qu'il n'en était rien, que la vigueur n'avait pas quitté leur ancien allié et qu'il n'était pas naufragé mais miraculé, ils ordonneraient la mise sous protectorat systématique de tous les mondes rebelles, considérés comme à l'abandon de toute puissance galactique. En revanche, si l'Alliance rebelle savait refonder une union puissante, voire un État puissant, et s'imposer comme rival ressuscité, capable de montrer l'illégitimité criante de l'Empire à régner seul sur l'espace « libre », il deviendrait aisé de faire plier les Moffs à une paix assez avantageuse pour la nouvelle république.

- Vous comprenez que les Sith ne s'arrêteront pas sans que les hostilités entre vous et l'Empire cessent durablement. Je veux que l'Alliance rebelle obtienne une paix favorable, et je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour ça, mais il faut la paix avant tout. C'est pour cela que je ne peux pas accepter le refuge que vous me proposez. Je serais prête à donner ma vie pour vous sauver s'il le fallait, n'en doutez pas un instant, mais si j'abandonne le non-alignement, loin de vous profiter, l'Ordre Jedi perdra tout son crédit aux yeux des grandes factions de cette galaxie. Pire encore, que l'Ordre s'installe sur l'une des planètes de l'Alliance rebelle pourrait attirer la violence acharnée des Sith contre vous. Non, Hapès est un endroit dangereux, mais au moins il est on ne peut mieux abrité de l'extérieur et parfaitement neutre dans les grandes relations galactiques.

Je ne cachai pas à Plo la véritable raison qui me poussait à refuser : si nous nous rangions aux côtés de l'Alliance, l'Empire nous verrait comme des ennemis, la Triade désapprouverait plus encore l'Alliance et toute action que nous entreprendrions apparaîtrait comme partisane. Nous devions conserver à tout prix une neutralité symbolique. Je n'étais pas dupe : en nous accordant le refuge, Plo espérait que nous lui offririons nos services en retour.

- C'est pour ne pas avoir l'air publiquement de prendre parti que je n'ai pas demandé à Sil de nous accompagner. Que l'Ordre et l'Alliance soient amis n'est un secret pour personne, mais vous comprenez le symbole qu'auraient envoyé les retrouvailles d'un père et de sa fille.

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Plo Tan'ith
avatar
Messages : 113
Date d'inscription : 21/11/2016
Rang : Commandeur Suprême de l'Alliance Rebelle
Localisation : A bord de l'ASD - "Sérénité"
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Lun 6 Fév - 18:32
Plo écouta Loes mais ne se laissa pas convaincre par ses arguments. L’Empire avait eu mille options pour contrer les Sith, et de toutes ils avaient choisi la voie de la trahison en se dissimulant sous le prétexte du « bien commun ». Une excuse que Plo n’entendrait pas : l’Empire aurait très bien pu aussi mobiliser ses troupes directement contre les Sith aux côtés de l’Alliance comme tout allié de confiance aurait pu faire, voire ouvrir un second front de leur côté contre les Sith, directement sur leurs flancs pour les assaillir et permettre à l’Alliance de temporiser le conflit. Fournir du matériel ou un support stratégique et militaire. Contribuer à l’évacuation des civils face aux Sith. Encore une fois la neutralité des Jedi était compréhensible et excusable, les actes de l’Empire eux ne l’étaient pas. C’était un acte infâme destiné à faire d’une pierre trois coups : neutraliser une puissance rivale sur le plan économique et de l’influence diplomatique et militaire tout en récupérant des systèmes clefs pour l’Alliance et se préparer à affronter seul les Sith pour se donner le monopole de la résistance. Comment Loes aurait-elle réagi si un de ses pairs l’avait poignardé dans le dos alors qu’elle était blessée sous prétexte que les Sith avançaient dans leur direction sans qu’elle puisse faire quoique ce soit au lieu de faire front commun ? Chercher sans cesse à justifier les actes de l’Empire exaspérait Plo, mais il avait compris qu’il n’irait pas plus loin dans la discussion avec Loes sur ce sujet. Le débat serait interminable et l’Empire aurait le bon rôle dans tous les cas.

Néanmoins son amie avait raison : l’Alliance devait regagner ses lettres de noblesse sur le plan diplomatique et militaire. Infliger de sérieux revers aux Sith ou au Soleil Noir et gagner des alliés inattendus pourraient amener l’Empire à reconsidérer le corps agonisant de l’Alliance.

- Un cesser le feu à durée indéterminée, c’est tout ce que l’Empire aura de moi pour le moment.


Le Kel’dor ne pouvait avoir confiance dans la main qui m’a frappé dans le dos sans avoir des gages de leur part. Loes avait raison sur un point : il n’oubliera pas, il ne pardonnerait pas. L’Empire a cru pouvoir se passer de l’Alliance dans cette guerre ? Pour Plo, ses rapports à l’Empire étaient simples : ils ont fait le choix de se battre seuls, ils se battront seuls. Il se leva quittant le rebord de la fontaine pour faire quelques pas en avant, le regard perdu dans le ciel rayonnant de Bothawui. Sa voix n’était pas haineuse mais assurée.

- Nous allons nous préparer, rassembler nos hommes et nous faire des alliés de confiance. Effectuer des actions discrètes mais décisives qui nous permettront d’équilibrer la balance tôt ou tard. Soyez bien consciente d’une chose : ils affronteront les Sith seuls. Nous les affronterons de notre côté et selon nos termes et nos manières. Nous nous poserons en une force alternative et efficace contre les Sith pour les faire reculer. Pas par pas, épreuve après épreuve…

Plo avait déjà bien des projets, restait à commencer à tisser son réseau d’alliés à travers la galaxie. Une rébellion s’organiseraient ainsi, puis ensemble ils saisiraient la première opportunité de défaire les Sith qui se présenteraient à eux, puis la suivante… étape par étape jusqu’à Korriban ou se jouerait le sort de la galaxie.

- Je n’en n’ai jamais voulu à Sil de ne pas m’avoir rejoint. Même si avec vos paroles, je comprends mieux pourquoi elle n’est pas venue sauver l’Alliance Galactique. Peu de personnes savent que ma fille fait partie de votre Ordre, et cela aurait pu l’exposer à des représailles ou révéler une faiblesse en cherchant à l’atteindre à travers moi – ou l’inverse. Pensez-vous qu’elle pourra un jour prétendre à siéger au Conseil ?

Le Kel’dor ne pourrait pas compter sur les Jedi pour des opérations communes, leur soutien ne serait pas visible aux côtés des forces alliées mais présent en un sens. Et dans tous les cas, ce ne serait pas suffisant dans ce conflit. Il leur laisserait toutefois toujours la porte ouverte s’ils changeaient d’avis ou si Hapès s’attirait les foudres des Sith. Un appui moral et symbolique, et un autre bien plus guerrier pour ceux qui auront choisi de rallier pleinement l’Alliance Rebelle. Quoiqu’il en soit Plo était suffisamment honnête pour ne pas leur proposer de venir sur ses territoires pour en exiger quelque chose ; il avait proposé un refuge et non une base d’opérations. Son amitié envers l’ordre était désintéressée de part le fait que les Jedi avaient sans doute évité à sa fille bien des problèmes avec sa maîtrise de la Force.

Après tout Hapès n’avait guère plus de parole que l’Empire, comme ils l’avaient prouvé en refusant d’honorer leur alliance de sang entre Roan et Elliah Fel lorsque l’ancien Empereur leur avait demandé de l’aide contre Krayt. Plo ne portait pas non plus Hapès dans son cœur cela dit, tout comme se devait être le cas de l’ensemble de cette population à l’encontre de l’Alliance et de ce qu’elle représentait.

_________________


"Strength through unity." - Commander Tan'ith Main Theme
"The only easy day was yesterday." - Commander Tan'ith Assault Theme

"I will never surrender, we'll free the earth and sky. Crush my heart into embers, and I will reignite... I will reignite."
Voir le profil de l'utilisateur
Loes de Walleron
avatar
Messages : 128
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Mar 7 Fév - 11:05
Pendant que je parlais, je sentis la contrariété de Plo. C'était inévitable, malheureusement. Je comprenais bien que la trêve aurait le goût amer d'une condamnation laxiste faite à un traître, mais mon ami Kel'Dor accepta la perspective. Malgré sa rancœur à l'endroit de l'Empire, il savait discerner l'intérêt général, et je n'en attendais pas moins de lui.

- Merci, Plo. Cela dit, vous allez devoir lui imposer le cessez-le-feu, montrer que vous ne céderez pas un pouce de terrain de plus, que l'Alliance est toujours un régime et une menace sérieuse. C'est en rappelant qu'il y avait encore quelqu'un à trahir et que ce quelqu'un est toujours capable de causer de sérieux ennuis que vous contraindrez l'Empire à se tourner exclusivement vers les Sith.

J'allais de mon côté peser le plus possible dans la balance pour que l'Empire se rende rapidement compte que l'Alliance n'était pas un cadavre, et que ses prétentions sur l'ensemble du territoire du Triumvirat était sévèrement disputées. Il allait falloir prendre contact avec des tierces puissances : la Triade, les Mandaloriens, peut-être. Sans doute pourrais-je aussi obtenir un appui de la Reine Djo, même si rien n'était moins sûr. Face à l'ensemble de la diplomatie galactique et à une position stratégique bien moins favorable que les Moffs ne l'envisageaient actuellement, l'Empire « accorderait » de lui-même la trêve. Il allait falloir osciller entre menace et flatterie pour convaincre l'Empire qu'il devait considérer l'Alliance comme une immense épine dans le pied et que son prestige ne pouvait être sauvé que s'il cessait de conquérir d'anciens mondes alliés pour libérer ceux pris par les Sith. Je devrais persuader le jeune monarque, à travers ses conseillers, que l'Empire devait être le champion galactique de la lutte contre les Sith. Du reste, ce ne serait que s'inscrire dans la continuité de ce qu'envisageait sa mère Marasiah en conquérant le Noyau.

- Je ne vous demandais pas de les aider. L'Empire a voulu cette position de défenseur de la galaxie contre les Sith, et c'est le principal argument qu'il a déployé pour justifier l'annexion du Noyau. Que vous les laissiez se débrouiller n'est que justice. Qu'ils subissent quelques revers militaires ne pourra même que servir le prestige de l'Alliance renaissante. Néanmoins, ne négligez pas non plus les effets bénéfiques que pourraient avoir votre clémence inattendue sur l'image de votre régime. Ne négociez pas d'alliance, ni même de coopération, mais portez secours, si vous en avez la possibilité, à des mondes nouvellement impériaux en difficulté et ils pourraient bien revenir dans votre giron. Ne vous fermez pas de possibilités de gagner de l'éclat et une réputation de noblesse, tout cela aux dépens et des Sith, de l'Empire, tout en protégeant les civils.

Je pouvais sembler particulièrement cynique, mais il n'en était rien. J'avais simplement conscience que la galaxie, et particulièrement la diplomatie, fonctionnait de façon profondément mécanique, selon des règles strictes. Que je sache pleinement que toute personne était un pion pour les autres ne m'empêchait pas de défendre une vision de la galaxie pacifiée, où la République aurait regagné de nombreux territoires et ses lettres de noblesse, l'Ordre Jedi occuperait une place prépondérante dans toute négociation et les Sith seraient retournés dans leur espace traditionnel. Si une action aidait véritablement les gens, je ne voyais aucun problème à ce qu'elle soit intéressée.

Je sentis une certaine mélancolie et un sincère amour lorsque Plo évoqua sa fille, s'enquérant de sa situation, de la considération que j'avais pour elle. Il y avait en lui une curiosité déchirante que je m'en voulais de lui infliger : celle d'un père qui aurait aimé connaître sa fille lui-même, mais qui ne le pouvait pas, et ne le pourrait peut-être jamais. Je ne pouvais pas lui donner de réponse évasive : s'il ne pouvait accéder à sa fille qu'à travers moi, je lui devais la précision, des détails qui puissent apaiser sa peine de n'avoir pas pu l'élever.


- Sil est une jeune femme très douée, très brillante, et déjà bien plus érudite que moi sur bons nombres de sujets. Tout le monde s'accorde à dire que c'est une excellente Jedi, et je ne doute pas qu'elle obtienne le rang de Maître assez jeune, dans les années qui viennent, étant donné la bonne instruction qu'elle dispense à sa Padawan. Quant à la faire siéger au Conseil… Honnêtement, je n'en sais rien. Elle en aurait les capacités, c'est certain, mais cela ne suffit pas. Il faudrait aussi qu'elle en ait le désir, et que le poste auquel elle pourrait prétendre soit vacant. Si le cas se présentait, je soutiendrais sa candidature.

De fait, je n'essayais pas seulement de panser les plaies d'un vieux père. Sil Tan'ith avait réellement une très bonne réputation, et tous mes discussions et entraînements avec elle avaient été sources de satisfaction.

- Toutefois, Sil n'est pas une combattante dans l'âme et c'est aussi pour cela qu'elle a refusé de rejoindre vos rangs quand le Croisé Jedi a recruté de jeunes Chevaliers. Elle préfère nettement l'étude et la discussion à la bataille. Vous pourriez cependant recourir à ses conseils en matière de politique intérieure. Je crois savoir de notre Archiviste qu'elle est déjà particulièrement connaisseuse en xénoethnologie, sociologie et sciences politiques.

