[+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage
Loes de Walleron
avatar
Messages : 133
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Sam 21 Oct - 23:55
Shakhovite, Force merci, ne rechigna pas, manifestement plus impressionnée qu'elle ne l'aurait souhaitée. Vaporisant la caméra, elle exécuta sans attendre mes demandes, et je répondis à son pouce levé par un petit signe de tête entendu. Non que je souhaitais que le lieutenant fût absente pendant mes questionnements, mais seule, j'étais certaine que la Dévaronienne ne s'en prendrait qu'à moi, physiquement ou mentalement. L'interrogatoire d'un Sith pouvait être une tâche bien plus éprouvante pour l'enquêteur que pour celui qui se soumettait aux questions.

La Sith exhalait une malfaisance profonde. Les stigmates du Côté Obscur la ridaient comme un raisin sec et manifestement, elle s'adonnait à cette pratique de la Force depuis des années avant ma propre naissance. Son regard, son sourire narquois alors que je venais de la rendre cul-de-jatte... tout en elle cherchait à me faire éprouver l'inquiétude, en vain. J'étais une Maîtresse Jedi, et pas n'importe laquelle. Ses petits effets d'intimidation coulaient sur moi comme des gouttes de pluie : elles m'agaçaient, sans plus. Ses réponses goguenardes, ses menaces... Me prenait-elle pour un Padawan ?

Je fronçai les sourcils mais ne cherchai pas à affronter son regard. Elle voulait que je la défie, et il n'était pas question que je lui donne satisfaction. Qu'elle m'ait reconnue ne m'étonna pas : après tout, grimé ou non, mon visage était fameux,
a fortiori chez les Sith. Quant à ses menaces... elles étaient pathétiques, signe d'une femme soit stupide, soit aux abois. Comme si Akni se souciait le moins du monde d'une vieille Sith incapable de mener sa mission à bien... En outre, j'avais connu celle qu'ils appelaient leur Impératrice, quand elle était encore une Jedi. Je savais pertinemment qu'en combat singulier, elle n'aurait pas le temps de fanfaronner.

Mais plutôt que d'affirmer à cette Sith qu'elle piquait ma fierté, je choisis de lui montrer à quel point son ton faussement mielleux ne m'inspirait pas la moindre crainte. Je ne devais laisser aucune prise à la Dévaronienne, et je ne voyais pas pourquoi je serais rentrée dans son jeu immature. Je n'avais rien à prouver, en particulier pas à cette horrible femme. D'un ton faussement ingénu, avec un sourire en coin, j'interrogeai :


- Pardon, Darth qui ?

Ma candide question figea son sourire mielleux en une expression de déception qui me fit éclater de rire. En retrouvant mon calme, je fichai un regard dur dans les yeux jaunis de celle qui m'avait torturée.

- Ce qui m'intéresse, c'est si vous voyagez seule, Sith. En bonne Jedi, je vous donne une deuxième chance de me répondre.

La menace voilée n'en était pas le moins du monde estompée. Je ne comptais pas la torturer, car c'était absolument contraire à mes principes et l'Empathie me forcerait à subir pour elle. En revanche, j'étais tout à fait capable d'imaginer un éventail de situations qui seraient très désagréables à une Sith. Généralement, ces gens ne supportaient pas l'impuissance. Il me suffirait de la ramener à son statut d'infirme... C'était bas, mais ça avait de fortes chances de fonctionner. Et pour obtenir les informations que je voulais, j'étais capable d'une patience extrême. L'ennui et une compassion affichée ne manqueraient pas d'horripiler la démone, qui n'avait pas l'air franchement sereine.

Tout en soutenant son regard, je sondai les environs à la recherche d'une autre présence dans la Force. Apparemment, il n'y avait pas d'autre sensitif, mais un potentiel complice n'avait pas besoin d'avoir des pouvoirs. Mieux valait être sur ses gardes.


