[+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 670
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
[+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Mer 28 Déc - 15:26

Dans la vie, il y avait deux types de missions : celles qui commençaient bien, et celles qui commençaient mal ! Et bizarrement, lorsque Syrielle avait reçu ses ordres quelques jours plus tôt, elle avait immédiatement su que celle-là allait se ranger dans la seconde des catégories. Un peu comme une punition pour avoir contacter – un peu cavalièrement d'ailleurs – le Commandeur Suprême Plo Tan'ith en pleine action afin de s'arranger pour damer le pion à Jorian Solaris, miraculeusement rescapé d'entre les morts, de cette Némésis que la jeune femme pensait présente exclusivement dans ses cauchemars. De cette réminiscence du passé qu'elle aurait préféré enterrer une bonne fois pour toute afin qu'il ne pût plus jamais s'immiscer dans sa vie. Mais en vain … son ancien mentor était bel et bien vivant comme elle avait pu s'en rendre compte sur Bothawui, et elle n'avait pu prendre l'ascendant sur lui que grâce à sa morgue et à son audace sans limite. Cette audace qui serait sûrement sanctionnée un jour ou l'autre d'ailleurs, mais avec le bordel ambiant, il semblait bien que son cas ait été laissé en suspend …

Mais pour l'heure, la jeune femme venait tout juste d'arriver à la planque où elle devait retrouver sa coéquipière temporaire, et c'était un peu à cause d'elle que cette mission ne s'augurait pas tellement bien. À cause d'elle et à cause de deux/trois bricoles que son supérieur lui avait bien précisé avant qu'elle ne s'envolât pour sa planète d'origine avec une sympathique mission toute fraîche : faire équipe avec une Jedi afin de déterminer si certains des mecs bossant pour Sorin Niels – un gros contrebandier local – ne s'amusaient pas à transporter régulièrement des espions Sith sur le territoire Corellien. Le genre même de soupçon que la CorSec aurait normalement dû se débrouiller toute seule pour éclaircir, mais Niels n'étant pas n'importe qui dans le milieu de la pègre, il bénéficiait bien évidemment d'une certaine tolérance de la part des forces de l'Ordre, et celles-ci ne pouvaient donc guère intervenir sans remettre en cause tout l'équilibre si particulier qui régnait sur cette planète si particulière. Ou comment avouer que dès qu'une des deux parties commençaient à vouloir flouer l'autre, ça foutait quand même un beau bronx sur Corellia ! De cette précarité avec laquelle Shakh' avait joué pendant bien des années mais, si elle disposait toujours de contacts et que cette mission prenait presque des allures de routine, il y avait tout de même deux points qui la gênait un peu : les Sith et la Jedi.

Pour les Sith, la question était d'ailleurs vite réglée : elle les détestait profondément et serait ravie de les bouter hors de sa planète à coup de pompes dans le cul ! À ce détail près que si jamais c'était des ''Sith Sith'' – entendre par là des Sensitifs – elle risquait d'avoir un peu de mal …

Et pour les Jedi … pour les Jedi, c'était un peu plus compliqué à vrai dire. Parce que si Syrielle n'éprouvait rien de particulier à l'égard des Sensitifs de tous poils – tant que personne ne lui prenait la tête à coup de prosélytisme en tout cas – elle leur en voulait tout de même pour cet immobilisme qu'ils s'acharnaient à conserver pendant que l'Alliance coulait lentement mais sûrement. Comme des vieux cons juchés sur leurs coussins de méditation pendant que tout le bateau prenait joyeusement la flotte … D'autant plus que l'Empire Sith avait ses Sith là où l'Empire Galactique avait ses Chevaliers Impériaux, mais l'Alliance Rebelle … l'Alliance Rebelle avait théoriquement des Jedi, mais des Jedi à qui il ne fallait surtout rien demander afin que ces bonzes-là ne vissent pas leur neutralité être affectée ! De cette superbe hypocrisie consistant à être contre la guerre mais pas trop … pis pas trop activement … pis sans trop le dire non plus … Bref, les Jedi ne servaient globalement à rien aux yeux de Shakhovite, et ça l'emmerdait quand même un peu de devoir en traîner un dans son sillage pendant cette mission. En espérant d'ailleurs que la madame en question – répondant au nom de Loes de Walleron d'après ses informations – aurait au moins la bonne idée de ne pas débarquer ici avec la toge traditionnelle et un panneau clignotant ''Je suis un Jedi et j'ai des cookies'' …

Mais bref … En donnant rendez-vous à cette femme dans cette planque de la CorSec – un appartement sommairement meublé et situé au vingt-et-unième étage d'un immeuble entre deux âges – la pilote des Spectre pourrait ainsi s'offrir le luxe de la briefer et de la découvrir avant de l'emmener avec elle dans les bas quartiers, de même qu'elle pourrait également lui filer des fringues ou du matériels un tant soit peu discrets si jamais le besoin s'en faisait sentir. Parce que de son côté, Syrielle avait tout à fait l'allure de la petite contrebandière de base, passant de cantina en cantina pour récupérer des missions sympas tout en se faisant payer des verres histoire d'engager un peu la conversation avec les collègues. Son pantalon à poche rentré dans ses bottes, son débardeur foncé et sa veste en cuir élimé tendaient à la classer dans le milieu de la chaîne alimentaire locale, mais ses cheveux rouge coupés en side-cut et grossièrement attachés lui conféraient une touche presque exotique au sein des loubards cherchant à se faire discrets. L'image même de la gonzesse sachant pertinemment bien qu'elle pouvait se permettre ce genre de fantaisie au final, surtout lorsqu'elle disposait de ses propres contacts …

Et tandis qu'elle attendait plus ou moins patiemment la Jedi avec qui elle allait devoir faire équipe, Shakh' décida de mettre ce temps libre à profit afin de sortir, vérifier puis ranger soigneusement son matériel. De son blaster à sa vibro-lame en passant par les détonateurs et les composants chimiques qu'elle avait aligné méticuleusement sur la table du salon pour pouvoir tout passer en revue.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Loes de Walleron
avatar
Messages : 116
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Mer 28 Déc - 18:28
Beaucoup d'enjeux tournaient autour de Corellia. Il s'agissait d'enjeux dormants, ignorés même de la plupart des gens de ces Cinq Mondes insouciants et farouchement attachés à leur liberté. Le contrôle d'un des chantiers navals les plus productifs de la galaxie semblait d'un intérêt évident, mais il ne s'agissait finalement que d'une donnée stratégique militaire et économique. Non, j'étais pour ma part convaincue que Corellia pouvait contraindre l'Empire Fel à cesser de guerroyer contre les restes de son ancienne camarade, l'Alliance Galactique.

Les Cinq Mondes soutenaient officieusement l'Alliance rebelle et, bien que ceci fût un secret de polichinelle, ce simple soutien s'avérait un belle épine dans le pied allié. Difficile de reprocher quoi que ce soit à un soutien si précieux sans risquer de le perdre, et difficile de lui demander une quelconque faveur sans devoir lui en rendre une en retour. Impossible aussi de forcer Corellia à rejoindre l'Alliance pour de bon sans faire preuve de trahison. Dans la guerre galactique, Corellia était l'amie peu fiable de l'Alliance, cette compagne qu'on apprécie beaucoup mais qui rechigne à s'engager dans la moindre entreprise susceptible de lui ôter le moindre fragment de sa liberté. À beaucoup d'égards, Corellia avait une posture semblable à celle de l'Ordre Jedi jusqu'ici. Elle conservait sa neutralité en assurant l'Alliance de son amitié tout en n'en donnant jamais aucun gage. La différence de taille résidait dans le fait que Corellia occupait une position stratégique et disposait d'atouts de puissance que l'Ordre Jedi, auquel il ne restait guère que des contacts partout et une glorieuse réputation, n'avait plus.

Si d'aventure Corellia se déclarait un jour clairement partie de l'Alliance, elle menacerait potentiellement tout le Noyau impérial et contraindrait le gouvernement Fel soit à s'engager dans un siège hasardeux qui lui coûterait cher non seulement sur place mais sur toutes les frontières dégarnies pour le mener, soit à s'asseoir à la table des négociations avec l'Alliance pour conclure une nouvelle paix avec cette victoire que beaucoup d'Impériaux jugeaient écrasante et amplement satisfaisante. Bien sûr, il fallait pour cela que le Commandement de l'Alliance accepte de ne pas se montrer démesurément gourmand sur les conditions de la paix, mais je faisais confiance à Plo Tan'ith et à ma propre capacité de persuasion pour parvenir à un compromis.

Mais avant de penser au traité, il fallait convaincre cette grande têtue de Corellia de se prêter au jeu et de prendre une position qui ne lui apporterait aucun avantage direct. Une tâche apparemment impossible, même pour moi qui avait pourtant beaucoup de relations dans les hautes sphères corelliennes, et en particulier dans l'Ordre Vert. Néanmoins, le quasi-impossible peu devenir difficilement faisable avec des efforts constants et soutenus. Deux Chevaliers Jedi avaient été envoyés à temps plein sur Corellia non seulement pour rappeler notre présence mais aussi pour se mêler des affaires épineuses. Récemment, ils m'avaient fait remonter des informations données par la CorSec qui n'avaient pas manqué de m'intéresser.

Sorin Niels, un très gros bonnet dans la contrebande corellienne – et donc nécessairement de mèche avec les forces de l'ordre, comme il était coutume sur Corellia où l'on tolérait aisément les infractions à la loi qui accroissaient l'influence des Cinq Mondes et amélioraient la vie de ses habitants – avait manifestement fait preuve d'un manque de contrôle vis-à-vis de ses pilotes, et la CorSec soupçonnaient certains de jouer les passeurs avec des espions Sith. Si la police corellienne acceptait facilement la contrebande « honnête », il y avait certaines limites à ne pas franchir. Cependant, elle ne pouvait pas courir le risque de gâter ses relations avec Niels sans risquer une déstabilisation durable de la symbiose entre les activités sur Corellia. Le Général Oloy de la CorSec avait donc pris l'initiative de contacter les Renseignements alliés et les émissaires Jedi au sujet d'une potentielle présence Sith à neutraliser. En somme, il refusait d'agir, partageant ses informations avec nous pour que nous réglions le problème.

L'affaire semblait à première vue une basse besogne que l'on aurait été tenté de refuser avec indignation. Pourtant, elle pouvait non seulement servir à damer le pion des Sith, mais aussi à gagner la confiance et l'approbation de l'ensemble des parties corelliennes. Si nous réglions cela proprement, cette mission apparemment ingrate – mais qui constituait sans doute une sacrée épine dans le pied d'Oloy – pourrait bien faire avancer les choses du côté de Corellia. Il fallait restaurer la confiance entre l'Alliance et les Cinq Mondes, à tel point que ces derniers n'aient plus l'impression de risquer leur indépendance en s'engageant.

Les deux Jedi présents là-bas étaient jeunes, et je décidai rapidement de prendre moi-même le dossier, désireuse de ne pas rester plus de quelques jours d'affilée sur Hapès. Depuis Taanab, je pris une navette vers le Noyau qui me déposa directement à Coronet. Ayant pris contact avec la CorSec et par leur biais avec les Renseignements alliés, je convins d'un rendez-vous avec l'agent allié, un certain Lieutenant Shakhovite, un membre de l'Escadron Spectre, s'il vous plaît ! Manifestement, l'Alliance avait pris l'affaire au sérieux en n'envoyant pas n'importe qui, ce qui était heureux.

Je trouvai rapidement l'immeuble que je cherchais. Pour passer relativement inaperçue, bien que la discrétion n'ait jamais été mon fort, j'avais enfilé des vêtements simples : une tunique sans manche brune, un pantalon noir, des bottes et des mitaines. Par-dessus, parce qu'il arrivait de faire frais à Coronet, j'avais passé une pèlerine brune, tenue longue de voyageur lambda dont il était facile de se débarrasser en cas d'affrontement. Il suffisait de faire sauter la broche par un petit mouvement de Force et hop, on était libre de ses mouvements. À ma ceinture, l'attirail habituel, et mon double-sabre, tout ce bric à brac caché sous la pèlerine. Si vraiment nous tombions sur un Sith, ou même seulement sur des contrebandiers peu coopératifs, il allait falloir danser. J'avais aussi noué mes cheveux en une queue de cheval bien serrée, histoire de ne pas en avoir dans la figure.

L'ascenseur étant en panne, je mis quelques minutes à gravir les vingt-et-un étages en trottinant, mais ça eut le mérite de m'échauffer un peu. La Force n'empêche pas les claquages, malheureusement. Arrivée devant la porte indiquée, je frappai et entrai sans attendre la réponse, tombant nez-à-nez avec… avec une punk.

Mon étonnement dut se remarquer quelques instants, avant que je reprenne une contenance. Je n'avais pas fait d'erreur sur l'étage, pas plus que sur l'appartement, c'était certain. Et pourtant, en avisant cette trentenaire au look de vieille adolescente rebelle ou de mécano excentrique, je faillis faire une bourde. Heureusement, la prudence acquise au cours des années et mes réflexes empathiques me sauvèrent du ridicule. Un simple effleurement de son esprit me confirma que je ne m'étais pas trompée, et que la femme m'attendait.


- Eh bien, je ne m'attendais pas à ce genre de tenue, je vous le confesse ! J'imagine que vous êtes le Lieutenant Shakhovite ? Je prononce bien ?

Je ne sentais personne d'autre dans le environs, donc c'était certainement avec cette femme que j'avais rendez-vous. Fichtre. Soit elle maîtrisait très bien l'art du déguisement, soit elle avait un sérieux souci avec l'autorité, mais dans tous les cas ça n'annonçait pas un coopération facile. J'étais moi-même incapable de jouer le moindre rôle sans avoir envie de rire de ma propre performance, mais j'aimais bien quand on prenait bien en compte mes conseils et mes ordres. Hum… à voir. Ne pas juger une personne sur son allure, Loes.

J'ôtai ma mitaine droite et tendit la main, écartant la pèlerine au passage, révélant l'espace d'une fraction de seconde la longue garde de phrik pendant à ma ceinture.


- Je suis Loes de Walleron, enchantée.

N'attendant pas qu'elle m'invite, je quittai le seuil pour avancer dans le salon de l'appartement, où celle qui serait manifestement mon équipière avait soigneusement étalé son attirail sur une table. Blaster, vibrolame, explosifs de toutes sortes… Il fallait espérer que nous n'aurions pas à faire trop de déflagrations. J'admirai sa prévoyance, mais qu'elle prévoie une telle puissance de feu n'augurait rien de bon pour la suite. M'appuyant légèrement contre la table avec une certaine décontraction, entrouvrant ma cape pour en sortir mes bras, faisant face à l'agente alliée, je lui lançai :

- À part le lance-roquettes, vous n'avez rien à envier à une division d'infanterie anti-chars ! On va vraiment avoir besoin de tout ce matériel ?

Je posai la question avec un sourire, sur le ton de l'humour et surtout sans un soupçon de reproche, mais l'inquiétude était bien là. Shakhovite avait l'air de mieux connaître les mœurs du coin que moi, à en juger par son look, et si elle se préparait à sortir la grosse artillerie, soit j'avais mal estimé la mission, soit j'avais affaire à une grosse bourrin à qui j'allais devoir enseigner la parcimonie – d'expérience, c'était un travail de longue haleine.

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 670
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Jeu 29 Déc - 14:43

Syrielle n'eut pas besoin que cette nouvelle arrivante frappât à la porte pour l'entendre arriver, et elle se retrouva ainsi bientôt face à face avec … une Jedi. Peut-être pas la Jedi-type d'ailleurs, mais tout de même une gonzesse qu'elle allait avoir bien des difficultés à faire passer inaperçue dans les bas-fonds craignos de Corellia : le port élégant, la longue chevelure bien entretenue et la cape marron – top couleur Jedi avec le beige dégueulasse – qui dévoilait au grès de ses mouvements la garde bien trop reconnaissable d'un sabre-laser. À n'en pas douter, si tout le monde ne se doutait pas qu'elle était une bonze en goguette, il n'y aurait toutefois personne pour imaginer qu'elle pût être une petite trafiquante des bas quartiers ! Sans l'arme caractéristique, Shakh' elle-même l'aurait plutôt prise pour une fonctionnaire ou une représentante syndicale œuvrant dans les plus hauts étages des immeubles chics de la planète. Ou alors pour une petite bourgeoise qui serait venue s'encanailler dans les cantinas histoire de pimenter sa petite crise de la quarantaine ! Bref, ça allait être un poil coton, mais la demoiselle avait tout de même confiance en ses capacités pour grimer un peu son interlocutrice et la rendre plus crédible.