Si j'étais une excellente diplomate, c'était par ma facilité à me conformer intuitivement aux attentes comportementales de mes interlocuteurs. Les gens comme Sil Tan'ith, eux, savaient énormément de choses sur les mœurs, les rituels, les manières de faire des individus. Couplées à leur maîtrise de la Force, des connaissances pareilles en faisaient de parfaits analystes, ce que je n'étais pas. J'observais facilement les rapports de force et avait une habileté naturelle à la persuasion, mais je serais bien incapable, sans recourir à une documentation sérieuse, de comprendre pourquoi telle espèce refusait de s'accommoder de telle autre. Par exemple, hormis par les contentieux lourds autour de l'esclavage des Wookiees, je serais bien incapable d'expliquer leur inimitié profonde avec les Trandoshans et d'imaginer des solutions pour l'amoindrir. Je n'échafaudais que difficilement des modèles théoriques. J'étais une stratège, et même plutôt une tacticienne : à mes yeux, le présent était limpide et je savais où appuyer pour lui faire prendre la bonne direction, mais les évolutions du temps très long m'échappaient souvent. C'est ce qui faisait ma singularité chez les plus grands Jedi, qui se tournaient souvent, justement, vers le très long terme, comme si le court terme n'avait pas, lui aussi, une immense importance. Les Jedi les plus impulsifs avaient pour la plupart quitté l'Ordre pour rejoindre les rangs de l'Alliance exsangue. C'était tout à leur honneur, et la gratitude que Plo éprouvait pour eux prouvait que tout ceci n'avait pas été vain. Néanmoins, beaucoup étaient morts, et nous n'avions aucune nouvelle de beaucoup d'autres. J'avais convenu avec le Conseil qu'il fallait reprendre contact avec ces éléments perdus, s'assurer qu'ils demeuraient des Jedi malgré l'allégeance qu'ils avaient choisi. De nouveaux Jedi Noirs, qui plus est disposant d'un immense prestige dans les rangs de l'Alliance, étaient la dernière chose dont nous avions besoin.

- D'ailleurs, puisque nous parlons de Jedi qui ont rejoint vos rangs… Comment va Nadaai ? J'ai peur qu'elle ne m'ait pas pardonné notre dernière discussion. En tout cas, cela fait un an que je n'ai plus de nouvelles que par bribes, sur l'Holonet, ou par quelques impressions à travers le lien qui nous unit.

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Plo Tan'ith
avatar
Messages : 113
Date d'inscription : 21/11/2016
Rang : Commandeur Suprême de l'Alliance Rebelle
Localisation : A bord de l'ASD - "Sérénité"
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Dim 12 Fév - 1:41
Plo se contenta d’hocher la tête tandis que Loes poursuivit ses conseils. Le kel’dor fit volteface pour la regarder parler. Il demeura silencieux pendant qu’elle s’exprimait tandis qu’il porta son attention dans ses reflets d’âme à la couleur d’un bleu acier. Les mains dans le dos, ses épaules se détendirent tandis qu’il revenait vers son amie le long de sa fontaine. Il répondit d’un ton plus posé qu’un peu plus tôt.

- Je n’aime pas jouer à ces jeux là. Ces mondes impériaux menacés ne me concernent pas ; ils ont choisi leur camp dans cette guerre. Néanmoins nous sommes en guerre justement et je vous rejoins sur le fait que je ne pourrais pas rester impassible devant le sort qui pourrait être réservé aux civils. Ces gens là n’ont pas à payer les pires conséquences de ceux qui ont la responsabilité et le devoir de diriger en leur nom. Je verrais ce que je peux faire si l’occasion se présente.

Il marqua une légère pause tandis qu’il revint s’asseoir aux côtés de l’humaine. Il tiendrait sa promesse ; s’il avait l’opportunité d’épargner au plus grand nombre de civils le joug des Sith, il le ferait. Ces civils ne méritaient pas ce sort. Le Commandeur reprit la parole pour ajouter une petite pensée tandis qu’il passa sa main dans la fontaine pour saisir un peu d’eau et la laisser couler entre ses quatre doigts.

- Les circonstances me poussent à prendre mes responsabilités et à faire des choix que je préférerais ne pas faire. Je l’ai vécu par le passé à de multiples occasions comme sur Coruscant il y a vingt ans déjà. Mais ce n’est que depuis que je suis devenu Commandeur Suprême que je perçois l’ampleur de ces responsabilités. C’en est vertigineux n’est-ce pas ? Je ne vous cache pas que je ne sais pas comment vous faites, où comment l’amiral Stazi a pu faire lorsqu’il était dans ma situation.

Il n’avait jamais vu les choses sous cet angle quand il avait été capitaine puis amiral, il répondait toujours aux ordres de son supérieur et n’avait qu’à gérer que son équipage et les vaisseaux placés sous sa responsabilité. Aujourd’hui, c’était l’Alliance Rebelle entière qui pesait sur ses épaules. Un tel pouvoir et de telles responsabilités entre ses mains lui donnait le vertige quand il y repensait. Cela avait de quoi en tenter plus d’un. Mais l’officier ne voulait pas de cette place ni de ce pouvoir, et il comptait bien faire en sorte de ne pas le garder trop longtemps entre ses mains : le temps nécessaire pour finir cette guerre, instaurer un gouvernement temporaire dont il serait à la tête pour réorganiser l’Alliance ainsi que ses premières élections pour ensuite profiter de sa retraite amplement méritée sur Dorin. Poser les fondations de ce projet, puis passer le relais aux personnes les plus dignes de s’en occuper.

- Elle ressemble beaucoup à Gnost en un sens. Je n’ai pas beaucoup de nouvelles de Sil, ses échanges avec nous sont rares mais toujours appréciables et appréciés par notre famille. Ce que vous me dites me rassure, contrairement à sa sœur aînée elle saura faire preuve de plus de sagesse et de pondération. Quant à siéger au Conseil, ce sera à vos pairs d’en décider, je me refuse à demander à votre ordre ce genre de faveurs. Mais pour l’heure il est encore bien trop tôt pour envisager tout ça. Quant à ses conseils, je suis preneur si elle le souhaite et n’a aucun devoir plus important à accomplir pour le compte de l’Ordre. Cela me donnera l’occasion de l’étreindre à nouveau.

De ses trois enfants, Tila l’aînée était sans aucun doute la plus impulsive et celle au caractère le plus trempé. Gnost son frère cadet et jumeau avait toujours été la voix de la raison dans ce duo,  Sil avait toujours marqué une certaine distance avec le reste de sa famille sans pour autant être en froid avec celle-ci. Mais en tout et pour tout, elle avait du revenir trois fois seulement sur Dorin depuis qu’elle avait rejoint les Jedi. Loes demanda ensuite ce qu’il en était de Nadaai, sa deuxième padawan qui avait quitté l’Ordre pour rejoindre l’Alliance. Le Kel’dor était plutôt gêné de la question compte tenu des nouvelles qu’il pouvait annoncer quant aux rapports liant Nadaai avec Loes. Il chercha à ménager son amie en restant honnête.

- Nadaai va bien, elle a été blessée récemment au cours de nos opérations de reconnaissance en territoire ennemi. Rien de grave rassurez-vous, elle a déjà repris du service. Ses responsabilités en tant que commandante ainsi que la discipline que nous exigeons de nos hommes lui ont fait du bien et permis de tempérer son impulsivité. C’est un excellent élément qui a su gagner la confiance des soldats dont elle a le commandement. Mais je pense qu’elle vous en veut toujours hélas. Je crains que l’Ordre Jedi soit derrière elle désormais.

Le Commandeur Suprême mit sa main droite non trempée sur sa cuisse tout en se redressant. Il reprit un peu plus confiant et vraiment soucieux de pouvoir rendre service à Loes s’il le pouvait.

- Néanmoins je pense qu’elle reviendra vers vous le moment venu. C’est trop tôt pour l’instant si vous me demandez mon avis sur la question. Même si elle ne rejoint pas l'Ordre, j'espère que vous retrouverez votre complicité passée. Mais rassurez-vous je garde un œil sur elle, je sais ce qu’elle représente pour vous et même si je ne peux pas tout dévoiler la concernant car elle me l’a demandé, je peux au moins lui faire passer un message ou tenter d’arranger les choses entre vous.

Nadaai avait su inspirer et insuffler l’espoir dans le cœur des hommes dont elle avait la charge, si Plo avait été dans l’armée de terre, et sous ses ordres, il l’aurait suivie jusqu’au bout de la galaxie. Néanmoins son impulsivité et son envie d’en découdre étaient un frein à son ascension dans la hiérarchie même si ces deux traits de caractères avaient été atténués depuis quelques années. Le destin tragique qui l’attendait avait aussi suscité beaucoup d’empathie de la part de Plo. Mais à l’heure actuelle, aucun remède ne saurait lui permettre de survivre plus longtemps. Bien qu’une ébauche de plan se profilait lentement mais surement dans on esprit à ce sujet. Cette femme méritait de vivre plus longtemps, ne serait-ce que pour tout ce qu’elle avait accompli pour l’Alliance.

_________________


"Strength through unity." - Commander Tan'ith Main Theme
"The only easy day was yesterday." - Commander Tan'ith Assault Theme

"I will never surrender, we'll free the earth and sky. Crush my heart into embers, and I will reignite... I will reignite."
Voir le profil de l'utilisateur
Loes de Walleron
avatar
Messages : 128
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Dim 19 Fév - 18:06
L'amertume de Plo transparaissait très vivement, et il était bien déterminé à ne pas pardonner ceux qui lui avaient infligé cela. Lui, cet homme si flegmatique, si doux même dans sa vie privée, en voulait à mort à l'Impératrice Fel, à ses Moffs suffisants, à ces gouvernements du Noyau qui avaient abandonné les idéaux de l'Alliance au pire moment. Même la mort ne protégeait pas Marasiah Fel de son ressentiment. Mais peut-être était-ce ce qu'il fallait à l'Alliance en péril : un homme qui n'admettait pas qu'on ait pu le trahir, et qui ne consentirait à aucune indignité. C'était des idées qui soulevait les peuples encore fidèles, les résistants, et qui de mieux pour les porter que cet amiral qui les partageait profondément ? Malgré l'opposition qu'il apportait à mes propositions, j'admirais mon ami et j'éprouvais même de la fierté à avoir son oreille. Je l'admirais, de parvenir encore à entendre mes mots aux airs insensibles, peut-être même calculateurs, alors même qu'il avait tant perdu.

Ces mots-là, Nadaai ne me les pardonnerait donc pas. Je le sentais depuis un an, mais me l'entendre dire m'assombrit l'humeur. Même si Plo m'assurait que le temps fermerait cette blessure, j'étais bien placée pour savoir que du temps, Nadaai n'en avait pas, ou en tout cas n'avait pas l'impression d'en avoir. Elle se savait mourante depuis toujours, plus intensément que n'importe qui, et son tempérament de Cathar la poussait à brûler la mèche de sa vie avec la plus puissante des flammes. Je gardais un souvenir très fort de la dureté avec laquelle elle avait accueilli mes demandes, il y avait un an, et la force de son ressentiment non seulement contre l'Empire, mais aussi et surtout contre moi, et à travers moi contre l'inaction des Jedi, qui viendraient ensuite dire à ceux qui s'étaient engagés ce qu'il fallait faire ou ne pas faire. Nadaai avait la fougue de la jeunesse et la résignation face à la mort de la vieillesse. Ce désir de briller avant de s'éteindre pouvait la rendre dangereuse, non seulement pour ses ennemis bien sûr, mais aussi pour ses alliés.

Si Plo était parvenu à lui donner un sens des responsabilités, peut-être reprendrait-elle conscience que sa vie n'était pas que sa vie. Mon ancienne apprentie était une Jedi d'une rare puissance maîtrisant la Méditation de Combat. À vrai dire, savoir qu'elle faisait usage de son pouvoir ne me dérangeait pas : je ne l'avais pas empêchée de suivre le Croisé Jedi. Cependant, il ne fallait pas qu'elle oublie qu'elle était un engrenage important d'un système. Son comportement pouvait changer beaucoup de choses dans la stratégie de l'Alliance, bien plus qu'elle n'en soupçonnait sûrement. À ses yeux, sa vie ne regardait qu'elle, et elle la donnerait volontiers pour préserver ce qu'elle jugeait digne de sacrifice. Nadaai était radicale, plus encore que durant sa formation, et je m'en inquiétais. Lui adresser un message, lui rappeler qu'elle comptait pour moi... J'étais tentée.


- Merci de prendre soin d'elle, Plo. Puisque vous le proposez, dites-lui que...

Que quoi ? Que je l'aimais comme ma fille ? Ces choses ne se disaient pas par l'intermédiaire de celui qu'elle admirait par dessus tout. Bien sûr, que Plo l'assure de mon affection pour elle aurait sûrement de l'effet, mais lequel ? Trouverait-elle là-dedans le désir de rouvrir le dialogue avec moi, ou bien aurait-elle l'impression que j'avais manipulé mon ami pour l'atteindre, comme une preuve de mon influence ? Nadaai savait de quoi la Force me rendait capable, et tant que j'ignorais la vivacité de sa rancune contre moi, il m'était impossible de savoir quel effet mon discours rapporté produirait sur elle. Non... si je voulais lui dire quelque chose, ce serait de vive voix, ou par le lien qui nous unirait toujours.

- … non, oubliez ça.

Qu'elle s'inspire de Plo sans que j'interfère ne serait peut-être pas plus mal. Il y avait en lui la même détermination, le même feu sacré, mais lui avait accepté de ne pas sacrifier ou plutôt avait consenti au véritable sacrifice : cet homme de terrain, qui aimait ses hommes et la pêche, avait revêtu l'uniforme suprême, celui qui le contraindrait souvent à choisir entre son code moral et les nécessités stratégiques. Il l'avait enfilé en connaissance de cause, non parce qu'il le désirait ou même avait constaté que l'Alliance avait besoin de quelqu'un comme lui, mais parce qu'on le lui avait demandé, qu'on lui avait fait confiance. Pour cela aussi, j'avais une immense admiration, moi qui avais envisagé le rôle de Maîtresse de l'Ordre en partie par motivation personnelle. J'aimais ma position, je m'y savais douée et pourtant la tâche n'en était pas aisée pour autant. J'osais difficilement imaginer ce que Plo pouvait ressentir. Qu'il fût si peu en détresse était le signe qu'il avait la stature, mais ce pouvoir serait sûrement une souffrance à long terme. Pour lui, j'espérais que la guerre durerait peu et qu'il pourrait bientôt céder la place à un autre, même s'il y avait peu d'illusions à se faire sur ce point.