*Lieutenant, la Sith a peut-être des camarades dans le vaisseau. À ce que je sens, pas d'autres Sith de son genre, mais soyez vigilante tout de même. Elle va probablement mettre un bon moment à parler, et elle ne s'y mettra pas si elle a un complice prêt à tenter quelque chose.*

En provenance de mon ennemie, je sentais la douleur aiguë des membres tranchés, éclipsée par l'intensité de la rage à laquelle mon éclat de rire avait néanmoins porté un revers. Tout bonheur, bien sûr, l'avait quittée depuis très longtemps. J'avais en face de moi quelqu'un de traditionnel, une Sith vieillie, macérée dans une vie mauvaise et anormalement longue. Elle me donnait une impression de rance mêlé d'aigreur, comme le zeste confit d'un fruit muja qu'on aurait laissé trop longtemps traîner au fond du placard. Elle m'inspirait de la pitié, mais sa colère stimulait mon agacement face à ses techniques de manipulation grossière.

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 834
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Ven 3 Nov - 11:46

« Comment oses-tu, sale chienne ?!! »

Le simple fait que Loes de Walleron s'amusât à jouer du nom de l'Impératrice Sith provoqua aussitôt une puissante flambée de fureur pure chez la Dévaronienne, et l'air tout autour des deux femmes sembla aussitôt se vitrifier sous l'intensité de sa colère l'espace d'un instant. Le feu de son regard valant bien l'allant de son ire même si – à cause de ses blessures ou alors d'une puissance qui ne valait pas celle de son adversaire – elle dut bientôt se calmer d'elle-même. La Force refluant alors pour ne plus s'agiter que vaguement tandis que la Sith s'était mise à grincer des dents de rage dans un bruit assez désagréable à l'oreille.

Elle était en colère. Très en colère.
Contre Loes, contre Syrielle, contre elle-même.
Mais malheureusement pour elle, son état actuel l'empêchait de déchaîner toute cette fureur contre la Jedi, et ce même s'il suffisait de croiser ses yeux jaunâtre pour comprendre instantanément qu'elle aurait adoré avoir son interlocutrice sous sa coupe. Juste encore un peu. Encore un tout petit peu. Juste pour la torturer encore …

« Je me moque de ta deuxième chance, sale chienne. Notre Impératrice ne tardera pas à régner sur la Galaxie toute entière et à ce moment-là, tu n'auras d'autre choix que de te soumettre à elle et à sa toute puissance. Et à ce moment-là, Darth Akni te remettra sûrement à moi pour que je puisse encore m'occuper de toi … moi, c'est ça qui m'intéresse. »

Entre sa voix rauque et le grincement de ses dents, ce ton mi-mielleux mi-sifflant achevait de rendre la Sith tout bonnement insupportable, et un rictus méprisant ornait désormais ses babines tandis qu'elle détaillait Loes du regard comme un morceau de viande sur l'étal du boucher. Parcourant son corps, ses jambes, ses bras, son visage … comme si elle se demandait à elle-même ce qu'elle pourrait commencer à trancher lorsqu'elle aurait cette Jedi sous son contrôle.

« Alors petite Jedi, d'après toi, est-ce que je voyage seule ? Peut-être que je pourrais répondre à ta question … si tu me laissais juste cinq minutes en tête-à-tête avec ta petite camarade qui nous a interrompu tout à l'heure. »

Sûr qu'elle ne voulait pas passer un peu de temps avec Syrielle juste pour taper le bout de gras mais malgré tout, la Dévaronienne conservait là un aplomb – même si teinté de colère – assez impressionnant vu sa situation critique. Comme si elle dissimulait un atout dans sa manche, ou en tout cas qu'elle essayait de le faire croire …

Et de son côté, la Spectre n'avait d'ailleurs pas chaumé parce que bonnant mallant – sous la menace de son Blaster et après un homme de Niels assommé au passage – elle avait fait évacuer tous les passagers pour les rassembler dans un coin du hangar. Tenant tout ce petit monde en respect tandis qu'elle attendait toujours des nouvelles de la Jedi qui ne tardèrent pas à arriver.