Un regard confiant et assuré face à l'étonnement brièvement marqué par la Jedi, un signe de tête pour indiquer qu'elle avait bien prononcé son nom, et Syrielle se porta aussitôt au devant de la Jedi afin de pouvoir lui serrer la main.

« Enchantée également. Est-ce que tout s'est bien passé pour arriver jusqu'ici ? »

Au vue de la mission à la con qu'on leur avait collée sur les bras, la Spectre préférait encore demander afin de s'assurer que tout allât pour le mieux dès le début. Mais de son côté, sa coéquipière temporaire semblait quant à elle être plus soucieuse du matériel impressionnant qu'avait prévu Shakh', et cette dernière força aussitôt le sourire le plus naturel possible à venir s'inscrire sur ses lèvres afin de paraître aimable.

« C'est mon matériel de base pour toutes les missions mais ne vous inquiétez pas, on ne devrait pas en avoir besoin aujourd'hui. Un de mes contacts m'a déjà indiqué un hangar de Niels qui pourrait servir de potentielle plaque tournante dans cette affaire, de même qu'une paire de ses pilotes se retrouvent souvent dans une cantina cradingue des bas-fonds. Avec ce genre de types, l'alcool est généralement la meilleure manière de délier les langues. »

Avec les femmes, la manœuvre était encore différente mais avec les hommes – surtout les pas bien doués – c'était par contre plus facile : quelques verres d'alcool fort, un joli sourire et un décolleté bien mis en avant … ces messieurs étaient généralement assez faciles à duper et même si ce genre de procédés de charme déplaisaient à Syrielle, il n'en demeurait pas moins qu'elle savait tout de même en user lorsque la situation l'exigeait. Mais là, la situation exigeait également quelques ''ajustements jediesques'' si elles voulaient faire plus de quatre pas sans être repérées par toute la planète !

« Par contre … loin de moi l'idée d'être désagréable, mais je me vois dans l'obligation de vous signaler que vous ne passez vraiment pas inaperçue. Vous faites trop propre et trop classe, et on peut facilement voir votre sabre-laser à votre ceinture. »

Le tout débité d'un ton un peu sec, mais il fallait simplement y voir là la manifestation du caractère brut de la jeune femme qui affichait un air calme. Après tout, elle n'éprouvait absolument aucune hostilité envers cette coéquipière de fortune, mais elle désirait simplement régler l'histoire de son look sans perdre trop de temps.

« Suivez-moi, je vais vous filer des affaires pour que vous puissiez vous changer … » qu'elle enchaîna alors tout en lui faisant signe de la suivre jusqu'à une chambre sommairement meublé d'un lit et d'une armoire. « Ça doit être à votre taille si je ne me plante pas, alors enfilez ça pour commencer et après on verra pour vos cheveux et tout le reste. Il faut à tout prix que vous passiez pour la petite criminelle de base, sinon on ne pourra strictement rien faire. »

Sûr que là, Loes de Walleron était visible comme un Hutt dans un magasin de porcelaine, aussi Syrielle était-elle en train de lui sortir une veste en cuir usé trop grande pour elle – histoire qu'elle pût y planquer un peu de bordel – ainsi qu'un tee-shirt rouge, une casquette informe et un sac à bandoulière avec déjà bien du vécu ! Avec tout cet attirail au moins, la Jedi se fonderait déjà un peu plus dans le décor, et Shakh' s’apprêtait à tirer un pot de cambouis du haut de l'armoire lorsqu'elle s'arrêta. Réfléchit quelques instants. Puis se tourna de nouveau vers sa coéquipière.

« Vous touchez un peu à la mécanique ? Au pilotage ? À l'informatique ? Quitte à vous déguiser, autant que votre look colle un minimum au mensonge que vous allez sortir si jamais on vous demande qui vous êtes, alors qu'est-ce que vous gérez ? »

C'était sans doute un peu déconcertant de travailler avec Syrielle, parce que la demoiselle n'avait pas perdu de temps à papoter qu'elle préparait déjà tout pour cette mission. Et d'une manière qui, si elle n'était pas réellement autoritaire, était toutefois assez énergique pour pousser Loes à suivre le mouvement sans trop s'y opposer.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Loes de Walleron
avatar
Messages : 116
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Ven 30 Déc - 23:50
Malgré son air patibulaire, le lieutenant Shakhovite me fit plutôt bon effet dès qu'elle ouvrit la bouche. Polie, pas le genre chien kath qui veut montrer qui commande. Certains militaires, surtout de petits officiers en manque de reconnaissance, se mettaient parfois en tête que parce que je n'avais jamais appartenu à aucune armée, on pouvait me traiter comme une civile. Rien de plus agaçant que ce côté petit chef quand il fallait collaborer. Enfin, jusqu'ici, je n'avais jamais eu de mal à les remettre à leur place, même quand il avait fallu en venir au main. Un soldat un peu idiot, ça respecte les femmes qui arrivent à lui mettre deux trois coups de poing dans la face. J'étais heureuse de ne pas en arriver là avec l'officier Spectre qui, malgré sa coiffure… bizarre, avait un visage plutôt sympathique.

- Vous n'avez pas chômé, dites donc. Parfait. Et oui, pas d'inquiétude, tout s'est bien passé et on ne m'a pas filée.

Si je n'étais pas la reine de la discrétion, avoir rempli des missions de protection rapproché m'avait entraînée à repérer les regards indésirables et les promeneurs suspects. Personne ne m'avait suivie, c'était une certitude.

Shakhovite ne perdait pas de temps, mais sa remarque sur mon habit me vexa un peu. On pouvait dire qu'elle ne prenait pas de pincettes pour me dire à quel point mon choix était nul… Enfin bon, je connaissais mes lacunes dans le domaine du déguisement, de la furtivité et ce genre de choses. J'ouvris la bouche pour protester, mais elle ne sembla pas vouloir souffrir de contestation. Soit. Si c'était important pour elle, je pouvais bien faire un effort. Je refermai la bouche et la suivis jusqu'à la chambre, où elle commença à me sortir des frusques mal associées tout en me faisant comprendre qu'elle ne s'arrêterait pas là. Je ne réagis pas à temps pour empêcher la pique de partir.


- Mes cheveux ? Vous voulez vraiment qu'on parle de ça ?

Pour faire bonne mesure, j'accompagnai la moquerie d'un petit sourire, tout en retirant ma pèlerine. Dommage, je l'aimais bien, cette cape, je ne la portais pas assez souvent. Tournant le dos au lieutenant Shakhovite, je débouclai ma ceinture puis enlevai aussi ma tunique, me retrouvant seins nus dans la chambre mal chauffée. Je n'avais pas une grosse poitrine, les soutiens-gorge ne me servaient à rien. Pire, ils m'encombraient dans certains mouvements, pour peu qu'il faille sortir le sabre. Rapidement, j'enfilai le t-shirt rouge dont il n'était pas compliqué de sentir que personne ne l'avait sorti de son armoire depuis longtemps. Tant pis ! L'odeur aussi serait réaliste, après tout.

Quand elle me demanda quels étaient mes domaines de compétences, je sentis que ma coéquipière allait avoir le don de me mettre dans des situations gênantes. Je tordis ostensiblement la bouche en signe de réflexion, tout en me mettant le gros perfecto élimé sur le dos. Informatique, elle pouvait toujours rêver. Pilotage, pire encore. La mécanique, ça pouvait passer, et puis si ça pouvait satisfaire ma compagne pour l'instant, fort bien. Si je tombais sur un vrai mécano expérimenté qui risquait de griller ma couverture, je pourrais toujours m'en tirer à ma manière.


- Je touche un peu à la mécanique, oui.

Le blouson grattait un peu, et il avait raidi à force de moisir dans une armoire. En somme, ce n'était vraiment pas l'idéal pour se battre, si on tombait vraiment sur un Sith capable de croiser le sabre. Ouvrant un pan de la veste, j'avisai une boucle intérieure, sans doute faite pour accrocher une clé hydraulique ou ce genre d'outillage. Détachant le sabre-laser de la ceinture, je l'y suspendis sans problème. Au moins, il ne serait pas difficile à attraper. Un souci demeurait néanmoins…

- J'imagine qu'on n'a pas le temps de couper les manches du blouson, si ? Si je pouvais me battre correctement avec, ce serait l'idéal. Une mécano qui montre ses muscles, ça fonctionne, non ?

Et me voilà à lui demander son avis avec un l'air un peu dépité d'une gamine à qui on refuserait une coquetterie, comme si j'avais eu besoin de son autorisation pour porter quelque chose… Force était bien taquine, parfois, à tel point que j'en vins même à me demander si le lieutenant Shakhovite n'essayait pas de se payer ma tête… et puis mon regard retomba sur son propre accoutrement. Non, elle était sérieuse.

Même si, coincée dans mes rôles d'enseignante et de diplomate officielle, je n'avais plus eu l'occasion de participer à ce type de missions depuis un certain nombre d'années – je n'osais pas compter combien – je n'allais pas laisser Shakhovite piloter le navire tout du long. Ce n'était pas une question de fierté, mais d'allure. Si je paraissais mal à l'aise, mon équipière n'aurait aucune envie de se fier à moi, et je comptai éviter cela. Si j'avais pris moi-même ce travail, c'était certes parce que je tirais un certain plaisir du travail de terrain, mais surtout parce que je voulais que la chose soit bien faite.

Fourrant mon matériel dans la gibecière, je cessai de parler vêtements. Qu'elle fasse comme elle voulait, l'air que je pouvais avoir ne comptait guère dans une mission comme celle-ci, surtout avec une camarade au look pareil. Je devais lui montrer que je n'étais pas qu'une ingénue incapable de trouver les habits correspondant à la mission, d'autant que je sentais poindre chez elle une légère exaspération, comme si elle craignait d'avoir à me materner.


- Vous avez le nom et le profil des pilotes qui nous donneront des informations, ou nous allons devoir les identifier nous-mêmes ? S'ils tiennent l'alcool, j'aurais d'autres moyens de leur tirer les vers du nez.

Faire un concours de boisson avec un Corellien alcoolique ou un contrebandier wookie, très peu pour moi. L'alcool avait un intérêt, bien sûr, mais ses effets étaient trop imprévisibles pour que tout notre plan soit fondé dessus. Certaines personnes devenaient déraisonnablement méfiantes, voire carrément violentes une fois ivre, et il fallait à tout prix éviter ce type de réactions. Pour peu que les pilotes soient des humains ou proches-humains, je n'aurais aucun mal à les persuader par la Force de nous dire ce que nous voulions savoir, dans le pire des cas. Sinon, ce genre de personnes aimait bien les défis de force ou d'adresse – que je n'aurais aucun mal à remporter – et il était plutôt facile de piquer leur fierté au vif, a fortiori quand on était une femme et qu'eux étaient des hommes.

- Bon, et si vous tenez à me mettre du cambouis quelque part, faites ça vite, par pitié.

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 670
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Sam 7 Jan - 1:07

La remarque sur son look capillaire ne manqua pas d'amuser Syrielle, et un sourire retroussa un instant le coin de ses lèvres tandis qu'elle s'occupait déjà de grimer son équipière temporaire. Équipière qui ne semblait d'ailleurs pas être follement à l'aise dans cette situation sûrement située à des centaines de parsecs de ses missions habituelles – surtout lorsque la jeune femme lui demanda à quel domaine de compétences elle touchait – mais Shakh' n'avait malheureusement pas le temps de la materner. Après un vague coup d’œil dans la chambre, elle venait en effet d'aviser une chaise bancale qu'elle attrapa rapidement, grimpant dessus afin de farfouiller quelques secondes dans le haut de l'armoire afin d'en tirer une casquette noire affichant le logo d'un groupe sportif local : Corell' Ball Club Victory. Tout un programme pour une équipe certainement minable mais au moins, ça contribuerait toujours à dissimuler un peu plus la crinière flamboyante de Loes.

« Au pire si jamais un mécano vous tape la discussion, envoyez le chier en lui disant que votre boulot vous saoule et que vous préférez décompresser quand vous n'êtes pas en service. Balancez-lui aussi que votre chef est un sale con et vous avez pas mal de chances de vous faire un pote. »

Aussi éculé pût-il paraître, le cliché du petit ouvrier mal payé et n'appréciant pas énormément son supérieur de part sa simple position hiérarchique n'en demeurait pas moins actuel, et si jamais la Jedi ne savait pas trop improviser, elle aurait au moins une réponse toute faite afin de ne pas trop bafouiller. Savait-on jamais, la Spectre ne la connaissait pas et préférait donc ne pas trop préjuger de ses capacités d'adaptation et d'improvisation. Surtout que pour le moment, sa pauvre interlocutrice semblait être un peu dépassée par tout ça, et ce fut sans un mot que Syrielle sortit bientôt sa vibro-lame de sa botte avant de la lui tendre pour qu'elle pût s'occuper elle-même de ses manches. Réellement musclée ou pas, Loes était de toutes façons une femme, et le milieu des petites frappes locales avait toujours été un poil machiste … mais un bon poil quand même ! Il y avait donc de fortes probabilités pour que ces deux femmes en goguette dussent s'imposer à un moment ou à un autre par la force ou la verve, aussi cette histoire de manches n'aurait-elle strictement aucune incidence.

Mais en attendant, Shakhovite espérait surtout qu'elle n'aurait pas à se traîner un boulet incompétent derrière elle – avec un peu de mauvaise foi, elle aurait d'ailleurs pu prétendre qu'à force de ne rien faire, les Jedi ne devaient sans doute plus savoir être utiles – mais au moins Loes eut-elle bientôt la présence d'esprit de se renseigner sur les gars qu'elle allait devoir se dégoter. Un bon point que cette prise d'initiative tandis que la jeune femme alla pécher un datapad sur la table du salon avant de le lui coller dans les mains.

« Asseyez-vous sur le lit, ce sera plus simple, et vous avez toutes les infos là-dedans. Le hangar, c'est le 568-B-454, il est normalement désaffecté depuis l'année dernière mais la CorSec ferme les yeux sur ce qui peut s'y passer. Pour les pilotes, on va devoir en trouver plusieurs : Lor et Qor, des jumeaux Rodien au QI frisant le négatif, et Mmmkirrrrr, un Bothan dont on va devoir se méfier. Pour le reste, on va descendre au ''Wooff'', une cantina que les mecs de Niels fréquentent assez souvent. »

Pilotes, mécano, mercenaires ou d'autres joyeusetés encore … Sorin Niel embauchait de toutes façons beaucoup de monde, et pas forcément que des flèches ! Dans le tas, il y aurait donc forcément quelqu'un d'un peu plus bavard que les autres, et si Syrielle avait encore bien d'autres noms en tête, elle ne jugea toutefois pas utile de noyer la Jedi sous des tonnes d'informations qui ne lui diraient rien dans la mesure où elle ne connaissait certainement pas Corellia. Et tandis que cette dernière était affairée à se renseigner, la Spectre profita de sa position assise pour passer dans son dos et dénouer ses cheveux, enduisant ceux-ci de cambouis avant de les agiter copieusement jusqu'à la décoiffer en beauté. Une queue de cheval faite n'importe comment – même si bien serrée quand même afin de dégager le visage de sa coéquipière – plus tard, et Syrielle compléta le tableau en lui collant plusieurs traces grasses sur le visage puis en lui vissant la casquette sur la tête. Offrant bientôt un résultat qui, s'il n'était pas parfait, serait toutefois bien plus discret. À un détail près toutefois …

« Bon, vous passerez plus inaperçue comme ça ! Par contre, est-ce que ce serait possible que vous ne soyez pas aussi raide ? On est censées être deux p'tites gonzesses de Corellia à la recherche d'un job, mais vous êtes un peu trop classe si vous voyez ce que je veux dire. Vous ressemblez à une sénatrice ou à quelqu'un d'important, et c'est pas vraiment le but recherché … tenez-vous moins droite, balancez vos hanches et essayez d'avoir un port de tête moins haut. J'sais pas, imaginez que vous venez de passer toute une longue journée à faire des trucs de Jedi et que là, vous avez encore rendez-vous avec un collègue que vous ne pouvez pas encadrer … ok ? »

Bon certes, Shakh' avait quelque peu manqué d'imagination quant aux exemples à lui fournir mais pour sa défense, elle n'avait pas vraiment de références non plus en matière de Jedi ! Elle en connaissait bien quelques uns qui avaient plus ou moins quitté leur Ordre afin de servir au sein de l'Alliance Rebelle, mais impossible de savoir s'ils se comportaient comme des ''Jedi-type'' ou pas.