- L'amiral Stazi gérait une flotte, immense certes, et sa diplomatie. Lourde charge, j'en conviens, mais cela restait une flotte. Pour ma part, je m'occupe de quelques centaines de personnes que je connais toutes personnellement. Elles ont des pouvoirs immenses dont la mauvaise utilisation peut causer des désastres, certes, mais ce ne sont que quelques centaines de personnes. Vous, mon ami, vous protégez des milliards de vies sur des milliers de systèmes. Vous seriez fou de ne pas avoir le vertige. Il vous est impossible de tout connaître de vos protégés, de leur vie, de leurs craintes, de leurs cultures, et pourtant vous devez composer avec tout cela. Vous êtes comme ce citoyen qui est censé ne rien ignorer de la loi mais qui n'en connaît que quelques lignes.

Comme ce citoyen, Plo Tan'ith était responsable de tout ce qu'il faisait, sans pour autant savoir à l'avance ce qu'il risquait en les faisant. Et l'ampleur de ce qu'il gouvernait lui laissait bien peu de bonnes options. J'espérais que mes conseils l'aideraient, mais lui seul pouvait assumer sa charge, et c'était pour sa personnalité que Gar Stazi l'avait choisi, pas pour la mienne.

- Je vous aiderai comme je le peux, si vous le souhaitez. Conserver la neutralité de l'Ordre ne signifie pas que nous ne devrions vous apporter aucune assistance d'aucune sorte. Si vous avez besoin de nos compétences pour des champs autres que militaires, n'hésitez jamais à me le dire.

À mes yeux, une neutralité passive, celle d'un observateur extérieur, ne pouvait constituer un programme décent pour un Ordre au prestige et au pouvoir si grands que le nôtre. Pour assumer un rôle d'arbitre international, il ne fallait pas se dégager des conflits, bien au contraire. On n'accepte les décisions d'un juge que si l'on sait qu'il peut récompenser et punir. Un juge refusant de se prononcer dans les affaires les plus difficiles, refusant de contraindre les parties à s'entendre et à ne plus se livrer à une vendetta meurtrière n'était plus un juge mais un simple observateur, tout juste bon à collecter des renseignements et à se faire un avis. C'était la leçon du triumvirat, et je n'entendais pas l'oublier.

- J'ai aussi une demande à vous faire. De tous les nôtres qui ont quitté l'Ordre pour rejoindre vos rangs, seuls quelques-uns ont repris contact. D'autres, comme Nadaai, nous connaissons leur situation de manière indirecte. Mais beaucoup ont disparu ou sont morts, sans que nous sachions précisément qui. Le Conseil et moi-même n'entendons pas avoir une nouvelle Akni, et la chute de l'un des Jedi qui vous soutiennent serait catastrophique pour l'Alliance. Nous aimerions monter un dossier de tous les Chevaliers qui ont quitté nos rangs pour les vôtres, comprenant les rôles qu'ils ont occupé ou occupent auprès de vous et le cas échéant les circonstances de leur disparition. Ce n'est pas pour les faire revenir dans notre giron, c'est pour reprendre contact avec eux, nous assurer qu'ils suivent toujours le Code des Jedi et éventuellement les entraîner pour éviter qu'ils n'en viennent à mal utiliser leurs pouvoirs, ce qui deviendrait très dangereux pour eux et pour les autres.

C'était une demande colossale, d'autant que Plo venait justement de me dire qu'il ne pouvait pas tout me dévoiler sur Nadaai car elle ne le voulait pas. Pourtant, il ne pouvait ignorer le péril que représentaient des Jedi perdus. Le Croisé disparu, personne parmi ces héros de l'Alliance n'avait l'autorité et les compétences pour maintenir une cohésion et des règles semblables à celles de l'Ordre. Si les Sith parvenaient à approcher plusieurs de nos anciens Chevaliers, ils pourraient gagner des agents doubles redoutables, ou même seulement les rendre incontrôlables. La résolution de Nadaai, par exemple, son engagement qui touchait au fanatisme... cela la rendait dangereuse, et même si j'avais confiance dans son intelligence et dans ses compétences, je savais qu'elle était encore trop jeune et trop impétueuse pour avoir ne fut-ce qu'une idée du danger que représentait son potentiel, si elle l'employait mal. Ils étaient des dizaines de jeunes talentueux à avoir rejoint l'Alliance en danger. Nous devions les protéger, les aider à garder en vue les raisons pour lesquelles ils avaient quitté l'Ordre et décidé de combattre les Sith. Leur décision était prise : notre responsabilité nous imposait de la reconnaître et de leur donner les moyens de remplir correctement leur mission, en évitant le plus possible les dégâts collatéraux que pouvaient causer leur pouvoir.

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Plo Tan'ith
avatar
Messages : 113
Date d'inscription : 21/11/2016
Rang : Commandeur Suprême de l'Alliance Rebelle
Localisation : A bord de l'ASD - "Sérénité"
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Mer 1 Mar - 19:21
Assis aux côtés de la Jedi, il l’entendit tenter de vouloir passer un message auprès de la jeune Nadaai. Mais elle se ravisa bien vite, se révélant presque un peu trop aux yeux du Kel’dor qui n’était pas accoutumé à la voir ainsi. Nadaai la tourmentait, c’était évident. Et Plo aurait bien envie d’arranger les choses, néanmoins il ne pouvait se contraindre à forcer la main de ses deux femmes. Le mieux à faire était de laisser une porte ouverte au cas où Loes souhaitait communiquer quelque chose à l’attention de son ancienne padawan.

- De rien, c’est la moindre des choses après ce que vous avez fait pour moi. Si vous changez d’avis pour Nadaai et que vous souhaitez lui passer un message, vous pouvez me contacter vous savez.

La seconde requête de Loes fut légitime, mais posait quelques problèmes administratifs. Néanmoins l’argumentaire de la Maîtresse de l’Ordre Jedi était compréhensif : les Jedi qui servaient l’Alliance n’étaient pas à l’abri de mal tourner, mais le Commandeur Suprême souhaitait collaborer au mieux avec Loes sans pour autant compromettre les intérêts de l’Alliance. Il ne pourrait pas tout dévoiler d’eux, leurs affectations pouvaient être sensibles et classifiées secret défense. Compte tenu du statut spécial de ces Jedi concernés, il serait difficile de concilier les deux, mais Plo souhaitait faire de son mieux et préféra miser sur des compromis : l’officier n’en dévoilerait pas plus que nécessaire aux Jedi dans la mesure ou les informations que ceux-ci pourraient avoir ne risqueraient pas de compromettre l’Alliance Galactique. Le Kel’dor répondit sérieusement à Loes.

- Je comprends parfaitement votre démarche et les risques que cela peut représenter, en effet je ne veux pas qu’un de nos éléments fasse défection à l’ennemi ou devienne trop dangereux pour ses compagnons d’arme ou l’Alliance. Je peux vous fournir une liste de ceux qui sont encore en vie, et ceux qui sont morts au combat ou disparus en opérations. Ils ne sont pas très nombreux dans cette dernière catégorie. Je peux également indiquer le rang et responsabilités qu’ils occupent dès l’instant ou leur affectation ou position n’est pas considérée comme sensible. Pour ceux-là, nous nous chargerons de transmettre votre message ou organiser une rencontre avec vos membres. Pour ceux qui sont malheureusement morts en faisant leur devoir, nous vous transmettrons leurs dossiers s’ils ne sont pas considérés top secrets.

Il marqua une légère pause avant de reprendre la parole pour aborder son projet spécial sur lequel il comptait mandater ses meilleurs éléments dont Syrielle Shakhovite. Il aurait besoin des Jedi sur ce sujet là, il le savait. Plo inspira un peu pour détailler son projet.

- Pour revenir sur le sujet de votre aide, je crois que j’aurai bientôt besoin de vous sur le sujet des Sith Trooper. Vous n’êtes pas sans ignorer la menace qu’il représente, et l’Alliance Rebelle compte bien trouver un moyen de retirer cet avantage que l’Empire Sith à sur nous. Votre expertise en matière de sciences Sith nous sera très utile je pense, et nous serons prêts à partager le résultat de nos recherches avec l’Ordre Jedi en produisant les contremesures qui, je l’espère, nous permettrons de reprendre l’avantage.

Un projet ambitieux mais capital pour Plo, les Sith constituaient déjà un défi de taille à relever pour l’Alliance, mais les Sith Troopers -bien que moins redoutables que leurs maîtres- étaient bien plus dangereux de part leur nombre. Y compris pour des Jedi ou des Chevaliers Impériaux. Le Commandeur Suprême comptait bien rendre cet atout inefficace sur le moyen terme afin de reprendre le dessus et temporiser la guerre contre les Sith. Mais ces supers soldats étaient en partie conçus par les obscurs savoirs Sith relevant de la Force. En dépit des quelques Jedi qui avaient rejoins l’Alliance, aucun d’eux ne pouvait se vanter de posséder une réelle expertise sur la question de l’alchimie Sith. L’Ordre Jedi en revanche avaient combattu les Sith depuis bien plus longtemps, et peut-être que leurs archives contenaient encore des éléments qui permettraient de percer à jour le mystère de leur conception pour mieux les détruire avec un minimum de moyens.

_________________


"Strength through unity." - Commander Tan'ith Main Theme
"The only easy day was yesterday." - Commander Tan'ith Assault Theme

"I will never surrender, we'll free the earth and sky. Crush my heart into embers, and I will reignite... I will reignite."
Voir le profil de l'utilisateur
Loes de Walleron
avatar
Messages : 128
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Jeu 16 Mar - 16:00
Je m'étais attendue à devoir batailler pour obtenir gain de cause, à échanger des arguments avec mon vieil ami. Finalement, il n'y eut rien de tout ça. Il accepta ma requête sans faire d'histoires, en m'imposant tout de même des conditions auxquelles je m'étais attendues. Qu'il ne divulgue pas des informations classées défense à l'Ordre Jedi était tout à fait compréhensible. Même si Plo était le Commandeur Suprême de l'Alliance, un tel geste pourrait être interprété comme une trahison, même s'il n'avait a priori pas d'opposition pour l'instant.

À vrai dire, la facilité avec laquelle il me concéda ce que je demandais me déconcerta. Je soupçonnai d'abord que l'activité de beaucoup de Jedi tombait sous le coup du secret d'État, mais je ne sentis aucun désir de me donner de fausses joies. Il savait bien, du reste, que je m'en rendrais rapidement compte le cas échéant. Il s'agissait donc bien de confiance, et une bouffée de gratitude et d'affection pour ce fidèle ami m'envahit.

Cependant, je n'eus pas le temps de le remercier avec toute la chaleur que je lui devais qu'il me fit part lui aussi d'une requête. L'échange de bons procédés ne me dérangeait pas le moins du monde, d'autant que Plo avait tout à fait raison : les Sith Troopers représentaient un danger qui pourrait s'avérer mortel pour l'Alliance Galactique si elle n'y prenait garde. La manière précise dont les Sith détruisaient ces enfants et pour les remodeler à leur guise avec leurs pouvoirs ignobles m'était inconnue, mais nous avions des érudits qui s'étaient penchés sur la question. Nul doute que mettre leurs connaissances au service du plus grand nombre ne les dérangeraient pas. Cela dit, j'avais moi-même grandement contribué aux différentes enquêtes menées par l'Empire et l'Ordre Jedi sur les disparitions d'enfants, et je savais à peu près comment les Sith recrutaient leurs futurs esclaves. Ils choisissaient des individus suffisamment sensibles à la Force pour pouvoir la manipuler, mais aussi suffisamment juvéniles pour être entièrement conditionnés à l'obéissance aveugle. Si Plo était prêt à se prêter à l'expérience, nous pourrions au moins tenter quelque chose pour empêcher les enlèvements dans l'espace rebelle. Malheureusement, maintenant que les Sith disposaient d'un territoire extrêmement étendu, de telles mesures ne suffiraient pas du tout à tarir le flot qui garnissait les sinistres rangs des Sith.


- Je présenterai votre requête au Conseil, mais il ne fait aucun doute qu'ils accepteront que nous partagions les connaissances à ce sujet. Les Sith Troopers ne sont pas le moindre atout des Sith, ni leur moindre crime. Je pense pouvoir vous garantir l'aide de l'Ordre sur le plan de la science. Cependant, je dois tout de même vous avertir que nous ne sommes pas des experts de la magie Sith. Pour savoir avec la plus grande précision comment les Sith procèdent et si le conditionnement atroce qu'ont subi ces gens est réversible, il faudrait capturer des Troopers ou leurs bourreaux vivants.

Il n'était pas impossible d'envisager une opération, un piège pour attirer les esclavagistes Sith en quête de candidats à l'endoctrinement. Nul doute qu'un rassemblement de jeunes enfants puissants mais non formés attirerait des convoitises, et ce même si le traquenard n'était pas difficile à freiner. L'orgueil de nombreux Sith les rendaient tout à fait inconsidérés. Ne m'aventurant pas trop loin dans ces possibilités, je repris la parole.

- En tout cas, s'il y a bien quelque chose que nous pouvons faire, c'est trouver dans les mondes que vous contrôler les enfants susceptibles d'être enlevés par les Sith pour les mettre en sécurité, voire les former aux voies des Jedi. Ça n'empêchera pas nos ennemis d'enlever de jeunes gens sur les mondes conquis, mais au moins sauront-ils que dans le territoire de l'Alliance, les jeunes sensitifs sont sous la protection de l'Ordre Jedi. Certains des Chevaliers qui vous ont rejoint pourraient être fort utiles en cela.

Si la proposition seyait à Plo, ce serait faire d'une pierre deux coups : non seulement j'apportais des gages de la bienveillance des Jedi envers l'Alliance, mais je renforçais dans ces territoires notre influence, et en particulier notre pouvoir de recrutement. Les différents massacres dont l'Ordre avait souffert ces dernières décennies avaient réduit notre nombre de manière inquiétante, et même si j'avais évité à l'Ordre une nouvelle hécatombe sur Ossus, nos rangs n'étaient pas au mieux de leur forme historique. Nous n'étions que quelques centaines, et notre isolement sur Hapès allait nous rendre plus difficilement accessibles à la population galactique. Si nous voulions continuer à renforcer nos rangs, il allait falloir mener une politique de recrutement très volontariste. Comme l'Empire ne voyait pas forcément d'un bon œil que nous prenions ses sujets sous notre aile, en tout cas ces derniers temps, l'Alliance de Plo Tan'ith pourrait, elle, représenter un excellent espace d'engagement pour nous.

