[+158] Dégats collatéraux [PV MJ]
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 598
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
[+158] Dégats collatéraux [PV MJ]
Jeu 5 Jan - 1:22

Sur le sol métallique du Unity, Syrielle suivait du regard une longue ligne rouge qui s'étirait, s'étirait et s'étirait, ses paupières papillonnant régulièrement tandis qu'une voix vague accrochait à peine son attention toute entière fixée sur ce dessin entêtant qui semblait prendre vie sous son regard. De ce tortueux tracé qu'elle n'arrivait pas à identifier, trop engoncée dans le brouillard cotonneux qui lui serrait les tempes et rendait toutes sensations bien trop lointaines pour être perçues. Bien trop indistinctes. Bien trop inutiles aussi … Après tout, il y avait réellement quelque chose de fascinant à contempler son propre sang quitter son corps pour souiller le sol du Croiseur, et la douleur couplée à la faiblesse extrême l'avaient proprement déconnectée de toutes réflexions. De toutes émotions parasitaires dans une situation aussi terrible que celle-ci. De toutes. Sauf d'une …

« Jorian … où est Jorian ? »

Rauque et faible, sa voix avait des allures de fantôme désincarné s'élevant à peine dans l'atmosphère viciée du vaisseaux, et la tête de la jeune femme bascula bientôt sur le côté tandis que son ouïe peina à capter sa propre question. Peina à capter la réponse de celui – mais qui ? – qui était en train de la traîner jusqu'à leur navette afin de pouvoir enfin évacuer de ce cercueil ambulant.

« Jorian … faut … retrouver … »

Voulait-elle le retrouver pour le sauver ?
Voulait-elle le retrouver pour le tuer ?
Shakhovite elle-même l'ignorait tant son cerveau ne connectait plus correctement toutes les parties de son esprit, et il semblait bien que ses lèvres dessinaient désormais des mots sans sens. Sans réflexion. Simplement guidées par un ultime instinct qui agitait ses ourlées. Esquissait des mots. Mais des mots à peine audibles tant son état de faiblesse devenait plus préoccupant de minute en minute.

Syrielle était en train de mourir …
Et tandis que ses paupières consentirent enfin à s'ouvrir à nouveau, son regard erra un instant sur le blanc désormais souillé des murs avant de s'égarer sur son propre corps. Sur sa main. Sur ses doigts crispés sur la garde d'une lame.

Jorian Solaris …
Elle le retrouvait. Elle en faisait le serment !


****


Ses mâchoires étaient si crispées que Shakh' commençait lentement mais sûrement à souffrir, mais elle ne pouvait pour autant desserrer les dents. Ces retrouvailles avec Solaris étaient si inattendues – si étranges – que son estomac s'en était tordu de rage, et elle centralisait désormais toute son énergie dans une seule et unique tâche : se contrôler ! Pour ne pas craquer. Pour ne pas trahir sa faiblesse. Pour ne pas s'en prendre aux soldats de la Triade qui les emmenaient désormais – elle, Arthus et les prisonniers – jusqu'à la base la plus proche de l'Alliance Rebelle. Pour ne pas … mais par cette foutue Force, comment Jorian pouvait-il être vivant ?! Et pourquoi les avait-il trahi ?!

Nouvelle crispation tandis que ses ongles s'enfoncèrent profondément dans la chair fragile de ses paumes. Tandis que sa mâchoire inférieure tremblait.

« Wenwhal, tu t'occupes de dispatcher ces deux-là dans des salles d'interrogatoire. Je m'occupe du reste dans quelques minutes. »

Sa voix n'avait pas tremblé, mais elle hurlait intérieurement tandis qu'ils venaient de débarquer du vaisseau de la Triade afin de s'enfoncer dans le bâtiment allié. Tandis que son collègue enfila le troisième couloir sur la droite avec deux autres soldats venus à leur rencontre afin d'escorter leurs prisonniers. Tandis qu'elle-même parcourut le corridor d'un pas de plus en plus rapide, se perdant dans les plus profonds étages enterrés de cette base rustique mais solide qui abritait là des installations principalement dédiées aux escadrons de chasseurs.

Plus profond …
Toujours plus profond …

Jusqu'à atteindre le quatorzième sous-sol destiné au stockage des pièces détachées, la porte automatique s'ouvrant bientôt pour dévoiler devant elle une pièce vaste aux murs éraflés d'impacts anciens témoignant que des combats avaient sans doute pris vie ici. À moitié vide, l'endroit comportait pourtant une bonne cinquantaine de containers de tailles aussi diverses que variées, ainsi qu'une dizaine de chaises entourant trois tables destinées à offrir le minimum syndical de confort lors des inventaires qui se déroulaient quelque fois ici. Deux poubelles. Une machine servant des boissons et de la nourriture. Deux terminaux informatiques. Et un tas de pièces défectueuses que personne n'avait encore pris le temps d'enlever. Le calme … qui se troubla soudainement lorsque la jeune femme asséna un coup de pied violent dans l'une des chaises qui vola dans les airs avant de percuter le mur d'en face dans un fracas terrible ! Mais l'objet eut à peine le temps de choir au sol qu'une poubelle connut le même destin tragique, rapidement suivie de la seconde ainsi que d'une table qui crissa désagréablement sur le revêtement tout en glissant sur près de deux mètres.

Si Jorian avait été là, Syrielle l'aurait probablement démoli …

« Syrielle, les deux prisonniers sont installés, tu veux que j'en prenne un en charge ? »

Accroché à sa ceinture, son communicateur émit un instant la voix d'Arthus dans le silence oppressant de la pièce, mais la jeune femme ne broncha pas. Son regard hanté fixant le carnage qu'elle venait de commettre.

« Syrielle … ? »

Et qu'il insistait …
Mais même si Shakh' avait d'ors et déjà une insulte sur le bord des lèvres, elle se força à la ravaler tout en actionnant le commutateur du petit appareil.

« J'arrive. Je m'occupe de Velasquez en premier. »

De cette affirmation rude. De cet ordre presque …
Mais après tout, ces deux prisonniers avaient peut-être des informations sur Solaris, sur la Triade ou même sur Siana, alors ils étaient à elle ! Et tout en assénant un brutal coup de pied dans le distributeur, la Spectre récupéra l'un des sodas qui tomba avant de porter aussitôt le goulot de la bouteille à ses lèvres, ses jambes la portant mécaniquement jusqu'à l'étage des bureaux dédiés aux interrogatoires. Devant deux d'entre eux, des soldats assuraient d'ailleurs la garde, et quelques mots plus tard, elle pénétra dans l'une des pièces où poireautait Velasquez debout. Comme si elle craignait de froisser son beau tailleur en s'asseyant sur l'un des sièges de vaisseaux qui faisait office de meuble avec un second siège et un vieux container officiant comme bureau. Après tout, l'Alliance Rebelle n'avait pas d'argent à perdre inutilement en meubles confortables, et Syrielle s'était habituée depuis longtemps à ce côté spartiate.

« Asseyez vous Madame Velasquez, nous avons à parler. Comme vous avez sans doute dû le comprendre, nous venons de vous sauver d'un destin assez peu enviable, alors j'espère que vous saurez vous montrer reconnaissante en nous donnant les informations que vous avez en votre possession. Toutes les informations … »

Sa voix était de nouveau posée, et son air ne trahissait guère que sa détermination sans faille teintée de froideur. De ce sarcasme évasif dont elle venait de gratifier son interlocutrice tout en posant sa bouteille à moitié vide sur le bureau.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 203
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Dégats collatéraux [PV MJ]
Jeu 5 Jan - 20:57
Les deux prisonniers s’étaient laissés transporter dans l’aéronef de la Triade. Personne ne parla durant le vol, les soldats Triade complètement figés dans leurs armures et les deux Lieutenants Spectre silencieux. Seule la jeune femme aux cheveux rouges semblait bouillir de colère, c’était discret, elle se contenait et pourtant, Silvia Velasquez l’avait remarqué : c’était très léger et pourtant quelques tics et quelques moues sur son visage indiquaient qu’elle était extrêmement en colère. L’homme au contraire semblait plutôt gêné, sans doute par l’incompréhension de la scène. Velasquez ne dit rien, se contentant de se laisser conduire, elle savait qu’elle serait interrogée et c’est à ce moment-là qu’il faudrait savoir parler. Il est toujours plus simple de communiquer avec quelqu’un dont on connaît les faiblesses ou les motivations. Ces deux officiers du Spectre ne s’attendaient pas à voir la Triade sur le lieu de leur mission et pourtant, ils n’avaient pas abandonné, c’était le signe d’un quiproquo. L’altercation entre l’officier de la REPo et la jeune femme aux cheveux rouges en était la preuve. L’Alliance Rebelle et la Triade ne s’étaient pas coordonnées sur cette mission. Le voyage dura un certain temps durant lequel l’ancienne Lieutenante du Xénope se contenta de fixer son regard sur la paroi mate du vaisseau de la Triade. Le silence était total, parfois brisé par le grésillement de la radio et les réponses saccadés des deux pilotes qui manœuvraient l’engin.

Sitôt débarqués, le vaisseau de transport de la Triade s’envola. Elle constata sans grand étonnement qu’ils étaient encore sur Bothawui. La jeune femme donnait les ordres et l’homme exécutait, il y avait donc fort à parier qu’elle mènerait la danse et il y avait fort à parier qu’elle se bornerait au rôle du mauvais flic. L’incident mêlait personnel et professionnel, et la petite teigneuse était encore vexée de ce qui s’était produit. L’officier de la REPo était-il quelqu’un qu’elle connaissait ? Y avait-il une affaire d’honneur ? Une dette du passé ? Peut-être bien, mais la mafieuse n’avait pas les éléments pour le savoir ou pour trancher sur une de ces suppositions. Elle se contenta d’avancer silencieusement lorsque l’homme les conduisit à l’intérieur du bâtiment en béton.

Ils dévalèrent des marches métalliques, sur lesquelles Silvia Velasquez dut faire attention de ne pas trébucher. Le claquement de ses talons était amplifié par le métal froid et résonnait dans les couloirs vides. Cette base ressemblait plutôt à un entrepôt, en tout cas elle ne semblait pas occupée. Un léger courant d’air parcourait les couloirs vides et la jeune femme disparut rapidement tandis que l’homme les conduisait vers un ascenseur antique qu’il appela. Il n’y eut aucun mot, aucun regard, il se contenta de les conduire dans l’ascenseur. Lorsque les portes s’ouvrirent, ils purent voir un étage avec plusieurs bureaux, où s’affairaient des hommes et des soldats. Certains saluèrent l’officier qui les conduisaient, d’autres se contentèrent de jeter un regard discret et fuyant puis ils retournèrent immédiatement à leurs occupations. C’était donc une base Rebelle, enfouie sous la surface du sol. Malheureusement, elle ne put pas s’attarder à décrire ces bureaux, on la conduisit dans une petite pièce, séparée de Vassili. L’officier Spectre l’installa dans la petite pièce et lui enleva ses bracelets, pendants que des soldats prenaient la garde devant la porte. En quelques secondes, Silvia Velasquez se trouvait seule. La pièce était petite et crasseuse, un caisson de ravitaillement à la peinture écaillée se trouvait au centre pour faire office de table et des sièges de vaisseau déboulonnés au cuir passé et déchiré servaient de siège. Une tâche humide se terrait dans un des coins du plafond blanc laiteux et les courants d’air indiquaient que la pièce était mal isolée et pas ou peu chauffée. La mafieuse ne s’assit pas, contemplant le halo de lumière pauvre et jaunâtre qu’une ampoule dénudée projetait au sol. La rouquine ne tarda pas à revenir, une bouteille de soda à la main, elle ne semblait pas avoir décoléré, mais se contenait toujours. Peut-être par souci d’être polie, l’officier Spectre invita la mafieuse à s’asseoir, ce que Velasquez fit avec grâce. Un nuage de poussière poisseuse s’éleva dans les airs alors qu’elle s’asseyait sur le vieux siège de vaisseau, mais elle n’y prêta pas attention, visiblement elles avaient beaucoup à discuter. La question ouverte de la rouquine ne fit que confirmer ce que pensait Silvia Velasquez, la jeune femme voulait la faire parler, mais paradoxalement, il était clair dans la tête de la mafieuse qu’elle recherchait des informations précises. Les questions ouvertes n’étaient finalement là que pour lui faire éventuellement dévoiler des informations accessoires. Repoussant ses longs cheveux noirs et dévoilant ses traits encore très fins pour sa quarantaine, Silvia Velasquez croisa les jambe et fixa Syrielle avec ses grands yeux noirs.


-Je suis heureuse de constater que la Triade est un fléau pour nous tous...C’était précisément pour fuir leurs raids que nous avons installé ces locaux ici. Apparemment l’espace Allié ne les effraie plus et la REPo a ses entrées ici aussi, plusieurs de nos cargo ont été attaqués par eux ces derniers mois et cela risque de vite devenir un problème sérieux. Je ne sais pas que vous dire de plus, vous savez déjà tout : nous avions un hangar de stockage pour les épices et nous en raffinions une partie sur place, l’endroit était calme et nous avons un contrat d’exclusivité avec le Soleil Noir que nous livrions régulièrement. Pour le reste, nous étions en rendez-vous avec des clients lorsque la REPo a fait irruption dans notre installation, nos clients ont pu s’enfuir mais ça n’a pas été notre cas. Il n’y a pas plus à dire, à moins que vous n’ayez d’autres questions mais il faudra préciser un peu plus vos question. Dans tous les cas, je constate que nous ne sommes pas les seuls à nous cacher, l’Alliance se terre dans des sous-terrains miteux...L’addition sera douloureuse lorsque la Triada viendra vous chercher aussi.

Les remarques de Velasquez n’étaient pas haineuse ni moqueuse, en fait, elles respiraient la sincérité, voire la compassion. La femme avait plus l’air d’une avocate que d’une mafieuse. Son regard se figea soudain sur la main de Syrielle qui était en sang après qu’elle y ait enfoncé ses ongles. La mafieuse sortit un mouchoir de soie de son tailleur et le tendit à Syrielle.

-Vous saignez, dit-elle en désignant la main de Syrielle et en lui tendant le mouchoir.
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 598
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Dégats collatéraux [PV MJ]
Sam 7 Jan - 1:48

Syrielle ne répondit rien lorsque Velasquez lui signifia que sa main saignait, et elle se contenta de refuser le mouchoir tendu d'un rapide signe de tête. Après tout, elle n'était pas là pour papoter alors que son interlocutrice disposait certainement de beaucoup plus d'informations que ce qu'elle venait d'avouer, et la Spectre ne comptait donc pas se laisser déconcentrer aussi facilement. Aussi bêtement. De même qu'elle ne releva pas la compassion sans doute forcée et moqueuse concernant la fin prochaine de l'Alliance Rebelle, préférant très largement réorientée la discussion vers ce qui l'intéressait réellement.