« Et pour le reste, n'acceptez aucun verre ou liquide quelconque qui ait une couleur rose, c'est une saloperie très à la mode en ce moment mais qui cogne extrêmement fort. Et si quelqu'un vous balance « Bhesj ! » à la tronche, c'est que vous êtes vraiment en train de le saouler. Des questions sinon ? »

Sans réellement ratisser aussi large qu'elle aurait pu l'espérer, Syrielle venait au moins de lui laisser quelques clés de survie dans le monde des Hors-la-Loi Corelliens – ou presque – aussi espérait-elle que ça s'avérerait suffisant.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Loes de Walleron
avatar
Messages : 116
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Sam 7 Jan - 14:11
Je suivis les instructions du Lieutenant Shakhovite en acquiesçant, même si son dirigisme me donnait sérieusement envie de lui rappeler qui j'étais. Cela dit, elle n'avait pas tort : si je connaissais bien Corellia, je n'avais absolument aucune idée de comment me fondre dans le moule peu recommandable des pires quartiers de Coronet, et je n'en avais pas eu l'intention en arrivant, à vrai dire. La Force suffisait généralement pour obtenir des informations, mais si nous devions prendre des gens par surprise, mieux valait qu'on ne nous voie pas arriver.

Après avoir pris la vibro-lame et tranché mes manches de deux coups prestes qui suivaient presque parfaitement les coutures, j'allai m'asseoir sur le lit avec le datapad, la laissant me couvrir les cheveux d'une huile de moteur malodorante. En parcourant les informations dont nous disposions, j'essayai d'oublier la texture putride que ma coéquipière donnait à mes cheveux, manifestement décidée à garder le monopole de la crinière repérable.

Le datapad ne contenait pas grand-chose de crucial de plus que ce qu'elle prit le temps de me dire. Je pris donc le temps, alors qu'elle me mettait de l'huile jusque sur les joues – vraiment, les mécanos ne se débarbouillent même pas un minimum avant d'aller boire un coup ? - d'aller effleurer son esprit, sans toutefois m'y plonger. Je sentis un désir d'efficacité et… une étrange résignation, surnageant dans un caractère bouillonnant. Elle tenait à la réussite de cette mission, mais elle s'inquiétait manifestement de ma présence, et les trésors de précautions et de petits conseils dont elle m'entourait cachaient mal son exaspération. On ne l'avait sûrement pas mise là pour lui faire plaisir.

Quand elle eut fini, je posai le datapad sur le lit, me relevai et me jetai un regard dans un miroir, à quelques pas. Eh bien, si je ressemblais plus à une hooligan dont le speeder était tombé en panne sur le chemin du stade qu'à une mécanicienne au boulot, au moins ne me reconnaissait-on pas… J'essayai, devant la glace, de ramollir mon maintien, de me voûter un peu, de faire quelques pas en traînassant les pieds… Tous ces mouvements inutiles m'agacèrent immédiatement. Très bien, je n'aurais pas le pas conquérant, mais impossible de me tenir de travers sans que ça ait l'air naturelle. Je serais la plus décontractée possible, mais on n'annulait pas d'un claquement de doigts des années à former son corps à la fermeté et à l'économie de mouvement.


- Joli travail, Lieutenant, dis-je en croisant le regard de Shakhovite dans le miroir. C'est la première fois que je vois un Jedi le visage plein de graisse.

Utilisant la Force, je vérifiai que mon sabre-laser sortait rapidement et avec fluidité de l'intérieur de la veste, avant de l'y remettre. Puis je me tournai vers mon équipière en souriant.

- Pas d'inquiétude, je sais boire ce qu'il faut et purger les toxines de mon corps. À moins de jouer à qui boit le plus vite avec un Zeltron, je devrais m'en sortir.

Tâtant les poches de mon pantalon, je vérifiai que j'avais bien des crédits sur moi. Une bonne petite liasse, au cas où il faudrait graisser des pattes. Je ne craignais pas les voleurs à la tire, contre lesquels la Force était une implacable défense, ni le racket. Que je démolisse quelques nez et mâchoires en cas de menace ne choquerait personne, dans les quartiers de la pègre.

- Ce Mmmkirrrrr, là, c'est un pseudonyme. Apprendre son véritable nom pourrait peut-être constituer un moyen de pression.

J'aurais du mal à pénétrer les pensées des deux Rodiens, une espèce dont l'esprit m'était difficilement intelligible. En revanche, grâce à mon lien avec maîtresse Arr'sil, la psyché bothane m'était presque aussi claire que celle des humains, d'autant que je connaissais plutôt bien leur langue. Je savais même lire leurs frémissements de fourrure, même si je manquais de poils pour les reproduire.

- Vous voulez qu'on procède comment ? S'afficher ensemble ne me semble pas être une très bonne idée. Si on n'a pas l'air de bosser ensemble, au moins, si ma couverture est grillée, la vôtre tiendra toujours.

… et je pourrais travailler un peu plus à ma convenance. Je ne tenais pas à avoir toujours le regard du lieutenant par-dessus mon épaule. En outre, si j'obtenais des résultats de mon côté, elle cesserait de craindre ma possible incompétence. Je n'étais pas douée pour la discrétion, mais peu avaient mon talent pour récupérer des informations en discutant. L'Empathie me permettait de suggérer un sujet de conversation directement dans l'esprit de mon interlocuteur, pour peu qu'il soit pas ou mal formé aux techniques de résistance mentale. Autant dire qu'un contrebandier lambda ne risquait pas d'échapper à ça. Il suffisait ensuite de faire mine d'accepter la conversation et de laisser l'intéressé parler sans éveiller trop de soupçons. C'était dans l'ensemble bien plus efficace qu'une simple Persuasion de Force, que beaucoup d'esprits rejetaient naturellement et qui laissait la victime dans une confusion peu naturelle. Ma méthode demandait un peu plus de temps et d'habileté, car il fallait mettre l'interlocuteur en confiance pour qu'il ne se rende pas compte qu'il n'aurait pas dû pas dire ce qu'il disait, mais elle avait fait ses preuves.

Nous étions en tout cas prêtes à partir, visiblement. Il suffisait que Shakhovite prenne ses effets et nous allions pouvoir y aller. Je me laissai guider pour l'heure. Après tout, le lieutenant connaissait mieux que moi les lieux et les mœurs.


- En tout cas, si vous avez besoin de m'appeler, je suis Louise Dustmade, à partir de maintenant.

Mon ancien nom avait cet avantage de passer à peu près dans n'importe quel milieu, là où « Loes de Walleron » sonnerait beaucoup trop aristo. Des Dustmade, il y en avait partout dans la galaxie ; des orphelins, des bâtards et leurs enfants… ça faisait beaucoup de monde.

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 670
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Lun 9 Jan - 14:32

« Ah ouais ? Pourtant je croyais qu'il y avait un truc de Jedi pour être doué en mécanique, c'est un ancien pilote des Soleils Jumeaux qui m'en avait parlé une fois. »

Après tout même s'ils n'étaient pas nombreux, il existait toutefois plusieurs Jedi qui s'étaient ouvertement ralliés à la cause de l'Alliance Rebelle, et Syrielle elle-même en connaissait quelques uns. Et quelques uns qui n'hésitaient pas à mettre la main à la pâte afin de faire progresser les choses au côté des soldats. Mais après tout, nul doute qu'en quittant leur Ordre ils avaient également brisé une partie du moule-type, et la jeune femme savait pertinemment bien combien les Jedi ''classiques'' pouvaient être passifs et inutiles … de là à imaginer que leur peau fût trop sensible pour accepter un peu de cambouis, il n'y avait qu'un pas ! Mais cette petite raillerie gratuite, Shakh' la garda pour elle sans l'oraliser – ça aurait été totalement stérile de toute manière – et elle préféra ne pas se déconcentrer un seul instant. Écoutant ainsi son binôme prétendre qu'elle pouvait tout boire parce qu'elle ''purgeait les toxines de son corps – ou comment comprendre que madame ne ''gerbait'' pas comme tout le monde mais qu'elle ''purgeait'', et avec l'accent mondain qui va bien s'il-vous-plaît ! – et que le milieu Corellien ne semblait donc pas bien l'inquiéter pour le moment …

« Mmh … aucune idée de son vrai nom, j'y connais pas forcément grand-chose en Bothan en plus. Les seuls trucs que je sais à son sujet, c'est qu'il adore le Cognac de Churba et qu'il pète les doigts des mauvais payeurs. Ah et il est petit même pour un Bothan, et particulièrement chatouilleux dès qu'on le prend de haut ou qu'on se fout de sa taille. »

Un brave type du cru en somme, mais dans la mesure où le but était de lui soutirer quelques informations et pas de lui défoncer le crâne, la Spectre préférait tout de même y aller avec une certaine finesse. Une qualité dont on aurait pu la penser dépourvue à cause de son caractère brut ou de son look atypique, mais après plusieurs années à avoir bossé pour les Renseignements, la jeune femme avait largement appris comment faire ! Et elle avait aussi appris ce qu'il ne fallait pas faire …

Se séparer ?
La Jedi avec une couverture grillée en plein cœur des pires quartiers de Coronet ?
Ou pas …

« Euh ouais … désolée si j'ai l'air un peu chiante, mais j'aimerais autant qu'on ne se sépare pas trop et que le fait que vous soyez une Jedi ne filtre pas. Ici les Jedi, ils sont automatiquement affilés au force de l'ordre, et ça risquerait vraiment de foutre le bronx si jamais Niels soupçonnait la CorSec de ne pas tenir leurs accords et d'enquêter sur lui. Et dans la mesure où tout soucis pendant cette mission va me retomber sur la tronche, je préfère prendre toutes les précautions. »

Après tout durant la mission visant les trafics de drogue sur Bothawui, Syrielle avait peut-être un tout petit peu abusé de ses prérogatives en contactant directement le Commandeur Suprême Tan'ith afin de damer le pion à Jorian, aussi préférait-elle ne plus faire de vague pour quelques temps ! Déjà qu'elle ne savait pas quelle sanction risquait de lui tomber dessus alors tant qu'à faire, autant ne pas en rajouter une couche en se gamelant lamentablement pendant cette mission déjà foireuse de base …

Et puisque l'opération de grimage de Loes était terminée, Shakh' effectua un rapide détour par une salle de bain minuscule et pas forcément très propre afin de se laver les mains, puis elle récupéra sa vibro-lame ainsi que toutes ses petites affaires soigneusement réparties puis rangées. La seule chose qui n'avait finalement pas bougé, c'était l'arme qui reposait les trois quarts du temps dans la petite cache aménagée dans son bras artificiel, mais c'était là une botte secrète qu'elle ne dévoilait que très rarement. Alliés ou ennemis, Syrielle avait de toutes façons l'habitude de se méfier de tout le monde depuis la trahison de son ancien mentor, raison pour laquelle elle n'appréciait pas énormément la présence de la Jedi et qu'elle comptait bien garder un œil sur elle. Juste au cas où.

« Dustmade c'est parfait, y'en a des tas sur Corellia ! La fille du patron du Wooff est mariée avec un Dustmade d'ailleurs, et j'ai eu un collègue qui s'appelait comme ça aussi. De mon côté, mon vrai nom est connu dans Coronet et sera bien plus utile qu'un pseudo, donc ''Shakh' '' ça fonctionnera très bien. »

Syrielle Shakhovite, la gamine de Aaron Shakhovite qui trempait dans un peu n'importe quoi – dans on ne savait pas trop quoi non plus d'ailleurs – et qui s'échouait quelque fois sur Corellia pour se descendre une pinte, papoter un peu voire chercher du boulot … Au final, la jeune femme était toujours une contrebandière qui transportait quelque fois du matériel pour l'Alliance Rebelle, et ses contacts dans le milieu criminel demeurait les mêmes depuis des années. Ou comment avouer qu'au sein de l'Espace Corellien, on savait quand même fermer les yeux sur certaines choses afin de favoriser un certain régime sur l'échiquier galactique …

Mais bref, les deux femmes étaient désormais prête à partir, et Syrielle balaya l'endroit du regard une dernière fois avant de donner le signal de départ, passant ainsi la porte qu'elle ne verrouilla pas à clé avant de descendre au petit trot les escaliers. Vingt-et-un étages à ce rythme, ça aurait au moins le mérite de les mettre en jambe, et lorsqu'elles atteignirent de nouveau le niveau du sol, la Spectre fit signe à Loes de la suivre jusqu'à un petit garage sur-encombré. Des pièces de vaisseaux, des outils à foison, des caisses métalliques contenant Force savait quoi et même un vieux canapé violet et jaune tout miteux … de tout ce bric-à-bras, ce fut bientôt une vielle moto-jet qui fut extirpée, et Shakh' referma soigneusement le garage derrière elle avant de désigner l'engin.

« Elle a l'air en très mauvais état mais il ne faut pas se fier au visuel, le gars qui ravitaille ici à fait tout ce qu'il pouvait pour lui donner l'aspect d'une épave. Vous montez à l'arrière ? »

Si les derniers mots sonnaient un peu comme une question, il fallait plutôt y voir là un ordre poli, et Shakhovite enfourcha bientôt l'engin qu'elle démarra après un rapide check-up, s’engouffrant ainsi dans le trafic avec une pilotage nerveux mais maîtrisé. Après tout, elle avait l'habitude de slalomer entre les speeder depuis qu'elle était gamine et en une quinzaine de minutes, elles avaient parcouru plusieurs quartiers devenant de plus en plus insalubres. De plus en plus craignos. De plus en plus intéressant donc ! Bientôt, le Wooff fut également en vue d'ailleurs, et la Spectre gara son engin une rue plus loin avant de donner ses dernières instructions à Loes.

« Je vais entrer la première, suivez-moi dans une petite dizaine de minutes. Essayez de vous fondre dans le décor et prétendez que vous cherchez un nouveau job parce que vous n'encadrez plus votre patron actuel, ça devrait faire une bonne accroche. Manquerait plus que je retrouve le mien là-dedans d'ailleurs, puisqu'il a l'air de vouloir réapparaître n'importe où ! »

C'était certes ironique mais pour autant, il n'en demeurait pas moins que Syrielle était réellement troublée par la réapparition de Jorian. Et que l'image – le souvenir – de cet homme avait tendance à s'imposer un peu trop souvent dans son esprit. Comme c'était présentement le cas d'ailleurs, tandis qu'elle repoussa une mèche de cheveux tout en enfilant rapidement les quelques mètres qui la séparait de la Cantina. À cette heure, le Wooff commençait d'ailleurs à se remplir lentement mais sûrement, et la jeune femme avisa aussitôt que le fameux Mmmkirrrrr était attablé avec deux Humains et une Twi'lek. Et puisque Loes avait semblé intéressée par le Bothan, la Spectre se dirigea aussitôt dans sa direction afin de pouvoir s'asseoir à une chaise libre du bar, pas bien loin de lui au point qu'elle pouvait entendre la conversation un peu houleuse qu'il avait avec les Humains présents.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Loes de Walleron
avatar
Messages : 116
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Lun 16 Jan - 14:39
- Nous avons tous des facilités pour comprendre des engins mécaniques, mais en effet, certaines personnes ont un don très rare que l'on appelle Machu Deru qui leur permet de savoir intuitivement comment une machine fonctionne. Cela dit, ce genre de personnes devient bien plus facilement ingénieur que mécanicien, donc les voir couvert de cambouis n'est pas courant non plus. En plus, ils n'ont jamais besoin de chercher de panne et ils peuvent démonter et remonter un appareil simplement avec la Force.

Je sentais le sarcasme et un certain agacement poindre chez le Lieutenant Shakhovite. Même si elle ne le laissait pas trop paraître, elle me reprochait d'être une Jedi qui n'ait pas rejoint l'Alliance, et de venir parasiter sa mission. L'exaspération manifeste qui filtra dans son refus abrupt de nous séparer me vexa encore un peu. Pour qui me prenait-elle, enfin ? Même si la discrétion n'était pas du tout mon fort, j'étais capable de mener une mission à bien et de soutirer des informations valables, même à quelqu'un de méfiant. À dire vrai, si cette mission n'avait tenu qu'à moi, je serais aller directement à la rencontre de Niels pour lui proposer un marché au nom de l'Ordre Jedi en échange de l'accès à ses registres ou au moins au hangar où transitaient d'éventuels agents Sith, et la manœuvre aurait pu marcher. Si j'avais accepté le terrain de jeu du Lieutenant et n'avait pas essayé d'imposer le mien, c'était pour que la mission se passe au mieux pour elle. Fort heureusement, j'eus l'insigne honneur de voir mon nom reconnu valable. Bien, au moins, elle savait reconnaître quand on la surprenait agréablement.

Je la suivis dans l'escalier, descendant les vingt-et-un étages en me forçant à me couper de la Force pour éviter de soutenir ma démarche et la rendre la moins fatigante possible comme je le faisais d'ordinaire. Malgré cela, je ne ressentais pas le moindre essoufflement en arrivant en bas, si bien que je me permis de sauter les trois dernières marches, histoire de rentrer un peu dans le personnage. Que Lou Dustamade, mécano pas très douée, s'embête à descendre les dernières marches une par une, je n'y croyais pas. Du bazar d'un petit garage plein à craquer, elle arracha Force seule sait comment une moto-jet misérable sur laquelle elle me fit monter avec une question rhétorique à laquelle je me gardai bien de répondre. De toute manière, un Spectre conduirait sans aucun doute bien mieux que moi.