- En outre, mettre en place des recherches de jeunes sensitifs pourrait permettre la mise en place d'un piège dans un certain temps. Ce serait dangereux, mais nous pourrions attirer des esclavagistes Sith en regroupant les nouveaux novices avant de les embarquer pour Hapès. En leur tendant une embuscade avec plus de défense que nous n'en aurions laissé paraître, il serait aisé de faire de prisonniers.

Une opération de ce type ne serait pas pour tout de suite de toute façon, et si nous trouvions un moyen de ne pas faire courir de risques à des enfants, cela vaudrait mieux. Néanmoins, ces jeunes gens seraient en danger de toute façon tant que nous ne les aurions pas identifiés. L'armée de l'Alliance n'était pas faible, mais elle ne contrôlait pas suffisamment le territoire pour empêcher des voyageurs Sith solitaires de circuler et d'enlever des gamins.

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Plo Tan'ith
avatar
Messages : 113
Date d'inscription : 21/11/2016
Rang : Commandeur Suprême de l'Alliance Rebelle
Localisation : A bord de l'ASD - "Sérénité"
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Dim 19 Mar - 19:39
Plo ne pouvait trop en révéler sur les Jedi ayant choisi de quitter l’Ordre au profit de l’Alliance Rebelle. Nombreux étaient ceux pour qui, l’Ordre était une page tournée de leur histoire et ne voulaient plus rien à avoir à faire avec eux. D’autres étaient moins obtus et seraient sans doute d’accords pour rencontrer leurs homologues et coopérer avec ceux ayant choisi de rester fidèles à l’Ordre. Nombreux étaient aussi ceux assignés à des affectations sensible. En effet, des gens ayant ce talent brillaient dans ce genre d’opérations et mobiliser les plus talentueux à des missions plus conventionnelles serait du gâchis. Seuls les plus jeunes et moins expérimentés devaient encore faire leurs preuves sur ce terrain plus classique mais pas moins dangereux. Le Commandeur hésita à confier les données concernant Nadaïi notamment en gage de bonne foi pour Loes, mais cette dernière était des plus désemparée à l’idée de ne pas avoir de nouvelles. Nadaïi lui avait demandé de ne pas trop en dire auprès de son ancien mentor. Voulant à la fois soulager Loes tout en respectant la parole qu’il avait eue à l’égard de Nadaïi, il lui reposerait la question pour savoir si oui ou non elle avait changé d’avis là-dessus. La coopération entre l’Alliance et les Jedi allait porter ses fruits sur cette demande de Loes mais aussi auprès de la question des Sith troopers.

Mais ce qu’avait demandé Loes concernant les sensitifs devant être mis en sécurité et formés aux voies des Jedi le crispa d’un coup. Il ne s’en cacha pas, ses épaules se raidirent immédiatement tant il trouvait la demande particulièrement gonflée. Il comprenait la logique derrière et le manque d’effectifs de l’Ordre Jedi, cependant voir son territoire devenir un réservoir de padawans à former pour le compte d’un Ordre qui ne s’investissait pas assez au goût du Commandeur Suprême pour l’Alliance était difficilement envisageable. En d’autres circonstances il l’aurait accepté sans problèmes mais ces sensitifs représentaient d’un point de vue pragmatique une ressource capitale pour l’Alliance qui manquait cruellement de moyens pour lutter contre les chevaliers impériaux et les sinistres Sith aux pouvoirs terrifiants.
Il ne pouvait pas se permettre de livrer ces enfants à un Ordre qui pour le moment ne s’était pas décidé à agir par le passé, mais il admettait cela dit que sans effectifs supplémentaires, l’Ordre Jedi ne bougerait pas plus qu’avant, sans doute moins d’ailleurs. Il se doutait bien que l’Empire ne tolérait pas que ceux-ci viennent recruter sur leurs territoires, et Plo Tan’ith ne voyait pas pourquoi, l’Alliance devrait ne pas faire de même et se priver de se donner des moyens de revenir dans la course.
Rétrospectivement parlant, la rébellion d’Akni d’une part et la trahison impardonnable de Bastion combinée à la neutralité de l’Ordre Jedi avait fait que l’Alliance Galactique avait été la plus grande perdante de ce dernier conflit. Et Plo comptait bien récupérer ce qui avait été perdu face aux Sith, volé par les armes ou la duplicité impériale et s’assurer que l’Alliance ne soit plus jamais le dindon de la farce à l’échelle galactique. Il détourna le regard préférant éviter de croiser celui de Loes pour répondre d’une voix un peu plus neutre et moins enthousiaste que par le passé, comme s’il assénait une vérité qui serait dure à avaler en somme.

- Certains de nos chevaliers ont déjà émis le souhait de former des disciples afin que l’Alliance puisse être autonome contre les Sith ou chevaliers impériaux si d’aventures, ceux-ci se risquaient à se livrer à des missions d’espionnage sur nos territoires. Nous avons déjà approuvé ces formations en assignant un instructeur militaire et un observateur aux Jedi ayant déjà un apprenti afin que nous ayons un œil sur la formation. Les Jedi concernés étaient d’accords avec cette méthode. Ils ne sont pas nombreux à nous avoir fait part de leur choix et ce sont surtout les plus âgés d’entre eux qui ont fait cette demande. Ils représentent 20% de l’ensemble de l’effectif Jedi dans nos rangs. Mais selon nos estimations, le phénomène ira en s’amplifiant et j’ai bien peur que nous n’ayons pas assez de formateurs pour cela le moment venu.


Et c’était un fait, il serait compliqué pour l’Alliance de former ses propres Jedi car ils manquaient d’effectifs en comparaison de l’Ordre lui-même. Par ailleurs les instructeurs Jedi seraient d’autant plus d’éléments qui ne seraient pas mobilisés sur des affectations sensibles. D’où l’intérêt de former dès aujourd’hui les prochaines générations de Jedi qui serviraient l’Alliance et ses principes non seulement sur le champ de bataille, mais aussi vers l’arrière sur des postes de support à l’effort de guerre.
Plo décida de couper la poire en deux et de ne pas prendre de décision tranchée par respect vis-à-vis de Loes d’une part, mais aussi par réalisme : ils manqueraient de maîtres pour former ces padawans, pour ceux qui ne pourraient rejoindre l’Alliance, l’Ordre Jedi restait la meilleure option et permettrait à l’Ordre de remplir à nouveau ses effectifs. Il regarda à nouveau Loes pour lui répondre calmement et d’un ton plus assuré.

- Je vous rejoins sur le fait que nous ne pouvons pas laisser les sensitifs à la Force, qu’ils soient adultes ou enfants à la merci des Sith. Nous devons les mettre en sécurité, mais surtout je tiens à laisser le choix aux familles pour les enfants, et les adultes : soient ils seront formés aux voies de la Force par un Jedi de votre Ordre ou par un de l’Alliance si nous avons assez de chevaliers volontaires pour cette tâche. Si nous n’en n’avons pas assez, il est évident que nous vous contacterons pour que vous puissiez les récupérer.

La liberté, c’était le crédo de l’Alliance et Plo comptait bien laisser la liberté aux sensitifs de choisir entre l’Ordre Jedi et l’Alliance Rebelle. C’était un peu osé et le kel’dor éprouvait une certaine gène à le dire, mais Plo venait ni plus ni moins d’admettre qu’il était entrain de créer un nouvel ordre d’utilisateur de la Force qui serait loyal à l’Alliance. Ce n’était pas un projet recherché ni volontaire de l’Alliance, mais quand les premiers et les plus anciens Jedi qui avaient décidé de rallier l’Alliance avaient commencé à effectuer ces demandes de formation auprès de l’État-major dont Plo faisait partie, les militaires n’avaient pas vraiment su comment répondre à cela. Et pour cause ils n’avaient jamais envisagé la chose, et dans certains cas, les Jedi en question avaient déjà trouvé leur futur apprenti et débuté la formation.
L’État-major avait été mis devant le fait accompli en somme dans mais le Commandeur avait vu là une opportunité à saisir afin de mettre un atout de plus dans les manches de l’Alliance tout en empêchant le recrutement de ces sensitifs par les Sith ou du moins de les laisser hors de tout contrôle.

Hors de question d’imposer à ces apprentis d’aller au front : ceux qui ne souhaitaient pas combattre pouvaient être formés à la force et au sabre laser mais seraient affectés à des tâches utiles à l’Alliance telle que l’analyse tactique de données, l’agriculture sur certains mondes agricoles, là ou leurs talents seraient appréciés par les locaux pour contribuer à l’effort de guerre. Pour d’autres ce serait auprès des blessés ou là Force serait utile pour remettre sur pied les soldats les plus grièvement blessés.
En d’autres termes, ce seraient des diplomates, des pilotes, des médecins, des scientifiques, des cultivateurs, des ingénieurs, des analystes, ils s’insèreraient dans la société en restant fidèles à l’Alliance, capable de se battre et de maitriser la Force mais pas pour le compte de sociétés privées, pour le compte des institutions officielles de l’Alliance. Mais il fallait être honnête, beaucoup privilégieraient des affectations de terrain et une vie au service de l’armée de l’Alliance.

Cela aurait peut-être de quoi choquer Loes, mais c’était un fait : en refusant de prendre parti dans cette guerre, l’Ordre Jedi s’était isolé, et l’Alliance livrée à elle-même, abandonnée de toutes part par ses soutiens avait du se débrouiller à sa façon pour ne pas disparaître.

Plo fit quelques pas, invitant Loes à la suivre à travers les jardins, le chrono tournait et bientôt la rencontre officielle aurait bien lieu. Mais pour l’instant ils avaient encore du temps devant eux. Le kel’dor décida de reprendre la parole et de réorienter le sujet vers le projet de la Maîtresse de l’Ordre Jedi. Le Commandeur avait enfin réussi à se détendre un peu.

- Je trouve votre première ébauche de plan des plus risquées. Cela ne me plait pas de mettre en danger des enfants pour ce plan. D’autant plus que nos renseignements pourraient nous indiquer des Sith trooper isolés à neutraliser plus aisément pour ce plan. Pour la lutte contre les esclavagistes à la solde d’Akni et de ses séides, vous aurez notre soutien cela dit. Je pourrais allouer des vaisseaux et des membres d’équipage ainsi que partager quelques données tactiques sur eux. Dès que vous aurez le feu vert du Conseil Jedi ainsi que vous serez prête, nous pourrons neutraliser certains de ces maudits esclavagistes.

La suite de la marche les emmenait à l’intérieur d’un bâtiment après avoir passé la terrasse principale sur laquelle aurait lieu le banquet après les négociations. Déjà des droïdes divers s’affairaient à préparer la réception juste après en transportant des plateaux de nourriture et quelques bouteilles.


_________________


"Strength through unity." - Commander Tan'ith Main Theme
"The only easy day was yesterday." - Commander Tan'ith Assault Theme

"I will never surrender, we'll free the earth and sky. Crush my heart into embers, and I will reignite... I will reignite."
Voir le profil de l'utilisateur
Loes de Walleron
avatar
Messages : 128
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Dim 19 Mar - 22:47
Je sentis et vis immédiatement la crispation de Plo. Sans doute me trouvait-il bien effrontée de demander de telles concessions, et il avait raison, en un sens. Du point de vue de l'Alliance rebelle, le potentiel d'un Jedi était une véritable bénédiction. Leur formation était complète : guerriers d'élite, diplomates, guérisseurs, espions, stratèges... Les Jedi pouvaient occuper bien des fonctions avec un brio dont étaient incapables de simples êtres conscients. En outre, leur force symbolique était considérable, et toute rébellion avait besoin de ses héros.

Néanmoins, peu de non-sensitifs comprenaient pleinement quel danger pouvait receler la Force. La formation d'un Jedi prenait au moins vingt ans, et même alors les risques restaient tous sauf négligeables. Un mauvais usage de la Force pouvait causer des catastrophes colossales, et il était étonnant que l'Alliance n'en prenne pas conscience, après toutes les conséquences qu'avaient eu la chute d'une seule d'entre nous. Si le Conseil avait accepté qu'un nombre assez important d'entre nous parte aider l'Alliance, c'est justement parce qu'ils l'avaient fait collectivement, et sous la houlette d'un de nos Maîtres respectés. En partant en bloc, ils ne s'étaient pas isolés comme l'avait fait Veidi Skar'll.

Lorsqu'il m'annonça que plusieurs Chevaliers avaient décidé de prendre des apprentis, je manquai de m'étrangler. Quasiment tous ceux qui avaient quitté l'Ordre n'avaient justement jamais formé de Padawan, et le Croisé avait disparu : comment espéraient-ils bien former leurs élèves sans le conseil de Maîtres alors qu'ils n'avaient jamais fait cet exercice ? Leur dessein était sans doute louable, mais l'erreur était de taille : former des Jedi dans un régime en guerre, sous la tutelle conjointe d'un Chevalier sans expérience de la pédagogie et d'un instructeur militaire, risquait de ne donner que de sinistres résultats. Je me bénis d'avoir fait ma proposition. Sans elle, Plo ne m'aurait peut-être pas parlé de ça, et nous serions allé à une catastrophe très probable. Les Jedi ne devaient pas être formés comme des soldats, et encore moins par des soldats. Ils devaient comprendre à quel point leur pouvoir était bénéfique et combien ses utilités pouvaient être diverses, si l'on parvenait à éviter les écueils. Mais de la part de Chevaliers qui peinaient déjà à éviter les écueils eux-mêmes – je n'aurais pour rien au monde confié un Padawan à la Nadaai que j'avais vue il y avait un an, par exemple, mais je doutais de toute façon qu'elle veuille un jour en prendre un – l'enseignement risquait d'être extrêmement dangereux.