« J'aurais besoin de toutes les informations que vous possédez concernant ces raids de la Triade : les dates, les dégâts humains, le nom des officiers en charge de ces opérations si vous les connaissez … absolument tout. »

Ainsi donc, la REPo bénéficiait réellement de ses petites entrées sur leur territoire au point d'y prendre ses aises ? Même si Shakhovite admettait sans problème qu'elle n'était pas assez gradée pour être au courant de tout ce qui se tramait au sein du régime, il n'en demeurait pas moins qu'elle avait du mal à avaler une telle couleuvre, aussi se ferait-elle un devoir de vérifier s'il existait un réel accord d'entraide avec la Triade. De même qu'elle en vérifierait très soigneusement les conditions et les détails afin de pouvoir dénoncer massacres gratuits et abus en tout genre ! Mais même si elle aurait voulu se concentrer exclusivement sur ce soucis-là, Syrielle savait aussi qu'elle n'en avait pas le loisir, aussi enchaîna-t-elle aussitôt.

« Je vais aussi vous demander les noms de vos contacts et de vos clients, affiliés au Soleil Noir ou pas. Il est d'ailleurs assez étonnant de voir deux Lieutenants du Xénope ralliés à son ancien ennemi de toujours … »

Une remarque presque banale, une question à peine voilée …
Mais après tout, il n'était un secret pour personne que les Hutt avaient été très férocement touchés par le Soleil Noir aidé des Sith – surtout Rana qui avait toujours été en guerre ouverte avec T'Kami – aussi la jeune femme ne pouvait-elle que s'interroger sur les tenants et les aboutissants d'une telle alliance. Trahison, manipulation ou alors perte de pouvoir du Hutt en exil ? Difficile de le savoir pour elle qui n'avait jamais travaillé ni pour l'un ni pour l'autre, mais il s'agissait pourtant d'un fait qui n'était pas anodin. De même que le fait que deux Lieutenants du Xénope fussent la cible de Jorian pouvait également dissimuler bien des choses.

« Vous avez d'ailleurs mentionné que vous aviez plusieurs fois été visés par la Triade, mais est-ce également le cas d'autres groupes à la solde du Soleil Noir ? »

Velasquez et Vassili étaient-ils deux cibles privilégiées d'un Solaris traquant toujours Rana ? Et si c'était le cas, son ancien mentor courait-il après le Hutt par vengeance ou alors pour retrouver Siana ? Difficile de pouvoir réellement s'arrêter sur l'une de ces deux hypothèses – qui pouvaient très bien être toutes deux fausses également – mais la jeune femme était toutefois sûre et certaine d'une chose : Jorian avait eu envie de la tuer lorsqu'elle avait évoqué sa femme un peu plus tôt. La lueur qu'elle avait intercepté dans son regard de même qu'une légère crispation de son visage ne trompaient pas pour elle qui le connaissait bien, aussi était-elle absolument sûre que sa remarque l'avait affecté. Et si elle l'avait affecté, il y avait de très fortes chances que ce fût parce que Siana n'était toujours pas auprès de lui !

Mais pour l'heure, il convenait de ne pas brûler les étapes en dévoilant trop rapidement ses véritables intentions, aussi Shakh' préféra-t-elle rester sur ces questions vagues et générales. Aiguillant ainsi à peine Velasquez pour la pousser dans une certaine direction mais sans toutefois lui imposer de réelle destination qu'elle aurait pu refuser d'atteindre. Par simple esprit de contradiction ou par intérêt. Parce que même si Syrielle s'efforçait de demeurer la plus calme possible, elle se doutait bien que son coup d'éclat face à Jorian n'avait échappé ni à Arthus ni aux deux prisonniers qui pourraient donc être tentés d'utiliser ça à ses dépends. Mais qu'ils essayassent seulement s'ils voulaient réellement jouer à ça … Et tandis que la Spectre bougea légèrement dans son siège afin de trouver une position plus confortable, elle ne quittait pas son interlocutrice des yeux, dardant sur elle un regard acéré que beaucoup auraient sûrement trouvé dérangeant. Oppressant même. De ce regard dont elle avait gratifié son ancien mentor pendant de longues minutes d'un duel qu'elle avait finalement remporté mais sans vraiment savoir quelles conséquences allaient en découler.

Pour elle.
Pour lui.
Pour l'Alliance Rebelle.
Pour la Triade.

Non pas qu'ils fussent importants au point d'influer sur l'avenir de la Galaxie, mais dans la mesure où Solaris n'était qu'un sale traître ayant osé porter la main sur ses hommes, il devrait donc s'attendre au retour de volée que Syrielle se ferait un devoir de lui infliger. Par principe. Par justice.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 203
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Dégats collatéraux [PV MJ]
Sam 7 Jan - 19:02
Silvia Velasquez rangea lentement le mouchoir de soie, sans réellement prendre ombrage du comportement de Syrielle. Après tout, ce conflit et cette attitude, c’était son affaire. L’ancienne Lieutenant du Xénope se contenta de l’écouter avec attention. La rouquine s’exprimait avec un certain empressement, un énervement à peine voilé. Finalement, elle dévoilait qu’elle n’était pas très fine, elle n’avait pas su faire la part des choses face à l’officier REPo et avait montré aux yeux de tous que cette affaire était personnelle…Autant dire un mauvais calcul. Mauvais calcul qui avait été fait deux fois dans le sens où elle se bornait à poser ses questions sans aucune trace d’amabilité. Ainsi Syrielle Shakhovite n’aurait sans doute rien tiré de Vassili Tolparev, le confrère brut de décoffrage de Silvia. La mafieuse toisait Syrielle, les jambes croisées, elle observait ses manières, son ton froid et dénué de toute compréhension.

Lorsque les questions furent finies, Silvia Velasquez sortit un paquet de cigarettes de la veste de son tailleur : des cigarettes longues et fines de très bonne manufacture. Elle posa aussitôt le paquet face à Syrielle tout en sortant un petit briquet en argent, lui aussi très luxueux. La mafieuse alluma la cigarette et recracha une petite volute de fumée blanche. Elle fixait toujours intensément l’officier Spectre qui lui faisait face avec un regard assuré. Elle avait beau être captive, Silvia Velasquez gardait une classe certaine et refusait totalement de se soumettre. Elle tira une nouvelle bouffée de fumée.


-Les raids de la Triade n’ont touché jusqu’à présent que des transports d’épice qui nous livraient. Ils étaient relativement rares jusqu’à il y a environs deux mois, mais ils ont été plus fréquents depuis cette date. Concernant les officiers en charge de ces raids, nous n’en savons rien, jusqu’à présent, les dégâts ont été variables, la plupart du temps ils fouillaient les vaisseaux, détruisaient la cargaison et repartaient…Je ne m’occupe pas personnellement de la logistique mais Vassili a réussi à s’échapper d’un de ces raids une fois, je vous conseille donc de l’interroger si vous souhaitez en savoir plus.

La réponse était fournie et brève à la fois, il était évident que Silvia Velasquez en donnait le minimum, elle n’avait pas été convaincue par le discours de Shakhovite qui semblait complètement obnubilée par des objectifs personnels. Il était clair que son inimitié avec l’officier de la Triade dévoilait quelque chose d’important pour comprendre les forces en présence. Bien cerner qui se trouvait en face de soi, c’était une des premières leçons que lui avait apprise le Xénope, lorsqu’elle avait commencé avec lui comme agent du Cartel en charge du blanchiment de l’argent du Hutt mais aussi de ses comptes. Il était clair que cette Syrielle Shakhovite n’avait pas les idées claires, et cela se précisait de minute en minute. Elle aurait sans doute été capable de dérailler et d’avoir des excès de violence, aussi Silvia Velasquez voulait éviter d’en arriver là, elle avait compris un certain nombre de choses et comptait les exposer sans s’appesantir sur l’un ou l’autre, le but n’était absolument pas de la braquer. La mafieuse cracha à nouveau un peu de fumée, totalement placide, sa voix était douce et presque rassurante.


-Lorsque Rana le Xénope a disparu, il a laissé une grande quantité d’épice et de marchandise, il ne restait que Vassili et moi, nous n’avons pas su que faire…Alors nous avons continué à faire ce que nous savions faire, faire tourner la boutique. Les livraisons continuaient d’arriver, les produits étaient raffinés, nous les vendions à nos revendeurs et enfin nous payions le personnel. Un jour, une délégation du Soleil Noir est arrivée et nous a menacés de mort si nous ne payions pas et si nos hommes ne leur livraient pas les Lieutenants du Xénope qui tenaient l’affaire. Nous avons proposé mieux, nous avons négocié un contrat d’exclusivité avec eux à des prix très compétitifs, mais aussi de leur donner toutes les informations dont nous disposions sur le Xénope…C'est-à-dire pas grand-chose, nous n’étions qu’une plate-forme de production et nous ne savions rien de sa disparition, il a juste cessé de se manifester et nous avons appris par des rumeurs qu’il avait été surpris par T’Kami dans son palais. La suite de l’histoire n’a rien de remarquable, nous avons rencontré T’Kami et nous avons dévoilé ce que nous savions…Fin de l’histoire.


Silvia laissa dériver son regard à côté de Syrielle, plongé dans le vide. Elle avait visiblement l’esprit plongé dans ses souvenirs…Mais aussi dans ses calculs. Elle avait suffisamment introduit ses idées et il était temps de parler sérieusement, elle le savait et son interlocutrice aurait été bien naïve de croire que les choses n’auraient pas pris cette tournure. Elle secoua lentement le bout de sa cigarette dans un creux de la caisse qui faisait office de table…De la cendre grisâtre y était déjà présente, signe que le creux avait déjà fait office de cendrier.


-Et si nous arrêtions ces bêtises et que nous parlions sérieusement ? J’ai croisé beaucoup de flics dans ma vie, et de divers horizons, de l’inspecteur ripoux au service des douanes ou même des militaires. Aucun n’a jamais agi comme la Triade aujourd’hui et je peux aussi vous dire qu’en général un sourire, quelques crédits ou une fille suffisent, c’était un acte de guerre. Je vais être honnête avec vous, j’ignore quel est le problème entre votre copain déguisé en majorette et vous, en fait, je ne veux pas le savoir, ça ne m’intéresse pas. Ce qui m’intéresse par contre, c’est mon propre sort et celui de Vassili, car nous travaillons ensemble depuis plus de dix ans. Le Commandant avait raison sur un point, nous aurons pour ça une peine de prison tout au plus, mais je peux vous parier qu’il est déjà en train de pleurer à ses Commissaires et à tous ses petits copains en costume de carnaval pour nous récupérer et faire un transfert…Autant vous dire que cela arrivera et si ce n’est pas demain, ça sera après-demain. Pour être franche, je veux bien coopérer totalement, mais pas sans garantie. Si vous voulez des informations plus précises, il va falloir me promettre que nous serons relâchés, Vassili et moi, à la suite de notre interrogatoire, dans ce cas vous aurez toutes les informations que vous souhaitez, vous serez en plus sûre que nous ne vous serons plus nuisibles, nos installations n’existent plus. A vous de me dire si cela vous convient, si c’est le cas, signez-moi un document et là nous pourrons parler plus sérieusement …


Silvia Velasquez avait une voix toujours aussi douce, elle proposait un marché à Syrielle. Restait à savoir si la Spectre accepterait ou non, de toute manière, il était clair que ces gangsters ne parleraient pas facilement et qu’ils préfèreraient la peine maximale plutôt que de parler. La voix de la mafieuse était toujours aussi douce, quoi que teintée d’une crainte sincère envers la Triade. Les menaces n’y feraient rien, si Syrielle voulait plus d’informations, elle devrait faire un pas vers Silvia Velasquez, il était désormais clair que Vassili Tolparev était une brute épaisse et endurcie qui ne parlerait pas sans l’aval de sa coéquipière et qu’ils ne tireraient rien de lui sans discuter avec elle.
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 598
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Dégats collatéraux [PV MJ]
Dim 8 Jan - 0:22

Les préliminaires à cet interrogatoire n'avaient finalement pas duré bien longtemps, mais Syrielle n'accusa pourtant aucune réaction lorsque son interlocutrice la confronta à une certaine réalité avant de lui faire une offre à laquelle elle s'attendait déjà : les relâcher en échange de toutes les informations dont ils disposaient. Une proposition qui aurait d'ailleurs dû choquer la morale de la jeune femme, mais celle-ci conserva au contraire son calme tout en se servant dans le paquet de cigarette de Velasquez. Extirpant lentement un tube de nicotine qu'elle alluma ensuite avec son briquet, la fumée de sa clope rejoignant bientôt celle de sa vis-à-vis pour envahir lentement mais sûrement l'atmosphère confinée et humide de la salle. D'ici quelques minutes, l'endroit ne manquerait d'ailleurs pas d'empester le tabac froid en plus de cette odeur rance d'humidité, mais Shakh' n'avait jamais eu l'odorat suffisamment fragile pour s'en soucier réellement. Là où, au contraire, elle se souciait sincèrement des résultats et des informations qu'elle réussirait à extirper à cette femme qui lui faisait face avec une assurance prouvant qu'elle était tout à fait sûre d'elle-même et de ses capacités. Un peu trop d'ailleurs …

Mais dans le fond, avait-elle raison de s'inquiéter d'un éventuel transfèrement en direction de la Triade ?  À vrai dire, Syrielle était extrêmement partagée sur cette question parce que d'un côté, il était évident que le régime était partit en guerre ouverte contre les Hors-la-loi dont il devait sûrement tirer pas mal d'informations à coup de tortures, mais de l'autre … de l'autre, la jeune femme ne pouvait s'empêcher de penser que Jorian avait fait de la traque des hommes du Xénope une affaire personnelle, aussi n'irait-il pas jusqu'à tenter un coup de poker aussi monstrueux que le sien afin de les récupérer. Si Shakh' avait toujours pensé comme une contrebandière n'accordant qu'une importance toute relative aux règles et aux lois, son ancien mentor était en revanche un type coincé et maniaque, un homme dont le comportement frisait quelque fois l'obséquieux et qui respectait toujours scrupuleusement les ordres. Sauf quand il pétait un plomb comme sur Ylesia … ou alors sur le Unity … en fait s'il fallait être tout à fait franc, Syrielle devait avouer qu'elle avait quand même des doutes ! Indéniablement, Solaris avait changé depuis qu'il s'était chargé de sa formation et aujourd'hui – après cette résurrection surprise – elle n'aurait pas forcément soutenu qu'elle pouvait prédire ses réactions. Elle le connaissait certes, mais il avait aussi changé, et elle ne savait pas jusqu'à quel point.