Je détestais voler. Non que j'aie particulièrement le vertige, d'autant que la Force permettait de compenser facilement les effets d'une chute, mais j'étais mauvaise pilote, et j'avais très bien conscience que j'étais loin d'être la seule. En outre, dans l'atmosphère et plus encore dans l'espace, même la Force sauvait difficilement d'une destruction de l'appareil. Les pieds sur terre, j'étais beaucoup moins impuissante que coincée dans un vaisseau fragile.

Et foutreforce, je ne me sentais pas fière, sur cette vieille bécane lancée à vive allure, guidée par les mains expertes – et franchement imprudentes – de Shakhovite. Malgré la vitesse, on entendait distinctement un morceau tordu de la carrosserie taper à un rythme effréné sur l'un des conduits d'échappement. Refusant de regarder le trafic de plus en plus anarchique dans lequel ma guide se faufilait avec une aisance presque surnaturelle, je me plongeai dans la Force, me fondant dans le monde fourmillant qui m'entourait, m'ouvrant aux émotions les plus proches. La concentration de Shakhovite, toute dédiée à sa conduite, fermait les vannes de ses sentiments et je sentis donc distinctement ce qui se dégageait des alentours sans que ma pilote ne me parasite les impressions.

Alors que nous nous enfoncions dans les bas-fonds de Coronet, je sentis l'air se charger de colère, de tristesse mais aussi d'excitation. S'il fallait trouver un Sith, c'était là que j'aurais le plus de mal à le distinguer du reste. Néanmoins, avec une chance insolente, peut-être pourrais-je le déceler simplement par la Force. Alors que j'étendais mes perceptions, la décélération me tira brusquement de ma méditation. Rouvrant les yeux, je pus admirer l'adresse du Lieutenant qui gara notre véhicule parfaitement de travers, occupant largement deux ou trois places. Sûrement une manière de marquer son territoire, dans ces lieux où, probablement, on se moquait allègrement de tous les codes de pilotage galactique existants.

Quand « Shakh' » m'annonça que nous allions nous séparer, je crus m'étrangler un instant, et je ne parvins pas à retenir un petit rire jaune. Elle m'avait quasiment réprimandé il y avait vingt minutes pour finalement appliquer mon idée… Je ne savais pas si je devais m'en réjouir ou m'en consterner, mais je sentis encore une fois l'aigreur du Lieutenant, cette fois à l'évocation de son « patron ». Plo ? Non, sûrement pas, elle ne craindrait pas de croiser le Commandeur Suprême Tan'ith dans un bouge pareil. En attendant d'en savoir plus, je justifiai mon petit rire tout en la ménageant largement.


- En fait, c'est ce que j'entendais tout à l'heure par « nous séparer ». Ne pas avoir l'air d'être ensemble, tout en n'étant pas loin physiquement. Mais entendu, je vous suis dans dix minutes.

Alors qu'elle s'éloignait, je pensai au commandant Solaris, que j'avais rencontré sur Taanab il y avait quelques jours à peine. Cette mission, si elle avait les effets escomptés, constituait un bon complément du plan que je lui avais présenté. Ses éventuelles retombées permettraient de rendre le chantage triade auprès de l'Empire d'autant plus efficace que l'Alliance bénéficierait, officiellement ou non, des ressources des chantiers navals de Corellia.

Constatant que Solaris n'avait rien à faire avec l'instant présent, je chassai cette distraction de mon esprit et, tout en faisant mine d'essayer de réparer quelque chose sur la moto-jet, je sondai à nouveau les alentours à la recherche d'une quelconque perturbation causée par un Sith. Le tumulte des environs pourrait cacher un agent peu puissant du genre Sith trooper, mais pas un guerrier ou un seigneur qui ne prendrait pas garde à dissimuler sa présence. Au bout de cinq ou six minutes, je crus sentir un écho étrange, comme une très légère palpitation, puis elle cessa immédiatement, laissant son onde s'évanouir dans la Force. Difficile de dire s'il s'agissait d'un Sith puissant, mais il y avait quelque chose de sombre à l’œuvre pas très loin. Je devais être prudente. Usant de la Force, je cachai mon aura qui pouvait servir de fanal à des kilomètres à la ronde, pour un sensitif formé au repérage des Jedi.

Laissant la moto-jet, je me mis en chemin vers le Wooff, cantina pourrie comme il en existait des millions dans la galaxie. Passant le seuil, je ne perdis pas de temps à aviser la salle du regard et avoir l'air d'une touriste, la sondant via la Force. J'allai m'asseoir au comptoir tout en repérant Shakhovite et les indics potentiels qu'elle m'avait signalés.


- Patron, un sky dans un verre qui sente pas la pisse.

Je pris un ton un peu bourru pour dire ça, comme si un emmerdeur m'avait tenu la jambe pendant des heures. Après tout, je venais de m'engueuler avec mon patron et de recevoir une prime misérable de licenciement que j'avais bien l'intention de dépenser à bon escient pour me retrouver un autre employeur. Payer des coups ouvrait toujours des portes. Avec un grognement professionnel, le barman me ficha un petit verre dans le comptoir, juste devant moi, rempli d'un whisky corellien certainement médiocre.

- Tiens, Ta Majesté, ça t'fait quatre crédits. D'où tu sors ? J't'ai jamais vue ici.

Vu son regard inquisiteur, sa question n'était pas pour la forme. Très bien, il s'agissait de ne pas tout foirer. Si je parvenais à être crédible aux yeux du tenancier, j'aurais déjà gagné ma place dans le bar, ce qui était un bon début. M'accoudant au comptoir, je pris le whisky dans la main droite, me pointant la poitrine de l'index gauche.

- Lou Dustmade. Je bossais pour un armateur bothan, mais je me suis engueulée avec lui et il m'a lâchée au spatioport, alors je m'disais qu'il y aurait peut-être du boulot ici.

Visiblement, le type était inquisiteur mais pas méfiant, et mon histoire passa comme un message sur l'holonet.

- Dustmade, hein ? Mon gendre s'appelle comme ça aussi, tu l'connais pas ? Guld Dustmade, c'est.

Shakhovite avait vu juste, le nom payait. Tout en faisant non de la tête, je levai mon verre et lâchai quelques mots parmi ceux que j'avais appris en Vieux Corellien, quand j'avais dû séjourner ici plusieurs mois il y avait un peu plus de dix ans.

- Désolée. Chakta Sai Kae ! C'est comme ça que vous dites, non ?

Je descendis le whisky d'un coup. Bonne descente rimait souvent avec bonne réputation, surtout auprès d'un taulier, alors autant bien commencer. Je pus éprouver son contentement, qu'il manifesta par un léger sourire et un petit grondement approbateur.

- J'en veux bien un autre, si vous avez ça.

Il me resservit sans rechigner, tandis que je mettais huit crédits sur le comptoir et sondai à nouveau la salle. De toute évidence, le pseudo Mmmkirrrrr avait une conversation un peu trop animée avec deux humains et une Twi'lek. Je n'entendais pas ce qu'il disait, mais je pouvais sentir sa colère, une colère sourde qui grondait au fond de la poitrine. Mon équipière s'était installée près d'eux, sûrement pour pouvoir suivre ce qui se disait, alors autant en profiter. Par télépathie, je m'adressai à elle, tout en m'emparant du nouveau verre et en regardant le barman.

*C'est moi Lieutenant. Si vous voulez me répondre, pensez simplement très fort, je comprendrai. Qu'est-ce qu'ils se disent ? Vous voyez un moyen pour que je les aborde ? Je parle Bothese, si ça peut servir.*

En même temps, je bus d'un trait le deuxième verre. J'avais quelques minutes avant de ressentir les effets de l'alcool et de devoir recourir à la Force pour expulser les toxines si je ne voulais pas me retrouver ivre, alors j'en profitai pour peaufiner subtilement mon rôle auprès du patron.

- Et alors, pour le boulot, vous avez une idée ? Je répare n'importe quoi, moi !

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 670
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Mer 18 Jan - 15:43

Le cul vissé sur un haut tabouret du bar, Syrielle s'était accoudée au zinc tout en commandant une bière – son datapad posé devant elle comme si elle consultait mollement les informations qu'elle y faisait défiler du bout du doigt – mais elle était surtout en train d'écouter la conversation de Mmmkirrrrr avec une certaine attention. Si elle-même ne connaissait que quelques rares mots de Bothese, il devait d'ailleurs en être de même pour les trois interlocuteurs du Bothan, et la conversation animée se tenait donc en Basic à l’exception de quelques jurons et de quelques insultes qui fusaient quelque fois dans d'autres langues. En Bothese et en Huttese principalement d'ailleurs, et ce même si l'un des Humains devaient être Corelliens vu que ses expressions et son accent sonnait plutôt bien du coin. Ses récriminations également d'ailleurs dans la mesure où il reprochait présentement à son vis-à-vis poilu de ''foutre la merde sur Corellia'' et de ne ''pas respecter les règles en vigueur sur la planète'' … mais quelles règles au juste ? Après tout même dans un bouge crasseux comme l'était Coronet City et ses bas quartiers, le milieu du crime était régi par bon nombre de règles aussi implicites que connues, aussi était-il pour le moment un peu délicat de réellement en tirer une conclusion …

Mais tandis qu'elle aperçut la Jedi se glisser au bar du coin de l’œil, Shakh' avala une longue gorgée de bière tandis que le ton montait encore dans son dos, et la Twi'lek commençait à peine à piailler que la jeune femme ''entendit'' bientôt une voix résonner dans sa tête … et l'expérience était franchement étrange pour le coup !

*Attendez, vous pouvez lire mes pensées là ?!*

C'était sans doute un peu trivial vu la situation et l'enquête en cours mais sur l'instant, ce fut la seule pensée qui éclata dans le cerveau de Syrielle comme si elle s'était soudainement offusquée à voix haute. Mais après tout, rien de très étonnant vu le côté malsain de cette violation de son intimité la plus absolue, et elle en avait d'ailleurs tressailli sous la surprise, réaction qu'elle maquilla toutefois très bien en lançant une œillade meurtrière au mec assis à côté d'elle et qui cuvait son alcool en tanguant dangereusement. Un coup à droite, un coup à gauche, ou comment avouer qu'on pouvait d'ors et déjà prendre les paris pour savoir de quel côté il allait se vautrer …

Mais malgré ce voisin quelque peu chiant, la Spectre éprouvait surtout un certain malaise à savoir qu'une parfaite inconnue pouvait lire dans ses pensées, et sa première réaction fut donc de tout dissimuler le plus profondément possible. Des renseignements qu'elle détenait sur l'Alliance jusqu'aux codes opérationnels qu'elle connaissait par cœur en passant par le retour à la vie de Jorian et d'autres données beaucoup plus personnelles … mais à vouloir justement enclore toutes ces données dans son âme, ne les avait-elle pas plutôt dévoilées maladroitement ? Difficile de le savoir dans la mesure où elle ne savait absolument pas comment fonctionnait ce ''truc de Jedi'', et elle était justement en train de se re-concentrer plutôt sur le Bothan derrière elle lorsqu'elle sentit une main se poser sur son épaule.

« Et ben alors la gamine, t'es revenue sur Corellia toi ? »

Dans son dos, un Humain d'une bonne cinquantaine d'année – cheveux et barbe commençant clairement à grisonner malgré sa carrure solide – affichait un sourire sincère bien que taquin, et Syrielle le lui rendit aussitôt tout en lui donnant une franche accolade.

« Eh Bald, ça fait plaisir de te voir ! Comment va ? Les affaires se portent bien ?

- Elles se portent un peu comme elles peuvent, mais tout le monde va bien donc c'est le principal. Par contre j'peux pas rester, je décolle dans un quart d'heure pour une grosse livraison … j'voulais juste te dire que ton oncle te cherche. Des informations sur une gonzesse que tu cherches – Siana Solaris je crois ? – et qu'il aurait retrouvé dans un bordel de Nar Shaddaa. Enfin, il m'en a parlé vite fait mais il a des informations pour toi, alors tu devrais prendre le temps d'y aller. »

Sur Siana Solaris ? Déjà ?!
C'était tellement rapide que Shakhovite en était très agréablement surprise, et elle allait donc s'arranger pour rendre très rapidement visite à son oncle. Si la femme de Jorian s'était réellement retrouvée prostituée à nouveau de force sur Nar Shaddaa, peut-être que son oncle ou quelqu'un d'autre pourrait ensuite l'aider à retracer son parcours jusqu'au groupe de terroristes qui l'intéressait, et Syrielle dut faire un réel effort pour couper brusquement le flot de ses pensées et revenir à la mission présente. Merde quoi, elle avait franchement pas envie de partager avec une Jedi …

*Désolée, un petit imprévu … bref, l'un des Humains est en train d'accuser  Mmmkirrrrr de ne pas ''jouer le jeu de Coronet'', et il lui dit qu'il ne veut plus bosser avec lui. L'autre a l'air plus posé mais il réclame de pouvoir parler à Niels depuis le début sans obtenir de réponse. Pour la Twi'lek, elle râle que son mec n'est pas reparut depuis trois jours …*

Mais la jeune femme n'eut pas le temps d'en ''dire'' davantage qu'un grondement de colère retentit soudainement dans son dos, et le Bothan se leva bientôt afin de déplier toute sa petite taille tout en frappant du poing sur la table. Les doigts de l'Humain qui se plaignait le plus n'étaient d'ailleurs pas passé loin de la catastrophe, mais Syrielle ne s'était même pas retournée tandis qu'elle continuât plutôt à communiquer avec Loes.

* Mmmkirrrrr vient de lui dire de ne pas jouer au con s'il tient à ses articulations, et il vient de préciser que Niels n'a pas de temps à perdre avec ces conneries. S'ils veulent se barrer pour aller voir si l'herbe est plus verte ailleurs, il ne retient personne, alors soit ils ferment leurs gueules soit … ah ben ça y est, la Twi'lek est en train de chialer et le deuxième Humain vient d'annoncer qu'il se casse. L'autre insulte Mmmkirrrrr de fils de pute en Huttese et lui propose de s'expliquer dans la rue et …*

Et une chaise s'abattit soudainement sur la tête du pauvre gars, mettant ainsi fin à cette démonstration de virilité tandis que le Bothan se racla la gorge pour s'adresser à toute la cantina d'une voix rauque mais qui s'exprimait dans un Basic correct.

« Niels recrute des pilotes, des mécaniciens et des manutentionnaires, et rapidement ! Si y'a parmi vous des intéressés qui savent encore bosser correctement, bougez vos culs, je recrute ici et maintenant ! »

Et ben …
Le mec assommé était à peine traîné dehors avec l'autre Humain – la Twi-lek ayant finalement repris sa place assise tout en reniflant un peu sur son Jules disparu – que le Bothan se transformait déjà en agence de recrutement, et des murmures ne tardèrent pas à se répandre dans le bar.

*C'est votre chance, foncez ! Faites juste gaffe à vous parce qu'il est de mauvaise humeur.*

Un conseil très évident et qui tombait sous le sens, mais Shakh' préférait encore prévenir que guérir. De son côté, elle aurait d'ailleurs pu se proposer mais dans la mesure où les gens savaient généralement qu'elle n'acceptait pas les affaires trop louches, elle préférait s'abstenir tant qu'il restait d'autres solutions.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Loes de Walleron
avatar
Messages : 116
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Dim 22 Jan - 1:56
La communication télépathique était quasiment instantanée, la seule limite à courte portée étant le temps de réaction des interlocuteurs. Je perçus l'indignation du Lieutenant Shakhovite dès qu'elle reçut mon message. C'était un sursaut compréhensible et assez fréquent de la part des néophytes, mais la communication mentale et la pénétration d'un psychisme étaient deux aptitudes très différentes, bien que partiellement liées. Lorsque j'envoyais un message télépathique, je n'avais aucunement besoin de recevoir quoi que ce fût du destinataire. En revanche, il était vrai que la réception de la réponse nécessitait une attention portée aux pensées de celui qui l'envoyait.

En même temps qu'elle me formulait mentalement ses réticences, je perçus un flot d'informations auxquelles je me fermai immédiatement, le temps qu'elle se calme. Toutefois, le visage du commandant Solaris me vint à l'esprit, associé à un ressentiment très fort… Cela ne manqua pas de me surprendre, mais il serait temps plus tard de s'en préoccuper, d'autant qu'il s'agissait de quelque chose que Shakhovite avait voulu cacher. La pudeur m'imposait de ne pas l'évoquer.