- Faire former des Jedi par des Chevaliers qui ne sont pas rompus à l'exercice constitue un risque énorme si nous ne contrôlons pas cet enseignement, Plo. Non qu'ils soient incapables de prendre un Padawan, mais ils sont incapables d'en faire de bons Jedi, qui ne sombreront pas lorsqu'ils seront mis à l'épreuve, ce qui risque d'arriver vite s'ils se battent pour vous. Et qu'ils soient formés dans l'esprit rebelle de l'Alliance que vous dirigez n'arrangera rien, je suis désolée de vous le dire. Un manipulateur de la Force doit se garder de tout fanatisme, de toute cause suprême à laquelle il sacrifierait tout, ou bien il risque de commettre des actes aux conséquences désastreuses, comme le font couramment les Sith et comme le font aussi parfois les Chevaliers Impériaux au nom de leur monarque.

La remontrance pouvait sembler franchement féroce, voire ingrate, mais je transmis via le lien qui me liait à Plo la réelle inquiétude que j'éprouvais à ce sujet. Il ne s'agissait pas là d'une tactique de manipulation ou d'une demande de concession excessive : le risque était aussi grand que je le dépeignais.

- Je ne m'oppose pas à ce que les Jedi qui vous ont rejoint forment leurs apprentis, Plo. Je pourrais peut-être même convaincre le Conseil d'avaler la pilule. Cela étant, nous devons mettre en place un système de rattachement de ces instructeurs et de ces élèves à l'Ordre. C'est impératif : sans l'Ordre, un Jedi est faible et n'a personne pour le rattraper s'il chute. Ce n'est pas pour rien que nous avons une diplomatie indépendante et que les Jedi, une fois formés, ne sont pas libres d'aller courir la galaxie au service de leur idée du bien. Mais nous nous gardons les uns les autres, et ceux qui vous ont rejoint sont parfois à peine capables de se garder seuls. Voilà ce que je vous propose : lorsqu'ils sont repérés, les jeunes sensitifs de vos territoires sont envoyés au Temple pour y suivre l'instruction des novices, s'ils acceptent bien sûr. C'est une étape cruciale dans le cursus d'un Jedi, quel que soit l'âge de son recrutement. C'est là qu'il apprend les fondamentaux du sabre, de la Force, de notre philosophie, mais surtout qu'il comprend qu'il est faillible quand il est seul. Les amitiés qui se forgent dans le noviciat suivent un Jedi toute sa vie durant, et bien souvent lui évitent de commettre de graves erreurs. Tous les Chevaliers qui se sont mis sous vos ordres seront libres de venir prendre un Padawan parmi les novices formés, au même titre que les Chevaliers qui seront demeurés dans l'Ordre. Et lorsqu'ils auront achevé leur formation, ces Padawans viendront passer les Épreuves devant le Conseil avant de vous revenir.

Ce compromis serait déjà difficile à faire accepter au Conseil, qui souhaitait dans l'ensemble une réintégration des égarés maintenant que l'Alliance n'était plus rongée par une guerre intestine. Nous nous battions contre les Sith, mais il était hors de question pour le Conseil – et pour moi la première – que nous levions le sabre contre l'Empire.

- Je peux vous paraître exigeante, Plo, et j'en suis vraiment navrée, mais le pouvoir de la Force n'est pas à enseigner à la légère, croyez-en celle qui a formé des novices pendant neuf ans. Il faut nous confier les sensitifs le temps de leur noviciat. Cela sera bénéfique pour tout le monde : vos Chevaliers seront moins désemparés face à l'ampleur de la tâche, et ces Padawans qui vous rejoindront finalement seront beaucoup mieux formés. En outre, vous parliez de liberté, et je ne peux qu'être entièrement d'accord avec vous et justement, procéder ainsi donnerait aux jeunes novices plus de temps pour réfléchir à leur futur tout en apprenant de quoi retourne leur pouvoir. Car, soyons sérieux, un enfant de six ans n'est pas suffisamment mature pour décider s'il veut servir l'Alliance ou non. Déjà, c'est difficile pour des pré-adolescents, l'âge en général des nouveaux Padawans. Notez aussi que pendant que nous formerons tous les novices à l'abri sur Hapès, vos Chevaliers seront disponibles pour vous servir, sans être accaparés par l'éducation de jeunes enfants exceptionnels qui, croyez-en mon expérience, leur prendrait tout leur temps. Je serais même prête pour ma part, mais il faudrait en persuader le Conseil, à mettre en place ce dispositif dès maintenant, c'est-à-dire que vos Chevaliers pourraient venir au Temple prendre pour Padawan des novices déjà formés ces dernières années. Et vous savez qu'un Padawan est apte au service dès qu'il a un Maître.

Plus je parlais, plus l'idée me semblait bonne. D'une certaine manière, elle réintégrerait les Jedi passés à l'Alliance dans l'Ordre, ou au moins les rattacherait, ce qui ne pouvait être que bénéfique pour eux. En outre, elle garantissait la sécurité des novices sur Hapès, leur donnait une formation adéquate et permettait de nouer des liens plus confiants avec l'Alliance rebelle.

Suivant Plo dans les jardins que cette discussion animée m'empêchait d'admirer à leur juste mesure, j'écoutai son avis sur mon « plan » fait sur la comète. Il avait raison bien sûr, ce n'était pas raisonnable de faire courir un tel risque aux novices, surtout s'il existait d'autre moyens.


- Je réfléchissais tout haut plus que je ne faisais une véritable proposition, pour ce qui est de piéger les esclavagistes. Le Conseil ne sera pas difficile à convaincre, mais je n'ai pas besoin de son aval tant qu'il ne s'agit pas d'envoyer des groupes de Jedi au devant du danger. Je suis prête à collaborer avec vos Chevaliers et vos services de renseignement à tout moment. Faire front commun avec vous contre les Sith ne pose aucun problème à l'Ordre. C'est l'Empire que nous nous refusons de combattre. Lutter contre ses ambitions de domination par la diplomatie, c'est ce que je m'efforce de faire, mais nous ne pouvons tirer le sabre contre lui.

Alors que je finissais ma réponse, nous traversâmes une terrasse ravissante où les droïdes de protocole s'affairaient à recouvrir la table de mets. L'odeur et la chaleur des plats rendaient le lieu encore plus accueillant qu'il ne l'était déjà. Profitant d'un court silence, je soupirai.

- J'aimerais passer du temps à discuter de choses plus légères avec vous, Plo. C'est pour ça que je me donne du mal, vous savez ? Pour que les gens puissent s'asseoir tranquillement dans un beau jardin avec un ami et prendre plaisir à se promener et à discuter. Pour que plus personne n'ait à parler de guerre, à exiger beaucoup des êtres qui lui sont chers.

Une certaine mélancolie m'envahissait, rare sentiment chez moi. Non, ce n'était pas de la mélancolie, mais de la lassitude. Ce simple souffle de quelques secondes de quiétude me rappelait à quel point la vie que je menais et que je mènerais n'allait sûrement jamais cesser d'être éprouvante. Il me remettait à l'esprit que jamais je ne vivrais tranquillement avec Vilad, qu'il y avait bien peu de chances pour que je puisse aller un jour pêcher avec Plo. J'avais abandonné la voie de la simplicité, mais je devais me souvenir que je la désirais, et que je ne pouvais pas la suivre pour que d'autres que moi le puissent.

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Plo Tan'ith
avatar
Messages : 113
Date d'inscription : 21/11/2016
Rang : Commandeur Suprême de l'Alliance Rebelle
Localisation : A bord de l'ASD - "Sérénité"
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Dim 2 Avr - 16:54
La suite du discours de Loes se révéla bien plus paternaliste et hautain qu’elle aurait souhaité paraître. Certes le kel’dor ressentait une forme d’inquiétude qui se voulait légitime mais l’emploi des mots et le fond du discours n’avait eu pour effet que d’hérisser le poil –s’il en avait- du Commandeur Suprême. Il y avait là une forme de supériorité et de mépris en un sens, comme si l’Alliance Rebelle n’était qu’un mouvement de préadolescents immatures en résistance face à toute forme d’autorité pour le principe. C’était affligeant en un sens que l’Alliance souffre encore de cette image, elle qui est aujourd’hui certes héritière de la Rébellion qui s’est formée sous le règne tyrannique de Palpatine, mais aussi de l’Ancienne et de la Nouvelle République ainsi que de l’Alliance Galactique. Il y avait des risques, Plo Tan’ith en était conscient mais il trouvait le propos de Loes de Walleron assez malvenu en dépit de sa sincérité qu’il pouvait avoir. Si ces mots étaient venus d’un autre Jedi, la réponse de Plo aurait été bien plus franche, mais par amitié envers Loes et l’Ordre qu’elle représentait, il prit le temps de lui répondre non sans un certain agacement mais en s’efforçant de rester courtois et patient.

- Et en quoi seraient-ils incapables de former de bons Jedi ? Vous les sous-estimez vraiment. Je doute que vos Chevaliers soient vraiment rompus à l’exercice quand ils prennent leur tout premier padawan sous leurs ailes. Ils ont été formés par votre Ordre aussi ils se baseront sur leur expérience de formation pour former leurs propres apprentis. Et pour l’instant ce ne sont que les plus âgés, et donc les plus expérimentés des Jedi nous ayant rejoins qui ont fait cette demande. Ce sont des individus emprunts de sagesse, ce ne sont plus les têtes brûlées que vous avez pu voir lorsqu’ils ont quitté votre Ordre, ce sont devenus des gens responsables et matures. Nous leur avons offert un cadre, des règles et des gens sur qui compter et pour qui ils comptent. Certes vous ne contrôlez pas leurs enseignements, mais ils en sont imprégnés et nous encadrons également à notre niveau ces formations d’apprentis. Nos soldats ne sont pas des fanatiques. Et nos Jedi suivent la même voie qu’eux. Si vous cherchez des zélotes, vous devriez plutôt contrôler les stormtroopers de Fel, ou encore l’armée Hapienne qui assure votre protection actuellement.

Plo ne comptait pas laisser quelqu’un d’extérieur à l’Alliance estimer oui ou non de la compétence de ses hommes qu’ils soient sensitifs ou non. Oui il en savait plus que d’autres sur le pouvoir de la Force et de ses dangers, il avait pu voir ce que le Côté Obscur pouvait faire ; Loes et lui avait déjà croisé des Sith quand ceux-ci avaient abordé sa frégate lors de l’assaut sur Coruscant il a vingt ans maintenant, et oui c’était justement pour cela qu’il lui avait confié sa dernière fille. C’était aussi pour cela qu’il avait mis en place un dispositif de surveillance et d’instruction militaire, afin de prévenir au maximum tout risque. Deux aspects primordiaux de la formation –parmi tant d’autres- étaient le cadre militaire classique qui comprenait la hiérarchie et la discipline, ainsi que l’esprit de groupe et de corps avec les autres éléments faisant partie des forces armées de l’Alliance Rebelle. L’État-major n’avait pas improvisé ce programme seul, il laissait une grande latitude au Jedi formateur en l’incitant à répéter la formation qu’il avait acquise au temple quand lui-même était padawan tout en rajoutant les éléments de son expérience personnelle. Par la suite l’instructeur militaire et l’Alliance plus globalement complétait la formation en apportant cadre et compagnie au jeune formé. Le Commandeur s’avança vers une table pour regarder le festin qui se préparait avant de reprendre d’une voix plus posée mais pas moins ferme que précédemment.

- Le Conseil n’aura pas d’autre choix de toute façon. Je ne compte pas revenir sur ma décision, celle de mon état-major et des Jedi ayant décidé de former leurs apprentis. Ce sera à prendre ou à laisser. Vous pensez que nos Jedi sont lâchés seuls et sans contrôle sur le champ de bataille ? En vous écoutant, j’ai l’impression que vous parlez de nos troupes et de ces Jedi comme d’une bande de mercenaires affolés allant ici et là au gré de leur envies… Ils sont soumis à la hiérarchie de l’Alliance Rebelle, ils ne vont pas où ils veulent comme des chevaliers solitaires. Non, ils vont là ou nous leur ordonnons de se rendre, à l’instar du reste de nos forces armées. Ces Jedi ont quitté votre Ordre certes, mais ils se sont trouvé un nouveau cadre, une nouvelle famille sur laquelle s’appuyer. Une nouvelle forme d’Ordre en un sens. Nous ne laissons pas nos hommes seuls quand ils chutent, nous ne laissons pas les sensitifs qui se battent pour nous en dehors. Chacun de ces Jedi, comme de nos hommes ont un soutien. Vous n’avez jamais été dans l’armée, vous ne savez pas les liens qui se tissent entre soldats qui sont tout aussi fort que ceux entre novices. Les soldats qui les accompagnent veillent sur leurs pairs, y compris s’ils sont Jedi et vice versa. Ces Jedi sont des frères d’armes pour nombre de nos hommes, et l’inverse est tout aussi vrai. Nous les avons accueillis à bras ouvert, nous les avons intégrés, ils font partie de la Rébellion comme n’importe quel autre de nos éléments, qu’il soit combattant ou non.