Alors quoi, devait-elle céder à ce chantage ou alors saisir Velasquez par les cheveux pour lui éclater la tête dans le caisson servant de bureau jusqu'à ce qu'elle cédât ? Question vicieuse et ouverte, et tandis qu'elle consumait toujours sa clope avec un calme revenant peu à peu, la Spectre reprit enfin la parole.

« C'est effectivement un risque, d'autant plus avec les accords existant entre l'Alliance et la Triade. Mais quoi qu'il en soit, je n'ai pas un grade suffisamment élevé pour pouvoir autoriser ce genre d'accords, et je ne peux pas non plus garantir que mes supérieurs vous accorderont ce que vous demandez. »

Autant être honnête après tout, surtout que la Lieutenant du Xénope devait très bien se douter que Syrielle n'était pas une haut gradée et qu'elle ne pouvait donc pas prendre ce genre de décisions seule. Mais en revanche, la jeune femme avait toujours une contre-proposition dans la manche …

« Par contre, je peux effectivement m'arranger pour que vous disparaissiez de la circulation dès que j'aurais les informations dont j'ai besoin. Après tout, il n'y a que moi et mon collègue qui sachions qui vous êtes, et nous n'avons pas encore fait nos rapports concernant la mission d'aujourd'hui. Entre le moment où le vaisseau de la Triade nous a laissé sur le toit et le moment où certaines personnes pourraient s’inquiéter de votre sort, il peut potentiellement se passer énormément de choses. »

Mais en vérité, fallait-il percevoir ici une ''honnête'' contre-proposition ou alors une menace bien pernicieuse ? Difficile à dire pour qui ne se trouvait pas dans les pensées de Shakh', surtout que celle-ci arborait un air totalement fermé tout en achevant sa cigarette. Écrasant bientôt le mégot dans le creux rempli de cendres tièdes avant d'enfin préciser sa pensée.

« En échange de toutes vos informations, je peux m'arranger pour que vous vous retrouviez sur une planète actuellement neutre dans le conflit galactique qui règne. Corellia, Tatooine, Mandalore ou tout le cadran s'étendant autour du Secteur Corporatiste et de Raxus … ça n'a pas grande importance pour moi, alors vous êtes libres de choisir votre destination pour y disparaître ensuite. »

Si Velasquez disposait sans doute de bon nombre de contacts dans le milieu du crime, Syrielle n'était pas en reste non plus, d'autant plus que le Soleil Noir ne serait jamais bien difficile à contacter afin de récupérer ses enfants perdus.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 203
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Dégats collatéraux [PV MJ]
Dim 8 Jan - 11:57
La mafieuse avait lentement glissé le paquet et le briquet dans la poche intérieure de son tailleur. Silvia Velasquez avait laissé Syrielle Shakhovite parler. Si elle déclinait la proposition dans l’état, elle en faisait une autre équivalente. Ainsi la rouquine était prête à enfreindre les lois pour des informations supplémentaires dans cette affaire...C’était intéressant. Cela indiquait que cela lui tenait à cœur plus que tout. Le lien entre cette femme et la Triade se concrétisait, mais encore une fois, il ne regardait pas Velasquez qui n’était pas réellement intéressée par les dessous de table de cette affaire.

La mafieuse aspira à nouveau la fumée de sa cigarette dont le bout incandescent luisait dans la semi-obscurité du lieu mal éclairé, tel une luciole. Imitant Syrielle, elle finit par écraser la cigarette et la déposer dans le cendrier de fortune. Elle laissa à nouveau quelques minutes s’écouler pendant qu’elle réfléchissait. Elle réfléchissait à tous les possibles, à tout ce qui pouvait se passer et aux conséquences que cela aurait, Syrielle n’avait pas tous les éléments pour comprendre. Velasquez semblait bloquée dans une position de réflexion intense, elle se frotta brièvement le menton et fixa à nouveau l’officier Spectre.


-Dans ce cas, je pense que nous avons un accord. Vous nous conduirez sur Tatooïne une fois que vous aurez les informations que vous souhaitez.


C’était là-aussi un pari risqué, mais de toute façon, la mafieuse n’avait pas réellement le choix et disposait de quelques garantis. Elle faisait ce métier et traînait dans les bas-fonds de la criminalité depuis bien des années, elle savait comment les criminels fonctionnaient...Mais surtout aussi comment les êtres doués de pensée fonctionnaient : cela permettait d’anticiper les mauvaises situations et surtout d’y faire face. Cette Syrielle Shakhovite réagissait plus comme une contrebandière ou une trafiquante que comme une représentante de la loi, c’était un fait indéniable : la façon dont elle se tenait, la manière dont elle parlait, la colère qui transpirait de tout son être après avoir été confrontée à la REPo, cela ne s’inventait pas et n’était certainement pas appris dans les Académies militaires ou de police de la Galaxie. L’air de la petite pièce avait été lentement envahi par la fumée et une odeur légère de tabac était désormais perceptible. Silvia Velasquez fixait toujours son interlocutrice avec ses grands yeux noirs.


-Très bien, alors commençons par une première information, sans doute la plus importante. Il y a deux mois de cela, nous avons été contactés par des hommes de main qui se réclamaient du Xénope, ils nous ont indiqué que Rana était toujours vivant et qu’il avait encore ses entrées auprès des Cartel Hutts. Nous ne savons pas ce qu’il prépare, mais cela émanait d’une esclavagiste du nom de Skaer Asana, qui était aussi Lieutenant du Xénope avant son départ. Je ne sais pas ce que ça vaut, mais il apparaît qu’Asana a recontacté plusieurs anciens Lieutenants en secret et que les raids de la Triade se sont intensifiés à ce moment-là. Est-ce que quelqu’un a parlé ? Quant à la fiabilité de ces rumeurs, il y en a eu plusieurs sur Rana, je n’y accorderai pas tant d’importance que cela, car il est très vraisemblable que le Xénope soit mort à l’heure actuelle et je crois plutôt une autre rumeur qui dit qu’il a été assassiné durant sa fuite puisqu’il n’avait plus de quoi payer les hommes qui sont partis avec lui. Quoi qu’il en soit, les raids de la Triade se sont intensifiés après qu’Asana ait colporté cette rumeur et plusieurs anciens Lieutenants du Xénope ont été arrêtés par la REPo. A confirmer avec Vassili, mais je peux citer trois Lieutenants majeurs qui ont été arrêtés : Hong Phan, l’homme qui assurait les placements boursiers du Xénope ; Sidi Ahmed, qui s’occupait de l’intendance et enfin Yoko Namura, qui elle était en charge de la comptabilité avec moi. Comme vous pouvez le constater, il s’agit de trois personnalités-clefs qui assuraient la viabilité financière du Cartel du Xénope et de l’empire qu’il avait bâti. Encore une fois, Vassili a plus de contacts que moi avec les anciens gars du Xénope, il vous en dira plus sur ce point.


Voilà une première information extrêmement importante qui pouvait changer la donne. Cela pouvait aussi expliquer dans quelle logique était la Triade. Mais ce n’était pas le seul point que voulait aborder Silvia Velasquez, il y en avait un autre qu’elle avait tu jusqu’à présent, un détail qui pourrait peut-être intéresser Shakhovite.

-Il y a un deuxième point que je voulais aborder. C’est un détail sans importance mais qui peut peut-être vous intéresser. Les clients que nous recevions avant l’attaque n’étaient pas intéressés par les épices. C’était un groupe de trois mercenaires, rencontré par Vassili dans un bar miteux de Nar Shaddaa. Je ne sais pas pourquoi il les a ramené, mais en tout cas ils étaient armés jusqu’aux dents et nous ont dit d’emblée qu’ils préparaient un gros coup. J’ai d’abord cru qu’ils étaient d’une société militaire privée, mais ce n’était pas ça, enfin je ne pense pas. Toujours est-il qu’ils voulaient nous acheter du matériel pour fabriquer des bombes. La Triade est arrivée immédiatement après et nous n’avons eu le temps de rien...Eux par contre ont immédiatement filé lorsque les vaisseaux des la Triade sont apparus. J’ignore s’ils se sont cachés où s’ils ont pu fuir mais en tout cas, la REPo ne les a pas capturé vivants...Ils sont peut-être morts. Ce qui est troublant dans ce détail c’est que lorsque la REPo est arrivée, le Commandant a ordonné à ses hommes de fouiller l’étage, ils ont fouillé tous les recoins et même les armoires, comme s’ils cherchaient quelque chose. Là-encore, si vous voulez en savoir plus, il faudra parler avec Vassili, c’est lui qui les a rencontré sur Nar Shaddaa et il a une formation militaire. Voilà, vous savez désormais tout ce que je sais.
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 598
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Dégats collatéraux [PV MJ]
Lun 9 Jan - 0:29

Syrielle se tut tandis que son interlocutrice semblait être plongée dans ses réflexions, la laissant ainsi peser le pour et le contre afin de savoir si elle voulait accepter sa contre-proposition ou pas. Même si tout cela n'aurait pu être que mensonge, cette offre était d'ailleurs honnête parce que si jamais Velasquez lui fournissait effectivement les informations promises, Shakh' comptait bien tenir sa parole et la laisser partir, elle et Tolparev. Une décision que bon nombre de personnes aurait qualifié de connerie sans nom voire même d'aberration totale, mais le monde du crime avait aussi ses règles propres que les étrangers ne pouvaient pas comprendre : les lois n'avaient que peu d'importance, mais la parole d'un homme était au contraire quelque chose de précieux. Qu'un contrebandier s'amusât à jouer les balances un peu trop impunément et il risquerait donc de lui arriver des bricoles, actives ou passives d'ailleurs … d'aucuns auraient immédiatement pensé à un coup de blaster dans la tronche ou à un genoux pété – sanction active donc – mais la Spectre savait pertinemment bien que se retrouver mis au ban du monde criminel, sans espoir de dégoter des contrats ou des alliances – sanction passive donc – pouvait faire bien davantage de dégâts. Tout comme la Lieutenant du Xénope devait elle aussi le savoir, et ce fut sûrement cet aspect-là qui la poussa finalement à parler …

Ainsi donc, Rana était potentiellement vivant ?
Si Velasquez semblait dubitative vis-à-vis de cette information, Syrielle l'enregistra en revanche soigneusement – de même que tous les noms qui arrivèrent bientôt – et elle ne fit aucun commentaire sur ce qu'elle pouvait en penser. Depuis quelques semaines, des rumeurs circulaient effectivement sur la survie du Xénope, mais la jeune femme ne savait justement pas quel crédit lui accorder : fantasme, menace ou coup de bluff ? Ces trois possibilités étaient aussi viables qu'une simple réalité des choses, mais il était indéniable que si c'était effectivement le cas, le Hutt ne débarquerait pas comme ça et solidifierait au contraire soigneusement ses positions avant de monter le bout de son nez. Avant d'attaquer – très probablement – le Soleil Noir et T'Kami … et peut-être la Triade aussi ? Après tout, Rana n'était pas réputé pour son pardon ou sa gentillesse, et si l'Entente s'amusait à s'en prendre à lui – d'autant plus de manière intelligente et tactique – alors il y avait fort à parier que la vengeance serait au rendez-vous.

Intéressant en tout cas …

Et tandis que Shakh' semblait à moitié plongée dans ses réflexions dont certaines auraient très certainement fait hurler ses supérieurs, sa prisonnière enchaîna sur une autre information, et la jeune femme fronça aussitôt les sourcils. Pas que cette rencontre avec des mercenaires potentiellement poseurs de bombes fût réellement étonnante, mais en revanche, le timing parfait et l'acharnement de Solaris tendaient nettement à prouver que cette intervention n'était pas le fruit du hasard. Que son ancien mentor avait bénéficié de quelques fuites d'informations. Et que ces trois mercenaires ne devaient pas être des révolutionnaires du dimanche sans intérêt !

« Wenwhal, fais venir Tolparev ici s'il-te-plaît. Avec une chaise d'ailleurs. »

Dans la mesure où l'échange se déroulait sur un ton plutôt cordial, autant assurer au second mafieux le même niveau de confort – même si tout relatif – que celui de sa collègue, et le minimum passait donc par le fait de pouvoir s'asseoir. Et quelques minutes après avoir contacté Arthus grâce à son comlink, celui-ci arriva avec le second prisonnier ainsi qu'une chaise en métal qu'il posa au sol, et Syrielle fit aussitôt signe à l'homme de se mettre à son aise.

« Asseyez-vous Monsieur Tolparev. Madame Velasquez était en train de me parler des trois mercenaires que vous étiez en train de rencontrer aujourd'hui lorsque la Triade est intervenue, et il semblerait que vous en sachiez plus à leur sujet qu'elle. J'aurais donc besoin de savoir tout ce que vous savez sur eux : leurs noms, leurs apparences, la cause qu'ils servent peut-être … tout ce que vous pourriez connaître. En échange de quoi, je m'arrangerais pour vous faire transférer à Tatooïne où vous pourrez disparaître. »

Après et même si cette réalité dérangeait les bien-pensants, il était évident que les liens entre l'Alliance Rebelle et les Hors-la-Loi – surtout les contrebandiers – était puissants, aussi Syrielle connaissait-elle l'un de ceux qui ravitaillaient activement les bases de Bothawui en matières premières et qui ne lui refuserait certainement pas ce service. Merci à ces longues années passées à travailler sur Corellia ou en tout cas dans le Secteur Corellien, parce qu'elles lui valaient désormais bien des contacts qu'elle pouvait désormais faire jouer en cas de besoin.