*Bien sûr que je peux lire vos pensées, mais j'ai une pudeur. Pour communiquer, je n'ai besoin de sentir que ce que vous pensez très intensément. Si vous voulez vous protéger facilement d'une intrusion peu puissante, comptez des banthas ou récitez-vous des coordonnées spatiales.*

La pensée avait pris une fraction de seconde à peine, le temps pour le patron de me répondre.

- Attends, écoute, j'ai d'autres gens à servir. Je réfléchis et si un truc me vient j'te dis.

- Ok, merci !

Je le laissai partir, reniflant ostensiblement histoire de donner le change, et jetant des regards mal assurés un peu autour de moins, pour voir où en était mon équipière et notre ami Bothan. Il avait l'air de sévèrement s'engueuler avec ses interlocuteurs, et Shakhovite s'était visiblement faite aborder par un gaillard qu'elle connaissait. Et c'était moi qui n'était pas professionnelle… Enfin, elle sut manifestement se remettre au travail et me transmettre en temps réel ses observations tandis que j'utilisais une légère Guérison de Force pour dissiper l'ivresse naissante.

Lorsque Mmmkirrrr tapa du poing sur la table, je jugeai le moment légitime pour que mon personnage esseulé puisse s'intéresser de loin à la conversation, à l'instar d'autres badauds d'ailleurs. Je le sentais puissamment : le Bothan était un être teigneux et colérique, et son irritation montait si vite les échelons de la fureur que je fus tentée d'intervenir pour l'arrêter avant qu'il n'explose. Mécanicienne, Loes, tu es une foutue mécanicienne, pas une Jedi en mission.

Je dus me le répéter plusieurs fois pour ne pas bondir et éviter que Mmmkirrrr n'abatte violemment une chaise en bois sur le crâne de l'un de ses contradicteurs dans un grand fracas. Instinctivement, je sondai la Force à la recherche des signes de vie de la victime, que je trouvai rapidement, bien que faible. Il aurait fallu que je procède à un diagnostic rapidement, mais nous avions d'autres priorités que je ne pouvais pas abandonner comme ça. Je m'assurai simplement que sa vie n'était pas en danger à moyen terme avant de me lever.

L'indifférence manifeste de Shakhovite pour la situation du pauvre bougre m'irrita un peu. J'ignorais si c'était l'habitude du coin ou son engagement pour l'Alliance qui lui donnait ce détachement quasiment hautain vis à vis de tout ce qui ne l'intéressait pas directement, elle ou sa mission, mais il m'était désagréable. Hélas, c'était l'attitude de beaucoup de soldats, de tous côtés, et je n'y pouvais rien.


*J'ai bien remarqué. Cela dit, il aura besoin de plus que d'une chaise s'il lui vient l'idée de se débarrasser de moi.*

Avec un pas décidé de mécano qui n'hésite pas avant de sauter sur la chance qu'on lui tend de récupérer un boulot sitôt son précédent perdu, je quittai les abords du comptoir et me frayai un chemin jusqu'à la table du Bothan, jouant des coudes pour passer devant plusieurs types que l'offre intéressait vraiment… Que des gens fussent attirés par un employeur pareil, même si je trouvais cela proprement inconcevable, avait au moins le mérite de donner du crédit à ma candidature.

Par quelques petits tours mentaux – sans jeux de mots ni de mains – je parvins à faire accepter sans un mot à la petite troupe qui s'amassait devant la table du Bothan de me laisser passer devant, et je m'assis sans demander la permission à l'intéressé. Après tout, une mécano sûre d'elle devait montrer qu'elle n'avait pas froid aux yeux, non ?


- Je peux tout réparer pour Niels. Y a des trucs à savoir sur le job ?

Retirant ma casquette un instant, j'en profitai pour me gratter le cuir chevelu que le cambouis me chatouillait de façon insupportable depuis tout à l'heure, me mettant discrètement de la graisse noire plein les doigts histoire de cacher un minimum à ce recruteur attentif que je n'avais pas des mains de mécanicienne.

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 670
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Jeu 26 Jan - 14:17

Le coup de fureur du Bothan allait finalement jouer en leur faveur vu que sa petite séance de recrutement permettrait à Loes de l'approcher le plus naturellement du monde, et la Jedi venait d'ailleurs de se frayer aussitôt un chemin jusqu'à la table de Mmmkirrrrr pour imposer sa candidature. Ne le laissant même pas en placer une qu'elle affirmait déjà être la mécanicienne parfaite pour ce boulot dont elle demanda les particularités dans la foulée. Une bonne attitude que celle-là et qui aurait sans doute bien plu à pas mal de gens, mais le Bothan se montra par contre plus perplexe. Demeurant un instant silencieux avant de finalement tourner son regard vers les autres potentiels candidats qui attendaient leur tour, balayant ainsi tous ces visages plus ou moins propres avant de lancer ses commentaires à la cantonade dans un Bothese que tout le monde ne comprenait pourtant pas.

[Ah ben tiens, j'sais pas si elle est douée mais au moins elle est mignonne celle-là ! Si jamais elle sait pas quoi foutre de ses dix doigts, mais j'sais déjà où elle pourrait les poser pour être utile !]

Si Syrielle ne connaissait que quelques mots, elle pensait toutefois avoir saisi assez facilement l'allusion des plus grivoises, et un mec dans la foule ne tarda pas à traduire afin de provoquer une hilarité générale autour de lui. Même grimée comme elle l'était, Loes restait une femme avec les atouts nécessaires à exciter l'imagination des mâles, et il n'en fallait manifestement pas davantage à Mmmkirrrrr qui s'amusa ainsi à ses dépends quelques instants avant de prendre la parole en basique cette fois-ci.

« T'es qui toi déjà ? J't'ai jamais vu dans le coin et j'engage pas des gens que j'connais pas du tout, question de principe. T'es Corellienne au moins ? Tu sais réparer quoi ? T'es arrivée comment à Coronet City ? Tu bossais pour qui avant ? Et pourquoi t'es sans boulot actuellement ? »

Passé sa petite boutade ouvertement sexiste, le Bothan venait de redevenir sérieux – presque agressif – en l'espace de quelques instants, et c'était maintenant un flot de questions dignes d'un véritable interrogatoire qui était en train de se déverser sur la pauvre Jedi qui ne devait sans doute pas s'attendre à tomber dans pareille situation. Mais d'où elle était, Shakh' ne pouvait malheureusement pas l'aider via ses tours de magie télépathique dans la mesure où tout allait certainement passer au bagou et au feeling. Alors à ce compte, il ne restait pas trente-six solutions pour lui filer un petit coup de main …

« Ben alors Mmmkirrrrr, t'as peur d'une p'tite gonzesse gaulée comme une allumette ? »

Allez c'était partit !
Coude droit posé sur le zinc du bar afin que son menton pût reposer tranquillement dans la paume de sa main, Syrielle s'était à moitié retournée pour lancer un regard aussi gouailleur que moqueur au Bothan, s'enfilant bientôt une gorgée de bière avant de jauger Loes de bas en haut comme si elle la reluquait pour la première fois. La dévisageant sans aucune pudeur avant de s'adresser à elle.

« Tu s'rais pas de la famille de Chorn Dustmade toi ? »

Comme la Spectre le lui avait signalé un peu plus tôt, l'un de ses anciens collègues s'appelait effectivement Chorn Dustmade, et il était connu sur Corellia pour être un bon gars assurant sa part de boulot de façon tout à fait correcte. Un peu taiseux sur les bords ceci dit mais après tout, son petit caractère n'intéressait que lui dans la mesure où il n'emmerdait personne, et la jeune femme venait justement d'en profiter pour transmettre tout ça à son binôme via son truc de télépathie. Restait plus qu'à espérer qu'elle saurait enchaîner de manière convaincante maintenant, parce que le Bothan ne la lâchait pas d'un cil tout en la disséquant littéralement du regard.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Loes de Walleron
avatar
Messages : 116
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Ven 3 Fév - 15:21
Mmmkirrrr ne m'avait pas vraiment fait bon effet jusqu'alors, mais sa remarque misogyne faite dans un Bothan de comptoir fit rapidement monter ma jauge d'agacement. Déjà qu'il fallait se faire discrète et que je n'avais pas pu soigner le gars que cette raclure avait envoyé au tapis... De plus en plus, j'avais envie de détruire publiquement toute la dignité de ce sordide personnage. Il ne me manquait guère que l'occasion, et je le réduirais en bouillie au bras de fer, ou bien un bon coup de pied bien placé...

Heureusement, un des gaillards traduisit rapidement la « plaisanterie » avant de partir d'un rire gras, si bien que je n'eus pas à tenir mon masque d'incompréhension très longtemps. Dans un rictus, je lâchai un petit ricanement jaune. Je pouvais garder mon Bothese pour plus tard, histoire de surprendre ce détestable individu, de lui enfoncer sa superbe bien profondément dans le gosier.

La salve de questions qui vint immédiatement ne me déstabilisa pas particulièrement. Toutes étaient prévisibles et finalement pas bien différentes de ce qu'on pouvait demander à un entretien classique, mais rien ne disait que mes réponses allaient suffire à me faire embaucher. Habituée à subir des échanges verbaux autrement plus éprouvants, je conservai un calme olympien qui déçut immédiatement Mmmkirrrr, en même temps qu'il l'énerva. Je le sentais distinctement : le Bothan était un bouillon de violence à peine contenue. L'envie soudaine que j'avais eue de l'humilier était en fait en grande partie venue de lui.

Alors que j'allais lui répondre quelque chose de bien senti, la voix du Lieutenant Shakhovite, goguenarde, s'éleva, me coupant l'herbe sous le pied. Je me retournai, non sans surprise. Ainsi, elle connaissait l'ordure et elle se payait même le luxe de lui chercher des noises, alors que je devais jouer la candidate docile à un boulot moisi ? Même si elle me tendait une perche pour rebondir, je sentis avec une certaine amertume que la distribution des rôles avait été quelque peu biaisée, si bien que je ne retins pas une pique incisive de mon personnage aux cheveux graisseux.


- Ta gueule, toi, tu vois pas qu'on cause affaires ?

L'air bougon, je me tournai à nouveau vers le Bothan – mon futur patron, fallait pas l'oublier – et je consentis à répondre à ses questions, rebondissant sur les quelques informations télépathiques que Shakhovite m'envoyait.

- Voilà, comme elle a dit. Je suis la demie-soeur d'une petite-cousine à Chorn Dustmade mais mon beau-père, le cousin de Chorn même s'il est plus vieux, m'a adoptée quand il a épousé ma mère. Je sais réparer tout ce que tu peux mettre dans la carlingue d'un cargo, et je sais aussi recoudre une gueule démolie pendant une bagarre si y a besoin. Ça fait que trois heures que j'ai pas de boulot, parce que mon connard de patron Moss Arr'sil – j'étais l'une de ses chefs mécaniens – refusait de changer l'hyperdrive de secours d'un de ses cargos alors que je lui avais dit qu'il allait lâcher n'importe quand : résultat, deux de ses gars sont tombés en rade d'hyperdrive au beau milieu de nulle part, il a dû organiser un repêchage qui lui a coûté bonbon et il a pas supporté que je lui dise qu'il avait été con de pas m'écouter.

Je brodais autour de la version que j'avais donnée au barman, histoire de pas attirer les soupçons. Moss Arr'sil était un lointain parent de Maîtresse Arr'sil, et un armateur de transport particulièrement actif dans l'espace Bothan et dans sa liaison avec le Noyau. Mmmkirrrr pourrait vérifier, s'il ne le savait pas déjà. Je m'en voulus un peu de faire passer Moss pour un imbécile, alors qu'il s'agissait d'un homme très affable bien que dur en affaires, et d'une très grande finesse, mais j'étais certain qu'il comprendrait parfaitement si cette affaire parvenait à ses oreilles averties – et elle y parviendrait, j'en étais certaine. Moss Arr'sil était en très bon rapport avec des réseaux de renseignement bothans très efficaces, si bien qu'il devait savoir tout ce qu'on disait de lui sur les planètes où il faisait des affaires.

- Donc tu vois, je suis bien une Corellienne et je sais faire mon taffe même quand mon boss est un merdeux. Tu peux en dire autant, chaton ?

Même si je répondais à ses questions, je n'allais pas m'aplatir devant ce type grossier et dangereux. S'il m'attaquait, je le mettrais au tapis en un rien de temps, et sans même utiliser la Force. Blocage, clé de bras, coup sec sur la nuque après lui avoir demandé en Bothese dans quel hangar on pouvait trouver les passagers interdits des ripous de Niels, et il n'y aurait plus qu'à repêcher toutes les pensées qui lui échapperaient pendant son inconscience.

Hmmm, calme-toi, Loes. Tiens t'en au plan, pour l'instant.

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 670
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Mer 8 Fév - 15:04

Syrielle avait à peine esquissé un ricanement lorsque Loes l'envoya balader vulgairement, mais elle continua tout de même à suivre la discussion animée qui se tenait derrière elle tout en sirotant sa bière. Grâce à ses informations et à une certaine facilité à improviser de la Jedi, celle-ci était en train de broder toute une histoire sur sa généalogie et son ancien boulot – parlant bientôt d'un certain Moss Arr'sil dont elle avait déjà entendu le nom – et il devait en être de même pour Mmmkirrrrr qui venait de se rasseoir sur sa chaise tout en jouant avec le peu de cognac qui traînait au fond de son verre. À force d'agiter tout ça, les glaçons survivants s'entrechoquaient d'ailleurs dans un bruit répétitif et presque agaçant … mais ce fut finalement le Bothan qui s'agaça le premier lorsque son interlocutrice le défia ouvertement ! Le sous-entendu et le surnom de ''chaton'' l'avait d'ailleurs aussitôt fait bondir sur ses pattes tandis qu'il retourna littéralement la table qui heurta deux hommes se tenant un peu trop près, et le tout retomba à terre dans un bruit effroyable tandis que la douce voix de Mmmkirrrrr prit bientôt le relai.

« Jamais tu me manques de respect comme ça femelle, t'as compris ?! Recommence et je t'arrache les deux bras et les deux jambes avant de te les enfoncer dans le bide !! »

Pour un Bothan amateur du cassage de doigt, il était évident que cette menace-là était plus violente mais aussi tout à fait sérieuse, et ce fut bientôt une gueule pleine de crocs qui approcha du visage de Loes comme s'il s’apprêtait à lui sauter dessus pour lui arracher la gorge. Un vrai gentleman tout à fait maître de lui et doté d'une patience d'ange – à n'en pas douter – et un grognement rauque s'éleva bientôt dans sa propre gorge tandis qu'il se recula pour jauger sa vis-à-vis comme on pourrait évaluer un morceau de viande. Avec dédain. Mais aussi avec un certain vice qu'il ne cherchait même pas à dissimuler …

« Ok ma mignonne, puisque tu veux jouer dans la cour des grands, alors on va jouer. J'vais te donner rendez-vous à un hangar dans une demi-heure et j'vais te foutre sur un vaisseau endommagé pour tester tes capacités. Soit tu réussis et je t'engage – en tout cas si t'arrive à fermer ta gueule suffisamment longtemps pour pas que je te pète les doigts avant même ton embauche – soit t'échoue et t'es à moi. T'es partante, Chutta ? »

Une offre que beaucoup aurait refusé dans la seconde vu que le ''à moi'' de Mmmkirrrrr était tout sauf rassurant tant il portait en lui de sous-entendus pas très très bons pour une survie en bon état sur du court voire du moyen terme, mais le Bothan ne laissa toutefois pas davantage le temps à Loes de répondre qu'il aboya bientôt en direction d'une Syrielle qui feignait de ne s'intéresser que très vaguement à tout ça.

« Hey Shakhovite, puisque cette meuf est ta copine, j'suppose que tu te portes garante pour elle ?

- Crève Mmmkirrrrr, c'est pas parce que c'est la cousine ou j'sais pas trop quoi de Chorn que j'vais lui tenir la sucette, elle se démerde toute seule.

- Allez chérie, soit joueuse. Surtout que si t'es à Coronet City, c'est forcément parce que tu cherches du taff. »

Haussement d'épaule et ultime gorgée de bière avalée à la va-vite tandis que la jeune femme consentit enfin à se retourner entièrement en direction du Bothan afin de lui faire face. L'air très peu motivé même si elle fit visiblement un effort pour s'intéresser quand même.

« Mouais, dis toujours …

- Si ta copine se vautre, tu fais un passage pour moi. Moitié prix mais avec quelques avantages que tu négocieras auprès de Niels, mais j't'explique pas, tu connais la combine. »

Sûr que dans le coin, pas mal de gens connaissaient effectivement les petites combines et avantages en nature de Niels, mais comme Syrielle était sensée être quelqu'un d'équilibré, ce ne fut pas vraiment là-dessus qu'elle se pencha.