Là ou des régimes comme l’Empire mettait les sensitifs à part dans une caste supérieure aux autres et où la Triade excluait les sensibles à la Force, Plo et l’Alliance avaient choisi une troisième voie : l’inclusion. Chaque Jedi était un élément de l’Alliance soumis aux mêmes règles que ses pairs et sans traitement de faveur. En s’intégrant dans la Rébellion, le Jedi avait accepté de faire des concessions en échange de faire partie d’une grande famille en somme. Un groupe qui ne l’abandonnerait pas et sur lequel, le Jedi pouvait s’appuyer. Il lui avait fallu un peu de temps mais le Commandeur avait remarqué que les Jedi ayant rejoint l’Alliance depuis le début étaient devenus différents des autres. Bien moins distants, bien moins « hautains » dirait-il. En un sens le fait d’être mêlé à des non-sensitifs les avait rendus plus accessibles et chaleureux que l’image classique du Jedi que l’on pouvait se faire. Nadaaï n’avait pas échappé à ce phénomène. Au final le cadre militaire en avait dérouté plus d’un au début, mais avait fait du bien à ces Jedi. Il leur avait apporté une structure dans laquelle ils avaient trouvé leur place, un sens à leur vie et leur combat, des frères d’armes mais aussi d’autres choses moins visibles telles que le sens des responsabilités et même les têtes brulées ou les plus fougueux avaient réussi à se tempérer. Ils avaient accepté la discipline et canalisé leur énergie débordante dans une direction. C’était un fait, ceux qui avaient rejoint l’Alliance avaient gagné en humilité y compris ceux qui occupaient des hautes fonctions, par ailleurs deux des plus proches compagnons d’armes du Croisé Jedi avaient pu atteindre ces hautes sphères. L’un faisait même partie de l’État-major de l’Alliance pour devenir un camarade mais un ami de Plo Tan’ith.

- Je l’avais précisé mais je le répète : je la liberté aux familles si les sensitifs ne sont pas encore majeurs. Néanmoins vous avez raison sur plusieurs points : nos Jedi affectés à la formation de leurs apprentis seront moins mobilisables que ceux n’ayant aucun padawan. C’est un fait et même si pour le moment c’est encore acceptable par rapport à nos besoins, cela deviendra problématique à moyen terme si nous n’avons pas plus de formateurs. Je suis disposé à mettre en place un programme avec votre Ordre Jedi, néanmoins j’ai d’ores et déjà trois conditions sur lesquelles je ne négocierai pas : dans un premier temps j’insiste à ce que les tandems d’instructeurs militaires/d’observateurs et ceux maîtres/apprentis ne soient pas rompus mais conservés. Ces quatuors fonctionnent et ces acteurs se connaissent bien, vous devriez vous appuyer dessus pour servir de base à leur formation. Pour ceux existants ils ne seront pas rompus, et nous en créerons d’autres afin que ceux qui décident de rejoindre l’Alliance soient formés par vos soins avec l’aide de nos instructeurs et observateurs, en d’autres termes vous fournirez le Maître. Ma seconde condition est que ce programme ne se déroule pas dans l’espace du Consortium d’Hapès mais sur un site de l’Alliance que nous aurons réservé pour l’occasion. J’ai déjà le lieu du projet en tête afin que la sécurité soit maximale, nous n’aurons qu’à rénover les installations mais elles sont déjà fonctionnelles. Ma troisième condition est que l’État-major de l’Alliance, le représentant du Conclave des Gouverneurs Planétaires ainsi que moi-même ayons un droit de regard et de véto dans le cadre de ce programme dans la mesure où nous comptons bien le financer et que nous fournissons le lieu ainsi que les installations. Nous suivrons l’avis du Conseil sur la formation du Jedi dans certaines mesures. Concernant les sensibles à la Force qui ont décidé de rejoindre votre Ordre et non l’Alliance, vous aurez naturellement toute latitude pour les former sans que nous intervenions. Nous vous préviendrons et vous viendrez le récupérer pour les transférer vers Hapès.

Plo était prêt à faire quelques concessions, mais il était inenvisageable qu’il se laisse avoir sur tous les plans avec cette question aussi avait-il mis quelques conditions dans la balance. La suite du discours de Loes ne surprit pas le Kel’dor mais venait expliciter quelque chose qu’il pensait déjà concernant l’Ordre. Un aveu d’impuissance, c’était ce que venait de faire l’Ordre Jedi lorsque Loes annonça clairement qu’ils ne brandiraient jamais le sabre contre Bastion et qu’ils lutteraient par la diplomatie pour contrer les ambitions expansionnistes de l’Empire. L’Ordre Jedi n’avait pas les moyens -et Plo soupçonnait qu’ils n’avaient pas non plus la volonté-  de faire autrement face à l’Empire. L’Alliance Rebelle manquait de moyens et d’alliés pour le faire mais ne tarissait pas de volonté pour faire rempart à l’impérialisme de Bastion et de son Conseil des Moffs si cela devenait nécessaire. Mais les alliés et les moyens viendraient un jour. Pour l’heure il y avait d’autres priorités, il y avait les Sith dissimulés à l’abri dans leurs temples sur Korriban.

- J’ai bien peur que votre diplomatie n’arrêtera pas les velléités de conquête de l’Empire sans vouloir paraître pessimiste.

Le Commandeur Suprême se retourna vers Loes d’un ton un peu plus apaisé. Il lui apporta un verre d’eau tandis que lui avait pris une boisson spécialement conçue pour être bue à travers les filtres de son masque. Tout en lui tendant le verre, il répondit d’un ton compatissant avec le sien.

- C’est vrai, contrairement à vous je peux encore espérer profiter d’une retraite paisible et c’est bien pour cela que je ne vous envie pas. Un pouvoir pareil et ces responsabilités de Maître de l’Ordre vous imposent de rester à la tête des Jedi jusqu’à ce qu’un successeur prenne votre place. Mais là ou nos places se rapprochent c’est que nous mettons nos existences au service du plus grand nombre. Nous agissons pour que d’autres puissent dormir sur leurs deux oreilles et n’aient pas à connaitre les affres de nos deux vies cumulées…

Même s’il se voulait plus détendu et serein que quelques instants plus tôt, il réalisa à quel point ses paroles avaient quelque chose de fataliste. Il regarda un instant le fond de sa boisson l’air pensif. Loes avait voulu parler d’autre chose, mais tout revenait finalement à cette guerre. Plo souffla du nez à son tour derrière son masque tout en passant sa main droite sur son front comme pour essayer de gommer les rides de son visage qui, d’aussi loin dont il se souvenait, avaient toujours été présentes. Le Kel’dor releva un peu la tête pour regarder le visage de Loes en se disant que les choses auraient peut-être pu être autrement. Non, l’heure n’était pas aux regrets, et de toutes façons la volonté de la Force était ainsi. Inutile d’espérer que les choses se soient passées différemment. Bredouillant maladroitement une excuse, il se décida à percer le silence qui s’était installé entre eux afin de détendre l’atmosphère.

- Je ne voulais pas le dire comme ça et encore moins vous déprimer, excusez moi. Mais quand tout cela sera fini, peut-être pourrais-je visiter votre monde natal ? Après tout vous êtes déjà venue sur Dorin il y a quelques années. Je me demande si vous auriez aimé rencontrer nos moines Baran Dô ou du moins visiter leur sanctuaire.

_________________


"Strength through unity." - Commander Tan'ith Main Theme
"The only easy day was yesterday." - Commander Tan'ith Assault Theme

"I will never surrender, we'll free the earth and sky. Crush my heart into embers, and I will reignite... I will reignite."
Voir le profil de l'utilisateur
Loes de Walleron
avatar
Messages : 128
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Dim 7 Mai - 1:43
Je ne m'étais pas attendue à ce que mes mots froissent autant mon ami. Pour cause, le danger ne me paraissait pas moins grand que je lui présentais, mais il semblait voir mon ton alarmant comme une insulte, la marque d'un mépris qu'on prêtait trop souvent aux Jedi – parfois à raison, malheureusement – et peut-être aussi comme le signe que je lui accorderais peu de confiance. En tout cas, nous quittâmes le champ de la négociation aussi vite que j'y étais entrée, Plo refusant catégoriquement de transiger.

L'envie fulgura en moi de lui rétorquer qu'il ne comprenait pas, que les Jedi n'étaient pas des soldats et ne devaient pas en être. Qu'ils soient des combattants, j'étais bien mal placée pour le démentir, mais posséder des compétences martiales hors norme n'impliquait pas l'obéissance sans discussion à une discipline militaire. Au contraire, un Jedi devait savoir suivre son intuition, la Force, plutôt que les ordres. La hiérarchie de l'Ordre Jedi n'avait de sens que parce que les maîtres étaient les plus puissants dans la Force et les plus à même d'aider les autres à l'interpréter justement. Soumettre un Jedi à un encadrement de soldat et lui donner des objectifs militaires pouvaient s'avérer bien plus catastrophique que Plo voulait bien le concevoir.

Toutefois, je contins ma verve. Ces tractations allaient se mener à long terme et avec le concours des premiers concernés. Si j'étais très favorable à la vision d'inclusion des Jedi à la société et au service de l'intérêt général, c'était la dimension militaire qui me posait problème. On ne pouvait pas traiter un sensitif et un soldat lambda de la même manière, ç'aurait été comme mettre sur le même plan les tirs de batteries d'une frégate et ceux du rayon de l'Étoile Noire. Traité comme les autres et envoyé à la guerre, un Jedi avait tôt fait de devenir plus sombre qu'il ne l'aurait souhaité.

Grand bien me prit de tenir ma langue, car Plo finit étonnamment par concéder quelques arrangements que je n'attendais plus. Certes, il posait des conditions importantes, mais c'était un premier pas titanesque et tout bon diplomate savait ne pas se montrer trop gourmand.


- Merci de tout cœur, Plo. Je m'assurerai que le Conseil acceptent vos conditions. Ce ne sera pas tant l'inclusion des Jedi, que je trouve une excellente idée, qui posera problème, mais la dimension nécessairement militaire de la formation que vous comptez donner aux Padawans. Je comprends parfaitement que vous ayez des besoins de guerre et que les Jedi constituent pour vous un atout de poids, mais ne pourriez-vous pas imaginer d'autres fonctions d'intérêt général avec des instructeurs dédiés ? La Force peut s'avérer très utile dans à peu près n'importe quel domaine, et d'autant plus quand sa pratique n'est pas soumise à une logique strictement militaire. Mais nous aurons l'occasion d'en reparler, et nous rendrons service aux intéressés en commençant par les inclure à la discussion.

J'écoutai ensuite les doutes de Plo quant à la possibilité d'enrayer diplomatiquement les éternelles ambitions impériales, et ils ne m'étonnèrent pas le moins du monde. Plo Tan'ith était le nouveau dirigeant malgré lui d'une faction en déroute jusqu'à il y avait peu, balayée momentanément par la puissance des deux Empires. L'amertume était une réaction logique et même plutôt saine à la situation. Au moins était-il clairvoyant sur la condition actuelle de l'Alliance. Néanmoins, je ne partageais pas son pessimisme. L'Empire Galactique était un régime politique très complexe où les jeux d'influence et l'opinion jouaient grand rôle. L'Ordre et moi-même avions de nombreux amis dans les hautes sphères et conservions le respect des élites et de la majorité de la population. Cela semblait peut-être bien maigre aux yeux du stratège militaire, mais ça constituait le fondement stable de toute action politique décisive. J'espérais que les nouveaux services secrets alliés s'en rendraient bien vite compte.

Gentiment Plo m'apporta un verre d'eau tandis que je lui faisais part de mon humeur passagère. Dès que je quittai les prérogatives de chef d'État, il s'adoucit sensiblement, tentant maladroitement de me réconforter. Si j'avais été du genre à me morfondre, Plo n'aurait pu faire preuve de moins de tact, et il s'en rendit très vite compte, balbutiant des excuses après un silence gêné. Cependant, il en fallait plus pour abattre la Loes de Walleron que j'étais devenue, qui là où jadis j'aurais éprouvé de la peine s'amusait désormais de l'aspect joyeusement risible de toutes les vanités de la galaxie – et le chagrin de bourgeois qui me touchait se comptait parmi elles. Mes lèvres s'étirèrent en un sourire sincère devant ce grand commandeur galactique qui mirait le fond de son verre après avoir dit une bêtise.


- Mon cher Plo ! Quel plaie qu'on ne puisse pas discuter plus souvent. Comment pourrais-je déprimer dans un endroit pareil et en si plaisante compagnie ? Pas d'excuses, s'il vous plaît. Nous ne traçons jamais les chemins que nous empruntons, et je crois avoir, grâce à la Force, la meilleure vie que je puisse mener. Tout ce qui ne dépend pas de moi n'a que faire de mes plaintes.

J'enchaînai immédiatement en réponse à ses questions.

- J'espère que vous viendrez sur Taanab avant même que « tout ça » ne soit fini. Nous n'avons toujours pas la bonne atmosphère mais ça vous plairait, si vous aimez les jardins. Pour les Baran Dô, oui, j'aimerais bien les rencontrer. C'est toujours fascinant pour un Jedi de voir comment les autres adeptes procèdent pour atteindre la Force et y trouver ce qu'ils y cherchent.

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Plo Tan'ith
avatar
Messages : 113
Date d'inscription : 21/11/2016
Rang : Commandeur Suprême de l'Alliance Rebelle
Localisation : A bord de l'ASD - "Sérénité"
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Sam 27 Mai - 13:14
Plo fut assez satisfait de la réponse de Loes même si elle semblait continuer de considérer que tous les sensitifs qui seraient découverts par l’Alliance finiraient au front. Or ce n’était pas le cas, ceux qui refusaient d’aller au front seraient affectés à d’autres tâches au sein de l’armée. Cultivateurs, ingénieurs, logisticiens, navigateurs, médecins, pilotes et diplomates, analystes tactiques, tous ces sensitifs trouveraient leur place dans l’Alliance, mais ils seraient tous affectés à des postes qui contribueraient d’une façon indirecte à l’effort de guerre et suivraient une formation au combat afin qu’ils soient en mesure de se défendre et de défendre leurs amis dans l’hypothèse ou ils seraient attaqués par les troupes ennemies. En lisant dans son esprit, peut-être que la Jedi s’en apercevrait ? Pour Plo, la Force était quelque chose d’encore assez flou même s’il connaissait assez le sujet pour pouvoir commencer à l’appréhender. En outre il en savait plus que le quidam moyen, mais n’était pas un expert sur le sujet. Sans doute fallait-il ressentir la Force pour espérer la comprendre dans son intégralité. Il répondit à l’invitation de Loes à visiter Taanab non sans plaisanter.