« D'ailleurs, vous évoquiez la survie de Rana mais sans réellement y croire, qu'est-ce qui vous fait croire que ce n'est qu'une rumeur ? Le Xénope était un Hutt extrêmement puissant et qui a toujours su fédérer pas mal de monde autour de lui après tout … »

Puissant et influent … de ces deux notions-clés qui manquaient désormais à l'Alliance Rebelle d'ailleurs. Mais savait-on jamais, si le Xénope était effectivement en vie et désireux de venger son Cartel, alors peut-être pourraient-ils s'entendre sur une alliance de fortune visant la Triade. À la guerre comme à la guerre après tout, et si Shakh' n'appréciait pas les Hutt, elle saurait très bien s'en accommoder si c'était pour se débarrasser d'un ennemi commun.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 203
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Dégats collatéraux [PV MJ]
Lun 9 Jan - 23:05
Le Lieutenant Arthus Wenwhal avait laissé Shakh’ prendre les commandes pour la partie interrogatoire. Il le fallait, c’était quelque chose de nécessaire pour elle, il avait vu son comportement face à l’officier de la REPo et qu’importait ses raisons, c’était ses raisons. Il ne poserait pas de question, car c’était comme ça, après tout les Rebelles avaient souffert plus que quiconque. Souffert à cause l’effondrement de l’Alliance Galactique, souffert de la vie de bohème à laquelle ils étaient réduits. Mais cela n’était pas le plus important, la cohésion et l’entraide primaient sur le reste, l’Escadron Spectre respectait cela. Ce que combattait l’Alliance Rebelle, c’était justement les décisions arbitraires et l’asservissement de la liberté, si les protocoles étaient parfaitement respectés dans le haut-commandement de l’Alliance, les grades plus modestes savaient faire la part des choses et il y avait quelques rares moments -comme celui-là- où il fallait savoir se taire et laisser la main. C’était ce qu’avait fait Arthus après avoir conduit Tolparev dans sa cellule, il avait fait positionner deux soldats devant et s’était éloigné dans une petite salle de repos miteux.

Assis devant un quart rempli de mauvais café, il attendait. Qu’attendait-il au juste ? Que les choses se débloquent, un signe de Syrielle. N’importe quoi qui le sortirait de sa petite routine. La salle de pause était une minuscule pièce, elle-aussi rongée par l’humidité, avec un réchaud, une machine à café et un peu de vaisselle. Ceux qui s’y arrêtaient le faisaient pour couper avec de nombreuses heures de travail : pilotes, opérateurs ou tout simplement soldats, certains de ceux qui avaient embrassé la cause de la Rebellion ne quittaient jamais ce bâtiment, qui en apparence était très modeste mais qui en réalité abritait une base importante dans ses sous-sols. Arthus s’était d’ailleurs changé, optant pour son sempiternel pantalon de toile, des brodequins usés et un blouson de cuir de pilote de l’Alliance Galactique avec de nombreux écussons des opérations auxquelles il avait participé mais aussi son grade de Lieutenant. Cela l’amusait parfois de regarder le vieux blouson et les écussons colorés, cela ne voulait au final plus dire grand-chose désormais, l’Alliance Galactique n’avait plus d’existence légale, mais Arthus aimait bien son blouson. Au fond, il aurait préféré qu’il n’ait que les écussons d’entraînement et de missions de sauvetage de civils...Car cela aurait voulu dire qu’il aurait servi uniquement en temps de paix...Mais ce n’était pas le cas. Il n’affichait pas ce blouson comme une fierté ou un étalage de ses victoires -pourtant il aurait pu être un moyen de montrer qu’il était un as- mais plutôt comme un élément dont il aimait le style et l’aspect rétro. A vrai dire, il n’était pas esquinté comme Syrielle qui elle portait la croix d’un passé qui semblait extrêmement difficile, elle avait été parmi les hors-la-loi, ça il le savait, car elle en avait les manières, mais finalement, Arthus ne savait rien des raisons qui l’avaient menées à rejoindre la Rébellion, ni même de ce qui constituait ses motivations. Cela n’avait aucune importance, il espérait simplement qu’un jour ou l’autre, elle trouverait la paix car elle n’avait pas une femme, des enfants et des parents comme l’avait Arthus qui avait pu sauver toute sa famille après l’effondrement de l’Alliance. Le ComLink grésilla, c’était Syrielle.


-C’est entendu, je suis là dans deux minutes.


Aucune question, aucune discussion. Arthus but d’une traite ce qui restait de café dans le quart en aluminium...Le breuvage était tiède et infâme, mais en prendre régulièrement aidait à garder une certaine routine et à se dire que la cause qu’il servait valait mieux que celle d’une horde de hors-la-loi. Merde...Avoir les pieds sur le plancher des vaches lui faisait dire un bon paquet de conneries. Le pilote sourit à cette pensée...Bien sûr que ça valait mieux que la cause de ces raclures, c’était ce que tout homme d’honneur ayant servi sous l’Alliance Galactique aurait fait. Il traversa quelques coursives désertes, croisant finalement un opérateur qui n’avait même pas quitté son micro-casque et qui passa furtivement sans même lever la tête de son datapad. Arrivé devant la salle gardée, Arthus expliqua brièvement aux soldats qu’ils allaient devoir transférer Tolparev. Arthus expliqua également au prisonnier qu’il allait rejoindre son associée, mais ce dernier ne manifesta rien.

Ils arrivèrent face à la porte de la salle où se trouvait Syrielle. Arthus y déposa la chaise métallique sans un mot et libéra Tolparev de ses entraves avant de disparaître sans un mot. Le pilote ne fit pas d’histoire, il disparut, jugeant que Syrielle voudrait rester seule...C’était son affaire après tout et les choses avaient suffisamment dégénéré. Il disparut alors, avec dans l’idée d’écrire le rapport de la mission...Ou tout du moins de commencer, resterait à Syrielle de valider ou pas ce qu’ils diraient.

Vassili Tolparev s’assit lentement sur la chaise métallique. Il dépareillait totalement avec l’aspect fin et raffiné de Velasquez : lui n’était qu’un immense colosse bodybuildé aux muscles saillants. L’homme mesurait plus de deux mètres, son visage carré affichait quelques rides qui accentuaient son aspect menaçant et sublimaient son regard bleu et vif, le tout était surmonté de cheveux blonds coupés en brosse, raides comme du crin. Le débardeur blanc qu’il portait semblait sur le point de se déchirer sous la pression de ses muscles parcourus de veines apparentes. Le reste allait dans le sens du personnage, un treillis aux motifs de camouflage sombre et des brodequins militaires qui portaient de nombreuses éraflures et n’avaient sans doute plus été cirés depuis longtemps. Tolparev n’incitait pas au dialogue par son apparence et lorsque Syrielle lui parla, il se tourna immédiatement vers Velasquez qui hocha discrètement la tête, comme pour montrer qu’elle confirmait les dires de Shakhovite sur l’accord et aussi l’autorisation de prendre la parole sur un sujet qu’ils avaient souvent évoqué, Silvia et lui.


-J’ai beaucoup entendu parler et beaucoup bourlingué Madame. J’en ai vu des choses, que ce soit à l’armée ou ailleurs. Il y a une chose que je peux cependant vous dire : on est tous égaux devant un coup de blaster, même lorsqu’on s’appelle Rana le Xénope. Le patron était puissant et très influent, mais ses magouilles contre le Soleil Noir et tous ses trafics, c’était un affront de la part d’un Hutt d’un clan aussi insignifiant que le sien. T’Kami, un Hutt plus influent ou alors un agent d’une puissance étrangère...Rana aurait été tué tôt ou tard, il avait pris trop d’influence. C’est ce qui est arrivé quand on a pris d’assaut son palais. Tout ce qu’on pourra dire maintenant ne sera que rumeur, si Rana était encore en vie, il serait déjà là, mais n’en déplaise à ceux qui aiment crier au loup, il n’est plus là et tout ce qui restera du Xénope, ce sont des histoires pour effrayer les petites frappes qui commencent dans le milieu...Mais pour les gens qui ont un peu d’expérience, ça ne sera guère plus effrayant que l’histoire du Croque-Mitaine racontée à un adulte.


Vassili s’exprimait avec une bonne diction et même une voix étonnamment douce qui détonnaient avec son apparence menaçante. Sa façon de se tenir et de s’exprimer indiquait clairement un passé militaire, cet homme était un soldat par le passé. Son visage se renfrogna cependant immédiatement lorsqu’il entreprit d’évoquer les trois clients qu’ils avaient reçus.

-Pour les mercenaires, nous n’avons rien à voir avec ces types Madames, ils étaient complètement fondus. Il y a une semaine de ça, j’ai été contacté par l’un d’entre eux, qui se faisait appeler le Major. Il m’a dit être un ancien Stormtrooper et vouloir acheter du matériel militaire pour monter une opération. Nous avons donc convenu d’un rendez-vous dans une cantina de Tatooïne, je voulais voir si c’était sérieux. La vérité Madame, c’est que quand je l’ai vu arriver, ce type était autant Stormtrooper que moi danseur étoile à l’opéra galactique de Coruscant. Mais ce type avait de l’argent...Beaucoup d’argent...J’ai voulu me casser, mais il m’a donné un très gros acompte. Il voulait du matériel de pointe, des blasters lourds, des détonateurs thermiques et des charges soniques...Des trucs qu’on ne trouve pas partout…

Tolparev se gratta le menton, réfléchissant à son tour, comme s’il ne voulait pas oublier un seul détail.


-...Toujours est-il que je ne le sentais pas ce mec, il était habillé comme un vieux clodo et je ne l’ai franchement pas senti. Je lui ai donné un second rendez-vous sur Tatooïne et il est venu accompagné cette fois. Le Major en question il est venu à bord d’une navette avec deux collègues, tous portaient des armures légères et étaient armés jusqu’aux dents. Pour moi Madame, c’était des gars des Sociétés Militaires Privées, ils avaient tous des grades sur le plastron alors comme j’ai vu qu’ils voulaient payer comptant et qu’ils avaient l’argent, j’ai prévenu Silvia et je leur ai demandé de venir sur Bothawui...C’était aujourd’hui. Quand ils sont arrivés, j’ai vite vu qu’ils n’étaient pas clairs, ils sont venus en tenue de combat et le troisième, un Bith, il arrêtait pas de faire le fanfaron et de dire qu’ils voulaient encore plus d’explosifs. Ils ne se comportaient pas comme des militaires en tout cas. Et le Bith qui arrêtait pas, il se vantait, se chamaillait avec le Major et insultait constamment l’Empire Galactique et les Siths, il crachait par terre. J’ai voulu un peu parler avec eux, et c’est le Bith qui a lâché le morceau en premier...Il m’a dit qu’ils préparaient deux gros coups dans les deux espaces Impériaux...Mais ça n’a pas plu aux autres. Enfin, moi je n’ai pas posé plus de question, je leur ai dit qu’ils devaient prendre leur matériel, nous payer et se casser. Ils étaient venus à deux vaisseaux, me demandez pas pourquoi, le Major a chargé la marchandise et s’est envolé, les deux autres sont restés avec les crédits et nous sommes montés dans le bureau pour qu’ils payent. La suite vous la connaissez, la REPo a débarqué...Eux par contre, dès qu’ils ont entendu les premiers tirs de plasma, ils ont détalé comme des lapins, ils savaient ce qu’ils faisaient ça c’est sûr. Ils ont fui dans le couloir, mais je les ai perdu de vue et l’instant d’après la REPo était sur nous, nous n’avons rien pu faire. Je ne sais pas s’ils sont morts ou s’ils se sont cachés.

Vassili était à nouveau plongé dans une intense réflexion, comme s’il cherchait lui-même à comprendre une énigme que son esprit entraîné par l’armée n’avait pas pu saisir. A nouveau il se tourna vers Syrielle et afficha un regard terrifié.


-Je vous jure Madame, on n’a rien à voir avec ces types. J’ai vu beaucoup de gens louches dans ma carrière et ces trois-là, ils n’étaient ni des Sociétés Militaires Privées, ni de la Guilde des Chasseurs de Primes...C’était des terroristes, c’est ça la vérité. Je ne donnerai jamais un autre membre du milieu, mais eux, ils n’allaient pas dans les Empires pour braquer une cantina. En tout cas, ce n’était ni le Major, ni le Bith qui commandait mais la troisième, une Togruta femelle, elle n’a pas ouvert la bouche à part pour donner des ordres aux deux autres branques !

Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 598
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Dégats collatéraux [PV MJ]
Mar 10 Jan - 18:55

Malgré son air de brute épaisse et sans cervelle, Tolparev s'exprimait d'une voix calme et posée, et il s'efforçait manifestement de ne rien oublier tandis que le flot de ses paroles était ponctué de certaines habitudes de langage propres aux militaires. Une découverte qui n'était d'ailleurs pas si exceptionnelle que ça parce que si Syrielle avait commencé aux lisières de la loi pour ensuite rejoindre l'Alliance Galactique, elle savait pertinemment bien qu'un certain nombre de ses anciens collègues de crime parcouraient plutôt le chemin inverse. Par refus de l'autorité, par appât du gain, par dégoût de la guerre, par dépit envers les gouvernements … la liste des motivations possibles était longue comme le bras et souvent imbriquées intimement dans l'histoire personnelle de chacun, mais la jeune femme n'avait de toutes façons pas besoin d'en savoir davantage sur celui qui se trouvait en face d'elle. À l'heure actuelle, tout ce qui l'intéressait était de savoir pourquoi Jorian avait débarqué surarmé sur Bothawui tout en se lançant aux trousses de ces fameux clients disparus, et ce même si les informations sur le Xénope ne tombèrent pas pour autant dans l'oreille d'une sourde. Ainsi donc pour Velasquez et Tolparev, Rana avait dû être assassiné parce qu'il avait finalement atteint un trop haut niveau d'influence ? Une supposition qui se tenait dans un milieu aussi dangereux que celui du crime – surtout chez les Hutt – et ce même si Shakh' ne pouvait tout de même oublier tous ses doutes. À ses yeux, il était en effet très étrange que la Triade – que son ancien mentor ? – s'attaquât aux anciens suivants du Xénope pile lorsqu'une de ses Lieutenant venait colporter les rumeurs de sa survie, et ce même si elle ne savait pas trop quoi en penser tout de même. Entre justice, vengeance et sale acharnement, la limite pouvait quelque fois être bien ténue, et cette réflexion ne manqua d'ailleurs pas de lui arracher un léger soupire désabusé.