*J'ai fait évacuer tout le monde mais il manque le Twi'lek qui avait l'air totalement défoncé, je ne sais pas du tout où il est et personne ne l'a vu. Est-ce que vous pouvez percevoir sa présence sur le vaisseau ?*

Dans un cas normal, Shakhovite aurait fouillé ce vieux coucou de fond en comble pour retrouver le type en question mais malheureusement, elle ne pouvait pas non plus laisser tout ce petit monde sans surveillance. D'autant plus qu'elle ne savait pas si le Twi'lek était impliqué ou pas … pas plus qu'elle ne savait si parmi ces gens massés près d'elle se trouvait également un Sith ou pas !

*Le mec en costard est en train de soigner le Bith blessé avec l'autre, le Rodien comate à moitié par terre, et la blondinette chiale au milieu de deux mecs qui étaient avec elle. J'ai assommé un des mecs de Niels et l'autre ne bronche pas, il est trop apeuré. À première vue, je dirais que ces gens sont clean, mais difficile d'en être vraiment sûre.*

Autant le reconnaître : la situation n'était franchement pas idéale pour pouvoir s'assurer de l'implication ou pas de tous ces gens, d'autant plus quand il fallait en plus les surveiller tout en assurant les arrières de Loes. En l'état, Syrielle ne pouvait donc que rester sur ses gardes afin de détecter la moindre trace des Sith, le tout en restant à disposition de la Jedi si jamais celle-ci trouvait une piste à explorer.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Loes de Walleron
avatar
Messages : 133
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Mar 26 Déc - 13:11
À mon évocation moqueuse d'Akni, la vieille Dévaronienne fulmina d'une rage fanatique dont l'intensité me surprit un instant. Des mots sifflants jaillirent de l'enclos de ses crocs tirés au clair, cherchant à me blesser et à m'effrayer. Leur acharnement, leur cruauté m'emplit non de peur et de colère, mais d'une sincère pitié. Je ne m'étais pas rendu compte à quel point Akni tordait l'esprit de ses semblables. Elle les avait soumis au plus profond de leur âme, alors même que cette Sith semblait plus âgée que l'Impératrice. Tout ce qu'elle désirait, elle comptait l'obtenir de la main de sa maîtresse. Le véritable pouvoir de l'Impératrice résidait dans le fanatisme auto-destructeur qu'elle était parvenu à susciter chez ses séides. Plus que jamais, nous autres Jedi avions besoin de l'Ordre pour faire face. Un Jedi seul est prompt à tomber, mais un Jedi qui se souvient des enjeux de ses actes... Faire face à un Sith demandait des attaches auxquelles se raccrocher, des liens émotionnels positifs et forts, et une grande confiance réciproque. La confiance, c'était là le meilleur moyen pour n'offrir aucune prise à leurs manipulations.


- Je crois que vous n'avez pas bien saisi la situation, Sith. Si je vous laisse à ma coéquipière, elle vous tuera probablement au premier geste hostile et je ne lui jetterai pas la pierre. Si nous vous laissons ici, même si vous parvenez à retourner dans l'espace Sith et à rejoindre Hélène Auria, vous croyez vraiment qu'elle vous épargnera et cherchera à vous récompenser ? Vous avez échoué ici, vous n'avez plus de jambes et vous êtes vieille. Elle vous jettera comme le déchet que vous serez désormais aux yeux de vos pairs, et vous le savez pertinemment. Et si je vous livre à mes alliés, ils auront moins de scrupules que moi à vous faire du mal avant de vous faire disparaître. Tout se passe donc ici et maintenant, entre vous et moi. Si vous répondez à mes questions, je m'arrangerai pour que ce qui vous reste d'existence soit le plus enviable possible pour une prisonnière Sith.

Tout en parlant, je fouillai le vaisseau à l'aide de la Force, et trouvai rapidement le Twi'lek mentionné par Shakhovite, faible présence dont je ressentis la terreur, dans la soute de l'appareil. Difficile de dire s'il préparait quelque chose, mais il avait terriblement peur – de la punition en cas d'échec, de l'altercation qui avait eu lieu, d'être repéré par quelqu'un qu'il fuyait, d'hallucinations causées par la drogue ?