« Et si elle réussit, qu'est-ce que j'y gagne ?

- Tu fais le passage payé double … et j'suis sûr que j'ai deux/trois informations en réserve qui pourraient t'intéresser. Alors, tu marches ? »

Payé le double … pour n'importe quel pilote à la recherche d'un boulot, l'offre était franchement intéressante, mais Shakh' affecta toutefois de réfléchir quelques instants. Juste de quoi rendre sa décision un minimum crédible vu le pendant en cas de défaite …

« Ok pourquoi pas … le hangar ?

- Le 568-B-450. Ah et pendant que t'y es, apprends lui la politesse, elle en a besoin ! »

Le tout balancé tandis que Mmmkirrrrr posa un regard lourd de menaces sur la Jedi, mais il ne rajouta toutefois rien et quitta la cantina sans faire davantage de dégâts. Laissant ainsi là les deux femmes mais aussi les prétendants abandonnés qui rejoignirent leurs place en grommelant pour certains. Et sans attendre davantage, Syrielle se releva à son tour et se porta directement à la hauteur de Loes.

« Y'a de la circulation à cette heure-ci, alors on décolle maintenant, bouge toi. »

Pas de raison d'être plus aimable avec elle – publiquement en tout cas – et elles allaient avoir une demi-heure pour accorder leurs violons et se mettre d'accord sur la stratégie à adopter une fois au hangar.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Loes de Walleron
avatar
Messages : 116
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Dim 19 Fév - 15:41
Je m'attendais à une réaction violente, mais la rage soudaine et explosive de Mmmkirrrrr me surprit tout de même. Je la sentis tout balayer sur son passage, tandis que loin de chercher à la contrôler, le Bothan s'y abandonnait presque avec délectation. Néanmoins, ce n'était pas les injures et menaces ordurières du bandit qui me prirent au dépourvu, mais la montée fulgurante en moi d'une colère semblable, comme un violent écho. Je me levai brusquement, en même temps que ses crocs baveux venaient claquer près de mon nez, et je dus m'apaiser très vite pour ne pas lui éclater le visage contre la table. Moi qui n'étais pas habituée à éprouver une telle fureur, et encore moins une fureur si peu justifiée, je ne réagis pas pendant quelques secondes, en tout cas pas consciemment. Je pense cependant que, par réflexe, je calmais l'énergumène dans la Force, muant son désir ardent de me mettre en pièces en une mise au défi sadique.

Il était évident qu'il me tendait un piège que la petite mécano effrontée que j'étais censée être ne pourrait pas éviter, mais n'était-ce pas exactement ce que nous cherchions ? Alors que je me préparais à répondre à son défi avec tout le panache dont j'étais capable, il me coupa dans mon élan et s'adressa directement au Lieutenant Shakhovite, lui proposant d'être ma garantie. Il sautait sur l'occasion qu'elle lui avait donnée : manifestement, il avait surtout besoin d'une bonne pilote, mais l'impliquer dans une affaire personnelle et un défi qui, a priori, ne la regardait pas, lui permettait de voir son salaire au rabais. Ce Mmmkirrrr était doué pour ce type d'affaires, et il n'avait apparemment aucun scrupule, ni à tabasser gratuitement du monde, ni à créer des situations de chantage ex nihilo. Sympathique individu. Heureusement, le Lieutenant – d'ailleurs, quelqu'un savait-il seulement ici qu'elle servait l'Alliance rebelle dans l'une de ses plus prestigieuses formations ? - connaissait son affaire, et m'offrit le répit nécessaire pour retrouver ma pleine sérénité. Nous avions le numéro du hangar et une piste manifeste. Le travail que Mmmkirrrr me donnait n'avait sans doute aucun intérêt, mais la course peu regardante que « Shakh' » lui devrait de toute façon et qu'il lui avait proposée spontanément avait les airs louches que nous recherchions.

Alors que le Bothan quittait la cantina et que je soutenais son regard profondément mauvais, mon équipière ne perdit pas un instant pour m'apostropher avec une rudesse parfaitement cohérente. Après tout, je l'avais moi-même envoyée balader, qu'elle me ménage aurait pu sembler suspect, d'autant qu'elle venait de lier son salaire à ma réussite. Toutefois, il fallait jouer le rôle, et je ne me fis pas prier pour lui faire mon numéro d'effronterie.


- T'inquiète pas pour ton salaire, mistinguette. Je vais lui faire voler son épave, moi, à ce con.

Je la suivis vers la sortie du bar, d'où nous reprîmes le chemin de notre moto-jet aux airs de misère. J'aurais bien aimé ne pas avoir à refaire des embardées sur ce machin, mais la Force avait visiblement décidé de me taquiner. Les quelques pas qui séparaient notre véhicule de fortune de la cantina suffirent pour échanger quelques mots. J'étais toujours un peu vexée par la distribution des rôles, mais ce n'était pas le moment de se quereller. La mission était sur de bons rails, et nous devions nous assurer qu'elle y reste. Maintenant que nous étions à l'abri des oreilles indiscrètes, je m'exprimai à voix haute, sans la gouaille de mon personnage.

- Manifestement, le boulot qu'il m'a donné est difficile, n'a aucun intérêt pour nous et je suis certainement incapable de le faire. Pour lui, ça a servi à vous filer un boulot pour lequel il est presque sûr de ne pas avoir à vous payer. C'est la course qu'il vous a confiée alors que vous n'aviez rien demandé qui compte. C'est probablement ce qu'on cherche.

Shakhovite était probablement déjà arrivée aux mêmes conclusions, mais autant partager pour mettre la situation au clair.

- Qu'est-ce que vous suggérez pour la suite ? Soit je rate son boulot, je suis à lui et je me débrouille pour vous retrouver une fois que vous aurez observé de quoi cette mystérieuse course retourne, si possible en ayant tiré de plus amples informations de Mmmkirrrr avant de l'avoir assommé ; soit on passe à l'offensive dès notre arrivée en 568-B-450. Ce type est imprévisible mais ses défenses mentales sont risibles, et sa loyauté encore plus. Une fois terrassé, je peux en tirer quelque chose assez facilement, et plus tôt qu'avec l'autre solution, mais nous risquons aussi d'attirer des attentions indésirables sur nous, pour peu qu'un éventuel Sith soit en contact avec lui comme je suis en contact avec vous.

En somme, si nous jouions le jeu de Mmmkirrrr, nous allions devoir nous en remettre presque totalement à nos capacités d'improvisation, et si nous renversions la table, il nous faudrait un plan rapidement échafaudé et difficilement pour coincer qui nous devions coincer, car nous risquions d'alerter nos cibles.

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 670
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Jeu 2 Mar - 11:42

Les mains enfoncées dans ses poches, Syrielle affichait toujours l'air rude et méprisant qu'elle avait claqué à la tronche du Bothan, mais elle écouta pourtant avec attention les conclusions de la Jedi qui recoupaient exactement les siennes. Hochant bientôt la tête pour lui confirmer toutes ses suppositions avant de lui donner de plus amples informations.

« Les Corelliens sont du genre fiers et indépendants alors si Niels trempe effectivement dans de sales coups liés aux Sith, il doit avoir du mal à recruter autre chose que du traîne-misère camé aux épices. Aucun doute sur le fait que Mmmkirrrrr va vous refourguer un boulot absolument impossible à faire, sa proposition sent le chantage à plein nez. »

Une situation dont ce charmant personnage était d'ailleurs coutumier mais même s'il ne s'agissait que d'une couverture, Shakhovite se sentait toutefois légèrement irritée de devoir s'y soumettre. D'autant plus qu'une partie de cette mission reposait toujours sur le talent de Loes, et vu que la confiance était une denrée plutôt rare chez la Spectre, il n'y avait donc pas de doute sur le fait que tout ceci ne lui plaisait pas. Et que ça lui plaisait encore moins au fur et à mesure que ça se goupillait ! Restait donc plus qu'à déterminer la stratégie à adopter et tandis qu'elle écoutait sa partenaire temporaire, Syrielle s'appuya contre sa moto-jet qu'elles venaient tout juste de rejoindre. Le cerveau en ébullition tandis que son visage trahissait qu'elle était en pleine réflexion sur la conduite à adopter.

« Le problème de la première proposition, c'est justement que vous risquez de galérer pour vous ''débrouiller et me retrouver ensuite'', si vous voyez ce que je veux dire … »

''A lui'' n'était sûrement pas qu'une expression vaguement précise et telle qu'elle le connaissait, Shakh' soupçonnait ouvertement le Bothan d'avoir envie de se payer un peu de bon temps en compagnie de cette jolie rousse qui paraissait bien plus jeune qu'elle ne devait l'être réellement. Un peu de bon temps voire même un peu de pognon parce que si elle en croyait les rumeurs, Niels possédait également plusieurs bordels dans les bas-fonds de Corellia, et prostituer cette petite insolente serait sûrement jouissif pour un Mmmkirrrrr machiste et vexé qu'une simple ''femelle'' ait osé lui tenir tête. Autant dire que cette situation serait dangereuse de base en plus de pouvoir dégénérer rapidement, aussi la Spectre préférait-elle l'écarter sans plus attendre.

« Si jamais un Sith était effectivement présent sur le site, est-ce que vous seriez en mesure de le détecter avant même qu'on arrive ou est-ce qu'il pourrait cacher sa nature de Sensitif ? Et si c'est le cas, est-ce qu'il peut utiliser la Force sans se trahir ou pas ? »

Sous le crâne de la jeune femme était doucement mais sûrement en train de mûrir un plan mais pour le mettre en place, elle allait avoir besoin de toutes les informations possibles. Après tout, ses connaissances sur les Sensitifs de tous bords n'étaient que théoriques, et elle n'était pas non plus follement intéressée par l'idée de prendre des risques inconsidérés …

« Si jamais je vais au hangar toute seule en prétendant que vous vous êtes débinée, histoire de m'arranger un coup avec Mmmkirrrrr au passage, est-ce que vous pourriez repérer un éventuel Sith de loin histoire de le supprimer en premier ? Et si jamais Sith il y a, le temps que vous interveniez, est-ce qu'il risque de griller ma couverture ? »

Là encore, l'idée proposée par Syrielle trahissait bien le peu de confiance qu'elle plaçait en Loes – qui récupérait pourtant là tout le stock disponible – mais la Spectre ne se voyait pas faire autrement. Quoi qu'il en fût, déterminer si un Sith était effectivement présent ou pas allait être leur priorité parce que sans cette information, il était clair qu'elles ne pourraient pas avoir les coudées franches pour agir librement. Et pour le reste … un bon petit carnage dans un entrepôt de Niels ne choquerait sûrement pas grand monde dans la mesure où les règlements de compte n'étaient pas rarissimes sur Corellia, sans oublier que la vaste famille des Dustmade pourrait très bien vouloir venger l'honneur d'une petite rousse un peu trop bavarde et qui se serait fourrée dans la panade.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Loes de Walleron
avatar
Messages : 116
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Ven 17 Mar - 12:55
Même si Shakhovite conservait un air renfrogné qui manifestement ne lui coûtait pas beaucoup d'efforts à entretenir, elle sembla moins décidée à jouer la contestation. Enfin, nous commencions à tomber d'accord, ce qui ne présageait que de bonnes choses pour la suite. Elle me confirma que j'avais vu juste, et même si je n'étais pas certaine que sa confiance en ma personne en soit sortie grandie, au moins faisais-je les preuves de mes compétences à cette femme difficilement impressionnable. Une barrière tombait. Pour ma part, je me fiais à Plo : s'il l'avait choisie pour cette mission délicate, c'est qu'elle devait avoir sa pleine et entière confiance.

- À vrai dire, si laisser cette ordure dans un caniveau avec une grosse bosse sur le crâne ne pose pas de problème à la mission, me débrouiller et vous retrouver serait plutôt chose facile, mais je conçois que vous préfériez qu'on ne disperse pas les dégâts.

L'agréable perspective de donner une durable leçon à ce bandit de Mmmkirrrr ne devait pas prendre le pas sur l'objectif principal. En outre, il risquerait au réveil de s'en prendre à d'autres de ses employés pour se passer les nerfs, ou bien même d'organiser une vendetta contre la supposée famille Dustmade de mon personnage. Je ne pouvais pas mettre autant de gens en danger pour le simple plaisir de le corriger. Le Bothan était de ce genre de petits chefs cruels et revanchards qui abondaient dans tous les milieux peu recommandables où les patrons jouaient les bons princes, confiant le sale boulot à des types ravis de le faire. Shakhovite avait raison : à moins d'assassiner discrètement Mmmkirrrr, ce que je me refusais à faire, il fallait envisager autre chose.

Toutefois, reposer tout un plan sur ma capacité à sentir la présence d'un Sith à travers la Force comportait de nombreux risques. Beaucoup de variables pouvaient mettre en défaut mes perceptions. Tout d'abord, la densité de population. Les quartiers portuaires de Coronet étaient plein de vie, et dénicher là-dedans un pratiquant de la Force, même puissant, pouvait s'avérer extrêmement compliqué. Pour peu qu'en plus, il sache s'estomper dans la Force comme je le faisais moi-même actuellement, la tâche était quasiment impossible. Cela dit, nous avions des atouts : nous savions à peu près où chercher et le hangar suspect serait
a priori suffisamment dépeuplé pour avoir une perception fine des choses. Si en plus le Sith faisait usage de la Force, je le sentirais facilement. L'usage brutal que cet Ordre faisait de la Force brouillait la clairvoyance des Jedi, mais la présence d'une obscurité de cette nature trahirait immédiatement sa présence.

- Si Sith il y a bel et bien, il peut dissimuler sa présence, oui. C'est moi-même ce que je fais depuis tout à l'heure. Cela dit, cette dissimulation n'est pas parfaite, elle dépend beaucoup de la puissance et de la maîtrise que l'individu a de son pouvoir. Si notre cible est isolée, comme c'est probablement le cas, elle sera plus facile à repérer que si elle se mêle à une foule. Et non, il ne pourra pas faire usage de la Force sans que je ne le sache. Le problème, cependant, est qu'il faut craindre que si je suis capable de le trouver, lui aussi soit capable de me sentir au moins quelques instants avant que j'intervienne. Je doute que nous ayons affaire à un Seigneur Sith, mais il s'agit tout de même certainement d'un agent suffisamment capable pour être envoyé seul en mission. Je n'ai aucun doute sur ma capacité à le poursuivre et à le vaincre, à moins que ce ne soit Darth Akni en personne, mais il pourrait tenter de s'échapper ou de prendre des otages. Bref, de faire des dégâts collatéraux. Cela dit, si c'est vous qui devez piloter le vaisseau qui le transporte, il aura du mal à filer.

J'avais rarement combattu de Sith à proprement parler, mais mes compétences au sabre-laser n'étaient plus à prouver. J'étais l'une des meilleurs bretteuses de l'Ordre, sans le moindre conteste, et je connaissais toutes les techniques de Force utiles pour se prémunir contre les arcanes Sith, hormis certaines formes de magie. Une fois face à face, le Sith n'aurait pas l'ombre d'une chance. Restait tout de même un point problématique...

- Votre plan peut fonctionner, d'autant que si le Sith me repère légèrement en avance, il n'aura pas l'idée de faire attention à vous. En revanche, il n'est pas question de l'éliminer. Je veux savoir ce qu'un agent Sith vient faire sur Corellia. C'est une mission d'autant plus dangereuse pour eux que l'Ordre Vert est sur la planète, donc l'objectif doit être important. Peut-être n'est-il qu'en transit, mais vers où ? En tout cas, nous ne devons pas le tuer, car les informations qu'il pourrait avoir sont précieuses pour l'Alliance comme pour mon Ordre. Une fois vaincu, je le plongerai dans une torpeur dont peu dans la galaxie sont capables de le réveiller, et je l'en sortirai quand nous l'aurons amené dans un lieu approprié pour l'interroger.

Pour la première fois, mon ton annonçait clairement que je ne transigerais pas. Le but de la mission était de rendre service aux autorités corelliennes, certes, mais je ne laisserais pas échapper une possible source de renseignements sur les Sith, et peut-être même sur les Sith Troopers. Parce qu'il pouvait tout à fait s'agir de l'un de ces esclaves endoctrinés que l'Ordre Sith avait enlevé dans son enfance, ou d'un recruteur audacieux.