Putain, elle était clairement en train de flirter avec la limite là …

Mais même si – un peu plus calme  qu'elle était désormais – elle se rendait bien compte que la simple idée de vouloir s'allier temporairement avec Rana pour déglinguer Jorian était d'une stupidité sans nom, ça ne l'empêchait pas de boire littéralement toutes les informations que Tolparev était en train de lui offrir. Retraçant ainsi mentalement le parcours que le petit groupe avait suivi de Tatooine à Bothawui afin d’acquérir une véritable fortune de matériel dangereux. Major, Bith et troisième homme se séparant finalement pile avant l'intervention de la Triade. À croire d'ailleurs que quelqu'un avait joyeusement balancé la date et l'heure de cette rencontre, parce que l'assaut était vraiment arrivé au bon moment ! À moins que le petit groupe ait été suivi ? Une possibilités qui n'était pas à exclure non plus, et le silence ne tarda pas à s'installer sur la petite pièce puant toujours la cigarette tandis que Syrielle cherchait à comprendre les secrets dissimulés derrière tout ce bazar. S’apprêtant bientôt à déverser un flot de question lorsque l'homme reprit la parole pour qualifier le trio de terroriste et préciser que le meneur – le troisième homme – était en fait une Togruta femelle. Une Togruta femelle …

Alors certes, il n'y avait pas qu'une seule native de Shili qui se baladait dans la galaxie mais tout de même, la coïncidence était un peu grosse ! Shakhovite en avait d'ailleurs été si étonnée qu'elle avait aussitôt fixé un regard dur – inquisiteur presque – sur Tolparev. Comme si elle voulait soudainement disséquer ses souvenirs et ses pensées afin de les connaître dans leurs moindres détails.

« La Togruta, comment était-elle ? Des particularités ? Des signes distinctifs ? »

Jorian lancé aux trousses d'une Togruta …
Non vraiment, c'était si énorme que Syrielle devait s'assurer avant tout que la sus-nommée était ou n'était pas Siana Solaris, et c'était là une tâche qui ne devrait normalement pas être des plus compliquées dans la mesure où la Spectre avait précisément gravé l'image de la femme de son ancien mentor dans son esprit afin de toujours pouvoir la reconnaître si jamais elle la croisait un jour. La couleur de sa peau ou de ses yeux, ses marquages, ses cicatrices et toutes ces petites choses permettant une identification sans aucun doute possible … Shakh' n'avait rien mentionné afin de ne pas influencer Tolparev, mais suivant sa réponse à lui, elle pourrait avoir la sienne. Et aviser …

« En tout cas pour le groupe, la Triade semble être intervenue extrêmement vite. Qui était au courant de ce rendez-vous mis à part vous cinq ? Est-ce que vous avez une idée d'où peut venir la fuite ? »

Bizarre d'ailleurs que ce ''Major'' fût partit juste avant l'arrivée de Jorian pile avant la Triade, ça tombait franchement bien pour lui ! Mais quoi qu'il en fût, si les deux autres s'étaient planqués pour échapper à la traque, ils avaient sans doute déjà quitté le bâtiment à l'heure qu'il était, aussi Shakhovite allait-elle devoir trouver une autre solution.

« D'ailleurs, est-ce que vous savez comment les contacter ? »

Cette femme, et si c'était Siana ?!
Une possibilité à ne pas écarter mais pour autant, Syrielle savait aussi combien il était important pour elle de conserver la tête froide afin de ne pas faire de conneries. Mais si jamais elle se sentait sur le point de déraper, elle se faisait toujours la promesse de faire intervenir Arthus afin qu'il pût lui servir de garde-fou contre une possible erreur.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 203
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Dégats collatéraux [PV MJ]
Jeu 12 Jan - 18:52
Vassili Tolparev avait beau ne rien connaître de l’histoire qui liait l’officier de la REPo au Lieutenant Spectre, il avait suffisamment pratiqué les officiers pour pouvoir reconnaître quelques subtilités. Même si la jeune femme tentait de garder un certain calme, ça bouillonnait dans sa tête, il le voyait et l’évocation de la Togruta lui avait arraché une des réactions les plus vives. Se pouvait-il qu’elle soit liée à cette histoire ? Peut-être, peut-être pas. Les officiers étaient tous les mêmes, s’ils s’efforçaient de rester le plus professionnel possible, parfois des choses leur échappaient. Ils étaient des personnes dotées de sentiments après tout. Tolparev resta cependant de marbre, il laissa la rouquine finir ses questions qui s’enchaînaient, elle ne semblait pas maîtriser le flot de questionnements. Plusieurs fois, il avait pu voir un léger tic sur son visage, comme si elle voulait bouger les lèvres et poser une question.

Les questions s’étaient enchaînées, même si on ne voyait plus la colère en Syrielle Shakhovite, en tout cas moins qu’au début, elle semblait très pressée d’avoir les réponses. Elle était exaltée par cette histoire, et si Silvia Velasquez l’avait déjà vu, Tolparev s’en rendait aussi compte. La mafieuse était restée silencieuse, bien adossée contre le dossier du siège de pilotage, les bras et les jambes croisés. Parfois elle haussait un sourcil, parfois elle fronçait les deux, mais à aucun moment elle n’était intervenue, laissant son associé s’occuper des réponses. Tolparev se frotta à nouveau le menton, réfléchissant de plus belle. A l’armée, c’était ce qu’on lui avait appris : ne pas en dire trop ni trop peu. Il ne fallait pas noyer les chefs sous un flot d’informations inutiles, mais il fallait qu’ils en aient suffisamment pour comprendre la situation. Faire vite, de manière efficace, cela passait par penser ses réponses. C’était en tout cas ce qu’on avait appris au soldat Vassili Tolparev lorsqu’il avait été formé au sein de l’Armée Alliée. Envoyé combattre pour réprimer une rébellion quelconque, il s’était finalement retrouvé loin des autres hommes et n’avait jamais rejoint son bataillon. Lui-même avait mis longtemps à s’expliquer pourquoi il avait déserté...Le solde était correct, les gars sympa et se battre, c’était tout ce qu’il avait toujours su faire. Puis il avait rejoint le Cartel du Xénope, tout simplement car il n’avait jamais eu où aller, c’était douze années auparavant. Les petits boulots s’étaient transformés en responsabilités, puis il était devenu Lieutenant du Hutt, cela l’avait fait sourire lorsqu’on le lui avait dit...Qui aurait pu croire qu’un jour il deviendrait Lieutenant ? Certainement pas ce connard de Sergent-Instructeur qui l’avait formé.


-Négatif, Madame. Ils ne nous ont laissé aucune coordonnées, c’étaient eux qui nous contactaient. Je les ai rencontré sur Tatooïne, dans une Cantina comme il y en a tant : le Bantha qui fume. Le tavernier tutoyait le Major, je pense qu’ils se connaissaient bien.


Une information qui avait son importance, puisque finalement les habitués des Cantina avaient la sale habitude de s’y rendre régulièrement. Tolparev était ceci-dit content d’avoir évacué ces informations car il espérait que cela dissuade la rouquine de continuer à les interroger de la sorte. Après tout ils ne balançaient pas, le crime avait ses règles, mais le meurtre gratuit et le terrorisme ne faisait pas partie des choses qui étaient bien vues, même auprès de Rana le Xénope qui punissait constamment ceux qui outrepassaient leurs attributions en assassinant des innocents, les punissions allaient jusqu’à la mort. Le Soleil Noir avait ses propres règles aussi sur la question. Bref, ces terroristes n’étaient pas des hors-la-loi classiques et ils devaient être arrêtés.

-Personne d’autre n’était au courant de notre côté en tout cas. Encore une fois, nous ne savions même pas qu’ils viendraient tous. De leur côté, ça avait l’air assez fermé, Madame, ils étaient très sûrs d’eux et semblaient bien se connaître. Je ne crois pas qu’ils aient été capables de se dénoncer les uns les autres. Par contre, quant à vous dire s’il y avait d’autres personnes dans leur groupe et si ces personnes étaient au courant, je n’en sais rien. De toute façon, la REPo a des taupes partout, parlez trop fort dans un bar, confiez-vous à la mauvaise personne ou donnez un rendez-vous à quelqu’un sans précaution et ils vous tomberont systématiquement dessus. Ils arrêtent énormément de gens en ce moment et ils sont en pétard. C’était d’ailleurs une de mes inquiétudes quand je les ai vu la deuxième fois...Et la Togruta m’a dit de ne pas m’inquiéter, qu’ils étaient déjà venu la voir, et là elle m’a montré deux médailles, des croix de guerre de l’Entente...Des décorations d’officiers supérieurs. Le Bith a continué de se vanter en disant qu’ils les avaient abattus comme des chiens et qu’ils avaient gardé les uniformes, que ça pouvait toujours servir. Il fanfaronné et m’a même glissé une menace discrète en disant qu’il ne fallait pas chercher à les baiser parce qu’ils avaient aussi fait la même à des douaniers impériaux et qu’on pouvait aussi trouver un sabrolaser de Sith dans sa collection...S’il disait la vérité, ces gens doivent être très recherchés.

L’histoire aurait pu être rocambolesque, mais au final, elle était tout de même logique. Cela pouvait expliquer pourquoi la Triade s’intéressaient à ces terroristes. Tolparev avait cependant évoqué des Croix de Guerre de l’Entente, parmi les plus hautes distinctions de la Triade, donc des officiers de haut-rang de l’Entente...A titre d’exemple Jorian Solaris de possédait pas cette médaille sur son uniforme. Il se pouvait que Tolparev ait confondu les décorations même s’il avait un passé militaires, le système de la Triade était très récent. Il était aussi possible que le Bith ait menti quant à la provenance des décorations, comme pour le Sabrolaser, si tuer des officiers supérieurs de la REPo était déjà une chose extrêmement difficile, s’attaquer à un Sith en était une autre carrément suicidaire.

-Pour la Togruta Madame, je m’en souviens, oh que oui je m’en souviens. Peau rouge ocre, rayures blanches, un bon mètre quatre-vingt-dix, je m’en souviens car c’est pas commun chez cette espèce ni chez les femelles. Elle avait les yeux violets. Pour le reste, elle portait un blouson de pilote de l’Alliance sans écusson, un peu comme celui de votre collègue, mais avec la fourrure autour du col. Je dirais qu’elle avait une bonne trentaine d’années, et vu sa silhouette, elle était entraînée. Pour les signes distinctifs, ça sera facile, elle portait un collier avec des dents d’Akul, comme font les Togruta et trois gemmes, une rouge, une noire et une bleu, puis un pendentif, sans doute un truc clanique. Je m’en rappelle parce qu’on voyait que ça.


La réponse de Tolparev ne laissait finalement aucun doute, cette description était bien celle de Siana Solaris, anciennement Princesse guerrière du clan mineur des Sallyyk sur Shili. Déjà capturée pour activités de rébellion sur sa planète, elle avait été achetée par les hommes du Xénope qui voulait en faire une esclave sexuelle.
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 598
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Dégats collatéraux [PV MJ]
Ven 13 Jan - 14:21

Après le flot de questions de Syrielle et les réponses détaillées de Tolparev, ce fut un nouveau silence qui s'installa sur la petite pièce servant de salle d'interrogatoire. Un silence profond. Un silence presque étrange après les événements de la journée. Mais surtout un silence qui avait étreint la jeune femme tandis qu'elle avait avalé une gorgée de son soda avant de s'asseoir plus confortablement dans son siège, jambes croisées et dos reposant tranquillement contre le dossier usé où le cuir déchiré par endroit laissait apparaître un peu de la bourre du coussin. À n'en pas douter, les moyens financiers de l'Alliance Rebelle n'étaient pas gâchés dans des notions aussi inutiles que celles de confort – surtout dans un endroit comme celui-ci – mais l'esprit de Shakh' était quant à lui déjà partit. Loin. Très loin. À des milliers de parsecs de Bothawui. Dans un voyage de plusieurs années aussi. Ainsi donc, cette Togruta terroriste et traquée par la Triade était réellement Siana Solaris … Une information qui aurait sans doute dû exciter la Spectre au plus haut point suite à toute la colère qu'elle avait retenue de cracher au visage de son ancien mentor, mais ce n'était toutefois pas le cas. Son regard fixé sur le creux de la table faisant office de cendrier ne distinguait déjà plus les cadavres de cigarettes abandonnés là, et son esprit s'était pris à ce dangereux jeu de l'analyse.

La Triade traquait et massacrait des Hors-la-loi sur le territoire de l'Alliance …
Jorian Solaris traquait sa femme qu'il était initialement censé chercher par amour …
Et sans préavis aucun, Syrielle venait de se retrouver balancée dans toute cette merde qui pourrait lui coûter bien plus cher qu'une tape sur les doigts après qu'elle ait dérangé un peu cavalièrement le Commandeur Suprême Tan'ith. De ce genre de situation empestant le mauvais coup à des parsecs à la ronde, et cette alarme qui venait de retentir dans son esprit semblait bel et bien l'avoir calmée au moins temporairement. Que ce groupe terroriste ait massacré des officiers supérieurs de la Triade voire même des Sith ou pas, la jeune femme s'en foutait assez à vrai dire – de même qu'elle n'y croyait pas vraiment, surtout concernant les Sith – mais elle choisit pourtant de ne pas dévoiler ce qu'elle savait. Si Jorian traquait vraiment ce petit groupe, le but pouvait bien être purement personnel, mais Tolparev et Velasquez n'avaient absolument pas besoin de savoir que cette Togruta était la femme du taré qui avait projeté de les emmener sur Mustafar pour les torturer. Moins ils en savaient et mieux c'était !

Et au bout de plusieurs minutes de silence et de réflexion, Syrielle lâcha finalement un léger soupir avant de hocher la tête. Se regard se levant bientôt avant de dévisager la mafieuse puis son collègue. S'attardant un moment sur ce dernier avant d'enfin prendre la parole pour rompre ces longs instants de flottement.

« Je vois, je vous remercie pour vos informations. »

Dans le tas, certaines pouvaient pourtant être erronées – à dessein ou non – mais la jeune femme ne mentionna même pas ce détail et préféra passer à la suite du programme.

« Si vous ne détenez plus rien d'important à me communiquer, je vais m'arranger pour que vous puissiez rallier Tatooine comme convenu. Je reviens. »

Rallier Tatooine …
Si ce fameux Major était réellement un habitué du ''Bantha qui fume'' localisé sur la planète sus-nommée, alors s'y rendre au plus vite pourrait indéniablement être un avantage, et l'idée de ramener elle-même les deux mafieux ne manqua pas d'effleurer l'esprit de Shakhovite. Doucement puis avec insistance. Avec beaucoup d'insistance … Mais même si elle brûlait de foncer, la jeune femme savait aussi combien il aurait été idiot de se jeter littéralement dans la gueule du Nexu, aussi préféra-t-elle tempérer ses ardeurs tout en se levant afin de quitter la pièce. Indiquant au soldat effectuant la garde qu'il allait devoir surveiller les deux prisonniers pendant qu'elle-même s'éloigna de quelques pas tout en tirant son comlink de sa poche.