- Si vous ne répondez pas à mes questions, eh bien... Vous ne m'êtes guère utile non plus, à vrai dire. Je vous laisserai à d'autres plus capables que moi de vous tirer les vers du nez.

Pour le coup, la menace était tout à fait sincère. Par diplomatie, je ferais en sorte que l'Alliance récupère la Sith une fois que je me serais assurée d'avoir obtenu tout ce que je voulais d'elle. D'ordinaire, je l'aurais emmenée au Temple, afin de la soumettre à un interrogatoire du Conseil, puis éventuellement de la guérir, de lui enseigner à se libérer de la domination mentale d'Akni et à percevoir la Force à la manière des Jedi. Mais la mission visait des objectifs plus grands que l'avenir de cette femme : la confiance mutuelle entre l'Ordre Jedi, l'Alliance et Corellia. Je ne pouvais ne pas sacrifier à cet objectif un destin que je n'entrevoyais même pas pour cette femme. Peut-être pouvait-elle retrouver la sérénité et la liberté avant de trépasser si on la confiait longuement aux soins des Jedi, mais ce n'était pas certain, et ça demanderait beaucoup d'effort pour s'en assurer. Même si la laisser à de probables tortionnaires ne m'enchantait pas le moins du monde, mon sentiment comptait peu face à l'intérêt général.

- Je vous pose donc la question une dernière fois : vous voyagez seule, ou bien nous devons aussi nous occuper de votre compère Twi'lek en position fœtale dans la soute ?

Dans la Force, je scrutai l'intéressé, guettant ses réactions à d'éventuelles instructions que la Sith lui indiquerait par télépathie. Il ne pouvait guère nous nuire que de trois façons : en cherchant à tous nous faire exploser, mais il était peu probable que le détestable Bothan et ses hommes aient laissé les passagers entrer avec une ceinture de détonateurs thermiques ; en tentant de surprendre Shakhovite dans le hangar, mais je saurais la prévenir à temps ; en essayant de faire décoller à nouveau le vaisseau pour nous séparer, mais je pourrais réagir assez vite pour l'en empêcher. Tant que je le gardais sous surveillance, nous ne risquions pas grand chose en somme. Ma question directe à la Sith, en donnant l'impression soit d'une perspicacité étonnante, soit d'une grossière erreur, ne manquerait pas de la faire réagir émotionnellement, d'une manière qui me renseignerait beaucoup plus que ses réponses narquoises. Le piège rhétorique était simple, mais contre une femme aussi troublée, il fonctionnerait certainement, au moins modérément.

*Merci pour les informations, lieutenant. Je surveille le Twi'lek, il est dans la soute. Pouvez-vous interroger tous ces gens sur ce qu'ils savent de la Dévaronienne et ce qu'ils faisaient dans ce transport ? Ça pourrait nous être utile.*

Pour le moment, je ne dis rien à mon équipière sur le désir de la Dévaronienne de la voir en tête à tête. Non que je craignais l'incompétence de la Spectre, qui avait déjà dû subir des interrogatoires et des manipulations de toutes sortes plus qu'à son tour, mais parce que je ne voulais pas rentrer dans le jeu de la Sith. Celle-ci n'avait rien de fiable, et même si Shakhovite accepterait peut-être par esprit de sacrifice de se soumettre à pareille entrevue, les fruits que nous en tirerions seraient dérisoires, voire franchement pourris.