- Ah ! Contrairement à Gar Stazi, je n’ai pas vraiment la main verte vous savez. Je suis certain qu’il serait enjoué de visiter les jardins de Taanab pour inspirer celui qu’il cultive en ce moment même. Je suis plutôt pêche, sans doute ai-je été marin pêcheur dans une autre vie. Mais si vous avez quelques rivières ou étangs intéressants, alors une résidence secondaire sur Taanab pour ma retraite m’ira très bien. Vous savez l’atmosphère de votre monde ne me gênera pas tant que je porterai ce masque. Depuis que je me suis retrouvé exilé de force de Dorin, j’en arrive à avoir du mal à me reconnaitre dans un miroir les rares fois où je ne porte pas cet appareil. Certains de nos ingénieurs ont réussi à synthétiser ce gaz particulier ce qui m’arrange fortement comme vous pouvez vous en douter. Si l’occasion s’en présente, je serai ravi d’être votre invité en ce cas.

Il y a avait aucune exagération dans ce qu’il disait. Porter ce masque en permanence aurait sans doute eu raison de la santé mentale de beaucoup d’autres espèces non habituées, mais fort heureusement pour eux les Kel’dor s’étaient habités et avaient appris à vivre avec. Le masque avait une dimension culturelle en un sens car nombreux étaient uniques, modifiés par leurs propres utilisateurs pour répondre au mieux à leurs besoins.
Le Commandeur Suprême s’avança vers un des droïdes présents et échangèrent quelques mots à voix basse tandis qu’il invita Loes à le suivre un peu plus à l’écart de l’endroit ou la réception aurait lieu. Marchant lentement il reprit la parole.

- La Force reste quelque chose d’assez particulier. J’aimerai pouvoir la ressentir afin de mieux comprendre ce que les Jedi peuvent appréhender de ce pouvoir. J’ai entendu dire qu’au-delà des manifestations télékinésiques et autres pouvoirs télépathiques qu’elle aiguisait également tous les sens de son utilisateur ainsi que son intuition. Ce doit être particulier d’avoir une sorte de sixième sens non ?

Le vieil officier avait entendu parler d’une plante très rare qui s’appelait le Bota. En dehors de ces vertus médicales spécifiques, celle-ci permettait à un non sensitif de réveiller son potentiel dans la Force et de pouvoir la ressentir et l’utiliser temporairement. Utilisée chez un Jedi, cela renforcait sa connexion avec la force. Mais une mutation ayant eu lieu sur la plante lui a fait perdre son lien avec la Force la renvoyant à l’état de simple plante médicinale. Néanmoins certains plants non mutés ont quitté leur monde natal en conservant leur vertu.

- Voudriez-vous faire quelques passes d’armes avec moi ? Où peut-être préférez vous attendre que la réception débute ?

Fit-il alors qu’ils arrivèrent vers une petite cour dans laquelle se tenait un droïde ainsi que deux fleurets d’entrainement. Plo ne se faisait pas d’illusions sur le vainqueur, mais il voyait ceci comme un sport dans lequel il apprendrait sans doute quelques passes et feintes qui lui sauveraient peut-être la vie en combat.

_________________


"Strength through unity." - Commander Tan'ith Main Theme
"The only easy day was yesterday." - Commander Tan'ith Assault Theme

"I will never surrender, we'll free the earth and sky. Crush my heart into embers, and I will reignite... I will reignite."
Voir le profil de l'utilisateur
Loes de Walleron
avatar
Messages : 128
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Mer 5 Juil - 0:12
La discussion avait plus agréablement tourné vers la perspective d'un voyage paisible sur Taanab. Je conservais une entière lucidité sur le fait que Plo n'aurait certainement jamais le luxe d'un temps de loisir, et que la pêche dans les torrents de mon monde l'attendrait encore fort longtemps. Qu'il l'ait voulu ou non, en devenant le Commandeur de l'Alliance, mon ami s'était ôté la possibilité d'une paisible retraite. Même si, comme Stazi, il venait à passer la main, son influence demeurerait trop considérable pour qu'il pût s'abstenir de participer aux affaires. C'était là aussi l'un des maux qui découleraient certainement de ce régime de crise sous tutelle militaire : le pouvoir reposait bien trop sur l'autorité personnelle de son détenteur. Plus un chef incarnait le pouvoir, plus sa succession donnait du fil à retordre à ceux qui devaient l'assurer. Pour récupérer ne fût-ce qu'une part de l'autorité du prédécesseur, le nouveau chef devait faire preuve d'une adresse politique considérable. Plo Tan'ith n'était pas Gar Stazi, mais il avait reçu le flambeau de cet illustre mentor, et son commandement succédait à une période de déliquescence politique sans précédent. Ce contexte que beaucoup auraient jugé peu favorable donnait à mon ami une très solide légitimité, trop solide pour qu'il pût se permettre de partir en villégiature.

Néanmoins, parler d'un futur désirable contribuait à le faire exister, au moins en pensée, et les Jedi comme moi connaissaient la force de l'esprit. L'imagination pouvait être un formidable refuge contre la mélancolie, tout comme elle pouvait constituer la sources des espoirs déçus des éternels insatisfaits. Faire vivre dans les mots ce séjour sur ma planète natale le rendait déjà plaisant. Nous avions l'un comme l'autre appris à nous résigner, à sacrifier nos désirs au travail nécessaire au plus grand nombre. Nous ne risquions pas de nous tenter, parce que nous savions très bien tout cela hors de portée. Nous apprécions simplement l'instant possible, comme on admirait pour leur simple beauté les étoiles qu'on n'atteindrait jamais.


- Que vous n'ayez pas la main verte ne vous empêche pas d'admirer ! Et puis oui, nous avons assez de cours et de plans d'eau pour des milliers de vie de pêche.

D'un pas long et lent, Plo m'emmena sans que je m'y oppose le moins du monde un peu à l'écart du lieu de réception, tout en revenant sur notre précédent sujet, avec la curiosité d'un homme lettré, et non plus d'un chef d'État. Ses interrogations sur la Force, si légitimes fussent-elles, avaient une certaine naïveté qui me faisait presque ressentir de la culpabilité. Après tant d'années d'amitié, je n'avais donc jamais expliqué correctement à mon ami et camarade d'où je tirais mes pouvoirs, ainsi que tous mes pairs ? Il entendait aujourd'hui former ses propres Chevaliers sans même savoir de quoi il retournait, et j'avais là-dedans une part de responsabilité certaine. Mieux valait l'instruire tard que jamais.

- Ça ne me fait rien de particulier, vous savez. Je suis née avec ce don, comme vous êtes né avec la faculté de bouger ou de voir. C'est un peu impropre de dire que la Force aiguise les sens, ou qu'elle en est un sixième. Certes, comme la vue, l'ouïe, le goût, la Force permet de percevoir et s'éduque. Elle s'affine quand on l'emploie, mais contrairement aux sens « classiques », elle permet d'agir directement sur ce qu'on perçoit, un peu comme vous pouvez sentir les muscles que vous souhaitez bouger. La différence majeure est que la Force rend virtuellement capable de tout ressentir. Toute les sciences que la raison a bâties, la Force « touche » leurs objets sans avoir à les connaître. Vous parlez d'intuition. Ce n'est que le nom qu'on donne à la Force chez ceux qui sont peu puissants. Même si vous êtes incapables de maîtriser nos pouvoirs, ni même de les comprendre autrement que rationnellement, vous avez des midi-chloriens dans le sang et il arrive, de temps à autres, que ceux-ci influent sur votre perception, vous donnant des éléments que ni vos sens ni votre intellect ne peuvent vous fournir. À la différence de cette intuition, notre pratique est intentionnelle. Nous nous entraînons à percevoir clairement et distinctement les choses pour éventuellement les manipuler.

Trop occupée donner quelques éléments à mon ami, je ne me rendis pas compte du lieu où nous arrivions avant qu'il ne me propose un peu d'escrime. La mine légèrement surprise, j'avisai les deux fleurets d'entraînement posés sur un râtelier, près d'un droïde. La proposition de Plo ne m'étonna pas vraiment en elle-même. Nous avions déjà disputé quelques duels amicaux et même si, naturellement, je les avais toujours remportés, je partageais l'idée des Echani selon laquelle le combat amenait les participants à mettre leur être entier en jeu, à se révéler tels qu'ils étaient. Notre corps était tout : la façon dont on le traitait, dont on l'exposait, le degré de confiance qu'on lui accordait, révélait qui nous étions. Évidemment, moins les enjeux étaient importants, moins le combat était révélateur, mais il restait toujours quelque chose de précieux à en tirer. Certains Jedi estimaient que le sabre n'était qu'un art secondaire de l'Ordre. Je n'étais certainement pas de cet avis. Le combat entretenait le lien entre le Jedi et son corps, entre cet esprit trop souvent libéré de barrières et les contraintes réelles, que les autres êtres éprouvaient en permanence. En outre, comme je venais de le dire à Plo, maîtriser la Force ressemblait par bien des aspects à la maîtrise de son corps. Les danseurs, les escrimeurs, les artistes martiaux... tous apprenaient à ressentir leurs muscles, à les distinguer pour ne faire agir que ceux qu'ils désiraient. Tout en s'occupant autrement, en apprenant à se défendre et en acquérant de la confiance en eux, les jeunes bretteurs aiguisaient leurs perceptions. Ce fut donc un large sourire qui succéda sur mon visage à mon étonnement.

- Je ne refuse jamais de croiser le fer, encore moins avec vous, vous le savez bien.

Ouvrant les deux mains, j'attirai à moi les deux armes mouchetées, puis en tendit une à Plo, avant de reculer de quelques pas pour me mettre à une distance raisonnable. Avec une déférence délibérément exagérée, je m'inclinai devant lui avant de me mettre en garde. Je n'avais pas l'habitude d'une arme qui ne pût donner que des estocades, mais il fallait bien se contenter de ce qu'on avait. Tranquille, détendue, je croisai son regard et, adoptant le ton de la maîtresse d'armes, je lui lançai le défi classique :

- À vous l'offensive. Essayez de me toucher !

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Plo Tan'ith
avatar
Messages : 113
Date d'inscription : 21/11/2016
Rang : Commandeur Suprême de l'Alliance Rebelle
Localisation : A bord de l'ASD - "Sérénité"
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Lun 24 Juil - 21:58
Le Commandeur Tan’ith n’était pas ignorant concernant les midichloriens et leur lien indissociable avec la sensibilité à la Force qu’ils octroyaient aux individus. Il savait que certains de ces organismes microscopiques couraient le long de ses veines et artères, tout comme sa fille avait pu naître avec ce don. Néanmoins il s’était toujours interrogé sur ce que l’on pouvait ressentir quand on possédait cette capacité à percevoir et utiliser la Force. Loes lui apporta donc un élément de réponse assez flou mais qui permettait de mettre en avant un peu plus la façon dont on pouvait utiliser la Force. Il avait jadis, entendu parler d’une plante qui, une fois ingérée pouvait donner à un non sensitif l’opportunité d’utiliser la Force temporairement… Mais cette plante était rare au point d’être considérée comme disparue voire n’ayant jamais existé.

Arrivés dans la petite cour d’escrime il retira sa veste d’officier et déposa sa casquette d’officier sur une chaise à proximité du droïde. Il s’empara dans la main droite de l’arme tendue par Loes de Walleron qui semblait enjoué à l’idée de croiser le fer quelques minutes avec Plo. Ce dernier soupesa l’arme avant de s’incliner à son tour devant la Jedi. Il se redressa, fléchit ses genoux et remonta la pointe de l’arme en direction de son interlocutrice.

- En garde !

Plo resta immobile et commença son attaque par une série de petites frappes sous plusieurs angles pour obliger Loes à faire de grands gestes pour se défendre. Sans doute que cette dernière avait remarqué qu’il avait fait quelques progrès et que l’âge aidant, il semblait avoir troqué la force brute qu’il avait par le passé par davantage de technique. Ce n’était pas étonnant. Depuis que l’Alliance Galactique s’était effondrée, il avait commencé à approcher certains Jedi afin que ceux-ci l’entrainent à l’escrime. Il ne comptait pas devenir un bretteur de talent, mais maîtriser suffisamment de bases pour surprendre l’adversaire. S’il devait se servir de ces techniques, ce serait en dernier recours en somme. Loes pouvait reconnaitre quelques attaques et parades comme étant affiliées au Shii-Cho. Bougeant à droite, à gauche, il recula un instant pour tousser avant de remonter à l’assaut de Loes. Il ne gagnerait pas ce combat et il le savait, mais il se battait pour le sport aujourd’hui. Il ne s’attendait pas à ce que la jeune femme, qui semblait danser du bout de sa lame ne lui concède la victoire et ne le souhaitait pas.

_________________


"Strength through unity." - Commander Tan'ith Main Theme
"The only easy day was yesterday." - Commander Tan'ith Assault Theme

"I will never surrender, we'll free the earth and sky. Crush my heart into embers, and I will reignite... I will reignite."
Voir le profil de l'utilisateur
Loes de Walleron
avatar
Messages : 128
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Lun 14 Aoû - 22:44
Mon ami avait manifestement envie de m'impressionner, tentant dès les premiers mouvements de me mettre en défaut. Ses petites estocades rapides et précises auraient facilement dérouté un novice, mais il me suffit d'un pas leste vers l'arrière pour dévier tous ses coups d'une légère torsion du poignet. Nos armes avaient l'avantage de la légèreté et ne laissaient aucune place aux démonstrations musculeuses. Tout en conservant une certaine distance avec lui, j'observai sa posture, ses mouvements de bras, d'épaules, l'inclinaison de son échine, ce qu'il faisait de son autre main, et surtout les gestes de ses pieds. La tenue de sa lame était ferme et assurée, et il avait gagné en souplesse dans le maintien depuis la dernière fois que j'avais eu l'occasion de le voir à l’œuvre. Sa garde n'offrait pas de faille évidente tant que je ne l'éprouvais pas, et ses pieds campaient correctement sa position. Je ne pouvais pas savoir dans quelle direction il regardait, mais tant pis. Sa technique était simple mais efficace, adaptée de la base des arts Jedi.