- Récapitulons : vous me déposez non loin du hangar, vous vous y rendez seule et faites patienter Mmmkirrrr pendant que j'essaie de localiser le possible Sith. Si j'en débusque un, il faudra agir vite, mais comment procédons-nous ? Si vous êtes déjà à l'intérieur du hangar avec Mmmkirrrr et que le Sith se trouve à l'intérieur du vaisseau amarré, je me vois mal passer devant vous mine de rien. Je pourrais toujours manipuler l'esprit du Bothan pour qu'il ne fasse pas attention à moi, mais ça prendrait du temps et augmenterait les chances de me faire repérer. Je ne vois pas trop comment nous pourrions faire sans que vous ne vous débarrassiez de lui et d'éventuels gros bras d'une manière ou d'une autre. Si j'attire l'attention de notre cible en me dévoilant dans la Force pendant que vous vous débrouillez avec les types de Niels, on aura une fenêtre de tir étroite mais suffisante pour que je vous évite de vous retrouver avec le Sith sur le dos.

Il allait de toute façon falloir que chacune en attende beaucoup de l'autre. Je faisais confiance à la Spectre : elle n'aurait jamais rejoint cet escadron si elle n'avait pas été capable de tenir tête à une poignée de brigands recrutés n'importe comment. Quant à moi, il y avait fort à parier qu'un dévoilement brutal de mon aura effraierait le Sith, ce qui pourrait peut-être rétablir l'effet de surprise, mais il ne fallait pas trop compter dessus. Les Sith apprenaient à exploiter leur terreur pour la transformer en férocité, et si j'éviterais par-là qu'il ne songe à se soucier de Shakhovite, je m'opposerais aussi un adversaire plus dangereux car prêt à tout face à la menace mortelle que je représenterais à ses yeux.

Soudain, une objection me vint à l'esprit.


- Au fait, s'il n'y a pas de Sith, mais seulement un agent des Sith, comment procède-t-on ? Même si ces gens sont puants, je ne saurais pas le sentir de loin...

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 670
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Mar 28 Mar - 13:54

Les deux femmes étaient présentement en plein élaboration de leur plan, et Syrielle écoutait attentivement la Jedi sans l'interrompre, enregistrant soigneusement ses informations même si tout ne lui plaisait pas. Mais après tout si son interlocutrice faisait des efforts, il n'était pas dit que la Spectre ne serait pas capable de faire de même … et ce même si elle lâcha bientôt un léger soupir suffisant à trahir son mécontentement à l'idée de ''partager'' un éventuel Sith capturé. Pas par égoïsme d'ailleurs, mais simplement parce qu'elle n'avait justement pas confiance en Loes et qu'elle redoutait un coup bas, un mensonge, une petite manipulation qui lui permettrait de se barrer avec sa proie sans se casser la tête à devoir ensuite transmettre ses informations avec l'Alliance Rebelle. De cette attitude que les Jedi avait adoptée depuis le début de la guerre et qui rendait donc toute réelle collaboration assez difficile du point de vu de la Corelienne. Mais sur ce coup-là, il semblait tout de même évident que sa partenaire ne souhaitait absolument pas revenir sur sa décision et … et Shakh' allait donc devoir faire avec … quitte à pourrir bien correctement la réputation des De Walleron ensuite si celle-là lui faisait réellement un coup de pute !

Mais pour l'heure, il était inutile d'être trop négatif dans la mesure où elles allaient bien devoir se faire confiance pour la suite, et Syrielle utilisa donc les données et les idées de Loes afin de compléter son propre plan. Prenant ainsi la parole après quelques instants supplémentaires de réflexion.

« M'occuper de Mmmkirrrrr et de ses hommes ne devrait normalement pas être un soucis, alors disons que dès que vous repérer le Sith, vous me le dites directement dans mon esprit comme tout à l'heure, comme ça je gère le Bothan pendant que vous vous occupez de l'autre. Et si jamais vous ne repérez vraiment rien … vous me le dites aussi et je m'occupe de toute la clique ? Quand ils seront tous hors d'état de bouger, on pourra faire le tri pour dégoter le bon comme ça. »

Un plan dangereux et malgré son air calme et posé, la Spectre avait parfaitement conscience que face à un Sith, sa survie allait entièrement dépendre des talents de la Jedi et de sa bonne volonté à participer à cette mission. Quoi que pour le moment, elle avait jouer son rôle sans rechigner ni faire mine de se défiler, ce qui était déjà un bon point pour elle ! Mais malgré tout et même si ça contribuait à rassurer un peu Shakhovite, cette dernière n'avait toutefois pas l'esprit entièrement tranquille … merci à Jorian qui n'avait pas manqué de lui incruster à même la chair combien la confiance pouvait devenir une faiblesse lorsqu'elle était mal accordée. De ces souvenirs du Unity qui avaient un peu trop tendance à resurgir depuis la résurrection de son ancien mentor qui obsédait légèrement ses pensées. Aucun doute sur le fait qu'elle allait bientôt devoir agir afin de régler définitivement ce soucis mais pour l'heure, c'était cette mission qui requérait toute son attention. Cette mission et elle seule.

« Bon allez on y va dans ce cas, autant ne pas risquer d'être en retard ! »

Après ce petit décrochement de quelques secondes au profit du passé, il était en effet plus que temps de se secouer, et Syrielle invita donc sa partenaire à grimper à nouveau sur la moto-jet afin de démarrer pour rallier – une vingtaine de minutes plus tard – un vieux parking aérien qui offrait une vue assez dégagée sur toute une série de hangars désaffectés donc certains semblaient sur le point de s'écrouler. À n'en pas douter, le quartier avait été plus vivant bien des années plus tôt, mais la concurrence et la guerre l'avaient laissé à l'état de ruines où ne se terraient plus que les gens louches. Ceux désireux de ne pas attirer l'attention ou de se perdre définitivement dans les bas-fonds du Corellia le plus mal-famé qui fût. Dans la rue crasseuse qui séparait l'imposant parking d'une longues lignées de hangars et d'anciens halls, un groupe de jeunes délinquants étaient d'ailleurs en train d'accumuler de vieux Speeder dans le but assez évident d'entamer un rodéo, et plusieurs camés étaient déjà en train de lever le camp pour se tailler d'ici.

Mais mis à part ça, tout était relativement calme … Ou disons plutôt qu'il n'y avait pas trace d'un Sith ou d'une armée de petits caïds ouvertement estampillés ''on bosse pour Niels'' !

« Le troisième hangar en partant de la gauche, c'est celui-là. En théorie, toute cette lignée de bâtiments est désaffectée et interdite d'accès – ils doivent être rasés pour construire je sais plus trop quoi à la place – mais la CorSec ferme les yeux pour le moment. Pas contre, difficile de dire ce qui se trame dans les autres hangars … »

Pour ceux dont les façades étaient effondrées comme pour les halls aux verrières explosées, ces trous béants dans les bâtiments empêchaient toute activité discrète, mais pour les autres c'était beaucoup plus difficile à dire ! Quoi que, le premier en partant de la gauche était éventré sur plus des deux tiers de sa superficie, le deuxième avait en partie brûlé, le quatrième et le cinquième semblaient sur le point de s'effondrer … en gros, les hangars les plus proches étaient normalement déserts, ce qui améliorait toujours un peu la situation.

Et pour mettre toutes les chances de son côté, Shakh' sortit bientôt – d'un compartiment de la moto-jet – un Blaster disposant d'une lunette de visée qu'elle tendit à la Jedi.

« Que vous tiriez ou pas, la lunette de visée va vous permettre d'observer les alentours, surtout d'un point élevé comme celui-ci. Rassurez-moi, vous avez déjà exécuter ce genre de mission, hein ? »

Une question qui se posait effectivement, mais dans la mesure où la Spectre n'était pas réellement sûre d'avoir envie d'obtenir une réponse – surtout négative – elle préféra interrompre la Jedi avant même qu'elle ne pût prendre la parole.

« Non laissez tomber, je pense que je n'ai pas très envie d'avoir la réponse en fait. Bref, on y va … et me lâchez pas en cours de route. »

Ce n'était certes pas très positif … mais putain que c'était sincère !
Si Syrielle était en effet assez sûre de ses capacités, sa confiance était toujours aussi limitée en Loes, et ce fut donc avec un rien de nervosité qu'elle pénétra à l'intérieur du parking afin de rallier les escaliers qu'elle descendit promptement. Se retrouvant ainsi bientôt dans la rue qu'elle traversa sans même jeter un coup d’œil aux jeunes, puis elle s'engouffra dans le hangar du rendez-vous pour y découvrir deux Corvettes Coreliennes et une dizaine d'hommes.

« Et ben alors Shakhovite, elle est où la mignonne ?! »

Allez, à peine arrivée que le Bothan réclamait déjà sa petite rousse – si c'était pas trop mignon d'ailleurs – et la jeune femme tira aussitôt une tronche franchement pas jouasse.

« Laisse tomber, cette salope s'est défilée ! Si je remets la main dessus, même Mama Crado n'en voudra plus sur son trottoir ! »

La ''Mama Crado'' en question était une vieille maquerelle qui n'officiait plus depuis quelques années déjà, mais pendant sa ''grande époque'', elle avait toujours récupéré les filles les plus amochées pour les prostituer ensuite. Se taillant ainsi deux réputations bien différentes suivant la faune la propageant : pour certains, elle était ainsi une sauveuse tendant la main à toutes, et pour d'autres, c'était juste une vielle garce jouant sur la misère sans aucune borne …

Mais quoi qu'il en fût, Mmmkirrrrr poussa aussitôt un grognement menaçant, se rapprochant de Syrielle pour lui foutre ses crocs plein de bave sous le nez.

« Comment ça elle s'est défilée ? Ta copine s'est barrée, cette Chutta ?! »

Pas de doute sur le fait que le Bothan n'était pas super content sur ce coup-là, et il recommença aussitôt à grogner tout en faisant les cent pas. Râlant dans sa barbe tout en gesticulant quand tout à coup, une jeune femme que la Spectre n'avait même pas remarquée fit son apparition. Vêtue d'habits de voyages informes qui dissimulaient sa silhouette tandis que son visage fin et ses cheveux longs, blonds et bouclés semblaient directement la catégoriser comme ''petite mademoiselle absolument inoffensive''.

« Excusez-moi, est-ce qu'il y a un soucis ? »

Même sa voix était fluette, mais le Bothan prît tout de même sur lui de se calmer afin de lui répondre sans trop lui aboyer dessus.

« Aucun soucis, nous partons dans une demi-heure comme prévu. Shakhovite, tu t'occupes donc du voyage, et tu verras au retour avec Niels pour les détails. Et t'avises pas de te défiler toi aussi si tu veux pas que je te pète les deux bras et les deux jambes … »

Une menace qu'il lui avait balancé à voix basse, et Syrielle affecta aussitôt un mouvement d'humeur pour jouer son rôle avant d'acquiescer d'un signe de tête emprunt de mauvaise humeur. Allez, elle avait donc une demi-heure pour effectuer son chek-up … et Loes allait surtout avoir une demi-heure pour trouver son Sith parmi la quinzaine de personnes présentes ici.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Loes de Walleron
avatar
Messages : 116
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Mer 26 Avr - 23:53
Même alors que nous finissions d'élaborer une caricature de plan, je sentais le Lieutenant Shakhovite nettement sur la défensive, méfiante et tendue. De toute évidence, malgré mes efforts, je n'obtiendrais pas la moindre confiance de sa part avant d'avoir achevé – et bien achevé – notre travail. La tactique qu'elle me proposait avait quelque chose de téméraire, voire de franchement désespéré. De toute évidence, elle se rendait bien compte qu'elle avait besoin de mes talents de Jedi, et cela ne l'enchantait pas le moins du monde. Difficile de ne pas la comprendre. Quand on ne savait pas intimement ce qu'était le pouvoir de la Force et que l'on avait vu l'Ordre Jedi rester inactif pendant que l'Alliance se délitait dans une guerre civile, rien n'encourageait à nous accorder du crédit. Aussi ne lui tins-je pas rigueur de son... manque de rigueur. Après tout, c'eût été donner l'impression que je doutais moi-même de ses compétences, et ce n'était pas le cas. L'escadron Spectre n'intégrait que les tout meilleurs, et pour ma part j'étais capable de me débrouiller sans consignes.

Une fois de plus, nous prîmes cette fichue moto-jet au bruit du moteur si peu rassurant, et nous descendîmes dans les bas-fonds de Coronet pendant vingt minutes qui m'en parurent le double. Et ce n'était pas comme si le lieu d'arrivée valait le coup d'oeil : des docks délabrés investis par toutes sortes de junkies et truands désœuvrés. Sans doute le lieu de multiples trafics, mais la CorSec fermait apparemment les yeux, et ce n'était vraiment pas mon affaire. Garant la moto-jet près d'un tas de décombres dans lequel elle se fondait comme par magie, sur un parking élevé. D'ici, on voyait les hangars qui nous intéressaient, et parfois leur intérieur à travers les toits crevés où effondrés. Quelques-uns tenaient encore debout tant bien que mal, comme des marins ivres et, comme dans les marins ivres, il n'était pas sorcier d'y deviner une activité dont on préférait ne pas voir les effets.

J'acquiesçais au petit topo de mon équipière, tout en réfléchissant à comment j'allais pouvoir m'introduire dans le hangar de manière un minimum discrète, du moins avant de déclencher les hostilités. Je préférais faire le moins de dégâts et de remous possibles. S'il pouvait n'y avoir aucun mort, la mission serait un franc succès. Hélas, avec les Sith, il valait mieux en espérer le moins possible pour éviter les mauvaises surprises. Cela ne signifiait pas que je considérais qui que ce fût comme sacrifiable – pas même cette raclure de Mmmkirrrr. J'avais un pouvoir suffisant pour protéger tout le monde, et il ne tenait qu'à moi d'en faire l'usage.

Shakhovite me donna un pistolet à lunette, pour que je puisse observer les choses de loin. À vrai dire, je ne compris pas bien la pertinence d'un tel gadget entre mes mains, mais elle me planta là rapidement, sans souffrir de réponse qui ne lui aurait pas plu, avant de finir à pied le chemin jusqu'au troisième hangar. Pour ma part, je me mis à l'écart du petit groupe qui entassait les carcasses de vieux speeders, cherchant un peu de calme pour sonder les environs. La zone était nettement moins populeuse que la cantina de tout à l'heure, et y voir clair dans la Force était un jeu d'enfant. Laissant mes perceptions s'étendre très vite, assise, les yeux fermés, adossée aux restes de ce qui était probablement un four jadis, je distinguais le petit groupe proche, puis des petits îlots de vie entre les débris de mur, plusieurs personnes inquiètes à l'esprit embrumé par quelque drogue, et enfin, rayonnant, l'amas de gens du troisième hangar. Enfin, rayonnant... la Force me tiraillait à cet endroit, m'inspirait un profond malaise que je ne pouvais confondre avec aucun autre sentiment. Nous n'étions pas venues pour rien.

Et pourtant, moins puissant que moi aurait eu du mal à percevoir ce subtil dégoût, fort bien caché dans un groupe de gens peut-être peu recommandables, mais qui n'avaient dans la Force que l'empreinte du vivant. Ils devaient être une grosse dizaine, peut-être vingt, mais le Sith connaissait son affaire et n'avançait pas complètement découvert. Peut-être était-il peu puissant dans la Force, tout simplement, mais mieux valait privilégier la pire hypothèse, à savoir celle d'un puissant guerrier capable de camoufler son aura, qui n'aurait aucun scrupule à commettre des bassesses pour m'échapper dès qu'il me sentirait... s'il ne m'avait pas déjà sentie. J'étais restée cachée moi-même et le Sith ne s'attendait probablement pas à la présence d'un Jedi, mais je n'étais pas imperceptible pour les plus talentueux. Impossible en tout cas de prévenir Shakhovite d'ici. Je risquais de la mettre en danger et de me découvrir inutilement. Je devais donc m'approcher, pour être prête à intervenir.


- Eh, on t'parle !

L'apostrophe me fit ouvrir les yeux, tranquillement, sans animosité. Les types des carcasses de speeders, visiblement agacés. Ils étaient trois et m'avaient encerclée. L'un avait avisé mon pistolet à lunette, une arme d'une qualité certainement peu commune dans ce coin. Sans me lever, je promenais mon regard sur chacun des trois loubards.

- Oui ? Qu'est-ce vous voulez ?

Prête à bondir s'ils esquissaient le moindre geste agressif, je restai assise, sans rien laisser paraître de l'inquiétude que mon personnage aurait dû naturellement éprouver face à ces mines patibulaires. Mon attitude désinvolte les irrita certainement.

- Ta moto-jet, c'est ça qu'on veut. On voulait t'laisser l'choix de partir ou d'nous la laisser, mais t'écoute rien que dalle quand on t'cause !