« Thade, c'est Shakh', t'es sur Bothawui là ? … Mouais non … j'aurais besoin que tu transportes deux personnes sur Tatooine si c'est toujours ta route de ravitaillement … ouais … non c'est plus spécial … comme d'hab' avec T'mana en fait … yep ce sera parfait, on fait comme ça … merci Thade. Oui sur le toit, ce sera plus simple. »

Thade Linc'iln Gavaren … sous ses airs de Duro idiot, le vieux contrebandier possédait un flair redoutable qui lui avait permis de se sortir de bien des situations et à force de bourlinguer, il s'était également attiré les services d'un équipage fidèle et intelligent. T'mana la Falleen était ainsi son Capitaine en second depuis bien des années déjà, et il y avait assez peu de gens – surtout des Humains – capables de résister au pouvoir de ses phéromones. Pas par drague ou par moyen de pression d'ailleurs, mais simplement savait-elle détendre les gens au point de quelque fois les pousser à se confier comme l'on pourrait avouer ses secrets sur l'oreiller de sa maîtresse ou dans les bras d'une sœur attentive. Et pour couvrir cette petite maline, Thade comptait également un Besalisk et un Gotal dans son petit groupe, aussi la Spectre ne craignait-elle pas grand chose pour eux …

Et quelques instants plus tard, la jeune femme revint dans la salle d'interrogatoire et fit signe aux deux Lieutenants de se lever et de la suivre.

« Un contrebandier va vous déposer sur Tatooine. Il rallie normalement Mos Eisley mais vous pourrez toujours voir avec lui pour une éventuelle autre destination. Suivez-moi. »

Hors de question toutefois que Velasquez et Tolparev se baladassent dans une base de l'Alliance, aussi Shakh' avait-elle demandé à Thade de bien vouloir récupérer son chargement sur le toit où ils avaient été déposés à l'arrivée, et ce fut justement là qu'elle les escorta tous les deux. Se retrouvant bientôt de nouveau à l'air libre tandis qu'elle profita de ces instants de calme pour se griller une clope avant de sortir à nouveau son communicateur qu'elle tendit en direction de la femme.

« Je vous laisse mes coordonnées pour me joindre, disons que je pourrais être intéressée par toutes informations concernant la Triade, le groupe terroriste, ou alors une éventuelle survie de Rana. Et je sais toujours payer mes informations … »

Une droiture qui n'était pas forcément généralisée parmi les Hors-la-loi mais depuis que Syrielle avait l'âge de comprendre certaines choses, elle avait bien compris que le milieu du crime se devait d'être réglo sur certains points. Corellia en était d'ailleurs l'exemple même puisqu'une majorité de criminels bénéficiait d'accords mutuellement favorables avec la CorSec, de ce genre même d'avantages sur lesquels Shakh' ne cracherait pas si elle pouvait en tirer quelque chose.

Et quelques instants plus tard, la Corvette de Thade se posa juste devant elle, et la jeune femme échangea alors quelques mots avec son collègue avant de laisser partir toute cette petite troupe. Avant de quitter finalement le toit pour descendre les escaliers et retrouver Arthus dans une salle de repos où il semblait affairer tandis qu'un groupe de quatre soldats devisaient à une table proche.

« Hé, le café est meilleur au mess des officiers. »

Étrange entrée en matière et pourtant, Syrielle se contenta de ces quelques mots et d'un petit signe de tête afin d'inciter son collègue à la suivre deux étages plus bas, dans une salle de repos assez semblable à cette différence près que la température était plus agréable, et le synthétiseur de nourriture de meilleure qualité. La jeune femme venait d'ailleurs de récupérer deux gobelets de café chaud ainsi qu'une barre nutritive, et elle se laissa bientôt tomber dans un siège presque confortable avant de siroter sa boisson. Le regard braqué sur la barre de céréales synthétiques et à l'odeur aussi chimique que le goût.

« Velasquez et Tolparev viennent de partir pour Tatooine, j'ai demandé à Gavaren de les ramener là-bas. Faudra qu'on voit pour le contenu du rapport ensemble … »

Sûr que la jeune femme comptait bien élaguer quelques éléments de cette mission et de l'interrogatoire qui avait suivi mais pour cela, elle allait déjà devoir se montrer franche avec son partenaire, sans quoi il n'était pas sûr qu'il acceptât de marcher dans son jeu. Et même si Shakh' était une bonne menteuse du fait de sa formation aux Renseignements, ce n'était pas pour autant qu'elle appréciait de raconter des bobards, surtout aux gens se situant dans ce cercle plus ou moins proche qu'elle acceptait bonnant mallant de tolérer autour d'elle.

« L'officier de la REPo qui dirigeait tout ce bordel, il s'appelle Jorian Solaris, et c'est un ancien officier des Renseignements Alliés. Il faisait partie de la branche des Combats Urbains, c'est lui qui m'a poussé à intégrer l'Alliance et qui m'a formée, il a été un véritable mentor pour moi. Sauf qu'un jour, au cours d'une mission classifiée, il a trahi et il nous a tous massacrés. Il n'y a que moi et le pilote qui s'en soyons sortis vivants, et je pensais qu'il était mort là-bas vu les circonstances de la mission. »

Les contaminés, le compte à rebours … pour qu'il ait pu s'en sortir, Jorian avait vraiment dû tout calculer au millimètre près – qu'elle avait d'ailleurs un peu piétiné en foutant la merde – mais Syrielle ne donna toutefois pas davantage de détails. À Arthus de voir s'il avait besoin d'en savoir plus, mais elle préférait rester succincte pour le moment.

« Tolparev et Velasquez m'ont appris que la Triade traquait les Hors-la-loi sur le territoire de l'Alliance depuis quelques temps, et lorsque nous sommes arrivés, ils étaient en train de vendre tout l'arsenal du parfait petit terroriste à un groupe qui a réussi à filer au moment de l'attaque de la REPo. Et le chef de ce groupe, c'est Siana Solaris, la femme de Jorian qui avait été enlevée par Rana le Xénope il y a un paquet d'années. La coïncidence me paraît tellement énorme, avec tout ce petit monde qui réapparaît pile au même moment. On croirait presque à une arnaque à moitié foirée … »

Une arnaque, un piège, ou alors l'occasion parfait de coincer ce sale petit rat de traître et de lui faire payer ses crimes. À vrai dire, Syrielle ne savait pas trop justement, ce qui expliquait sûrement son propos un peu décousu face à Arthus dont elle attendait – implicitement – un avis tandis qu'elle continuait à siroter son café.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 203
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Dégats collatéraux [PV MJ]
Ven 13 Jan - 19:10
Arthus avait rejoint la petite salle de pause minable qui n’était finalement pas si loin des pièces où étaient menés les interrogatoires. Le Lieutenant s’était resservi du café dans le quart qu’il n’avait même pas pris le temps de rincer. Le liquide amer et chaud lui envahissait les papilles. Le café était mauvais...Dur, amer et sans concession, un peu comme le monde qui les entourait désormais. Au-delà du fait qu’il était proche de la zone des interrogatoires, Arthus aimait se retrouver dans cette petite sale de pause, normalement destinée aux soldats et aux agents subalternes de l’Alliance Rebelle (quoi que la différence entre les grades ne soit pas aussi marquée que dans une armée conventionnelle). Cet attrait pour cette sale humide, nue et pauvre échappait au Spectre, peut-être aimait-il simplement s’y retrouver parce qu’il pouvait rester au calme. Combien de temps s’écoula ? Il ne saurait trop le dire, un groupe de soldats avait rejoint la salle et ils avaient salué poliment Arthus, sans réellement faire cas de sa présence, eux-aussi fréquentaient cet endroit et ils y avaient croisé plusieurs fois le pilote.

Syrielle apparut après un bon moment, pourtant les soldats étaient toujours là, occupés à bavarder. Malgré leur occupation, ils saluèrent mollement Syrielle lorsqu’elle entra. La coéquipière d’Arthus vanta les qualités supérieures du café servi au mess, c’était un moyen d’inviter Arthus dans un endroit où ils pourraient parler sans être dérangés et à l’abri d’oreilles indiscrètes. Comme à son habitude, Arthus ne posa aucune question, s’il y avait bien une chose qu’il avait appris après toutes ces années, c’était bien l’observation. Syrielle Shakhovite n’était pas une bavarde, elle suivait volontiers sa propre logique, ses propres codes...Quelque chose qui n’était pas réellement surprenant quand on connaissait son passé. Un passé atypique de quelqu’un qui avait fait ses armes chez les contrebandiers pour finalement rejoindre les Renseignements. Ce mutisme et cette défiance quasi-systématique envers les institutions était quelque chose que Wenwhal avait constamment su percevoir chez elle. En réalité, c’était une chose qu’il appréciait particulièrement chez Syrielle, elle était respectueuse des lois mais considérait que les lois devaient servir le citoyens et pas l’inverse. Il n’avait d’ailleurs jamais eu à se justifier vis-à-vis d’elle concernant ses propres défections, lorsqu’il avait déserté la flotte avec un cargo pour sauver sa famille...Etrangement, il avait immédiatement senti que, lorsqu’il avait raconté cet épisode à Shakh’, elle avait compris. Elle avait compris sans avoir besoin de discuter ce dont il s’agissait. C’était cela qu’Arthus appelait le bon sens ou encore la conscience, un élément essentiel pour devenir responsable. C’était donc naturellement qu’Arthus avait laissé Syrielle finir de régler ses affaires, l’affaire présente avait -dans ses rebondissements- largement dépassé la simple mission militaire, il y avait quelque chose de personnel, qui touchait Syrielle au plus profond de son être. Cela, le pilote l’avait vu dans sa conversation avec l’officier de la REPo, ils se connaissaient : une ancienne connaissance ? Un ancien ennemi ? La galaxie évoluait vite et la Triade était un régime neuf, il était certain que cet homme avait occupé une toute autre fonction avant de rejoindre la REPo, qui n’existait pas quelques années auparavant.

Ils arrivèrent au mess : il fallait comprendre le même type de petite salle avec de la vaisselle et des distributeurs en meilleur état et une température un peu plus agréables. Le mobilier semblait aussi être un peu plus frais, les sièges plus confortables. L’installation de l’Alliance Rebelle brillait par sa vétusté, mais au moins ils étaient en sécurité. Ce type d’installation en sous-terrain permettait de les protéger des bombardements mais aussi de cacher du matériel : des vaisseaux et des ressources telles que du carburant. Là était le véritable avantage de ce type de base secrète, les ennemis ne savaient pas réellement ce que les rebelles y cachaient ni même leur localisation. Un havre de paix dans une galaxie tourmentée. Arthus saisit le gobelet de café que lui avait tendu sa collègue, le café était plus chaud et sentait meilleur. Sa collègue avait entrepris de se servir d’une barre de céréales. Lentement, elle commença à se dévoiler, tout d’abord en dévoilant le devenir des prisonniers qui allaient être remis en liberté sur Tatooïne. Il allait donc certainement falloir aménager le rapport afin de couvrir cette entorse à la règle. Arthus se contenta d’acquiescer, il le ferait sans problème, après tout, il l’avait lui-même proposé. Restait maintenant les autres explications.

Les explications de Syrielles s’enchaînèrent, elles tirèrent immédiatement Arthus de sa placidité, il tendit l’oreille, ne manquant pas de froncer les sourcils et d’afficher une moue grave. Ainsi donc se dessinaient les différents protagonistes de l’affaire et les liens qu’il y avait entre eux...Il tressaillit à l’évocation de Rana le Xénope et de terroristes. C’était à peine croyable, et il était évident qu’Arthus aurait émis sans doute plus de réserve s’il ne s’agissait pas de Syrielle...D’autant plus qu’il l’avait vu dans la journée dans une situation qui semblait critique pour elle, sans doute plus émotive qu’il ne l’avait jamais vue, face à ses propres blessures et face à une situation qui la dépassait. Le fait que Syrielle s’exprima avec de longs discours et des phrases de plus de trois mots -qui étaient déjà exceptionnelles chez elle- mettait l’emphase sur la gravité de la situation et ce que cela représentait pour elle. Le discours était décousu, presque haletant, en tout cas tout cela tenait à coeur à la Lieutenant du Spectre. Plusieurs secondes s’écoulèrent, Arthus avait bu une longue gorgée de café, qui était bien meilleur que le jus de chaussette auquel il était habitué au demeurant. Son expression habituelle, joviale et souriante avait laissé place à une plus grave et plus soucieuse. Il tentait de raccrocher les wagons et de comprendre pourquoi elle lui parlait de tout cela. Syrielle lui demandait implicitement son avis...Et cet avis, il le lui donnerait.


-Ça fait beaucoup pour une journée, mais au moins je comprends maintenant tes réactions. Si tout ce que tu dis est vrai, tu as plutôt bien géré cette mission, tu as fait ce qu’il fallait. Je te soutiendrai pour le rapport, mais je crois que tu dois te calmer et ne pas tirer de conclusions hâtives qui ne feraient que te pousser vers une connerie inutile.


La voix douce d’Arthus était rassurante, en tout cas elle se voulait comme telle. Le pilote s’exprimait posément, l’expérience était palpable dans ses paroles. Syrielle n’avait pas formulé d’idée explicite, mais implicitement, il la mettait en garde de ne pas se lancer à corps perdu dans une enquête qui pouvait la mener sur les sentiers de la perdition.

-Je n’étais pas au courant de l’histoire dont tu parles. L’écroulement de l’Alliance a été l’élément déclencheur de beaucoup de choses. Mais si je suis sûr d’une chose, c’est que ton type, Solaris, il n’est pas devenu Commandant de la REPo comme ça. S’il y a un truc qui ressort tout le temps de cette foutue Triade, c’est qu’ils ont des agents infiltrés partout, c’est probablement pour ça qu’ils sont arrivés comme par magie aujourd’hui. La première explication qui me viendrait à l’esprit quant tu me racontes cette histoire, c’est que ton type était un agent de la REPo depuis longtemps et que sa mission s’est terminée par l’exfiltration.


Arthus réfléchissait, il semblait absorbé, livrant sa propre lecture des faits. Il laissa à nouveau quelques dizaines de secondes de silence s’écouler.

-De ce que tu me racontes, si sa femme était réellement parmi ce troisième groupe qui a filé durant l’assaut, cela me fait également l’idée d’une sale embrouille. Si elle a eu en plus des démêlés avec le Xénope, alors là tout ça prend du sens. Cette Siana Solaris est peut-être aussi un agent infiltré de la Triade et tout ça n’est peut-être aussi qu’un coup monté qui expliquerait comment la Triade a pu mener autant de massacres au sein des hors-la-loi. Après c’est juste une idée...Mais si c’est le cas, cela nous dépasse et il est évident que nous n’avons pas toutes les clefs pour comprendre.