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 834
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Lun 8 Jan - 23:22

Le fait que cette petite Jedi désignât l'Impératrice Sith sous son vrai nom parut un moment sidérer profondément la Dévaronienne, et un air de surprise mâtiné d'horreur se peignit soudainement sur son visage ridé. Comme si Loes venait de commettre un pur crime de lèse-majesté en osant ainsi appeler Darth Akni par un nom qu'elle ne s'était pas choisi elle-même, reliquat des années passées chez les Jedi mais dont elle s'était extirpée pour mieux régner sur la Galaxie. À n'en pas douter, cette Sith-là était clairement une malade fanatiquement fidèle à la Sith Unique, et ce fut bientôt un crachat jaunâtre et mêlé de sang qui vint atterrir sur la botte de son interlocutrice. Réponse muette mais néanmoins plus que claire sur toute l'estime que cette vieille femme pouvait ressentir à l'égard d'une Jedi qui n'était ni plus ni moins qu'une proie à ses yeux. Un morceau de viande. À peine un cadeau pour Darth Akni qui méritait infiniment mieux …

Mais malgré les sous-entendus plus que compréhensibles de Loes, la perspective d'être interrogée plus rudement voire même torturée ne semblait pas réellement inquiéter la Sith, mais fallait-il seulement s'en étonner ? Après tout, le vice, la violence et la souffrance faisaient intrinsèquement parties de leurs vies au service du Côté Obscur, et ce n'était pas quelqu'un de son âge – qui avait même eu la chance de servir Feu Darth Krayt – qui aurait été à l'encontre de ces principes.

Mais lorsque son interlocutrice mentionna bientôt un Twi'lek en position fœtale dans la soute, ce fut une pointe d'inquiétude qui naquit aussitôt chez la Dévaronienne … avant de se muer soudainement en un rire clairement ironique. Mauvais. Moqueur. De cette raillerie qui suintait déjà par tous les pores de cette Sith qui venait déjà de reprendre son masque d'agressivité après cette seconde de surprise.

« Tu es vraiment très mignonne, ma petite Jedi, tu vas beaucoup te plaire sur Korriban. Aujourd'hui tu es sûre de toi mais dans quelques semaines seulement, tu m’appelleras ''maîtresse'' et tu baiseras les pieds de la Sith Unique, sois en sûre. »

Elle en tout cas en était sûre, presque autant qu'elle n'éprouvait désormais plus qu'un dédain sans limite pour celle qui lui faisait face. Ses crocs dardant parfois d'entre ses lèvres gercées comme si elle menaçait de mordre Loes. Comme si elle tâchait également de gagner du temps tandis qu'elle usa bientôt – discrètement – de la Force, afin de communiquer avec son comparse.

*Espèce d'incapable, elles ont des doutes à propos de toi ! Vas-t-en immédiatement et contact le Seigneur Ash'Rana pour lui rapporter tout ce qui s'est passé ici … et dépêche-toi !*

Même par télépathie, le message de la vieille femme était chargée d'acrimonie, et le Twi'lek en avait encore davantage tremblé de peur. Manifestement terrifié tandis que la Force n'émanait pas de lui, mais que son pic de stress tendait à prouver qu'il avait bien reçu le message. Peut-être même allait-il bientôt obéir mais pour l'heure, il était totalement paralysé, et son corps était presque saisi de convulsions sous le coup de la panique.

« Allez Jedi, arrête là cette mascarade, aide-moi à quitter Corellia, et je t'offrirais un pouvoir dont tu n'as même pas idée. Dans le cas contraire, ce n'est certes pas moi qui tu tuerais, mais tu périras comme une chienne sous les coups de Darth Akni. »

Dans ce mélange de promesses et de menaces, la Sith était au moins lucide sur son état physique qui lui interdisait désormais le combat, mais elle ne renoncerait pas pour autant. Pas si facilement. D'autant lorsque sa dévotion à la One Sith était totale et qu'elle ne doutait pas un seul instant de sa victoire finale.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
[+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Une commission d’enquête et de contrôle interne à la BRH du Cap-Haitien.
» Enquête Archéologique (libre)
» La Mission Conjointe OEA/CARICOM suit de près, le début de la campagne électoral
» L'île noyée... une enquête de Jack Norm...
» L'enquête sur la double nationalité de Michel Martelly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Imperial Wars :: Galaxie :: Corellia-