Hum... J'avais plusieurs solutions. Les persuader par la Force de retourner faire joujou était la plus simple, mais un tel recours à la Force pouvait bien compromettre la mission, pour peu que le Sith fût aux aguets. Je pouvais aussi discuter pour me tirer d'affaire, mais c'était perdre un temps précieux. Les battre à mains nues et m'assurer qu'ils fassent un long somme pouvait aussi être une solution, mais là aussi demandeuse en temps et en énergie... Visiblement, ces garçons n'étaient pas contre un peu de castagne, mais j'avais d'autres mynocks à fouetter. Puis me vint une idée plaisante.

- Pas de soucis, prenez la.

Leurs airs grognons s'affaissèrent sous le coup de la surprise, puis se tendirent de méfiance. Je me levai doucement, sans mouvement brusque. Qu'ils prennent la moto, je m'en fichais comme d'une guigne. C'était une juste revanche contre ce maudit véhicule branlant de tous les écrous et vis. Si tout se passait bien, nous pourrions filer d'ici avec le vaisseau de Niels.

- Oh là ! C'est quoi la merde ?
- C'est une moto bonne pour la casse et je n'en ai pas besoin pour repartir, c'est tout. Prenez-la, dernière chance.

Mon assurance les fit réfléchir quelques instants, puis ils s'écartèrent. Sans leur accorder plus d'attention, je jetais un œil dans la lunette de mon pistolet, histoire de me donner bonne conscience. À travers les murs éventrés et les vitres encore intactes sur les façades du troisième hangar, je vis Mmmkirrrr, visiblement mécontent de quelqu'un, que je devinais être Shakhovite. Puis vint une chevelure blonde qui repartit vite, mettant apparemment fin à la dispute. Abandonnant les finasseries au télescope, je descendis vers les premiers hangars. Depuis les décombres du second, je pouvais atteindre les parties du toit encore solides et opaques du troisième sans avoir à recourir à la Force. De là, je pourrais sentir le Sith plus précisément et éventuellement m'infiltrer avec moins de fracas que par la grande porte.

Le quartier était relativement vide, et je pus faire mon escalade sans craindre les regards indiscrets ou les questions gênantes, me hissant souplement sur le toit du troisième hangar après quelques bonds et pauses, pour éviter d'être vue depuis l'intérieur. Je sentais le malaise obscur sans avoir à me forcer, désormais. Il allait être temps de prévenir Shakhovite et de surprendre le Sith pour l'obliger à se révéler. Si je rendais mon aura suffisamment importante, je pouvais perturber notre cible et la divertir temporairement, voire provoquer une peur soudaine que Shakhovite pourrait voir.

Sans problème, je localisai le Lieutenant dans la Force, toujours dans le hangar, devant le vaisseau où s'étaient rassemblés les passagers. Doucement, j'abordai son esprit pour y déposer un message bref.


*Il y a bien un Sith à bord. Regardez les passagers et cherchez chez eux des signes de nervosité soudains et sans raison. Faites attention à vous.*

Je laissai s'écouler une demi-douzaine de secondes avant de cesser de dissimuler ma présence dans la Force, tout en guettant l'atmosphère malsaine diffuse en dessous de moi. Il y eut comme une légère contraction dans la Force, comme si le Sith perdait un instant ses moyens, puis l'amertume se dilata à nouveau, s'étirant comme du beurre sur une tartine trop grande. Le doute n'était plus permis : il y avait ici un Sith capable de diluer sa présence dans la Force. Un Sith dont la puissance pouvait nuire à Shakhovite pour peu qu'il la repère, et qui avait désormais conscience de ma présence. J'allais devoir agir vite pour monter à bord et débusquer la cible.

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle Shakhovite
avatar
Messages : 670
Date d'inscription : 11/12/2016
Rang : Lieutenant de l'Escadron Spectre
Localisation : Corellia
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Mar 9 Mai - 13:25

Après la courte altercation avec le Bothan, Syrielle s'était mise au travail sans perdre davantage de temps, effectuant ainsi un check-up en règle de la Corvette Corellienne qu'on lui avait désigné comme étant la bonne. Et si elle n'était pas mécanicienne de profession, la Spectre était toutefois tout à fait capable de gérer un boulot comme celui-là – d'autant plus sur un vaisseau très courant qu'elle avait déjà tripatouillé pas mal de fois – ce qui lui laissait la possibilité de bosser tout en laissant traîner un œil sur la faune locale qu'elle allait bientôt devoir embarquer pour ce petit voyage programmé. En plus de Mmmkirrrrr et de deux gars bossant pour Niels, se trouvaient ainsi la petite blonde qui était manifestement accompagnée d'un tout jeune homme et d'un loubard massif comme une armoire à glace, un Rodien et un Twi'lek tournant presque de l’œil tellement ils étaient camés ou bourrés, un humain bien propre sur lui avec son costard de facture moyenne, un couple de Bith et une vielle Devaronienne ridée comme un fruit trop mûr. Autant dire que le groupe était hétéroclite et que s'il y avait réellement un Sith caché au milieu de tous ces gens, Shakhovite n'allait pas pouvoir le débusquer facilement.

Mais heureusement pour elle, Loes était manifestement sur le coup puisqu'elle entra en communication avec elle tandis qu'elle terminait son check-up, et Syrielle l'écouta attentivement même si elle demeura de marbre. Toujours concentrée sur son travail tandis qu'elle refermait l'une des trappes donnant accès à la mécanique tout en agitant son bras pour attirer l'attention des passagers qui attendaient.

*Pas de problème, c'est parti.*

Et merde, il y avait donc bien un Sith …
Pas que la Spectre ne fût pas courageuse mais sincèrement, s'il avait pu s'agir d'une erreur ou en tout cas pas d'un ''Sith Sith'', elle ne se serait franchement pas plainte ! Mais malheureusement, son avis n'était franchement pas requis sur ce coup-là, aussi se contenta-t-elle de se re-concentrer pleinement afin de ne pas se trahir.

« Allez m'sieurs dames, le vaisseau est prêt donc on va pouvoir embarquer ! »

Pas besoin qu'on lui expliquât comment organiser une montée de passagers dans une Corvette, elle l'avait déjà fait des tonnes de fois et le Bothan lui jeta d'ailleurs à peine un coup d’œil tandis que Syrielle venait de prendre cette initiative. Attirant ainsi définitivement l'attention de tout le monde – même des deux camés – grâce à annonce. Tous les regards s'étaient d'ailleurs tourné vers elle tandis qu'elle désigna aussitôt le vaisseau d'un large geste de la main indiquant implicitement que tous ces braves gens pouvaient gentiment monter à bord. Monter à bord sous l’œil attentif de la pilote – en toute logique – qui put ainsi guetter le plus naturellement du monde toutes réactions un peu étranges. Et de fait, il y en eut même plusieurs !

Les sourcils soudainement froncés, la petite blondinette sembla tout à coup assez mécontente, et ce fut le jeune homme qui l'accompagnait qui en fit les frais puisqu'elle s'adressa aussitôt à lui d'une voix basse – trop basse pour que Syrielle pût entendre – mais qui ne devait sans doute pas être agréable. Son langage corporel trahissant brusquement une nervosité voire même une agressivité latente bien que contenue.

Mais la demoiselle n'était pas la seule parce qu'à quelques secondes d'intervalles à peine, la vielle Devaronienne grogna sourdement à l'encontre des deux camés. Les massacrant littéralement de son regard meurtrier avant de monter à son tour dans le vaisseau.

Sauf que …
Sauf que la Sith pouvait être l'une des deux, mais elle pouvait aussi ne pas y être ! Après tout, la vieille avait pu être bousculée par le Rodien et ne pas vouloir se laisser faire, tout comme la blondinette venait peut-être de s'engueuler avec le gamin pour une raison tout à fait valable. D'où elle était, la Corellienne ne pouvait en tout cas être sûre de rien, raison pour laquelle elle tenta aussitôt de communiquer avec la Jedi afin de lui transmettre tout ça.

*La blondinette et la Devaronienne ont toutes les deux réagi, mais rien de suffisamment probant pour ma part, et vous ? Manifestement, Mmmkirrrrr et l'un des gars de Niels vont embarquer mais pas le deuxième, alors essayez de vous glisser discrètement à bord pendant que je ferai chauffer les moteurs. *

Durant ces quelques minutes de chauffe nécessaire pour ne pas trop brusquer la Corvette, il y avait en effet de grandes chances pour que le dernier gars se casse pour aller se griller une clope, et Loes pourrait ainsi se faufiler voire carrément l'assommer pour monter à bord. Et ensuite … ensuite, il ne restait plus qu'à espérer qu'elle saurait intercepter un Sith sans causer trop de dégâts tout autour d'elle.

_________________



Fiche ~ Dossier ~ Recap Rp ~ Relations
Voir le profil de l'utilisateur
Loes de Walleron
avatar
Messages : 116
Date d'inscription : 19/11/2016
Rang : Maîtresse de l'Ordre Jedi
Localisation : Hapès, Taanab, Corellia ou autre
Revenir en haut Aller en bas
Re: [+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Dim 13 Aoû - 23:42
À partir de cette instant, le temps s'enfuit à toute allure, s'engouffrant dans le trou d'un sablier dilaté comme la pupille d'un camé. La Sith – car il s'agissait probablement d'une femme – était désormais aux abois, qu'elle le montrât ou non. La proie prise au piège était toujours la plus dangereuse, et même si les adeptes du Côté Obscur se laissait peu aller au désespoir, ils étaient capables de méfaits dépassant largement mon imagination, même en de telles circonstances. Je devais agir vite. Toutefois, si la Sith était habile, elle saurait exploiter la crainte que j'avais de ses potentielles actions pour me contraindre à la précipitation. Si je n'avais pas affaire à une imbécile, elle tenterait de me réduire à l'impuissance par un dilemme moral. En duel, je la battais à plate couture, et le simple aperçu qu'elle avait eu de mon aura le lui faisais savoir. Elle mettrait donc tout en œuvre pour m'obliger à la laisser s'échapper. Les dizaines de secondes d'attente parurent ne pas durer, et s'étirèrent en même temps. Doucement, je me redressai sur le toit médiocre, les pieds bien campés, tandis que le dernier homme quittai le hangar par la porte. D'un geste fluide, je fis venir mon sabre-laser à ma paume et, l'empoignant à peine, je tranchai une ouverture sous mes pieds avant de l'éteindre. La manœuvre ne dura pas plus de trois secondes, et je l'exécutai le plus silencieusement possible, rattrapant le morceau de tôle par la Force avant qu'il ne touche le sol. Avec agilité, je sautai par l'orifice aux bords encore incandescents et atterris souplement quelques mètres en contrebas, devant la rampe de la corvette.

Marchant rapidement, je sondais activement la Force, à l'affût d'un frémissement, tout en rangeant mon sabre à l'intérieur de ma veste. Avant de monter sur la rampe d'accès, je pris une grande inspiration. À partir de maintenant, je devais m'attendre à tout. Tout le vaisseau s'agitait, vibrant au rythme de la secousse des machines, des mouvements des passagers et de leurs appréhensions respectives. La Sith se fondait admirablement dans cette atmosphère où s'évanouissait toute sérénité. Mon pouvoir d'Empathie devenait dangereux, ici. Pour m'en protéger, il aurait fallu ériger de solides barrières autour de mon esprit, mais elles m'auraient rendu aveugle aux infimes variations dans la Force que je devais repérer. Déjà, la détresse, la colère et l'agacement ambiants me rendaient nerveuse.

J'avais bien fait de me charger moi-même de cette affaire. Elle s'avérait finalement bien plus délicate qu'elle n'en avait eu l'air. À ma place, un Chevalier Impérial ne se serait pas encombré de finesse : tous ces gens étaient des criminels, et les rudoyer, les blesser voire les tuer n'aurait que rendu service à l'intérêt supérieur de l'Empire. Un Jedi ne pouvait se permettre une telle approche. Connaître la valeur de chaque vie, avoir pleine conscience des effets de la violence, tel était notre lot. Même avec la Sith toute proche, que je sentais palpiter très légèrement, comme un battement de cœur sous une eau calme, je ne pouvais pas simplement foncer le sabre à la main, écarter les gêneurs et trancher les mains de l'ennemie.

Le pas ferme, je m'avançai dans une première coursive, me laissant totalement guider par la Force, concentrée sur les remous dissimulés comme un orage lointain mais menaçant, tout en prenant garde à atténuer moi-même ma présence. Atteignant le bout du corridor, je m'apprêtai à ouvrir la porte magnétique, quand mon intuition m'indiqua le péril. L'aura malsaine du Bothan, ce Mmmkirrrr infect ! Derrière moi. Faisant volte-face, je le vis tourner à un angle, et ses traits s'écarteler de stupeur et de rage en m'apercevant. D'entre ses dents saillantes sortit un sifflement mortel, alors qu'il pointait un index griffu vers moi.


- Toi !

Ce n'était guère plus audible qu'un soupir, mais je sentis la colère fulminer hors de ce truand et me teindre l'esprit par capillarité. Sans réfléchir, je bondis, esquivai sa patte qui chercha à m'attraper, frappai d'un coup sec dans ses côtes d'une main et saisis sa gorge pour l'empêcher de hurler et l'immobiliser de l'autre, avec une vélocité surnaturelle à laquelle il ne s'attendait pas de la part de la petite mécanicienne effrontée. Fermement, tirant mon énergie de la Force et de l'adrénaline, je soulevai le gredin de terre et le plaquai rudement mais le plus silencieusement possible contre la paroi. Croisant son regard où se mêlaient surprise, fureur et un soupçon de terreur, je soufflai doucement, dans un Bothese sans accent, un ordre aux accents de menace.

- Un mot et je te broie.

Ses yeux s'écarquillèrent sous l'effet combiné de ses émotions et du manque d'air, et je les vis se poser sur l'intérieur de ma veste, entrouverte par le mouvement, où était accroché mon sabre. Non ! Le Bothan provoqua à lui seul une houle considérable dans la Force, une houle qui masquait tout le reste du vaisseau et n'allait pas manquer d'avertir la Sith. Je ne pouvais pas perdre un si précieux temps avec lui, et je ne pouvais pas simplement l'assommer et le laisser là. Sans ménagement, je le jetai à terre, le laissant crachoter, et passai la main devant ses yeux injectés de sang.

- Tu es tombé tout seul et tu ne m'as pas vue.

Il s'apaisa brutalement, avant de répéter d'une voix sifflante, faisant ondoyer sa fourrure.

- Je… suis tombé… tout seul… Je ne… t'ai… pas vue.

Faisant un effort pour me calmer, je me retournai vers la sortie de la coursive et actionnai la porte magnétique, qui s'ouvrit dans un bruit de dépressurisation. Des lumières blanches clignotèrent un instant avant de révéler un dortoir immonde, où s'alignaient des cantines et des lits superposés. Personne. J'avisai rapidement les angles du plafond pour reconnaître une éventuelle caméra, mais je n'en vis aucune. Je devais me dépêcher de trouver un véritable plan avant que les effets de la Persuasion de Force dont j'avais fait usage sur Mmmkirrrr ne s'estompent et qu'il ne commence à s'interroger sur sa douleur à la gorge qui ne ressemblait en rien à celle d'une chute. C'était le moment de renseigner Shakhovite – en omettant toutefois ma rencontre malheureuse avec le sanguin félidé, il n'était pas utile d'en discuter maintenant.

*Lieutenant, je suis dans un dortoir. La Sith sait que je suis à bord et elle doit préparer quelque chose pour me tenir en respect, certainement pour avoir le temps de s'enfuir. Avez-vous quelque chose à me suggérer ? Sinon, guidez-moi simplement jusqu'aux passagers. Dans tous les cas, le temps commence à nous manquer.*

Je ne savais pas s'il valait mieux décoller dès que possible et empêcher la fuite de la Sith ou bien laisser une issue de secours au cas où elle blessait gravement d'autres passagers. Dans les deux cas de figures, elle pourrait tirer la situation à son avantage, car les Sith ne se souciaient guère de destruction et se tracassaient rarement du danger. Acculés, ils préféraient souvent tout détruire en constatant la vanité de la résistance que de se rendre. Ils savaient pertinemment que chaque mort était une défaite pour un Jedi, et quitte à perdre eux-mêmes, autant se servir de leur déroute pour donner le goût du sang à la réussite de leur ennemi. C'était cette férocité auto-destructrice qui les rendait capables d'atrocités innommables, donc totalement imprévisibles. Je le sentais, le moment où elle passerait à l'acte ne tarderait plus.

_________________


Thème de Loes
Voir le profil de l'utilisateur
[+158] Enquête conjointe [PV Loes de Walleron]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Une commission d’enquête et de contrôle interne à la BRH du Cap-Haitien.
» Enquête Archéologique (libre)
» La Mission Conjointe OEA/CARICOM suit de près, le début de la campagne électoral
» L'île noyée... une enquête de Jack Norm...
» L'enquête sur la double nationalité de Michel Martelly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Imperial Wars :: Galaxie :: Corellia-