Arthus but à nouveau une grosse gorgée de café pour marquer une pause.

-En tout cas, ce qui est sûr, c’est que la Triade n’aurait pas monté une telle opération sans un minimum d’accord de l’État-Major et ce qui est moins sûr par contre c’est que nos chefs sont au courant de leurs méthodes. Concernant les soi-disant terroristes, on ne peut pas non plus être sûr qu’ils n’en sont pas réellement. Ça fait beaucoup de points problématiques. Je te suivrai et te couvrirai quoi que tu décides mais à ta place, j’informerais Tan'ith de tout ça, car ce sont des choses trop graves pour être dissimulées. Toute initiative personnelle mal préparée ne serait que des risques de mort inutiles...
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 598
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Dégats collatéraux [PV MJ]
Sam 14 Jan - 18:22

Elle devait se calmer afin de ne pas plonger tête la première dans une sacrée connerie …
Cette réflexion d'Arthus aurait presque pu passer pour un sermon mais néanmoins, Syrielle y perçut plutôt là un conseil qu'elle accepta en hochant doucement la tête. Ses doigts s'agitant bientôt sur le plastique transparent de la barre de céréales afin de tirer cette dernière de son emballage pour ensuite la tremper copieusement dans son café. Depuis qu'elle était gamine, elle avait toujours adoré tremper ses céréales dans à peu près tout et n'importe quoi – lait sucré, chocolat chaud puis café quand ses papilles d'enfant avaient appris à en apprécier l'amertume – et ce réflexe directement issu de ces habitudes rassurantes du passé avait aussitôt pris le pas sur le présent tandis qu'elle écoutait soigneusement son collègue. Enregistrant ses paroles et les analysant malgré son regard perdu dans le vide qui aurait pu trahir un manque total d'attention. Mais non, Shakh' était bien là. Mais elle était juste … très perturbée.

« Jusqu'il y a encore quelques heures, j'étais persuadée qu'il était mort sur le Unity … »

De cet aveux de son ignorance, mais aussi de ses réactions qui avaient directement été affectées par la surprise même si elle avait tenté de se contrôler au mieux durant toute cette mission. Et de la bouche même de Wenwhal, elle ne semblait pas avoir si mal réussi que ça d'ailleurs.

« Je suis rentrée dans les Renseignements en 151 et mise à part pendant ma formation initiale, sinon j'ai toujours bossé avec Jorian. C'est lui qui s'est porté volontaire pour s'occuper de ma formation sur le terrain, et c'est aussi lui qui a fait toutes les démarches pour que je puisse intégrer son équipe opérationnelle et devenir son binôme. Mais avant ça, je sais qu'il avait déjà passé quelques années dans les Renseignements, il s'était enrôlé en 149 suite à une attaque de Rana le Xénope qui avait décimé sa famille et enlevé sa femme. Il a d'ailleurs toujours été affecté par cette disparition, elle était esclave sexuelle du Xénope juste avant qu'il ne réussisse à l'affranchir, et il craignait que le Hutt la re-balance dans un bordel pour se venger. Et même s'il a toujours été professionnel, il nous portait toujours volontaires pour les missions concernant les Hors-la-loi et surtout les Hutt, on est même resté un bon paquet de mois sur Ylesia pour traquer un sous-groupe affilié à son Cartel, et c'est quand Jorian a fondu un plomb et qu'il a abattu froidement une prisonnier que j'ai découvert la vérité. Et que je l'ai couvert aussi d'ailleurs. »

Son mentor avait-il craqué petit à petit ou bien avait-il été un agent dormant de la Triade qui n'attendait que quelques ordres de sa hiérarchie pour passer à l'attaque ? Une question que Syrielle s'était toujours efforcée d'oublier mais tandis qu'elle se montrait formidablement plus loquace que d'habitude, il fallait croire que les suppositions de Arthus étaient également en train de l'affecter. De la pousser à s'interroger tandis que la culpabilité n'était jamais bien loin non plus.

Aurait-elle dû dénoncer l'exécution sommaire qui avait eu lieu sur Ylesia ?
Aurait-elle dû être plus présente et plus attentive pour Jorian ?
Aurait-elle dû prévoir sa duplicité ?

Autant de questions qui revenaient désormais l'agiter tandis qu'à trop tremper sa barre de céréales dans son café chaud, celle-ci s'était délitée entièrement pour ne plus laisser qu'un monceau de graines soufflées flottant mollement sur la surface d'encre de sa boisson. Parce qu'elle ne savait pas quoi en penser. Et que ce qu'elle craignait le plus, c'était de ne toujours pas trouver de réponse malgré des heures, des jours voire des semaines de réflexion qui n'auraient peut-être pas d'autres utilités que de lui faire perdre du temps …

« Jorian était droit et intègre, maniaque également. Il vouait une haine tenace aux pirates et aux Hutt, et il s'est toujours acharné à traquer et arrêter les corrupteurs comme les corrompus. Il était vraiment comme un Nexu refusant de lâcher sa proie … et il voulait vraiment retrouver sa femme. Ça l'obsédait, surtout sur la fin. Alors je peux me tromper, mais je ne pense pas que c'était un coup monté. Il était trop affecté et trop désespéré de la retrouver. Et quand je lui ai dit de la saluer tout à l'heure, il m'a lancé un de ces regards … s'il avait pu, il m'aurait arracher la tête, ça ne fait aucun doute. »

Surtout que Solaris était un homme qui avait toujours été très à cheval sur la politesse, aussi avait-il dû prendre cette bravade pour une formidable insulte de la part de son ancienne élève … et c'était bien le cas ! Après tout s'il s'était énervé et qu'il l'avait frappée ou menacée, Syrielle aurait ensuite eu le beau rôle pour riposter et se défendre – défendre également son collègue et les prisonniers – et elle aurait également pu le griller de manière assez définitive auprès de ses propres supérieurs. Mais là … là elle allait devoir continuer à louvoyer tant qu'il ne serait pas officiellement déclaré traître à l'Alliance. Ce qu'elle comptait d'ailleurs bien réglé rapidement !

« Vu la façon dont je l'ai contacté sur son comlink personnel, je comptais de toutes façons aller m'excuser en personne. J'en profiterais pour lui parler de tout ça, en espérant qu'il accepte d'annuler ou au moins de suspendre ces accords avec la Triade. Et il faut aussi que je m'arrange pour qu'il ré-ouvre le dossier de Jorian afin que la mention ''décédé'' soit remplacée par celle de ''traître'' … »

Pas besoin de préciser à quelle fin elle souhaitait obtenir cette modification, Arthus devait bien s'en douter. Mais pour autant et même s'il était déjà entendu que Shakh' allait tenter de parler à Tan'ith, il n'en demeurait pas moins qu'elle ne savait pas trop quoi faire concernant son ancien mentor.

« J'ai jamais réussi à savoir si Jorian était un agent dormant ou alors s'il avait retourné sa veste entre temps, mais je doute quand même que cette histoire avec sa femme soit une arnaque. Ce serait trop gros et je ne pense pas qu'il soit possible de simuler l'amour et la détresse qu'il éprouvait. Après par contre, c'est sûr que c'est bizarre qu'il soit intervenu pile au moment où elle était là … mais peut-être qu'il la traquait et qu'il a voulu faire d'une pierre deux coups en la capturant elle et les hommes du Xénope ? Quoi qu'il en soit, il semblerait que son groupe ait ses petites habitudes dans une cantina de Tatooine, alors j'irais bien y jeter un œil. Si je pouvais la rencontrer et lui parler, peut-être que je pourrais débloquer quelque chose. »

Si elle ne s'était pas écoutée, elle serait d'ailleurs déjà en route pour cette planète couverte de sable, mais son sens des responsabilités avait tout de même primé sur son désir de s'occuper personnellement du cas de son ancien mentor. De ce genre de mission sans doute totalement dangereuse. Totalement stupide …

« D'ailleurs te sens pas obligé de me suivre là-dedans, Jorian est un mec un peu trop intelligent et un peu trop vicieux. Pense à ta famille qui t'attend à la maison, ça compte plus que de me suivre dans mes conneries. »

Bon théoriquement, elle aussi avait encore une famille qui l'attendait, mais depuis son entrée dans l'armée, Syrielle avait volontairement mis une certaine distance avec son père afin de le protéger. Le tout débité tandis qu'avec la touillette du café, elle était partie à la pêche aux céréales noyées.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 203
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Dégats collatéraux [PV MJ]
Sam 14 Jan - 21:44
Arthus sourit lorsqu’il vit que sa collègue savait rester raisonnable et lui parler. Il écouta toutes ses raisons qu’il pouvait après tout comprendre mieux que quiconque : la trahison était la pire chose qui pouvait arriver. Trahir ses idéaux était renoncer à une partie de soi-même et Syrielle avait vécu la trahison de quelqu’un qu’elle connaissait de très près. Arthus Wenwhal comprenait enfin ce qui rendait Shakh’ si sombre en dépit de pourtant son jeune âge en comparaison avec lui qui était beaucoup plus âgé et avait gardé son sourire. Il avait longuement attribué cela à son caractère intrinsèque, mais en réalité, sa coéquipière avait été touchée par la guerre de plein fouet, très jeune et elle en portait encore les stigmates. Des stigmates bien présents qui ne sauraient disparaître. Cela expliquait pourquoi elle parlait finalement de Tatooïne et de sa volonté de partir après la femme de son ancien mentor. Le quadragénaire massif l’écoutait sans sourciller, dans la juger. Il voyait ce qu’elle lui disait comme une sorte de confidence. Shakh’ ne lui dirait probablement jamais qu’elle avait besoin de lui ou encore qu’elle était en difficulté, et il aurait été une erreur de le lui souligner connaissant son caractère. Il fallait cependant être honnête : elle avait besoin d’aide et aurait besoin de soutien pour cette étrange affaire, qui lui permettrait peut-être de faire le deuil d’un fantôme du passé qui revenait pour la hanter. Arthus la laissa terminer, l’observant tremper la barre énergétique dans le café, un réflexe totalement enfantin.

-Tu fais bien d’essayer de contacter Tan’ith, je crois que c’est la chose à faire avant tout. Il est le seul à avoir tous les éléments pour comprendre pourquoi et comment la Triade a pu agir comme ça sur notre espace. Il est aussi le seul à pouvoir y mettre fin s’il le désire. Cela te permettra aussi d’en savoir plus sur les accords avec la Triade.


Arthus restait toujours face à son café, plongeant son regard dans le liquide noir et épais qui fumait toujours. Il aimait le café chaud, cela lui rappelait qu’il était toujours en vie. En vie...Que cela voulait-il encore dire pour quelqu’un qui avait tant perdu ? Shakh’ avait surtout perdu son innocence, en étant en contact avec la brutalité de la guerre. Aussi il devait la mettre en garde sur un certain nombre de points, mais pour cela il devrait choisir une manière plutôt douce afin de ne pas la brusquer. Il lui sourit de manière bienveillante.


-Je crois qu’il est tout de même encore trop tôt pour se rendre sur Tatooïne. Je comprendrai tout de même que tu veuilles y aller, cette histoire doit être réglée, mais il est trop tôt. Je vais te proposer un truc : va d’abord voir Tan’ith pour savoir ce qu’il en est, informe le de tout et essaie de voir quelle sera sa réaction, tu en apprendras peut-être un peu plus. Qui sait, il pourrait aussi peut-être nous orienter vers quelqu’un des Renseignements qui en saurait plus sur la Triade, au moins pour être au parfum. Alors après, et seulement après quand on aura bien préparé le coup, on ira sur Tatooïne et je t’accompagnerais moi-même pour qu’on tire cette histoire au clair ensemble. Dans tous les cas, si c’est bien la femme de Solaris et qu’elle soit véritablement une terroriste ou alors qu’elle soit de mèche avec la Triade, il faudra dans les deux cas bien préparer notre coup afin de ne pas nous faire repérer et de tirer un maximum d’informations d’une telle opération.


Il but un peu de café et fixa sa coéquipière de ses yeux d’un bleu intense. L’homme s’était toujours imposé parmi ses semblables comme quelqu’un de sage et d’avisé. Il était toujours aussi modéré concernant l’affaire de Syrielle. Il voulait lui aussi donner son avis et lui éviter de faire quelque chose qu’elle aurait regretté.


-La chute de l’Alliance a été un moment très difficile pour nous tous. L’effondrement de tout ce en quoi nous croyions. J’espère que tu comprends bien que je ne cherche absolument pas à te détourner de tes objectifs...Je veux juste te convaincre de bien réfléchir ton coup avant d’y aller et que tu saches aussi que pour ma part je t’aiderai et je te soutiendrai. Nous avons assez perdu et assez souffert par le passé...Désormais chaque vie compte et nous devons nous soutenir les uns et les autres. Si Solaris est un traître, il faut qu’il soit jugé et qu’il paie pour ses crimes, j’en suis intimement convaincu, mais il faut d’abord être sûr des soutiens dont il dispose et cerner ses motivations et sa personnalité. Si il est aussi intelligent que tu le dis, il a du prévoir une porte de sortie pour ne pas être rattrapé par son passé, et c’est ça que nous devons trouver. Comme la seule chose dont tu es sûre est son affection pour sa femme, il est évident qu’il faudra commencer par là, mais là-aussi, il va falloir en savoir plus sur elle, car le fait qu’elle soit avec un groupe de terroristes qui contactent d’anciens Lieutenants du Xénope est quand même assez bizarre d’après ce que tu m'as dit sur son passé non ?