Cependant, je me rendis compte, tout en écartant ses piques d'un air concentré, qu'il manquait cruellement de mobilité. Non qu'il ne sût pas bouger correctement, mais il le faisait sans fluidité, comme si son jeu de jambes était quelque chose de totalement différent de l'action de ses bras. Un bon bretteur devait savoir exploiter le moindre élan pour économiser ses forces, sentir constamment l'interaction entre toutes les parties de son corps. Beaucoup ne comprenaient pas en quoi le combat révélait l'essence des adversaires comme le disaient les Echani, pensant qu'il ne s'agissait que d'une histoire de bras. Lors d'un affrontement, tout le corps et tout le caractère entraient en action, laissant affleurer des choses sans qu'on pût les retenir. La manière de combattre de Plo montrait sa rigueur d'esprit, sa droiture et son application. Peu importait qu'il fût bon ou non. Néanmoins, puisque l'occasion se présentait, je pouvais lui donner quelques conseils. En des temps comme les nôtres, manier la lame pouvait s'avérer bien plus qu'un sport.

Alors qu'il me lançait une estocade, je me fendis tout en avançant brutalement vers lui, évitant sa pointe de quelques centimètres, levai mon arme comme pour toucher son épaule et frappai doucement son genou. Je sentis le bout moucheté heurter son articulation, et mon ami réagit rapidement, m'obligeant à reprendre mes distances, ce que je fis avec un sourire.


- Vous devez mimer le boitement ou bien nous comptons des points ?

Feignant de l'assaillir à nouveau, je mis le pied gauche en avant, mais pivotai au dernier moment sur ce nouvel appui, me retournant prestement, donna un coup sec vers sa lame pour l'envoyer vers sa propre gauche alors que je me retrouvai pour ma part à sa droite. J'exécutai le mouvement avec bien plus de vivacité qu'un escrimeur normal, mais après tout un Sith ne lui ferait pas de cadeau, et il aurait un moyen d'éviter une telle situation s'il pratiquait comme je lui conseillais. Vivement, je piquai entre deux de ses côtes.

- À cause de quoi êtes-vous mort, mon cher ?

J'accordais beaucoup d'importance à l'auto-évaluation dans l'apprentissage de l'escrime. Un bretteur qui avait conscience de tout ce qui se passait dans le combat, même s'il se montrait incapable de faire face à certaines situations, se trouvait lancé sur une très bonne voie. Une fois cette lucidité acquise, il ne restait plus qu'à s'entraîner, encore et encore, pour faire face à la plupart des cas de figures et faire en sorte que ceux qui restaient ne pussent se produire.

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Plo Tan'ith
avatar
Messages : 113
Date d'inscription : 21/11/2016
Rang : Commandeur Suprême de l'Alliance Rebelle
Localisation : A bord de l'ASD - "Sérénité"
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Dim 3 Sep - 19:54
Le Kel’dor avait pu pratiquer l’escrime depuis quelques années déjà, il s’était perfectionné auprès de certains Jedi et avec ses propres connaissances. Plo fut touché une première fois au genou. La Jedi lui faisant face lui demanda si le kel’dor escomptait mimer le fait de boiter, ou si la victoire se faisait aux points.

- Je pense que l’on peut se contenter des points qu’en dites-vous ?

Rétorqua-t-il en haussant les épaules. Il fut touché une seconde fois après que sa lame eut été déviée et ait exposé son torse à la pointe de l’arme de Loes. La rapidité et la précision du geste avaient fait pâlir Plo qui n’avais pas eu la moindre chance ni opportunité de faire quoique ce soit. Si Loes avait été une Sith, il aurait senti sa lame écarlate lui transpercer le cœur, ne lui laissant que quelques secondes pour comprendre sa défaite et les implications que celle-ci aurait sur la galaxie. Le kel’dor écarta la lame de Loes d’un revers lent de sa main comme s’il cherchait à se dégager d’une menace immédiate. L’idée de se faire tuer de la sorte, sans pouvoir se battre, lui était insupportable et réveillait une peur enfouie aux tréfonds de son être : la peur d’être impuissant face aux évènements. La Jedi lui posa la question suivante : savait-il pourquoi il avait perdu ?

- Mauvais déplacements je présume ?

Répondit simplement l’officier de l’Alliance. Un souvenir revint du passé, lors de l’assaut sur Coruscant un Sith avait abordé le vaisseau avec des troupes à son bord. A l’époque, Plo avait mené avec Loes l’équipe chargée de contrer les assaillants. Le Commandeur se revoyait vingt ans plus tôt, fusil blaster en main arrosant le Sith d’un déluge de décharges de blaster. Ce dernier avait réussi à déjouer tous les tirs et avançait vers lui, sabre laser en main. Il était parvenu à le blesser à l’épaule et à l’abdomen –même si l’armure de l’adversaire avait encaissé le gros de la décharge, l’impact cinétique avait du le faire souffrir-. Peut-être que sans Loes il ne s’en serait pas sorti ce jour là, ni ses hommes d’ailleurs. A l’époque il n’avait pas ressenti la peur, peut-être car tout semblait déjà perdu ? Aujourd’hui les choses en allaient autrement. Trop de choses étaient en jeu s’il venait à mourir.
Quoiqu’il en soit, il se battrait comme un lion pour donner le change à ses ennemis si jamais cela venait à arriver un jour.

_________________


"Strength through unity." - Commander Tan'ith Main Theme
"The only easy day was yesterday." - Commander Tan'ith Assault Theme

"I will never surrender, we'll free the earth and sky. Crush my heart into embers, and I will reignite... I will reignite."
Voir le profil de l'utilisateur
Loes de Walleron
avatar
Messages : 128
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Dim 10 Sep - 16:38
Malgré les petites piques que je lançais pour alléger l'ambiance du duel, l'aisance avec laquelle je le dominais assombrit mon ami, ce que je ne pouvais que comprendre : face à un bretteur compétent, Plo serait mort. Cependant, les occasions de croiser le fer avec l'ennemi seraient rares désormais. Le chef d'un grand régime et plus haut officier de l'armée disposait de milliers, sinon de millions d'hommes pour défendre sa vie à sa place. J'entendais bien que la perspective d'en être incapable soi-même pût constituer une irrépressible frustration, mais Plo devrait se faire à l'idée. Avec l'âge, ses capacités physiques n'auraient désormais de cesse de décliner, et même s'il compensait cette perte par une meilleure discipline, une lucidité martiale et une technique affinée, il ne pourrait jamais vaincre un Sith entraîné en face à face. Néanmoins, il était fort peu probable qu'il ait à le faire, s'il avait l'intelligence de s'inclure dans sa stratégie. Il devait mettre sa modestie de côté pour constater quel prix il avait en tant que pion majeur du jeu de l'Alliance, et ne pas se laisser tenter par le sacrifice inutile. Malgré tout, si un peu d'entraînement et une progression dans le métier des armes pouvait l'apaiser, j'étais prête comme je le faisais maintenant à lui dispenser quelques conseils.

- Évidemment, tout en combat n'est qu'une question de déplacement.

Son observation, certainement motivée par le dépit, n'en avait pas moins aucune pertinence. Un bretteur qui n'avait pas intégré que le combat n'était que du mouvement, et qu'un mauvais déplacement signifiait un mauvais combat, qui ne prenait pas en compte cette évidence, ne pouvait pas progresser. Je me devais de lui pointer ses erreurs du doigt.

- Vous pourriez dire qu'il s'agissait de vos pieds. J'ai focalisé votre attention sur votre bras en attaquant votre lame, en vous faisant croire que c'était l'objet de mon assaut. En fait, l'objectif était de vous mettre dans une posture corporelle tordue, difficile, qui vous ferme un maximum de possibilité de mouvement et vous oblige à compenser de la manière que j'ai prévu pour tenter de retrouver vos appuis. Mon coup n'était pas inévitable : vous pouviez pivoter sur votre pied gauche, envoyer le droit vers l'arrière, et le reste du corps aurait suivi, faisant revenir votre fleuret dans un balayage qui m'aurait empêché de frapper.

Un affrontement, en particulier au corps à corps, était un casse-tête vivant, où chaque joueur cherchait à ouvrir la garde de l'autre et à toucher ce qu'il visait, si besoin en éliminant progressivement des appendices obstruant la résolution, tout en opposant à l'adversaire un mur sans faille. Adopter un langage rationnel voire tactique pouvait aider Plo à comprendre où je voulais en venir.

- Savez-vous danser, Plo ? Le combat n'est guère autre chose qu'une danse, certes improvisée et dangereuse, mais obéissant aux mêmes principes corporels. Vous devez à la fois savoir quels muscles vous permettent de faire quel mouvement, apprendre à les sentir indépendamment les uns des autres, et intégrer dans votre manière de vous mouvoir que le moindre de vos gestes détermine tous les autres. Vous ne pouvez pas penser aux mouvements de vos bras sans penser à ceux de vos pieds, ni l'inverse. Quand vous portez un coup ou que vous en écartez un, c'est tout votre corps qui entre en jeu, et pas seulement votre bras d'épée. Les sensitifs comme moi sentent ça sans la moindre difficulté, et c'est ce qui nous rend particulièrement habiles aux armes, en plus de notre capacité à effectuer des mouvements impossibles sans la Force. Avec très peu d'apprentissage, nous sommes capables de sentir notre corps comme un système symbiotique et cohérent avec une précision que peu de non-sensitifs atteignent, et après des années de pratique intensive, comme les Mandaloriens ou les guerrières Echani, par exemple. Bref, vous devez vous entraîner à ressentir comment vos mouvements influent les uns sur les autres, comme des dominos, et quel mouvement vous ouvre quelles possibilités. Quand vous commencerez à comprendre ça sans avoir à y penser, vous serez sans nul doute un bon escrimeur. On y retourne ?

J'espérais que ma leçon n'allait pas vexer Plo ou le désespérer de s'exercer. Elle visait bien au contraire à l'enjoindre à travailler son escrime et même plus généralement à élargir la conscience qu'il avait de son propre corps. En cela, l'âge n'empêchait rien, et il y avait bien des manières de progresser, par la danse, les arts martiaux, les arts du cirque et les sports en général, bien que la répétition d'un même mouvement technique pouvait s'avérer contre-productive pour cette approche systémique du corps. Lancer un javelot, par exemple, impliquait certes un travail du corps entier, mais avec pour seul objectif d'envoyer un projectile fort et droit. Pour ne pas acquérir de réflexes dissymétriques, particulièrement nocifs en cas de combat, mieux valait privilégier la course, le saut et la natation dans le champ de l'athlétisme.

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Plo Tan'ith
avatar
Messages : 113
Date d'inscription : 21/11/2016
Rang : Commandeur Suprême de l'Alliance Rebelle
Localisation : A bord de l'ASD - "Sérénité"
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Dim 24 Sep - 20:01
Loes avait eu le même constat que Plo sur cet échec, le problème venait bien de ses déplacements. Trop lent, ceci était encore assez peu naturel. C’était un nouvel apprentissage bien différent de sa vie de soldat. Tout officier qu’il était il était apte au combat et à être mobilisé sur le front si la situation le nécessitait. Mais il fallait être honnête, il n’y avait aucune formation en escrime définie comme étant de base pour les soldats de l’Alliance, tout au plus des formations au couteau en combat rapproché pour l’ensemble des soldats. Mais se battre avec un couteau de survie ou une épée, étaient deux choses bien différentes.
Il comprenait le discours de Loes, mais savait que tout irait mieux en prenant le temps de s’améliorer. Elle avait su se montrer stratège en forçant Plo à prendre une posture désavantageuse et limitant ses déplacements, en voulant regagner sa mobilité il était tombé droit dans son piège. Le passage sur la danse l’intrigua dans les premières secondes, mais passé cette appréhension cela faisait sens.

- Je ne vous cache pas que cela doit bien faire plusieurs décennies que je n’ai pas dansé…

Il soupesa son fleuret, le contempla un instant d’un œil scrutateur avant de reprendre d’un ton léger.

- Mais si vous cherchez un cavalier, je suis votre homme cela étant dit.

Le Commandeur Suprême garda son arme en main et resta silencieux quelques instants. Il réfléchit à la dernière phrase de la Jedi. Au fond de lui, il aurait voulu continuer, mais c’est avec une certaine amertume qu’il savait qu’il ne pouvait pas. Son esprit était bien trop occupé, obstrué par l’agenda du jour et de la rencontre avec le reste de la délégation Jedi –en plus de tout ce dont ils avaient déjà évoqué- pour être suffisamment attentif au reste. Il déclina poliment l’invitation de Loes et tendit la main pour récupérer le fleuret d’entrainement. Plo pivota vers le droïde d’entrainement présent et lui laissa les fleurets dans chacune de ses mains tout en s’exprimant.

- Vous m’excuserez Loes, mais je crois que je devrais arrêter pour aujourd’hui, le temps pour moi de réfléchir à vos paroles et de m’entrainer davantage. Je ne crois pas pouvoir progresser plus aujourd’hui, je serai contre productif.

Les mains dans le dos, il se retourna vers Loes et tendit sa main gauche pour l’inviter à rejoindre le reste de la délégation. Plo reprit la parole d’une voix plus légère.

- Je m’étonne qu’ils n’aient pas encore remarqué notre absence cela dit. Que dites vous de les rejoindre ?

_________________


"Strength through unity." - Commander Tan'ith Main Theme
"The only easy day was yesterday." - Commander Tan'ith Assault Theme

"I will never surrender, we'll free the earth and sky. Crush my heart into embers, and I will reignite... I will reignite."
Voir le profil de l'utilisateur
[+158, Drev'starn] Prestigieuse amitié [PV Plo Tan'ith]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» L'amitié n'a pas de prix...(PV : Petit Lagon)
» L'amitié d'Herbert Pagani.
» ce merveilleux mot Amitié
» Peut-être le début d'une nouvelle amitié... [PV Nuage De Pie]
» Amitié animale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Imperial Wars :: Galaxie :: Bothawui-