Il était clair qu’Arthus pouvait pousser Syrielle à lui parler et à développer son idée et les différentes options possibles. Sa voix était toujours douce et rassurante, il savait que la conclusion était proche et même si Shakh’ était toujours perturbée, elle semblait s’être quand même calmée et il pouvait en tout cas avoir une discussion sensée avec elle. Dans tous les cas, il lui prouvait ainsi qu’il serait de son côté quoi qu’il arrive et qu’elle pouvait compter sur lui.
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 598
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Dégats collatéraux [PV MJ]
Dim 15 Jan - 16:07

Quittons-nous bons amis …

Tandis que sa touillette pêchait doucement les céréales naufragées qu'elle portait ensuite à sa bouche pour manger dans un réflexe purement automatique, certains souvenirs n'avaient pas tardé à se faire de nouveau plus vivaces chez Syrielle. Quelques mots, une voix, une odeur … et la sensation d'une douleur profonde qui lui avait déchiré les entrailles à deux reprises. Lorsqu'il avait enfoncé sa lame puis qu'il l'avait faite tourner dans le creux de son corps pour s'assurer enfin de sa mise à mort. Lorsqu'il l'avait embrassé sur la joue comme pour lui promettre enfin la condamnation après son odieuse trahison. Dans le fond, avait-elle réellement besoin d'en référer à Tan'ith et à la justice militaire de l'Alliance Rebelle ? Ne pouvait-elle pas plutôt grimper dans son vaisseaux et poursuivre son ancien mentor pour aller lui éclater la gueule à coups de bottes avant de lui ouvrir la gorge d'une oreille à l'autre ? Indéniablement l'idée était tentante, mais la jeune femme se devait pourtant d'être réaliste : Arthus avait raison, elle ne pouvait pas foncer sans plus réfléchir sous peine de commettre une grossière erreur, et elle n'avait plus l'âge des grossières erreurs. De même que son grade de Lieutenant l'obligeait à davantage de responsabilités. De même que l'Alliance toute entière n'avait absolument pas besoin d'une pilote partant totalement en vrille pour aller assassiner un soldat de la Triade, et ce même si ce dernier était un traître.

« J'essayerai de le contacter tout à l'heure pour ne pas perdre de temps. Par les voies officielles et hiérarchiques cette fois-ci. »

Sûr que Shakh' n'allait pas en rajouter une couche en contacter le Commandeur Suprême sur son comlink personnel une seconde fois, et ce même si elle y aurait sûrement gagné un temps précieux … mais non. Même s'il conservait un statut à part, l'Escadron Spectre se devait toutefois d'être irréprochable dans sa manière d'agir – bien moins discrète que les unités de Renseignements de part sa nature même d'Escadron officiel – et la jeune femme se forcerait donc à ronger son frein pour respecter les procédures en vigueur. Procédures qui étaient de toutes façons bien moins chronophages que du temps révolu de l'Alliance Galactique qui avait eu à cœur d'entretenir bon nombre de strates aussi nombreuses qu'inutiles à tous les étages de la vie militaire comme politique.

Et tandis que son coéquipier semblait bien décidé à l'accompagner sur Tatooine afin de pouvoir y retrouver Siana Solaris, il enchaîna bientôt sur quelques mots malheureux, et Syrielle fronça aussitôt les sourcils lorsqu'il mentionna qu'avant de s'occuper de Solaris, il leur faudrait déjà ''cerner ses motivations et sa personnalité'' …

« Je me fous totalement de ses motivations, il doit crever et ce n'est pas sujet à discussion ! »

Plus que ferme, le ton était presque agressif, et elle dardait désormais un regard sombre sur son son interlocuteur avec qui elle ne semblait pas du tout être d'accord sur ce coup-là ! Mais après tout, elle n'avait pas partagé avec lui tous les détails non plus, de même que certaines expériences ne pouvaient se partager : les quatorze membres de l'équipe qui avait été assassinés par Jorian, la grenade qui lui avait arraché le bras avant qu'il ne la poignardât, les mots durs qu'ils s'étaient échangés et le constat même de la trahison que Shakhovite n'avait pu que constater ce jour-là … évoquer ces événements n'avait strictement rien à voir avec le fait de les vivre, et il y avait fort à parier que Arthus ne pourrait jamais la faire changer d'avis sur ce point là. Mais sur ce point là seulement parce que passées quelques secondes de mutisme colérique et quelques gorgées de café, elle reprit finalement la parole d'une voix de nouveau plus calme.

« Si les Renseignements n'ont rien sur Siana, j'essayerai de passer par mes propres sources, on ne sait jamais … après de ce que m'a dit Tolparev, il semble que le petit groupe ait prévu quelque chose de gros dans les deux espaces impériaux, certainement des attentats vu qu'ils ont acheté pour une petite fortune de matériel de pointe : des blasters lourds, des détonateurs thermiques, des charges soniques … de quoi faire de sacrés dégâts pour qui sait s'en servir. Apparemment, ils étaient armés et armurés – avec même un système de grade sur leurs plastrons – mais Tolparev doute qu'ils fassent partie d'une Société Militaire Privée, il les voit plutôt être des terroristes. Ça vaut d'ailleurs ce que ça vaut mais vu son comportement à lui, c'est évident que c'est un ancien militaire, donc il a un minimum d'expérience. »

Mais au-delà de cet aspect-là, Wenwhal n'avait tout de même pas tort sur un point : que Siana – ancienne esclave de Rana – refît surface juste après que les rumeurs attestant de la survie du Xénope commençassent à se propager, c'était effectivement étrange ! Comme d'autres points l'étaient également sans que Shakh' ne pût toutefois en tirer de conclusion pour le moment.

« Il m'a également dit que pour le rassurer, le groupe lui a montré des médailles de la Triade – des Croix de Guerre selon lui – pour lui prouver qu'ils ne craignaient pas grand-chose. Le tout en précisant qu'ils auraient également descendus du douanier impérial et même un Sith … un vrai Sith. J'y crois moyennement là par contre, surtout pour le Sith, mais je ferai quand même des recherches sur d'éventuelles attaques terroristes visant plusieurs régimes mais revendiquées par un seul et même groupe. »

Réfléchir … là où elle aurait sans doute foncé dans le tas quelques années auparavant, Syrielle allait désormais se forcer au calme afin de réfléchir et de préparer son coup au mieux, et ce même si son air sombre trahissait déjà qu'elle n'allait pas tout mettre en branle simplement pour traîner Jorian devant la justice. Dans leur illégalité plus ou moins relative, les Hors-la-loi avaient leur propre code moral et leurs règles de conduite bien à eux, et la trahison était inévitablement punie de mort dans ce milieu qui demeurait toujours le sien malgré son actuel statut de soldat.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Holocron
avatar
Messages : 203
Date d'inscription : 15/11/2016
Rang : Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Dégats collatéraux [PV MJ]
Dim 15 Jan - 19:10
La réaction de Syrielle surprit Arthus qui se renfrogna légèrement. Elle était aveuglée par la colère et visiblement il y avait là quelque chose qui la maintenait dans une attitude qui n’était pas constructive. Lui voulait simplement que les choses se passent le mieux possible. Elle voulait se venger, une vengeance froide et sourde, le type d’attitude qui pouvait rapidement faire perdre le contrôle et surtout mettre en danger sa santé. Cela ne servirait à rien de tenter de la raisonner, aussi le pilote de contenta de l’écouter revenir sur des aspects plus légers du sujet, cherchant à décrire ce qu’elle savait des des terroristes et du groupe de Siana Solaris, en tout cas de la prétendue femme de son ancien mentor.

Les doigts d’Arthus tapotaient lentement la table vernie face à lui, il but aussi un peu de café. La tournure des choses ne l’enchantait pas du tout : sa coéquipière semblait encore sous le choc, elle n’avait pas les idées claires et se sentait au contact d’un ennemi invisible, revenant du passé, voyant là l’opportunité de régler une ancienne règle de sang. Le problème de ce type d’attitude était qu’elle la mettrait en infraction avec le code de l’Alliance et les idéaux pour lesquels ils se battaient encore une fois. Il ne voulait pas la voir sombrer, ou pire se faire tuer, cela serait injuste. Elle était un bon élément, Wenwhal le savait, et la laisser sombrer dans ses démons n’était pas une bonne solution non plus, il devait trouver les mots, tenter de lui parler. Les mots ne feraient sans doute pas mouche directement, mais même si elle s’énervait, elle comprendrait l’idée et pourrait y repenser à tête reposée. Pour l’heure, il était essentiel de la dissuader de partir combattre des moulins seule, elle risquait de compromettre les intérêts de l’Alliance Rebelle et surtout -plus que tout- de s’attirer des ennuis qui pourraient la faire tuer bêtement. Arthus savait mieux que quiconque par rapport à sa famille et par rapport à ce que lui avait traversé ce qu’était la peur de perdre des êtres chers, il pouvait donc se représenter ce que cela devait être après les avoir perdus et de savoir que cela tenait à un acte de trahison des plus vils. Mais pour l’heure, ce qui était important c’était clairement de parler avec Syrielle et de tenter de la calmer, de la faire réfléchir sur ce qu’elle prévoyait de faire, afin qu’elle ne prenne pas de décision idiote et complètement suicidaire.


-Ouais...Enfin cette histoire sent l’embrouille à mille parsecs ! Si tu veux mon avis, Tolparev n’était pas clair et il a flippé quand il a vu à qui il avait affaire. S’il s’agit bel et bien de terroristes, tu fais bien de te renseigner sur eux avant, les approcher serait un risque inutile. Si ces gens sont armés et dangereux, ils privilégieront sans doute le blaster à la parole, donc autant bien te renseigner sur eux. Tu ne sais rien sur eux, combien sont-ils ? Qui en est réellement le chef ? Il est vrai que leurs histoires de meurtres d’officiers de la Triade, de douaniers et de Siths paraissent rocambolesque, mais tu en sauras plus après avoir consulté tes sources. Je peux aussi faire mes petites recherches de mon côté, j’ai aussi mes contacts et je vais passer quelques coups de fil pour voir si je peux glaner des informations...C’est incertain, mais on ne sait jamais. Il est temps d’aller chacun de notre côté, je vais voir si je peux avoir des informations diverses sur ton affaire, profites-en de ton côté pour écrire à Tan’ith et contacter les Renseignements ou tes contacts.


Arthus avait terminé son discours d’une voix toujours aussi douce, n’ayant pas montré un signe de désarroi après la remarque glaciale de Syrielle. Elle était désormais décidée à passer par la voie diplomatique et à consulter les Renseignements pour avoir des informations. C’était une bonne chose. Le pilote vida d’une traite ce qui restait de café dans son quart et sourit à nouveau à sa coéquipière. La discussion était terminée et il allait désormais falloir agir, cela lui permettrait peut-être de se calmer. Finie ? Peut-être pas tout à fait, alors qu’il s’était déjà levé, Wenwhal se tourna vers sa camarade.

-J’espère que tu pourras te calmer. Ça non plus, ça n’est pas sujet à discussion. J’ai vu trop de gens bien succomber à des désirs de vengeance ou agir trop rapidement pour finalement se faire tuer à cause de leur empressement. Les salauds ne tremblent pas lorsqu’il faut tirer sur la détente, mais les gens bien sont victimes de leurs émotions face à l’injustice. Je te comprends parfaitement, mais tu dois agir avec l’esprit clair, sinon tu échoueras et tu risques de te faire tuer. Et sache que même si tu tues ton ancien collègue, cela ne l’aura pas ramené sur le droit chemin et ne te libérera pas de la peine qui te consume...Penses-y. Donc autant faire les choses correctement et que ce salopard paye pour ses crimes à la fin.


Arthus lui posa amicalement une petite tape sur l’épaule et disparut dans la coursive. Même si ses propos avaient été très francs, il était toujours aussi doux.
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 598
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Dégats collatéraux [PV MJ]
Lun 16 Jan - 14:35

« Je sais … »

Redevenue plus calme après son coup de sang, Syrielle ne s'étonna absolument pas des conseils que lui prodigua son coéquipier d'un ton toujours aussi posé, et ce même si la jeune femme ne comptait pas agir impulsivement. Si apprendre la vérité quant à Jorian était un choc, il n'en demeurait pas moins qu'elle n'allait pas tout gâcher en agissant bêtement – surtout maintenant que Siana réapparaissait elle aussi comme par magie – et il était évident qu'elle ne partirait pas pour Tatooine avant d'avoir des informations aussi sûres que son plan serait béton.

« Ne t'inquiète pas, je ne compte pas foncer dans le tas bêtement. Je vais joindre tous mes contacts pour récupérer le maximum d'informations et coincer Jorian. La seule chose que je dis c'est que quand je l'aurais au bout de mon blaster, je réglerai le soucis moi-même à la place d'encombrer des tribunaux qui n'ont pas que ça à foutre. »

Parce qu'après tout, ils étaient tout de même en guerre, et Shakh' avait l'âme d'une patriote souhaitant alléger le devoir de la Justice en s'occupant elle-même du cas de Solaris. D'autant plus qu'il n'y avait absolument aucun doute sur la trahison de son ancien mentor – ni sur les événements qui s'étaient produits sur le Unity – aussi était-il absolument inutile de perdre du temps en papelards et procédures aussi inutiles qu'interminables. De la même manière qu'il avait tous voulu les tuer comme des chiens, Syrielle espérait bien l'abattre également comme le rat qu'il était, et il paraissait clair que Arthus ne la ferait pas changer d'avis sur la question ! Arthus … Arthus qui n'avait tout de même pas tord sur bien des points, aussi allait-elle suivre ses conseils et se calmer. Mais vraiment se calmer. Puis réfléchir. Et surtout ne pas agir dans la précipitation …

« De toutes façons, j'ai bien conscience que toute cette histoire pue la merde et qu'on ne nous a pas dit que la vérité, mais ce sera toujours une base sur laquelle travailler. Je m'occupe du rapport d'ailleurs … je te le communiquerai ensuite pour avoir ton aval avant de le transmettre officiellement. »

Pour connaître Jorian et pour avoir mené les interrogatoires de Velasquez et Tolparev, elle était effectivement la mieux placée pour se charger de cette tâche, surtout qu'elle avait déjà une idée précise sur ce qui allait y figurer et sur ce qui serait légèrement arrangé à sa sauce. Un document que son coéquipier pourrait ensuite valider à sa guise s'il se sentait de la couvrir sur cette affaire, et si ce n'était pas le cas, ils pourraient toujours en reparler plus tard afin de s'arranger.

« Je m'y mets maintenant et je te tiens au courant dès que j'ai du nouveau ! »

Et que la crise venait de passer, comme s'il ne s'était strictement rien passé …
Après avoir avalé elle aussi le fond de sa tasse de café, Syrielle venait de se relever afin de quitter le mess, bien décidée à tenter de contacter Tan'ith dès maintenant avant de passer ensuite aux Renseignements. Puis à ce milieu souterrain qu'elle chérissait tant. Et sa tête s'inclina bientôt pour remercier implicitement Arthus tandis qu'ils se séparèrent pour partir chacun de leurs côtés.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
[+158] Dégats collatéraux [PV MJ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Dommages Collatéraux} Luka
» [Ingram] Dommages collatéraux.
» Fugue, prémices d'ennuis collatéraux - Hôtel de Courtenvaux [rp unique]
» Un verre ça va , 3 verres bonjour les dégats ^^
» Calculateur de dégats/stats 5G terminé !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Imperial Wars :: Galaxie :: Bothawui-